Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

« N’ayez pas peur », a déclaré Joe Biden samedi au début de son discours qualifié d’historique, empruntant les mots prononcés par le pape Jean-Paul II en 1979, lors de son premier déplacement en Pologne, à l’époque du rideau de fer. Le président américain n’a lui-même pas eu peur de livrer le fond de sa pensée en déclarant à la foule réunie dans la cour du château royal de Varsovie que Vladimir Poutine ne pouvait « pas rester au pouvoir » après l’invasion russe de l’Ukraine.

Cette attaque violente envers son homologue russe n’était pas présente dans son discours tel que préparé. Mais elle s’inscrivait dans la logique d’une allocution portant en grande partie sur un thème qui animait la présidence de Joe Biden avant même la guerre en Ukraine, à savoir le combat planétaire entre la démocratie et l’autocratie.

« Un dictateur déterminé à reconstruire un empire n’effacera jamais l’amour d’un peuple pour la liberté », a déclaré le chef de la Maison-Blanche en terminant son discours de 30 minutes. « La brutalité n’anéantira jamais sa volonté d’être libre. L’Ukraine ne sera jamais une victoire pour la Russie, car les peuples libres refusent de vivre dans un monde de désespoir et d’obscurité. Nous aurons un avenir différent, un avenir plus radieux, enraciné dans la démocratie et les principes, l’espoir et la lumière. De décence et de dignité, de liberté et de possibilités. Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir. Que Dieu vous bénisse tous. Et que Dieu défende notre liberté, et que Dieu protège nos troupes. Merci pour votre patience. Merci. Merci. »

Les analystes ont vite parlé de « gaffe », d’un manque de discipline de la part du président américain, qui donnait à croire que son administration appelait désormais à un changement de régime à Kremlin. La Maison-Blanche a tenté de calmer le jeu en fournissant une explication invraisemblable : « Le point de vue du président était que Poutine ne peut être autorisé à exercer un pouvoir sur ses voisins ou sur la région. Il ne parlait pas du pouvoir de Poutine en Russie, ni d’un changement de régime. »

Richard Haass, ex-membre du département d’État sous George W. Bush et président du Council on Foreign Relations, a résumé la pensée de plusieurs experts en matière de politique étrangère dans un tweet : « Le rétropédalage de la Maison-Blanche a peu de chances de convaincre. Poutine y verra la confirmation de ce qu’il croit depuis le début. Un mauvais manquement à la discipline qui risque d’étendre la portée et la durée de la guerre. »

Si cela se produit, Joe Biden regrettera longtemps cette « gaffe » ou ce manque de discipline. Mais si Poutine croyait déjà que Washington tente d’orchestrer un changement de régime à Moscou, en quoi les paroles du président américain, qui l’a traité de criminel de guerre, de boucher et de tyran, changeront-elles quoi que ce soit?

Le débat est lancé…

(Photo Reuters)



300 réflexions sur “Retour sur la « gaffe » de Joe Biden

  1. Januo dit :

    Il a dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas…

    1. Benton Fraser dit :

      Poutine le pensait déjà lui-même, c’est la raison du décret sur les « mensonges » et la répression des manifestants!

      De plus, qui aime les régimes mafieux?!?!?

      1. Guy Pelletier dit :

        « De plus, qui aime les régimes mafieux?!?!? »

        Les Républicains et partisans fanatisés de Trump, n’en douter pas une seconde.

  2. Samati dit :

    Espérons que cela incite les russes à passer à l’action. Poutine pour le bienn de l’humanité doit partir.

    1. Bartien dit :

      Peu importe la destination.

    2. André dit :

      Tout à fait d’accord! C’est un discours d’appel au peuple de croire en ses convictions et de se soulever au même titre que Lech Valesa, l’ex-leader syndical de Pologne qui a mené son pays vers une démocratie et qui a renversé ses leaders autocrates! Il l’a fait avec l’appui de la population qui a décidé de « depasser » sa peur pour passer à l’action. C’est ce que Biden a rappelé et encouragé chez les russes!

    3. chicpourtout dit :

      C’est exactement ce que je me suis dit @Samati
      Sauf qu’il n’ont rien comme relève et Navalny est en prison… C’est un homme comme lui qui aurait fait une différence.
      S’il avait accepté l’offre de la France d’aller y vivre, Poutine aurait de quoi avoir peur. Mais là, en retournant en Russie sachant qu’il irait en prison, il reste peu influent.

  3. concrètement poutine s’en fout royalement de ce que pense Biden ou quiconque….

    poutine a SA vision des choses…. et il s’y tiendra…

    en quoi ce discours aura le moindre impact sur la suite des choses??

    poutine sera plus sanguinaire? il donnera raison à Biden…
    poutine tentera de prendre une plus grosse bouchée de l’Ukraine? il donnera raison à Biden….

    poutine se dira outré et choqué…. on s’en tape… c’est la guerre Dude, ta guerre… il peut nier tant qu’il le voudra, la réalité est que la Russie attaque un pays souverain sans raison valable….

    un changement de régime en Russie… ça va finir para se jaser quand les gens feront des files pour acheter du pain qui coutera 10 fois son prix….

    on voit mal en quoi ce discours est une gaffe…

    1. Benton Fraser dit :

      Effectivement…

      D’ailleurs, la plupart du temps, Poutine invente lui-même des raisons pour justifier ses actions!

  4. MarcB dit :

    Quant à moi, Biden a dit une évidence. Tant que Poutine restera en place, l’Occident de normalisera pas ses relations.

    Même si les forces russes quittent l’Ukraine volontairement, l’Occident et l’Ukraine exigeront des réparations pour les dommages subis avant de faire tomber les sanctions. La position de Poutine à la tête du gouvernement empêchera tout compromis. Un changement permettrait à un nouveau gouvernement de se refaire une « virginité » et pourrait exprimer que tant les Ukrainiens que les Russes ont été victimes de Poutine.

    1. Guy Pelletier dit :

      Tout à fait, tant que la Russie sera encore nostalgique du temps de ses empires du temps de la grande Russie du temps de l’URSS qu’elle dominait et contrôlait jamais l’Europe ne pourra lui faire confiance, ne pourra l’intégrer pleinement à l’ensemble Européen et se sentir en sécurité quand n’importe quel dirigeant de la Russie puisse vouloir redonner sa grandeur et puissance à son pays.

      Exactement ce qu’est entrain de faire Poutine nostalgique de l’ex URSS la Russie puissante à cette époque bénie et tant regretté par l’ex chef du KGB avec ses annexions en Georgie, Tchetchénie maintenant l’est de l’Ukraine où habitent de fortes proportions de russophones. Étrangement dans ces trois pays des troubles un jour ont commencés les russophones de ce régions se disant menacés de génocide! Poutine en bon sauveur a décrété ces régions « indépendantes » pour les annexer par la suite.

      N’y voyez pas de similarité avec ce qu’il se passe avec l’Ukraine diront les Poutinistes et Trumpistes tout est de la faute des nationalistes et nazis ukrainiens de l’OTAN de l’occident mais surtout de Joe et Hunter Biden!!!!!!.

      1. MarcB dit :

        Exact, et si l’aventure Ukrainienne s’était mieux déroulée pour les Russes, la Moldavie et sa région du Transnitria était la suivante.

  5. Mona dit :

    J’ai des amis russes en France.
    Leur désespoir est immense d’autant qu’ils ont de la famille en Russue.
    Voici leur Tribune.
    Elle fend le cœur mais elle traduit cette décision de refonder la démocratie en Russie.

     » Le matin du 24 février, notre monde s’est effondré. Depuis, nous vivons au rythme des atrocités et exactions commises en notre nom par l’armée russe en Ukraine. Notre colère est sans limites autant que notre désarroi. Cette tragédie du peuple ukrainien auquel nous étions toujours attachés par des liens si intimes et forts, touche chacun d’entre nous. Endosser le rôle d’ennemi est pour nous inconcevable. Nous sommes prêts à assumer la responsabilité historique que portera désormais la Russie. Toutefois, nous refusons de nous reclure dans une culpabilité paralysante. Nous avons le devoir d’agir, et c’est en tant que citoyens de la Fédération de Russie vivant en France que nous nous engageons contre la guerre en Ukraine.
     
    Beaucoup d’entre nous sont nés après la chute du Mur, quand l’espoir de la liberté résonnait fort en Russie. Malheureusement, notre pays n’a pas tenu l’épreuve de la démocratie. L’arrivée au pouvoir de Poutine a marqué le retour d’une idéologie impérialiste et nationaliste reposant sur l’instrumentalisation et le détournement de l’histoire de notre pays, notamment celle de la Seconde guerre mondiale. Ce discours, qui a remplacé petit à petit tout débat public en Russie, n’a jamais été le nôtre. Nous sommes tous en partie responsables de la longévité du régime de Poutine et nous nous opposons à son extension, qui met en péril l’avenir démocratique des nations voisines.
     
    La Russie vit en ce moment une vague de répressions inédite. Depuis le début de la guerre, les derniers médias dissidents ont été interdits et supprimés par le pouvoir. Le gouvernement instaure une censure totale, bloque l’accès à Facebook, Twitter et toutes les sources d’information alternatives. Toute personne diffusant des informations divergentes de la version officielle est passible de poursuites pénales, jusqu’à 15 ans de prison. L’existence d’une guerre est niée, l’emploi-même du mot « guerre » est interdit. Les ONG, les défenseurs des droits humains, les opposants politiques subissent des perquisitions et arrestations préventives. Même les formes les plus inoffensives de protestation contre la guerre sont considérées comme des actes extrémistes, tandis que toute forme d’aide à l’Ukraine est qualifiée de haute trahison. En voyant notre pays plonger dans la terreur, nous demandons à la communauté internationale de ne pas abandonner la société civile russe, désarmée et isolée, face aux horreurs d’une dictature agonisante.
     
    Les appétits de cette dictature ne se limitent pas à la Russie : aujourd’hui, le régime poutinien menace l’Europe entière. De longue date il y poursuit, jusqu’à l’assassinat, ses ennemis politiques, œuvre à la déstabilisation des démocraties occidentales, parraine des mouvements radicaux et conduit une guerre d’information. Le capital russe recrute des anciens chefs de gouvernement européens pour gagner du poids sur la scène économique et politique internationale. Des oligarques de poche, des agents d’influence et des établissements à vocation prétendument culturelle propulsent ouvertement les intérêts du Kremlin. En ce temps de guerre, certains d’entre eux, tel le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris[1], véhiculent les discours haineux de la propagande russe visant à déshumaniser le peuple ukrainien et à justifier la guerre par des arguments aussi fallacieux qu’absurdes. Nous ne pouvons pas tolérer qu’une telle position soit diffusée au nom de la culture russe. Nous exigeons la fermeture définitive de ces antennes du régime poutinien qui ne représentent pas la Russie.
     
    Nous appelons tous les Russes vivant en France, en Europe et dans le monde entier à se rassembler dans un mouvement citoyen, qui aura pour but la cessation immédiate de la guerre en Ukraine, la destitution du Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine et la reconstruction démocratique de notre pays. Nous exigeons également l’ouverture d’un procès à la cour internationale de justice contre tous les responsables des crimes de guerre commis en Ukraine. Nous sommes solidaires de tous ceux qui se battent en ce moment contre l’invasion de l’Ukraine. Tant que Poutine reste au pouvoir, qu’il poursuit ses ambitions impérialistes et bellicistes, personne dans le monde n’est en sécurité !
     
    Les Russes de France  »
     
    Publication datant du 2 mars 2022 parue sur le compte officiel du Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris.

    1. gascar53 dit :

      Votre commentaire me rejoins entièrement et je vous dit j’aime la Russie mais je déteste profondément Poutine…

      1. Haïku dit :

        Idem pour moi !

    2. Layla dit :

      @Mona 8:47
      Grand merci, comme on dit c’est bien senti du début à la fin.

      Ces gens auraient pu résumer le dernier paragraphe en une seule phrase « Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir. »

      1. Mona dit :

        @Layla 💚 merci pour mes amies Irina, Lisa, Elena et les autres.
        Votre synthèse leur fera chaud au cœur.

    3. lanaudoise dit :

      Un Russe de Montréal, au tout début de cette horrible guerre d’extermination est allé frapper aux portes de son église orthodoxe, qui s’est fait revirer de bord.
      Il y a longtemps que la position de l’église orthodoxe russe est odieuse.
      Même pas gênés de toujours soutenir un dictateur aux mains pleines de sang. Et empoisonneur dans ses temps libres.
      https://www.journaldemontreal.com/2022/03/09/un-leader-orthodoxe-justifie-la-guerre

      1. Benton Fraser dit :

        Assez paradoxale…

        Habituellement, il y a une guerre de religion, une religion contre un autre, mais ce n’est pas le cas de l’église orthodoxe.

        Ils justifient plutôt l’invasion de l’Ukraine pour sauver leurs âmes, ce qui ne c’est pas vue depuis les périodes d’inquisitions au moyen-âge!

      2. Mona dit :

        … d’intellectuels opposés à Poutine …

      3. Toile dit :

        En parfaite harmonie avec l’archeque de l’église orthodoxe russe, Cyrille de Moscou a déjà évolué avec le KGB et souhaite la réinstauration d’une Russie grande et forte et ce depuis 2014 au moins. Un appui de taille que cette caution morale, dans un pays où la religion est désormais adulée. Une affaire de 100 millions de personnes, dont 10% qui sont des pratiquants.

        L’autre pendant. C’est un genre d’oligarque parce qu’il y a un appartement qui vaut trois millions à Moscou, il a un appartement également en Suisse, il a des montres qui sont quand même dispendieuses et il prend toujours pour Poutine. Il a même fait la comparaison dans son discours le 6 mars dernier que l’Ukraine c’était le mal et que la loi de Dieu était Poutine. Sur qu’il a pas fait voeu de pauvreté.

      4. Mona dit :

        @Toile 👌 seule rectification (humoristique), en Suisse je crois c’est un chalet 😉

      5. Mona dit :

        @lanaudoise
        Je seconde Benton Fraser et vous répond en même temps.
        C’est très paradoxal et je n’ai a ce jour aucune explication.

    4. AB road dit :

      Je rêve du jour où on ne parlera de poutine qu’avec une boisson gazeuse à la main, assis à table dans un resto…

      1. Haïku dit :

        @AB road
        Je vous rejoins là-dessus. 👌

      2. Mona dit :

        @AB road 👌 oui
        Le problème c’est que c’est un peu ce que l’on a fait … alors qu’il aurait mieux fallu ouvrir les yeux !
        Mais un jour, oui moi aussi, j’espère que ce sera vraiment possible.

    5. NicoDes dit :

      @Mona 8:47
      Merci sincère à vous Mona de nous transmettre les opinions et perspectives de vos amis russes, comme il doit être difficile de vivre cette guerre absurde quand le gouvernement des ses origines en est l’instigateur. Sans compter qu’ils y ont encore de la famille, qui sait ce qu’ils en pensent lorsqu’on sait ce que les médias russes propagent comme nouvelles…

      On ne peut que comprendre et partager leur colère et leur inquiétude, aussi épouvantable et infinie l’une que l’autre. En ce qui me concerne, je vous serais grée de leur transmettre ainsi qu’à leurs patriotes, mon support inconditionnel ainsi que toute la bienveillance qu’il est possible de faire passer d’outre mer.

      1. Mona dit :

        @NicoDes 💚 merci pour ces mots, sachez que je n’y manquerai pas.

        Une de mes amies (signataire de l’appel des russes de France) a réussi à faire sortir sa mère de Russie, de la protéger des risques que même cette vieille dame, veuve et ne présentant aucune menace pour le pouvoir, courrait.
        Je veux les recevoir chez moi, au repos quelques jours, avec la joie de leur apporter le réconfort d’une famille française qui a confiance en elle – et a travers elle dans le peuple russe – et ne confond rien.

    6. NicoDes dit :

      @Mona 14:07
      Vous êtes la preuve personnifiée que la guerre, qui est la pire atrocité à laquelle je puisse penser, peut aussi susciter le meilleur chez l’humain, merci de me donner confiance(*)

      1. Mona dit :

        @NicoDes 💚 merci
        J’essaye de faire ressortir l’humain malgré tout … j’essaye. Quelquefois (trop souvent ) un peu dépassée je l’avoue.

  6. Math dit :

    Il a dit une vérité, même si ce n’est pas le genre de vérité que l’on devrait aborder publiquement en politique.
    Quoi que… a un certain moment, quelqu’un doit l’évoquer.

    Personnellement je pense qu’il a bien fait de faire cette déclaration. Sans dire explicitement que le gouvernement des USA va agir en ce sens, cette phrase indique son souhait.

    1. Math dit :

      Et j’ajouterais : Y a ben des osti de limite à vouloir ménager l’ego surdimensionné de Poutine. Un moment donné faut que quelqu’un lui dise ce que le monde pense de lui.

  7. Layla dit :

    Pour ma part, il n’y aura pas de grand débat.

    Ce qui est une gaffe pour les uns ne m’influence guère, ce n’est pas une gaffe pour moi.

    Voici le lien du discours de Joe Biden sur le site de la White House.

    https://www.whitehouse.gov/briefing-room/speeches-remarks/2022/03/26/remarks-by-president-biden-on-the-united-efforts-of-the-free-world-to-support-the-people-of-ukraine/

    Du rétropédalage ça ressemble à quoi pour moi…Du rétropédalage venant de la WH et son administration, on va su ça avec l’ancien président. des gens qui disaient qu’ils se réveillent le matin en se demandant ce qu’il a bien pu tweeter, ses tweets qui les obligeraient à faire preuve de vérités alternatives pour justifier ses dires mensongers et en mentant pour couvrir un mensonge.

    Ceci étant dit…je ne vais pas excuser Joe Biden sur le dos de cet ancien pseudo président.

    Toutes les paroles sages de ce discours relevées dans ce billet ajoutées aux autres extraits qui suivent plus bas en s’adressant au peuple russe, me font dire que c’était un excellent discours, ces paroles vont faire beaucoup plus peur à Poutine qui veut maintenir son peuple dans l’ignorance et il sera davantage motivé à contrôler davantage la désinformation avec sa vile propagande que tuer un millier de plus d’Ukrainiens.

    Voici comment il s’adresse directement au peuple russe et qu’il touche le cœur des Ukrainiens et le cœur de gens de bonnes volontés.

    Je me suis toujours adressé directement
    et honnêtement à vous, le peuple russe.

    Laissez-moi vous dire ceci,
    si vous êtes capable d’écouter :

    Vous, le peuple russe, n’êtes pas notre ennemi.

    Je refuse de croire que vous vous réjouissez du meurtre
    d’enfants et de grands-parents innocents ou
    que vous acceptez
    que des hôpitaux, des écoles, des maternités soient,
    pour l’amour de Dieu,
    pilonnés par des missiles et des bombes russes,
    que des villes soient encerclées
    afin que les civils ne puissent pas fuir,
    que les approvisionnements soient coupés et
    que l’on tente d’affamer les Ukrainiens pour les soumettre.

    Des millions de familles sont chassées de leurs foyers,
    dont la moitié des enfants ukrainiens.

    Ce ne sont pas les actions d’une grande nation.

    De tous les peuples, vous, le peuple russe,
    ainsi que tous les peuples d’Europe,
    avez encore le souvenir d’avoir été dans une situation similaire
    à la fin des années trente et dans les années quarante –
    la situation de la Seconde Guerre mondiale –
    encore fraîche dans l’esprit de nombreux grands-parents de la région.

    Qu’importe ce que votre génération a vécu –
    qu’elle ait vécu le siège de Leningrad ou
    qu’elle en ait entendu parler par vos parents et grands-parents –
    les gares débordant de familles terrifiées fuyant leurs maisons,
    les nuits passées à s’abriter
    dans les caves et les sous-sols,
    les matinées passées
    dans les décombres de vos maisons –
    ce ne sont pas des souvenirs du passé.

    Plus maintenant.
    Parce que c’est exactement
    ce que l’armée russe fait en Ukraine en ce moment même.

    Le 26 mars 2022.

    Quelques jours auparavant –
    nous sommes au vingt-quatrième –
    vous étiez une nation du 21e siècle
    avec des espoirs et des rêves
    que les gens du monde entier ont pour eux-mêmes et leur famille.

    Aujourd’hui, l’agression de Vladimir Poutine vous a coupé,
    vous, le peuple russe, du reste du monde, et
    elle ramène la Russie au 19e siècle.

    Ce n’est pas ce que vous êtes.

    Ce n’est pas la réserve d’avenir –
    vous méritez pour vos familles et vos enfants.

    Je vous dis la vérité :
    cette guerre n’est pas digne de vous, le peuple russe.

    1. Haïku dit :

      @Layla
      Merci de l’envoi ! 🙏

    2. Mona dit :

      @Layla 👌
      Je seconde 💯 fois Haïku 😉

  8. POLITICON dit :

    FRANCHEMENT

    Poutine est en train d’anéantir l’Ukraine et il a déjà fait des millions de victimes. Arrêtons d’être gentil avec le dictateur et de s’excuser pour avoir dit ce que le monde entier pense vraiment. Il doit partir, ce n’est plus une situation ou nous devons seulement épargner l’Ukraine, tableau sur lequel nous avons failli lamentablement jusqu’à présent, c’est aussi une question d’affranchir les Russes de ce Tiran mégalomane. Si Biden a fait une gaffe pour tous les diplomates de la Terre, il n’a certainement pas changé grand chose au plan de Poutine et sa volonté d’écraser, museler, contrôler et tuer… pour durer afin de se maintenir au pouvoir. Quel pays voudra-t-il après l’Ukraine?

    1. lanaudoise dit :

      Et de s’inquiéter de la frustration de ce pôvre de lui. On nous dirait dans la position de la conjointe d’un homme violent, laquelle vit en état d’hypervigilance et croit sincèrement que les épisodes de colère du tyran sont de sa faute.

  9. Apocalypse dit :

    « Une petite impatience ruine un grand projet. » (Confucius)

    Un excellent discours, MAIS les gens ne parlent que d’une petite phrase qui vient tout occulter. 😢

    Monsieur et Madame tout le monde peuvent dire bien des choses, mais pas le président des Etats-Unis qui doit être au-dessus de la mêlée et montrer qu’il est en contrôle!

    Comme le texte rapporté par ‘Cotenord07’ l’a souligné, ce n’est pas la première fois que Joe Biden fait ce genre de gaffe et sans doute … pas la dernière.

    Curieux, après tant de temps en politique, on aurait cru qu’il aurait compris! 🤔

    1. Bartien dit :

      Faut comprendre que tout le monde n’a pas votre intelligence légendaire….pour rappel, pourquoi on porte un masque dont?

  10. brady4u dit :

    Joe Biden : des paroles de vérité et un message d’espoir.

    Pendant ce temps à Paris, le candidat Macron évite comme la peste tout qualificatif lorsqu’il parle de Poutine qu’il doit appeler « demain ou après-demain ».

    À sa décharge, il faut dire qu’il n’y a pas la même unanimité en France que de ce côté-ci de l’Atlantique.

    1. Layla dit :

      @brady4u 9:02

      A sa décharge comme vous dites… les Français iront aux urnes le 10 avril alors attendons de voir ce qu’il dira après.

      Je ne dirais pas qu’il évite comme la peste…je dirais qu’il prend une certaine distance puisqu’il s’est auto-proclamé d’une certaine façon comme médiateur.

      Mais oui moi aussi je pense que son discours dit des paroles de vérités et un message d’espoir, et j’ajouterais que le peuple Russe en large majorité et le peuple Ukrainien ont sûrement apprécié.

  11. Alexander dit :

    Un changement de régime?

    Je le répète, la solution au problème russe est russe et passera par les russes.

    Ce sont à eux de décider, ultimement, si Poutine mérite le pouvoir.

    Le peuple russe est un grand peuple, mais qui va se faire mettre au ban de la société pour sa brutalité indigne d’une grande puissance.

    Le peuple russe va être la première victime des abus de pouvoirs de ses dirigeants.

    Poutine et sa gang ont siphonné leur pays à coups de beaucoup de milliards, et maintenant ils se permettent de détruire leurs voisins sans aucun respect pour les lois internationales.

    Si le peuple russe adhère à cela, c’est son choix, mais qu’il en subisse les conséquences.

    Le pouvoir est un privilège, en abuser et il te sera retiré.

    1. Math dit :

      Je suis bien d’accord avec vos propos que c’est à la Russie de s’occuper de son dirigeant.

      Là ou j’ai un petit hic, c’est en supposant que le peuple subira les conséquences de son choix. Disons qu’avec la désinformation et la propagande qui se passe là-bas, je ne pense pas que le peuple Russe est apte à faire un choix « libre et éclairé » en ce moment.
      C’est sur ce niveau que l’occident devrait mettre de l’énergie je pense.

      1. Alexander dit :

        @Math

        J’écrivais « le peuple », mais plus probablement que la décision va se prendre dans le cercle des dirigeants et oligarques. Si Poutine les amènent dans le trouble, ils vont vouloir s’en sortir. Quitte à sortir Poutine des cercles du pouvoir. Leur intérêt va primer sur leur patriotisme.

        Au plus fort la poche.

        Si l’armée lâche Poutine, ben bye bye Vlad.

  12. Kelvinator dit :

    « Un mauvais manquement à la discipline qui risque d’étendre la portée et la durée de la guerre.  »
    J’ai beaucoup de difficulté à croire cette hypothèse…
    Putin ne peut pas étendre la portée de la guerre plus qu’elle ne l’est déjà. C’est aussi prétendre que Putin n’était pas déjà « all in », alors qu’il démontre depuis le début qu’ile st prêt à tout pour subjuguer l’Ukraine. Pas très crédible comme critique. Une hypothèse lancé comme ça qui ne s’appuie sur rien de concret. Ça révèle plus sur notre perception de Biden et Putin que sur le conflit.

    1. Kelvinator dit :

      Imaginez.
      L’armée vient de dire qu’elle allait se concentrer sur le Donbass parce qu’elle est incapable de prendre Kyiv.
      Parce que Biden veut la fin de Putin, Putin décide d’essayer de prendre Kyiv à nouveau…
      Même s’il le désire, il n’a pas les capacités. Et s’il décidait de reprendre son offensive, ça ne pourrait qu’accélérer la chute de l’armée russe…

      On peut difficilement parler de gaffe lorsqu’on a aucun moyen de prouver que c’est une gaffe. C’est pourquoi tout ce que j’ai lu sur le sujet se résumait à des spéculations sans fondement.

      1. Toile dit :

        vendredi 25 mars
        « Les objectifs de la première étape de l’opération militaire spéciale en Ukraine sont remplis », a annoncé le commandement russe, expliquant qu’il allait désormais concentrer ses efforts sur « l’objectif principal : la libération du Donbass ».
        Samedi 26 mars
        Discours de Biden à Varsovie

  13. Marc dit :

    Que la peur change de camp, une bonne chose. On sait que Poutine joue son avenir politique dans cette guerre. La gaffe monumentale est l’invasion de l’Ukraine, les effets politiques, économiques, religieux sur la Russie commencent à peine à se dévoiler de son geste et on ne parle pas des conséquences des sanctions politiques, diplomatiques, économiques, sportives Combien de temps un ours peut-il se tenir sur des échasses sur un sol sablonneux ?

  14. gascar53 dit :

    Arrêtez dont de faire de l’hypocrisie à haute échelle ce n’est pas une gaffe c’est la vérité; la gaffe elle a eté faite le 24 février dernier par le boucher de Moscou point à la lignej’en ai mare de ceux qui dise de ne pas dire ce qu’il pense de peur de déplaire aux minables du Kremlin eux tiennent le peuple Russes dans l’obscurentiste le plus total…Ah misère on est pas sortie de l’auberge….

  15. Toile dit :

    Rien ne sert à disserter, à disséquer les propos de Biden leurs sens véritables et leurs portées. Etait-ce digne d’un président ou pas ? Était-ce diplomatiquement approprié? A t il alimenté le conflit ?
    Bof, chacun y verra au travers ses lunettes. Chose certaine Vlad y verra le pyromane.

    Il est tout de même sidérant d’imaginer de considérer la masse d’énergie qu’exige l’exercice de la diplomatie. Il faut considérer, en effet, les brouillons successifs du texte, leurs navettes entre bureaux, agences et ambassades, les palabres interminables pour changer un mot, déplacer une virgule, voire – défi titanesque – modifier une priorité ou introduire un « item ». Comme disait quelqu’un: «  le futile est le refuge de la diplomatie ». Un mal nécessaire quand on est en démocratie. Une chose dont les régimes totalitaires ne s’embarrassent guère.

    Biden a tout simplement parlé avec son coeur. C’est ca qui froisse, le coeur.

  16. Cotenord07 dit :

    Monsieur Hétu,

    Vous avez posé la question suivante : « Mais si Poutine croyait déjà que Washington tente d’orchestrer un changement de régime à Moscou, en quoi les paroles du président américain, qui l’a traité de criminel de guerre, de boucher et de tyran, changeront-elles quoi que ce soit? »

    Je crois que l’ancien haut fonctionnaire Richard Haas a bien répondu à cette question : cette gaffe « risque d’étendre la portée et la durée de la guerre ».

    Si la prévision de Monsieur Haas est juste, cette gaffe fera donc des victimes en Ukraine et peut-être ailleurs.

    1. Toile dit :

      Je vous réfère au vidéo de Hass en lien plus bas. Sa lecture est qu’il y aura une escalade de répressions diverses causant des morts de plus en plus nombreux, tout camp confondu. Ceci est dit avant ladite « gaffe » de Biden.

    2. el_kabong dit :

      @cotenord
      « … cette gaffe « risque d’étendre la portée et la durée de la guerre ».

      Ce n’est pas une réponse, ni même une « prévision », c’est de la spéculation pure et simple…
      (essayez d’y mettre du vôtre dans vos réponses, au lieu de faire constamment appel au sophisme d’autorité, l’opinion de ce Haas, je m’en tape complètement)

      « étendre la portée et la durée de la guerre »? Où ça? Comment? Pourquoi?
      Autrement dit, si Putin décidait maintenant d’envahir la Moldavie ou la Georgie (il ne touchera jamais à un pays de l’otan) ou s’il décidait de lancer une attaque atomique tout azimuth, ce serait à cause de la « gaffe » de Biden?…
      Ben oui, chose…

    3. Benton Fraser dit :

      @cotenord07

      Poutine pensait boucler ça en 2 semaines avec l’écroulement de l’Ukraine.

      Mauvais calcul comme seul un dictateur peut le faire.

      Là, il est prit dans un cercle vicieux et il va continué a agir comme un dictateur, c’est-à-dire le jusqu’au boutisme!

      Il n’a pas besoin de Biden pour prolonger le conflit…

  17. Fabien Cool dit :

    Est-ce que l’Occident croit sérieusement qu’ils auraient un mot à dire sur le successeur éventuel de Putin? Qu’ils pourraient installer Navalny au pouvoir et, Presto!, la Russie deviendrait une « démocratie moderne » du jour au lendemain?

    Si Putin débarque, ce sera la plus grosse brute du Kremlin qui va le remplacer et allez savoir ou tout cela va mener.

    1. Benton Fraser dit :

      Vous avez raison… mais cela sera une porte de sortie pour se retirer de l’invasion ukrainienne….

  18. richard311253 dit :

    « Les analystes ont vite parlé de « gaffe »

    Tiens donc! Les analystes ont parlé.

    Mais qui diable sont ces analystes qui portent ce jugement? Sur quoi se base t’il pour décrire ce discours de « gaffe »?

    Suffit-il de porter le nom Biden?

    On le dit gaffeur certes mais gaffeur tout le temps sur tout ce qu’il dit?

    Se peut-il que ces inconnus analystes prennent le plus court chemin celui de la facilité?

    Ces savants analystes peuvent-ils déterminer les retombées positives ou négatives aux USA, pays qui accepte le mensonge et l’insinuation comme méthode pour faire de la politique?

    Gros manque d’équilibre dans son propre pays, alors, y voit il une occasion pour reconstruire doucement, dans son propre pays, cet équilibre obligatoire pour demeurer numéro un et promouvoir une saine démocratie?

    Alors ces qui ces analystes experts de la « gaffe »? Et pourquoi c’est une « gaffe »

    C’est pas tout de l’affirmer, faut expliquer maintenant!

    1. Cotenord07 dit :

      @ richard311253 :

      C’est plutôt bien expliqué dans le long article de Tyler Pager et Matt Viser (journalistes du Washington Post) auquel j’ai fait référence dans le post dont voici l’hyperlien:

      https://richardhetu.com/2022/03/26/la-citation-du-jour-821/#comment-399755

      1. gascar53 dit :

        Tu lis trop cote nord..

      2. Cotenord07 dit :

        @ gascar53 :

        On ne lit jamais trop, gascar53.

        Votre commentaire est renversant, surtout sur un blogue comme celui-ci.

        C’est un appel voilé en faveur de l’ignorance…

      3. richard311253 dit :

        Cotenord07, 9h41

        « SELON Tyler Pager et Matt Viser du Washington Post »

        Et j’ai écris ceci

        « Suffit-il de porter le nom Biden?

        On le dit gaffeur certes mais gaffeur tout le temps sur tout ce qu’il dit? »

        Écoutez, le Washington Post a une excellente réputation et c’est grâce à ses journalistes qui rapportent les faits objectivement.

        Mais quand ça commence par » « selon » ne s’agit il pas d’une opinion?

        Ne joue t’on pas un peu plus dans la subjectivité?

        Attention, je ne dis pas qu’ils ont tord, ce qui m’irrite c’est la rapidité du jugement de « gaffe ». Avant même de prendre acte des conséquences en Ukraine, dans le bureau du Kremlin, aux USA, ces deux messieurs déclarent que c’est une « gaffe »

        Prématuré je trouve!

        Alors je me demande si Biden n’est pas victime de sa réputation!

      4. Kelvinator dit :

        Non, ces auteurs ont bel et bien tort en interprétant très très librement les propos de Biden. Par exemple, ils prétendent que cela démontre un changement de politique de la Maison Blanche qui est contre les renversement de régime…

        Biden ne parle pas de renversement de régime. Donc ce n’et pas un changement de politique. Si ces auteurs sont prêt à inventer des raisons pour critiquer Biden, leur critique ne vaut pas grand chose.

      5. Kelvinator dit :

        C’est quand même drôle de voir le genre de « gaffe » que l’on reproche à Biden. Les compilations que l’on peut retrouver, même chez les conservateurs les plus ardu, peine à montrer une gaffe qui soit sérieuse! Au contraire, on trouve juste ça drôle!

      6. Cotenord07 dit :

        @ richard311253 :

        Nonobstant l’article que j’ai fourni en référence, la réputation de gaffeur de Joe Biden existait bien avant la gaffe d’hier…

        Cela n’enlève rien aux qualités de Joe Biden.

        Quant à l’article lui-même, il a été rédigé par deux journalistes instruits et expérimentés, qui connaissent bien le milieu politique de Washington.

        Il ne s’agit tout de même pas de deux étudiants en journalisme de l’université de Saint-Vis-à-Vis-d’en-Arrière, qui s’adonnent à faire un stage coop de deux mois au Washington Post…

      7. Kelvinator dit :

        Sophisme d’appel à l’autorité.

      8. Gilles Morissette dit :

        @cotenord07 (27/03/2022à 09:41)

        Les experts, diplomates et autres spécialistes en tout genre peuvent bien « analyser » les discours du président Biden et disséquer chacune de ses « gaffes » (il est vrai vqu’il est un spécialiste en la matière).

        Ça me laisse un peu indifférent.

        Ces gens là, bien planqués à l’abri derrière le clavier de leur ordinateur, dans leur beau bureau feutré, à sirotter leur café latté ou tout autre boisson du genre, peuvent bien » pelleter du vent » autant qu’ils le veulent.

        Facile pour eux de le faire car ils ne sont pas pris, come tous ces réfugiés, au milieu d’une guerre sale, cachés comme ils le peuvent pour se protéger des bombes, des missiles qui leurs tombent dessus à chaque jour, à fuir toute ce déchaînement de violence, de force brutale pour rester en vie, à tenter de protéger leurs familles, à voir leurs rêves anéantis en raison de la folie d’un sociopathe assoifé de pouvoir et qui a perdu toute humanité.

        Que ces « experts » sortent de leur Tour d’Ivoire  » et aillent vivre la réalité quotidienne du peuple ukrainien.

        Qu’ils regardent les cadavres allongés au sol, russes et ukrainiens confondus, qui ont vu leurs vies cesser subitement sans qu’ils l’aient demandé.

        Qu’ils regardent, de leurs propres yeux, toute la destruction causé par les engins de la mort lancés par l’armée russe

        Qu’ils aillent parler aux réfugiés, qu’ils écoutent leurs histoires d’horreur remplis de désespoir, de peur, de rêves brisées.

        Qu’ils parlent à ces courageux journalistes qui sont sur la ligne de front,qui vivent cette guerre au quotidien, qui assistent impuissants à ce déferlement de violence en essayant de faire leur « job » du mieux qu’ils le peuvent.

        Alors là et seulement là, on portera attention à leurs « savantes analyses ».

        Vous avez parfaitement raison de dire « qu’on ne lit jamais trop ».

        Le problème est qu’il faut savoir varier ses lectures et avoir plusieurs points de vue sur la question.

        Lire le « WP », le « NYT » ou « Le Monde » est bien.

        Mais lire des articles qui contiennent des témoignages de personnes, de simples citoyens , qui racontent la réalité de la guerre dans toute son horreur, peut également être nécessaire si on veut saisir l’ensemble de la situation.

      9. richard311253 dit :

        Cotenord07 10h22

        Sur le fond je suis d’accord avec vous mais ce n’est pas le point que je défend qui est celui ci « Biden est-il victime, dans le cas précis de son dernier discours, de sa réputation de gaffeur? »

        Est-ce possible et si c’est le cas, qu’en conclure?

        HS mais toujours avec vous Cotenord07

        Avez-vous remarqué le nombre grandissant d’opinions, d’éditoriaux partout dans la presse écrite, ici et ailleurs et spécialement aux USA?

        Objectivité assurée? Vraiment!

        De cette conclusion, si on est d’accord, n’y a t’il pas un danger d’outrepasser les faits, de donner une couleur aux faits qui laissera place aux interprétations?

      10. Benton Fraser dit :

        @Cotenord07

        Politiquement et diplomatiquement, cela serait une gaffe, si Biden l’aurait dit avant même l’invasion de l’Ukraine.

        Or, c’est maintenant un état de guerre, et comme le dirait Clausewitz, c’est la poursuite de la politique par d’autres moyens.

        Dans cette état de fait, le rôle du président passe de la diplomatie a un rôle de chef de guerre, le rôle de diplomatie reste aux diplomates dans les coulisses du pouvoir.

        Évidemment, il n’y a pas de déclaration de guerre des États-Unis comme tel, mais il y a tout même un état de guerre économique de l’ensemble des démocraties contre la Russie de Poutine

        Finalement, l’analyse se fait selon l’état d’esprit ou en est rendu l’analyse en question, ce qui peut aussi fluctuer dans le temps!

    2. Benton Fraser dit :

      C’est plutôt partagé chez les « analyses », selon s’ils sont dans la pensée « Chamberlaine » ou « Churchillienne »!

      Un dictateur étant un dictateur, ce n’est pas la raison mais la force qui le raisonne…

  19. Toile dit :

    Richard Hass, ex membre du département d’etat sous Bush père

    G. W. Bush, celui qui avait dit : «je l’ai regardé dans les yeux… qu’il avait «  une idée de son âme » et qui dit l’avoir trouvé « digne de confiance ».

    1. Madalton dit :

      C’était en début de 2001. Il a perdu son âme depuis.

      1. Benton Fraser dit :

        Il ne faut pas oublier que Poutine a grimpé dans la hiérarchie comme un fixeur de la corruption.

        D’abord pour le maire de Leningrad, ensuite pour Eltsine.

        Il s’occupait de gérer la corruption, c’est-à-dire d’amener l’argent au pouvoir!

        Ce qui explique qu’il utilise souvent un vocabulaire propre à la mafia russe puisse qu’il a passé la décennie des années 90 a les fréquenter!

  20. Louise dit :

    J’ai écouté le discours de Biden. Un discours tout à fait approprié aux circonstances qui envoyait le message à Poutine qu’il ne peut pas sortir gagnant de cette guerre. D’ailleurs ce dernier a déjà beaucoup perdu, ne serait-ce que sa réputation de dirigeant intelligent et stratégique capable de conduire son armée à une victoire assurée. Ça fait très mal pour un dictateur à l’égo gros comme le monde.

    Revenons à la petite phrase à la fin du discours de Biden. Il a simplement dit la vérité qui reflète le souhait de millions de personnes, mais le problème c’est qu’il n’est pas monsieur tout le monde qui peut bien dire ce qu’il pense sans qu’il y ait de conséquences.
    Il est le président des États-Unis et la moindre déclaration de sa part est examinée à la loupe afin de lui prêter de multiples interprétations.
    La preuve c’est que les éditoriaux du monde entier ne parlent que de cette phrase ce matin, au détriment du reste de son discours qui était remarquable.

    On aime les politiciens qui n’ont pas la langue de bois mais dans cette circonstance en particulier, Biden aurait dû se garder une petite réserve pour éviter que Poutine ne s’en serve comme argument pour justifier son invasion destructrice. Ce qui ne manquera pas de renforcer la conviction de la partie de la population qui le soutient.

  21. Chanounou dit :

    @Mona,
    Quel beau texte dont je ne doute pas de la sincérité d’une seule ligne !
    Le problème reste la Russie de l’intérieur , complètement coupée du monde d’une information différant de celle des autorités locales, abreuvée jusqu’à plus soif de slogans qui  » marchent à tous les coups « , à savoir une Europe pseudo  » nazifiée  » et une Europe qui , d’après les autorités locales, souhaite l’inféodation et l’humiliation de la Russie….
    Bien sur qu’il y a des groupuscules de salopards neo-nazis ds ts les pays d’Europe y compris en Suède ou aux Pays-Bas ! Mais faire de ces marginaux une règle dans nos sociétés, il faut le faire… Et comme on dit ici, une demi-verité est un mensonge complet!….
    Je crois malheureusement que ces arguments choc fonctionneraient avec pas mal de peuples … Il suffit de manipuler les infos suffisamment longtemps et suffisamment souvent , y compris avec des reportages  » bidonnés »…. Beaucoup sont suffisamment crédules….
    J’ai lu des sondages estimant à près de 70% le soutien populaire dont jouirait ce Putin de président … !!!! C’est absolument ef-fa-rant et ca va prendre du temps, pas mal de temps avant que la rue bouge… Des années? Pour moi, c’est hélas l’unité de temps envisageable…..
    On n’est pas en France où n’importe quelle grande g*eule mobilise les gilets jaunes jusque dans le dernier village de la Creuse (😉😃) en deux minutes quatorze et où un  » Canard Enchaîné » exhume les cadavres du placard dès qu’il les trouve !

    Comment vos amis russes envisageraient-ils d’informer leurs proches restées en Russie du déroulement des opérations en Ukraine? Seraient-ils seulement crus????

    1. Mona dit :

      @Chanounou
      Merci pour eux Chanounou. Oui, ils sont sincères et engagés, certains depuis longtemps car il y a parmi eux des historiens et des sociologues qui travaillent ( comme universitaires)sur les déplacements de populations sous Staline.
      Donc ils ont beaucoup de liens et d’amis en Ukraine et en Russie. Et ils travaillent au mieux, dans des conditions dangereuses.
      Il y a une résistance de l’intérieur mais il lui est très difficile de ne pas être incarcérée.

  22. Niouininon dit :

    Comme l’eau sur le dos d’un canard, ces paroles ne resteront pas longtemps dans le cerveau dérangé de VP. Mais ces paroles de Biden s’adressent principalement au peuple russe, ceux qui votent ou essaient de le faire, ceux qui veulent se débarrasser de la racaille au pouvoir. Ceux qui vont souffrir directement des sanctions à court et moyen terme. Ces mots ne sont pas plus agressifs que Criminel de guerre ou Boucher, mais ils contiennent un espoir… Biden est un fin renard… il ne parle pas pour rien, il sait moduler son message, quoiqu’en disent les stratèges en communication.

  23. étendre la portée et la durée….

    2 données dont poutine n’est pas le seul à les déterminer…..

    son armée a subi de lourdes pertes en 1 mois…

    pas mal tout le monde et sa soeur devine que cette guerre sera encore active cet été…..on se doute aussi que la guérilla deviendra de plus en plus l’image de cette guerre et que des civils en seront les victimes massivement…. et ce, peu importe les discours occidentaux….

    poutine ne se base pas sur les actions occidentales pour s’en prendre à l’Ukraine… rien ne le fera changer d’idée… ni les sanctions économiques, ni les embargos sur son pétrole, ni son isolement ….

    il prendra, peut-être, une partie de l’Ukraine mais rien n’est certain sur la reconnaissance internationale qui rendrait ce gain territorial effectif….
    il voudra prendre plus grand parce que Biden a osé dire qu’il n’était plus apte et digne de diriger la Russie? Rien ne soutient cette hypothèse…. il en a plein les bras depuis 1 mois sans aucun gain significatif….

    il pilonnera toutes les viles à 40 km de distance?… il détruira toute l’Ukraine??

    C’est la peur d’avoir peur qui s’exprime dans cette petite panique des mots…

    Les Russes ne sont pas des idiots… ça doit déjà se parler ici et là de remplacer poutine… mais on le sait qu’un dictateur c’est très difficile à faire tomber….

  24. Guy Gibo dit :

    La vraie gaffe ce n’est pas ce discours. La vraie gaffe c’est d’avoir déclaré au tout début que JAMAIS les Américains n’iront à la défense du peuple ukrainien… S’il pouvait s’abstenir de parler je m’en réjouirais. Il n’a sans doute pas aimé que le Président de la France et actuellement Président de l’Union européenne lui vole l’initiative. Un silence prolongé et le voilà qu’il débarque subitement sans plan, niet…

  25. Toile dit :

    La lecture toute, toute récente de Richard Hass sur la guerre en Ukraine et les réactions de Vlad.Loin d’être divergent de celle de Biden, en des mots plus « softs ».

    https://youtu.be/tw23QqTjHnI

  26. Layla dit :

    Joe Biden a été réélu au Congres à maintes reprises, et ses « nombreuses gaffes » n’ont pas empêché Barack Obama d’être élu et d’être réélu et malgré son « grand âge » jumelé à ses « nombreuses gaffes » il a été élu président.

    Ai-je besoin de rappeler que l’autre n’a pas été réélu?

    Les déclarations de l’autre m’ont fait trembler plus d’une fois.

    Je n’ai pas oublié à quel point il m’ a fait trembler avec « Son Feu et la Fureur » et son bouton plus gros que Kim.

    Je n’ai pas oublié à quel point il m’a fait trembler suite au meurtre du Gen. Soleimani qu’il a commandé qui aurait pu avoir des conséquences graves venant de l’Iran?

    Je n’ai pas oublié son… est mort comme un chien…et j’ai tremblé de peur et de dégoût.

    Je n’ai pas oublié à quel point j’ai eu peur à une guerre civile après les représailles qu’il a fait subir aux manifestants après le meurtre de George Floyd.

    Je n’ai pas oublié à quel point j’ai eu peur d’une guerre civile avant et après les élections de 2020.

    Je n’ai pas oublié à quel point j’ai tremblé avant, pendant et après le 6 janvier 2021.

    Et j’ai tremblé pour rien, alors non je ne vais pas trembler cette fois-ci.

    Faux. Honnêtement je tremble…mais je tremble de peine à cause de tout ce que ce chien, ce boucher, ce criminel de Poutine fait subir aux Ukrainiens à en perdre le sommeil.

    Mais la solidarité envers le peuple Ukrainien me donne de l’espoir pour notre monde, malgré ces sinistres individus.

    1. Haïku dit :

      @Layla
      Sages paroles ! 👍

  27. POLITICON dit :

    NÉO-RUSSES, VENT D’ESPOIR?

    Tous les Russes qui sont nés après la chute du rideau de fer n’ont aucun souvenir des sacrifices et privations sous les régimes de dictature de l’ex URSS. Ils ont plus de 30 ans aujourd’hui, sont nés avec les ordinateurs, l’Internet, téléphone cellulaire, Google, Wikipedia, Youtube et l’information continue. Ce sont eux en grande majorité qui sont au front pour anéantir un ennemi fabriqué par le monarque. Ils ne sont pas fous, ils voient, entendent, comprennent que Poutine les force à tuer pour agrandir ses palais et ses châteaux à l’aide de ses amis oligarques qui sillonnent les mers dans des yachts plus grand que vos églises.

    A une autre époque, il était beaucoup plus facile de contrôler l’information. C’était des hommes à cheval qui partaient tous azimuts annoncer les bonnes et mauvaises nouvelles. Ca prenait des semaines avant de savoir et comprendre ce qui s’était passé et encore, le bouche à oreille faisait son oeuvre. Aujourd’hui, ne cherché pas à cacher quoique ce soit, à forcer la nouvelle et la contrôler au bon vouloir d’un dictateur. La Russie n’est pas la Corée du Nord, ce n’est pas la Chine: elle a tranché depuis avec les régimes de l’ex-URSS. La glasnost (transparence, liberté de parole), la perestroïka (reconstruction, réforme économique et sociale) que j’entendais lorsque j’étais sur les bancs à l’université étaient un vent de fraîcheur pour ceux et celles qui se rappellent des tensions de la guerre froide.

    Bien courageux celui ou celle qui tentera d’enlever le téléphone cellulaire des mains d’un ado; l’empêcher d’avoir accès à Internet et de s’informer. Poutine fera face à un soulèvement sans précédent et l’Ukraine sera le dernier pays qu’il tentera d’assouvir. Ses généraux, ses conseillers, ses oligarques savent que le pays ne peut pas soutenir ces sanctions économiques et faire la guerre aux pays limitrophes en même temps. C’est une question de temps à mon avis.

    1. gascar53 dit :

      Je suis d’accord,mais combien de temps et de morts celà prendra voilà la question et tout çà à cause d’un sale con….

    2. Chanounou dit :

      @Politicon,

      « Bien courageux celui ou celle qui tentera d’enlever le téléphone cellulaire des mains d’un ado; l’empêcher d’avoir accès à Internet et de s’informer. Poutine fera face à un soulèvement sans précédent et l’Ukraine sera le dernier pays qu’il tentera d’assouvir »

      Puissiez vous avoir raison!
      La seule chose qui me fait tiquer, c’est justement la volonté des jeunes de s’informer…. Qu’ils utilisent Internet pour tout et n’importe quoi, c’est indubitable mais y a-t-il un vrai besoin d’information contradictoire , surtout lorsque les médias locaux assurent que tout va bien et se passe comme prévu sur le front d’une guerre qui n’en est pas une ?
      Un jeune de 20 ans va-t-il mettre en doute les médias officiels ( et je ne parle même pas de ses parents et grands-parents…) , surtout si ces derniers lui serinent à longueur de journaux TV ce que, comme chacun d’entre nous, il a envie d’entendre….., à savoir que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes….?
      J’ai une certaine habitude des ados que vous décrivez, mais je n’ai pas souvent observé ce comportement en recherche d’information que vous décrivez…, et croyez-moi que je le regrette. Mais…. à leur âge, avions nous cette conscience politique ?
      Ça va finir par arriver mais…, à mon humble avis, cela va prendre BEAUCOUP de temps…

      1. POLITICON dit :

        C’est un beau commentaire que vous faites là. Il est vrai qu’on peut se demander si les jeunes sont intéressés par la politique, l’économie, la presse internationale. Je me souviens d’avoir écouté un reportage il y a peut-être 5 ou 6 ans. C’était un reporter d’outre-mer qui posait des questions aux jeunes qui déambulaient près de la place rouge à Moscou. La question était la suivante: Que pensez-vous de Poutine? Les jeunes étaient en grande majorité en faveur de Poutine comme président, qu’il était fort, intelligent, qu’il défendait bien la Russie etc. Des jeunes avec des téléphones intelligents, bien habillés, ouvert sur le Monde, vraisemblablement instruits avec un futur devant eux. Un vrai futur et ils en étaient conscients.

        Aujourd’hui tout bascule! Les sanctions économiques sont terribles pour la population, la presse est contrôlée, des sanctions punitives et incarcération si maintenant ils prononcent le mot ‘guerre’. Quel est le futur pour ces jeunes? Leur réalité a changée à 180 degrés. C’est la crise autour d’eux, des parents, des amis perdront tout, faute de liquidités et de constater que les banques fermeront leur porte. On coupe Facebook, les médias sont pro-régime, on leur ment. Ces enfants d’hier peuvent témoigner de l’avant, du pendant et éventuellement de l’après Poutine. J’ai été vraiment surpris de voir les jeunes derrière leur président. Aujourd’hui, ils ne peuvent plus parler, leur vie en dépend. C’est sur cet aspect que je me dis que Poutine ne pourra pas franchir cette barrière.

  28. Charlot dit :

    Où est le problème? Si ça a 4 pattes comme un chat, miaule comme un chat, crache comme un chat, griffé comme un chat, c’est un chat! Si le dire clairement en choque, insulte, indispose quelques uns, c’est tout de même un chat! Parlez-en aux souris.

  29. Apocalypse dit :

    @Bartien – 09:16

    … légendaire … peut-être pas 🤣.

    Petit rappel à VOUS et bien d’autres sur ce blogue, Joe Biden n’est pas là pour dire des choses qui vont VOUS faire du bien, mais pour résoudre des problèmes ou du moins, essayer d’en résoudre et plus particulièrement, l’invasion de l’Ukraine.

    Si vous pensez que Joe Biden aide la situation avec de tels messages, grand temps d’aller prendre une longue marche pour aérer vos neurones.

    1. richard311253 dit :

      Apocalypse, 10h01

      On pourrait peut être y aller ensemble!

    2. Kelvinator dit :

      Donnez une seule raison pour appuyer vos critiques, une seule!

      On va attendre très longtemps…

    3. Benton Fraser dit :

      C’est le seul langage qu’un dictateur comprends… et presque le 3/4 des américains sont d’accord avec Biden sur sa citation.

      VOUS devez penser en dictateur!!!

      Lorsqu’un adversaire parle a un dictateur en état de guerre de façon nuancé, modéré et diplomatique, dans sa tête, c’est de la faiblesse chez l’adversaire, et son réflexe est qu’il peut continuer en toute impunité!

      Un dictateur, c’est comme un enfant de 5 ans: Tant que vous lui avez pas dit non d’un ton ferme, il va continuer d’étirer l’élastique!

  30. Toile dit :

    Un peu comme empêcher un chinois de cracher à terre dans un lieu public accompagné d’un raclement assez sonore de la gorge. Une affaire bien chinoise ( et vietnamienne – mettons qu’à 25 collés dans un bui bui, c’est vite insupportable d’autant que vraiment le raclement vient du fond de la gorge, un bruit de fond incessant – je vous grace de l’art de nettoyer une table quand le client part).

    A 500 jours des jeux olympiques de 2008, campagne anti crachats lancée par une brigade. 1 er avis : on vous montre comment cracher dans un mouchoir. 2 eme avis : 5 euros par crachat.

    https://www.dailymotion.com/video/xfddi5

  31. gascar53 dit :

    On peut lire beaucoup et être ignorant celà dépend à qu’elle abrevoir on se tiens…

    1. Cotenord07 dit :

      @ gascar53 :

      Une pratique régulière de la lecture permet aussi d’apprendre à écrire en faisant peu ou pas de fautes d’orthographe et de syntaxe, et à présenter son opinion et ses idées de façon cohérente, ce qui constitue un avantage non négligeable, si l’on ne veut pas passer pour un semi-analphabète lorsqu’on participe à un blogue comme celui-ci.

      Ceci étant dit, une pratique régulière de la lecture requiert un investissement de temps significatif.

      1. gascar53 dit :

        Je suis bien heureux d’être un semi-analphabethe mon vieux…

      2. Cotenord07 dit :

        @ gascar53 :

        Je suis heureux que vous soyez heureux.

        Le bonheur n’a pas de prix.

        Bon dimanche.

    2. Layla dit :

      @gascar 10:16
      vous allez passé à la moulinette😉mais vous êtes capable d’en prendre. Et il sera pas difficile de voir qui est heureux et qui est un pauvre malheureux.😉

      Lire c’est une bonne chose et je suis bien d’accord avec vous, le choix de nos lectures est important mais surtout savoir lire et peut importe la « tournure » de nos phrases, l’important c’est de bien se faire comprendre.

      Mon père n’était pas un semi-analphabète il était un analphabète, mais il savait lire, contradictoire❓…oh que non, il a développé «  le savoir entendre » «  le « savoir écouter » ainsi donc il a pu nous apprendre à lire avec discernement et jugement par son exemple.

      Il avait bien compris que l’éducation ne vient pas toujours avec l’instruction.

      Comme je l’ai déjà dit on peut-être un génie tout en étant un parfait goujat.

      1. gascar53 dit :

        On se rejoins parfaitement….

    3. Kelvinator dit :

      On remarque la vindicte habituelle de quelqu’un blessé dans son orgueil.

      1. Toile dit :

        Citation de Jean de La Bruyère

        « La moquerie est le langage du mépris, et l’une des manières dont il se fait le mieux entendre : elle attaque l’homme dans son dernier retranchement, qui est l’opinion qu’il a de lui-même. ”

  32. Gilles Morissette dit :

    La « gaffe »?

    Quelle « gaffe »?

    Les diplomates et leur langage feutré, plein de « subtilités », afin de ne froisser personne, ne sont rien d’autres qu’une bande de « m’as-tu-vu » qui s’offusquent (?) parce que pour une fois, un politicien n’a pas utilisé la « langue de bois » et a laissé parler son coeur d’être humain capable de s’indigner devant la « boucherie » auquelle nous assistons présentement.

    Cependant, il semble que dans le monde de la diplomatie, toute vérité n’est pas bonne à dire. Vaut mieux mentir, déformer la réalité, embellir les choses, quitte à les vider de leurs sens, afin de ne pas froisser la susceptibilité de persone.

    Froisser la susceptibilité de Putin? C’est une blague j’espère !!

    Cet enfoiré n’a besoin de personne pour se sentir « froissé ».

    La seule chose qui est « froissé » chez ce despote est son ego lorsqu’il constate que son agression contre l’Ukraine ne se déroule pas comme prévu.

    Contrairement aux autres politiciens en Occident, (ex. Trudeau, Macron), le président américain a « une paire de couiles » et il ne s’embarasse pas des convenances pour exprimer le fond de sa pensée, quitte à « choquer » les diplomates et autres bien-pensants.

    « Shocking my dear » !! YESSS, j’adore ça !!

    On aurait jamais vu ça de son prédécesseur.

    Il fait des « gaffes à répétition » selon certains? Tant mieux. C’est pour cela qu’il y a des gens qui l’apprécient.

    Continuez dans la même veine, monsieur le président !!

    Qui sait. Vous allez peut-être finir par brasser suffisamment la cage pour réveiller des consciences et leurs faire comprendre que cette guerre insensée est en train de mettre en péril notre démocratie.

    Pour les diplomates, les victimes ne sont que de vulgaires statistiques qu’on place sur une colonne un peu comme un bilan financier.

    WTF. Les victimes civiles, ces militaires morts, ces familles détruites sont plus que des statistiques.

    Ce sont des êtres humains, en chair et en os, qui avaient des projets, des rêves d’un monde meilleur pour leurs enfants mais qui ne les verrons jamais se réaliser.

    Voilà pourquoi le président Biden a supposément fait « une gaffe » en disant ce qu’il a dit à propos de Putin.

    Pour donner une voix à ces gens qui ne peuvent s’exprimer, trop occupé qu’ils sont à fuir afin de sauver leurs vies et celles de leurs familles.

    Le temps n’est plus aux belles paroles creuses, aux beaux discours vides dans les « grands salons et qui impressionnent tant certaines personnes.

    Il est temps de parler des « vrais affaires », d’appeler les choses par leurs noms, de clamer haut et fort que cette foutue guerre doit cesser.

    Parlez-vous, trouver des solutions, des compromis mais arrêtez ce massacre.

    Le peuple russe doit comprendre qu’il en va de sa responsabilité d’agir et d’indiquer à Putin que « assez c’est assez ».

    Facile à dire, diront certains. C’est vrai mais ça doit être fait car le sort de l’humanité en dépend.

    Comme le dit si bien M. Hétu: « Le débat est lancé.!!

    1. Toile dit :

      On fait très souvent les mêmes lectures d’une situation. Ici encore.

      Mon ajout : Zelenszki chevauche en ces temps de guerre une fonction de commandant des armées mais c’est la fonction président du peuple qui les consolide et nous émeut tant, connecté à son coeur.
      Un privilège hormis à Biden ?

  33. Samati dit :

    La prétendue gaffe de Biden n’en est peut-être pas une. La phrase peut avoir un effet dévastateur dans un cerveau dérangé comme celui de Poutine. Il est possible que Biden ait consulté des psychologues qui lui ont recommandé d’utiliser des mots qui pourraient accroître la paranoïa de Poutine.

    Déjà que ce dernier se tient éloigné (de plusieurs mètres) de ses conseillers et ministres, cette phrase pourrait accroître sa paranoïa et possiblement l’inciter à se débarrasser « à la poutinienne » de ceux qu’il perçoit comme des traitres. Un de ses derniers discours était particulièrement éloquent sur ce point où il voyait des traitres partout en Russie et désirait augmenter la répression à leur égard.

    Des membres de son entourage immédiat, de peur de devenir la ou les prochaines victimes de cette folie, pourraient passer en action et réussir à nous débarrasser de ce tyran.

    1. Cotenord07 dit :

      @ Samati :

      Ben voyons donc !

      Si la déclaration surprise de Joe Biden, qui n’apparaissait pas dans le texte préparé de son discours, avait été préméditée, préparée et calculée, pourquoi donc alors les collaborateurs de Joe Biden se sont-ils immédiatement précipités pour la « clarifier », la « mettre en contexte », et préciser que le président Biden n’avait aucunement comme objectif un changement de régime à Moscou ?

      1. Toile dit :

        En disant cela que les collaborateurs de Biden se sont précipités pour corriger les dires de Biden, vous cautionner quasiment à la prémédication de Biden. Une interprétation qui en vaut une autre.
        Mais puisque vous lui prêtez que Biden fait des gaffes à répétition, ça me mélange un peu. Est ce de la spontanéité naïve alors ?
        Et quand même bien, ce fut prémédité, ca change euh rien au prix des bananes.

      2. Samati dit :

        @ Cotenord07

        On appelle cela de la stratégie, du bluff, stratégie très courante dans le monde des affaires, en particulier celui que je connais, les ressources naturelles.

        Laisser croire à l’adversaire que l’on a fait une gaffe, mais qui, en « background », peut avoir un effet significatif sur une future décision.

        Dans le cas d’un cerveau dérangé, comme celui de Poutine, cette phrase pourrait accroître sa paranoïa et éventuellement inciter son entourage de se débarrasser de lui avant que ce dernier passe à l’action.

      3. Cotenord07 dit :

        @ Samati :

        Je crois que vous avez tendance à transposer de façon exagérée votre expérience du monde du commerce international des ressources naturelles à la politique internationale.

        Je crois aussi que vous avez tendance à idéaliser le fonctionnement de ce monde (celui du commerce international des ressources naturelles), comme s’il devait être un modèle pour l’ensemble des activités qui ont lieu sur la Terre.

        Plus concrètement, vous pouvez tenter de rationaliser la gaffe du président Biden à l’infini si vous le souhaitez, mais jusqu’ici, les témoignages recueillis et les interprétations des experts des questions politico-militaires de Washington indiquent bien qu’il s’agit d’une gaffe commise dans un moment d’égarement et de grande spontanéité, et non pas d’une déclaration prévue à l’avance et qui serait le résultat d’un processus de réflexion approfondie.

      4. Kelvinator dit :

        Je crois aussi que vous avez tendance à idéaliser « l’interprétations (d’une poignée) d’experts des questions politico-militaires de Washington », en choisissant seulement ceux que vous voulez en oubliant le reste. La preuve étant le manque d’argument que vous avancez, préférant répéter l’opinion des autres plutôt que la vôtre.

      5. Kelvinator dit :

        Parce que la Maison Blanche se défend face aux critiques sans fondement, cela prouve que sa déclaration n’était pas préparé!?

        Comme on dit : « Ben voyons donc ! »

  34. gigido66 dit :

    Parce qu’on dit de lui qu’il est un grand gaffeur, on affirme immédiatement que Biden vient de faire une erreur monumentale. Pourquoi?
    Tout simplement parce qu’il a laissé parler son coeur et ses émotions. Certains diront qu’il n’a pas le droit de le faire…qu’il doit garder son sang froid devant ces injustices et atrocités en tant que chef d’une nation….Poutine, lui, se permet non pas de parler mais d’agir et de massacrer…de laisser parler sa rage.
    Et Biden devrait rester zen…!
    Oui, je suis en accord avec ce qu’il a dit. Un discours empreint d’humanité, devant et pour des gens qui subissent et souffrent des monstruosités de ce despote minable et dégueulasse.
    Oui, Poutine ne devrait pas être au pouvoir parce qu’il l’a usurpé et pour trop longtemps, même au-delà de sa condition mortelle d’humain en s’assurant de ne jamais être puni pour ses actions criminelles.
    Oui, Poutine est dangereux et ce, pour toutes les démocraties du monde. Sa soif de pouvoir est infinie. La vérité doit être dite et répétée en boucle et en chaîne. Il s’offusquera, personne n’aime se faire dire la vérité…encore moins lui. Il se posera en victime d’un abus de langage…d’ingérance dans sa sphère communiste…
    Hypocrisie, il faut se méfier de ce regard de rat coincé. Il est capable du pire.
    Il a l’admiration de trop de psychopathes et tyrans qui rêvent d’en faire autant pour seulement se contenter de le mettre en sourdine, afin de ne pas attiser son ire d’un autre siècle.
    Qu’on ne pense qu’à « La Chose » qui, en catimini, lui laissait tout l’espace pour amoindrir et même tuer la démocratie américaine.
    Poutine a agi de façon hypocrite dans ce dossier…par en dessous, dans l’ombre, loin des lumières, comme dans bien d’autres cas aussi.
    Il faut bien, qu’à un moment donné, quelqu’un pointe les projecteurs sur lui et révèle la nature du monstre.
    Au moins, cela aura été dit franchement, sans ménagement, sans courbettes.
    Peu importe, maintenant que cette phrase soit attribuée aux gaffes répétitives que Biden peut faire. Ce sera l’excuse rapidement trouvée pour enrober LA SIMPLE VÉRITÉ et endormir la furie du monstrueux petit tsar.

  35. Bantu Steve Biko dit :

    …C’est ce qu’on appelle « Saying the quiet part out loud ». …On savait que l’occident menait une guerre proxy contre la Russie au travers de l’Ukraine dans le but de déstabiliser Putin mais c’est maintenant verbaliser…

    …Cette enflure verbale (si elle en est une) démontreque que l’occident semble être bien prêt à voir l’Ukraine se faire rayer de la carte si ça peut mener au but ultime de voir Putin débarquer…

    1. Benton Fraser dit :

      Vous confondez l’occident et la dictature de Poutine!

      Une autre victime de la propagande d’une dicture….

  36. jeanfrancoiscouture dit :

    Qui se rappelle que c’est la Russie de Poutine qui, en annexant illégalement la Crimée, s’est auto-exclue du G8 aussi appelé le G7+1?

    Prenez la peine de relire (ou lire) cet excellent (à mon humble avis, bien sûr) résumé dans le Figaro International. Poutine n’a qu’à s’en prendre à lui-même s’il s’estive victime de la «cancel culture».

    https://www.lefigaro.fr/international/avec-l-exclusion-de-la-russie-en-2014-comment-le-g8-est-redevenu-le-g7-20190819

  37. Cotenord07 dit :

    Monsieur Hétu et lecteurs du blogue,

    Voici un article de fond du Washington Post qui pourrait fournir un excellent thème pour un futur billet.

    « Russia’s war in Ukraine galvanizes extremists globally »
    Sommaire : « Some are seeking combat experience that authorities fear could incite violence far from today’s front line. »
    By Isaac Stanley-Becker and Souad Mekhennet
    The Washington Post
    Sunday,March 27, 2022, at 3:00 a.m. EDT

    https://www.washingtonpost.com/world/2022/03/25/germany-far-right-ukraine-russia/

    Il y est question des militants d’extrême-droite d’Europe et d’ailleurs dans le monde que le conflit russo-ukrainien attire comme un aimant. Plusieurs de ces militants sont de jeunes Allemands.

    Certains sont sympathiques à la cause ukrainienne ou hostiles à la Russie, et partent combattre en Ukraine (par exemple dans le régiment Azov). D’autres sont sympathiques à la cause de la Fédération de Russie et espèrent assister à l’affaiblissement de l’OTAN, une organisation qu’ils exècrent.

  38. Helene dit :

    Il a dit ce qu’il pense, il n’a pas fait dans la diplomatie.
    Si on ne dit jamais ce que l’on pense, on arrive à ne plus penser. Pour moi, la gaffe est bien plus de faire la guerre à ses voisins que de dire la vérité.

    1. Haïku dit :

      Bien vu !

  39. Toile dit :

    Tiens, je me sens semi analfabete , une persone en mal de sintaxe et d’ortografe.

    Je dis à tous ceux qui se sentent ainsi ou qui sont visés ainsi: écrivez ce que vous pensez et le pourquoi. On s’arrangera bien avec le contenant. L’important est votre message, le contenu.

    C’est pas parce qu’il y a des fotes que votre propos de fait pas de sens. Et faudrait pas vous sentir diminué pour autant, exempt de tout forum sous ce seul prêt texte.

    Il y a des gens à l’instruction modeste qui ont tout même reçue une éducation. Il y a des gens peu instruits qui ont la sagesse de l’âme, une affaire pas donné à tous.

    Il y a des gens instruits qui malgré leurs connaissances n’arrivent pas à lire.

    Comme quoi on est humain.

    1. Kelvinator dit :

      Et il y a des gens paresseux qui ne se relise pas…
      C’est vraiment bas comme attaque à mon avis.

    2. richard311253 dit :

      Toile, 11h16

      Bien d’accord avec vous.

      Pour bien communiquer, cela demande d’écrire. Plus tu écris, plus tu deviendra un bon communicateur.

      1. Toile dit :

        Vrai mais l’art oratoire comporte aussi son lot de pièges. Combien de gens se sont fait emberlificoter par de belles paroles sous pretexte «  qu’eux » savent. On sorte de domination de l’instruction. On enrobe la bêtise dans de si jolis mots quand on les connait. Certains les utilisent même pour justifier des guerres.

      2. richard311253 dit :

        Toile, 11h59

        À qui le dites vous!

  40. Adum dit :

    Et que dites vous des discours de Poutine ? Il semble évident pour tous que ce genre de dirigeant n’a pas sa place à la tête d’un pays. Pourquoi avoir peur de le dire peut importe les représailles. Ce n’est pas par lâcheté que nous vaincrons.

  41. P-o Tremblay dit :

    Appelons un chat un chat

  42. Samati dit :

    Un autre excellent reportage de Vice News réalisé sur le terrain et qui donne la vision d’horreur qui est maintenant le quotidien de la population ukrainienne dévastée par l’invasion russe. Les russes utilisent des « cluster bombs » (bombes à fragmentation ? je ne suis pas sure de la traduction), ce qui est un crime de guerre lorsqu’utilisés contre des civils.

    Évitez de couper des oignions en regardant ce reportage.

    1. Haïku dit :

      @Samati
      Merci pour la vidéo.
      ———-
      Désolée, mais j’ai « coupé des oignions en regardant le reportage ».
      C’est vraiment déchirant !!!

  43. Cotenord07 dit :

    À propos des sanctions et du retrait des entreprises occidentales du territoire de la Fédération de Russie, Le Figaro offre une série d’articles intéressants et qui sont libres d’accès :

    « Partir ou rester ? Le dilemme des entreprises françaises implantées en Russie »
    Par Laetitia Lienhard
    Le Figaro
    Publié le 24/03/2022 à 12:35, mis à jour il y a 5 heures

    https://www.lefigaro.fr/societes/guerre-en-ukraine-les-entreprises-francaises-face-au-dilemme-de-quitter-la-russie-20220324

    1. Cotenord07 dit :

      Un autre article sur le même thème :

      « Guerre en Ukraine : Auchan assume rester en Russie, une décision justifiée «du point de vue humain» »
      Par Le Figaro avec AFP
      Le Figaro
      Publié il y a 16 heures, mis à jour il y a 7 heures

      https://www.lefigaro.fr/flash-eco/auchan-assume-rester-en-russie-une-decision-justifiee-du-point-de-vue-humain-20220327

  44. Cotenord07 dit :

    À ceux et celles qui s’intéressent à la planification stratégique et aux scénarios possibles, la plus récente mise à jour du quotidien Le Monde identifie un scénario de partition du territoire ukrainien qui peut sembler plausible.

    Et la source de cette info est le chef du renseignement ukrainien.

    « Guerre en Ukraine, en direct : le chef du renseignement militaire ukrainien craint une séparation du pays, comme en Corée »
    « Les déclarations de Kyrylo Boudanov interviennent alors que le commandement russe a surpris, vendredi, en annonçant « concentrer le gros des efforts sur l’objectif principal : la libération du Donbass ». »

    https://www.lemonde.fr/international/live/2022/03/27/guerre-en-ukraine-en-direct-le-chef-de-la-diplomatie-ukrainienne-appelle-a-boycotter-les-supermarches-auchan_6119324_3210.html

    Si une partition du territoire a lieu, il reste à voir où exactement le territoire sera divisé.

    1. el_kabong dit :

      @cotenord

      Et vous en pensez quoi de cette éventuelle partition?
      Pour? Autrement dit il est acceptable pour un pays d’envahir son voisin brutalement, détruire ses infrastructures, massacrer sa population pour lui voler une portion de territoire?
      (Note : je ne me rappelle pas avoir lu nulle part que vous auriez condamner l’agression russe ou montrer le moindre empathie à la population ukrainienne qui en souffre)

      1. Cotenord07 dit :

        @ el_kabong :

        Je crois avoir déjà indiqué sur ce blogue que l’invasion de l’Ukraine n’aurait pas dû être déclenchée par la Fédération de Russie.

        Je crois avoir aussi exprimé sur ce blogue mon appui à l’approche réaliste ou pragmatique dans le domaine des relations internationales, approche qui jouit de l’appui d’un certains nombre de spécialistes renommés aux États-Unis et ailleurs dans le monde, et qui soutient que ce conflit aurait pu être évité par des compromis de part et d’autre.

        Je suis suffisamment sensible à la cause des Ukrainiens pour avoir fait une contribution financière significative (compte tenu de mes ressources financières) au fonds que la Croix-Rouge canadienne a créé afin de venir en aide aux Ukrainiens déplacés.

        Par ailleurs, lorsque je serai à la retraite, vers la fin de 2022 ou le début de 2023, il y a de bonnes chances que je m’impliquerai dans l’accueil des réfugiés ukrainiens qui aboutiront sûrement dans la région où j’habite.

        En ce qui concerne la partition du territoire de l’Ukraine, je crois que cette issue aurait pu être évitée s’il y avait eu des compromis de part et d’autre avant le déclenchement du conflit, mais je crois aussi qu’il est maintenant trop tard pour éviter cette issue.

        J’espère avoir répondu à vos questions.

        Bonne journée.

      2. el_kabong dit :

        @cotenord
        « Je crois avoir déjà indiqué sur ce blogue que l’invasion de l’Ukraine n’aurait pas dû être déclenchée par la Fédération de Russie »

        Pourtant, vous avez toujours des justifications sur toutes les actions russes…

        Vous ne répondez à rien du tout, autre que votre habituel appel au sophisme d’autorité (dont vous êtes l’utilisateur-champion hors catégorie)… note: pour chaque « expert » d’accord avec votre position, on peut en trouver autant et plus de l’opinion contraire – car c’est bien ce dont il s’agit ici : des opinions, non des faits, ou des évidences, ou des certitudes; des o-pi-ni-ons)…

        Par ailleurs, on se demande bien par quel compromis, l’Ukraine aurait pu éviter le charcutage de son territoire, considérant les demandes initiale de l’agresseur russe (auxquelles vous avez toujours été sympathiques, d’ailleurs); le charcutage du territoire ayant déjà été promulgué de facto par l’envahisseur (et reconnu par aucun pays démocratique)…

    2. oeufoulepoussin dit :

      Des informations contradictoires circulent en ce moment sur les mouvements des russes autour de la ville de Kiev. Je doute que l’information que nous avons reçu hier du haut commandement russe soit exacte, et que Kiev est toujours dans la mire des russes.
      Avec toute la désinformation qui circule sur le net, il est difficile de se faire une tête sur ce qui se passe réellement sur le terrain.
      Si je me fie au discours de Putin, Kiev devrait faire partie du territoire sous contrôle des russes.

      Et comme le disait Biden, cette bataille sera longue. (mois ou années)

      1. Toile dit :

        « Avec toute la désinformation qui circule sur le net, il est difficile de se faire une tête sur ce qui se passe réellement sur le terrain.
        Si je me fie au discours de Putin, Kiev devrait faire partie du territoire sous contrôle des russes.« 

        Me semble que ces 2 phrases ne vont pas ensembles. Parlant de toute la désinformation qui circule, vous vous en remettez à star des stars de la désinfo. D’une neutralité imparable!

      2. oeufoulepoussin dit :

        Dans l’hypothèse d’un fractionnement de l’Ukraine (dernière nouvelle du jour venant des ukrainiens)
        je crois que Putin fera tout ce qu’il peut (est-ce que se sera suffisant ?) pour prendre Kiev.

        Car Kiev, mère des villes russes, selon une expression bien connue, représente un symbole important aux yeux de Putin.

        Voici un extrait du texte suivant:
         » « La Crimée, en soi, c’est très peu pour Poutine. Poutine a besoin de Kiev, la mère des villes russes. Le fondement de l’orthodoxie vient de là. Je ne suis pas au fait de l’état psychique de Poutine, mais je crois qu’il ressemble à un éternel dragon insatiable. Je le vois comme un croisé qui veut libérer le tombeau du Christ. C’est une plate-forme idéologique qui peut réunir la majorité de la population parmi les orthodoxes dans la Fédération de Russie. »  »
        https://theconversation.com/kiev-mere-des-villes-russes-ou-kyiv-pilier-de-la-nation-ukrainienne-178675

  45. Samati dit :

    Un commentaire en appui avec la déclaration de Biden :

    « Palmer Report @PalmerReport

    The Kremlin can whine all it wants. Republicans can lie all they want. Pundits can spin whatever nonsense they want. But the fact is, Joe Biden found a clever way today to significantly accelerate Putin’s downfall. Even the Kremlin now knows it has to take out Putin to survive. »

    *https://twitter.com/PalmerReport/status/1507862029960458241

    Les commentaires (tweets) joints à ce tweet donnent également des points de vue intéressants de ce qui peut se jouer en coulisse. Il ne faut pas perdre de vue que le gouvernement américain semblait savoir à l’avance ce que préparait Poutine. Il y a peut-être une taupe au Kremlin/FSB qui veut la tête de ce mythomane.

  46. brady4u dit :

    @Cotenord07

    Joe Biden n’est pas un ambassadeur, mais le président des USA.

    S’il sort de son texte ou de celui que d’autres ont préparé pour lui, ce n’est pas à Jen Psaki et à son équipe de le corriger, sauf factuellement.

    En d’autres temps, je comprends que Sarah Huckabee Sanders ait eu à le faire, mais elle n’avait pas affaire à un président qui a été tour à tour sénateur, vice-président et maintenant président et tout cela sans interruption depuis bientôt 50 ans.

    Je préfère croire ce que le président a dit plutôt que ce que son staff de communications qui nous dit ce qu’il a vraiment voulu dire.

    Parlant de boucher, en voici un autre, mais de Lyon et non de Moscou :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Klaus_Barbie

    ======================================

    Les fautes.

    Bien des fautes seraient évitées si WordPress permettait une prévisualisation de ce nous désirons transmettre comme commentaire.

    En particulier, certains accords de verbes.

    Mais, tout compte fait, je préfère lire un texte qui a des fautes et de la substance plutôt qu’un texte insignifiant et sans fautes.

    1. Cotenord07 dit :

      @ brady4u :

      En ce qui concerne la question de la pureté linguistique, je fais parfois des fautes moi-même, à cause de la distraction principalement. Lorsque cela se produit sur ce blogue, je souhaiterais effectivement pouvoir corriger ces fautes.

      Je crois aussi que les règles de rédaction de la langue française sont trop complexes encore aujourd’hui, et qu’elles devraient être simplifiées. Cela donne lieu à des échanges intéressants avec ma femme, qui est plus conservatrice que moi à cet égard.

      Je ne suis donc pas nécessairement le puriste linguistique que certains peuvent imaginer.

      L’échange concernant la qualité de la langue été engendré par le message suivant, que gascar53 m’a transmis plus tôt, à 9 h 55 : « Tu lis trop cote nord…» (sic). Voici l’hyperlien qui correspond à ce commentaire :

      https://richardhetu.com/2022/03/27/retour-sur-la-gaffe-de-joe-biden/comment-page-1/#comment-399799

      Dans le Sept-Iles où j’ai vécu mon enfance et mon adolescence, dans les années 1960 et 1970, personne de la génération de mes grands-parents et de la génération de mes parents, deux générations qui étaient moins instruites que la mienne, aurait reproché à quelqu’un de « lire trop »…

      Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas un partisan de la promotion de l’ignorance…

      Bonne journée.

  47. Kelvinator dit :

    En ce dimanche, la veille des Rameaux, dans un esprit d’inclusivité, j’ai un message pour Christophe de Suisse :
    *https://www.youtube.com/watch?v=3bWM1zsnTJc 😉

    1. Kelvinator dit :

      Haha, trop vite, mauvais lien, mauvais nom!
      Je me trompe en Christophe!
      Message prise 2 : *https://www.youtube.com/watch?v=q22z0Kwl22Q

  48. Pierre s. dit :

    ———————–

    et la gaffe des 4 ans de complaisance et d’aplaventrisme de l’idiot utile ????
    Pas mal plus dommageable à mon sens.

    Il aura permis à Poutine de se servir des USA et possiblement par Trump d’avoir accès
    à une mine d’or d’info sensibles.

  49. Toile dit :

    Les frontières, une affaire mouvante dans l’humanité, de tous temps. Ça avance, ça recule. Généralement issues d’une lutte entre états ou entre clans. L’empire romain, grec, Ottoman, perse, la partition de l’Inde etc….

    Frontières : ligne de séparation entre des territoires étatiques ou internationaux. Rappel de son origine militaire : le front, ligne où des forces armées se font face. Il s’agit d’une construction politique identitaire et potentiellement conflictuelle. Le pluriel dans le sujet indique qu’il existe différents types de frontières, pour différentes fonctions et objectifs recherchés (
    • Qui trace les frontières ? Les acteurs de la géopolitique internationale : États, institutions.Tracer une frontière concerne au moins deux territoires et deux acteurs, placés en rapport de force.

    Les frontières répondent à des objectifs qui varient selon l’histoire et les territoires : quelles sont leurs fonctions, quelles relations supposent-elles entre les acteurs ?

    Les frontières sont un moyen de protéger son territoire mais aussi de se partager des territoires convoités et enfin peuvent servir à séparer des systèmes politiques adverses.

    Faque oui, c’est possible que ca change. On est pas rendu là.

    1. Bob Inette dit :

      « L’amour d’un pays est une chose magnifique ;
      mais pourquoi l’amour devrait-il s’arrêter à une frontière ?. »
      (Pablo Casals)

      1. Haïku dit :

        Excellente citation ! 👌👍

    2. Bob Inette dit :

      “Les pays, c’est des conneries, ils n’existent que sur les cartes.
      les villes, elles, [et les régions, à la limite!] existent vraiment.”
      (Denis Guedj)

      Le *pays*, c’est une vision de l’esprit…
      Un concept qui n’existe que sur les cartes et dans votre passeport!
      Faut plutôt se demander ce qu’on peut faire pour sa famille… ses amis…
      son entourage… ses voisins… son quartier… sa communauté…
      Le nationalisme est quelque chose à laquelle on peut se raccrocher quand on a le sentiment de ne pas avoir accompli grand chose dans la vie. Une manière de se donner une identité et un sens d’appartenance sans être obligé d’y mettre de l’effort et de s’impliquer.

      Au-delà de sa municipalité et des limites de sa région,
      vous seriez aussi bien de vous demander ce que vous devriez/pourriez faire
      pour aider la… planète!! Penser globalement mais agir localement!

      L’État sert d’abord l’état et ceux qui le financent pour le maintenir en place!!
      Point à la ligne…

      Parlant de conneries…

      “Ce qui empêche les gens de vivre ensemble,
      C’est pas leurs différences, c’est leur connerie.”
      (Anna Gavalda)

      — Croire que son pays est le meilleur ne veut pas dire qu’il est supérieur et que les autres sont moins bons.

      Le nationalisme, ce n’est pas l’amour de son pays – surtout quand on voit les nombreuses querelles de clochers entre les différents disciples et apôtres qui disent partager une cause commune mais qui sont incapables de s’entendre sur les bases idéologiques et les moyens pratico-pratiques pour y parvenir – mais le désir de pouvoir et de contrôle d’une Intelligentsia sur le peuple.
      C’est aussi une expression d’insécurité, d’apitoiement un peu agressif, un manque de confiance individuelle
      qui débouche trop souvent sur un intégrisme dominateur de ses propres minorités.

  50. Pierre s. dit :

    ———————–

    Et la  »gaffe  » de Biden n’est pas une gaffe ….
    Simplement l’expression claire de ce que souhaite 75% de la planète.
    Et possiblement 50% des Russes.

    Ca fait qu’un moment donné faut appeler un chat un chat
    Et dévorer une poutine pour ce qu’elle est, un ramassis de n’importe quoi.

    parce qu’actuellement la Russie s’enlise dans un conflit qui devait être une formalité
    et la presque totalité des pays sont contre lui …. et la Chine est indisposée.

  51. zcommezebulon dit :

    Soit je suis un grand idéaliste, soit va falloir que je revoie mes classiques.

    M. Biden a été élu avec 81’268’924 voix et 306 Grands électeurs, Président des États-Unis en 2020.
    À part quelques guignols, personne ne conteste son élection.

    Un Président reste le patron de son administration, le patron de ses ministres et enfin le commandant en chef de son armée, c’est ce que lui confère la constitution américaine jusqu’à nouvel avis.

    Mais surtout, il reste son propre patron lors de SES discours. Il est totalement LIBRE de faire comme il l’entend. Il n’a AUCUNE obligation de suivre le texte écrit par sa plume (rédacteur de discours).

    Il y a une sale habitude de la part de la presse américaine dans son ensemble de s’appuyer sur des analystes a deux sous pour chercher à analyser, comprendre, chercher la petite bête dans des déclarations politiques d’importance. Tout doit être mis sous la loupe, tout doit rentrer dans une case. Ça ne rentre pas dans une case, c’est une gaffe ! Il faut bien occuper le temps d’antenne ou remplir des pages d’encres.

    Il y a un problème avec Biden, il parle avec ses tripes, son cœur, il ne dérape pas, il ne fait pas de gaffe, il est juste humain comme vous et moi !
    S’ajoute à ceci que c’est un vieux briscard de la politique. Il est aussi malin qu’un renard, croire le contraire est une erreur.

    Ce jour en question, il venait de visiter des réfugiés, il a vu des enfants victimes de cette guerre, il a été bouleversé, les images le démontrent.

    Il a donc fait comme à ses habitudes, il a été au-delà de la bienséance du faux-cul politique. Il a posé la problématique sur la table, franco ! Après libre a son administration de clarifier ses propos.

    Les personnes normalement constituées, saluent son discours. La presse Européenne salue son discours. Les gouvernements Européens saluent son discours. Il y a un bémol, Macron. C’est normal, ce dernier subi les pressions d’un électorat de Z (Zemmour) pro-poutine a quelques jours d’une élection et dans un cadre électoral, il a besoin de laisser à entendre qu’il garde un dialogue pour parler à Vlad.

    Je rappelle que plusieurs journaux européens ont titré : « Biden, le discours de sa vie ! »

    La réaction de la Russie suites aux propos de M. Biden a plutôt été molle.

    Interrogé sur les propos de Joe Biden qui demande le départ de Vladimir Poutine – « cet homme ne peut pas rester au pouvoir » -, Dmitry Peskova, a répondu : « Ce n’est pas à Biden de décider. Le président de la Russie est élu par les Russes ».

    Je ne lis nulle part que Vlad est tellement furieux qu’il va appuyer sur le bouton rouge suite aux quatre vérités de Biden lancé à sa face.

    Alors toutes proportions gardées, même si Biden n’est pas parfait, en ce qui me concerne, j’ai trouvé parfaites ces déclarations et je les partage totalement !

    J’en ai un peu marre de ses polémiques stériles de la part de la presse …

    1. gl000001 dit :

      Excellent texte !!

    2. Layla dit :

      @Zcommezebulon 12:50
      Je me joins à @gl000001 c’est 💯excellent💯

  52. Samati dit :

    Un point de vue plus qu’intéressant sur la sortie de Biden. J’ai aggloméré les tweets et les ai traduit (Canadien français) en utilisant la dernière version Word.

    David Rothkopf @djrothkopf

    Brief, cool-headed, foreign policy analysis on why the President saying Putin has got to go is not a problem.
    1.) It’s true. So long as Putin is at the helm in Russia, the country will be isolated, and its people will needlessly suffer.
    2.) Offending a sociopathic mass-murderer who has serially violated internationally law, committed countless war crimes and crimes against humanity, and has the deaths of tens of thousands of innocents on his hands, is not actually the wrong thing to do.
    3.) No, seriously, what is he going to do that he has not already done? (And please, he is not going to escalate the war because Biden called for him to go when countless others have done so, called him a war criminal, and worse.) He’s not that thin skinned.
    4.) The Russian outrage would have come no matter what Biden said.
    5.) Putin called Ukraine a Nazi country. He asserted he has a claim to many of the countries of Eastern Europe. He has threatened the world with nuclear war. He’s the one to whom the world should take offense.
    6.) It will, in the end, make absolutely no difference in this war. Putin’s real outrage is that his army has performed miserably, Ukraine has been heroic and most of the nations of the world have acknowledged this.
    7.) See point 1.) Repeat if necessary.

    p.s. How come all the people who were whining that Biden was not tough enough are now clutching their pearls because his language was too strong? (And please note: Biden has been tougher on Putin than any of his predecessors…by a lot. It’s not even close.

    *https://twitter.com/djrothkopf/status/1507879643960983558

    ========================

    1.) Une brève analyse froide de la politique étrangère sur les raisons pour lesquelles le président disant que Poutine doit partir n’est pas un problème.
    C’est vrai. Tant que Poutine sera à la barre de la Russie, le pays sera isolé et son peuple souffrira inutilement.
    2.) Offenser un meurtrier de masse sociopathe qui a violé en série le droit international, commis d’innombrables crimes de guerre et crimes contre l’humanité, et a la mort de dizaines de milliers d’innocents sur ses mains, n’est pas vraiment la mauvaise chose à faire.
    3.) Non, sérieusement, qu’est-ce qu’il va faire qu’il n’a pas déjà fait? (Et s’il vous plaît, il ne va pas intensifier la guerre parce que Biden l’a appelé à partir alors que d’innombrables autres l’ont fait, l’a qualifié de criminel de guerre, et pire.) Il n’a pas la peau si fine.
    4.) L’indignation russe serait venue quoi qu’en dise Biden.
    5.) Poutine a qualifié l’Ukraine de pays nazi. Il a affirmé qu’il a une revendication sur de nombreux pays d’Europe de l’Est. Il a menacé le monde de guerre nucléaire. C’est lui à qui le monde devrait s’offusquer.
    6.) En fin de compte, cela ne fera absolument aucune différence dans cette guerre. Le véritable scandale de Poutine est que son armée s’est comportée lamentablement, que l’Ukraine a été héroïque et que la plupart des nations du monde l’ont reconnu.
    7.) Voir le point 1.) Répétez si nécessaire.

    p.s. Comment se fait-il que tous les gens qui se plaignaient que Biden n’était pas assez dur tiennent maintenant leurs perles parce que son langage était trop fort? (Et s’il vous plaît noter: Biden a été plus dur avec Poutine que n’importe lequel de ses prédécesseurs … de beaucoup. Ce n’est même pas proche.

    1. Madalton dit :

      Il ne faut pas oublier qu’il a dit qu’il voulait purifier son peuple.

  53. Apocalypse dit :

    @zcommezebulon – 12:50

    Je suppose que votre premier café n’a pas encore pris effet, car vous mélangez ce qui se passe dans une démocratie avec ce qui se passe dans une … dictature. 🤔

    Petit rappel: Joe Biden est président des Etats-Unis qui sont une démocratie!

    Ce qui fait qu’il est entouré – qu’il s’entoure – de gens – en qui il a confiance et qui vont l’aider durant sa présidence; de gens qu’il va écouter!

    1. zcommezebulon dit :

      C’est bien la différence avec Vlad, merci de l’avoir souligné.
      Vous vouliez dire quoi plus précisément au sujet de l’administration Biden et de son patron ?
      Car en dehors de vos sauts de mouton, vous ne donnez aucune suite aux réponses ou questions.

    2. Toile dit :

      Ca vous énerve pas que ce petit napoléon fasse tourner le monde au son de ses bottes armées dans ses mains comme l’imitait si bien Charlie Chaplin dans son film «le dictateur »? Qu’est ce que vous comprenez pas dans « il a parlé avec son coeur «  ? Qu’est-e que vous ne comprenez pas dans l’extrait du discours cité par @Layla en 8h55? Le monde n’est pas si offusqué de ses propos. Faites le tour, du monde ordinaire, du monde politique. Ici même, la notion de gaffe n’est pas avalée.

      Pourtant vos textes sont presque toujours sans fotes.

    3. Layla dit :

      @Apocalypse
      ❓❓❓

    4. Toile dit :

      Certainement que Biden va écouter le monde qui l’entoure. Ecouter ne veut pas dire répéter. Est-ce cela le vrai fond du problème existentiel que vous soulevez ? Sinon, expliquez moi. Moi pas comprendre.

      1. gl000001 dit :

        Il veut la perfection !!

    5. Benton Fraser dit :

      Bizarre que vous donnez la leçon sur la différence entre une démocratie et une dictature!

      P.S.: La grande majorité des américains (et du monde entier) pensent que la Russie se porterait mieux sans Poutine, faut croire que Biden écoute son monde!

  54. brady4u dit :

    @Cotenord07

    Je suis un tantinet surpris que votre femme soit plus conservatrice que vous; ne la présentez surtout pas à Mike Pence.

    Cela ne veut pas dire que vous êtes un woke ou partisan du cancel culture.

    J’ai toujours aimé lire et toujours en tenant mes livres de la main gauche; non pas parce que je me complaisais dans la littérature érotique, mais parce qu’à cause de mon atrophie, je ne peux pas me servir de ma main droite.

    Quoique j’ai bien aimé lire Pierre Louÿs, Henry Miller et Anaïs Nin.

    1. Cotenord07 dit :

      @ brady4u :

      Dans ce cas-ci, que vous ayez lu en tenant votre tablette de la main gauche, de la main droite ou des deux mains en même temps, il semble que vous avez lu trop vite.

      Dans mon commentaire précédent, l’expression « (…) qui est plus conservatrice que moi à cet égard » signifie simplement « qui est plus conservatrice que moi sur le plan linguistique ».

      Il n’y a donc aucun lien avec le conservatisme de Mike Pence.

      Bonne journée.

  55. oeufoulepoussin dit :

    L’état séparatiste du Lougansk se prépare à faire un référendum quant à une adhésion possible à la Russie.

    https://www.rferl.org/a/ukraine-separatists-referendum-join-russia/31773083.html

    1. zcommezebulon dit :

      «Tous les faux référendums dans les territoires occupés temporairement sont nuls et non avenus et n’auront aucune légitimité», a réagi sur Twitter Oleg Nikolenko, porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères. «Aucun pays au monde ne reconnaîtra la modification sous la contrainte des frontières de l’Ukraine, reconnues internationalement», a-t-il ajouté. «Au contraire, la Russie sera confrontée à une réponse encore plus ferme de la communauté internationale, ce qui intensifiera encore plus son isolement sur la scène mondiale».

      1. oeufoulepoussin dit :

         » «Aucun pays au monde ne reconnaîtra la modification sous la contrainte des frontières de l’Ukraine, reconnues internationalement», a-t-il ajouté.  »

        Tout les pays alliés à la Russie reconnaîtront cet état de fait. Mais ce n’est pas le plus important.
        À partir du moment ou la région du Lougansk rejoint la Russie, tout les combats qui se mèneront sur le sol de cette région, se feront sur le sol russe. (aux yeux des russes)
        Cela change la donne, et la manière que les russes répliqueront.

      2. zcommezebulon dit :

        À moins que je me trompe, il y a déjà une guerre présentement entre la Russie et l’Ukraine ?
        Je ne comprend pas ce que vous voulez démontrer au travers d’un « changement de donne » et de la « réplique russe » en ce qui concerne Lougansk.

      3. oeufoulepoussin dit :

        La guerre se ne fait pas sur le sol russe en ce moment, mais en Ukraine, ce qui ne sera plus le cas si le Lougansk rejoint la Russie.
         » Des combattants  »néo-nazis » (rhétorique des russes) semant le chaos et destruction dans la sainte Russie. »
        C’est dans ce sens que la donne changera.

      4. gl000001 dit :

        Vous avez oublié un mot « si le Lougansk ILLÉGALEMENT rejoint la Russie. »

      5. oeufoulepoussin dit :

        On pourra aller se plaindre dans les hautes instances internationales.

      6. gl000001 dit :

        Si vous y allez, j’y vais avec vous !

      7. oeufoulepoussin dit :

        À l’ONU dans un lieu et un temps quelconque.

         » Je laisse maintenant la parole aux représentants du blog de M. Hétu, qui aimerait vous faire part …..  »

        RUSSIE: je vote contre
        CHINE: moi itou

    2. Toile dit :

      Rien de neuf. Les autres régions auto proclamées aussi. C’est un peu la crainte qu’exprime le chef des services de renseignements ukrainiens à savoir qu’à terme on puisse imposer un règlement à la Coréenne, déjà que l’on veut imposer une autre monnaie.

  56. Cotenord07 dit :

    Voici comment un média officiel russe, RIA Novosti, exploite la déclaration du président Biden, ostensiblement dans le but de diviser le camp occidental ou de montrer au lectorat russe que le camp occidental est déjà divisé et ne parle pas d’une même voix :

    RIA Novosti
    « 15:16 27.03.2022 217221 »
    « Macron commente les remarques de Biden sur Poutine »
    « Le président français Macron déclare qu’il ne se permettrait pas d’insulter Poutine »

    https://ria.ru/20220327/makron-1780337554.html

    « PARIS, 27 mars – RIA Novosti. Le président français Emmanuel Macron a déclaré sur France 3 qu’il ne se permettrait pas de faire des remarques offensantes sur le président russe Vladimir Poutine comme l’a fait Joe Biden.

    Il a commenté les remarques peu diplomatiques sur Poutine faites par le leader de la Maison Blanche lors de sa visite dans un camp de réfugiés ukrainiens à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine. Ce n’était pas la première fois que Biden s’exprimait durement sur son homologue russe.

    « Je pense qu’il faut s’appuyer sur les faits et tout faire pour que la situation ne devienne pas incontrôlable. Je n’utiliserais pas de tels mots car je continue à avoir des discussions avec le président Poutine », a déclaré M. Macron.

    Selon lui, « nous avons fait le choix de ne pas intervenir militairement dans le conflit. Il doit d’abord y avoir un cessez-le-feu, puis un retrait complet des troupes russes d’Ukraine, a ajouté M. Macron.

    « Si nous voulons cela, nous ne devons pas escalader la situation avec des mots ou des actions », a conclu le dirigeant français.

    (…)

    &&&&&

    Traduction obtenue via l’application Deep L.

    1. ctbourgeois dit :

      Macron se permet de critiquer Biden au profit de Poutine qui se sent important et écouté, mais quel est le résultat de ses multiples pourparlers avec Poutine depuis trois semaines ? Nothing…

      Il essaie d’amadouer un ancien espion du KGB qui a été formé pour être un combattant et un manipulateur de l’ennemi, non pas un diplomate, Macron se croit supérieur, mais il ne réussit rien de mieux que Biden jusqu’à date !

      1. cotenord07 dit :

        @ ctbourgeois :

        Le point principal ici, c’est l’exploitation de cette nouvelle dans le but de donner l’impression que le camp occidental est divisé.

      2. Layla dit :

        @ctbourgeois 13:55

        Comme je disais ce matin il y aura des élections présidentielles en France le 10 avril. Ce qu’il dira après ne me surprendra pas.

        Il dit « Je n’utiliserais pas de tels termes car je suis toujours en pourparlers avec le président Poutine. »

        Alors je suis en droit de me demander il dirait quoi s’il n’était pas en pourparlers avec Vlad?

        Joe Biden ne se sentira pas offensé. Il sait lire entre les lignes.

      1. cotenord07 dit :

        @ zcommezebulon :

        Quel que soit l’enjeu, Macron est maintenant détesté par une partie non négligeable de la population française.

        Les Gilets jaunes, ça vous dit quelque chose ?

        Comme je l’ai indiqué plus haut, le point principal ici, c’est l’exploitation de cette actualité (la phrase prononcée spontanément, qui ne faisait pas partie du texte original du discours du président Biden), dans le but de donner l’impression que le camp occidental est divisé.

      2. zcommezebulon dit :

        Pour clore le sujet Macron.
        Je me souviens très bien de sa bromance qui a mal tourné avec Trump. Il a cru tout comme avec Vlad, réussir à l’amadouer.

        Macron est un nain sur le plan international, malgré son excellente maîtrise de l’anglais. C’est clairement un Padawan sur la scène internationale. On va aussi éviter d’aborder sa déclaration malheureuse au sujet de l’OTAN qui selon lui était en mort cérébrale.

        Il a été humilié par le 45 et maintenant par Vlad à chaque coup de fil. Il a clairement un problème de crédibilité et de gaffes à répétition 😉

        Petit rappel douloureux 👇

      3. oeufoulepoussin dit :

        Et par Biden dans l’affaire des sous-marins australiens.

  57. Toile dit :

    Bien oui. Belle récupération. On s’en doutait pas mal. Pis ?

    Biden s’est exprimé de façon sanguine, surement bien conscient de la portée de ses mots, ne se faisant plus aucune illusion sur la possibilité de le raisonner le dictateur élu, les négo s’enlisant de surcroît.
    Macon prend une autre approche, celle le raisonner : écoute Vlad….

    1. gigido66 dit :

      Bonne chance Macron…amener à la raison celui qui résonne de ses tambours! Il se joue de toi…il se fout de toi…regarde à quel point il finaude, regarde la grande distance physique qu’il prend quand il te rencontre…regarde son regard pour t’amadouer…pendant ce temps précieux perdu, ses canons continuent de bombarder pour détruire…

      1. Toile dit :

        A date, disons que peu importe les approches, ça donne ce que ça donne, des insignifiances. Macron a donné l’heure juste de sa lecture des entretiens tenus avec lui. Je ne lui ferai pas l’atteinte à son intelligence de le croire naïf. Ses efforts ne sont pas vains: ils nous éclairent sur la fin de non recevoir. Macron essaie malgré tout. Aux résultats de ses efforts, il n’est pas tenu.

  58. Cotenord07 dit :

    Un autre article instructif du Washington Post :

    « ‘Diminishing returns’: What can change Putin’s course in the Ukraine war? »
    By Paul Sonne and Robyn Dixon
    The Washington Post
    Today at 4:00 a.m. EDT

    https://www.washingtonpost.com/world/2022/03/27/putin-ukraine-limits-war/

    Parmi les facteurs mentionnés :

    – Les pertes humaines et matérielles russes sur le terrain.
    – Le recrutement de nouveaux soldats (surtout via la conscription, qui commencera le 1er avril).
    – L’approvisionnement en munitions.
    – L’approvisionnement en autres biens matériels nécessaires pour la conduite des opérations militaires.
    – La logistique (acheminement des fournitures aux unités déployées sur le terrain).

    Facteurs reliés à l’économie de la Fédération de Russie :

    – La baisse des revenus engendrés par la vente de pétrole et de gaz à l’étranger.
    – La compression généralisée des activités économiques dans la Fédération de Russie.

    L’article tend à postuler ou supposer que la Fédération de Russie ne recevra pas beaucoup de soutien de la République populaire de Chine. Il faudra attendre pour savoir si ça sera le cas.

    L’article ne mentionne pas l’impact des liens économiques entre la Fédération de Russie et d’autres pays importants, en particulier l’Inde et le Brésil.

    1. Samati dit :

      @ Cotenord07

      « L’article ne mentionne pas l’impact des liens économiques entre la Fédération de Russie et d’autres pays importants, en particulier l’Inde et le Brésil. »

      L’Inde devrait continuer d’acheter le pétrole russe et pourrait payer en roupies. L’Inde l’avait fait avec l’Iran, mais ce dernier pays s’est rendu compte que les roupies ne pouvaient être utilisées que pour acheter de la camelote indienne, et en plus la roupie avait perdu à cette époque près de la moitié de sa valeur. Il n’est pas évident que l’Inde puisse continuer d’acheter des armes de la Russie, cette dernière ayant besoin de ses stocks. Quelle route prendra le pétrole à destination de l’Inde ? Les restrictions maritimes actuelles pourraient empêcher la Russie d’exporter plus. À examiner l’impact sur les routes maritimes (à venir).

      Le Brésil est un compétiteur de la Russie pour les ressources naturelles (pétrole, métaux et minéraux) et les céréales. Aucune opportunité économique importante pour la Russie.

      Même problématique avec l’Afrique du Sud, aucune opportunité économique importante sauf pour quelques livraisons (à rabais) de pétrole.

      1. cotenord07 dit :

        @ Samati :

        Je trouve condescendante, voire méprisante, l’expression « acheter de la camelote indienne ».

        Cette expression me rappelle les préjugés et stéréotypes que bon nombre de Britanniques avaient à propos de l’Inde, après qu’elle ait cessé d’être une colonie britannique.

        Elle me rappelle aussi les lieux communs à propos des biens de consommation japonais dans les années 1960-1970, et les lieux communs à propos des biens de consommation chinois dans les années 1980-1990,

        En ce qui concerne les relations économiques entre la Fédération de Russie et l’Inde, je vous recommande ce « Brief on India-Russia Economic Relations », qui est hébergé sur le site Internet de l’ambassade de l’Inde à Moscou, et qui semble être relativement à jour.

        https://www.indianembassy-moscow.gov.in/overview.php

      2. Samati dit :

        @ Cotenord07

        Vous confirmez indirectement l’idée que l’Inde produit des biens de consommation de qualité douteuse (certains que l’on retrouve dans les magasins-dollars) en les comparant aux biens de mauvaise qualité produit autrefois au Japon et en Chine. La qualité des produits japonais figure maintenant au sommet de l’échelle et ceux de la Chine, excluant les biens produit sous licence, au milieu de l’échelle.

        Les biens produits sous licence en Inde sont de qualité, mais ceux produits (souvent des imitations légales ou illégales) laissent à désirer. Éventuellement la qualité des biens devrait s’améliorer. En matière de service, l’Inde par contre fournit des services de haute qualité en ingénierie et en informatique.

        Quand au commentaire sur la camelote indienne, il vient de dirigeants iraniens qui montraient leur frustration pour avoir vendu du pétrole en monnaie indienne plutôt qu’en dollar lors des sanctions initiales (avant l’entente signée par Obama et rejetée par Trump).

        Compte tenu de la faible liquidité des monnaies indienne et russe au niveau du commerce international, je suis persuadé que le commerce entre les deux pays se fera en dollar (les deux pays en ont de bonnes réserves et ne sont pas toutes gelées).

      3. gl000001 dit :

        Et que dire de la qualité parfois douteuse des médicaments génériques produits aux Indes !! On a eu plain de reportages là-dessus, il y a quelques années.

      4. gl000001 dit :

        plein !!!

  59. NStrider dit :

    Je viens de trouver un document « historique » qui pourrait servir de base à Biden et Zelinsky lors de leurs négociations avec Vlad l’envahisseur.

    https://youtu.be/35xmOj03l3k

    1. gigido66 dit :

      Un beau souvenir…😉

    2. zcommezebulon dit :

      😁 👍

    3. Toile dit :

      Oh c’est trop drôle. Tellement. Ca relâche la rate.
      Bon, l’ennui avec Vlad c’est qu’il monte les enchères, lui les baisse.
      De kessé de typique on pourrait trouver en Ukraine ? L’humour ? Ah ça ça serait un beau cheval de Troie! Autres suggestions ?

    4. Haïku dit :

      @NStrider
      Hé hé hé ! 😂

  60. Kelvinator dit :

    Superbes sources de références trouvé sur la chaîne YT de Xavier Tytelman pour ceux qui veulent approfondir les détails :

    Liste complète des véhicules détruits et capturés avec preuve photographique, dont le « 1L260 Zoopark-1M counter-battery radar complex », arme à la fine pointe de la technologie russe qui permettra aux américains de comprendre de font en comble comment fonctionne ces engins :
    https://www.oryxspioenkop.com/2022/02/attack-on-europe-documenting-equipment.html?m=1

    Carte collaborative qui retrace le mouvement des troupes, les zones de combats et autres éléments issu de a surveillance, comme des la présence de nombreux lance-missiles Iskander au Bélarus.
    https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?mid=1nxCcNPTSh_G0og6bAWqQvgP_8EAJ9dIK&ll=46.77425290844887%2C33.632136077433586&z=7&entry=yt

  61. Layla dit :

    D’où ça vient l’idée que la dernière phrase de Joe Biden ne faisait pas partie du texte original?

    Et depuis quand un président ne peut pas ajouter du texte? Un président, soit un commandant en chef ce n’est pas rien, c’est juste un lecteur de prompteur?

    Wow avec de tels arguments aussi bien dire qu’ils ont zéro argument.

    1. Toile dit :

      Parlant de zéro

      «  tu veux te décupler, te centupler, trouves toi des zéros ». Friedrich Nietzsche dixi l’ours

    2. cotenord07 dit :

      @ Layla :

      Ça vient tout simplement du fait que les collaborateurs du président Biden ont indiqué qu’il s’est écarté du texte de son discours, et qu’ils s’évertuent à faire du « damage control » à ce sujet depuis le discours.

      Or, ce sont ces collaborateurs qui planifient et rédigent les textes du président, selon les grandes directives que celui-ci émet.

      1. Toile dit :

        Et ? C’est tout ?

      2. Layla dit :

        @Cotenord07

        Vous me répondez « Ça vient tout simplement du fait que les collaborateurs du président Biden ont indiqué qu’il s’est écarté du texte de son discours, et qu’ils s’évertuent à faire du « damage control » à ce sujet depuis le discours. »

        Du fait que…❓un fait…vous ne parlez sûrement pas d’un fait alternatif❓
        …ont indiqué…est-ce un synonyme de « dire officiellement »❓ou si indiqué fait plus référence dans votre esprit à sujet à interprétation❓Soit que vous avez interprété?

        Le discours que j’ai lu et relu et analysé est sur le site de la WH.

        Et ce matin j’ai revérifié sur le site de la WH et sur le compte Twitter du
        Potus, le compte de Jen Psaki, des vidéos informatifs de la WH sur YouTube, rien…je viens de refaire l’exercice et toujours rien.

        Je ne vois rien venant des collaborateurs …. Comment est ce un fait alors?

        Je vous cite. «  Or, ce sont ces collaborateurs qui planifient et rédigent les textes du président, selon les grandes directives que celui-ci émet. »

        Bon je veux bien la jouer comme vous. Le président doit lire les textes rédigés par ses collaborateurs sur les prompteurs.

        Ceci étant dit, on fait quoi avec l’autre phrase qui n’était pas sur son prompteur?

        Deux fois qu’il s’écarte du sujet lors du même discours, quel vilain😉 …les collaborateurs vont devoir sévir, et sait-on jamais il s’est peut-être écarté d’eux ou trois de plus.

        https://youtu.be/f0vY8UxkCrA

      3. Cotenord07 dit :

        @ Layla :

        Je me fie habituellement sur des articles du New York Times et du Washington Post pour savoir ce qui se passe à la Maison-Blanche et dans l’entourage du président.

        Le site des relations publiques et des communications officielles de la Maison-Blanche est évidemment utile, mais il est peu probable que Madame Jen Psaki et les autres spécialistes en communication de la MB vont publier des communiqués officiels concernant les gaffes et les autres erreurs du président.

        Je vous recommande la lecture de l’article suivant du NYT, dans lequel plusieurs représentants officiels du gouvernement des États-Unis, dont Monsieur Anthony Blinken (Secrétaire d’État) et Madame Julianne Smith (ambassadrice des É-U auprès de l’OTAN) sont cités.

        « American officials scrambled to clarify Biden’s suggestion that Putin ‘cannot remain in power.’ »
        Emily Cochrane, Chris Cameron and Lara Jakes
        March 27, 2022

        https://www.nytimes.com/2022/03/27/world/europe/biden-putin-speech-reaction.html

        « Administration officials and lawmakers stressed on Sunday that the United States was not seeking regime change in Russia over President Vladimir V. Putin’s invasion of Ukraine despite President Biden’s comment that the Russian leader “cannot remain in power.”

        Capping a series of diplomatic summits in Europe, Mr. Biden delivered a speech on Saturday in Poland about the war in Ukraine. An apparently ad-libbed remark at the conclusion of his address — “For God’s sake, this man cannot remain in power” — quickly eclipsed the rest of his speech.

        Government officials — from the White House to senior lawmakers on Capitol Hill — were quick to say that the remark was not intended as a call for a regime change, underscoring the precarious effort to punish Russia for attacking Ukraine while avoiding an escalation in the war.

        On Sunday, U.S. officials were still trying to walk back and clarify the comment.

        “We do not have a strategy of regime change in Russia or anywhere else, for that matter,” Secretary of State Antony J. Blinken told journalists in Jerusalem after meeting with Israel’s foreign minister, Yair Lapid. “In this case, as in any case, it’s up to the people of the country in question. It’s up to the Russian people.”

        Julianne Smith, the U.S. ambassador to NATO, told CNN’s “State of the Union” that Mr. Biden’s remarks were “a principled human reaction” to the Ukrainian refugees he had met in Warsaw. But, she insisted, “the U.S. does not have a policy of regime change in Russia. Full stop.”

        Senior lawmakers maintained a similar position on Sunday, with Senator Jim Risch of Idaho, the top Republican on the Foreign Relations Committee, saying he wished Mr. Biden “would stay on script.”

        Mr. Risch said that even suggesting regime change would inevitably “cause a huge problem,” calling the remark a “horrendous gaffe” in an otherwise good speech.

        “The administration has done everything they can to stop escalating — there’s not a whole lot more you can do to escalate than to call for a regime change,” he told CNN’s “State of the Union.”

        “I’ll walk it back right now — that is not the policy of the United States of America,” he added. “Please, Mr. President, stay on script.”

        Senator Rob Portman, Republican of Ohio, said on NBC’s “Meet the Press” that the comment “plays into the hands of the Russian propagandists and plays into the hands of Vladimir Putin,” though he described the speech as “very strong, despite the ad-lib at the end.”

        The chairman of the Senate Intelligence Committee, Senator Mark Warner of Virginia, echoed comments from the White House.

        “It is up to the Russian people to determine who is going to be in power in the Kremlin,” he told CNN.

        Representative Michael McCaul of Texas, the top Republican on the House Foreign Affairs Committee, said that “the fact is, anytime the United States has said — spoke out for a regime change, it hasn’t worked out so well.”

        “I know it was off the cuff, but whatever the president says, it carries a lot of weight,” Mr. McCaul told CNN’s “State of the Union.” He said the remark threatened to overshadow the push to send additional military assistance and other aid to Ukraine in its fight against Russia. »

  62. cotenord07 dit :

    En lien avec le thème du billet :

    « In Europe, the reaction to Biden’s Putin comments is mixed. »
    Emma Bubola
    The New York Times
    Sunday, March 27, 2022, 3 hours ago

    https://www.nytimes.com/live/2022/03/27/world/ukraine-russia-war#in-europe-the-reaction-to-bidens-putin-comments-is-mixed

    En bref :

    1) appuis exprimés en Italie;

    2) désaccords exprimés en France, au Royaume-Uni et en Allemagne.

    Long extrait de l’article :

    « After President Biden called President Vladimir V. Putin of Russia a “butcher” and said that he could not remain in power, European officials reacted with a mix of rejection and admiration. The French and British governments distanced themselves from Mr. Biden’s remarks and the prospect of regime change, while others welcomed his blunt tone.

    “I wouldn’t use this kind of words,” President Emmanuel Macron of France said in a television interview on Sunday after he was asked to comment on Mr. Biden’s speech. He said he hoped to obtain a cease-fire and the withdrawal of Russian troops from Ukraine through diplomacy.

    “If we want to do this, we mustn’t escalate,” he said, “neither with words nor with actions.”

    Britain’s government took a similar stance.

    “I think that is up to the Russian people,” Nadhim Zahawi, the education secretary, said in a television interview on Sunday, when asked if the British government thought Mr. Putin should go. “The Russian people will decide the fate of Putin and his cronies.”

    He added that he was sure that both the United States and Britain agreed that the Russian people should decide how they wished to be governed, echoing the White House’s clarification that the president’s speech was not calling for regime change.

    Tobias Ellwood, a conservative British member of Parliament, said Mr. Biden’s comment was unwise. “It’s for the Russian people to draw this (obvious) conclusion,” he wrote on Twitter, “Putin will spin this, dig in and fight harder.”

    On Saturday, Dmitry Peskov, the Kremlin spokesman, said that it was not for Mr. Biden to decide who the Russian president should be. Vyacheslav Volodin, a senior Russian lawmaker, wrote in on Telegram that neither Boris N. Yeltsin nor Mikhail S. Gorbachev, who ruled during the Cold War, was the target of similar comments by American heads of state.

    “The reason for this behavior will be more professionally explained by psychiatrists,” Mr. Volodin said. “U.S. citizens should be ashamed of their President.”

    Many in the West worried that Russia would try to use Mr. Biden’s remarks to its advantage.

    The comment risked “turning the war for the defense of Ukraine to a familiar one of American aggression,” Patrick Wintour, the Guardian’s diplomatic editor, wrote on Sunday, “Any unseating of Russia’s president is that country’s business, not that of the U.S. president.” He called the remarks “a badly needed gift” to a Russian government that is skilled at depicting the United States as an “imperialistic bully.”

    He said it also made it harder for mediators of the crisis, such as Turkey, Qatar and China, to convince Mr. Putin to turn back.

    René Pfister, the Washington bureau chief for the German newspaper Der Spiegel, also criticized Mr. Biden.

    “Joe Biden has the special talent of tearing down with his loose mouth what he has previously worked hard to build up,” Mr. Pfister wrote. “But now it’s not about a failed election campaign slogan, but about war and peace.”

    Italian officials and commentators had a more favorable view of Mr. Biden’s remarks.

    Mr. Biden had used words “that must make Putin clearly understand that he has to stop,” the foreign minister, Luigi Di Maio, said on Italian television on Saturday night. Mr. Biden, he said, made “a very clear speech, he used resolute words. But let’s remember that on the other side, Putin uses bombs.”

    Jacopo Iacoboni, an Italian journalist and a prominent critic of the Russian government who usually opposes Mr. Di Maio’s party, the Five Star Movement, agreed.

    “You might criticize Biden in many ways, but is there any European leader who says, clearly, this simple truth?” he wrote on Twitter. “Putin cannot stay in power.”

    Maurizio Molinari, the director of the La Repubblica newspaper, wrote in an editorial that Mr. Biden’s words reflected the objective of the pro-Ukraine coalition. “Sanctions will stay in place,” he wrote, “as long as ‘the war criminal’ stays in power.” »

  63. Gilles Gougeon dit :

    Une gaffe? Peut-être que non.
    Il a fallu l’attaque des Japonnais sur Pearl Harbour en décembre 1941 pour que les USA se décident d’entrer de plain pied dans la guerre contre l’Allemagne Nazie. Les Américains n’ont jamais eu tendance à priori à se présenter comme le « gendarme de la démocrtatie », mais ont toujours accepté de fournir leurs muscles militaires (et leurs ambitions économiques) pour aider leurs amis menacés.
    Or, l’Union européenne n’est pas un pays mais un rassemblement de pays démocratiques européens qui souhaitent éviter à tout prix, et avec raison, une nouvelle guerre « mondiale » sur leur territoire. (On raconte même que Henry Kissinger, une fois interpelé sur la puissance de l’Union européenne, avait répondu à la blague: « L’Union européenne? Ont-ils seulement un numéro de téléphone? » !) L’UE serait un géant économique mais un nain politique.
    C’est dans ce contexte que j’interpète les phrases et le vocabulaire de Biden qu’on lui reproche au sujet de Poutine.
    Bien sûr il a dit tout haut ce que la majorité des citoyens du monde libre pense. Mais, du même coup, il a laissé à Macron et aux Européens le soin d’assumer les relations diplomatiques nécessaires à cheminer vers la fin de cette maudite guerre absurde. Une guerre qui permettra sans doute aux pays démocratiques européens de s’affirmer un peu plus comme une « entité nationale » à défaut d’être un pays.
    C’est pourquoi Macron, actuellement candidat à sa réélection comme Président de son pays et par coincidence patron temporaire de l’Union européenne, peut jouer la carte de la diplomatie alors que les USA de Biden continueront de l’accompagner en touche militairement et financièrement pour neutraliser Poutine.
    Il n’y a que les Russes qui arriveront à se débarrasser de Poutine. Mais, pour beaucoup de ces Russes, la Sainte alliance slavo-orthodoxes leur permet de rêver à la résurrection de la Grande Russie du 19e siècle. Et Poutine agit comme leur « gourou ».
    Bref, on veut bien soutenir les Ukrainiens mais à condition de leur permettre de s’intégrer définitivement à l’Europe. Biden y va à distance et Macron en voisin immédiat.
    Enfin, a-t’on déjà reproché à Trump d’avoir déjà manqé de diplomatie face à qui que ce soit?

    1. Toile dit :

      Je ne peux que souscrire avec force à votre lecture.

      1. N. dit :

        Je seconde.

    2. cotenord07 dit :

      @ Gilles Gougeon :

      Dans cette crise, le gouvernement des États-Unis s’est surtout illustré comme :

      1) le champion des sanctions et de l’isolement de la Fédération de Russie;
      2) le grand fournisseur de renseignements militaires classifiés à l’Ukraine (un facteur décisif dans la résistance ukrainienne et dans la déconvenue russe);
      3) le grand fournisseur d’armement à l’Ukraine (un facteur décisif dans la résistance ukrainienne et dans la déconvenue russe);
      4) un des grands fournisseurs de formation militaire à l’Ukraine, depuis 2014 (un facteur décisif dans la résistance ukrainienne et dans la déconvenue russe);
      5) le leader de l’OTAN et de l’alliance plus ou moins formelle de la communauté des Five Eyes ou «Anglosphère» (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande, ces deux derniers pays étant moins impliqués que les autres dans la crise actuelle);
      6) et possiblement, via le Secrétariat d’État et l’ambassade des États-Unis à Kiev (Kyiv), le fournisseur de conseils stratégiques au gouvernement de la République d’Ukraine. Nous ne connaîtrons probablement pas tous les aspects de ce soutien avant plusieurs années.

      Dans le contexte actuel. en particulier compte tenu des déclarations récentes du président Joe Biden, il est difficile d’imaginer que le gouvernement des États-Unis va participer directement aux négociations qui mèneront au règlement définitif ou intérimaire de ce conflit.

      Ceci ne signifie toutefois pas qu’il ne continuera pas à jouer un rôle important en arrière-plan.

      1. Toile dit :

        « Dans le contexte actuel. en particulier compte tenu des déclarations récentes du président Joe Biden, il est difficile d’imaginer que le gouvernement des États-Unis va participer directement aux négociations qui mèneront au règlement définitif ou intérimaire de ce conflit.

        Ceci ne signifie toutefois pas qu’il ne continuera pas à jouer un rôle important en arrière-plan.« 
        —-

        En premier plan, en deuxième plan, en avant, en arrière, dans les parterres, dans les gradins, quelle importance? Comme un orchestre, chacun y joue sa partition, de préférence à l’unisson . L’objectif, c’est d’y mettre fin. 0n es tu d’accord ?

      2. zcommezebulon dit :

        Professor,
        Il est faux d’affirmer que les USA sont les champions des sanctions.
        Il y a actuellement 690 sanctions américaines.
        Le champion reste le Royaume-Uni avec 861 sanctions, suivi par la Suisse avec 774 sanctions. Le Canada est à la traine avec 686 sanctions.
        C’est ici 👇
        https://www.castellum.ai/russia-sanctions-dashboard

  64. Toile dit :

    Par le plus grand des hasards, vous n’auriez pas trouvé celle du Zimbabwe?

  65. anizev dit :

    « Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir. Que Dieu vous bénisse tous. Et que Dieu défende notre liberté, et que Dieu protège nos troupes »
    Ce qui me scandalise ici 😉, c’est de mentionner Dieu par-ci, Dieux par-la. On s’en sacre. Si j’étais Dieu (on se sait pas lequel d’ailleurs), je n’oserais pas trop me montrer la face avec toute la merde qui se passe présentement en Ukraine ou ailleurs.

    1. oeufoulepoussin dit :

      Que mes pensées et mes prières vous accompagnent.

      1. Haïku dit :

        @anizev et
        @oeufoulepoussin

        Ajout amical:
        « Je ne sais pas si Dieu existe,
        mais ce serait mieux pour sa réputation s’il n’existait pas. »
        (Jules Renard).

      2. oeufoulepoussin dit :

        Dieu, dans sa grande sagesse, décida de laisser aux Hommes le libre choix…. enfin pour certain.

      3. gl000001 dit :

        Je vous relance avec Loco Locass, Groove grave.

        Dieu est mort, faut bien qu’on l’remplace,
        Qu’on remplisse le vide qui prend toute la place

      4. Bob Inette dit :

        “Et puis si j’étais le bon Dieu
        Je crois que je serais pas fier
        Je sais on fait ce qu’on peut
        Mais il y a la manière.”
        (Jacques Brel)

      5. Surlaclôture dit :

        Mon grain de sel :

        Moi, si j’avais été Dieu, le septième jour je ne me serais pas reposé. J’aurais fignolé.

        Le Chat de Philippe Geluck

      6. Bob Inette dit :

        « Dieu, dans sa grande sagesse, décida de laisser aux Hommes le libre choix…. enfin pour certain. »

        Certain que Mr. Limon et Miss Côte-levée n’ont pas bénéficié de cette sagesse,
        sans compter la noyade de l’humanité entière parce que les « Hommes » n’adoraient pas leur créateur assez fort !!

        OK! Juste pour le plaisir de la chose… Admettons que Dieu, dans son infinie bonté, a donné le libre arbitre à ses créatures.

        Mais on doit aussi admettre qu’il n’en a pas accordé de façon égale à tous les êtres humains et que, selon le hasard de l’endroit ou on naît et la famille et l’environnement qui les entourent, la majorité des humains ont moins de choix et d’opportunités d’exercer ce libre arbitre que ceux qui ont la chance d’être mieux nantis juste du fait de leur naissance!

        Cela veut aussi dire qu’un dieu omnipotent et omniscient a donné la capacité de libre arbitre à Henrich Himmler, sachant parfaitement bien ce que ce dernier allait en faire! Quand les trains à bestiaux roulaient en direction d’Auschwitz, il a dû y avoir des dizaines et des dizaines de milliers de personnes dans ces trains qui ont prié, pas pour eux-mêmes mais pour leurs enfants.

        Dieu n’a rien fait!

        S’il y a une chose qu’on peut dire en toute confiance, c’est que Dieu n’interviendra pas.
        C’est un fait, tout simplement. Ce n’est même pas un grief mais une simple constatation
        Je ne fais que souligner le fait inéluctable que si Dieu est capable de faire des choix moraux, il en fait aussi des immoraux!
        Mais c’est pas grave… C’est l’Être suprème et il peut faire tout ce qu’il veut sans qu’on ait quoi que ce soit à redire.

        Et si Dieu nous a effectivement donné la capacité de libre arbitre, qu’est-ce qui vous fait penser qu’il ne tolère pas ce que nous en faisons. Si Dieu en premier voit le mal et qu’il ne fait rien pour l’empêcher, c’est, par définition, parce qu’il tolère le mal ou encore qu’il n’en a rien à cirer! Les « péchés » d’omission sont tout aussi fautifs que les « péchés » de commission.

        Si on apprend qu’une personne nourrit le projet de tuer tous les enfants dans une classe d’école,
        on appelle la police, n’est-ce pas? On fait quelque chose.
        Pas Dieu! Cela le rend mauvais et cruel!

        « Le diable représente en quelque sorte les défauts de Dieu.
        Sans le Diable, Dieu serait inhumain. » (Jean Cocteau)

      7. Bob Inette dit :

        « Si on m’accordait l’omnipotence et des millions d’années pour expérimenter,
        je ne pense pas que l’homme, comme aboutissement et résultat final de tous mes effort,
        puisse être un sujet de vantardise. »
        (Bertrand Russell)

    2. Toile dit :

      Perso moi aussi j’y mêlerais pas Dieu. Les américains sont de fervents pratiquants. Biden aussi mais d’allégeance catholique. Or il est à Varsovie devant une foule plus fervente et pratiquante de chez lui.
      Un détail agaçant peut être pour certains que je lui pardonne sans problème. Amen 🙏 c’est pas ça qui a été retenu comme essentiel.

    3. cotenord07 dit :

      @ anizev :

      Vous rêvez en couleur si vous croyez que le nébuleux personnage de « Dieu », qui peut être en faveur de l’amour envers son prochain autant que du droit au port d’armes, va soudainement disparaître du paysage politique américain…

    4. onbo dit :

      « Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir »!

      Il est essentiel de garder à l’esprit que ce message est adressé à la population russe et à ses leaders culturels et religieux, de même qu’à ses leaders politiques et militaires qui se sentent, avec raison, interdits de même réfléchir. Un très grand nombre sont croyants orthodoxes. Cela explique le « Pour l »Amour de Dieu », qui veut dire …moi aussi Joe Biden j’ai la foi tout comme vous; je ne suis pas le nazi fasciste que décrit votre leader Putin. Je suis moi-même et vrai quand je prends en souriant des enfants dans mes bras; je suis moi-même et vrai quand je mange de la pizza avec mes soldats le vendredi.

      Pourquoi un bout de phrase du discours oral n’apparaît pas dans le texte écrit?

      – parce que ses scribes auraient déconseillé à Biden de le mettre dans le texte, et je suis d’accord!

      – parce que tout discours écrit est susceptible de se retrouver dans l’heure qui suit sur le bureau du principal personnage ciblé.

      -sachant cela, il allait de soit que le président se réserve la possibilité de sortir de son texte, ou non, vers la fin de son discours, selon l’énergie de la foule, les propos échangés juste avant le discours et les signaux discrets de ses collaborateurs.

      – Pour le dire simplement, Biden a réservé à Putin la surprise d’entendre une chose qu n’était pas écrite dans le texte du discours. Voilà comment on confronte une personne sans foi ni loi, un bully.

      -Putin n’est pas plus avancé. Il ne peut pas plus utiliser ses armes atomiques, car il sait qu’il risque de ne pas voir le résultat de sa propre bombe de son vivant. Or, quelle est LA CHOSE que poursuit Putin jour et nuit? Avoir et voir de son vivant son Panthéon personnel, son Mausolée à sa gloire, être comparé mais vu comme supérieur à Ivan le Terrible et ces figures guerrières d’un autre âge.

      1. Haïku dit :

        @onbo
        Excellente réflexion de votre part !
        Chapeau bien bas. 🎩👌

  66. Layla dit :

    Lincoln Project
    « Be Not Afraid »

    https://youtu.be/Xja-Yy8g5eM

    1. Toile dit :

      Tiens on reprend en totalité son discours, y compris la gaffe qui n’est pas une.
      Lincoln project n’en fais même pas mention. Soutien total donc.
      Merci du lien. Un discours historique pour les bonnes raisons.

      Ps j’ai fait un copier coller du texte du discours que vous nous avez envoyez.

  67. zcommezebulon dit :

    La véritable raison de la guerre en Ukraine enfin révélée ?

    1. gl000001 dit :

      Les gens ont peut qu’il ait des résidus de Novitchok sur la main ?

      1. Haïku dit :

        gl000001
        Touché (semi-littéralement 😉)

    2. Toile dit :

      Super.

      J’ai vu un chef cuisinier avec Xi et autres faciès chinois en arrière plan (Chine), le drapeau suisse, le drapeau suédois et finalement pas de drapeau mais la Corée du Nord. Z’aucun ne veulent lui serrer la main. Et j’imagine que ce video est antérieur à l’envahissement en Ukraine. Pas facile pour l’ego….

      L’histoire dit pas si le chef chinois a fini dans d’autres sortes de cuisine!

    3. gigido66 dit :

      OUF!!!

  68. monsieur8 dit :

    On n’a pas fini de constater les conséquences désastreuses des errements diplomatiques de Biden : on apprend que même Denis Ben est en «pétard» !

    https://www.ladepeche.fr/2022/03/27/guerre-en-ukraine-joe-biden-suscite-la-colere-des-bouchers-leur-representant-invite-le-president-americain-dans-le-tarn-10197575.php

    «Les bouchers ne sont pas des Poutine». Qu’on se le dise !!

    1. Haïku dit :

      @monsieur8
      Trop drôle ! 😉

    2. Toile dit :

      Ouain… le genre qui se tient au 1 er niveau de lecture.

  69. Alexander dit :

    Et si Biden, à dessein, visait l’entourage immédiat de Poutine?

    Il y a un effet crescendo dans la somme de ses insultes.

    Bien sûr que ce n’est pas tellement diplomatiquement correct, mais ça a une grande portée.

    Être un haut dirigeant russe, je ne serais pas vraiment content si mon armée mangeait de la misère à cause des folies du grand patron. Surtout si je me suis empli les poches comme beaucoup de dirigeants depuis l’éclatement de l’ancienne URSS.

    Je sais que militairement, je peux détruire l’Ukraine, mais de là à l’occuper durablement, pas sûr que c’est l’idée du siècle. Surtout si mes avoirs sont gelés un peu partout sur la planète.

    Je ne le dirais pas trop fort pour ne pas me faire empoisonner, mais j’aurais le feu au derrière. Et pas à peu près.

    Et on sait que les russes peuvent être assez radicaux. La mafia russe, c’est loin d’être des enfants de chœur. Et l’argent va primer sur le patriotisme d’époque.

    Mettons que Poutine, aussi reptilien soit-il, est mieux de surveiller ses arrières.

    La solution viendra ultimement des russes. À eux de décider.

    Rien à voir avec la démocratie, ça a à voir avec le fric et le pouvoir.

  70. Gilles Morissette dit :

    HS

    Terminons ce week-end déprimant (au point de vue température) sur une note d’humour avec un autre désopilant épisode de la série « This Week in the Republican Party » (Merci à Lincoln Project)

    https://www.youtube.com/watch?v=jMCf8kw9EYQ

    À noter. La performance « incroyable » de Eric Trump.

    Du « bonbon » pour les humoristes et scripteurs de SNL.

    Semaine misérable pour les  » TDC de Répugnants » surtout après leur pitoyable performance lors des auditions de la Commission sénatoriale chargé d’évaluer la candidature de la Juge KBJ à la SCOTUS.

    La déchéance et la descente dans les bas-fonds de l’enfer de ce qui fut jadis, un grand parti se poursuit à Vitesse Grand V.

    1. Haïku dit :

      @Gilles Morissette
      Désopilante la vidéo de Lincoln Project ! 🤣

    2. Madalton dit :

      La crisse de folle qui dit que le CDC n’a jamais demandé une 2e, une 3e et 4e dose pour la Polio. J’espère qu’elle ne prend jamais ses doses de rappelle pour ses différents vaccins comme celui pour le tétanos.

    1. Haïku dit :

      @Madalton
      Trop drôle ! 😎

  71. Stéphane dit :

    « En quoi les paroles du président américain changeront-elles quoi que ce soit? »

    Un pirate informatique accède au supercalculateur militaire des forces armées américaines, programmé pour prédire les résultats possibles d’une guerre nucléaire, et lance une simulation de guerre nucléaire. La simulation cause une panique au niveau national et déclenche la Troisième Guerre mondiale.

    Chérie, je regarde trop de films!

  72. Madalton dit :

    Il me semble que l’Ukraine va lui payer 10K $ pour le char russe.

    https://www.tvanouvelles.ca/2022/03/27/un-soldat-russe-se-rend-et-vend-son-char-dassaut-a-lukraine

  73. Gilles Morissette dit :

    HS

    Commentaire intéressant sur la performance de KBJ face à la horde de chacals enragés, de racistes hystériques, de sexistes frustrés, de morrons culturellement sous-développés du « Parti Répugnant ».

    Elle les a littérallement « torché » au plan intellectuel.

    Ces TDC n’étaient tout simplement pas de taille pour l’affronter dans une joute intellectuelle de haut niveau.

    En langage de boxe, on dirait:

    Victoire de KBJ par K.O.

  74. Layla dit :

    Difficile de croire qu’il n’y a pas de stratégies derrière les mots de Joe Biden.

    Pour moi aussi, c’est de la stratégie.

    En plus ou moins une semaine il a commencé par dire « criminel de guerre » et il a été critiqué, mais il a tout de même continué avec dictateur meurtrier, voyou, invasion inhumaine.
    Juste dans son discours d’hier, il a employé à répétition des mots de la même famille que brute soit 7 fois. Ce n’est pas anodin.

    Et après toutes ces critiques il aurait laissé échapper « boucher »?

    En disant que V. Poutine est un criminel de guerre, Joe Biden ne prend pas la place de ceux qui auront à juger s’il est un criminel de guerre et il le sait, mais ces mots frappent l’imaginaire.

    Dire que le gouvernement Ukrainien est dirigé par des nazis, c’est obscène comme Joe Biden le dit dans son discours:

    « Poutine a le culot de dire qu’il « dé-nazifie » l’Ukraine. C’est un mensonge. C’est juste cynique. Il le sait. Et c’est aussi obscène. »
    Moi je dis que c’est à vomir.

      1. Layla dit :

        @Mona 17:55
        Mona vous avez mis aujourd’hui ce lien en lisant le texte je n’en revenais juste pas, c’est une secte ou quoi me dis-je ? Alors que j’ai été lire le « Qui sommes-nous » misère, on est en 2022…
        Quel lavage de cerveau!
        Ça vaut la peine que je copie ce texte…

        Message du CSCOR
        Mesdames et Messieurs, chers amis du CSCOR!

        Nous traversons une période de lourdes épreuves pour les peuples frères russe et ukrainien. Les forces nationalistes agressives qui ont pris le pouvoir à Kiev en 2014 suite à un coup d’état anticonstitutionnel ont imposé à la société ukrainienne une idéologie du néonazisme et ont déclenché une politique de répressions contre les citoyens qui n’acceptaient pas leurs actes, ce qui a conduit à la tragédie dans le Donbass et à la sécession de la Crimée. La Russie a été déclarée l’ennemi principal, la propagande haineuse contre tout le russe a été lancée, la discrimination linguistique et religieuse a été imposée en Ukraine. Des efforts systémiques malveillants ont été entrepris pour diviser les peuples ukrainien et russe, pour les dresser l’un contre l’autre.

        Nous avons constaté avec angoisse que cette théorie et cette pratique ignobles sont perçues dans les pays occidentaux comme une nouvelle normalité, une nouvelle morale. Les sacrifices des peuples européens pendant la Seconde Guerre Mondiale ont été oubliés. La Russie, qui a sauvegardé la liberté et a préservé son état national au prix des vies de 26 millions de ses fils et filles, s’est vu refuser le droit d’avoir et de défendre ses propres intérêts en matière de sécurité. C’est dans cette réalité tragique que réside la menace réelle à la paix en Europe.

        Dans ces conditions, le CSCOR estime qu’il est de son devoir de continuer à servir la grande culture spirituelle qui nous unit. Nous sommes convaincus que le patrimoine de valeurs morales et humanistes créé par nos ancêtres nous aidera et nous donnera la force nécessaire pour trouver le bon chemin vers la paix, la compréhension mutuelle et le développement pour le bien de nos peuples. Nous ne devons pas oublier les pages d’histoire importantes qui sont communes pour les pays de toute l’Europe. Ces pages sont liées à la victoire sur le nazisme, à la création des bases du consentement et de la coopération paneuropéens, de la confiance mutuelle.

        Le chemin devant nous est long et difficile, mais nous devons le parcourir ensemble.

      2. Mona dit :

        @Layla merci comme c’est bon ces « rebonds » entre nous !
        Devant la si grande dureté des événements sachez que j’apprécie beaucoup ces étincelles de sensibilité qui reflètent nos cœurs engagés.
        Merci Layla 💚

      3. Toile dit :

        La réthorique de Cyrill de Moscou qui descend partout. Idem à Montréal, un ancien du KGB, en toute harmonie officielle avec Vlad. Oligarche aussi. Un nouveau champ d’offensive: la religion

      4. N. dit :

        @ Mona et Layla

        Merci de tout coeur. ♥️

    1. Pour ce qui est de démilitariser, ce n’est pas un franc succès. Pour ce qui est de décitoyenner, malheureusement, il a fait mieux.

  75. Des propos indignes d’un président des ÉU ?
    Se souvient-on des fanfaronnades de DT avec son gros bouton, non devant des journalistes, mais directement à Kim ? Les Républicains qui s’en plaindraient devraient s’en souvenir.
    Et pour ce qui est de souhaiter un changement de régime en Russie, Poutine a bien fait pire : interférer dans les élections activement, alors il aurait mauvaise grâce de s’offusquer d’un simple déclaration verbale. Et les Répblicains ont refusé une loi pour renforcer la protection contre les agressions informatiques.

    De toute façon, Poutine choisira bien (et a déjà choisi par ailleurs) ce qui constitue une déclaration de guerre contre lui, que ce soit des sanctions, des déclarations, des ventes d’armement ou une mauvaise prononciation de son nom.

  76. Pierre s. dit :

    ——————————-

    je le répete ….

    Le fait que Poutine ait pu placer un idiot utile a la maison blanche 4 ans
    a affaiblis l’occident et l’europe et a préparé en grande partie l’actuel désastre

    1. J’ai lu ou entendu quelque part que Poutine souhaitait la réélection de DT pour que ce dernier se retire de l’OTAN, mais qu’ensuite, ayant peu d’espoir pour 2024, ou par impatience, il a cru l’OTAN suffisamment affaibli pour y aller gaiement.

      1. Toile dit :

        Possible. Un chacal opportuniste reniflant selon lui des proies faibles: Ukraine, OTAN.
        Ca déboule tellement vite que moi même j’annote les dates en lien avec des événements alors soyez indulgent envers votre mémoire.

    2. oeufoulepoussin dit :

      et le pire c’est qu’il pourrait revenir.

      1. Toile dit :

        Une catastrophe humanitaire à la fois… please

  77. Haïku dit :

    RE:
    « Retour sur la gaffe de Joe Biden. »
    ——————
    Permettez-moi de citer une vieille phrase de Joe Biden
    (OK, cela a été dit originalement dans un autre contexte, mais c’est tout de même très ironique):

    « Assurez-vous de deux choses.
    Soyez prudent – les microphones sont toujours chauds et comprenez qu’à Washington, DC, c’est une gaffe quand vous dites la vérité. »
    ———–
    😎

    1. Helene dit :

      @Haiku
      Ce que je l’aime celle-là, à Washington DC, c’est une gaffe quand vous dites la vérité!!!
      L’ex n’a jamais fait de gaffe🙈

      1. Haïku dit :

        @Helene
        Gracias !

  78. NStrider dit :

    Un effet de la « gaffe » de Biden dû à sa déclaration forte? Ou serait ce le développement normal des choses compte tenu de l’évolution de la perception des intentions de Vlad?
    Dans un cas comme dans l’autre le débat s’intensifie en Finlande.

    https://thefrontierpost.com/should-finland-join-nato/

    Et semble-t-il aussi en Suède.

    1. Toile dit :

      Non pas un effet du discours de Biden ( c’est fini pour moi de faire référence au mot «  gaffe » ), cette réflexion est survenue peu après l’invasion russe.

      1. NStrider dit :

        D’accord avec vous pour le mot. Pour parler le complotiste, c’est le « narratif »dominant chez les commentateurs mais je suis loin d’être certain que c’était involontaire. Pour avoir travailler plusieurs années près du monde politique, je peux confirmer que ce n’est pas la première fois que la sortie forte d’un décideur est suivi d’une mise en contexte plus « soft » par des subalternes et que retient on au final…bien sûr la déclaration initiale même si elle a été « enrobée »par la suite.

        En passant, si Biden pouvait prononcer un discours aussi fort pour sa politique intérieure ça serait un plus.

  79. Pierre s. dit :

    —————————-

    Il serait p-e plus important pour Biden (et le monde) de se débarasser de l’idiot utile que de Pouine

  80. Toile dit :

    @Layla

    « « Ça vient tout simplement du fait que les collaborateurs du président Biden ont indiqué qu’il s’est écarté du texte de son discours, et qu’ils s’évertuent à faire du « damage control » à ce sujet depuis le discours. » propos de cotenord.

    Je vous résume ma pensée : les collaborateurs du président sont fâchés parce que Biden n’a pas été un gentil garçon envers eux. Ils les a contrariés en improvisant. Pis ça, ca s’accepte pas. Le président doit être soumis. Bonne journée, bonne soirée.

  81. Kelvinator dit :

    Les mots de Biden auront surement un impact parmi les républicains adorateurs de Putin depuis 5 ans! Il les revoieront à leur propre contradiction après avoir répété des années que la Russie n’est pas un ennemi et que Putin est un leader compétent. Les USA étant de facto écarté de toute discussion diplomatique avec la Russie après la fracture des relations entre les 2 pays, la déclaration de Biden le sert à domicile en ayant peu d’impact à l’étranger. Seul les pays qui tentent encore d’user de diplomatie avec Putin se distancieront de ces propos pour épargner les négociations, qui sont de toute façon bien peu constructive à ce stade.

  82. Cotenord07 dit :

    À l’intention des lecteurs du blogue en général, et des sceptiques en particulier, voici un article du NYT dans lequel plusieurs représentants officiels du gouvernement des États-Unis, dont Monsieur Anthony Blinken (Secrétaire d’État) et Madame Julianne Smith (ambassadrice des É-U auprès de l’OTAN), sont cités.

    « American officials scrambled to clarify Biden’s suggestion that Putin ‘cannot remain in power.’ »
    Emily Cochrane, Chris Cameron and Lara Jakes
    The New York Times
    March 27, 2022

    https://www.nytimes.com/2022/03/27/world/europe/biden-putin-speech-reaction.html

    « Administration officials and lawmakers stressed on Sunday that the United States was not seeking regime change in Russia over President Vladimir V. Putin’s invasion of Ukraine despite President Biden’s comment that the Russian leader “cannot remain in power.”

    Capping a series of diplomatic summits in Europe, Mr. Biden delivered a speech on Saturday in Poland about the war in Ukraine. An apparently ad-libbed remark at the conclusion of his address — “For God’s sake, this man cannot remain in power” — quickly eclipsed the rest of his speech.

    Government officials — from the White House to senior lawmakers on Capitol Hill — were quick to say that the remark was not intended as a call for a regime change, underscoring the precarious effort to punish Russia for attacking Ukraine while avoiding an escalation in the war.

    On Sunday, U.S. officials were still trying to walk back and clarify the comment.

    “We do not have a strategy of regime change in Russia or anywhere else, for that matter,” Secretary of State Antony J. Blinken told journalists in Jerusalem after meeting with Israel’s foreign minister, Yair Lapid. “In this case, as in any case, it’s up to the people of the country in question. It’s up to the Russian people.”

    Julianne Smith, the U.S. ambassador to NATO, told CNN’s “State of the Union” that Mr. Biden’s remarks were “a principled human reaction” to the Ukrainian refugees he had met in Warsaw. But, she insisted, “the U.S. does not have a policy of regime change in Russia. Full stop.”

    Senior lawmakers maintained a similar position on Sunday, with Senator Jim Risch of Idaho, the top Republican on the Foreign Relations Committee, saying he wished Mr. Biden “would stay on script.”

    Mr. Risch said that even suggesting regime change would inevitably “cause a huge problem,” calling the remark a “horrendous gaffe” in an otherwise good speech.

    “The administration has done everything they can to stop escalating — there’s not a whole lot more you can do to escalate than to call for a regime change,” he told CNN’s “State of the Union.”

    “I’ll walk it back right now — that is not the policy of the United States of America,” he added. “Please, Mr. President, stay on script.”

    Senator Rob Portman, Republican of Ohio, said on NBC’s “Meet the Press” that the comment “plays into the hands of the Russian propagandists and plays into the hands of Vladimir Putin,” though he described the speech as “very strong, despite the ad-lib at the end.”

    The chairman of the Senate Intelligence Committee, Senator Mark Warner of Virginia, echoed comments from the White House.

    “It is up to the Russian people to determine who is going to be in power in the Kremlin,” he told CNN.

    Representative Michael McCaul of Texas, the top Republican on the House Foreign Affairs Committee, said that “the fact is, anytime the United States has said — spoke out for a regime change, it hasn’t worked out so well.”

    “I know it was off the cuff, but whatever the president says, it carries a lot of weight,” Mr. McCaul told CNN’s “State of the Union.” He said the remark threatened to overshadow the push to send additional military assistance and other aid to Ukraine in its fight against Russia. »

    1. gl000001 dit :

      Nous ne sommes pas sceptiques mais on s’en fout pas mal que Biden ait dit crument la vérité. Et je suis pas mal sur que Poutine s’en sacre autant car il sait fort bien ce que le restant du monde pense de lui. « Ca va faire ci, ça va faire ça » ce sont juste des spéculations.
      On le dit que les USA en politique sont pas mal à droite, pas mal conservateurs, pas mal peureux donc (les deux bords). Qu’ils évoluent un peu.

      1. Toile dit :

        Oui , on, je m’en fout. Il a dit vrai. Point barre. Et Poutine vivra avec. Point barre.
        Tout de même bizarre, on passe des « collaborateurs » qui écrivent les scripts à une liste exhaustive de personnes qui finalement dénoncent pas vraiment. Enfin.

        Pour faire une complotiste de mon moi- même. Et si toute l’opération avait été préalablement convenue? On aurait donc préalablement convenu l’opération du contrôle des dommages. A vos postes de combat. Oui, mon commandant. Tout compte fait, politiquement Biden s’en sort bien plus gagnant qu’avant. Ca lui coutera de légers coups sur les doigts ou des « ohn » mais le message, lui, sera passé. Il n’est plus le Sleepy Joe que certains décrivent.

      2. gl000001 dit :
    2. Kelvinator dit :

      Plutôt étonnant qu’une personne se clâmant un amant de la langue française comme vous n’ait toujours pas compris la définition du mot « régime » pour parler d’un système politique. Réconfortez-vous, vous êtes loin d’être le seul. Vous nous avez donné de multiples exemples d’opinion aujourd’hui de chroniqueurs qui ne comprenait pas non plus ce qu’est un régime politique.
      Voilà donc, selon Larousse :

      régime
      nom masculin
      (latin regimen, -inis, de regere, diriger)
      « Ensemble d’institutions, de procédures et de pratiques caractérisant un mode d’organisation et d’exercice du pouvoir ; les institutions et le personnel politique en place. »

      La Maison Blanche doit clarifier puisqu’une multitude de gens, vous compris, déforme la définition de régime politique pour critiquer sa déclaration que personne ne prétend fausse. Ce n’est pas l’aveu d’une faute de Biden comme vous le prétendez, mais le manque de compétence linguistique des gens qui le critique… Ou la malhonnêteté me vient plutôt en tête lorsque je vois les multiples conservateurs et républicains que vous donnez comme référence.

      1. Toile dit :

        10-4 pour moi. Merci

  83. Alexander dit :

    La zizanie, la division, la répression et la désinformation.

    Des armes de destruction massive de la démocratie et de la liberté de penser. Saper le moral de l’adversaire.

    On a senti une vague d’autocratisme et de populisme en Europe et le phénomène (sic) Trump aux EU. Et on se demande d’où ça pouvait venir.

    Plus j’y pense, plus j’y vois une manœuvre machiavélique de Poutine savamment développée depuis 5 à 10 ans pour affaiblir ses opposants.

    On l’a bien vu aux EU, mais aussi un peu partout en Europe occidentale.

    Convaincu que Poutine misait sur l’affaiblissement de l’OTAN, de l’Union européenne et de la faiblesse de Biden pour une victoire rapide en Ukraine sans coup férir.

    Imaginez si le clown à Trump était encore en poste et le dommage que ça occasionnerait.

    Le courage des ukrainiens a réveillé une Europe un peu endormie et béate prenant pour acquis sa démocratie et sa liberté.

    Rien d’acquis, mais la stratégie poutinienne a failli réussir.

    Pour les amateurs, ça me rappelle la Zizanie, un de mes Astérix préférés. Les irréductibles gaulois ont failli y laisser leur unité dans la discorde et la division et se sont réveillés in extremis.

    Je souhaite aux russes de se réveiller.

    1. gl000001 dit :

      Si le clown avait été encore en poste, il aurait aidé la Russie en leur donnant des missiles.

      1. Madalton dit :

        Il aurait fourni à Putin ses briefings des services secrets.

  84. Cotenord07 dit :

    Pour les sceptiques en particulier, voici un autre compte rendu du « walk back » de l’administration Biden à propos de la phrase qui a été prononcée de façon spontanée et qui ne faisait pas partie du texte du discours, avant qu’il soit prononcé :

    « Macron warns against inflammatory words after Biden’s Putin remark »
    « French president cautions against verbal escalations after US is forced to deny it is seeking regime change »
    Sam Jones
    The Guardian
    Sun 27 Mar 2022 14.56 BST

    https://www.theguardian.com/us-news/2022/mar/27/us-denies-it-is-seeking-regime-change-in-russia-after-biden-comments-putin

    Extraits :

    « The US has been forced to clarify that it is not seeking regime change in Russia after president Joe Biden’s suggestion that Vladimir Putin is a “butcher” who “cannot remain in power” prompted concern and condemnation at home and abroad. »

    (…)

    « Biden’s ad-libbed remarks on Putin’s leadership, made during a speech in Poland on Saturday, were taken by many as a call for the Russian president to be overthrown.

    As Russia launched symbolic missile strikes on the Ukrainian city of Lviv, 40 miles from the Polish border, Biden said Putin was “bent on violence”, adding there was “simply no justification or provocation for Russia’s choice of war” in Ukraine.

    He continued: “For God’s sake, this man cannot remain in power.”

    The president’s comments were swiftly walked back by both the White House and the secretary of state, Antony Blinken, who insisted the US did not have “a strategy of regime change in Russia – or anywhere else”. »

    (…)

    « Minutes after Biden spoke, the White House scrabbled to clarify his meaning, saying the president “was not discussing Putin’s power in Russia, or regime change”. According to one official, the speech was not a call to topple the Russian president, but rather an attempt to prepare the world’s democracies for an extended conflict.

    Blinken was even more emphatic when he addressed the issue during a visit to Jerusalem on Sunday. “I think the president, the White House, made the point last night that, quite simply, President Putin cannot be empowered to wage war or engage in aggression against Ukraine or anyone else,” he said.

    “As you know, and as you have heard us say repeatedly, we do not have a strategy of regime change in Russia – or anywhere else, for that matter.”

    Earlier on Saturday, Biden had been asked what seeing Ukrainian refugees at Stadion Narodowy had made him think of as he deals with Putin. He replied: “He’s a butcher.”

    Julianne Smith, the US permanent representative to Nato, told CNN that Biden’s words were “a principled human reaction to the stories that he had heard that day”. But she also stressed the US “does not have a policy of regime change in Russia – full stop”.

    However, Senator James Risch, ranking Republican on the senate foreign relations committee and a member of the senate intelligence committee, said Biden had made a “horrendous gaffe” and created “a huge problem” when he went off-script.

    “I think most people who don’t deal in the lane of foreign relations don’t realise that those nine words that he uttered would cause the kind of eruption that they did,” Risch told CNN.

    “But any time you say or even as he did suggest that the policy was regime change, it’s gonna cause a huge problem. This administration has done everything they can to stop escalating. There’s not a whole lot more you can do to escalate than to call for regime change.”

    The Russian government said Biden appeared to have lost his cool, adding that it was not up to the US president to determine who ruled Russia.

    “A state leader should control his temper,” Kremlin spokesperson Dmitry Peskov told the state news agency Tass. “Personal insults like this narrow the window of opportunity for our bilateral relations under the current [US] administration. It is necessary to be aware of this.”

    The Russian billionaire Oleg Deripaska said Biden’s speech suggested some sort of “hellish ideological mobilisation” was under way that may usher in a much longer conflict in Ukraine.

    Richard Haass, the veteran American diplomat and president of the US Council on Foreign Relations, said Biden’s words had been counter-productive and damaging.

    “The comments by @potus made a difficult situation more difficult and a dangerous situation more dangerous,” Haass wrote on Twitter. »

  85. Cotenord07 dit :

    Dans un autre ordre d’idées, le conflit russo-ukrainien devrait rendre heureux les actionnaires des entreprises du secteur de l’armement et de la défense :

    « Defence stocks skyrocket amid huge reinvestment in weapons during Ukraine war »
    Charlie Parker | Lucy Fisher, Times Radio
    Sunday March 27 2022, 4.00pm BST
    The Times (Londres)
    Article payant (sauf pour l’intro)

    https://www.thetimes.co.uk/article/defence-stocks-skyrocket-amid-huge-reinvestment-in-weapons-during-ukraine-war-d5rtljnd9

    Extrait :

    « Defence company stocks have soared as the war in Ukraine triggers a “massive reinvestment” in arms, industry sources have told The Times.

    Western powers are flooding Ukraine with guns, ammunition and sophisticated man-portable missile systems, sending share prices for weapons companies up by as much as 72 per cent since the day Russia invaded.

    The surge is also due to European governments increasing their military spending in response to Russian aggression, creating international opportunities to acquire lucrative arms contracts.

    Government sources say Britain is planning to “pitch very aggressively” to win weapons contracts from Germany after it announced it would overhaul a post-Second World War security policy to more than double the defence budget in 2022.

    To help Ukrainian forces repel Russian forces, the (…) »

    1. Benton Fraser dit :

      @Cotenord07

      C’est fou ce que vous pouvez trouver comme information sur le Net qui donne du positif sur l’invasion de l’Ukraine par Poutine!

      Poutine va sauver l’Occident d’une crise économique et du chômage dans cette période du plein emploi!!!

  86. Toile dit :

    @NStrider

    Mon petit doigt me dit que la phrase n’était pas dite de façon anodine, qu’elle fut dite intentionnellement. C’est mon petit doigt, rien de plus. Et comme vous : « on ramassera après ». Et c’est correct pour moi. C’est le seul qui peut se le permettre….de dire les vraies choses.

    1. gl000001 dit :

      « C’est le seul qui peut se le permettre….de dire les vraies choses. »
      En effet. Si la Russie chercherait noise aux USA, ils ont Sarah Palin qui surveille la frontière avec la Russie !! 😉

      1. Toile dit :

        Ah ca alors, c’est une chouette idée mais zut elle est plutôt stationnée dans de chics restos de Manhattan.

      2. Kelvinator dit :

        Palin a l’Alaska dans le sang! Elle viens du « hood », c’est une maverick!
        Full rap Palin! *https://www.youtube.com/watch?v=dQlgkq_EW64

  87. Cotenord07 dit :

    Voici un texte d’analyse tout récent, qui indique clairement que, du point de vue de la résolution du conflit avec la Fédération de Russie, le président Joe Biden s’est tiré dans le pied, avec sa courte déclaration spontanée prononcée à la fin de son discours de Varsovie :

    « Biden’s Putin remark pushes U.S.-Russia relations closer to collapse »
    By Missy Ryan
    The Washington Post
    Today at 7:28 p.m. EDT

    https://www.washingtonpost.com/national-security/2022/03/27/biden-putin-regime-change/

    1. Kelvinator dit :

      Pourquoi pleurer la diminution de quelque chose qui est déjà disparu?

    2. gl000001 dit :

      Quelles relations ? Vous croyez qu’avec toutes les sanctions, ils ont encore des « relations » ??
      Je répète ce que j’ai dit plusieurs fois, mon prof d’histoire au CEGEP disait qu’un historien attendait au moins 10 ans pour voir toutes les ramifications historiques d’un événement.
      24 heures après, ça reste des spéculations !!

    3. el_kabong dit :

      @cotenord

      À vous voir insister à ce point sur la « gaffe » de Biden (c’est inutile vous savez, on est au courant que vous ne l’aimez pas), on jurerait que cette gaffe est bien pire que, disons, l’agression brutale d’un pays souverain, genre…

      1. Toile dit :

        Enteka, c’est le déluge de lectures suggérées. On a jusqu’à la fin de la guerre… et elle n’est pas finie.

  88. Cotenord07 dit :

    Voici un instructif article sur les défis que devra affronter Anthony Blinken lors de la rencontre de demain, dans le désert du Néguev :

    « Ahead of summit, U.S. Middle East allies show Ukraine limited support »
    By John Hudson
    The Washington Post
    Today at 5:25 p.m. EDT

    https://www.washingtonpost.com/national-security/2022/03/27/ukraine-mideast-israel/

    En bref, sur la question du conflit russo-ukrainien, Israël et les pays arabes sont globalement réticents à s’aligner sur la position des États-Unis, car ils tiennent à maintenir des relations mutuellement bénéfiques avec la Fédération de Russie.

    1. Toile dit :

      « car ils tiennent à maintenir des relations mutuellement bénéfiques avec la Fédération de Russie »
      —-
      En un mot : la sécurité au Moyen-Orient

      Comment expliquer la neutralité d’Israël qui reste à l’écart des sanctions occidentales contre la Russie et refuse de livrer des armes à l’Ukraine ?

      Toute la politique israélienne est conditionnée par la sécurité avant tout, tout gouvernement confondu. C’est la priorité absolue.

      Les pays arabes ( sauf 0man dont ignore même s’il respire) ont aussi en sainte horreur l’Iran. Aux emirats arabes unis, il est de notoriété publique que l’entrée des financements illicites n’est pas un defaut ou un anachronisme mais partie integrante du système. Idem pour l’Arabie Maudite.

      Or, la sécurité au Moyen-Orient aujourd’hui ne se fait pas sans les Russes qui sont notamment très présents en Syrie. Ce sont eux qui contrôlent les cieux syriens et avec qui les Israéliens doivent travailler pour tout ce qui touche à des attaques ciblées contre des positions de milices chiites iraniennes stationnées en Syrie, ou pour combattre le Hezbollah.

      Moscou et Tel Aviv ont donc une relation très importante. Les russes les protègent. Les Israéliens sont bien conscients de la place qu’occupe la Russie dans la région. Ils ne veulent donc pas se mettre à dos une puissance qui peut être une alliée dans la protection de leurs intérêts face à l’Iran.

      Benjamin Netanyahu était très ami avec Donald Trump et Vladimir Poutine pour ces mêmes raisons : la position d’Israël dans le monde dépend des grandes puissances, et les Israéliens sont très pragmatiques là-dessus.

      La Russie a une énorme présence au Moyen-Orient, et comme les États-Unis se sont retirés (et par la force des choses, la France et le Royaume-Uni aussi) d’Afghanistan et de Syrie, on est aujourd’hui face à une présence russe grandissante dans la région. Aussi, si la position américaine s’affaiblit de plus en plus, les Israéliens ont tout à fait intérêt, au Moyen-Orient, à jouer la carte russe.

      Par ailleurs, il ne faut pas oublier que beaucoup d’oligarques russes bénéficient de la nationalité israélienne. Yaïr Lapid (le ministre israélien des Affaires étrangères) a déjà demandé tout dernièrement à ses ministres de faire attention au jeu qu’ils jouent avec ces oligarques, leur présence pouvant jouer sur la situation intérieure pour des raisons économiques.

      Parmi les oligarches ( qui avait prévu le coup en cas de jours sombres, leur terre promise)

      -Roman Abramovitch, patron du club de football de Chelsea, 10,6 milliards d’euros.

      https://lphinfo.com/israel-la-nouvelle-terre-promise-des-oligarques-russes/

      En outre, il y a un quart de million de juifs en Ukraine, la population juive y est très nombreuse notamment dans la ville d’Ouman qui est un lieu de pèlerinage pour les juifs et est liée à l’histoire du judaïsme

      Pour ce qui est de l’avenir de la politique internationale d’Israël concernant la Russie et l’Ukraine, tant qu’il y a des pourparlers des deux côtés, l’État hébreu peut continuer à jouer le jeu du médiateur. Mais dès lors qu’il n’y aura plus de discussion possible, Israël sera poussé à faire un choix, sachant que les Russes peuvent le menacer de fermer les cieux au-dessus de la Syrie et potentiellement le mettre en danger. Donc pour l’instant on continue d’aider sur place et d’accueillir les réfugiés sur son sol, en s’efforçant de jouer le jeu humanitaire à défaut d’un jeu politique et militaire.

    2. Benton Fraser dit :

      Je doute que l’Israël et les dictatures pro-américaine du Moyen-Orient peuvent se permettre de perdre le parapluie américain…

      1. Toile dit :

        Egalement vrai. Je voulais préciser la nature de l’intérêt des relations mutuellement bénéfiques avec la federation de Russie

  89. Kelvinator dit :

    Sur une note encourageante pour la fin de l’armée russe, l’Ukraine a déclaré qu’elle a plus de char qu’au début du conflit parce qu’une multitude sont abandonné.

    On peut voir la liste de chaque véhicule abandonné, capturé ou détruit durant le conflit. Avec une référence photo pour chacun.
    Voici seulement le titre, puisque le lien posté précédemment ailleurs est encore en attente de modération.
    « Attack On Europe: Documenting Equipment Losses During The 2022 Russian Invasion Of Ukraine »

  90. Haïku dit :

    HS,
    Pause musicale…
    « Le vent nous portera »:
    https://youtu.be/NrgcRvBJYBE
    ———
    NDLR:
    Avertissement:
    cette supebe chanson a été composée par Bertrand Cantat,
    le chanteur/auteur/compositeur du groupe ‘Noir Désir’,
    qui en 2003, il a été reconnu coupable sans conteste et condamné pour le meurtre
    de sa blonde, l’actrice française Marie Trintignant(fille du grand Jean-Louis Trintignant).
    Ce qui m’amène au dilemme suivant : condamnons-nous l’œuvre antérieure d’un artiste même s’il était décidément un monstre par ses crimes ultérieurs ?
    C’est une sorte d’énigme enveloppée dans un paradoxe,
    que je n’arrive pas à résoudre……tout à fait.

    1. gl000001 dit :

      Je ne connais pas la chanson. Je respecte votre choix. Je ne sais pas quoi vous dire à propos de votre dilemme.
      Je vous répondrai « On jase de toi » par Noir Silence. 😉
      *https://www.youtube.com/watch?v=Hh6bysVPNuY

  91. Layla dit :

    Une journée de plus @Cotenord07 a montré son vrai visage, une fois de plus il a prouvé qu’il comprend que ce qu’il veut, misère quand je pense qu’aujourd’hui il nous a donné une leçon de lecture. Je déroge à mes principes de l’ignorer, mais j’ai mes limites.

    Pour être honnête je me sens abusée.

    J’ai fais un copié collé des échanges que nous avons eu aujourd’hui. Je ne veux pas abuser de votre temps, alors pardonnez-moi.
    Voici …
    J’ai posé une question….

    et voyez ce qu’il écrit en ***4- j’ai suivi son lien et une fois de plus il m’a fait perdre mon temps,

    voyez la traduction du lien qu’il a fourni de l’article du Times qui était en anglais dans son post, je mets au défi quiconque de trouver dans cet article une phrase qui confirme ce qu’il m’a affirmé en ***2 soit… « Ça vient tout simplement du fait que les collaborateurs du président Biden ont indiqué qu’il s’est écarté du texte de son discours »

    et si …je dis bien si …cette phrase dans l’article est celle qui lui a fait faire son affirmation «  « S’il vous plaît, M. Monsieur le Président, restez sur le scénario. » cette phrase vient de Jim Rish Rep. de l’Idaho.
    Il n’écrit pas les textes de Joe Biden comme collaborateurs.

    Dans son post ***2 il parle d’un fait ce qu’il a affirmé « Ça vient tout simplement du fait que les collaborateurs du président Biden ont indiqué qu’il s’est écarté du texte de son discours »

    Il va trouver une porte de sortie qui va prouver une fois de plus sa malhonnêteté intellectuelle.

    En aucune façon « « S’il vous plaît, M. Monsieur le Président, restez sur le scénario. » veut dire que Joe Biden s’est écarté de son texte préparé par ses collaborateurs.

    ———————————————

    ***1-Layla dit :
    27/03/2022 à 15:44
    D’où ça vient l’idée que la dernière phrase de Joe Biden ne faisait pas partie du texte original?
    Et depuis quand un président ne peut pas ajouter du texte? Un président, soit un commandant en chef ce n’est pas rien, c’est juste un lecteur de prompteur?
    Wow avec de tels arguments aussi bien dire qu’ils ont zéro argument.

    ***2- cotenord07 dit :
    27/03/2022 à 16:03
    @ Layla :
    Ça vient tout simplement du fait que les collaborateurs du président Biden ont indiqué qu’il s’est écarté du texte de son discours, et qu’ils s’évertuent à faire du « damage control » à ce sujet depuis le discours.
    Or, ce sont ces collaborateurs qui planifient et rédigent les textes du président, selon les grandes directives que celui-ci émet.
    ***3- Layla dit :
    27/03/2022 à 19:44
    @Cotenord07
    Vous me répondez « Ça vient tout simplement du fait que les collaborateurs du président Biden ont indiqué qu’il s’est écarté du texte de son discours, et qu’ils s’évertuent à faire du « damage control » à ce sujet depuis le discours. »
    Du fait que…❓un fait…vous ne parlez sûrement pas d’un fait alternatif❓
…ont indiqué…est-ce un synonyme de « dire officiellement »❓ou si indiqué fait plus référence dans votre esprit à sujet à interprétation❓Soit que vous avez interprété?
    Le discours que j’ai lu et relu et analysé est sur le site de la WH.
    Et ce matin j’ai revérifié sur le site de la WH et sur le compte Twitter du
Potus, le compte de Jen Psaki, des vidéos informatifs de la WH sur YouTube, rien…je viens de refaire l’exercice et toujours rien.
    Je ne vois rien venant des collaborateurs …. Comment est ce un fait alors?
    Je vous cite. «  Or, ce sont ces collaborateurs qui planifient et rédigent les textes du président, selon les grandes directives que celui-ci émet. »
    Bon je veux bien la jouer comme vous. Le président doit lire les textes rédigés par ses collaborateurs sur les prompteurs.
    Ceci étant dit, on fait quoi avec l’autre phrase qui n’était pas sur son prompteur?
    Deux fois qu’il s’écarte du sujet lors du même discours, quel vilain😉 …les collaborateurs vont devoir sévir, et sait-on jamais il s’est peut-être écarté d’eux ou trois de plus.
    https://youtu.be/f0vY8UxkCrA
    ***4 Cotenord07 dit :
    27/03/2022 à 20:07
    @ Layla :
    Je me fie habituellement sur des articles du New York Times et du Washington Post pour savoir ce qui se passe à la Maison-Blanche et dans l’entourage du président.
    Le site des relations publiques et des communications officielles de la Maison-Blanche est évidemment utile, mais il est peu probable que Madame Jen Psaki et les autres spécialistes en communication de la MB vont publier des communiqués officiels concernant les gaffes et les autres erreurs du président.
    Je vous recommande la lecture de l’article suivant du NYT, dans lequel plusieurs représentants officiels du gouvernement des États-Unis, dont Monsieur Anthony Blinken (Secrétaire d’État) et Madame Julianne Smith (ambassadrice des É-U auprès de l’OTAN) sont cités.
    « American officials scrambled to clarify Biden’s suggestion that Putin ‘cannot remain in power.’ »
Emily Cochrane, Chris Cameron and Lara Jakes
March 27, 2022
    https://www.nytimes.com/2022/03/27/world/europe/biden-putin-speech-reaction.html
    *********************voici le texte du NYT.
    Les principaux législateurs ont maintenu une position similaire dimanche, le sénateur Jim Risch de l’Idaho, le plus haut républicain de la commission des relations étrangères, affirmant qu’il souhaitait que M. Biden « resterait sur le scénario ».

    Les responsables de l’administration et les législateurs ont souligné dimanche que les États-Unis ne cherchaient pas à changer de régime en Russie à cause du président Vladimir V. L’invasion de l’Ukraine par Poutine malgré le commentaire du président Biden selon lequel le dirigeant russe « ne peut pas rester au pouvoir ».

    Plafonnant une série de sommets diplomatiques en Europe, M. Biden a prononcé un discours samedi en Pologne sur la guerre en Ukraine. Une remarque apparemment ad-libbed à la fin de son discours – « Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir » – a rapidement éclipsé le reste de son discours.

    Les responsables gouvernementaux – de la Maison Blanche aux hauts législateurs sur la colline du Capitole – se sont empressés de dire que la remarque n’était pas conçue comme un appel à un changement de régime, soulignant l’effort précaire visant à punir la Russie pour avoir attaqué l’Ukraine tout en évitant une escalade de la guerre.
    Dimanche, les responsables américains essayaient toujours de revenir en arrière et de clarifier le commentaire.
    « Nous n’avons pas de stratégie de changement de régime en Russie ou ailleurs, d’ailleurs », a déclaré le secrétaire d’État Antony J. Blinken a déclaré aux journalistes à Jérusalem après avoir rencontré le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid. « Dans ce cas, comme dans tous les cas, cela dépend du peuple du pays en question. C’est au peuple russe. »

    Julianne Smith, l’ambassadrice des États-Unis auprès de l’OTAN, a déclaré à « l’état de l’Union » de CNN que M. Les remarques de Biden étaient « une réaction humaine fondée sur des principes » aux réfugiés ukrainiens qu’il avait rencontrés à Varsovie. Mais, a-t-elle insisté, « les États-Unis n’ont pas de politique de changement de régime en Russie. Arrêt complet. »
    Les principaux législateurs ont maintenu une position similaire dimanche, le sénateur Jim Risch de l’Idaho, le plus haut républicain de la commission des relations étrangères, affirmant qu’il souhaitait que M. Biden « resterait sur le scénario ».
    M. Risch a déclaré que même suggérer un changement de régime « causerait inévitablement un énorme problème », qualifiant la remarque de « horrible gaffe » dans un discours par ailleurs bon.
    « L’administration a fait tout ce qu’elle pouvait pour arrêter l’escalade – il n’y a pas beaucoup plus que vous puissiez faire pour faire une escalade que pour appeler à un changement de régime », a-t-il déclaré à « l’état de l’Union » de CNN.

    « Je vais revenir en arrière tout de suite – ce n’est pas la politique des États-Unis d’Amérique », a-t-il ajouté. « S’il vous plaît, M. Monsieur le Président, restez sur le scénario. »

    Le sénateur Rob Portman, républicain de l’Ohio, a déclaré sur « Meet the Press » de NBC que le commentaire « joue entre les mains des propagandistes russes et entre les mains de Vladimir Poutine », bien qu’il ait décrit le discours comme « très fort, malgré l’ad-lib à la fin ».
    Le président du Comité sénatorial du renseignement, le sénateur Mark Warner de Virginie, a fait écho aux commentaires de la Maison Blanche.
    « Il appartient au peuple russe de déterminer qui sera au pouvoir au Kremlin », a-t-il déclaré à CNN.
    Le représentant Michael McCaul du Texas, le plus haut républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre, a déclaré que « le fait est que, chaque fois que les États-Unis ont dit – se sont prononcés en faveur d’un changement de régime, cela n’a pas si bien fonctionné ».
    « Je sais que c’était hors de la manchette, mais quoi que le président dise, cela a beaucoup de poids », a déclaré M. McCaul a déclaré à « l’état de l’Union » de CNN. Il a déclaré que la remarque menaçait d’éclipser la pression visant à envoyer une aide militaire supplémentaire et d’autres formes d’aide à l’Ukraine dans sa lutte contre la Russie.

    1. Benton Fraser dit :

      Lors d’un naufrage, certaines personnes s’agrippent aux bouées qu’ils peuvent!

      1. Layla dit :

        @Benton Fraser
        Vous avez raison, mais il est vraiment toxique.

    2. Layla dit :

      Je trouve bizarre d’avoir écrit que je me sentais abusée, je ne me reconnais pas, je me sens dépassée mais pas abusée…dépassée dans le sens que je me dis que ca n’a juste pas de bon sang que des gens se croit tout permis.

      Je me dis pourquoi se surprendre de voir Poutine s’imposer au monde avec Pourquoi se surprendre devant tant de mensonges dans le monde?

  92. Slyderv dit :

    Donald Trump a dit, en référence aux propos de Biden : it was a perfect call !

  93. jeanfrancoiscouture dit :

    Le président Zelensky et sa famille seraient les premiers sur une liste de personnes à éliminer physiquement et les sbires de Putin bombardent rageusement des villes entières sans égard aux lois de la guerre et aux vies humaines quelles qu’elles soient.
    Pendant ce temps, on disserte savamment sur une sortie d’un texte précautionneusement rédigé par les experts en prévention des escalades guerrières.
    Il nous faudrait marcher délicatement sur les œufs de peur d’irriter celui qui qui s’amuse à les casser. Le bruit que fait Joe Biden ne vient pas des œufs qu’il aurait cassés en ne regardant pas où il met les pieds. Il vient du fait qu’il est pris pour marcher sur les coquilles brisées que l’autre laisse dans son sillage.

    1. Haïku dit :

      @jeanfrancoiscouture
      Fort bien formulé !!
      Ou ‘Bravissimo’, comme on dit en Latin ! 😉

    2. Toile dit :

      Alors là, l’angle d’analyse est dans le superbe. Cause à effet inversé, à juste titre.

  94. Toile dit :

    Chère Layla,

    Ce n’est pas bizarre que de se sentir abusé.

    C’est exactement ça. L’abus est, n’est qu’un rapport de force d’une personne envers une autre. L’abus c’est une violence imposée dont l’autre ne peut se défendre sinon mal.

    Elle s’exerce sur un plan psychologique, physique et/ou sexuel. Elle inclus aussi le volet économique dans son application.

    L’exercice d’un abus de pouvoir nous rend dépassé, dépourvu, démuni. La personne abusée se sent trahie non seulement par l’abuseur en qui elle avait confiance, mais aussi par ceux qui, par négligence ou complicité, ne sont pas intervenus pour faire cesser l’abus. Il y a aussi le sentiment d’ambivalence, celui dans lequel la victime filtre et soupèse les bons côtés de son agresseur qui dans d’autres aspects peut et est souvent bienveillant à son égard. Ici, l’ambivalence gravite autour des sentiments négatifs (honte, souffrance, impuissance) qui ont parfois été simultanément accompagnés du plaisir, qu’il soit relationnel (un compliment), sensuel (une caresse). Une affaire qui lui sera reproche plus tard lors d’un dévoilement: mais pourquoi avoir tant attendu ? Ambivalence égale ici confusion.

    C’est désormais par cette approche que l’on reconnait et traite notamment les abus sexuels, physiques et psychologiques et la violence envers les femmes et les enfants – l’élément central- même processus. Même dynamique en matière de relations de travail.

    Abus de pouvoir ou d’autorité  

    Il peut s’agir de l’exercice excessif d’un pouvoir conféré par un statut ou de l’utilisation de la position de faiblesse d’une personne pour en tirer un avantage personnel. Comportements d’intimidation, de harcèlement, d’humiliation, de menace, de chantage et de coercition…Les abus de pouvoir peuvent prendre diverses formes et nuisent au moral et aux relations.

    Parmi les formes, il y a ( non exhaustif)
    Gaslighting ou détournement cognitif
    Désigne une forme de harcèlement psychologique visant à faire douter une personne d’elle-même en ayant recours au mensonge, au déni, à l’omission sélective ou à la déformation de faits, et ce, afin de tirer profit de l’anxiété et de la confusion ainsi générées.

    Harcèlement psychologique
    On entend par harcèlement une conduite vexatoire se manifestant par des comportements, des paroles, des actes ou des gestes répétés, qui sont hostiles ou non désirés. Les comportements en cause dans le harcèlement psychologique sont multiples, insidieux et habituellement liés à des agressions cachées (empêcher la personne de s’exprimer, l’isoler ou nier sa présence, la discréditer, l’humilier devant les autres, faire des allusions désobligeantes).

    Incivilité
    Désigne un comportement déviant qui est en violation des normes de respect mutuel établies dans le milieu de travail et dont l’intention de nuire n’est pas toujours présente (malaises et questionnements). L’incivilité est un ensemble d’impolitesses, de mesquineries, de vulgarités, de marques d’irrespect et de manques de savoir-vivre.

    *Gouvernement du Québec. Secrétariat à la condition féminine. (s. d.). Agir contre les agressions sexuelles.
    *Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). (s. d.). Définition de l’agression sexuelle.
    *Nations Unies. (2017). Glossaire sur l’exploitation et les atteintes sexuelles.
    *Office québécois de la langue française. (s. d.). Détournement cognitif.
    *https://www.quebec.ca/famille-et-soutien-aux-personnes/violences/maltraitance-aines
    *https://mobile.inspq.qc.ca/rapport-quebecois-sur-la-violence-et-la-sante/les-agressions-sexuelles/definition-de-l-agression-sexuelle
    * La personnalité de l’abuseur sexuel, Gijseghem (Van) Hubert, Méridien Psychologie ( un expert temoin)
    * Abus sexuel. L’enfant mis à nu, Gijsechem (Van) Hubert, Méridien Psychologie.
    -https://barreaudequebec.ca/wp-content/uploads/2022/02/Proforma_94-7-1.pdf

    Etc….

    Layla, vous avez rompu le silence, nommé clairement votre inconfort, votre ressenti. Une démarche tout ce qu’il y a de plus sain. Un grand pas vers la mise à distance. On donne moins d’emprise ensuite.

    1. Toile dit :

      Ben coudons, Vlad rentre aussi précisément dans ces définitions! Quoique lui c’est un pouvoir autoritarisme pratiqué dans son extrême. Ca reste sur le fond, la même chose.

      1. Toile dit :

        Oups…. maudit correcteur : pouvoir autoritariste

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :