Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

L’AIPAC, le plus influent des lobbys pro-Israël aux États-Unis, fait l’objet de critiques ces jours-ci après la décision de son comité d’action politique d’appuyer la réélection de 37 parlementaires républicaines qui ont refusé de voter en faveur de la certification des résultats de l’élection présidentielle de 2020 le 6 janvier 2021. Des démocrates pro-Israël ont évidemment dénoncé ces appuis. Mais au moins une voix républicaine s’est jointe à eux, en l’occurrence celle de Liz Cheney.

Mais avant d’aller plus loin, un mot sur la lettre publiée vendredi par l’AIPAC pour défendre les appuis dévoilés ce mois-ci par son tout nouveau comité d’action politique créé en décembre dernier. « Nous avons des amis qui sont pro-choix et pro-vie, ceux qui sont libéraux sur l’immigration et ceux qui veulent resserrer nos frontières, et oui, ceux qui sont en profond désaccord sur les questions entourant l’élection présidentielle de 2020 », ont écrit les dirigeants du lobby.

« Ce n’est pas le moment pour le mouvement pro-Israël de devenir sélectif quant à ses amis, ont-ils ajouté. Israël est confronté aux menaces nucléaires des dirigeants iraniens et aux tunnels de terreur construits par le Hezbollah et le Hamas. Un mouvement international qui cherche à isoler et à diaboliser l’État juif continue de faire des percées, notamment ici aux États-Unis. »

La lettre évoque aussi la guerre en Ukraine, semblant établir un lien entre le sort de ce pays et celui d’Israël. « Quels sont les enjeux ? Demandez au président Zelensky. Sa nation fait face à une guerre d’extinction – une guerre qui déterminera si sa nation existe dans les mois à venir. »

Liz Cheney, farouche défendeur d’Israël, ne fait pas partie des élus soutenus par le comité d’action politique de l’AIPAC. Elle a été mis au ban de son parti en raison de son refus d’accepter le « grand mensonge » de Donald Trump concernant l’élection présidentielle de 2020. Dans un tweet publié vendredi, elle a critiqué l’AIPAC en y allant quand même avec retenue : « Les relations entre l’Amérique et Israël n’ont jamais été aussi importantes. Ceux d’entre nous qui n’ont jamais vacillé dans leur soutien à Israël ou dans leur lutte contre l’antisémitisme aux États-Unis et dans le monde entier veulent que les membres de l’AIPAC sachent que [leurs] dirigeants jouent un jeu politique dangereux. »

Le lobby pro-Israël J-Street s’est montré plus cinglant dans sa critique de la lettre de son grand rival. « Tout d’abord, soyons clairs : il ne peut y avoir aucune excuse pour soutenir et collecter des fonds pour des candidats qui menacent l’avenir démocratique de l’Amérique et promeuvent des théories de conspiration dangereuses », a tweeté le vice-président de cette organisation. « Cette lettre semble suggérer qu’il n’y a aucune ligne que la communauté pro-Israël américaine ne devrait pas franchir, même si cela signifie vendre l’avenir démocratique de l’Amérique et soutenir ceux qui menacent les minorités ici chez nous. »

La représentante démocrate de New York Alexandria Ocasio-Cortez a ajouté son grain de sel : « L’AIPAC soutient maintenant les républicains qui ont voté pour annuler les élections américaines le 6 janvier et leur fait des dons parce que, selon leur déclaration, il est plus acceptable de démanteler la démocratie américaine que de se demander si l’argent des contribuables américains doit financer la détention et l’abus d’enfants palestiniens. »

(Photo Getty Images)



28 réflexions sur “Quand une républicaine critique le plus influent lobby pro-Israël

  1. Kelvinator dit :

    Je suis d’accord avec AOC. Pourquoi saper la démocratie américaine pour défendre la pseudo-démocratie israélienne qui traite les arabes comme des citoyens de seconde zone?

    1. Sjonka dit :

      Je modifierais votre commentaire légèrement, si vous permettez.

      ´´qui traite les arabes pire que des citoyens de seconde zone ´´

      1. Haïku dit :

        @Sjonka
        Je seconde !

      2. gl000001 dit :

        Jar Head avait proposé quelque chose qui réglait le problème pourtant !! 😉

      3. Haïku dit :

        @gl000001
        Bon rappel ! 😉

      4. Ziggy9361 dit :

        Ha oui,comme transféré l’ambassade des États-Unis a Jérusalem.

  2. Denis Bergeron dit :

    Les gens d’extrême droite supportent des gens d’extrême droite! Je suis étonné!

    1. Dekessey dit :

      En effet, quelle surprise.
      Ils sont même tolérés dans le Capitole, imaginez.

    2. Caisse dit :

      Quelle situation grotesque, ont est plus dans la politique? Ont est dans le mercantilisme, le grand mensonge? C’est de croire que l’élection à été manipulée, si Trump avait été élus aurait-il le même discours? Bref quel ignominie, quel charlatan, cet homme.

  3. Apocalypse dit :

    Cette position de l’AIPAC et d’Israël par la bande m’a rappelé cette citation:

    ‘Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es.’

    On parle d’appuyer des gens qui ont voulu renverser la démocratie aux États-Unis, c’est ce qu’on appelle se discréditer pas à peu près! 🤦‍♂️🤮

    1. Lucien L. dit :

       »Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tuer ».

  4. Loufaf dit :

    Elle est où la logique de l’ AIPAC? Soutenir le gros fêlé qui veut installer une autocratie et ses suprématistes blanc qui sont anti Juifs?
    Eh ben!!

    1. Haïku dit :

      @Loufaf
      Effectivement, c’est pas mal surréel !

  5. Toile dit :

    Et bien j’ai hâte en tii de les entendre sur la communauté juive en Ukraine, Odessa surtout.

    « À Odessa, ce passé est douloureux.
    Il y a un siècle, la ville comptait la plus grande population juive du monde, après New York et Varsovie. D’un tyran à l’autre, la communauté a été décimée : pogroms sous les tsars, purges sous Staline, extermination de masse sous les nazis.
    Et maintenant, la guerre de Poutine. L’exode, à nouveau.
    Le rabbin était prêt. « Nous évacuons des gens en Moldavie tous les jours. » La plupart des Juifs d’Odessa ont plié bagage. Il en reste quelques milliers, dont 50 survivants de l’Holocauste, regroupés dans une maison de retraite. « Le plus jeune a 91 ans. Un voyage en ambulance les tuerait. »
    https://www.lapresse.ca/international/chroniques/2022-03-20/la-presse-en-ukraine/tomber-en-guerre.php

    2 eme guerre mondiale- les juifs

    Au cours de la Seconde Guerre mondiale, de 1941 à 1944, Odessa fut occupée par les forces armées roumaines alors alliées de l’Allemagne nazie et souffrit d’importants dommages. Avant guerre, la plus importante communauté juive d’Union soviétique, soit 133 000 personnes d’après le recensement de 1926, y vivait[18]. Après l’attaque des forces de l’Axe contre l’URSS le 22 juin 1941, environ 45 % de cette communauté put s’enfuir vers l’intérieur de l’Union soviétique, mais quatre mois plus tard, plus de 75 000 Juifs se trouvaient encore en ville lorsqu’elle fut occupée. Le 22 octobre 1941, six jours après l’entrée des troupes roumaines dans la ville, un attentat tua le général Ioan Glogojeanu (en), commandant d’Odessa, ainsi qu’une grande partie de son état-major, faisant une quarantaine de morts. Le soir même, le gouvernement roumain accusa l’ensemble des Juifs odessites d’en être les instigateurs et ordonna des « représailles implacables ». Vingt minutes plus tard, le nouveau commandant d’Odessa, le général Trestioreanu, annonça qu’il allait pendre les Juifs et les communistes sur les places publiques. Pendant la nuit, cinq mille personnes furent exécutées. Le 23 octobre, dix-neuf mille Juifs furent exécutés et leurs cadavres arrosés d’essence et brûlés[20].
    Le maréchal Antonescu, dictateur et Premier ministre roumain de 1941-1944[a], donna l’ordre de tuer deux cents communistes pour chaque officier victime de la bombe et cent pour chaque soldat. À ce titre, tous les communistes et un membre de chaque famille juive durent être emprisonnés comme otages. Antonescu ordonna à nouveau des représailles : il demanda que les otages encore en vie « connaissent les mêmes souffrances que les officiers morts dans l’explosion ». Le 24 octobre au soir, les Juifs emprisonnés furent transportés en dehors de la ville et fusillés devant des fossés anti-chars par groupe de quarante ou cinquante. L’opération se révélant trop lente, les cinq mille Juifs restants furent enfermés dans trois entrepôts et mitraillés. Puis les entrepôts furent incendiés le 25 octobre, jour de l’enterrement des militaires victimes de l’attentat du 22 octobre. La plupart des hommes juifs d’Odessa furent ainsi massacrés[21].
    Le 1er novembre, la ville ne comptait plus que 33 885 Juifs, essentiellement des femmes et des enfants qui vivaient terrorisés dans le ghetto de Moldavanka (en). Les Juifs d’Odessa et de sa région furent ensuite déportés vers la Podolie sous occupation roumaine, dans les anciens kolkhozes de Bogdanovka, Domanevka (en) et Ahmetetchka. Ils furent logés dans des conditions déplorables, entassés dans des ruines, des étables ou des porcheries. Ils souffrirent de nombreuses maladies dont la dysenterie et le typhus, et la Croix-Rouge roumaine (en) de Viorica Agarici, ainsi que l’association Aliya d’Eugen Meissner et Samuel Leibovici basée à Bucarest, ne furent autorisées à leur venir en aide qu’au compte-gouttes et contre d’importantes taxes ou pots-de-vin. Un grand nombre fut massacré à partir du mois de décembre[22]. Ceux qui n’avaient pas encore été déportés le furent par train à partir de janvier 1942. Le 10 avril 1942, il ne restait plus à Odessa que 703 Juifs[23].
    Selon les rapports officiels, les militaires roumains, aidés par les autorités collaborationnistes locales, avaient abattu entre le 18 octobre 1941 et le 17 mars 1942, jusqu’à vingt-cinq mille Juifs et en avaient déporté plus de trente-cinq mille, dont une bonne part trouvèrent ensuite la mort.

    Le surnom « little Odessa » à New York. Origine
    Au cours des années 1970 puis 1990, la majorité des Juifs odessites, revenus des autres régions d’URSS où ils avaient pu échapper à la Shoah, émigrèrent vers Israël, vers les États-Unis et vers l’Europe de l’Ouest. L’émigration vers Moscou et Léningrad fut aussi très importante, formant de vraies communautés. Regroupés à New York, d’autres Juifs odessites ont valu à leur quartier américain le surnom de « Little Odessa ». Après leur départ, la population recensée de la ville se déclara aux deux tiers ukrainienne, et russe pour un tiers.

    *Wikipedia.

  6. Toile dit :

    Faisons un raccourci intellectuel : Wiki

    L’AIPAC ou American Israel Public Affairs Committee est un lobby créé en 1963 aux États-Unis visant à soutenir Israël[1].

    L’AIPAC soutient fortement la droite israélienne, et est réputé proche du Likoud. L’AIPAC s’appuie sur un réseau de plus de soixante-dix organisations juives qui lui sont affiliées, dont les représentants siègent à son comité directeur. Chaque année, l’AIPAC organise une conférence à Washington avec la présence de hauts responsables politiques des deux pays tels que Hillary Clinton, Bill Clinton, Barack Obama, Joe Biden, Donald Trump, George W. Bush, Benyamin Netanyahou, Paul Ryan, Ariel Sharon ou Ehud Olmert.

    Il est considéré comme un des lobbys les plus puissants des États-Unis[2],[3],[4],[5].

    Objectifs principaux Modifier
    Faire du lobbying pour défendre les intérêts israéliens
    S’assurer du veto des États-Unis contre toute résolution de l’ONU condamnant les actions israéliennes
    Assurer une aide financière généreuse envers Israël
    Assurer une aide militaire généreuse envers Israël
    Préparer la future génération de leaders pro-israéliens
    Surveiller les votes et les propos des politiciens américains concernant tout ce qui est lié de près ou de loin à Israël
    Coordonner et orienter les donations des donateurs juifs américains aux politiciens candidats aux élections

    Le portait est vite fait … dans tous les sens du terme.

  7. Jean Saisrien dit :

    L’ennemi intérieur…
    Hallucinant comment on permet à une force étrangère, qui travaille dans l’intérêt d’un SEUL pays (qui n’est pas les ÉU) d’être aussi présent dans 100% des décisions que prennent les ÉU.
    Le pire c’est que les étatsuniens financent ce pays* qui paye à ses constituants (de la seule religion valable) des services auxquels les étatsuniens n’ont même pas droit.
    Imaginez quelques secondes si n’importe quel autre pays qu’ Israël avait autant d’influence sur les destinés des ÉU !
    Et ils le font ouvertement, sans aucune gêne, comme si cela leur était dû…
    Un peu comme s’ils étaient le peuple élu sur une terre promise….

    *près de 4 milliards/an

    1. gl000001 dit :

      Israël achète des armes aux USA ?

    2. J’ai toujours de la misère a comprend les états-uniens qui donnent des milliard a Israel mais ne veulent pas donner un sous a leur propre société.

    3. Toile dit :

      En effet, plus qu’hallucinant. On s’en doutait, c’était su. Rien de très nouveau. Sauf que là c’est pas du tout par la bande le jeu de pouvoir. Directement ouvert publiquement mes amis de mes amis… .
      C’est assez audacieux et suffisant. Un etat voyou, un lobby voyou qui remplit bien ses mandats.

  8. M. Hetu sur tweeter :
    La décision des États-Unis et de leurs alliés de ne pas s’engager militairement pour stopper l’agression russe en Ukraine est due à :
    -Un manque de motivation
    -Un manque de cran
    -Un calcul prudent

    J’aurai voté « Un calcul IMPRUDENT » ALORS j’y suis allé avec le plus proche et j’ai voté – un manque de cran.

    Je suis quand meme surpris qu’il y a autant de gens, c’est a 81% présentement, qui croit que c’est prudent de ne pas intervenir en Ukriane.

    81% qui pensent que c’est plus prudent de rester dans le confort de notre salon et de se plaindre des cout qui vont monté
    81% qui pense que la russie et la chine vont s’arretter la.

    Du moins ca à le mérite de confirmer la regle du 80/20

    1. spritzer dit :

      Maintenant que vous l’avez signalé, les gens du blogue vont tous aller voter pour « Un manque de cran » et le pourcentage va augmenter… :

    2. Gilles Morissette dit :

      @philippe deslauriers (21/03/2022 à 11:26)

      Non les résultats de ce sondage-maison, bien qu’il ne soit pas scientifique, reflètent hélas, une mentalité bien répandu non seulement chez nous mais ailleurs.

      L’Ukraine, c’est loin, à des milliers de kilomètres de chez nous. On assiste à cette sale guerre bien assis devant nos télés en buvant notre bière ou un petit verre de vin.

      La souffrrance nous émeut tout commne la mort d’enfants, les scènes de destruction, la brutalité de l’armée russe.

      On s’indigne, mais, je le répète, l’Ukraine c’est si loin et tout ça nous touche un peu mais à peine.

      Oui, l’essence est plus cher, tout comme le prix de certaines denrées mais la pandémie nous a habitué à ça au cours des deux dernières années.

      On continue quand même dans notre routine, trop heureux que nous sommes de retrouver « nos libertés », notre petit confort, nos bonnes vieilles habitudes.

      L’hiver achève, le printemps revient.

      Ce sera bientôt le temps des terrasses, des BBQ familiaux, des réunions, la piscine, les randonnées en vélo, les voyages dans la nouvelle bagnole, bref tout les petits plaisirs de la vie.

      Pourquoi s’embêter avec une guerre qui se passe si loin de chez nous.?

      Cynisme? Oui probablement. J’ai toutes les raisons de l’être après ce qui est arrivé à ma petite-file de cinq ans, décédé d’un cancer rare et incurable.

      Elle n’est pas morte sous les bombes, dans des décombres ou victime d’un « sniper ». C’est le destin, la fatalité qui a fgrappé.

      Cette injustice est profondément ancré dans ma peau et il faudra du temps pour m’en remettre.

      Mes excuses pour cette digression mais j’ai du mal à accepter cette injustice.

      1. Toile dit :

        Ne cessez jamais de pester contre l’injustice. C’est ce qui nous rend le plus profondément humain. Que reste t il de la justice quand on est insensible? Pester contrer l’injustice, c’est en espérer une autre forme, meilleure. Que reste t il de nous sans espoir ?

  9. Gilles Morissette dit :

    AOC a encore frappé dans le mille. En termes de baseball, elle a frappé un « grand chelem »

    Elle a mis le gouvernement d’Israëlle face à ses contradictions.

    On s’émeut, avec raison, du sort des enfants ukrainiens tués à grands coups de bombes et de missiles par Putin et ses sbires.

    Cependant,on a n’en n’a rien à foutre du sort des enfants palestiniens qui vivent dans des conditions déplorables et qui se font tirer dessus par l’Armée israëlienne.

    Deux poids, deux mesures comme c’est souvent le cas avec ces lobbys puissants et plein de fric

    Soutenir le BIG LIE, défendre LA CHOSE qui a lancé, le 6 janvier 2021, une attaque frontale contre la démocratie et ses institutions, soutenir des candidats qui font la promotion de théories conspirationnistes déjantées, fermer les yeux sur la façon dont le gouvernement d’israël traite la Palestine, etc.

    Bienvenue dans le monde « merveilleux de l’AIPAC

  10. Guy Pelletier dit :

    Ce n’est guère surprenant de voir la droite et l’extrême droite israélienne préférer miser de nouveau sur celui qui leur a donné autant d’influence sur la Maison Blanche que l’a fait Donald Trump au point ou on avait l’impression que c’était Benjamin Netanyahou qui dirigeait les États-Unis. Qu’ils ferment les yeux sur sa très claire tentative de manipuler le vote électoral d’empêcher la validation de la victoire électorale des Démocrates et de Biden ne devrait nullement nous surprendre à une époque ou les valeurs morales de pas mal de politiciens et leurs partisans ont sacrés le camps les démocraties misent à mal partout depuis la montée de la droite des radicaux et réactionnaires. On en a clairement la preuve avec la guerre sale menée par la Russie contre une démocratie avec la bénédiction quasi totale de la droite occidentale les Républicains et Donald Trump en tête.

  11. ghislain1957 dit :

    Liz Cheney. Étrangement la seule à avoir des couilles dans le parti ripoux-blicain.

  12. probert dit :

    Je ne comprends pas qu’il y ai encore un seul juif pour appuyer le GOP. Un parti qui est de plus en plus dans l’autoritarisme, et qui regroupe les politiciens et les éléments les plus extrêmes et racistes de la société américaine. Les juifs n’ont-ils pas compris qu’après les noirs et les asiatiques, ils vont probablement éventuellement devenir la cible principale de tout ce beau monde.

  13. nefer111 dit :

    Comme d’habitude Goliath essai de se faire passer pour David …

    L’antisémitisme est un crime, L’antisionisme un devoir !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :