Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Il n’est pas un apôtre du port du masque. Il n’est pas un grand promoteur des vaccins contre la COVID-19. Par contre, il s’est toujours montré ouvert aux traitements les plus exotiques de cette maladie, y compris l’hydroxychloroquine. Bref, il était le candidat idéal aux yeux du gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis pour occuper le poste de directeur de santé publique de son État. Encore fallait-il que le Dr Joseph Ladapo soit confirmé dans cette fonction par le Sénat de Floride, procédure qui s’est mise en branle ce mercredi.

Or, les démocrates, minoritaires au sein de la commission chargée de tenir le premier vote sur la confirmation du Dr Ladapo, ont trouvé l’étape tellement frustrante qu’ils ont quitté avant même la tenue du vote. Ils se sont plaints de n’avoir pas pu obtenir des réponses claires et précises à plusieurs de leurs questions.

Le Dr Ladapo a notamment refusé de répondre « oui ou non » à la question de savoir s’il croyait que les vaccins contre la COVID-19 étaient sûrs et efficaces. Il a déclaré que les vaccins offraient une « efficacité raisonnable », une « efficacité relativement élevée » contre les hospitalisations et les décès, et une « efficacité relativement faible pour la prévention » des infections dans le temps. Mais il n’a jamais dit oui ou non.

Un extrait de son témoignage permet de juger de son refus de se prononcer clairement en faveur de la vaccination :

Le Dr Ladapo a également refusé d’exprimer un regret pour son refus de porter le masque en octobre dernier en présence d’une sénatrice démocrate qui subissait alors des traitements pour un cancer du sein. Il ne devrait cependant pas avoir de mal à être confirmé par l’ensemble du Sénat de Floride, où les républicains jouissent de la majorité.

(Photo AP)

46 réflexions sur “Euh, docteur, êtes vous antivax ?

  1. Félicitations pour votre beau programme la chose DeSantis….

    on se demande où il croit aller???

  2. Haïku dit :

    « Si l’émetteur de message choisit l’ambiguïté,
    le récepteur est libre d’entendre ce qu’il veut. »
    (R. Rakotobe)

    1. gl000001 dit :

      Ou « Les absents ont tort ». Il s’est « absenté » momentanément au lieu de répondre !!!

  3. gl000001 dit :

    @FDR c’est maintenant qu’il faut invoquer le serment d’Hippocrate car il s’est fait « squeezer » et ça, c’est un serrement d’hypocrite.

    1. Layla dit :

      @Gl000001

      Vous n’en ratez pas une 👏👏👏

      1. ProMap dit :

        Layla – Vous avez tellement raison, je me tord trop souvent en le lisant, tellement que j,ai peur de mourir d’une sur-inflation de la rate qui se dilate à chacune de ses répliques. Je me demande même si le verbe rater n’origine pas de la rate, l’organe!?

        gl000001, vous avez cette maîtrise des deux langues qui font de votre humour une magie de caricature lettrée qui explique avec exactitude dans trop dire.

      2. gl000001 dit :

        Vous êtes trop bon. Je ne serais rien sans le blogueur, les intervenants et leurs textes !

      3. ProMap dit :

        grrrrr…. sans trop dire

    2. franlabrecque dit :

      Beaux jeux de mots bravo👍

  4. gl000001 dit :

    HS relié à la musique. Neil Young retire sa musique de Spotify parce qu’ils continuent à publier un balado de Joe Rogan !!
    https://www.lapresse.ca/arts/musique/2022-01-26/desinformation-sur-la-covid-19/neil-young-met-sa-menace-a-execution-et-retire-sa-musique-de-spotify.php

    1. loup2 dit :

      Neil Young = Pas de bullshit, pas d’hypocrisie.
      Justement il vient de publier un album avec sa gang de Crazy Horse.

      1. loup2 dit :

        Barn, 2021

    2. Jehan Lambert dit :

      Quelle idée idiote. Il se prive de revenu et laisse toute la place à l’autre. Il ne réalise pas que le 1er amendement existe pas juste pour lui mais pour tout le monde. Vouloir censuré ceux qui pensent pas comme lui c’est pas fort, fort.
      De toute façon Spotify avait déjà, il y a un bout de temps, retiré 43 émissions de Rogan.

      1. Achalante dit :

        Au contraire. Spotify, c’est d’abord de la musique. Si plusieurs artistes suivent la même route, alors ceux qui sont abonnés ne trouveront plus leur musique préférée sur Spotify (ou qui simplement auront entendu M. Young et se seront désabonnés sans attendre), et donc, ne verront pas l’utilité de continuer à payer pour, et se tourneront vers d’autres services. Spotify perdant des abonnés, et donc de l’argent, devront faire un choix: continuer à supporter Rogan et perdre de plus en plus d’abonnés, ou cesser de diffuser Rogan et tenter de reconquérir ce qui a été perdu.

  5. Layla dit :

    On s’entend qu’il n’était pas très à l’aise de répondre, c’est le moins que l’on puisse dire, il aurait été mieux de répondre Yes or No quitte à se démentir plus tard, on permet ça chez les MAGA se démentir, il aurait eu moins l’air moins « fou ».🤷‍♀️

    1. gl000001 dit :

      « C’était une blague !! Vous avez pas compris » est la réplique consacrée !!

  6. Labinne2 dit :

    Je suis maçon, je crois que le mortier a une certaine efficacité a maintenir les briques ensemble probablement pour une période relativement longue. Je crois que comparer les briques et le carton devrait être fait de façon à ne pas désavantager l’un ou l’autre. Je ne m’excuserez pas au petit cochon d’avoir bâti une maison avec du carton, ce matériaux avait donné d’excellents résultats dans d’autres constructions. Ce n’es quand même pas de ma faute si le loup a soufflé plus fort que ce que j’avais jamais vu auparavant.

    1. Layla dit :

      @Labinne2 20:08
      💯excellent💯

  7. Gilles Morissette dit :

    De Santis a trouvé le candidat idéal pour occuper le poste de directeur de la Sasnté publiquede la Floride.

    Un « yes man », un baratineur, un boulechiteur qui, plutôt que de donner des réponses claires et précises, se défile comme un poltron.

    Y a pas à dire. La santé des résidents de la Floride est entre « bonnes mains » avec un type semblable.

    De Santis doit être fier de lui !!

  8. DeSantis n’a même pas capable d’avouer qu’il a eu sa troisième dose. S’il assumait ses position publiques, il dirait qu’il n’en a pas eu besoin et qu’il est libre. « Je crois que tout le monde est libre de coisir, mais pas moi, j’ai trop peur », voilà ce que j’entends.

    Alors Ladapo n’a pas plus de courage, et patine sur la bottine. Il ne veut pas décevoir celui qui l’a placé là et pourrait lui assurer une bonne position dans le gouvernement dont De Santis rêve d’hériter. Si DeSantis est une carpette de DT, qui rêve de l’ègaler mais n’ose pas trop le confronter trop directement, Ladapo est la carpette d’une carpette, une sous-carpette.

    1. gl000001 dit :

      Carpette pis Répète sont sous une branche. La branche tombe. Qui est-ce qui reste ?
      R-I-E-N !! C’est aussi absurde que Lapado !!

  9. MarcB dit :

    En nommant un docteur quasi-antivax, est-ce que De Santis veut démontrer qu’il est encore plus con que Trump? Je ne croyais que ce soit possible, mais bon je croyais aussi qu’il ne pourrait pas y avoir de pire président que GW Bush.

    1. Il est ambi-vaxx, pour ne déplaire à personne. De Santis d’ailleurs est ambi-Trump.

    2. Madalton dit :

      Est-ce que Trump va appuyer les sénateurs démocrates dans leur démarche? Lui, par qui les vaccins sont arrivés, il va vouloir encore planter DeSantis.

  10. Stéphane dit :

    « Une pomme par jour éloigne le médecin, pourvu que l’on vise bien »!
    – Winston Churchill

    1. Haïku dit :

      Stéphane
      Exquis ! 😂👍

  11. HS billet précédent
    Je voulais compléter la citation rapportée par @fylouz29 « nous avons une génération entière qui va être chanceuse si elle obtient son diplôme d’études secondaires »

    Une génération qui aura de bonnes chances de faire partie du Parti républicain, ce diplôme n’étant plus nécessaire.

  12. Jacques Pagé dit :

    Il n’y a pas de Filibuster en Floride? Dommage!

  13. probert dit :

    Il n’y a pas d’organisme comme le Collège des médecins en Floride pour sanctionner les médecins qui agissent contre l’intérêt public et la science médicale ?

  14. jeani dit :

    Il faut dire que Ladapo est un champion en Mathématiques.

    En Floride, il y a probablement 200 à 300 morts par jour. Lapado applique un calcul fort simple. 300 morts -297 = 3 morts. Ou, 200 – 199 = seulement 1 mort.

    Finalement, on ne meurt plus en Floride, DeSantis est content et le docteur garde son poste.

    En résumé, bullshit!

    1. Jean Létourneau dit :

      @ jeani

      « En Floride, il y a probablement 200 à 300 morts par jour. »
      Tel que comptabilisé par le bureau du gouverneur qui « supervise » les statistiques officielles transmises au CDC.

  15. Helene dit :

    Pas très rassurant, après les élucubrations de Nikki Haley, les évasions cérébrales du Dr Joseph Lapado, ils s’en vont où???

    1. Helene dit :

      Excusez-moi, Dr Ladapo !

      1. ProMap dit :

        Helene – Vous n’avez pas à vous excusez. Le bon « docteur a raison » était un ti-peu mêlé lui-même : Ladapo est un « patronyme raisonnable », un « patronyme relativement élevé » par contre, Lapado est un « patronyme relativement faible pour l’identification» de son moi profond comme superficiel.

        mais… oh!…. nous avons perdu le contact, Le bon « docteur a raison » est plogué directement sur la neurone unique du Sans Nom, il vous reviendra dans quelques minutes pour compléter sa non-réponse.

        P.S.

        « Dr Lapado, qu’est-e qu’un scalpel? »

        Le bon « docteur a raison » : « Vous parlez d’un « scalpel raisonnable » ou d’un « scalpel relativement élevé? »

  16. Loufaf dit :

    DeSantis a trouvé le parfait pantin qu’ il peut manipuler à sa guise. L’ important ce n’ est pas la vie des gens , mais que le cash $$$ rentre dans les coffres de l’ état.
    Allez comprendre les gens qui votent pour ce criminel!

  17. gl000001 dit :

    Incroyable. Ici, une compagnie ment un peu sur la « verdure » de leurs produits et ils ont des amendes à payer. La-bas, le parti républicain ment à tour de bras et tout va très bien aller 😉
    https://www.lapresse.ca/affaires/2022-01-26/ecoblanchiment/gare-aux-tromperies-ecologiques-avertit-le-bureau-federal-de-la-concurrence.php

  18. ProMap dit :

    « Ladapo was born in Nigeria, the son of a microbiologist.[2] He immigrated to the United States at age five along with his family.[2] He earned a Bachelor of Arts degree in chemistry from Wake Forest University in 2000.[3] Ladapo received a MD[4] from Harvard Medical School and a PhD in Health Policy from Harvard Graduate School of Arts and Sciences in 2008.[5] Ladapo completed clinical training in internal medicine at Beth Israel Deaconess Medical Center.[4] He is certified by the American Board of Internal Medicine. »

    https://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Ladapo

    De deux choses l’une :

    a) Wake Forest University, Harvard Medical School, Harvard Graduate School of Arts and Sciences se sont fait fourrer à l’os

    b) Ladapo se fait grabber les couilles par le dentier de Lucifer en personne

    J’opte pour a, par conséquent, b est a priori vrai.

  19. Igreck dit :

    Je ne savais pas qu’il y avait une faculté de médecine à la Trump 🤡 University 😳⁉️

    1. Kelvinator dit :

      Ça se résumait au département de dermatologie.

      1. Jean Létourneau dit :

        « Ça se résumait au département de dermatologie. »

        La TU se concentrait sur des études tentant d’expliquer les origines de la couleur de la peau.
        Pourquoi certains ont la peau blanche, d’autres noire ou même orange !

        Une chanson que j’avais presque oubliée de Jacques Blanchet. Je n’ai pas trouvé l’originale, mais Marie-Jo Thério en fait une version étonnante :

      2. gl000001 dit :

        Ou pour guérir l’urticaire que le 45 leur cause !!

      3. Igreck dit :

        😳❓

  20. Ceptik dit :

    Trump University
    Université qui n’a pas toutes ses facultés
    Politique 101
    Ne jamais mettre en poste plus intelligent que soi

  21. Jean Létourneau dit :

    Dans le NY Times d’aujourd’hui cet article de David Leonhardt qui correspond bien à ce que j’aurais écrit.
    TIMING est le mot important ici.

    Tout est dans le timing
    Stephen Breyer vient de faire quelque chose que les juges libéraux de la Cour suprême de l’ère moderne ne font pas toujours : il a choisi le moment de sa retraite de manière à ce qu’un juge idéologiquement similaire soit susceptible de le remplacer.

    Ruth Bader Ginsburg ne l’a pas fait, choisissant de rester à la Cour même lorsque sa santé était fragile, que Barack Obama était président et que les démocrates contrôlaient le Sénat. William Brennan et Thurgood Marshall ne l’ont pas fait non plus, prenant leur retraite pendant la présidence de George H.W. Bush au lieu d’essayer d’attendre les élections de 1992. Et Earl Warren, le président libéral de la Cour suprême des années 50 et 60, a annoncé sa retraite si tard au cours de la présidence de Lyndon Johnson que Richard Nixon a pu occuper le poste après que Johnson ait bâclé le processus de nomination.

    Ces sièges libéraux perdus sont l’une des principales raisons pour lesquelles les conservateurs dominent aujourd’hui la Cour. Les démocrates et les républicains ont occupé la Maison-Blanche pendant un nombre d’années similaire au cours des dernières décennies, mais les personnes nommées par les républicains occupent six des neuf sièges de la Cour suprême.

    Les circonstances ont certainement joué un rôle aussi – et la taille de l’échantillon de juges de la Cour suprême est si petite qu’il est difficile d’être sûr des tendances en matière de retraite. (Autre facteur : Le refus des républicains de laisser Obama remplacer Antonin Scalia en 2016). Pourtant, quelques juges libéraux semblent vraiment avoir eu une attitude plus blasée envers la retraite que leurs collègues conservateurs.

    Les juges conservateurs semblent se considérer comme les membres d’un mouvement juridique, surtout depuis la montée en puissance de la Federalist Society dans les années 1980. Depuis la présidence de John F. Kennedy, aucun juge de la moitié droite du spectre idéologique n’a été remplacé par un juge de la moitié gauche.

    Les juges libéraux, quant à eux, ont parfois mis l’accent sur leurs préférences personnelles – s’ils apprécient de siéger à la Cour ou s’ils préféreraient prendre leur retraite – plutôt que sur les conséquences plus larges pour le pays.

    En 2013 et 2014, Ginsburg – qui, comme de nombreux juges, aimait son travail – a rejeté les appels à la démission, bien qu’elle soit octogénaire et atteinte d’un cancer. Après sa mort en 2020, Donald Trump l’a remplacée par Amy Coney Barrett, qui pourrait fournir le vote décisif pour renverser Roe v. Wade, la discrimination positive et plus encore.

    Même la retraite de Warren, il y a plus de 50 ans, façonne encore la cour. Il craignait d’être remplacé par Nixon et a délibérément annoncé sa retraite alors que Johnson était encore président, en 1968. Mais Warren a attendu trop longtemps. Dans les derniers mois de la présidence de Johnson, les conservateurs du Sénat ont fait de l’obstruction systématique contre son candidat, Abe Fortas, et Nixon a pu remplacer Warren Burger au poste de président de la Cour suprême.

    Depuis lors, c’est un conservateur qui occupe le poste de juge en chef.

    Image et réalité
    Stephen Breyer a clairement fait savoir qu’il ne voulait pas être perçu comme un juge libéral ou une personne nommée par les démocrates. Il préfère que l’on pense à lui comme à un juge impartial. L’autorité de la Cour, a-t-il déclaré dans un discours l’année dernière, dépend de « la confiance dans le fait que la Cour est guidée par des principes juridiques, et non par la politique ».

    D’autres juges ont avancé des arguments similaires. « Nous n’avons pas de juges Obama ou de juges Trump, de juges Bush ou de juges Clinton », a déclaré le juge en chef John Roberts en 2018. Barrett l’a exprimé sans détour l’année dernière : « Cette cour n’est pas composée d’une bande de valets partisans ».

    C’est une description juste des décisions des juges sur de nombreuses affaires. Les verdicts unanimes et les coalitions hétérodoxes de juges sont fréquents, surtout dans les affaires techniques qui reçoivent peu d’attention en dehors des cercles juridiques. Parfois, c’est aussi le cas dans des affaires très médiatisées, comme celles qui ont récemment porté sur l’Obamacare et les droits de la L.G.B.T.Q..

    Mais dans de nombreux cas étroitement surveillés qui façonnent la vie quotidienne aux États-Unis, les juges se divisent selon des lignes idéologiques, surtout ces dernières années. En ce qui concerne l’avortement, les armes à feu, les syndicats, la réglementation des entreprises, le charcutage électoral, le financement des campagnes électorales et les droits de vote, la meilleure façon de prédire les votes des juges est de savoir s’ils ont été nommés par un président démocrate ou républicain. La Cour peut souvent ressembler à une sorte de super-législature, malgré les protestations de Breyer et de ses collègues.

    Pour cette raison, sa retraite n’aura probablement qu’un effet modeste sur les grandes affaires à venir. Un démocrate – Bill Clinton – a nommé Breyer, et un autre démocrate – Joe Biden – le remplacera. Le successeur de Breyer sera peut-être un peu plus libéral que lui, ce qui reflète l’évolution du parti démocrate depuis la présidence de Clinton. Mais cette différence n’aura que peu d’importance dans la plupart des cas.

    L’impact le plus important de la retraite de Breyer est la situation qu’elle empêche (en supposant, bien sûr, que le Sénat à majorité démocrate confirme le candidat de Biden). Son départ signifie que Breyer n’a pas suivi le modèle des Ginsburg, Brennan, Marshall et Warren. Breyer ne sera jamais l’icône libérale que chacun d’entre eux est, mais il a réussi à défendre les idéaux libéraux – les idéaux que lui et eux ont partagés – dans le dernier chapitre de sa vie publique.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

  22. jeanfrancoiscouture dit :

    « Nous n’avons pas de juges Obama ou de juges Trump, de juges Bush ou de juges Clinton », a déclaré le juge en chef John Roberts en 2018.

    Cette affirmation du juge Roberts est un excellent exemple de la confusion entre un souhait et une réalité. S’il persiste à refuser de voir la réalité de ce qu’est devenue sa Cour avec les «juges Trump», il va se ramasser avec un trouble de dissonance cognitive, là où ses affirmations lénifiantes seront en contradiction constante avec la réalité.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dissonance_cognitive#Paradigme_de_la_persistance_des_croyances_r%C3%A9fut%C3%A9es

    1. Dans l’article, du NYT que j’ai cité précédemment, le juge Breyer ne se voyait pas comme un juge démocrate, mais un juge tout simplement.

      Il a quand même la lucidité de se retirer pendant que les démocrates sont majoritaires au Sénat. 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :