Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Mon récent retour dans un théâtre de Broadway m’a incité à choisir comme thème de la troisième et dernière campagne de financement de ce blogue en 2021 les comédies musicales qui ont marqué ma vie new-yorkaise. Thème que je vous ai invité à explorer en soumettant vos propres expériences de spectacle, en tous genres et en tous lieux, dans la section des commentaires de ce site. Le témoignage de Martin B. ne concerne pas un spectacle en particulier, sauf peut-être celui de New York…

« Nous sommes à la fin de décembre 1981. Destination: New York en voiture pour quatre copains montréalais, dans la jeune vingtaine, souhaitant passer la veille du jour de l’an dans Times Square. Voyage de nuit pour sauver le trafic et durée prévue du séjour d’une semaine.

« Nous avions apporté une toute petite quantité de haschisch, question de célébrer dignement l’heureux événement. Tout juste avant de traverser la douane américaine et trop tard pour voter un plan « B », le joyeux luron du groupe décide de cacher la pipe à hasch dans la boite à gant située entre les deux banquettes avant, nous disant qu’à son avis, impossible que le douanier se donne la peine d’aller y jeter un œil. Erreur, c’est la seule place ou il a effectivement regardé. Et impossible de ne pas la voir, il n’y avait rien d’autre dans le coffre à gant! Le douanier a fait semblant de ne pas la voir et nous laisse malgré tout passer à la surprise générale.

« On stationne la voiture en bordure de route, un kilomètre plus loin, en pleine nuit, encore tout excités par cette mésaventure récente. La petite quantité de drogue ne s’est jamais rendue à New York, consommée sur place comme un signe annonciateur de la fabuleuse semaine que nous allions passer.

« Séjour dans un YMCA au cœur de la ville. Un bâtiment d’au moins une quinzaine d’étages (de mémoire) et doté d’une cour intérieure au cœur du quadrilatère formé par le bâtiment. Je découvre rapidement que d’ouvrir la fenêtre donnant sur cette même cour est une aventure risquée, immédiatement arrosé par le voisin d’un étage supérieur nous urinant littéralement dessus par sa fenêtre. La pratique était courante, semble-t-il. Faut dire qu’il n’y avait pas beaucoup de toilettes sur les étages et une urgence peut survenir à tout moment! Ouais, ce voyage allait être vraiment différent!

« Notre copain organisateur et déjà voyageur d’expérience insiste pour que nous allions voir une représentation de minuit, un vendredi, du film culte The Rocky Horror Picture Show, dans le Bronx, en présentation ininterrompue depuis des années à cette heure et à ce cinéma. Une chose incompréhensible à mes yeux de Québécois.

« Dans la file d’attente, certains de nos voisins avaient vu le show 40 ou 50 fois. Les gens arrivent au spectacle muni d’une panoplie d’accessoires (parapluies, imperméables, confettis, bouteilles d’eau…) et donnaient toutes les répliques par cœur à l’unisson du début à la fin en temps réel, arrosant l’auditoire lorsqu’il pleuvait dans le film ou lançant les confettis au moment opportun et ainsi de suite. Pour avoir revu le film par la suite au Québec, je peux vous dire que l’impact n’est pas, mais pas du tout le même.

« Pour ma part, c’est ce soir-là ou je suis tombé carrément amoureux de Susan Sarandon, qui se promène en soutien-gorge blanc un bon moment dans le film. Je pense que je ne m’en suis jamais vraiment remis par la suite. Mais quel blanc!

« Arrive le soir du 31 décembre dans Times Square. Foule dense et nombreuse. Le party est déjà commencé! Notre organisateur et ami prend bien soin de nous dire de ne pas exhiber de bijoux, nous expliquant que nous pourrions nous faire détrousser sur place en plein milieu de foule. Il insiste. Il exagère sûrement me suis-je dit. Et bien non! L’ironie veut qu’il se soit lui-même fait voler sa chaine en or dans les circonstances qu’il nous a décrit à peine quelques minutes plus tôt. En conclusion, notre guide semble plus doué pour la théorie que pour la pratique à l’évidence. Mais quel bon guide tout de même! Quel sens de l’anticipation!

« Une soirée au mythique Blue Note a couronné cette magnifique semaine new-yorkaise. Ce lieu, c’est mon église, ma religion. Je vous conterai un jour… Martin B.

Merci Martin ! Et merci à tous ceux et celles qui ont déjà contribué à la troisième et dernière campagne de financement de ce blogue en 2021, et aux autres qui le feront d’ici la fin de cette première journée!

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:

(Photo Fox)

18 réflexions sur “Destination New York, avec un peu de haschisch…

  1. Madalton dit :

    En parlant de Susan Sarandon, elle a tourné un film à Montréal, en 1971, avec Steve Fiset. Elle n’a vu le film qu’en 2000.

    https://www.lapresse.ca/cinema/festivals-de-cinema/festival-fantasia/201607/27/01-5004852-quand-susan-sarandon-donnait-la-replique-a-steve-fiset.php

    1. gl000001 dit :

      Également Carole Laure et Paul Berval. Quel duo ! Ca ne s’invente pas !!
      *https://www.youtube.com/watch?v=NH8jZXNg7Cg

    2. constella1 dit :

      Madalton

      Steve Fiset…
      Pour la petite histoire
      Ma sœur aînée a déjà sorti avec lui
      Pas longtemps mais quand -même
      Y avait pire que lui comme laidron disons 😉

      1. Madalton dit :

        Avait-il une Camaro ? 😉

        Effectivement, les filles trippaient sur lui. Il jouait dans les Berger. Il était le chum de Claudine Chatel (que je trouvais jolie) dans cette série avec Yvan Ducharme et Rita Bibeau. Cette série est devenue le Clan Beaulieu avec Roland Chenail, le gars qui faisait la narration en français des capsules «Au Royaume des animaux» de La Mutuelle d’Omaha.

        Ça nous rajeunit pas.

  2. gl000001 dit :

    HS : La personne responsable de l’arme avait déjà été congédiée d’un autre film suite un accident avec une arme !!
    https://www.lapresse.ca/cinema/2021-10-25/tir-mortel-durant-un-tournage/l-assistant-deja-licencie-pour-un-accident-avec-une-arme.php

  3. NStrider dit :

    HS – Manchin et sa logique
    « Le sénateur Manchin a déclaré que la couverture des soins dentaires, de la vue et de l’audition pour les personnes âgées est irresponsable sur le plan financier. Mais il a voté oui pour que les millionnaires et les milliardaires puissent déduire la dépréciation des jets privés de leur impôt à payer. »

    https://twitter.com/kschase13/status/1452743894651834378?s=21

    1. Madalton dit :

      Ostie de moron!

  4. ProMap dit :

    Ah! New York! Je n’ai vu qu’une fois, Et chaque fois que je lis ou j’entends le nom de cette ville, je me dis pourquoi une seule fois. J’ai pourtant passé tellement de fois au sud ce cette ville!

    Juste pour que vous puissiez continuer à vivre dans cette magnifique ville, je contribue dès cet instant au blog.

    Non, je blague, vous n’avez pas besoin de mon pécule minus pour y vivre, je sais, Je le fais (parce que je vous envie un peu d’habiter la ville de Broadway comme Martin la décrite, péché d’envie) parce que ce blog est LE BLOG USA. Dommage que nos voisins du sud ne le connaisse pas. Ils apprendraient sur eux comme Boucar nous enseigne sur nous, à condition d’oublier le 1er et 2e amendements quelques temps. Je le ferai dans 1 minute, promis, juré, craché, parce que j’aime ce blog et que c’est de votre faute, cher Monsieur le blogueur.

    1. ProMap dit :

      PS, Quand je contribue, c’est le nom de ma femme qui apparaît. D’où la maxime :  » Qui prend femme, prend crédit ». 😉

    2. ctbourgeois dit :

      C’est une magnifique ville sans doute, mais il y a plusieurs années, j’ai vécu une expérience très désagréable. J’avais stationné ma voiture en plein jour sur un grand boulevard, je me rendais en bateau voir la statue de la liberté, mais pendant cette escapade, on a forcé mon coffre arrière et volé tous mes bagages.

      J’aurais dû me méfier, on nous avait aussi avisé à maintes reprises à l’hôtel dans Manhattan qu’ils n’étaient pas responsables des vols dans le garage intérieur, j’imagine que les vols étaient fréquents. Je ne suis jamais retournée, peut-être que cela est dû à ma plaque d’immatriculation québécoise.

      1. constella1 dit :

        ctbourgeois
        Moi une fois je me suis retrouvé ds le Bronx à une époque où valait mieux ne pas se pointer à cet endroit en pleine nuit
        J’ai déjà parlé l’autre jour de notre fameux séjour en Floride où mon chum n’arrivait pas à se faire comprendre .
        J’ai dû prendre le relais pour enfin nous faire comprendre et retrouver notre chemin
        Et je ne parlais pas si bien que ça l’anglais mais je me débrouillais
        Une autre fois c’était un voyage
        pour la Caroline du sud avec tente roulotte à l’arrière d’où nos nombreux problèmes de moteur qui a chauffé tout le voyage Hahaha
        Et aussi bien sûr le problème de langue qui se manifestait dès que mon conjoint demandait sa route

        Je reviens donc à l’épisode du Bronx
        Comme encore une fois on n’avait pas pris la bonne sortie me voilà encore prise à demander notre route
        J’ai encore donc dû nous sortir de là et demander à une joyeuse bande d’afro-américains comment nous sortir de ce bourbier
        Je m’avance vers eux d’un pas assuré sourire aux lèvres
        Ils m’ont vite refroidi et ramener à la réalité en me disant de nous barrer au pc tout en m’expliquant rapidement la route
        Je l’ai dit l’autre jour, les enfants et moi on s’est souvent marré aux dépends de leur père ds ces moments mémorables de voyages
        La dernière fois
        Mon fils avait 11 ans ma fille 9
        Ils m’en parlent encore après toutes ces années en se bidonnant
        Que de beaux souvenirs…

  5. kelvinator dit :

    Très belle expérience de Martin B., merci du partage. Ça nous fait voyager dans le temps en plus!

  6. gigido66 dit :

    @ Martin B
    Votre escapade, Martin B, est certainement gravée dans votre cerveau comme un souvenir en 3 dimensions. Ça ne peut que vous faire sourire chaque fois qu’une occasion, telle la proposition de M. Hétu, la ramène à la surface et vous la fait revivre.
    Merci d’avoir partagé cette épisode d’une jeunesse insouciante et aventureuse, cette virée mémorable où la liberté et la fougue de la jeunesse avaient rendez-vous avec le plaisir!

    1. Jazz0347 dit :

      @gigidodo66

      Vous avez bien vu. J’ai rigolé toute la journée seul comme un crétin, par le simple fait d’écrire ce texte sans prétention et les souvenirs s’y rattachant.

      @kelvinator
      @jeanfrancoiscouture

      Merci pour les bons mots.

  7. jeanfrancoiscouture dit :

    @Madalton, 21:15: «Roland Chenail, le gars qui faisait la narration en français des capsules «Au Royaume des animaux» de La Mutuelle d’Omaha.»

    Et ce même Roland Chenail qui faisait Don Quichotte à la radio de Radio-Canada en 1958. J’avais onze ans et je me souviens encore de cette voix et aussi de ce Don Quichotte que, dans ma tête d’enfant, je trouvais un peu fou de s’attaquer à des moulins à vent; et que dire de ce Sancho qui voulait une île «en terre ferme»?

    https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2680922

  8. kintouai dit :

    J’ai vu « Rocky Horror Picture Show » à Paris en 1986, lors de mon premier voyage en Europe. Je me souviens qu’avant la représentation, dans un petit cinéma de la Rive Gauche, le proprio avait insisté pour que les spectateurs se limitent « au riz et à la flotte » durant le film.

    Je me rappelle que, lors de ce voyage, le premier des cinquante que ma femme et moi avons fait en Europe. il avait fait exceptionnellement beau en France (25° en moyenne chaque jour, alors que nous étions à la mi-octobre).

    J’étais tombé amoureux depuis longtemps de Susan Sarandon : le film avec Steve Fiset, dans lequel un prof lui apprenait comment se séparer d’elle en anglais (« severe our relation »…). Plus tard, dans « Atlantic City », j’avais été bouleversé par la scène où elle se passe du citron sur les seins pour enlever l’odeur du poisson.

    Et que dire de son rôle de religieuse dans « Dead Man Walking » ?

    1. Robert Giroux dit :

      Malheureusement, j’ai perdu tout respect pour Susan Sarandon …

      Si vous valez 50 millions de dollars et que vous êtes une actrice à succès blanche Hollywoodienne,
      peu importe qui est le président … ça ne changera pas grand-chose à votre vie privilégiée.

      C’est la quintessence de ce qu’est le «  White Privilege » aux Zétats!

      Les minorités, les femmes, les pauvres, les membres de la communauté LGBT
      et tout autre groupe ciblé par Donald Swump et les RetrumpliQAnsn’ont pas le luxe d’avoir la même opinion.

      Il est toujours plus facile de se draper dans la vertu consciencieuse lorsque vous n’êtes pas personnellement concerné/affecté par les problèmes sociaux/économiques et que vous pouvez vous asseoir en toute sécurité sur vos grands chevaux Intransigeants.

      Susan Sarandon n’est pas un cas de *elle aurait dû mieux savoir* …
      Elle savait mieux mais s’en fichait car tout cela ne l’affecterait pas personnellement !

      Des gens comme Susan « Si Sanders n’obtient pas la nomination présidentielle pour les Démocrates, votez Parti Vert » Sarandon qui s’en sont tenus à leurs principes moralisateurs privilégiés blancs et ont laissé le Trumptard être élu à la place d’Hillary Clinton doivent être ravis de voir TROIS juges de droite s’installer sur la SCOTUS pour les décennies à venir… !

      Et ils sont prêts à recommencer à « foutre le bordel » au parti démocrate
      lors du prochain tour des élections américaines « sans fin » qui sont toujours en cours … MAGA !

  9. Robert Giroux dit :

    Ah! NEW YORK CITY …
    Ds la dernière moitié des années 70s – à une époque où la Grosse Pomme avait une mine plutôt flétrie et Times Square était envahie par les Peep Shows et les hustlers qui arnaquaient les touristes à gogo avec des jeux truqués !– j’ai passé toutes mes semaines de lecture (6x) avec un ami grand amateur de Jazz … pour voir le maximum de spectacles de jazz ou Blues dans une soirée et tenter de connaître un des clubs où les musiciens vont finir la nuit pour s’y rendre avant la fermeture, graisser la patte au portier et écouter les musiciens se relayer sur scène pour improviser jusqu’aux petites heures du matin…

    Rentrer pas vraiment frais à notre “hôtel à coquerelles” autour de Washington Square à l’envers du trafic quand les Newyorkais se pressaient pour se rendre au travail… Recommencer le lendemain soir après avoir écumé les pages du Village Voice pour choisir nos prochains spectacles …

    Les après-midis se passaient à faire les magasins d’équipements photo usagés autour de Canal Street pour acheter des vieux Leica et Nikon vintages que je revendais à Québec … pendant que mon copain se lançait à la chasse de disques rares qui manquaient à sa collection (plus de cinq milles albums !)

    Visiter le MOMA et le Musée Guggenheim sans oublier une petite visite aux Cloîtres – THE CLOISTERS – Fort Tryon Park au nord du quartier de Harlem pour échapper aux bruits de la ville pendant un moment ds un décor médiéval absolument magnifique et marcher ds Harlem en revenant au centre-ville.

    Prendre un taxi tôt un dimanche matin et me ramasser à Central Park pour fumer un gros pétard avec le chauffeur (un haïtien!) qui me demandait si je connaissais son cousin qui faisait lui aussi du taxi à … MONTRÉAL !… ((lol))

    Passer les après-midis à visiter les galeries d’art dans SoHo… Lire le Village Voice près du petit temple égyptien au MOMA…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :