Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Au début de la première rencontre sino-américaine de l’ère Biden, les représentants des deux parties avaient deux minutes précises chacun pour s’adresser à l’autre devant les caméras dans une salle de conférence à Anchorage, en Alaska. La séance a duré plus d’une heure au cours de laquelle les différends entre les deux pays ont été mises en lumière de façon inattendue et crue. Le mot qui sonne comme phoque n’a pas été prononcé, mais c’est tout juste.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a d’abord reproché à la Chine ses «cyber-attaques contre les États-Unis», sa «coercition économique contre nos alliés», son «génocide» contre les musulmans ouïghours et son traitement de Hong Kong et de Taïwan. Le chef de la diplomatie chinoise Yang Jiechi a répliqué en dénonçant les «ingérences américaines dans les affaires intérieures de la Chine» et en rappelant que les États-Unis n’avaient pas de leçons à donner en matière de droits humains. Il a notamment évoqué le mouvement Black Lives Matter pour appuyer ses dires. Ce n’était qu’un début.

Et alors que les journalistes s’apprêtaient à quitter la salle après une réplique du diplomate chinois, Blinken a fait signe qu’il n’avait pas dit son dernier mot. Il a reconnu que son pays n’était «pas parfait» mais qu’il tentait depuis le début de sa création de s’attaquer à ses problèmes de façon ouverte, contrairement à d’autres. Cette déclaration a poussé son vis-à-vis chinois à pointer un doigt vers les Américains et à accuser le secrétaire d’État d’employer un ton condescendant, selon le compte-rendu du Washington Post.

CNN a produit cette vidéo de près de cinq minutes résumant les échanges :

Comment se sont ensuite déroulés les échanges à huis clos, au cours desquels les Chinois devaient notamment appeler les représentants de l’administration Biden à renverser les sanctions économiques imposées par Donald Trump?

Je cite un extrait d’un article de l’AFP : «Un haut responsable américain a estimé que les Chinois avaient fait preuve de ‟démagogie” et ‟privilégié la mise en scène théâtral aux débats de fond”. Mais à huis clos, les délégations ont ensuite eu une longue conversation ‟substantielle, sérieuse et directe”, a-t-on assuré plus tard côté américain. Pour Bonnie Glaser, du cercle de réflexion Center for Strategic and International Studies, les deux camps vont maintenant ‟rechercher d’éventuels terrains d’entente” et ‟regarder s’ils peuvent gérer, voire réduire, leurs divergences”.»

La rencontre se poursuit ce vendredi matin.

(Photo CNN)

53 réflexions sur “Rencontre sino-américaine en Alaska : ne manquait que les f*cks

  1. marylap dit :

    Je pensais que Trump avait dit que Biden serait faible devant la Chine. On dirait qu’il s’est trompé là-dessus aussi. Je pense surtout que les Chinois ont agis de cette manière devant les caméras pour faire de la propagande chez eux.

    1. gl000001 dit :

      Lui ou d’autres de sa gang avaient aussi dit que Biden partirait en guerre.
      Que eux, avaient de bonnes relations avec la Chine.
      Mais ils se sont bien gardés de parler de la guerre des tarifs.
      Je crois bien que les républicains vont continuer à jouer sur les deux premiers points sans parler du troisième évidemment !

  2. Achalante dit :

    Ouch. Le représentant chinois n’as pas entièrement tort, mais la Chine n’a certainement pas de leçons à donner, eux qui sont reconnus pour écraser leurs minorités, et ils ont violé leur promesse d’une certaine autonomie pour à Hong Kong. La Chine utilise un rouleau compresseur social (et judiciaire) pour écraser toute dissidence possible.

  3. Ziggy9361 dit :

    Leur prospéritée dépend tellement du commerce entre l’un et l’autre,que la seule issue possible réside dans le dialogue. La question qui tue est-ce que le tigre de papier peut infléchir la détermination du dragon chinois disposé à ne pas s’en laisser imposer.

  4. PROBERT dit :

    Le gouvernement américain se devait de signifier un changement de ton important face à la Chine concernant son expansionnisme. Ça va pas arrêter la situation mais ça va ralentir l’appétit du gouvernement chinois. Eux aussi ont des intérêts économiques à préserver.

    1. richard311253 dit :

      @PROBERT, vous avez écrit avec justesse,

      « Eux aussi ont des intérêts économiques à préserver. »

      On peut se demander jusqu’à quand les autorités chinoises vont résister aux changements à propos des droits de l’homme ?

      Dans un contexte de mondialisation à l’extérieur ainsi que la montée des syndicats chinois à l’intérieur du pays, j’ai l’impression que tôt ou tard, cette philosophie opprimante actuelle va se lézardée.

      Aussi je me demande, cette question étant purement hypothétique, si l’ensemble des compagnies, autres que chinoises, retiraient leurs billes et s’installaient ailleurs, qu’arriverait-il à la Chine ?

  5. gigido66 dit :

    Fort probablement Un gros show de boucane pour la galerie.

  6. Toile dit :

    On est très loin des lettres amoureuses de l’autre. Les positions sont claires en ce qui concerne l’influence politique que chacun veut conserver. L’art de se bitcher la bouette pour se faire. En privé, il pourrait y avoir certains développements positifs.
    Le monsieur à la table américaine ne cache pas son embarras. Version dr Fauci.

  7. MarcB dit :

    Publiquement, l’administration Biden se devait de se montrer intransigeante vis-à-vis la Chine pour clouer le bec aux FoxNews et autres. Les chinois sont assez intelligents pour comprendre, et accepter, cet aspect de la politique américaine.

    Tout comme le billet le sous-entend, les discussions en privé devraient être beaucoup plus courtoises et productives.

    1. leonard1625 dit :

      En fait, ce sont toutes les économies démocratiques, ce qui exclut la Russie, qui devraient faire front commun à la Chine. Cette dernière est beaucoup dépendante des premières et sera forcée de fléchir. Ce front commun devrait persister tant que la Chine n’adoptera pas un régime pluraliste.

      1. jcvirgil dit :

        @Leonard 1625

        Sauf que ça n’arrivera pas . Il est trop tard pour faire fléchir la Chine.Ce sont les multinationales et d’autres entreprises étasuniennes et européennes qui ont délocalisé depuis des décennies une grande partie de leurs productions en Chine, en réalisant d’énormes profits.

        La Chine n’est cependant pas restée simplement l”usine du monde” dans laquelle on va produire parce que la main d’oeuvre coûte moins cher. Elle a réalisé son propre développement productif et technologique et, sur cette base,elle propose maintenant un énorme projet économique et commercial appelé*les routes de la soie* , un projet auquel adhèrent une multitude de pays en Asie, en Eurasie et même en Europe occidentale..

        Pour les infrastructures routières, ferroviaires et portuaires dans plus de 60 pays sont prévus des investissements pour plus de 1000 milliards de dollars. Dans ce cadre, la Chine est devenue le principal partenaire commercial de la Russie. Les relations économiques entre les deux pays se sont renforcées, surtout après les sanctions imposées par Etats-Unis et l’UE à la Russie, avec un échange qui a dépassé les 100 milliards de dollars annuels, et il est en développement.

        C’est ce processus que veut arrêter le gouvernement américain en se servant comme d’habitude de leur rhétorique sur les «droits de l’homme», la «démocratie» etc.. pour tenter de maintenir leur hégémonie économique .

        Ils feraient mieux de trouver des terrains d’entente car il n’y a pas de grandes chances que ça fonctionne, pas plus qu’une guerre qu’ils risqueraient fort de perdre .

      2. Mona dit :

        Oui @jcvirgil j’adhère.
        C’est réaliste et on a pas le choix si on veut éviter des conflits.

      3. MarcB dit :

        Même si l’Europe, l’Amérique du Nord, le Japon et l’Australie faisaient front commun, est-ce que ce serait assez pour faire reculer la Chine? Si ces marchés sont bloqués pour les exportations chinoises, elle peut se retourner et écouler ses produits vers son marché intérieur ou vers l’Afrique, qui sont chacunes de taille similaires aux économies démocratiques.

        Il y aurait un manque à gagner en entrée de devises étrangères, mais je crois que l’actuel gouvernement Chinois préférerait cela plutôt que d’accepter un régime pluraliste. (J’espère me tromper)

        L’histoire de la Chine est au moins cinq fois millénaires, beaucoup de gouvernement s’y sont succédé. Et d’autres viendront, qui seront je l’espère plus démocratique. Mais ces changements devront venir de l’intérieur, lorsque le régime actuel perdra son « mandat céleste », concept fort intéressant de la ancré dans l’histoire chinoise qui justifie les révolutions internes.

        « En Chine, le droit de se rebeller contre un souverain injuste est donc un élément constant de la philosophie politique depuis la dynastie des Zhou. »
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Mandat_du_Ciel

      4. Achalante dit :

        N’oublions pas que même si les entreprises sortaient de la Chine… Celle-ci garderait les usines, les outil, la main-d’oeuvre, et pourrait inonder le marché de copies exactes des produits. Ce qu’ils font déjà sur leur marché intérieur, en fait, et parfois même à l’international. Rappelez-vous des sandales Crocs, qui avaient un procédé de fabrication unique. Vendues à des États-Uniens qui avaient promis de garder la production au Québec. Quelques mois plus tard, ils délocalisaient en Chine. Et depuis, il y a des tas de copies… Tiens donc! L’art de se perdre son marché pour baisser les coût de production.

      5. Le probleme est le syndrome de supériorité des US.
        Avec les année il se sont mis tout les pays a dos et plus personne ne leur font confiance – Il ont maintes fois démontré qu’ils n’ont aucune parole.

        Également, leur syndrome de supériorité les empêche de faire une quelconque alliance égalitaire (win/win) qui fait du sense. Ils tirent toujours la couvertes de leurs bord.

        Géographiquement, la canada n’as pas bien le choix de faire avec. Mais c’est pas pour rien que l’on tente de développer d’autre avenue commercial que les US… par ce que sa sent pas bon pour l’avenir de ce pays!

  8. jcvirgil dit :

    Un beau spectacle de qui pisse le plus loin pour la galerie…À moins d’entrer en guerre ce qui serait catastrophique pour les deux pays, ils sont condamnés à trouver des terrains d’entente.

  9. kyrahplatane dit :

    Blinken a de l’expérience en politique extérieur et sait comment s’y prendre avec les Chinois.
    Il a la bonne approche en emportant les gros dossiers dès le début de ces rencontres bilatérales.

  10. Robert Giroux dit :

    Beau dommage !
    Ca vaut pas la peine de laisser ceux qu’on aime
    pour aller lancer… des Fucks en Alaska !!

    1. gl000001 dit :

      Haha !! Très à propos. Et c’est cette même chanson qui parle du cirque étasuniens !!

  11. POLITICON dit :

    Il y a une grande différence entre le traitement réservé aux Ouïghours, aux citoyens de Hong Kong et au semi État indépendant de Taïwan comparativement aux droits de la population noire aux USA. Un gouvernement élu par le vote des citoyens contre un système politique érigé en dictature avec un chef nommé la vie. Pourquoi reculeraient-ils sur les droits de l’Homme sachant qu’ils tiennent les States à la gorge? Imaginez que les USA décident de rompre le commerce avec la Chine, c’est une crise économique sans fond pour nos voisins. Faudrait rayer de la carte des chaînes aussi grosses que Walmart et Amazon par exemple dont une bonne part des produits viennent principalement de la Chine et leur profit aussi.

    La Chine est un géant incontournable pour des produits à bas prix (salaire compris) et leur population est tellement importante que sur le plan intérieur il n’ont rien à craindre pour écouler leur marchandise. Les US sont importants mais leur volonté de continuer la route de la soie 2.0 est enclanché dans plusieurs pays même jusqu’en Europe maintenant. Toutefois, j’aime mieux être assujetti aux politiques et directives commerciales des É.-U. que celles des Chinois. Enfin, ce mini débat corsé entre la Chine et Oncle Sam n’est qu’esbrouffe entre 2 partenaires économiques interdépendants. C’est un exercice pour se donner bonne presse mais la Chine n’est même pas un roseau qui plie et ne rompt pas, c’est un chêne enraciné dans chacun de nous. Quel foyer n’a pas de produit provenant de la Chine, même ce bidule qui me permet de vous écrire est en grande partie fait par nos amis d’en-dessous.

  12. Mona dit :

    Ce débat public est très exceptionnel pour les chinois…

    … qui viennent d’endurer 4 années d’insultes de l’administration américaine, des accusations diffamatoires sur l’origine du virus, une guerre commerciale et diplomatique d’une violence inouïe. Trump passant en début de mandat de louanges à l’egard de la Chine à des accusations aux conséquences meurtrières lorsqu’il a cherché un bouc émissaire pour l’épidémie qu’il avait nié.

    Je trouve les chinois très patients, raisonnables, pragmatiques (ce qu’ils sont dans la défense de leurs intérêts). Et qu’ils renvoient dans leurs bottes americains pour les droits de l’homme (je ne les nie pas en Chine) et les guerres commerciales (très virulentes et efficaces de la part des chinois, cf la 5G, l’intelligence artificielle), me semble tout aussi logique.

    Mais que le représentant americain ne se soit pas diplomatiquement dissocié du conflit trumpien dangereux et opportuniste, me paraît une immense erreur. Même si c’est un show politique, l’occasion était belle de renforcer l’image, l’indépendance, la puissance de « l’Amérique » sans endosser les erreurs (du gouvernement précédent) passées.

    C’est du spectacle, peut-être, mais les chinois sont orgueilleux et rancuniers (je travaille avec des artistes en Chine, chinois et européens !).
    Et du fait de la propagande très virulente en ce moment de l’extrême droite je trouve que l’étasunien a raté une occasion d’être diplomate et constructeur d’avenir.

    Voici le type d’articles qui trainent sur les réseaux d’extrême droite que j’observe :

    https://fr.gatestoneinstitute.org/17181/chine-suprematie-militaire

    1. Ziggy9361 dit :

      Mon Dieu,c’est effrayant les chinois utilisent maintenant les mêmes techniques que les américains.

      1. Mona dit :

        😂@Ziggy9361 👏👏

  13. Alexander dit :

    Trump n’avait pas tort de vouloir rééquilibrer les choses avec la Chine économiquement et politiquement menaçante, c’est juste qu’il ne s’y est pas pris de la bonne façon avec sa guerre commerciale de droits.

    L’approche Biden-Blinken sera différente mais elle vise aussi à ralentir l’hégémonie de la Chine.

    Derrière le show de bêtises pour la TV, c’est important que les discussions en huis-clos soient
    « substantielles, sérieuses et directes ».

    Les deux géants ont tout intérêt à trouver des terrains d’entente, pour le bien de la planète.

    Après avoir qualifié Poutine de tueur plus tôt cette semaine, Biden se positionne maintenant avec la Chine.

    Les négociations entre les trois grands commencent, sans complaisance cette fois-ci.

    En espérant que le gros bon sens prévaudra.

    Qui a dit que Biden était faiblard? Moins grande gueule que l’autre, plus incisif.

  14. treblig dit :

    HS (mais savoureux)

    Le musée de cire de San Antonio a été obligé de retirer de son exposition la statue de Trump. Trop de gens le  » punchait ».

    https://www.mediaite.com/weird/san-antonio-wax-museum-forced-to-move-trump-figure-into-storage-because-people-wont-stop-punching-it/

    1. gl000001 dit :

      Pour trois secondes, j’ai cru que l’inspecteur San Antonio de Frederic Dard avait un musée de cire. Vivement la fin de semaine 😉

    2. Mona dit :

      Aaah @treblig 👏👏en voilà une bonne nouvelle !
      D’ailleurs, le sport c’est bon pour la santé. Non ? Ils auraient dû le laisser !

  15. citoyen dit :

    le politiquement correct n’est pas mieux, le politique différent est bon pour les médias, le politiquement condescendant est bon pour la base partisane, mais cela donne de la matière démocratique pour trouver un équilibre.

  16. Benton Fraser dit :

    Guy St-Jacques, ancien ambassadeur en Chine pour le Canada avait répondu à une question en coulisse de « Deux hommes en or » lorsqu’on lui demandait que s’était comme parler avec les officielles chinois: « Ils mentent tout le temps! »

    Près de 75 ans de régime communiste chinois avec ses centres de rééducation, ils ont développés un sens poussé du mensonge. C’est une question de survit. D’ailleurs même Xi Jinping a passé une bonne partie de sa vie dans ces centres de rééducation, ce qui n’a pas empêcher d’être président de la Chine. Le mensonge paie en Chine!

    Dans les émissions de télé-réalité sur les douanes australiennes, ma conjointe était toujours épatés de voir des chinois et chinoises se faire prendre des valises pleins de nourritures et persistaient a nier que cela était de la nourriture! Je lui disait que c’est 75 ans de culture communiste chinoise….

    1. Gilles Morissette dit :

      @Benton Fraser (19/03/2021 à 09:06)

      Attention. certains vont vous reprocher de faire preuve de « profilage raciale ». Sacarsme !!

      Certains ont l’épiderme sensible et s’offusque à rien !!

      Sérieusement, je suis un fan de la série  » Douanes sous haute surveillance: Australie ».

      C’est hallucinant de voir tout ce que les douaniers australiens peuvent trouver dans les baggages de visiteurs d’origine chinoise.

      Lorsqu’on leurs annonce qu’on va saisir cette marchandise, surtout de la nourriture, ils s’offusquent, engueulent les douaniers ou jouent aux gens qui n’ont pas compris le formulaire de déclaration que vous devez remettre aux douaniers à votre arrivée.

      Heureusement, les douaniers australiens font preuve de courtoisie mais également de fermeté même lorsqu’ils annoncent à une personne que son visa est annulé et qu’elle sera expulsé d’Australie.

      Vous remarquez que les douaniers australiens, contrairement à leurs collègues du Canada et des USA, ne sont pas armés.

      1. titejasette dit :

        Attention de ne pas mettre tous les Chinois dans le même panier. Les Chinois qui passent à la douane ne savent pas lire l’Anglais. Cette nourriture coûte des sous (pour les salaires qu’ils font).

        Ils ne sont pas si bêtes. Ils sont illettrés

      2. Benton Fraser dit :

        @titejasette

        C’est que le formulaire australien qui se résume a 4-5 questions sur la nourriture, le tabac, drogues et autres est en 8-10 langues…donc le cantonnais et le mandarin!

        Je critique le système communiste de « rééducation » et non les chinois.

  17. Dekessey dit :

    On veut tous que les USA remettent les Chinois à leur place (façon de parler), mais faut avouer que leur crédibilité en a prit un sérieux coup après ces derniers 4 ans, incluant le fameux 6 janvier. La référence a Black Lives Matter était très bien choisie!

    Ceci dit, je crois que les deux partis comprennent qu’ils ont intérêt à s’entendre.

    1. Benton Fraser dit :

      Obama avait compris que l’on ne pouvait avoir de discussion franche et honnête avec les dirigeants chinois.
      C’est la raison qu’il a opté pour une stratégie d’encadrement de la Chine avec en autre l’entente trans-pacifique.

      Mais comme cela dépasse l’entendement de Trump et qu’il préfère les raccourcis, il a fait voler cela en éclat et a préféré une guerre commerciale directe avec la Chine! (Paradoxalement, sa famille continuait a faire affaire avec des entreprises chinoises, l’argent prime avant tout… sauf l’argent des autres…)

  18. Mariette Beaudoin dit :

    Deux minutes chacun pour régler des problèmes semblables ? Complètement irréaliste pour un couple, imaginez entre deux pays !

    Le stress ne règle rien. Et ce n’est pas bon pour la santé.

    Je pense qu’ils auraient dû aller écouter de la musique relaxante pendant au moins quelques jours avant, question de mieux respirer par le nez et avoir les idées plus claires pour du moins essayer de trouver des solutions efficaces.

    1. deux minute pour faire leur déclaration publique devant la presse avant leur réunion… pas pour régler leur différent économique juste les étalé… c’est d’ailleur pour ca que ca a pris une heure! ; )

    2. Dekessey dit :

      M. Hétu explique qu’il y avait 2 minutes prévues devant les caméras, qui se sont prolongées pendant plus d’heure, mais la suite des échanges se passe à huis-clos.
      C’est une visite officielle du secrétaire d’État. Les échanges diplomatiques entre ces deux pays ne se limitent pas à ça.

  19. ghislain1957 dit :

    « Le chef de la diplomatie chinoise Yang Jiechi a répliqué en dénonçant les «ingérences américaines dans les affaires intérieures de la Chine»… »

    Les affaires intérieures de la Chine genre le génocide des Ouighours, l’emprisonnement arbitraire des deux Michaels pour avoir tenté de voler la recette de la soupe Won-Ton, la pression depuis quelques mois sur Taiwan, les attaques chinoises à la frontière avec l’Inde, la répression de la démocratie à Hong Kong, la militarisation de la mer de Chine, le non respect de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer toujours dans la mer de Chine, la pression sur les îles Senkaku appartenant au Japon, les flottes de pêche chinoises dans les eaux internationales australiennes et de certains pays africains, la répression des groupes religieux, la censure et la désinformation…

    Est-ce que j’ai oublié quelque chose?+

  20. Mona dit :

    Je ne résiste pas à partager avec vous ce compte rendu formidable des relations americano chinoises instrumentalisées par Trump durant ses 4 années d' »occupation du pouvoir ».
    Ce bref rappel de l’histoire des relations des usa avec les chinois, des faits récents de leur instrumentalisation nous explique beaucoup de choses.

    18 mars 2021, Heather Cox Richardson
    « Mardi, en Géorgie, un homme armé a assassiné 1 homme et 7 femmes, dans trois spas, et blessé un autre homme. Selon le maire d’Atlanta Keisha Lance Bottoms, les trois entreprises fonctionnaient légalement et n’avaient pas encore attiré l’attention du service de police d’Atlanta, bien que toutes les trois aient été examinées par un site d’examen érotique. L’homme appréhendé pour les meurtres était Robert Aaron Long, 21 ans, décrit comme profondément religieux. Six des femmes tuées étaient d’origine asiatique.
    Hier, lors de la conférence de presse sur les meurtres, le capitaine du shérif qui agissait en tant que porte-parole de l’affaire, Jay Baker, a déclaré aux journalistes que Long était «assez fatigué et en quelque sorte au bout de sa corde. Hier a été une très mauvaise journée pour lui, et c’est ce qu’il a fait. Le porte-parole a poursuivi en disant que le suspect «a apparemment un problème, ce qu’il considère comme une dépendance sexuelle», qui l’avait poussé à assassiner, et qu’il était trop tôt pour dire si l’incident était un «crime de haine». Long a déclaré aux agents des forces de l’ordre que les meurtres n’étaient «pas à caractère raciste». Il essayait, dit-il, «d’aider» d’autres personnes dépendantes du sexe.
    Les journalistes ont rapidement découvert que Baker avait publié sur Facebook une photo d’une chemise qualifiant COVID-19 de «VIRUS IMPORTÉ DE CHY-NA».
    Comme l’indiquait la publication Facebook de Baker, l’histoire à court terme derrière la fusillade est les attaques de l’ancien président contre la Chine, dans lesquelles il a tiré la prononciation du nom pour le faire sonner comme une insulte dans la cour d’école.
    L’histoire derrière les attaques de Trump contre la Chine était sa détermination désespérée à être réélu en 2020. En 2018, l’ancien président a imposé des droits de douane sur les produits chinois pour illustrer son engagement à faire des États-Unis «une nation beaucoup plus forte et beaucoup plus riche». Les droits de douane ont conduit à une guerre commerciale avec la Chine et, plutôt que de bâtir une nation beaucoup plus forte, ont entraîné une chute spectaculaire des exportations agricoles. Les exportations agricoles vers la Chine sont passées de 15,8 milliards de dollars en 2017 à 5,9 milliards de dollars en 2018.
    Pour lutter contre les troubles croissants dans les régions agricoles du pays, où les faillites agricoles ont augmenté de près de 20% en 2019, Trump a payé les agriculteurs touchés par le tarif avec des subventions, qui représentaient plus d’un tiers du revenu agricole américain en 2020. En En juin 2019, il a également supplié le président chinois Xi Jinping de l’aider à remporter les élections de 2020. Il lui a dit que les agriculteurs étaient importants pour ses perspectives électorales et a supplié Xi d’acheter plus de soja et de blé aux agriculteurs américains.
    En janvier 2020, Trump et le vice-premier ministre chinois Liu He ont signé un accord qui réduisait certains tarifs américains en échange de promesses chinoises d’acheter plus de produits agricoles, ainsi que d’autres ajustements entre les deux pays. Le 22 janvier, Trump a tweeté: «L’un des nombreux avantages de notre accord commercial géant avec la Chine qui vient d’être signé est qu’il rapprochera les États-Unis et la Chine de bien d’autres manières. Excellent travail avec le président Xi, un homme qui aime vraiment son pays. Beaucoup plus à venir!
    Mais, bien sûr, le nouveau coronavirus commençait à ravager le monde.
    Le 24 janvier, Trump a tweeté: «La Chine a travaillé très dur pour contenir le coronavirus. Les États-Unis apprécient grandement leurs efforts et leur transparence. Tout fonctionnera bien. En particulier, au nom du peuple américain, je tiens à remercier le président Xi! »
    Cinq jours plus tard, lors d’une cérémonie de signature, il a déclaré: «Je pense que notre relation avec la Chine pourrait être la meilleure depuis très, très longtemps.
    Le 7 février, Trump a appelé le journaliste Bob Woodward et a déclaré à propos du coronavirus: «C’est une chose mortelle. Vous respirez juste l’air et c’est comme ça que ça s’est passé…. C’est aussi plus mortel que même votre grippe intense. Pourtant, le 10 février, il a déclaré à ses partisans dans le New Hampshire que le coronavirus disparaîtrait «miraculeusement» lorsque le temps se réchaufferait, et à la mi-février, il a défendu la gestion de l’épidémie par Xi, affirmant que la Chine travaillait dur et «faisait un très bon travail »et qu’ils« ont tout sous contrôle ».
    Peu de temps après la fermeture des États-Unis pour lutter contre la pandémie à la mi-mars, Trump a commencé à se retourner contre la Chine. Le 22 mars, après que 33000 Américains aient été testés positifs pour le virus et que 421 en soient morts, Trump semblait mieux penser à ses éloges pour Xi. Il a insisté sur le fait que la Chine ne lui avait pas parlé de la nature mortelle du virus et a commencé à l’appeler le «virus chinois» ou le «virus Chy-na».
    Le 17 avril, un document de stratégie républicain a exhorté les candidats à détourner l’attention des nouvelles désastreuses du pays sur les coronavirus en attaquant la Chine, qui «a provoqué cette pandémie en la couvrant, en mentant et en accumulant l’offre mondiale de matériel médical…. La Chine… a volé des millions d’emplois aux États-Unis, [et] a envoyé du fentanyl aux États-Unis. Les démocrates ne résisteraient pas à la Chine, a dit le document aux candidats républicains, mais « je vais tenir tête à la Chine, ramener nos emplois manufacturiers à la maison et faire pression pour que la Chine soit sanctionnée pour son rôle dans la propagation de cette pandémie. »  
    En mai, Trump a annoncé que les États-Unis quitteraient l’Organisation mondiale de la santé parce que cela avait été trop facile pour la Chine au début de la pandémie.
    Pour saper sa propre association avec la Chine, Trump a tenté de manière quelque peu absurde de lier son adversaire démocrate, Joe Biden, à la Chine. Il a affirmé – à tort – que la Chine avait payé au fils de Biden, Hunter, 1,5 milliard de dollars. Lui et ses nominés, le directeur du renseignement national John Ratcliffe, le procureur général William Barr et le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien, ont tous affirmé – encore une fois à tort – que la Chine intervenait dans les élections pour aider Biden.
    Cette semaine, la communauté du renseignement a rapporté qu’en fait, la Chine n’avait pas tenté d’influencer les élections parce qu’elle ne «considérait aucun des résultats des élections comme étant suffisamment avantageux pour que la Chine risque de se faire prendre en train de s’immiscer».
    Alors que Trump politisait la pandémie et attaquait la Chine, les crimes haineux contre les Américains d’origine asiatique ont commencé à augmenter; il y en a eu environ 3800 entre le 19 mars 2020 et le 28 février 2021. Dans les villes, les incidents de haine ont augmenté de 150%.
    Dans ce contexte, la suggestion d’un porte-parole de la police qui avait posté des photos célébrant une chemise qui appelait Covid-19 le «VIRUS IMPORTÉ DE CHY-NA» qu’un homme armé avait tué six femmes d’origine asiatique parce qu’il avait eu «une très mauvaise journée », Ainsi que l’acceptation apparente par le policier de la déclaration de Long selon laquelle les meurtres n’étaient pas des observateurs indignés à motivation raciste.
    Ce renvoi apparemment cavalier des morts tout en acceptant les paroles du meurtrier blanc semblait personnifier une histoire américaine qui a discriminé les Asiatiques depuis que la législature californienne a imposé une taxe sur les mineurs étrangers aux mineurs chinois en 1850, juste un an après leur arrivée. en Californie. Les lois discriminatoires et la violence de leurs voisins blancs ont tourmenté les Chinois, les Japonais, les Hawaïens, les Insulaires du Pacifique, les Coréens, les Vietnamiens et tous les immigrants asiatiques lorsqu’ils ont déménagé aux États-Unis.
    La discrimination et la haine ont continué de frapper leurs descendants.
    La montée de la violence anti-asiatique a été si grave cette année qu’un sous-comité du comité judiciaire de la Chambre avait prévu une audience aujourd’hui sur les crimes haineux contre les Américains d’origine asiatique avant même les meurtres. La représentante Doris Matsui (D-CA) a condamné aujourd’hui la récente montée de la violence, mais a souligné que la discrimination n’était pas nouvelle. «Il y a un problème systémique ici», dit-elle. D’origine japonaise, elle a noté qu’elle était née pendant la Seconde Guerre mondiale dans un camp d’internement en Arizona.(…)

    1. Ziggy9361 dit :

      Merci Mona pour ce texte de Mme.Richardson qui depuis que vous me l’avez faite connaître est et demeure une source de renseignements fiable qui a elle aussi a percé le « modus operendi » des républicains .
      Quand on connaît son parcours académique qui l’a amené à occuper la fonction de professeur
      d’histoire américaine on peut s’attendre que quand elle porte le regard sur les acteurs politiques
      elle le fait froidement et en tant que professionnelle contemporaine ,son opinion est plus percutante
      car elle a en plus une connaissance du parti républicain et de ses travers que le document du 17 Avril
      illustre bien.

      1. Mona dit :

        Oui @Ziggy9361 tout a fait d’accord.

      2. Haïku dit :

        @Mona
        Merci du partage.
        Effectivement, c’est une percutante analyse !

  21. Michel Tanguay dit :

    Négocier avec la méritocratie chinoise, c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon… vous connaissez la suite.

  22. chicpourtout dit :

    M. Antony Blinken a reconnaissons le, mis les pendules à l’heure avec beaucoup de clarté. De ce côté, disons que le ton était courtois, l’approche élégante et sans équivoque. Il a dit ce qu’il avait à dire.
    Pour les Chinois bien peu ouverts au reproches, ils ont du recevoir les propos comme un verre d’eau lancé en plein visage. Il est exact de mentionner que le mensonge fait parti de leur culture de survivants. Nous verrons pour la suite des choses mais quel changement d’approche avec les prédécesseurs! Là, nos voisins sont  »bien chaussés et en voiture » pour faire face aux entretiens chinois.

    1. Mona dit :

      @chicpourtout en général je suis d’accord avec vous.
      Mais cette fois-ci je n’ai pas – au vue des infos que j’ai- le même ressenti.
      Je trouve au contraire que la clarté de réponse aurait dû impérativement être associée à une distanciation avec le gouvernement précédent. Et non faire un bloc américain (générique) face aux « chinois ».
      La Chine est très complexe, la culture difficile pour des occidentaux mais il y a des failles à exploiter pour des diplomates qui peuvent créer un nouvel ordre mondial.
      J’ai une expérience en art contemporain (donc très particulière) et j’ai vu les contradictions internes du pouvoir, ses lenteurs et ses décisions qui ouvrent aussi de grandes permissivité.
      Bon, pour le sujet et l’intervention d’Antoine Blinken, j’ai de fait très très peu d’informations directes 😏

      1. jcvirgil dit :

        @Mona

        Une petite recherche internet vous renseignera sur Anthony Blanken., vous apprendra qu’il n’est pas une blanche colombe C’est un néo-con près d’entreprises du complexe militaro-industriel . Il a été conseiller à la sécurité nationale pour le vice-président Biden de l’époque, conseiller adjoint à la sécurité nationale d’Obama et secrétaire d’État adjoint.
        Tous les trois, avec Joe Biden, ont promu la guerre de 2003 contre l’Irak et soutenu les guerres que l’administration Obama a lancées ou poursuivies contre sept pays.

        Il était partenaire d’une société de capital-investissement et a co-fondé WestExec Advisors, qui travaille avec les services de renseignements israéliens et a contribué au développement des outils de censure de Google.

        Incidemment sa vision de la relation des États-unis avec la Chine est d’entourer le pays de bases militaires et de missiles pour lesquels il a demandé au Congrès un budget de 27 miliards de dollars.

      2. Mona dit :

        Bon @jcvirgil … disons que mes antennes ne se sont pas trompées…

      3. chicpourtout dit :

        @Mona
        Cela est possible… Je ne remet aucunement en cause votre point de vue.
        Loin de moi d’être « experte » en matière de relations avec la Chine.

      4. Mona dit :

        On va suivre et on va bien voir @chicpourtout il y a tellement d’imbrications et d’implications contradictoires !!
        A suivre la BD 🌞 Ca va être passionnant 👏👏

  23. Layla dit :

    Ayoye on a eu droit à un cours 101 de diplomatie ou quoi?

  24. citoyen dit :

    il y aurait peut être quelque chose à apprendre des autres démocraties ou des autres démocratie dictature et faire de la place à une nouvelle démocratie plutôt que des choix cosmétiques.

  25. Gilles Morissette dit :

    Après avoir s’être dit des « gros mots » et fait sortir le « méchant » comme on dit.

    Après s’être dit ses « quatres vérités » et avoir remis les pendules à l’heure.

    On est passé aux choses sérieuses et commencé à discuter des vrais enjeux.

    Il faut dire que la Chine n’apprécie pas de se faire critiquer en public. Parlez-en au Canada.

    Toutefois, à leur décharge, elle n’a sûrement pas tellement apprécié l’attitude de l’ancienne administration concernant certains dossiers tels, l’origine du coronavirus, les futiles guerres commerciales (« Si facile à gagner »), etc.

    On a nettoyé l’atmosphère. Chacun a exprimé ses positions. La table est mise.

    Place maintenant aux « vrais affaires ».

    C’est bon signe.

  26. Robert Giroux dit :

    Place maintenant aux « vrais affaires ». »
    Très bon signe même …
    Maintenant qu’on a balayé sous le tapis les insignifiantes questions des droits humains,
    on peut maintenant s’occuper des vraies « vraies affaires » : genre,
    les balances commerciales …
    la valeur de leurs monnaies respectives et tout ce qu’elles ont de plus respectables …
    les tarifs douaniers si dommageables pour les deux économies et la consommation de masse !
    Les guerres économiques, c’est pas une raison pour ne pas continuer à se remplir les poches !
    Entre super-puissances, faut s’entraider !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :