Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Près de 200 patrons des plus grandes sociétés américaines, dont Apple, Amazon, Walmart, Pepsi et JP Morgan Chase, ont pris un engagement commun qui redéfinirait leur rôle dans le monde des affaires s’il était respecté. Dans une déclaration rendue publique hier par le Business Roundtable, ils ont rompu avec des décennies d’une orthodoxie qui plaçait leurs actionnaires sur un piédestal.

Désormais, ces patrons promettent donc de ne plus seulement défendre les intérêts de leurs actionnaires. Ils s’engagent aussi à investir dans leurs employés, protéger l’environnement et traiter de façon éthique et équitable leurs fournisseurs. «Bien que chacune de nos entreprises poursuit ses propres objectifs commerciaux, nous partageons un engagement envers tous nos partenaires», affirment les signataires de la déclaration.

Cet engagement intervient à un moment où ces grandes sociétés font face à un mécontentement mondial vis-à-vis les inégalités économiques, les produits dangereux et les conditions de travail médiocres ou inacceptables, comme le souligne le New York Times dans l’article qu’il consacre à ce sujet.

Aux États-Unis, ce mécontentement s’incarne notamment dans les campagnes présidentielles de Bernie Sanders et Elizabeth Warren, qui dénoncent l’avarice de Wall Street et des grands patrons et promettent de démanteler les grandes banques ou les géants de la technologie. Il va évidemment falloir attendre un peu avant de pouvoir déterminer si l’engagement des grands patrons est autre chose qu’un exercice de relations publiques.

(Photos Getty Images)

176 réflexions sur “Les nouvelles priorités des grands patrons américains

  1. Benton Fraser dit :

    Cela sonne très relation publique….

    1. Pierre dit :

      Ayant travaillé presque toute ma vie professionnelle pour des compagnies américaines cotées à la bourse, je dirais que je suis très septique car un actionnaire n’est intéressé que par une chose et c’est le rendement… mais donnons une chance aux coureurs, car un changement majeur doit se faire et très rapidement…

      1. NStrider dit :

        Si vous êtes septique 😷 , faites attention de ne pas “contagier” trop de monde avec votre opinion 😋 ( désolé, elle était trop facile)

    2. theophileraulet dit :

      Très septique moi aussi.

  2. ghislain1957 dit :

    Je vais le croire quand je vais le voir. Sinon c’est du vent.

    1. kintouai dit :

      «Qui sème le vent récolte la tempête » Proverbe (qui pourrait être) hongkongais.

  3. Maïs1988 dit :

    Humm…

    Amazon (ou Walmart, et autres) et « traitement éthique et équitable ». C’est pas un oxymoron?

  4. Sjonka dit :

    Je ne retient pas mon souffle…

  5. gl000001 dit :

    Ils en sont rendus là. Si ils ne font rien, de moins en moins de gens pourront se payer leurs produits parce que les jobs vont s’en aller ailleurs.
    Ils calculent aussi que ça sera payent de prendre la place des politiciens qui tournent en rond la plupart du temps (exception faite du no 1 courant qui a le pied sur l’accélérateur sur la renverse !!!).

    1. gl000001 dit :

      payAnt 😉

    2. Sueurs dit :

      Donnez leur le bénéfice du doute, peut-être que les patrons des grandes entreprises commencent à prendre conscience des abus de salaire qu’ils reçoivent et ferme les yeux sur les inégalités sociales qui mènent à la violence et quand on y pense jusqu’à quel point on peut se vautrer dans le luxe car en bout de compte on quittera cette terre comme on est venu, nu.

      1. gl000001 dit :

        Comparé à la plupart des intervenants ici, je leur donne tout un bénéfice du doute.

      2. Seb Seb dit :

        Une majorité de « patrons » sont fondamentalement de bonnes personnes et veulent le « bien ». Malheureusement ils subissent diverses pressions qui les obligent à prendre des décisions qu’ils ne cautionnent pas nécessairement.

        Je suis entièrement d’accor Pour laisser le bénéfice du doute!

        Reste qu’il y a quand même quelques conna***, mais c’est comme partout !

    3. Layla dit :

      Je crois aussi qu’ils sont rendus là, ils ne peuvent pas se permettre de regarder le bateau passer. Ils peuvent dire que ce % qu’ils veulent bien partager représente une somme astronomique, à cela on pourrait répondre vous qualifiez ce % d’astronomique qu’elle serait le qualificatif pour ce qu’il vous reste, et il ne faut pas oublier les déductions que cela va générer. Oui je crois qu’ils sont rendus là…mais il serait irréaliste de penser que les deux cent signataires étaient bien intentionnés envers autrui en signant. Layla

  6. Venant du CEO d’Amazon en particulier (et les autres aussi, of course), ya franchement de quoi rire. Tant que ces compagnies-la vont bad tripper des que les employes parlent de se syndicaliser, je reste completement non impressionnee.

    1. Achalante dit :

      Exact. J’attend des nouvelles de Universal Studios, dont les employés du parc d’attraction à Orlando (Kissimmee) ont eu leur augmentation de salaire à 15$/h en février… Mais se sont fait couper les heures travaillées et leurs bénéfices dès octobre. Ils ont donné d’une main, en reprenant le double de l’autre. (Mon ami qui y travaille ne peut même pas payer la réparation de sa camionnette qui a près de 20 ans, et le trajet avec Uber lui coûte son salaire de la journée… Il a dû faire appel au socio-financement. Il doit aussi aller dans les banques alimentaires pour boucler son budget.) Universal fait combien de milliards de profits par année?

      1. Louise Lefebvre dit :

        ____________
        @ Achalante / 20/08/2019 à 19:11

        Désolant, enrageant, scandaleux, indécent, infâme… Désolée pour votre ami et ses compagnes et compagnons de travail. C’est à hurler.

      2. Gilbert Duquette dit :

        @ Achalante

        LEs revenus bruts de leurs parcs thématiques ont été de 1,3 Milliards US pour le premiers trimestres (3 mois) de 2018)

      3. Achalante dit :

        @Gilbert Duquette : Merci. Évidemment, ce sont des revenus et non des profits, mais je suis certaine qu’ils pourraient payer des salaires appropriés au coût de la vie locale et ils feraient encore des profits.

  7. Un PDG américain avec un sens de l’éthique?

    Trump est PDG mais ne doit pas faire partie des signataires. Ni lui, ni ses chums et donateurs, genre les frères Koch.

    Le capitalisme sauvage doit se redéfinir. Si Mme Warren réussit sur ce terrain, elle aura fait beaucoup pour les EU.

    Mais pour moi, c’est un vulgaire exercice de relations publiques jusqu’à preuve du contraire.

    1. gl000001 dit :

      PDG … Pizza Delivery Guy !!

    2. Lecteur-curieux dit :

      Allez lire Max De Pree dans le temps qui était PDG d’Herman Miller.

      Ou encore en partie Warren Buffett et son associé.

      Ou d’autres qui ont plus des PME.

      Ou encore les fondateurs de Ben & Jerry’s mais étaient-ils mieux avant ?

      Si on ne regarde que les multinationales. Ce n’est pas que cela le monde des affaires.

    3. Lecteur-curieux dit :

      On mélange le capitalisme avec les monopoles, les oligopoles et autres grandes firmes alors que le véritable est plus dans les PME et TTE.

      https://www.google.ca/amp/s/www.cleveland.com/entertainment/2018/05/great_lakes_brewing_co_to_offe.html%3foutputType=amp

      1. Benton Fraser dit :

        Le capitaliste reste le capitaliste. À la base, c’est de faire du profit, ce qui implique quelque part qu’il faut profiter!

        J’ai un voisin,un entrepreneur qui possède sa propre PME, pas une multinationale, qui se plaignait l’année passée qu’il a eu à payer en impôt fédéral/provinciale, $10 000. Or moi, simple salarié d’une multinationale, j’avais payé cette année-là en impôt aux deux paliers $25 000!

        Faut comprendre que le voisin possède deux voitures donc l’une sport, un gros « pick-up » neuf, deux motos, deux motoneiges, une « fifth-wheel » et un chalet de plus $500 000, bref, il possède le triple, voir le quadruple de ce que j’ai… et se plaint de payer 2 fois et demi moins d’impôts que moi!

        C’est ce même type qui affirme aussi que les BS sont de gros profiteurs et qu’il sait de quoi il parle, il en a qui travaillent pour lui!

        Et le gros, tu en profite autant, tu avoues que tu emploies des travailleurs aux noirs!!!

        Disons que s’il n’avait pas ses travailleurs aux noirs, il paierait beaucoup plus que $10 000 d’impôt!!!!

      2. NStrider dit :

        Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme et le socialisme c’est le contraire 😉

      3. Lecteur-curieux dit :

        Cela ressemble plus à une TTE, une petite entreprise.

        Ces attitudes existent vraiment mais les vôtres aussi.

        Le profit, Marx n’a pas la bonne définition, il est une juste récompense. Et s’il paye moins d’impôts que vous il ne doit pas en faire tant que cela.

        Ah mais il triche autant qu’il peut avec le système et ses comptables eux acceptent d’étirer l’élastique.

        ——

        Comment sont les clients dans la petite entreprise et les professionnels de la santé?

        Je ne les ai pas tous rencontrés. Plusieurs peuvent être compétitifs et avoir une dose de narcissisme et veulent pas mal tous minimiser leurs impôts.

        Bon mais diverses personnalités existent. Certains dentistes sont bien meilleurs pour administrer leur clinique que d’autres.

        Et les entrepreneurs ? Les Québécois versus les autres nationalités sont différents.

        Il y a des ressemblances pareil dans le monde de la petite entreprise. Des restaurateurs ? Il y en avait des clients ayant ces commerces ou concessions.

        ———-

        Pour les voisins je pourrais bien me plaindre de mon ex-voisin mais parlons-en pas et disons une de ses qualités, il a été un très bon père pour ses filles. Il n’est pas autoritaire mais freak control sur son gazon. Il est parti.

      4. Lecteur-curieux dit :

        Cela sonne TTE et tiens des clients des petites entreprises et professionnels avaient des revenus nets il y a 18 ans :

        Genre 175 000$ et cela les plus jeunes professionnelles, 245 000$ disons ou même 325 000$ si ce n’est pas plus.

        Une valeur nette de disons 4 millions. Il y en avait et c’est cela des petits clients dans un petit cabinet.

        Une PME c’est plus la femme rencontrée au théâtre il y a disons 7 ans. Et leur entreprise valait 20 à 25 millions.

        C’est comme notre PM Legault avec son 10 millions bien des clients de petits bureaux doivent être rendus là.

        Pour Couillard je ne me rappelle plus de sa valeur nette mais à côté des dentistes et médecins bien établis il ne vaut pas cher. La politique peut ne pas être payante.

  8. Superlulu dit :

    Dixit: Yvon Deschamps, on va le croère quand on va le wouère.

  9. metissitem dit :

    Comme je ne suis pas de ceux qui croient toujours que « l’urgence c’est d’attendre » (comme le GIEC d’ailleurs qui suggère qu’il reste environ 10 ans pour changer notre culture), je serais plutôt enclin à penser que les membres de l’oligopole américain ne démontrent maintenant qu’un effort supplémentaire afin de contrer le mouvement – que j’espère irréversible – identifié en 2015 par Paul Manson (Voir l’article « The end of capitalism has begun » dans The Guardian..

  10. loup2 dit :

    La meilleure de la semaine: « Apple, Amazon, Walmart, Pepsi et JP Morgan Chase »
    Veulent «protéger l’environnement» ?
    J’ai une poignée dans l’dos moi.

    Lorsque je lis des affaires comme ça la colère gronde en moi.

    Au fond le premier responsable c’est pas GAFA, c’est celui qui achète chez-eux.
    Depuis deux ans il y a un Tim Horton dans mon village.Je cesse pas de ramasser des cartons de café, des couvercles et des pailles de plastiques drette en avant de chez-moi sur la rue…

    Ah oui en passant Le Nouvelliste ( je nomme pas les autres journaux des régions qui eux aussi vont disparaître) va cesser de paraître très bientôt. Merci facebook.

    1. Benton Fraser dit :

      Déjà si ces entreprises et ces dirigeants paieraient leurs impôts et s’attaquerait aux paradis fiscaux et autres évitement fiscaux, ce serait un bon début!

      Sinon, tout n’est qu’hypocrisie….

      1. Henriette Latour dit :

        Benton Fraser

        👏👏

      2. Lecteur-curieux dit :

        Méchante utopie que votre vision. Ils les payent leurs impôts bien qu’il peut exister des tricheries. Ce sont les gouvernements qui font des lois trop laxistes. Bien qu’il peut manquer de vérificateurs fiscaux pour l’international plutôt que s’attaquer aux petites entreprises ou petits contribuables comme des médias en rapportent des cas.

        Cela n’arrivait pas avec les clients de mon patron ou d’autres personnes connues mais des erreurs de la bureaucratie cela oui et en svp. Plus cela que la
        méchanceté du fisc. Les banques aussi font des erreurs. Alors il faut surveiller ses affaires. Hey la banque qui verse des intérêts simples sur des placements à intérêts composés et pendant plusieurs années pour des milliers de clients. Le monde ne refont pas leurs calculs. La banque avertit mais ne corrige pas. Il faut leur refaire le calcul, la démonstration au téléphone pour qu’ils allument et corrigent. Le fisc sans vol d’identité
        mais qui confond deux personnes que ce soient des homonymes ou des jumeaux, on a vu cela.

        Les médias ne connaissent pas tous ses cas. Les erreurs bureaucratiques sont bien plus courantes que les fraudes et heureusement mais cela peut être désagréable et devoir se battre pendant plusieurs mois avant qu’ils allument. Réclamer les
        Impôts à la mauvaise personne. Cela arrivait il y a des 37-38 ans comme il y a 18 ans aussi et encore de nos jours. C’est une grosse machine et c’est inévitable?

        Mais croire que les chambres de commerce ou le patronat vont demander de hausser les impôts
        ou d’avoir plus de réglementations en général cela n’arrivera pas en Amérique du Nord. Dans certains cas spécifiques peut-être ou encore des retraités disent que c’est le rôle du gouvernement mais quand ils sont dans l’action ils défendent leurs intérêts d’abord.

        Les patrons peuvent être altruistes mais c’est l’égoïsme qui dirige les marchés et la droite dit que c’est une bonne chose. Pour les livres des années ’70 eux ce serait seulement le cas dans le modèle de la concurrence pure et parfaite et qui n’existe presque jamais. Ils croient au marché mais avec plein d’interventions et réglementations ce qui fait horreur aux profs des années ’90 en économie à HEC. Et en 2019, ils semblent encore plus à droite.

    2. Gilbert Duquette dit :

      @ Loup2

      Faites comme j’ai fait quand le McDO a ouvert dans mon village. J’allais régulièrement leurs ramener les sacs gobelets et autres déchets avec le logo McDo dessus. J’ai toujours insisté pour que le gérant ou l’assistant-gérants vienne me parler et lui disais que que ces choses trouvés sur les bords des bois devaient leurs appartenir car c’était inscrit McDo dessus. Mon petit manège a duré quelques mois.

      J’ai aussi plus d’une fois redonné à des personnes ce qu’ils avaient laissez tombé au sol comme par exemple un sac de chip vide. Ce en leurs disant : Monsieur, ça doit être à vous car vous l’avez laissé tomber par mégarde. Aucun n’a jamais refusé de reprendre ce qu’il venait de jeter et un seul à osé le rejeter au sol mais devant mon insistance, il n’a pas refusé de le reprendre une deuxième fois et il l’a finalement mis aux poubelle. (C’était une bouteille d’eau vide dans un parc National)

    3. Lecteur-curieux dit :

      Que voulez-vous! Un prof de fiscalité à HEC- Montréal, des étudiants disaient qu’il était conseiller de la famille Bronfman. Et pour Jacques Parizeau il l’appelait :  » le gros ».

      Il y a des luttes politiques à l’Université aussi… D’autres selon des textes en première année le vantait. Les profs dans la filière management et donc la gauche de HEC. Était-ce un des frères Chanlat ?

      En économie et finance dans ces années là c’était l’école orthodoxe. J’ai des livres des années ’70 préfacés par Parizeau et le libéralisme classique est présenté mais il faut un fort interventionnisme. Alors les livres d’économie genre 1976 versus 1989 ont une idéologie opposée.

      Ils sont autant économistes un que l’autre. Les écoles de pensée sont nombreuses mais une dominante est enseignée. Bon mais on a les cours de management aussi. Les syndicats dénoncent le management mais à HEC et même à McGill aussi c’est surtout à gauche. Aktouf, les Chanlat, Mintzberg. Pas tous mais en moyenne à gauche.

      Ils apprennent même la décroissance soutenable maintenant.

      Alors HEC peut être plus à gauche que le parti démocrate et peut aussi être plus à droite que le parti conservateur du Canada.

      Il faut choisir son camp ? Et ceux essayant d’équilibrer les deux.

  11. Réal Tremblay dit :

    Et voyons maintenant la réaction des marchés boursiers, ces fléaux des temps modernes qui n’ont qu’une seule idée en tête: FAIRE DE L’ARGENT.

  12. treblig dit :

    Mais si il y a du changement, même les compagnies d’assurances santé vont en être les complices.

    Discrètement. très discrètement, les compagnies en santé ont fait savoir aux partis politiques qu’ils approuveraient un plan plus ou moins semblable à Obamacare dans un futur rapproché.

    Et pourquoi donc ce changement d’attitude ?

    Parce que l’alternative souhaitée par la population est un ‘single payer’ à la canadienne et non pas le status quo actuel. Et ça c’est la fin des haricots. Mieux vaut négocier un truc qui fait encore la part belle aux compagnies qu’un système géré complètement par le gouvernement

    1. Achalante dit :

      N’est-ce pas? Ils ont poussé le bouchon trop loin, et maintenant que ça risque de leur « péter dans la face » (en bon québécois), il sont finalement prêt à relâcher la pression… Bien joué, les progressistes!

  13. V-12 dit :

    Traduction:

    On a la chienne alors on va faire patte blanche en espérant que la tempête passe vite!

    ___________________

    Je serais pas surpris de voir ces colons soumettre un plan qui débuterait en 2024-2025, après plusieurs comités d’études, pour se terminer en 2096 avec la fonte du dernier glacier et le remplacement du dernier employé mondial par une machine.

    1. Carl Poulin dit :

      @ V-12
      Le remplacement du dernier employé mondial par une machine, ou un robot si vous préférez, n’est pas près de se produire. Juste dans le secteur de l’automobile qui est vraiment à la fine pointe des technologies modernes on ne peut pas se passer de main d’oeuvre sur les lignes d’assemblages hyper-automatisées parce que plusieurs opérations requièrent des opérateurs manuels pour les réaliser. Même avec la disparition de ces emplois manuels, ces compagnies auront toujours besoin d’embaucher des humains pour l’entretien, la répartition et la programmation de ces machines intelligentes d’usinage et des robots qui les alimenteront. Idem pour toutes les activités liées aux bâtiments de ces usines. C’est la qualité académique de la main d’oeuvre qui est entrain de changer pour s’adapter à cette nouvelle réalité économique.
      Mais ironiquement, les édentés sous-scolarisés qui votent pour EL-DESPOTUS n’auront pas accès à ses emplois très rémunérateurs. Ils pourront tout de même postuler pour des emplois de goûteur chez Pepsi ou ramasseux de poubelles chez Wallmarde.

  14. kintouai dit :

    Ces salopards ne fonctionnent qu’avec un fusil sur la tempe ou la tête dans la lunette de la guillotine.

    Je voyais la semaine dernière une reportage sur un millionnaire américain qui distribue son argent (un 100$ par-ci à un SDF, une voiture à un ancien combattant, etc.). https://www.dailymotion.com/video/x7gjw5b

    Chouette idée, en principe !

    Sauf que, quand on creuse un peu, on se rend compte que ce type est un fan de Trump et que sa supposée générosité n’est qu’une manière de se substituer à l’État dans la redistribution des richesses et de revenir à l’époque où les riches ne payaient pas d’impôt, mais faisaient la « charité ».

    Je me rappelle cette scène dans le film « Mon oncle Antoine » quand le patron de la mine, qui devait exploiter ses employés à l’os, passait en traîneau dans la rue principale, le jour de Noël, et distribuait des cadeaux de merde.

    C’est à ça que voudraient revenir en fait tous ces saligauds de riches.

    1. loup2 dit :

      kintouai
      Cette scène de «Mon oncle Antoine».Tellement véridique.
      Celle aussi du gars qui tente de réparer son camion en plein hiver et qui se fait apostropher en anglais par un hostie de vendu.

    2. Benton Fraser dit :

      J’ai un ami qui me contait qu’a la fin des années 70, dans l’usine où il travaillait, la convention collective se terminait à la fin de l’année et la direction pris l’initiative de donner une dinde pour noël a chaque employé… et les employés l’ont plutôt mal pris, se sentant les dindons de la farce!!!

    3. Surlaclôture dit :

      « n’est qu’une manière de se substituer à l’État dans la redistribution des richesses »

      Vous m’avez devancée. Les élans charitables à la pièce laissent le monde à la merci des individus, sans contrôle et sans ligne de conduite.

      Les grandes fondations ne font pas autre chose, et cette initiative de GAFA est du même tonneau. Ils refusent de se soumettre à des lois sociales et font de belles annonces pour jeter de la poudre aux yeux.

      L’État doit être celui qui détermine les règles de vie en société, pas Wall Street.

    4. Carl Poulin dit :

      @ kintouai
      Il y a quand même beaucoup de richissimes américains qui sont très généreux envers les plus défavorisés de leur pays et qui travaillent dans l’ombre pour les aider. Ils sont tout aussi discrets quant à leurs actions visant EL-DEPOTUS afin de l’éliminer de l’échiquier politique américain. Gardez foi en eux.

  15. Parfoislucide dit :

    Ce que je vois de positif dans cette déclaration, c’est que les grands patrons voient probablement des changements en train de survenir dans la société. Ils ne prendront jamais les devants pour mettre en place des mesures pour le bon peuple, ils continuent à privilégier les actionnaires. Mais si ils sentent le besoin de faire cette déclaration ça veut probablement dire que des plaques tectoniques se sont mises à bouger.

  16. Layla dit :

    Qu’elle est la moyenne d’âge de ces signataires?

    Comment DT va s’approprier cette sortie?

    1. gl000001 dit :

      Il va dire que pour faire ça, ils doivent créer plus de jobs aux USA.
      Et c’est son idée. America first !

      1. Layla dit :

        Il va donner beaucoup d’importance à son cadeau aux 1%, vous avez raison. Layla

    2. Richard Desrochers dit :

      Comment il va s’approprier cette sortie ?
      « investir dans leurs employés, protéger l’environnement et traiter de façon éthique et équitable leurs fournisseurs »

      Je crois qu’il a déjà répondu à cette question.

  17. monsieur8 dit :

    Sous-entendu: inutile de légiférer pour protéger les travailleurs et l’environnement, on va être sage.

    BULLSHIT!!

  18. treblig dit :

    La vraie peur des gens qui abusent de ce système ne profitant qu’aux riches ce n’est pas la guillotine. Plus réaliste est le grand retour d’un Roosevelt moderne qui mettrait au pas les profiteurs avec des mesures sociales qui ont l’appui de la population.

    1. monsieur8 dit :

      👍

    2. loup2 dit :

      @treblig 13h19
      Une progressiste, pas un(e) opportuniste comme ces charognards.
      Je risque un genre de Françoise David ?

    3. kintouai dit :

      Le seul hic dans votre proposition, par ailleurs très valable, c’est la partie « appui de la population ».

      Comme l’ont souvent mentionné des commentateurs sur ce blogue et ailleurs, la plupart des Amaricains continuent de rêver de devenir riches. D’une part, ils ont une véritable fascination pour les riches et, d’autre part, ils ont été très bien endoctrinés à rejeter d’emblée toute mesure sociale pouvant brimer leur soi-disant liberté.

      Ils préfèrent fermer les yeux sur les inégalités criantes et, tout en se raccrochant au Rêve américain (qui est plutôt un cauchemar), bosser comme des malades dans l’espoir (très vain) qu’un jour, la richesse viendra à eux et qu’aucun pépin ne fera obstacle à leur glorieuse ascension sociale.

      Or, ils ont autant de chances de devenir riches que de gagner le gros lot à la loto. Mais allez leur faire comprendre ça !

      Ils continuent de croire qu’il suffit de travailler dur pour réussir. J’ai un ami comme ça, un bon dretteux, qui avait cette philosophie. Résultat : il travaillait 90 heures par semaine à son entreprise. Il a fait faillite et s’est tapé une bonne dépression. Il fait partie du 99% de ceux pour qui l’American Dream n’a pas fonctionné.

      1. Benton Fraser dit :

        George Carlin disait que pour croire le rêve américain qu’il fallait être endormi!

      2. Haïku dit :

        Benton Fraser
        😎👌 !

      3. gérard séguin dit :

        @Benton Fraser Oui! M. Carlin, définit très bien, le problème. L’imaginaire, nous fait rêver debout.

      4. Lecteur-curieux dit :

        Vous sous-estimez de beaucoup les probabilités de devenir riches pour les entrepreneurs qui ont le sens des affaires.

        À moins qu’il faille être milliardaire pour être riche.

      5. Lecteur-curieux dit :

        Il y a plusieurs versions et interprétations du rêve américain et je le vois plus du point de vue d’un étranger qui va tenter sa chance aux États-Unis. Dans la bio de Guy Lafleur, Paul Anka leur était donné comme exemple d’accomplissement du rêve américain.

        Je le vois aussi dans la chanson l’ Amérique de Joe Dassin.

        Des Américains pensent que c’est un rêve d’égalité des chances ou qu’il faut absolument réussir.

        Alors que je vois plus cela comme un parent éloigné étant allé à la Ruée vers l’Or au Klondike. Est-il revenu riche ? Pas financièrement. A-t-il ramené de l’Or ? Un brin. Mais il est revenu avec des anecdotes à raconter pour des années. C’est riche de son vécu. Il aurait pu devenir riche mais les probabilités étaient faibles.
        C’est comme un culturiste qui était un des meilleurs au Canada et est allé tenter sa chance en Californie mais cela n’a pas fonctionné. Il revient et c’est tout.

        C’est comme un joueur de football qui va dans la NCAA et qui espère jouer dans la NFL.

        Cela peut être cela mais aussi de juste faire un road trip aux États-Unis, à moto, à vélo ou même sur le pouce ou avant comme passager clandestin sur un train.

        C’est plus le coureur des bois ou l’aventurier mais tu vas aux states.

        Pour un Canadien cela pouvait aussi de réussir ici en affaires mais passer ses hivers en Floride à la retraite.

        Ou sinon Céline Dion et René Angélil.

        Ou encore cas fictif le gars voulait devenir acteur mais a surtout travaillé comme serveur. Il a été figurant dans un film ou deux et disons a passé une audition avec Brad Pitt et une autre avec Cameron Diaz pour un petit rôle mais ne l’a pas eu. Il a quand même eu la chance de leur donner la réplique.

        Ou un joueur de hockey invité au camp d’entraînement d’un club de la LNH. Il joue pro mais pas plus haut que la ligue dessous la ligue américaine et ensuite revient jouer universitaire au Canada.

        Viser le top tout en sachant que les chances sont minces mais on sait jamais.

        Ne pas confondre l’éthique protestante du travail.

        Un autre l’a vécu comme joueur de black jack qui compte les cartes et faisant alors plein d’argent et la grosse vie et en partie à crédit jusqu’à temps de se faire barrer de tous les casinos. Il a pareil vécu cela mais le conduisant à la faillite. Il a roulé en Porsche, les belles femmes étaient après lui… Mais oups un coup barré, tout s’est effondré.

        Le rêve qui était une illusion.

        N’oublions pas la série Fame de 1980. Les profs leur disent qu’ils risquent d’être presque tous au chômage seul un petit nombre va réussir et chaque prof dit que son métier est le plus difficile au monde.

        Et on voit une fille aux auditions se faire rejeter et son ami venu juste pour l’accompagner qui est un talent naturel mais sans ce rêve est choisi. Elle c’est son rêve depuis toujours mais est vue comme ne l’ayant pas.

        C’est pas de travailler fort c’est une question de timing. Être au bon endroit, au bon moment.

      6. kintouai dit :

        @lecteur curieux 17h58 Vous avez raison. J’ai exagéré les probabilités. Il y a sûrement plus de 1% des gens qui réussissent. Par contre, la richesse est un concept très arbitraire. Un paysan africain qui possède un troupeau de 100 chèvres sera considéré comme riche dans son coin de pays, alors qu’ici ce serait un pauvre. Idem pour la notion de classe moyenne. Un Indien ou un Chinois de la «classe moyenne» serait ici considéré comme un pauvre.

        En fait, je voulais surtout insister sur le caractère très aléatoire de la richesse. C’est un peu comme le métier d’acteur. Il y a plusieurs de dizaines de milliers d’hommes et de femmes qui vivent de petits boulots à Los Angeles en rêvant à l’audition qui les révélera.

        Reste que la phrase du Christ «il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des cieux » me semble toujours d’actualité.

      7. Lecteur-curieux dit :

        @Kintouai

        Le riche dans la parabole du Christ veut sa place garantie au Paradis et il aurait pu l’avoir mais en renonçant à sa richesse et en le suivant.

        Ce riche là. Mais est-ce que cela s’applique à tous les riches? Celui riche et généreux et pas pharisien et qui ne juge pas les autres.

        Et qui ne demande pas de place au Royaume des Cieux il laisse le Seigneur en décider.

        Pas obligé d’être Saint-Francois d’Assise pour y aller et il faut le voir comme un bonus et discrétionnaire par Dieu. Il va inviter qui il veut à ses noces. C’est d’avoir l’esprit ouvert et de l’ Amour.

        Et y croire. S’il vous invite aux noces et vous ne venez pas, il va prendre des étrangers sur la rue. S’ils disent oui
        Ils ont leur place. Les
        Pharisiens et riches dans la Bible eux sont arrogants et sépulcres blanchis celui parlant à Jésus est peut-être correct mais se croit supérieur et veut sa place. Donne tout aux pauvres et suis- moi.

  19. jaylowblow dit :

    « Désormais, ces patrons promettent donc de ne plus seulement défendre les intérêts de leurs actionnaires » disent-t’ils dans le seul et unique but de… …défendre les intérêts de leurs actionnaires. Ça fait tellement « nos actionnaires sont inquiets alors pour les rassurer sécurison nos ventes en faisant une déclaration qui fera croire au petit peuple qu’on se souçi de lui ». Quelle ironie.

    Ces sociétés continuent d’accumuler des tonnes et des tonnes de liquidités qui ne font que dormir dans des comptes à l’étranger tout en refusant de payer le moindre sou d’impôt alors que leurs propres employés doivent avoir 2 emplois pour arriver à loger et faire manger leur famille. Je me demande comment ces PDG arrivent à dormir la nuit dans leur palais. Il ne font qu’aspirer l’argent sans le redistribuer et pendant ce temps la dette du pays augmente, les service sociaux se font passer au hachoir et des millions de gens doivent « quêter » des bons alimentaires pour survivre. De vrais salopards.

  20. PROBERT dit :

    Ce sont les inégalités de plus en plus grandes qui menacent le plus la société américaine. Les USA sont parmi les meilleurs pour ce qui est de créer de la richesse, mais parmi les pires pour ce qui est d’en faire profiter la classe la plus défavorisée, par un meilleur accès à l’instruction supérieure, à des soins médicaux à un coût raisonnable.

    1. Henriette Latour dit :

      PROBERT

      👏

  21. Dan Lebrun dit :

    Autrement dit, ils veulent redéfinir ce qu’est la pauvreté

    1. gl000001 dit :

      Comme Giuliani dirait : la pauvreté n’est toujours pas la pauvreté.

      1. Haïku dit :

        gl000001
        👏👏👏

  22. Lecteur-curieux dit :

    Cela fait très longtemps que des patrons disent faire cela mais avec la pression des marchés financiers ils appliquent encore la théorie…

    Celle de la maximisation de la richesse des actionnaires. Et ils posaient la question autrement pour pas que le surmoi fasse effet et cela revenait à la maximisation des profits.

    Et cela c’est sans tenir compte des coûts d’agence et au final ce sont leurs propres intérêts comme dirigeants qui passent en premier mais avec des mécanismes de surveillance on les oblige à tenir compte des actionnaires.

    Sinon ? Tenir compte de tous les partenaires, on voyait déjà cela dans le modèle IPEMER au cégep. Et pour les profits on pouvait parler de les optimiser plutôt que de les maximiser.

    Sauf que les marchés boursiers sont gourmands et avec une vision à court terme. À moins d’avoir un conglomérat comme Warren Buffett, la philosophie maximaliste et à court terme risque de primer même avec des dirigeants bien intentionnés. Les pressions du marché sont trop fortes.

    Ils peuvent pareil tenter de faire des efforts. Pas sûr qu’Omar Aktouf y croirait sauf pour quelques exceptions.

  23. jeanfrancoiscouture dit :

    «……….attendre un peu avant de pouvoir déterminer si l’engagement des grands patrons est autre chose qu’un exercice de relations publiques.»

    Excellent conseil.

    En passant, quand ils promettent «…investir dans leurs employés, protéger l’environnement et traiter de façon éthique et équitable leurs fournisseurs.», sont-ils en train de nous dire qu’ils se sont rendus milliardaires en ne faisant rien de tout cela? Qui plus est, ils ne parlent pas non plus du respect de la clientèle.
    De quoi donner du sens à l’aphorisme qui dit: «La satisfaction du consommateur et le bonheur du travailleur sont deux conséquences purement accidentelles de la poursuite du profit».
    Et puis, n’est-ce pas plus facile de sacrifier un peu de mou quand on a pris soin de se placer soi-même à l’abri des aléas du capitalisme?

    1. gl000001 dit :

      Bezos donne combien de milliards à son ex-épouse pour leur divorce. Il n’est pas tout-à-fait à l’abri ! 😉

      1. onbo dit :

        Serait-ce un divorce « d’intérêts? Une diversification de placements? Une pantalonnade juteuse aux pairs, au fisc et aux sains d’esprit? Besos besogne quoi!

      2. gl000001 dit :

        Ce fut très médiatisé pourtant. 38$milliards. Et il a une nouvelle conjointe.

      3. jeanfrancoiscouture dit :

        100 milliards moins 38 milliards, ça laisse quand même 62 000 millions. 🙂

    2. Haïku dit :

      @jeanfrancoiscouture -14:43
      Excellente réflexion !👌

  24. Danielle Vallée dit :

    Logiquement, si tes clients sont pauvres tu ne peux pas faire d’argent.
    C’est le théorème qui prouve que le capitalisme sauvage est voué à l’extinction.

    Par contre ces grands patrons ne mènent pas leurs compagnies. Leurs compagnies sont gérées par des conseils d’administration et ces conseils d’administration ne sont sensibles qu’aux demandes des actionnaires, et peuvent même être poursuivis légalement s’ils ne produisent pas les résultats espérés selon le mandat qui leur avait été confié.

    Oh, combien d’assemblées d’actionnaires houleuses pendant lesquelles les actionnaires exigent la tête du grand patron.
    Ceux qui connaissent l’histoire de Steeve Jobs comprennent que le CA est roi et maître, pas les grands patrons.

    S’ils donnent plus d’une main, ils vont prendre de l’autre: automation, mises à pied, coupures dans les bénéfices, une autre baisse d’impôt avec ça? …. C’est une grosse blague. Mais Trump va dire que c’était son idée, c’est certain.

    1. gl000001 dit :

      Plus près de chez nous, Mr Dutton chez Rona. Ils ont eu sa tête et vendu sa compagnie en dehors du Québec 🙁

    2. Benton Fraser dit :

      Reste la marge de crédit!

      Dans les années 60-70, les salaires augmentaient de 5-6% par année.

      Dans les années 80, les gens d’affaires se sont dit:
      « Pourquoi donner de bonnes augmentations lors qu’on peut prêter? Il suffit d’ouvrir le crédit! »

      Ils ont ainsi rendu le crédit plus accessible.

      Bon, ça fonctionne comme ça depuis près 40 ans et cela a des limites.

      Une des raisons que l’on a pas atteint le mur avant est la venue des femmes sur le marché du travail. Avant les années 80, 1 femme sur 5 était sur le marché du travail. Dans les année 90, 4 femmes sur 5. Cela aide aussi sur le revenu familliale… et compense pour les faibles augmentations des 40 dernières années… mais cela a ces limites aussi!

    3. jeanfrancoiscouture dit :

      @Danielle Vallée: «Par contre ces grands patrons ne mènent pas leurs compagnies. Leurs compagnies sont gérées par des conseils d’administration et ces conseils d’administration ne sont sensibles qu’aux demandes des actionnaires,….»

      D’habitude, les fondateurs sont aussi actionnaires majoritaires, donc ils mènent la barque. Vous avez entendu parler des actions «multivotantes«? C’est souvent ainsi qu’ils contrôlent leur compagnie.
      Par contre, ceux dont vous parlez, ce sont sans doute ceux que John Saul appelle les «salariés du grand capital», les «simples PDG » salariés (façon de parler, bien sûr), eux sont en effet à la merci soit de l’actionnaire majoritaire ou du C.A.
      C’est d’ailleurs pour cela qu’ils se mettent à l’abri de ces aléas, comme dirait Séraphin Lampion, en se mitonnant, «des amours de petits contrats» blindés avec boni à la signature et parachute doré en cas de licenciement, peu importe la cause.
      C’est comme cela qu’un certain Michael Ovitz s’est vu empocher quelque chose comme 140 millions U.S (en 1995) après seulement 18 mois chez Disney. Ces gens là saven toujours comment ne pas finir à la soupe populaire après un licenciement.

      https://www.nytimes.com/2005/08/10/business/media/ruling-upholds-disneys-payment-in-firing-of-ovitz.html

      1. darrylfzanuck dit :

        Ovitz s’est fait avoir par Michael Eisner pour son job,Ovitz a négocié son contrat au départ,c’est Eisner qui a eu l’air d’un con….

      2. jeanfrancoiscouture dit :

        @darrylfzanuck: «Ovitz a négocié son contrat au départ…»

        Eh oui. C’est exactement ce que j’ai écrit. De toute façon, tant Ovitz que Eisner sont deux prototypes de ceux que décrivait John R. Saul dans son livre LES BÂTARDS DE VOLTAIRE. Des salariés du Grand Capital et non des entrepreneurs devenus riches après avoir inventé et mis en marché un produit, un service ou autre chose.
        Saul déplorait que ces «gestionnaires» soient encore plus âpres au gain (greedy) que les vrais entrepreneurs. C’est d’ailleurs ce qui explique le soin que ces gens mettent pour se mettre financièrement à l’abri de toute déconfiture au boulot, ce qu’Ovitz a magistralement réussi aux dépens non pas d’Eisner, salarié lui aussi, mais de Disney, la «personne morale» qui a dû verser l’indemnité de départ. Eisner a peut-être perdu la face mais pas une traître «cenne noire».

        https://www.nytimes.com/2005/08/10/business/media/ruling-upholds-disneys-payment-in-firing-of-ovitz.html

  25. Pierre s. dit :

    —————————-

    Rien à croire de ces voleurs à cravates qui ont dévalisé le pays avec
    la complicité du GOP avec les odieuses baisses d’impôt et toute les autres mesure de
    merde qui sont venu avec dont la perte de soins de santé pour pres de 40 millions d’américains.

    La donne change, fini la multiplication des revenue mais surtout le pouvoir d’achat du petit peuple
    et ils le savent. leur reste a inventer une merde qui coute rien à produire mais qu’ils pourront nous vendre
    quand même à fort prix.

  26. Lecteur-curieux dit :

    Prenons le point de vue des petits investisseurs qui sont investis en actions par des fonds négociés en bourse ou autres fonds d’investissement.

    Ce n’est pas vrai que nous sommes gourmand en moyenne. On veut seulement un rendement juste pour notre capital investi compte tenu du risque encouru et on tente de garder les fonds à long terme. Les gestionnaires de fonds sont gourmands mais les petits investisseurs qui ont cela dans leur régime de retraite ou hors régime ?

    Ils ne veulent qu’être bien traités. Optimiser leur rendement car être à 100% en revenu fixe ne donnerait pas assez de rendement et le capital serait épuisé bien trop rapidement.

    On ne fait qu’investir en période d’accumulation et désinvestir rendu retraité ou rentier et en suivant une politique de placement. Il n’y a vraiment pas de rendements mirobolants à long terme.

    À moins d’être comme les médecins partenaires de Warren Buffett au début de son fonds et tous devenus millionnaires.

    En 2019, un grand nombre de personnes a des actions directement ou indirectement.

    Avec nos fonds américains a-t-on fait de l’argent. Oui maintenant mais rien d’exceptionnel et mes premiers achats c’était pas du tout pendant maintes années. Cela dépend quand on embarque et débarque.

    Depuis 19 ans mon rendement sur les premiers investissements aurait été plus élevé en revenu fixe à long terme.

    Mais sur les 10 dernières là oui avoir de la bourse donne un rendement plus élevé mais en subissant les hausses et baisses du portefeuille. Tant qu’ on a pas trop de retraits à faire cela va.

    C’est bien plus les rémunérations odieusement élevées de dirigeants le problème que les petits actionnaires qui ont ce qu’ils méritent environ avec les iShares avec les autres fonds d’investissement, ils se font manger le capital par des frais trop élevés mais qui peuvent se tolérer mais…

    Là VAN est en bas de zéro alors qu’avec les iShares elle est à zéro environ ce qui veut dire le rendement pour le risque encouru. Avec les autres fonds on peut considérer payer un service. Mais il manque au moins 1% ou même 2% sur le long terme pour une vraie rémunération équitable.

    Alors bien plus les dirigeants qui sont des vrais gourmands.

  27. titejasette dit :

    HS – Trump a déclaré à la MB, cet après-midi :

    -La Fed devrait réduire les taux de 100 %  » sur une période donnée « , et non pas tous en même temps.

    – Non, nous ne sommes pas prêt à conclure un accord avec la Chine. (Traduction libre – Président Xi dit: Trump va te faire voir, Revient nous voir en 2020 si tu es encore là)

    – Nous sommes toujours à la recherche d’une réduction de l’impôt sur la masse salariale (payroll tax) et de l’impôt sur les gains en capital.

    1. C’est plutôt 100 points de base, soit 1%

      1. titejasette dit :

        Bravo Marie ! Mauvaise traduction. Pas le temps de vérifier avant de poster. Voici le texte en Anglais.

        « – Fed should cut rates by 100 basis « over a period of time », not all at one time »
        – Not ready to make a deal with China.
        – Always looking at a payroll tax or capital gains tax reduction. »

        Merci

    2. Lecteur-curieux dit :

      Ouin c’est sa façon de penser et même il est pire que cela comme homme d’affaires ce qu’il demandait à l’ État et obtenait pire que la théorie de l’offre.

      Évidemment quand on arrive avec des projets très difficiles à rentabiliser mais si on obtient des avantages fiscaux exceptionnels de l’ État ou autre forme de partenariat, cela devient possible.

      Ses compétiteurs le dénonçaient. Quel était le deal ? 40 ans de crédits d’impôt ? Il faudrait revoir cela. Et un très jeune Trump cela dans les années ’70 donc déjà très gourmand et avec des projets fous.

      Peut-être à l’occasion cela peut se faire…

      Alors le Donald en plus de ses faillites était un BS corporatif ? Bien oui le tabarn…

      Alors ce sont des faux capitalistes. Bien sûr que des impôts trop élevés ne sont pas aimés mais l’ État en a besoin alors s’il n’abuse pas c’est sa juste part.

      Demander des baisses exagérées c’est comme être subventionné. Des vrais capitalistes les traiteraient de crisse de BS. Assistés sociaux de luxe et qui ont pas besoin de cette aide. Pour les gens c’est un revenu minimum garanti qu’il faut pour leur redonner la dignité.

  28. Pierre s. dit :

    ————————-

    Trump a dit en gros ….

    Pas de récession et si y faut mettre le feu à tout les  »charges sociales » comme il le dit
    et réduire encore les impôts, il va le faire. Cet imbécile continue de remplir les poches des
    ultra riches et de couper dans les services à la population pour doper l’économie.

    L’économie va super bien mais 75 % de la population sont à découvert, au bord de la faillite.

    Voila ce que ca donne d,avoir un bandit comme président, qui plus est un bandit qui veut maintenir
    l’illusion que ca va bien pour bénéficier d’un autre 4 ans à l’abris de la justice qui lui court apres.

    1. gl000001 dit :

      « Je veux votre bien. Et je l’aurai !! »

      1. Haïku dit :

        gl000001
        😉 Est-ce Les Cyniques?

      2. gl000001 dit :

        Who knows ?

      3. karma278 dit :

        Haïku dit :
        20/08/2019 à 20:11
        gl000001
        😉 Est-ce Les Cyniques?

        gl000001 dit :
        20/08/2019 à 20:30
        Who knows ?

        Oh! oH! I do.

        Yes, it is the cinyques.
        Soit l’album blanc ou Exit.

  29. Lecteur-curieux dit :

    La théorie de l’agence et oui on reste dans l’orthodoxie de la finance et économie parlant de maximisation. Maximiser les profits comme le consommateur son utilité en économie néoclassique avec le modèle de l’homo oeconomicus.

    La vidéo est pas mal mais des profs de finance à HEC- Montréal expliqueraient mieux la théorie de l’agence.

    Hey nos coûts d’agence totaux si on va avec les fonds d’investissement sont pas mal élevés.

    https://youtu.be/0rTzHN9M85I

  30. Math dit :

    HS dans LaPresse :
    « Trump regrette l’absence de la Russie au sommet de Biarritz »
    … Et le G7 regrette la présence de Trump.

    Faut bien en rire!

  31. ProMap dit :

    Devinez qui se donnera TOUT le mérite d’éventuelles augmentations de salaires des employés de ces monstres commerciaux et industriels? Et même d’améliorations visant un meilleur environnement?

  32. Jean dit :

    Plafonner le salaire des PDG, imposer les immensément riches, imposer les gains en capital, empêcher les abris fiscaux, empêcher les paradis fiscaux, taxer le commerce en ligne, etc.

    Du pain sur la planche avant d’être équitable.

    1. karma278 dit :

      Plus on tranche le pain, plus il devient équitable 😉

  33. onbo dit :

    « une merde qui coute rien à produire mais qu’ils pourront nous vendre …quand même à fort prix. »
    …………………..

    Les idées magiques, par exemple. Ça coûte rien, ça vaut rien, mais ça impressionne en titi.

    ‘Caleçons magiques Romney’ a répété combien de fois: « The shining city on the Hill! » Qui a pensé qu’il parlait de lui à Washington?

    N’eut été la vidéo des 47% (…qui vivent au crochet de l’État…) diffusée dans le dernier droit de la campagne électorale 2012, Romney remportait probablement l’élection contre Obama.

    Mon petit doigt me dit que Mitt ne s’est pas humilié devant Trump après l’avoir critiqué, ni humilié devant ses électeurs du Mass -après leur avoir préféré un petit état mormon utahsunien pour être sûr d’être élu comme sénateur à Washington par des religieux de sa marque- rien que pour le plaisir de faire payer ses billets d’avion par les contribuables. En 2012, Monsieur Romney voulait la présidence de sa propre compagnie d’automobiles comme son père (American Motor). Ça a presque marché. Il ne lui reste plus comme rêve pour 2020 que la Présidence de la compagnie USA. Si Trump a pu le faire….

    C’est ainsi que j’interprète la volte face de Fox qui délaisse présentement Trump mine de rien… C’est pas vraiment pour faire élire un démocrate.

    Comme le dit plus haut Benton Fraser, l’étique et l’intégrité c’est holistique. On est pas éthique à la maison et canaille au travail. Avant de promettre mer et monde, on commence par payer ses impôts, vider ses comptes dans les paradis fiscaux, cesser de profiter des trous légaux à l’IRS, rembourser volontairement les dus au fisc et reconnaître autrement qu’en belles paroles la contribution essentielle des employés aux succès de l’entreprise.

    Se pourrait-il que cette sortie miraculeuse en rang de sardines millionnaires ne soit autre qu’un appel public du pied à déchouker Trump aux Primaires républicaines? pour lui substituer un autre républicain que personne évidement ne sait qui c’est que ça pourrait bien être…?

    Autrement dit, soyez clairs et concrets. La dernière fois qu’un républicain a promis/juré haut et fort à la population qu’il allait enfin régler la question des droits sociaux, on a appris avec consternation qu’il les avait radiés, parce que évidemment, ce n’était pas des droits mais des privilèges… &$%)(*$&&!!!

    Il se nommait Paul Ryan, était le chef de la majorité républicaine à la Chambre, a démissionné comme speaker pour se faire oublier, mais en entrevue ne pouvait contenir sa satisfaction à la perspective que « le GOP allait régner pendant les 50 prochaines années » ..sic.. Je me souviens à vie de ce regard angélique, de ce fake smile louvoyant dans le gerrymandering du Wisconsin.

  34. fylouz dit :

    Récemment, la France a voté une loi obligeant les GAFA à payer des taxes sur leurs revenus dans le pays. D’après, ce que j’ail lu, lors de leur audience devant le Sénat, les représentants d’Amazon se foutaient ouvertement des sénateurs, et en fin de compte, Amazon a décidé de reporter le montant des taxes sur les frais de vente des vendeurs indépendants.
    Quand à Donald Trump, il a parlé de « la bêtise de Macron » et menacé la France de représailles.

  35. Alexander dit :

    Curieux que cette déclaration exclut le respect de la clientèle, le juste paiement des impôts territoriaux sans abus des paradis fiscaux ni de code d’éthique sur leur façon de mener des affaires.

    Tant qu’à moi, ce sont trois immenses lacunes du capitalisme américain.

    Le client est pressurisé comme un citron et on s’en fout de plus en plus, particulièrement par la grande entreprise.

    Les paradis fiscaux et les fuites d’investissement à l’étranger ? Pour rapatrier le cash aux EU, Trump dégraisse massivement les impôts, et par le fait même baisse les recettes fiscales disponibles pour maintenir un minimum de programmes sociaux décents. Ça aide pas les inégalités, ça.

    L’éthique? Tant que t’as les moyens de te payer les meilleurs avocats pour contourner les lois sans les enfreindre, t’es correct. Aucune éthique, mais correct face à la loi. La loi est bonne pour qui a les moyens de s’en servir à son escient.

  36. Paul Roux dit :

    S’ils commençaient à payer leurs impôts, ce serait déjà bien.

    1. Lecteur-curieux dit :

      Sauf quand c’est réellement de l’évasion fiscale et donc de la fraude et aussi de l’évitement fiscal qui est d’abuser de la loi et les deux arrivent. Mais si en plus de cela on trouve qu’ils ne paient pas assez d’impôts c’est un problème politique. C’est au législateur qu’il faut demander de changer les lois. Aux divers gouvernements. Pour les deux premiers cas là ce serait d’engager plus de vérificateurs fiscaux et cela peut aussi d’augmenter les pénalités et autres sanctions. Mais encore il faut qu’ils payent. Il vaut mieux recevoir moins que rien du tout. Car pour des plus petits certains font faillite car incapables de payer leurs impôts. Cela peut être psychologique aussi. Bon je me mets à parler d’impôts des particuliers aussi et de gens qui font faillite sans être malhonnête, seulement ils ne savent pas gérer leur argent et sont venus au monde pauvre. Cela m’étonnerait qu’il gagne ou son équivalent plus de 400 000$ ou 500 000$ en 2019.

      Bon des particuliers peuvent avoir des problèmes personnels avec la gestion de l’argent et cela arrive aussi à des artistes ou des sportifs qui gagnent beaucoup plus d’argent que cela.

      Revenons aux grandes sociétés, ici au Canada les taux d’imposition ont baissé depuis le temps. Je dirais qu’ils sont trop bas. Ils payent alors leurs impôts, c’est l’ État qui impose trop faiblement. Bien il faut se faire élire et changer la loi.

      Par ailleurs les états financiers consolidés sont regardés. Les impôts exigibles ne se calculent pas selon les bénéfices comptables mais selon les revenus nets fiscaux aux déclarations de revenus. La charge d’impôts et les impôts reportés ne sont que des concepts comptables. Aucunement cela veut dire que les impôts à payer devraient être ceux-là mais bien sûr que plus les taux sont bas plus les écarts risquent d’être importants. C’est quand même les taux qu’il faut regarder.

      Si on ne peut pas prouver d’évasion ou d’évitement fiscal. Ils payent leurs impôts. Ce n’est pas leur juste part ? Devenez législateur ou mettez leur de la pression. Le lobby des riches est plus puissant ?

      Contrairement aux analyses des médias, on ne peut pas à la lecture des états financiers d’une société juger si elle paye sa juste part d’impôts et pas plus avec les déclarations de revenus des particuliers quoique cela peut nous donner des indices sur la trop grande générosité ou parfois sévérité de la Loi.

      Sinon il y a des dépenses et déductions qu’on a le droit de demander mais rien nous obligé à le faire. Quel contribuable ne demandera pas tout ce qu’il a droit si cela est avantageux pour lui ? La même chose pour les sociétés.

      Aux États-Unis pour les particuliers, ils ont enlevé l’impôt minimum alternatif pour ceux pouvant jouir trop de privilèges fiscaux. Cet impôt aurait dû rester mais changer le calcul pour que certains plus petits ne soient pas frappés. Le rendre un peu moins sévère car il touchait trop de monde sauf qu’un type comme Trump l’a déjà subi et une chance et ce n’était pas assez mais mieux que rien du tout. Il l’a fait enlevé. L’enlever à certains proprios de PME qui ne le paieraient qu’une fois dans leur vie versus des  » milliardaires » qui payent peu ou pas d’impôt pendant des décennies.

      Bref c’est vraiment en examinant la loi. Les déclarations individuelles peuvent nous donner des indices sur comment la modifier.

      1. Lecteur-curieux dit :

        Les actionnaires votent plus avec leurs pieds pour cela et cela peut être les gestionnaires de fonds. Si le rendement n’est pas assez élevé ils vont vendre leurs actions et les remplacer par d’autres.

        Le cours du titre va baisser et les actionnaires vont avoir le même rendement exigé.

        Ils vont livrer des bénéfices nets moins élevés que prévus? Parfait le titre plonge de 10% en bourse. Et le rendement exigé redevient atteint. On ne peut pas faire fi de M. Marché. Cependant, la marche aléatoire des cours boursiers est là aussi.

  37. jcvirgil dit :

    De bien belles intentions , mais elles vont contre la nature même des corporations dont le profit et le rendement aux actionnaires est la raison d’exister.

    D’ailleurs s’ils renoncent au profit maximum pour des considérations sociales ou environnementales ,elles peuvent être poursuivies par leurs actionnaires.

    Ça c’est d’ailleurs déjà vu et les actionnaires ont gagné devant les tribunaux.
    C’est donc à une réforme complète de ces sociétés sans âme ni conscience que les législateurs sont convoqués et c’est pas demain la veille dans un systeme politique corrompu où elles s’achètent à la fois les elections et les politiciens.

  38. Samati dit :

    @ jcvirgil

    Votre énoncé :

    « D’ailleurs s’ils renoncent au profit maximum pour des considérations sociales ou environnementales, elles peuvent être poursuivies par leurs actionnaires. »

    Il serait bon que vous nous citiez des cas où ce genre de situation ait pu se produire. Mon expérience avec des entreprises (principalement dans le secteur des ressources naturelles) ne me permet pas de soutenir un tel énoncé.

    Les actionnaires peuvent poursuivre une société et son conseil d’administration si cette entreprise ne suit pas les lois en vigueur dans les pays où elles opèrent (incluant les lois environnementales). De plus, plusieurs sociétés ont mis en place des programme de responsabilité sociale des entreprises, à même leur budget de fonctionnement, budget approuvé par le CA.

    De plus des actionnaires ont poursuivies des sociétés et leur CA (souvent par l’entreprises des organismes de réglementation) dans des cas où des dirigeants se seraient livrés à de la corruption, auraient manipulé les livres comptables, etc.

    La maximisation des profits à court terme n’est pas ce qui est recherché par la majorité des actionnaires qui visent plutôt un rendement satisfaisant à long terme, ce qui présume la réduction des risques que peut poser une mauvaise gestion des ressources financières et humaines.

    Les sociétés cowboys (type Koch ou Trump) sont plutôt de type privé appartenant à quelques individus (qui ne se poursuivent pas bien sur).

    1. Lecteur-curieux dit :

      Oui les actionnaires à long terme mais les marchés financiers exigent un rendement donné k. Si le titre ne leur donne pas il va baisser et là le rendement exigé est de retour au rendez-vous.

      Prenons le
      Modèle de Gordon :

      Prix à l’instant zéro = Dividende instant 1 divisé par ( k – g ).

      K étant le taux exigé par le marché. G étant le taux de croissance prévu des dividendes.

  39. lanaudoise dit :

    On se croirait à la fin du film Menteur…. LE mensonge que Louis-José Houde est prié de ne pas défaire. Le problème, c’est que ce n’est pas un documentaire. Les propriétaires de Wal-Mart ont augmenté leurs avoirs de 23% cette année. Les PDGs gagnent des milliers de fois plus que leurs employés. Alors qu’en son temps, Henry Ford, et plus près de nous, les dirigeants japonais trouvaient que 40 fois était largement suffisant.

  40. Rustik dit :

    Je dis tant mieux à toute augmentation de la qualité de vie et des conditions des employés, mais cette prise de position de ces cies en 2019 n’est pas qu’altruiste, elle est grandement inspirée par l’instinct de survie de ces compagnies : Ces grandes entreprises se protègent en premier par un tel discours.

    Des avantages pour ces cies? (en passant, je crois qu’une cie doit avoir atteint une grosseur critique pour se lancer en ce sens)
    -Elles deviennent grosses et menaçantes pour des gouvernements, on entend parler de dissolution. Mais si c’est entreprise ont les gens de leur côté… ils influencent le vote, il est difficile pour un politicien de les attaquer de front.
    -En priorisant les relations et les salaires plus élevés de tous les employés, ils élèvent la barre d’entrée d’un concurrent naissant, ainsi qu’ils courcircuitent les cies du net « à bas prix » (ou de partage) pour lesquelles le salaire de l’employés est bien la dernière de leurs priorités.
    -Un dirigeant au salaire disproportionné se fera moins critiquer si les gens en-dessous de lui sont davantage heureux.
    -Des impôts évités dans une région donnée… oui mais ils améliorent la vie de la population locale qui y travaille. « Si tu nous demandes de payer plus d’impôts, on quitte ton patelin et on va s’installer chez le voisin. Tu trouveras d’aussi bons emplois pour la population ».
    Etc.

    Est-ce que la population y trouve son compte, quand avec ces politiques les entreprises y trouvent leurs comptes? Telle est la question!

  41. InfoPhile dit :

    @samati

    Désolé de vous réveiller au milieu de votre beau rêve. Suggestion de lecture : Noir Canada : pillage, corruption et criminalité en Afrique, du brillant, mésestimé et trop méconnu Alain Deneault.

    «L’ouvrage dénonce les abus commis par des multinationales canadiennes en Afrique en matière de criminalité économique, de destruction de l’environnement, de déplacements forcés ou encore de financement occulte de guerres civiles. Noir Canada évoque la spécificité du Canada en tant que législation à partir de laquelle de nombreuses sociétés du secteur extractif opèrent à travers le monde.»

    «Noir Canada remet en cause l’image largement répandue sur la scène internationale et défendue avec conviction par le discours officiel canadien, d’un Canada bon, pacifiste et généreux. Présenté comme le grand frère bienfaiteur, le Canada appuie pourtant politiquement et financièrement des sociétés qui exploitent le sol africain (et enregistrent des profits colossaux à la Bourse de Toronto), alors que, selon un ensemble de sources internationales, elles apparaîtraient mêlées à de sérieux cas d’abus en Afrique… Le Canada serait-il un « paradis judiciaire » pour les sociétés minières?»

    1. Samati dit :

      @ InfoPhile

      Je connais bien Noir Canada pour l’avoir lu d’un couvert à l’autre. Ce livre truffé d’allégations non prouvées, de recherches bâclées, de sophismes gros comme des éléphants était relativement facile à critiquer pour qui connait l’Afrique et les entreprises qui y travaillent. Deneault a toujours dit que son livre ne reposait que sur des allégations et des oui-dire (mensonges).

      J’ai passé près de 20 ans à voyager sur ce continent pour différents employeurs, dont des institutions internationales. J’ai visité un grand nombre de projets miniers (canadiens, européens, australiens, russes et chinois, ces deux derniers de loin les pires exploitations).

      Alain Deneault, qui a par ailleurs attaqué publiquement vicieusement Bonnie Campbell (UQUAM), est un individu qui ne possède aucune connaissance technique ou financière. Il a été poursuivi pour son brûlot et a perdu. Pour lui, la fin (c’est un ancien membre d’un parti communiste) justifie amplement de tronquer les faits pour promouvoir son idéologie dépassée.

      Il n’a jamais été sur le terrain et toutes ses connaissances sur le sujet ne sont basées que sur les préjugés qu’il avait au départ. Il avait accès à des sources fiables d’information qu’il n’a pas utilisées parce qu’elles allaient à l’encontre de ses théories.

  42. Apocalypse dit :

    @Paul Roux – 17:05

    Vous commenteriez plus souvent et personne ne se plaindrait.

    Effectivement, qu’ils fassent leur part en termes d’impôts et ça serait tout un pas en avant.

  43. Danielle Vallée dit :

    @Samati: Ne sous-estimez pas l’amour des américains pour les litiges:
    « There were more than 400 federal securities actions in the US in both 2017 and 2018, according to Cornerstone Research, more than double the average number of the preceding decade. The increase reflects how #MeToo issues and data privacy are adding to the risks boards and management are having to address. »

    Wells Fargo est le cas le plus récent où les membres du CA ont été poursuivis personnellement et le règlement dépassait les $200 millions de dollars.

    1. Samati dit :

      @ Danielle Vallée

      C’était mon point. Les sociétés sont sujettes à être poursuivies pour plusieurs manquements à saveur technique, sociale, environnementale. Très peu pour avoir évité de maximiser les profits au détriment de ces considérations.

      1. Danielle Vallee dit :

        Pas tout à fait – les membres du CA de Wells Fargo ne pouvaient pas savoir que les commis ouvraient des faux comptes. Ils ont été accusés de ne pas avoir accompli leur devoir de supervision pour protéger les actionnaires. C’était exactement le point de la poursuite: protéger les actionnaires.
        Et il y a eu 399 autres cas comme je le citais précédemment
        Leur fonction est la protection de la corporation, et la corporation c’est la somme des actionnaires…

  44. Haïku dit :

    « En ce siècle ou le profit passe avant l’humain, il y a moyen d’être malhonnête en toute honnêteté. »(R.Donnadieu).

    1. Danielle Vallée dit :

      Superbe

    2. karma278 dit :

      Haïku dit :
      20/08/2019 à 18:58
      « En ce siècle ou le profit passe avant l’humain, il y a moyen d’être malhonnête en toute honnêteté. »(R.Donnadieu).

      Que de jolis propos. +1 + un papillon dans la marge 😉😉😉

      M’eussiez-vous dit que ce fut de Coluche, je vous eus cru.

      MAIS
      vous attribuez la citation à (R. Donnadieu)

      Ça me chicote.
      R donne à Dieu. Re donne à Dieu.
      C’est suspect.
      Sinon Hérétique 😈😈😈

      Vous écrivez
       » il y a moyen d’être malhonnête en toute honnêteté.  »
      et c’est signé « re donne à Dieu ».

      Dieu serait malhonnête en toute honnêteté?

      Makes sense to me…

      1. Haïku dit :

        karma278
        Touché. Je soupçonnais que la signature causerait une controverse.😉

  45. Apocalypse dit :

    @Haïku – 18:58

    Merci pour la citation! Combien vrai!

    On le voit avec l’argent qui achète littéralement des politiciens aux Etats-Unis; la corruption légalisée et en toute honnêteté.

    1. ProMap dit :

      Apocalypse et Danielle Vallée – Totalement de votre avis..

      Haïku, vous êtes un maître des citations sur ce blogue. Que de vérité vous nous rappelez souvent à travers ces petits bouts de phrase qui résument souvent de grand livres. Merci.

      Cette vérité sur l’honnêteté est vieille de plusieurs millénaires. À en croire certains, elle remonte à 6 000 ans, cette malhonnêteté, du temps de la platitude terrestre. Faut dire que Caïn l’a eu moins facile que le boss d’Amazon, bien que les Amazones datent de ces lointaines ères. C’est peut-être à cette époque qu’est née la peur viscérale des descendants d’Adam le Blanc pour la femme de n’importe quelle couleur de peau, le Danger universel. Enfin, trump, l’homme qui sait tout, saura assurément m’expliquer brièvement en ses 280 caractères d’une concision parfaite et consommée, ce qui en est vraiment advenu de cette peur viscérale dans la Great America Again.

  46. Carl Poulin dit :

    Vont faire quoi tout ces gros nazes de l’économie américaine lorsqu’ils vont se retrouver devant le vote de leurs actionnaires?

    1. ProMap dit :

      Carl Poulin – « Vont faire quoi… », comme trump, le contraire de ce qu’ils ont dit! Non j’exagère vicieusement. Mon espoir réside dans le fait que, eux, ils sont intelligents, éduqués et pour plusieurs non narcissiques à outrance. Et comme plusieurs l’ont mentionné, ils anticipent un crash, pas celui de la récession éminente, mais bien celui de la consommation. Et, ça, c’est très, très, très mauvais pour les affaires, y compris les redevances aux actionnaires. So, we’ll see, tout en continuant à respirer calmement.

    2. karma278 dit :

      « Vont faire quoi tout ces gros nazes de l’économie américaine lorsqu’ils vont se retrouver devant le vote de leurs actionnaires? »

      Sauter en parachute, évidemment.
      En parachute doré,s’entend

    3. Lecteur-curieux dit :

      Les réactions du marché boursier parlent plus que les assemblées générales d’actionnaires.

  47. Carl Poulin dit :

    Et pendant ce temps, l’enfoiré No 1 de Washington se bat bec et ongles devant la forte possibilité d’une récession de l’économie américaine que prédisent plusieurs analyses crédibles de sa So-Fabulous Great Country. Make América Glauque Again!

  48. InfoPhile dit :

    @Samati

    Oh boy que ça ressemble à un plaidoyer (très malhonnête) en faveur de ceux qui ont poursuivi ce chercheur pour 11 millions $ afin qu’il se taise! Un exemple flagrant d’une poursuite bâillon et d’une intimidation pour faire exemple.

    Vous avez écrit : « Deneault a toujours dit que son livre ne reposait que sur des allégations et des oui-dire (mensonges). (…) Alain Deneault (…) est un individu qui ne possède aucune connaissance technique ou financière. Il a été poursuivi pour son brûlot et a perdu.»

    Et moi je suis fortement tenté de vous traiter de menteur ! Il n’a pas perdu. Il y a eu entente à l’amiable. Curieux pour un brûlot !

    Voyez ce qu’il en est de ce docteur en philosophie de l’université Paris-VIII en 2004, et directeur de programme au Collège international de philosophie à Paris qui est loin d’être un franc-tireur :

    «Étudiant les activités douteuses de certaines sociétés minières en Afrique, en Amérique latine et en Europe de l’Est, Alain Deneault montre que ces pratiques sont permises par un système législatif et financier qui a fait du Canada un refuge pour les compagnies minières du monde entier4. Cette dénonciation rejoint celle de diverses ONG, notamment KAIROS.»

    Mais qui est KAIROS ?

    «KAIROS Canada est un organisme religieux œcuménique visant à des transformations sociales au moyen de campagnes de mobilisation, de programmes d’éducation et d’activités de recherche portant sur les thèmes de justice environnementale, justice économique, ÉNERGIE ET MINES, droits humains, modes de vie justes et durables, et peuples autochtones. Ces programmes sont animés, mis en place et partagés par environ 21 partenaires en Afrique, Asie, Amérique latine et Moyen Orient, par quelque 80 groupes communautaires locaux au Canada, ainsi que par d’innombrables autres organismes, églises et individus.»

    «L’essai Noir Canada : Pillage, corruption et criminalité en Afrique, publié en 2008 par Alain Deneault, Delphine Abadie et William Sacher, fait état d’allégations troublantes à partir de très nombreuses sources publiques (rapports de l’ONU, dépositions faites auprès d’assemblées législatives, rapports d’ONG, livres, documentaires, etc.) au sujet des agissements de compagnies minières canadiennes à l’étranger (…)

    «Dans la déclaration publique accompagnant le règlement hors cour, Barrick déclare avoir présenté des documents « indiquant qu’elle n’avait pas été impliquée dans les conflits au Congo » … bien qu’elle ait acquis une concession d’exploration de 82 000 km2 auprès des régimes de Joseph Mobutu puis de Laurent-Désiré Kabila7».

    Tiens, tiens, tiens…

    «Comme ils l’ont fait dans l’introduction du livre, l’auteur et les chercheurs de Noir Canada ont réitéré la nécessité d’en appeler à la création, au Canada, d’une commission indépendante enquêtant sur la présence controversée d’intérêts miniers canadiens à l’étranger.»

    Cette affaire est à l’origine de la loi 9.

    Et qu’est la loi 9 ?

    «Une loi modifiant le code de procédure civile pour prévenir l’utilisation abusive des tribunaux et favoriser le respect de la liberté d’expression et la participation des citoyens au débat public»

    On se demande bien pourquoi …

    À voir le film documentaire Le Prix des mots, du réalisateur Julien Fréchette.

    1. Samati dit :

      @ InfoPhile

      L’entente à l’amiable dont vous faites référence imposait la fin de la distribution du livre, ce qui est de mon point de vue une défaite. Les sociétés Barrick et Banro poursuivaient Deneault et l’éditeur Ecosociété pour diffamation. Un peu plus de recherches de la part de Deneault et des autres auteurs leur auraient permis d’éviter de tomber dans des accusations non fondées. Les faits étaient relativement facile à trouver pour qui sait chercher objectivement. Ils avaient un objectif politique au départ et ont pris des libertés avec la réalité de terrain (ils n’ont visité aucun site, ni gouvernement local, ni représentants des compagnies, ni représentants de la Banque Mondiale, et ni du personnel des ambassades ou consulats).

      1. InfoPhile dit :

        Vous persistez avec des faussetés faites au mieux d’additions de demi vérités. Pourquoi ? Parce qu’une entreprise qui achète une entreprise criminelle n’en est pas imputable ?

        Des observateurs s’étaient rendus sur place avant d’être interceptés par l’armée et sommés de déguerpir dans les 24 heures. Ils en ont néanmoins courageusement profité pour interroger secrètement des témoins.

        Mais le plus scandaleux dans cette sombre histoire, ce sont ces minières qui s’emparent de richesses grandioses en payant des redevances dérisoires pourvu qu’elles graissent les dictateurs tels que Mobutu et macabres consorts. Ça vous avait vraiment échappé ?

  49. Pierre S. dit :

    ————————-

    la meilleure réplique à ces enfoirés viens de Paul roux …

    Qu’ils commencent par payer leur juste part d’impôt.

    Tout est dit.

    1. CBT dit :

      Mais quand un Trump démontre la même arrogance qu’un Louis 1V et donne le feu vert à des baisses d’impôt aux plus riches, il ne faut pas espérer leur générosité volontaire. On ne peut pas trouver d’exemples révélateurs que les riches partagent leur fortune avec les moins nantis, à moins d’être mort et sans famille.

  50. ProMap dit :

    À bine y penser, s’ils l’appliquaient vraiment le « trickle down », à savoir payer leur juste part d’impôt (patrons et entreprises), faire profiter équitablement l’ensemble de leurs employés (peu importe le pays) de leurs profits récoltés, s’autoréguler socialement et environnementalement ou encore plus simplement obéir aux lois sociales et environnementales, le reaganisme fonctionnerait peur-être! Le problème est que tout ça, c’est du socialisme, beurk!

    1. gl000001 dit :

      Pas vraiment du socialisme. Le but philosophique du capitalisme est l’atteinte du bonheur de tous par l’enrichissement de tous.

      1. Benton Fraser dit :

        Mais reste que le but final du capitalisme, c’est de profiter!

        La réalité « philosophique » de ces ultras riches, c’est le pouvoir… et l’argent n’est que le moyen pour se donner le pouvoir!

      2. ProMap dit :

        gl000001 – Yep. Mon p’tit bout sur le socialisme se voulait ironique.

      3. Lecteur-curieux dit :

        L’essence du véritable capitalisme américain est chez Benjamin Franklin tel que l’explique Max Weber.

        Si on prend Marx, on fera un autre diagnostic du capitalisme. Les critiques de Marx sont pour plusieurs vraies mais il avait sous-estimé la capacité d’adaptation du capitalisme. Sa dialectique reste puissante et peut-être un jour un autre système sera mieux mais présentement c’est le moins pire. Économie mixte pareil. Il y a du socialisme et du capitalisme en même temps.

  51. ProMap dit :

    HS La journée de trump :(il est 20h35)

    a) tweets (sans décalage horaire) il y a 36 min, 36min, 4h, 6h, 9h, 9h, 11h, 11h
    b) + 3 retweet à travers ça.

    Bon Dieu, quand travaille-t-il?

    1. Benton Fraser dit :

      N’empêche qu’il est le président qui a le pllus « d’executive lousse » a son agenda!

      Il avait pourtant promis que contrairement a Obama, s’il est président, qu’il ne jourerait jamais au golf ni ne prendrait de vacance!

      Mais pour sa décharge, il est vrai qu’il ne s’est pas encore conduit en président!!!

      1. ProMap dit :

        Benton Fraser – LOL! Bien sûr, où avais-je la tête? Un moment de trump bashing, me dirait benji je suppose!!!

      2. gl000001 dit :

        Comme disait notre Elvis Gratton « C’est moi le boss. Je fais rien ! »

  52. Apocalypse dit :

    @ProMap – 20:36

    Bon Dieu, quand travaille-t-il?

    lol

    Une question que plusieurs se posent…

    1. gl000001 dit :

      Dieu se repose depuis le 7eme jour. Donc trump se repose.

  53. Gilbert Duquette dit :

    Ils auraient du y penser avant d’effectuer leurs programme de rachat d’action

    Walmart 20 Milliards annoncé en 2015
    Pepsi : 12 Milliards annoncé en 2015
    Apple : 200 Milliard annoncé en 2018
    Jp Morgan Chase 12 Milliards en 2017.

    Pour 2018 c’est 800 Milliards qui ont été alloués à des programmes de rachats d’Actions de compagnies Américaines (pas seulement celles nommées ci-dessus)
    De 2010 à 2017 les entreprises Américaines ont ont consacré 51% de leurs bénéfices à des rachats d’actions.

  54. InfoPhile dit :

    Le film documentaire « Le Prix des mots », du réalisateur Julien Fréchette sur l’affaire du livre percutant de Alain Deneault qu’on a presque réussi à faire taire :

    https://www.onf.ca/film/prix_des_mots/

    Après visionnement, ne vous gênez pas pour demander à Samati de justifier les faussetés qu’il colporte plus haut.

  55. jcvirgil dit :

    @Samati 17h40

    Pour parfaire votre culture je vous recommande le film tiré de l’essai *The Corporation* et sa conclusion :*Avec à l’appui une quarantaine d’interviews de dirigeants de compagnie, de militants antimondialisation, d’économistes, de philosophes, etc. Le diagnostic se révèle implacable: égoïste, sans morale et sans scrupules, criminelle, capable d’exploiter les gens, de les empoisonner, de travailler à la destruction de l’environnement, la corporation possède tous les symptômes d’un dangereux psychopathe. «Ce qui m’a étonné au cours de la recherche, c’est à quel point ce pouvoir criminel de la corporation est considéré comme normal», précise Mark Achbar.

    Avouez qu,on est loin de l’image idyllique que vous tentez sans succès de nous vendre,

    https://www.ledevoir.com/culture/cinema/52872/the-corporation-la-demence-des-puissants

    1. Haïku dit :

      @jcvirgil
      Vous dites le film « The Corporation », très bon rappel pertinent.👌

    2. Benton Fraser dit :

      Une partie des plus intéressantes de « The Corporation » c’est le détournement de la loi américaine contre l’esclavage à la fin du XIXième pour définir une entreprise comme une « personne morale »…

  56. Daniel Legault dit :

    Tant que les dirigeants peuvent se cacher derrière la corporation nous aurons ces comportements. Si les dirigeants et les actionnaires sont directement responsables, le corportement des corporations va changer.

  57. papitibi dit :

    CNN reports:

    Je pense qu’un Juif qui vote pour un candidat démocrate affiche, soit une ignorance crasse, soit une extrême déloyauté. – 45

    Puisque les Juifs Américains se rangent très majoritairement derrière les candidats démocrates, la Vadrouille Jaune pisse vient de les insulter collectivement.

    M’est avis que le mossieu n’ajamais entendu parler de Dale Carnegie…Lui aussi, pourtant, il a écrit un best-seller, qui s’est vendu plutôt bien…

    1. kintouai dit :

      Les Ripouxblicains ont pourtant bien essayé (et essaient sans doute encore) de rallier l’électorat juif américain en lui expliquant qu’ils sont en faveur du Grand Israël prôné par les sionistes. Ils taisent bien entendu le fait que leur assentiment repose sur une théorie fumeuse de leur frange évangélique, pour qui, lorsque le Grand Israël deviendra une réalité, tous les Juifs se convertiront au christianisme et ce sera la fin du monde.

      Cré 45 (comme vous le désignez si justement — on dirait son QI) !

      1. Benton Fraser dit :

        Le problème est que la communauté juive américaine, pour emprunté une expression catholique, n’a pas Netanyahou en odeur de sainteté!

    2. Étant un envoyé direct de Dieu, ayant déménagé l’ambassade à Jérusalem et reconnu la souveraineté sur le plateau du Golan, 45 espérait probablement plus que la colline Trump…

  58. karma278 dit :

    Je leur accorde max 1 semaine pour augmenter de façon importante les salaires de leurs employés.

    Je leur accorde 6 mois pour payer les impôts qu’ils devraient payer et mettre fin à l’évasion fiscale dans le triangle des Bermudes.

    M’es avis qu’Ils tentent de s’acheter du capital en offrant de définir eux-même ce qu’ils devraient redonner à la société.

    On la connait en ti-Jésus-d’plâtre cette chanson là. C’Est la chanson de l’auto-régulation de l’industrie. Et de ses généreuses contributions à sa communauté (remarquez que les profits de Amazon, entre autres, ne sont pas vraiment communautaires, étant de ZÉRO…)

    C’est du PR. Je n’achète pas.

    Abidi, abidi, eeeeeeeeee, that’s all folks!

    1. karma278 dit :

      « remarquez que les *profits* de Amazon, »

      *les IMPÔTS

  59. karma278 dit :

    Parmi les grandes fortunes, il y a
    Microsoft
    Apple
    Google
    Amazon

    MAGA.

    oKÉ, là j’la pogne.

    1. kintouai dit :

      @karma278 22h42 Est effrayante, comme dirait Pôpa !!!!!!

      Yé temps qu’les Amaricains sortent leu’ vidanges et leur Grosse Osti de Poubelle (GOP) !

  60. xnicden dit :

    Quelques jours avant le début du G7…Ils auraient voulu donner des munitions aux chefs d’États hostiles aux propositions visant à limiter les excès des grandes corporations qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement.

    1. karma278 dit :

      @xnicden

      Des munitions ou des silencieux?

  61. papitibi dit :

    Free Trade, according to ‘Macho Man’ Jaune Pisse:

    Madame Première ministresse de Danemark, quand je vous offre de vous racheter ce cr!sse de Bloc de Glace que vous appelez Groenland, vous me le vendez à MES conditions, ou alors c’est la guerre.

    Alors voici.
    C’est toujours NON?
    Parfait.
    J’impose une taxe de 1000% sur les DANISH PASTRIES. Pis je vas interdire à toutes les compagnies US de faire affaires avec vous autres.
    Tout le monde sait que tout ce que votre shithole country a à vendre, c’est des brioches.

    Quand vous pourrez plus en vendre nulle part, , votre maudit bloc de glace avec des migrants inuit dessus, vous allez nous le donner. Pis moé je vas les déporter.

    Ah oui, j’oubliais: je veux même pas te voir; ton pussy, j’en veux même pas, c’est pas mon genre de pussy.

    1. InfoPhile dit :

      Que des brioches ? Non, non, il faut reconnaître au pays de Lars Eller un génie éolien. Et justement, à ce propos, si on pouvait harnacher le puissant courant d’air entre les oreilles de Donald on aurait réglé l’intermittence de ce type d’énergie.

    2. loup2 dit :

      Lorsque j’ai lu samedi que le potusminus voulait acheter le Groenland j’étais certain qu’il blaguait.
      Un article semblait lui aussi dire que donald voulait faire un «clin d’oeil».

      Ben non y’é sérieux !!!

      Si ça «matche» pas pour la grosse île est-ce qu’il va jeter son dévolu sur les territoires du nord-ouest ? Le Yukon ?

    3. Haïku dit :

      @papitibi –00:19
      🤣🤣🤣 Chapeau !

  62. Lecteur-curieux dit :

    On dit un exercice de relations publiques ? Comment pourrait-il en être autrement ?

    C’est du lobbying tout simplement.

    Impossible de trouver des bonnes solutions politiques applicables au bien commun en discutant entre semblables. Mais c’est juste cela que fait la politique ou presque.

    Si le groupe était diversifié avec des petites entreprises mais aussi des syndicats, des sociologues, des enseignants, des travailleurs sociaux, des poètes, des comptables, des plombiers, des coiffeuses , etc.

    Bon un dialogue impossible… C’est juste qu’on ne peut pas avoir la bonne solution entre pareils.

    Si on met un Trump POTUS il faut l’entourer à 85% de gens champ gauche et zéro personne d’extrême-droite. Des conservateurs
    modérés les plus à droite. Jamais un Miller, un Bannon.

    Peu importe, la cohésion se retrouve dans l’équilibre des forces. Si le Cabinet n’est que Républicain et ne nomme que des juges conservateurs, il y en a pas d’équilibre sauf peut-être la moyenne à long terme. Une moyenne c’est trompeur, un pied dans le four et l’autre dans le congélateur.

  63. Lecteur-curieux dit :

    La véritable essence du capitalisme véritable est pourtant morale et oubliée depuis.

    Elle est dans la Science du Bonhomme Richard et c’est là la référence à Benjamin Franklin et on peut penser à Max Weber aussi. La véritable économie aussi mais c’est trop puritain mais sincère :

    https://fr.m.wikisource.org/wiki/La_Science_du_bonhomme_Richard

  64. Lecteur-curieux dit :

    200 grands riches ensemble cela ne vaut pas de la merde. C’est comme les médecins de la garnison dans Astérix chez les Helvetes. En groupe, ils sont plus meurtriers qu’un régiment entier.

    Revenons au capitalisme… Les bases anciennes dans les écrits de Benjamin Franklin.

    Mais dans la modernité et ce que le Donald Trump de 1988 ou 1989 aurait dû migrer vers c’est Georges Bataille. C’est l’avant-garde ?

    Tout le contraire des conservateurs. Mais en quoi le Taj Mahal, les casinos ou la Trump Tower sont ou étaient conservateurs ? Trump n’assume pas sa vraie personnalité.Et un vrai Playboy n’agresse pas les femmes il les séduit. Et des femmes à la sexualité libérée sont heureuses.

    La dépense improductive et après ses échecs début ’90 ou avant la compétition aurait été dans le don et non dans une forme d’usure par après voulant ramasser et retenir le plus d’argent que possible. Il est en contradiction interne fondamentale. Son véritable héros est son grand frère un homme démoli par papa Trump et alors Donald s’inspire de papa plus que du grand frère en tuant sa véritable personnalité ou le côté bon de sa personnalité. Le bon fils Trump a été traité de loser et s’est alors réfugié dans l’alcool. C’est papa Trump le poison et non l’alcool en lui-même.

    https://www.editions-lignes.com/LA-NOTION-DE-DEPENSE.html

  65. Lecteur-curieux dit :

    Ces grands patrons n’ont pas compris le principe de la pyramide inversée et que leur rôle doit en être un de catalyseur.

    Prenons Wal-Mart ou Wal-marde pour les mauvaises langues. Il aurait fallu donner la parole à leurs employés et non se réunir entre grands patrons.

    Faire parler et décider les employés et les patrons suivre ce qui a été décidé.

    Bon la renverser à ce point est utopique mais aller plus dans ce sens.

  66. Lecteur-curieux dit :

    http://www.eponine-pauchard.com/2012/02/inverser-la-pyramide-organisationnelle/

    La théorie qui serait à appliquer mais malheureusement souvent mal comprise, mal appliquée ou détournée.

    Et cela est souvent fait avec les méthodes japonaises qui sont en fait d’origines américaines au départ. Les syndicats s’y opposent fortement et en ayant raison et tort à la fois. On ne peut implanter cela que dans le respect de la culture organisationnelle et c’est la philosophie qui doit primer et non les chiffres et les mesures sinon ce n’est que du taylorisme modernisé sans respect pour la philosophie.

    C’est essentiellement analytique alors que le succès vient de la mentalité holiste combinée avec de l’analytique mais qui vient renforcer.

    C’est le véritable management renouvelé tout en utilisant le traditionnel. Les dirigeants font l’inverse, ils renforcent celui traditionnel avec plus d’outils et alors les failles sont encore plus grandes. Tandis que si on est vraiment holiste on peut ajouter de l’analytique au besoin mais pas pour minuter et faire chier les employés exagérément. Cela est le contraire de la qualité totale réelle. Qu’ils appellent maintenant méthode Toyota. Méthode plutôt que démarche ou philosophie, ils sont encore plus analytiques que F.W. Taylor alors c’est l’échec assuré. Un Bolduc au Québec prétendait avoir compris
    mais j’ai de grands doutes. Il a plus semble-t-il eu des résultats à court terme grâce à la puissance des outils mais sans bien intégrer la philosophie.

  67. loup2 dit :

    Mon cher Lecteur-curieux comme M. Hétu va sûrement publier un nouveau billet à bonne heure j’en profite pour avoir votre opinion au sujet de Clint Eastwood. Comme vos commentaires seront à la fin de celui ci je pourrai facilement les repérer en descendant rapidement à la fin de la liste.
    Mes questions.
    1-Pouvez vous me faire un parallèle entre Eastwood et Lucky Luke ?
    2- Si vous regardez certains films de Clint y voyez vous un homme de « droite » à la réalisation?

    Merci et prenez tout votre temps pour me pondre une réponse !

    1. Lecteur-curieux dit :

      Question 2.

      Je suis étonné que Clint Eastwood appuie les républicains en m’inspirant de certains de ses films sauf que…

      M. Eastwood est un homme sensible et ses films nous portent à réfléchir et non nous dire comment penser.

      Eastwood de Impardonnable qui est avec le parti qui a gracié le shérif Arpaio? Ou avec des hommes ayant agressé des femmes ? Voyez ce qui leur arrive dans le film.

      Qui représente le bien qui représente le mal ? Le mal est des deux côtés.

      Un dur au cœur tendre. Il ne peut pas donc être démocrate mais son cœur est aussi bon, Sauf que le monde est dur ?

      On devient plus à gauche après avoir vu ses films bien que cela dépend lesquels. Et lui est à droite ?

      Bien à nous de faire nos choix. Le cinéma est là pour les bonnes raisons.

      Un dur qui est un tendre mais qui a besoin de cette carapace.

      Il n’est pas là pour gouverner un pays. Il a été maire par contre.

      Question 1. Lucky Luke ? Pourquoi pas Personne ? Juste l’habileté de tireur.

      Ou la chanson I’ m a poor lonesome cowboy.

      Alors un homme de droite car il
      ne peut pas être autrement et pourtant c’est un homme bon et généreux. C’est son masque, un personnage social. Contrairement à Donald Trump, nous savons qu’Eastwood est un homme bon. Pour Trump il a échoué à le devenir.

      Mooney lui pourrait aller au paradis mais pense mériter l’enfer.

      1. loup2 dit :

        Merci Lecteur-curieux
        Je sais pas trop quoi en penser de Clint.
        Il réalise des films comme « Grand Torino » et « Invictus » et accorde son vote aux républicains !?
        J’ai d’la misère à le « cerner » Eastwood.

  68. noirod dit :

    Quoi ? Seulement 19 messages sur 162 ? Seulement 11 % des avis peuvent être considérés comme du junk ? Doit être malade ou en manque de sujets hors sujet…

    Ne me souviens pas d’ un seul P.D.G qui a vraiment voulu le bien de qui que ce soit que son propre nombril. (propre étant une figure de style bien sur). Soit , de temps a autres on en congédie quelques milliers ici et la et ca augmente le bénéfice de la compagnie et la valeur des actions mais le salaire du mec augmente de manière exponentielle jusqu’ au point ou il ne sait plus trop quoi faire avec son argent et y vas d’ un discours qui tient quasiment du délire quand il faut faire du damage control…Il achète des compagnies, visite des paradis (fiscaux), acquiert de l’immobilier, des politiciens , des élus municipaux et surtout, s’ assure de ne payer aucun impôt, aucune taxe et récolte les subventions. Ne passez pas go récoltez 200 dollars n’ allez surtout pas en prison.
    Non mais tsé…Donnez moi une seule raison valable pour justifier un changement de scénario.

    Ca fait des décennies que ca dure et la seule façon qu’ ils pourraient vraiment se signaler serait de se liguer contre le gros épais parce que les temps difficiles approchent inévitablement. Mais heureusement, personnellement ils seront a l’ abris !

  69. papitibi dit :

    Si le Danemark maintient son refus de vendre le Groenland, dont worry, il y a un Plan B.

    Jaune-Pisse Trump va offrir à Xi Jinping de lui acheter la Chine, moyennant une participation de 30% de Xi dans The Trump Corp.

    Du coup, le déficit commercial est éliminé.
    I AM THE SMARTEST PRESIDENT EVER!

    Et les USAC (United States of America and China) vont entrer dans une ère de prospérité sans précédent.

    Effet collatéral:
    la constitution des deux entités géographiques sera unifiée,
    et THE STABLE GENIUS deviendra Président à vie.

    Dans trois ans, believe me, le Tienanmen de Beijing remporte les Séries Mondiales du Baseball.
    Quand à Colin Kaepernick, la rumeur veut qu’il soit exilé au pied de la décharge publique du Mont Éverest. This was part of the Deal…

    Et Crooked Hillary? Ils ont d’excellents palaces pénitentiaires là bas.

    Sept cent millions de nouveaux pussies! Le paradis des pussy grabbeux!
    Inch Allah! Heu… Inch King Kong!

  70. galgator dit :

    Bonjour M.HÉTU , malheureusement, la plupart (je crois) des lecteurs de votre blogue n’ont pas accès au Times pour lire le détail de cet article. J’aimerais que vous en parliez dans votre balladodiffusion pour en connaître davantage à ce sujet s.v.p.
    Selon moi, un des engagements les plus importants serait que le géant Walmart cesse ses ventes d’armes aux USA pour diminuer le risque de tueries et de violences dans les rues. Voilà un engagement très fort qui changerait bcp leur image et améliorait la sécurité et la paix dans leur pays. Mais on sait très bien que ça n’arrivera pas car il y a bcp trop de $$$ à perdre dans cette décision.

  71. jeanfrancoiscouture dit :

    @Benton Fraser, 21/08/2019 à 00:06 «…définir une entreprise comme une « personne morale »

    Eh oui, une «personne morale» à laquelle on confère les mêmes droits qu’à une personne physique. Le problème c’est que ces personnes dites «morales» n’existent dans les faits que par l’entremise de personnes «physiques» avec toutes leurs qualités et trop souvent, tous leurs défauts.

    Dans le scandale du financement politique par les entreprises, rappelons-nous que ce sont des personnes «physiques» qui ont échafaudé le système des prête-noms par lequel la personne «morale» voyait à obtenir les juteux contrats publics en finançant une autre personne dite «morale», un parti politique.

    Idem dans les cas de corruption à l’étranger. Ce sont encore et toujours des personnes «physiques» qui passent le fric en échange de contrats et qui, comme aux échecs, font la «prise en passant» pour enrichir aussi leurs comptes personnels. Et quand on poursuit une personne «morale», c’est inévitablement à cause de turpitudes de personnes physiques.

    On se demande bien pourquoi le système juridique à accouché de cette notion tordue de «personne morale», mais dans le fond on s’en soute un peu, non?

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      «..on s’en DOUTE un peu..» et pas «soute», un lieu clos. Lapsus révélateur??? 🙂 🙂

  72. Lecteur-curieux dit :

    Jean-Page alors CGA et CFA dans les notes de cours Finance 556 des CGA nous servant à notre cours de finance à HEC-Montréal au début des années ’90 examinait les critiques de l’hypothèse de la maximisation de la richesse des propriétaires à la section 1.3 du cours. Et à 1.3.1 la critique était que l’objectif de l’entreprise doit nécessairement considérer l’aspect social. Mais il y a parfois contradiction et avec un grave problème de mesure et d’une entreprise à l’autre pas la même importance attachée à cette responsabilité.

    Alors à la page 1.19, il écrivait :

     » La position adoptée dans cet ouvrage de finance corporative considère que c’est à la société de décider et les entreprises ne doivent pas se substituer aux organismes élus. Les choix entre l’objectif social et les sacrifices en termes d’efficacité économique ne sont pas du ressort des entreprises mais de la société par le biais des gouvernements démocratiquement élus.  »

    Bien sûr en dynamique de l’entreprise au cégep avant dans l’approche systémique IPEMER on apprenait l’inverse. Les gens de la finance versus disons la philosophie d’entreprise ou de gestion.

    L’entrepreneur, fondateur et bâtisseur ne pense pas forcément comme un financier. Et peut vouloir laisser son empreinte et ce peut être paternaliste mais une dose pas trop forte ne fait pas forcément mal.

    Page 1.20, Page parle d’actions sociales d’entreprises positives et n’est pas contre mais il remarque que les entreprises les publicisent et au final font cela pour faire plus de profits. Cela ne veut pas dire de ne pas en faire cela veut dire que l’optique de maximisation des profits est toujours présente. C’est comme la maximisation de l’utilité en micro-économie.

    Ce sont des théories vraies mais réductionnistes. Si on y va de façon trop holiste on ne peut plus mesurer les prix avec précision.

    Alors on revient aux personnes anales-obsessionnelles comme F.W. Taylor où l’on veut tout mesurer et chiffrer. Oh pas mal de gens en finance, économie et comptabilité risquent d’être ainsi ? Et ce n’est pas grave cela peut même être bien mais pas si leur vision domine le monde.

    Il faut réduire cette obsession et là on aura à la fois une plus grande équité sociale et aussi une meilleure efficacité économique à long terme. On élimine pas les chiffres et les comptables on laisse plus de place aux véritables visionnaires et certains peuvent même être comptables ils ont juste appris à devenir plus humanistes plus holistes plutôt que seulement analytiques.

    Mon ex- patron avec ses clients dans son cabinet c’est essentiellement de la relation humaine qu’il fait bien plus que de la comptabilité mais ses salariés eux vont la faire.

    Il a besoin d’être structuré mais encore plus d’être à l’écoute. Quoi un comparable qui pratique l’empathie ? Il le faut. C’est une relation d’aide appliquée.

    Il fournit bien sûr des chiffres en bout de piste mais cela va bien au-delà.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :