Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

beto.jpg

Depuis sa défaite dans la course sénatoriale du Texas, Beto O’Rourke est retourné à El Paso, où il a renoué avec sa famille et un rythme de vie à peu près normal. Mais les conjectures n’ont pas cessé sur sa candidature éventuelle à l’élection présidentielle de 2020. Et les compliments que vient de lui réserver Barack Obama ne devraient pas diminuer l’intérêt que lui vouent militants et donateurs du Parti démocrate.

«Ce que j’ai le plus aimé de sa course c’est qu’elle ne donnait pas l’impression d’être constamment guidée par les sondages», a déclaré l’ancien président lors d’une entrevue accordée pour le balado de son ancien stratège, David Axelrod. «J’ai senti que ses déclarations et ses positions correspondaient à ce qu’il croyait. Et cela, serait-on porté à croire, est la façon normale dont les choses devraient fonctionner. Malheureusement, ce n’est pas le cas.»

Obama a semblé établir une comparaison entre O’Rourke et lui-même. «La raison pour laquelle j’ai été capable de rejoindre une partie importante du pays est que les gens avaient l’impression que je croyais en ce que je disais, a-t-il dit. Ce que je recherche souvent d’abord et avant tout (chez un candidat) est cette même qualité.»

Beto O’Rourke a remporté 48,3% des suffrages contre 50,9% pour Ted Cruz dans la course sénatoriale du Texas. Même s’il a perdu, il a attiré aux urnes des électeurs qui ont contribué à des victoires démocrates à la Chambre des représentants et dans plusieurs élections locales. Il a aussi jeté les bases d’une véritable infrastructure démocrate qui était inexistante il y a un an.

Certains militants et donateurs le verraient bien briguer à nouveau un siège au Sénat des États-Unis en 2020, à défaut de se lancer à l’assaut de la Maison-Blanche.

(Photo Getty Images)

32 réflexions sur “Beto O’Rourke vu par Barack Obama

  1. Réal Tremblay dit :

    Depuis le départ d’Obama j’ai toujours perçu le Part Démocrate sans leadership et sans âme. Or en voilà un que je trouve inspirant. Le même sentiment que j’ai éprouvé en faisant la connaissance d’Obama. Espérons que ce n’est pas une illusion pour le peuple américain et pour nous par la bande.

  2. C’est un fait qu’il y a des similitudes entre lui et Obama. Un jour sûrement il se retrouvera à la MB et peut-être plus vite qu’on le pense. 6 ans?

  3. Pierre dit :

    Ce qui est beau de la politique américaine, tu dois être désiré avant l’investiture, et les millions $$$ viendront à toi, mais ils font pitié aux USA 🇺🇸 il n’y a pas bcp de relève d’un côté comme de l’autre…

  4. Martin cote dit :

    O’rourke est peut-être celui qui réussira à réunifier le parti démocrate et qui sait réussir à déloger Trump de la Maison Blanche en 2020…il a l’envergure pour le faire…..

    1. Michèle dit :

      🤞🤞🤞

  5. Gilles Morissette dit :

    O’Rourke a le potentiel pour devenir président de ce pays. Il incarne l’espoir du changement positif dont les USA ont désespérément besoin. Il a fait plus que bonne figure dans un État conservateur et républicain comme le Texas et jeté les bases de ce qui pourrait être une victoire la prochaine fois.

    Il devra continuer à garder contact avec l’électorat en étant à l’écoute des préoccupations des gens. 2020 est un peu prématuré pour lui mais 2024 est un objectif réaliste que ce soit au Sénat ou à la présidentielle.

    À lui de bien jouer ses cartes.

    1. A.Talon dit :

      «O’Rourke a le potentiel pour devenir président de ce pays. Il incarne l’espoir du changement positif dont les USA ont désespérément besoin.»

      Comme le Président Obama en 2008. Si tel est le cas, espérons cependant qu’il n’en soit pas réduit à faire comme ce dernier, obligé à passer l’essentiel de son temps à nettoyer les dégâts de son déplorable prédécesseur et à lutter contre les congressistes répulibans.

  6. A.Talon dit :

    «Certains militants et donateurs le verraient bien briguer à nouveau un siège au Sénat des États-Unis en 2020, à défaut de se lancer à l’assaut de la Maison-Blanche.»

    La carrière politique de Mr O’Rourke ne fait donc que commencer. Un poste électif haut placé (sénateur ou gouverneur) me semble cependant un pré-requis pour aspirer sérieusement à s’installer à la Maison-Blanche. On sait maintenant ce que ça donne avec un parfait incompétent dénué de toute expérience politique…

    1. RICK42 dit :

      A. TALON: O’Rourke n’est tout de même pas un nouveau venu en politique… de 2005 à 2012, il est conseiller municipal de El Paso.
      En 2012 il est élu à la Chambre des représentants pour le 16e district du Texas et il y reste jusqu’à récemment, au moment où il brigue les suffrages pour le poste de gouverneur contre Ted Cruz. Pas mal mieux que Trump, tout de même…

      1. A.Talon dit :

        «O’Rourke n’est tout de même pas un nouveau venu en politique…»

        Exact mais ce ne sont pas jusqu’à maintenant des postes électifs «haut placés» préparant à la présidence. Sauf le déplorable accident de 2016, si je ne m’abuse, la totalité des nouveaux présidents ont toujours passé par le sénat des États-Unis ou la gouvernance de leurs états respectifs.

        «Pas mal mieux que Trump, tout de même…»

        Pas difficile d’être mieux que l’Incompétent-en-Chef. N’importe quel petit président de classe à l’école primaire aura accumulé plus d’expérience que lui une fois rendu au secondaire. 😉

      2. Nycole L. dit :

        @Rick42 21/11/19:19

        Je crois moi aussi que M. O’Rourke serait un bon successeur de M. OBAMA, ils me semblent tous les deux dégager une personnalité qui corresponde à ce qu’on s’attend de voir d’un président: de l’intelligence, de la classe, de la compétence, de l’écoute, de la dignité, un non verbal calme et un langage impeccable au ton nuancé et respectueux; en fait, tout ce qui manque au bouffon sans classe et sans morale actuel.

  7. treblig dit :

    48.3%. Le vote démocrate le plus haut au Texas depuis l’instauration des droits civiques des noirs au milieu des années 60 ( si l’on fait exceptions de l’après watergate en 76 de Jimmy Carter). Un exploit.

    Comme ailleurs, les grandes villes ( Dallas, Houston, Austin…) votent de plus en plus démocrates. Ça suit le même scénario que la Californie qui a élu 46 représentants ( sur 53) aux midterms. D’abord les urbains puis les banlieues. D’abord les femmes blanches éduquées puis l’ensemble des femmes. D’abord les jeunes vivant en mlieu universitaire, puis l’ensemble des 18-35 ans. Une progression systématique.

    Manque un leader charismatique pour accélérer le mouvement.

  8. Toile dit :

    Faut souligner que l’intelligence du propos et du ton d’O Rourke ne sont pas passés inaperçue chez quelqu’un qui en déborde, contrairement au simili 45. Une figure qui reviendra sous peu en force. Sous forme d’une candidature à la présidence.

  9. monsieur8 dit :

    Cr.ss! O’Rourke, c’est exactement ce dont auront besoin les USA pour que le reste du monde les respecte de nouveau. La pente va être raide et difficile à remonter, ça va prendre quelqu’un d’exceptionnel. O’Rourke? Pourquoi pas. Ou Ocasio-Cortez, ou Sanders, ou Warren…

    Faites toutes les combinaisons possible de « ticket » avec ceux-là, et on va vous aimer de nouveau. On a hâte!

    1. ProMap dit :

      monsieur8 – « Faites toutes les combinaisons possible de « ticket » avec ceux-là, et on va vous aimer de nouveau. On a hâte! » Oui, on a hâte! Tellement que j’en rêve, drette là. (ps : drette n’a rien avoir avec la politique, juste un synonyme québecois de « immédiatement »)

    2. simonolivier dit :

      @monsieur 8 Pourquoi pas Bloomberg-O’rourke.

  10. ProMap dit :

    O’Rourke! Soyons patient. En 2006, qui parlait d’Obama? O’Rourke a un atout, un autre O, ce que n’avait pas M. Obama, car il y avait des C omniprésents. Ne voyez pas dans mon propos un dénigrement de Mme Clinton. Dire qu’elle aurait fait une meilleure Présidente que la Nullité est une vérité laplacienne..Ce que je déplore, c’est la côte, que dis-je la montagne, mieux l’Everest qu’aura à surmonter le(a) prochain(e) président(e) dans deux ans. Parce que 4 ans de trumpitude = 32 ans de busherie, pourtant Bush Jr n’a pas complètement déshonoré son pays, même s’il avait du trumptéléréalité en lui aux pieds du WTC effondré ou sur le porte-avion, job qu’à fini M. Obama en passant

    1. ProMap dit :

      Ajout : Drôle qu’aux USA, on ait autant de difficulté à reconnaître les vrais good guy! Celui qui vous remet sur les rails! M. Obama ne trimbalait pas de gun et ne tirait pas sur les méchants. Il ne faisait que résoudre ou essayer de résoudre les problèmes. Imaginez si on l’avait aidé!

  11. Layla3553 dit :

    Beto O’ Rourke c’est un vent de fraîcheur, un naturel.

    Je crois que dans un sens c’est un atout qu’il n’a pas été élu au Sénat, il est tellement charismatique que je pense qu’il n’a pas besoin de cette visibilité. Toutes les tribunes lui seront offertes, et il aura du temps. Et c’est un rassembleur, il a ce je ne sais quoi…l’appui de B.Obama arrive au bon moment, le petit coup de pouce…et ça va freiner certains qui seraient tentés de poser leur candidature, si bien sûr ils ont l’interet du pays à coeur. Beto O’Rourke inspiré la confiance.

    1. ProMap dit :

      Layla3553 – pas bête ce que vous dites, Je le retiens.😉

    2. Guy LB dit :

      @Layla3553 :
      « ça va freiner certains qui seraient tentés de poser leur candidature, si bien sûr ils ont l’interet du pays à coeur. » Très bien vu, en effet. Et je souhaite de tout cœur que vous ayez raison.
      Il faut que les Démocrates cessent tout de suite de tirer les bonnes valeurs et les bonnes idées chacun de son côté. Ils ont besoin de mettre rapidement en commun le capital politique qu’ils viennent de commencer à accumuler dans un grand but commun : débarrasser leur pays des fripouilles républicaines qui dominent présentement leur scène politique.

  12. Guy LB dit :

    @ProMap à 20:28 :
    Excellente observation, qu’on pourra vous emprunter dans quelques années afin de la recycler par la négative, en la retournant cul par dessus tête, pour rappeler avec amertume le passage de l’usurpateur actuel à la présidence:
    « Drôle qu’aux USA, on ait autant de mal à reconnaître les vraies ordures ! Celui qui a fait dérailler la société ! M.Trump ne trimballait rien de bon et tirait sur tout ce qui était positif. Il ne faisait que créer ou essayer de créer des problèmes. Imaginez si on avait su l’arrêter à temps. »

    1. ProMap dit :

      Guy LB – Dieu que c’est tristement vrai ce que vous dites, là, présentement, sous nos yeux. Ces revers de médaille, il faut les voir aussi pour tempérer des roses qui ont en réalité plutôt tendance à tirer sur le rouge vif, en vérité. Merci!

  13. 430a dit :

    Comme Kennedy, O’Rourke a des origines familiales irlandaises. Serait-ce un présage?
    H.S. Il est intéressant d’aller consulter sa biographie. On y apprend, entre autre, que lors de la primaire démocrate de 2012, Obama et Clinton soutenaient un autre candidat. Je n’en dis pas plus…

  14. Guy LB dit :

    @430a (à 21h03) :
    « Comme Kennedy, O’Rourke a des origines familiales irlandaises. Serait-ce un présage? »
    Espérons. Et vous n’êtes pas sans avoir remarqué qu’en plus d’origines irlandaises, il a aussi des allures qui rappellent un Bobby d’il y a 50 ans.
    Back to the future ?

  15. 430a dit :

    Bon. Une faute: « entre autres ».

  16. Madalton dit :

    Pendant ce temps, le président joue au golf avec Jack Nicklaus et Obama fait du bénévolat dans une banque alimentaire. On reconnaît les vrais à leurs actions. O’Rourke est dans cette catégorie.

    https://www.politicususa.com/2018/11/21/obama-puts-trump-to-shame-by-volunteering-at-food-bank-while-this-president-golfs.html

  17. spritzer dit :

    « La raison pour laquelle j’ai été capable de rejoindre une partie importante du pays est que les gens avaient l’impression que je croyais en ce que je disais, a-t-il dit. Ce que je recherche souvent d’abord et avant tout (chez un candidat) est cette même qualité. »

    C’est vrai, j’avais l’impression que Obama croyait en ce qu’il disait… La réalité a vite pris le dessus quand il n’a pas dit un mot durant l’opération Plomb Durci qui a débuté fin décembre 2008. Oui je sais, il n’était pas encore assermenté. Mais c’est cette qualité que Obama recherche avant tout. 😉

    1. @ spritzer

      … La raison pour laquelle j’ai été capable de rejoindre une partie importante du pays est que les gens avaient l’impression que je croyais en ce que je disais, a-t-il dit. Ce que je recherche souvent d’abord et avant tout (chez un candidat) est cette même qualité. »

      C’est vrai, j’avais l’impression que Obama croyait en ce qu’il disait… …

      Et c’est pour cela que Trump rallie autant de monde auprès de lui car le pouvoir de Trump auprès des masses est qu’il croit fermement en ce qu’il dit au moment où il le dit. Qu’il

  18. Lecteur-curieux dit :

    Pour Obama, je craignais les attentes trop élevées mais sans prévoir le ressac. Je ne suis pas aussi fan que d’autres mais être américain j’aurais voté pour lui les deux fois. Pour moi, le positionnement politique joue.

    Obama avait des positions de gauche mais je le vois assez au centre. O’Rourke, oui il faut rester fidèle à soi-même mais il est trop à gauche pour le Texas. Lui je ne suis pas son superfan mais à voir les positions de droite détestables de Cruz, il m’aurait bien fallu voter pour lui. Je n’ai rien d’un texan. Ma dame amie du web qui en est originaire ce sont ceux ayant sorti de leur Texas qui sortent de leur conservatisme rigide. Y compris des militaires qui peuvent voyager beaucoup.
    Avec de mémoire son frère plus âgé très conservateur, O’Rourke n’avait aucune chance et que son frère ait voté pour un homme comme Trump cela lui fait horreur. Zéro chance auprès du jeune frère libertarien qui déteste tous les politiciens.

    Pour le pays en entier ? Cela reste à voir… Et si les Républicains baissent suffisamment cela ne prendra pas un miracle pour vaincre Trump.

    Pour Obama outre l’aspect professeur et bon/beau parleur ce que je vois chez O’Rourke aussi, je le vois easy going, souple, cherchant des solutions plutôt qu’entretenir la chicane. Ah je vois cela comme une qualité ? Il écoute et respecte pour de vrai. O’Rourke est peut être comme cela aussi.

    Le Sommet de la bière comme un grand moment? Il y a un problème ? On se parle, on s’assied, on discute, on cherche des solutions.

  19. Lecteur-curieux dit :

    Le danger c’est de chercher un sauveur, un seul leader.

    http://www.mintzberg.org/blog/communityship-beyond-leadership?fbclid=IwAR2iUOcnW5iisfDL-Sb8lTgXxusNI0eJvo-rU9rWDDBj8bl6j8bkkhzue-w

    Mintzberg aujourd’hui qui parle du leadership dans une organisation et qui montre un organigramme très traditionnel avant et après une réorganisation.

    C’est le sens de la communauté qui importe.

    Le Yes WE can de Obama était parfait. Ce n’était pas lui seul. Le leader est parfois seul mais il doit avoir des appuis et pas juste de suiveux.

    Cela prend une personne confiante et modeste à la fois.

  20. Lecteur-curieux dit :

    Max De Pree expliquant le leadership réel et bon bien qu’on le trouvait un peu paternaliste à l’époque. C’est mieux que fou furieux.

    https://www.ischool.utexas.edu/~l3871sio/brpresentation/presentation13/trammel%5B1%5D.pdf

    « Leaders need to recognize when another individual’s skills
    and gifts could do the job better than they can.

    • Leaders must be able to gracefully step down and follow
    the other person’s lead. »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :