Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

4266335circa-1910-Portrait-of-boxer-Jack-Johnson-1878-1946-the-first-African-American-to-win.jpg

Reconnaissons à Donald Trump d’avoir pris au moins une bonne décision aujourd’hui, celle d’accorder une grâce posthume au premier champion de boxe afro-américain chez les poids lourds, Jack Johnson, condamné en 1913 pour avoir enfreint une loi raciste en transportant d’un État à l’autre une Blanche, en l’occurrence sa femme, Lucille Cameron. Fils d’anciens esclaves, Johnson a purgé sa peine aux États-Unis en 1920 après un exil en Europe.

Le président a pris cette bonne décision après avoir été sensibilisé au cas de Johnson par l’acteur Sylvester Stallone, une des personnalités américaines qui luttaient pour que le boxeur obtienne cette grâce posthume. Le sénateur John McCain avait également épouse cette cause, mais Trump n’a pas mentionné son nom aujourd’hui en annonçant sa décision dans le Bureau ovale.

Cette bonne décision n’est pas sans contraster avec l’attitude indifférente voire hostile de Donald Trump à l’égard des athlètes noirs qui dénoncent aujourd’hui les disparités raciales devant la police et la justice. À noter que le New York Times profite de l’occasion pour faire son mea culpa concernant sa couverture de la carrière de Jack Johnson et du racisme dont il a fait l’objet.

25 réflexions sur “Bonne décision de Trump

  1. Guedwig Bernier dit :

    Mais pour pourquoi Batak Obama ne l’avait pas fait? Je dois vous dire que je suis vraiment surpris mais chapeau à Mr.Trump.

    1. Richard Hétu dit :

      Obama était opposé par principe à l’utilisation de la grâce présidentielle à des fins posthumes. Un article intéressant sur le sujet: https://amp.thedailybeast.com/trump-might-pardon-jack-johnson-why-didnt-obama

      1. cartier dit :

        il était victime du racisme donc pas coupable aux yeux d’Obama le gracier voudrait accepter sa culpabilité , et il avait raison . C’était au descendant de Johnson de porte plainte contre l’état et c’est là que Obama aurait porté son soutien, je pense qu’il allait le faire.
        Mais au USA vous croyez vraiment à la justice envers les noirs?

    2. cartier dit :

      parce qu’on gracie un coupable.

      1. Sueurs dit :

        Je suis tout à fait d’accord avec Cartier il n’etait coupable de rien sauf d’etre noir marié à une blanche, où était le crime?

  2. duquettegilbert dit :

    Une décision facile pour Trump car Monsieur Johnson est mort depuis longtemps fait que le gracier ne changera rien à sa vie. Pour Trump le gracier posthume c’est comme dire :Y était tellement fin, gentil, aimable à propos de la personne dans le cerceuil.
    Toutefois, ce qui m’intrigue c’est pourquoi les POTUS précédents ne l’avaient-ils pas déjà gracié???

    J’ai déjà vu un film sur la vie de Johnson mais je ne me souviens par que c’était Stallone en arrière de ce film.

    1. corn88 dit :

      Peut-être faites-vous référence au documentaire sur PBS « Unforgivable Blackness: The Rise and Fall of Jack Johnson » de Ken Burns.

      1. duquettegilbert dit :

        Je crois que oui, mais ma mémoire flanche sur les films. Je peux regarder un film 3 ou 4 fois sur une période de 4-5 ans sans le réaliser. C’est mas blonde qui me le dit.

  3. fallaitquejteuldise dit :

    Barack Obama a été confronté à exercer une présidence juste pour l’ensemble des américains; une prédominance trop élevée à corriger les injustices vécues par la population noire aurait pu être perçu comme un règlement de compte contre le reste des citoyens et polariser les américains. II a su éviter se que la présidence de Trump a crée. Dans le fond de lui-même la décision était simple; pour Trump une opportunité médiatique pour détourner l’attention. Peut-on être contre la vertu?

  4. fallaitquejteuldise dit :

    Barack Obama a été confronté à exercer une présidence juste pour l’ensemble des américains; une prédominance trop élevée à corriger les injustices vécues par la population noire aurait pu être perçue comme un règlement de compte contre le reste des citoyens et polariser les américains. Il a su éviter ce que la présidence de Trump a crée. Dans le fond, pour Obama, lla décision était simple; pour Trump une opportunité médiatique pour détourner l’attention. D’un côté ou de l’autre, peut-on être contre la vertu?

  5. jp_martel dit :

    Et s’il n’y avait pas eu une vedette de cinéma pour le convaincre, l’aurait-il fait?

  6. xnicden dit :

    Quelqu’un a prononcé devant Trump la phrase magique: « Obama ne l’a pas fait ».

    Blague à part, j’ai lu que la raison pour laquelle M. Obama était réticent pour un pardon de Johnson est en raison d’une conviction profonde que le processus de pardon ne doit pas être perçu comme politisé… En plus d’allégations de violence domestique concernant Johnson…(Désolée, je ne retrouve pas la référence). Mais à bien y penser, le motif de la crainte de politisation en dit beaucoup sur le GOP. On oublie que tout était prétexte alors pour attaquer M. Obama et son administration.

    1. papitibi dit :

      La phrase magique – Obama ne l’a pas fait!

      C’est sûr que vu sous cet angle, la décision s’imposait d’elle-même au N!gger Blaster de la Blanche Maison! ,

  7. Boabab dit :

    Personne ici mentionne si Mr. Obama a reçu une demande spécifique pour accorder le pardon à Mr Jonhson.
    Par ailleurs si le furoncle pustulent a aboutit (excusé l’image)c’est parcequ’il croyait que c’était Rambo qui lui
    faisait la demande,il ne pouvait tout de même pas refusé ace héros des guerres du Vietnam,Afganistan,Irak et
    etant donné qu’il reprend du service peut être la Corée du Nord.

  8. Lecteur_curieux dit :

    Trump aime les boxeurs, les champions. Sur ce côté là il a même été bon pour des athlètes noirs ou leur offrant une opportunité mais c’est pas juste lui.

    Sa discrimination est plus sociale que raciale mais c’est lié aux États-Unis puis il croit aux stéréotypes et clichés puis lui ou ses casinos ne s’élevaient pas. Le mafieux qui perdait de l’argent au Casino exigeait que l’employé noir se retire quand il jouait, un casino n’appartenant pas à Trump avait été accusé de cela et un de Trump aussi. Est-ce lui le raciste ? Ou il a toléré le racisme ? Cela peut revenir au même.

    Avec un athlète noir avec qui il peut se faire de la publicité bien là il est de son bord et même parfois trop dans le cas de Mike Tyson. Avec Herschel Walker dans la USFL. Un gros échec ? Il a contribué à faire augmenter les salaires des joueurs de la NFL. La USFL anyway aurait été condamnée à disparaître. Tu es le Donald? Tu tentes un coup de force et tu joues à quitte ou double! Puis avec l’argent des autres si possible (effet de levier ).

    Tant mieux si Stallone peut avoir eu une influence positive sur le Donald. En 2018, c’est la loi raciste de 1913 qu’il faut condamner. La grâce posthume est plutôt symbolique, mais les symboles sont importants. Jack Johnson a des descendants ?

  9. cartier dit :

    On gracie les coupables , mais à ce que je sache lui a été victime du racisme. Donc il reste un coupable gracié . Obama ne pouvait pas se permettre de faire une chose pareille . mais c’était aux descendant d’engager des poursuite contre les etats unis et c’est là que obama devait soutenir cette initiative

  10. 65Jaypee dit :

    Ca n’a aucun rapport avec la (bonne) décision de donald le crétin (après tout, une horloge arrêtée donne l’heure juste 2 fois par jour) mais puisque l’on parle de Jack Johnson, je voudrais faire une petite recommandation musicale: en 1970, Miles Davis s’est fait demander de fournir la musique pour un documentaire consacré à Jack Johnson. Ce qu’il a réalisé est un petit bijou et l’un des albums les plus méconnus de sa discographie.Juste pour vous mettre l’eau à la bouche, précisons qu’en plus de Miles, on retrouve John McLaughlin -très présent pour notre plus grand bonheur- , Herbie Hancock, Billy Cobham et, dans une portion réduite, Chick Corea, Dave Holland, Jack DeJohnette, Sonny Sharrock…
    Un mélange de blues rock et de funk assez réussi…

    1. Layla3553 dit :

      Le nom de cet album” A Tribute to Jack Johnson“

      https://youtu.be/an7WPGZzStA

  11. Absalon dit :

    Pas vraiment une bonne décision que d’avoir permis
    que l’on associe la mémoire de Jack Johnson au nom de Trump.
    D’autant plus que l’on voit Potus banaliser l’usage de la grâce présidentielle pour l’appliquer plus facilement aux affaires qui le concernent et à ses proches.

    1. NiCMeF dit :

      Absalon dit :
      25 mai 2018 à 2 h 31 min

      Pas vraiment une bonne décision que d’avoir permis
      que l’on associe la mémoire de Jack Johnson au nom de Trump.
      D’autant plus que l’on voit Potus banaliser l’usage de la grâce présidentielle pour l’appliquer plus facilement aux affaires qui le concernent et à ses proches.

      ====

      Je m’excuse. C’est vraiment n’importe koi comme raisonnement de ceux qui veulent défendre le choix de ne pas gracier J & J. Le Président peut pratiquement décider de gracier qui il veut, mort, vivant, sur le point de mourir ou à 100 pas d’être exécuter. Le Président n’a pas à se justifier. Il a carte blanche, il agit selon sa conscience.

      Le Président Obama possède le record ultime pour le nombre de pardons ou de changements de peine (atténuation). Au dernier jour de sa Présidence il a commué la peine de 330 prisonniers, la grande majorité avait reçu, selon le Président et ses conseillers juridiques, une peine anormalement sévère pour du trafic de stupéfiant. Je présume qu’il est question de cannabis et pour des quantités jugées négligeables. Il faudrait passer la liste au DoJ, ligne par ligne (get it!) .

      Son total pour la Présidence était de 1 715 pardons. Ce qui dépasse le total des 13 Présidents qui l’ont précédé.

      Si Mère Teresa avait refusé tous les dons des crapules qui cherchaient une absolution de leurs actes répréhensibles, bein, elle n’aurait probablement jamais bouclé les fins de mois…Elle a profité du sentiment aigu de culpabilité de toute cette racaille pour parvenir à ses fins.

      Franchement, comme le Président Obama, DJT graciera qui il voudra, sans besoin de se justifier. N’importe koi…Avant d’arriver à un effet de dilution semblable à celui du Président Obama, il reste encore à DJT 1 700 pardons ou clémences à distribuer.

      Je peux vous garantir qu’il ne fera pas l’unanimité.

  12. stemplar dit :

    Ben voyons donc. Ça ne m’impressionne pas. À qui profite vraiment grâce? Beaucoup plus à Trump qu’à Johnson. Le cas n’est pas très complexe: le gars a fait fi d’une loi stupide et raciste.

    Polpotus va se péter les bretelles sur une geste qui n’aura d’incidence sur les dossiers actuels. Si seulement qu’il ne s’était pas montré aussi raciste, je lui aurais donné le bénéfice du doute.

  13. kintouai dit :

    Trump ne sait pas ce qu’entendent par « geste gratuit » celles et ceux qui pratiquent le seul véritable altruisme — le don effectué sans espoir de retour dans l’anonymat le plus complet. Dans son univers lugubre de rapport, de rendement et de dividendes, Trump ne peut même pas imaginer qu’on puisse être assez idiot non seulement pour donner — c’est-à-dire se priver en faveur d’autrui — mais surtout, si l’on donne, pour ne pas se glorifier de sa charité (comme les Pharisiens de la Bible). Cet homme représente ce qu’il y a de plus détestable chez l’être humain et, par la position qu’il occupe et qu’il a usurpée, il justifie aux yeux de tous les gens malfaisants qui constituent sa clientèle leur mépris pour les moins nantis qu’eux et leur penchant à écraser les autres pour tenter de s’élever au-dessus d’eux. Trump est le grand libérateur de tous les Thénardier («Les Misérables») et de tous les Caderousse («Monte Cristo») de ce monde.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Où est Jean Valjean ? Javert aussi est un équivalent de Républicain. Pour le prochain POTUS cela prendrait l’équivalent d’un Wilkins Micawber (personnage de Dickens ) mais il faudrait un miracle pour que cela arrive.

      Trump le bling-bling qui ressemble à Thénardier ? Il est plus laid en vieillissant.

  14. Lecteur_curieux dit :

    http://www.parismatch.com/Actu/International/Donald-Trump-a-rehabilite-Jack-Johnson-boxeur-noir-victime-de-racisme-1525391  » Linda Haywood, l’arrière petite-nièce du boxeur déchu, participait également à la cérémonie.  » Où est l’entrevue avec elle ?

    https://www.nytimes.com/2018/05/08/sports/jack-johnson-pardon.html Ici.

    D’autres liens démontrent les préjugés racistes mais aussi ceux misogyne, la petite amie était décrite comme une prostituée.

  15. Sylvain Pelletier dit :

    Une décision sans grande conséquence. Ça n’a pas pris beaucoup de courage pour la prendre. Et comme ça confirmait sa culpabilité, c’est une décision mi-figue mi-raisin. 1-1=0

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :