Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

merlin_138008136_57641ec9-dc5b-40e8-941d-426a247140c5-jumbo

En annonçant le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien, Donald Trump s’est félicité de tenir une promesse électorale. «Les États-Unis ne font plus de menaces vides. Quand je fais des promesses, je les tiens», a-t-il dit.

Vrai qu’il a tenu ses promesses en ce qui concerne l’accord de Paris sur le climat de Paris. Vrai qu’il a passé de la parole à l’acte en donnant le feu vert au déménagement de l’ambassade des États-Unis en Israël, qui aura lieu lundi. Mais c’est faux dans plusieurs autres affaires importantes, et notamment celles qui touchent les Américains les plus vulnérables.

Ainsi, le président américain a annoncé hier un programme pour réduire le prix des médicaments aux États-Unis, un défi sisyphéen. Or, ce programme ne contient aucune des mesures les plus populaires et populistes qu’il a promises d’appliquer s’il était élu : permettre à Medicare, programme d’assurance-santé public pour les personnes âgées et handicapées, de négocier directement le prix des médicaments avec les entreprises pharmaceutiques pour obtenir des prix plus concurrentiels; permettre aux consommateurs américains d’importer de l’étranger des médicaments à bas prix.

Ses principales solutions : donner plus de moyens à des entités privées pour négocier de meilleurs prix au nom des consommateurs, des assureurs et des employeurs; obliger (peut-être) les sociétés pharmaceutiques à préciser le prix des médicaments dont ils font la publicité à la tv; et mettre fin aux prix «déraisonnablement» obtenus par des pays étrangers auprès des fabricants de médicaments américains.

«Quand les gouvernements étrangers obtiennent des compagnies pharmaceutiques américaines des prix déraisonnablement bas, les Américains doivent payer plus pour subventionner les énormes coûts de recherche et de développement», a-t-il affirmé, selon l’AFP. «C’est ridicule et cela ne va pas durer.»

Les démocrates ont reproché à Trump d’avoir abandonné ses promesses électorales sur les prix des médicaments et critiqué son allusion aux pays étrangers. Je cite le chef de la minorité au Sénat, Chuck Schumer : «Demander à l’Allemagne de faire davantage payer ses citoyens pour les médicaments pour faire payer moins les Américains est une solution de facilité et une absurdité à laquelle personne ne peut croire.»

Chose certaine, le réaction des marchés boursiers donne à croire que les sociétés pharmaceutiques et biotechnologies peuvent dormir en paix : la plupart d’entre elles ont vu leur titre grimper après le discours de Donald Trump.

(Photo Tom Brenner/The New York Times)

35 réflexions sur “Prix des médicaments : Trump renie ses promesses

  1. Ghislain1957 dit :

    Oui, Trump a tenu ses promesses en détruisant sur son passage toutes les réalisations antérieures d’Obama (TPP, accord sur le nucléaire américain, environnement, etc.).

    Mais quand c’est le temps d’aider ses concitoyens pauvres et malades, la première priorité du gros clown orangé et des républicains, est de s’en mettre le plus possible dans les poches et de bourrer les poches de leurs petits amis en échange de considérations futures.

  2. Mrmiketi dit :

    Et bien le socialisme n’a pas que du mauvais à offrir à ses citoyens! Merci Donald de subventionner le prix de nos médicaments!! Loll pas grand monde de ce côté-ci de la frontière qui prennent ce clown au sérieux!!!

    1. YolandGingras dit :

      Malheureusement y en a un paquet, de l’autre côté de la frontière, qui le font ;'(

  3. Mouski dit :

    J’écoutais des commentateurs à CNN hier qui avaient une discussion sur les argents que Cohen a reussi à soutirer de certaines compagnies. Tous semblaient accepter ces transaction sales.comme normales et acceptables. Le seul bémol était que c’était Cohen qui les recevait. J’AI PERDU ESPOIR. Je suis peut être naïf mais si ca continue, l’andouille va réussir à mettre en place un régime totalitaire.

  4. Alexander dit :

    Tellement difficile d’y voir clair. Mieux contrôler le prix des médicaments pour le bien de la communauté, c’est en soi louable. Mais quand on regarde tous les efforts pour détruire Obamacare plutôt que l’améliorer, on devient sceptique sur les intentions réelles. Quoi et qui croire?

  5. Toile dit :

    On est ti surpris de cette position ? Un medicamothon international pour aider ces pôooovres américains. Parlez en à ces sthitcountries qui ont des shits pilules ? Return to sender comme contribution.

  6. Queb dit :

    Petite coquille: « …obtenus par des pays étrangères auprès… »

    1. Richard Hétu dit :

      Merci.

  7. treblig dit :

    Je reprends un commentaire, en la complètant, que j’ai fait à un blogueur sur ce sujet un peu plutôt ;

    De façon générale , les compagnies pharmaceutiques achètent une nouvelle molécule active d’un médicament à des universités qui font de la recherche fondamentales. Puis elle font de la recherche et du développement pour s’assurer que la molécule active n’a pas d’effets secondaires . Puis déposent un brevet et soumettent le produit à la FDA ( Food and Drugs administration ) pour une autorisation finale pour la vente du produit au grand public. Un médicament certifié par la FDA vaut de l’or sur plusieurs années..

    Ces étapes coûtent chères et sont absorbées effectivement par le marché américain à 100%. Ceci en vertu de lois fiscales obscures ( du moins pour moi) ou la recherche et le développement peuvent être amorties sur 10 ans aux USA.

    Par la suite, ce nouveau médicament est vendu, à bon prix il est vrai, aux autres pays occidentaux ( Europe, Canada, Australie…). Mais ces ventes représentent un grande part des profits nets des compagnies pharmaceutiques.

  8. xnicden dit :

    La pharmaceutique Novartis qui a payé 1.2 millions à Cohen, ça doit n’avoir aucun rapport.

    « (…) The U.S. government spent $2 billion in 2015 on three Novartis cancer drugs for its Medicare health program for the elderly, Wyden said in his letter. Medicaid, the U.S. health program for the poor, spent more than $320 million, before discounts, on a Novartis cancer drug and a respiratory treatment.

    Wyden said that of the lobbying firms the Swiss drugmaker paid during the first 15 months of the Trump administration, no single firm was paid more than $300,000, while Cohen’s firm was paid that amount each quarter for one year. (…) »

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-05-11/wyden-wants-to-know-what-novartis-was-seeking-from-cohen-deal

  9. A.Talon dit :

    «Quand je fais des promesses, je les tiens» (Liar-in-Chief)

    Quand il s’agit d’endommager le tissu social ou de saccager l’héritage du Président Obama, on peut être certain qu’il va tenir ses promesses.

    «et notamment celles qui touchent les Américains les plus vulnérables.»

    Ces gens-là ont droit à son plus parfait mépris. Le petit despote orangé ne les voit que comme des machines à voter et de la chair à canon.

    «Or, ce programme ne contient aucune des mesures les plus populaires et populistes qu’il a promises d’appliquer s’il était élu…»

    Tout est dans les apparences, rien dans la substance. L’histoire de sa vie. Et depuis quand livre-t-il la marchandise pour améliorer le sort de ses concitoyens?

    «donner plus de moyens à des entités privées pour négocier de meilleurs prix au nom des consommateurs, des assureurs et des employeurs»

    Tiens donc, il veut maintenant favoriser les coopératives d’achat. Bernie Sanders, sort de ce corps! Remarquez qu’elles ne sont pas mauvaises en soi mais cette solution est hors de portée des classes défavorisées.

    «mettre fin aux prix «déraisonnablement» obtenus par des pays étrangères auprès des fabricants de médicaments américains.»

    Bref, faire augmenter le prix des médicaments à l’étranger plutôt que chez soi. En commençant par ses voisins canadiens, je présume. Après tout, quand on est incapable de progrès social à domicile, aussi bien forcer les sociétés plus avancées à reculer, non? Quelle mentalité médiocre…

    «Quand les gouvernements étrangers obtiennent des compagnies pharmaceutiques américaines des prix déraisonnablement bas, les Américains doivent payer plus pour subventionner les énormes coûts de recherche et de développement.» (Liar-in-Chief)

    Assertion farfelue ne reposant sur rien de concret. Le Drumpf aurait-il une licorne comme ministre de la santé?

    «une solution de facilité et une absurdité à laquelle personne ne peut croire.» (C.Schumer)

    Absurdité, voilà le mot. Absurde et impratiquable. Comment le petit bully de cour d’école entend-t-il forcer les gouvernements étrangers à payer plus? Par quelles menaces? Par quel chantage?

    Cela est d’autant moins évident qu’il y a souvent des équivalents aux médicaments américains. Si ce n’est mieux. Petit rappel à l’idiot du village: plus de la moitié des plus grosses sociétés pharmaceutiques modiales ne sont pas américaines.

    https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_largest_pharmaceutical_companies_by_revenue

    «Chose certaine, le réaction des marchés boursiers donne à croire que les sociétés pharmaceutiques et biotechnologies peuvent dormir en paix»

    Tout le monde a compris que rien ne changera fondamentalement en ce domaine. Comme pour le contrôle des armes à feu. Le Boulechiteur orangé a encore frappé.

    1. xnicden dit :

      Est-ce que l’on sait si la renégociation du traité de libre échange pourrait avoir un impact sur les règles d’approvisionnement des médicaments de nos régimes publics? Je n’ai rien vu à ce sujet mais ça pourrait m’avoir échappé…

      1. simonolivier dit :

        Pas vraiment parce qu’une bonne partie des médicaments vendus ici sont produits au Canada, au Mexique, en Asie ou en Europe. Et comme l’a écrit un blogueur plus haut, la plupart ont un équivalent d’une autre marque détenue par une entreprise européenne.

      2. NiCMeF dit :

        Tres bonne question. Je vais aller voir.

    2. Sueurs dit :

      J’espere que ces mêmes personnes vulnérables s’en souviendront en novembre.
      Les démocrates trouvez-vous un candidat pour vous débarrasser de ce president qui est une honte dans le monde et dire que nous sommes ses voisins,
      En plus on voudrait peut-être lui décerner le prix de la Paix…

  10. Dekessey dit :

    Et les républicons vont continuer à supporter ce régime. C’est franchement démoralisant.
    Voici un exemple, petit clip de 2 minutes qui en dit long:

    1. NiCMeF dit :

      C’est quoi les probabilités que dans des test d’ADN, toutes ces braves gens montrent des traces normandes, lointains descendants de Pierre LeMoyne d’Iberville.

      1. A.Talon dit :

        Extrêmement faibles. L’actuel Mississipi n’a connu qu’une soixantaine d’années de colonialisme français. De plus, c’était loin d’être la région la plus peuplée de l’ancien Territoire de la Louisiane, dont la population se concentrait essentiellement à la Nouvelle-Orléans. Pariez plutôt sur un taux de consanguinité élevé pour expliquer un tel phénomène de crétinisme collectif.

        http://www.mshistorynow.mdah.ms.gov/articles/35/french-colonial-period-in-mississippi

      2. simonolivier dit :

        Plus de chance que les tests révèlent de fortes traces de consanguinité…

    2. Mrmiketi dit :

      Donald devrait aller visiter ce shithole country qui se trouve dans sa cour???

  11. bloganon dit :

    Comme toujours, au lieu de respecter ses promesses, Donald applique son programme politique, USA first. La réciprocité? Un concept inconnu.

  12. jeanfrancoiscouture dit :

    Aux USA, tout, absolument tout est «bizness», y compris la religion, la politique et même la charité. Il ne faut pas se surprendre si un «omnibusinessman» ,ou qui se prétend tel, comme Trump n’oublie jamais de rattacher ses actions à l’une ou l’autre des formes de «business». Et, comme tout le monde sait, le business n’en a rien à cirer des pauvres. Trump est peut-être socialement un infréquentable malappris mais pour le business, tout comme l’argent, il n’a pas d’odeur, juste des résultats qui font plaisir.

  13. MarcoUBCQ dit :

    Quand on regarde ailleurs on voit bien que tout un pan de l’humanité préfère se fermer les yeux et croire au sauveurs comme Donald, Trecep ou Vladimir. Comment faire sens de ce monde moderne modelé de façon multifactorielle? Plus souvent qu’autrement ces gens sont exploités par des profiteurs et méprisés par ceux qui sont « éduqués », les gardant d’autant plus dans les crocs de ces salauds. Qui peut parler à tout le monde en les incluant tous, en se faisant comprendre de tous?

  14. Mabuse dit :

    À voir aller l’administration américaine en toutes choses, on se demande quand les américains et le reste du monde vont cesser de jouer la carte de la conciliation avec ce Potus « Détritus » qui sème la discorde et détruit tout sur son passage.
    Il convient de rappeler la citation de Churchill: « Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé. »

  15. NiCMeF dit :

    Ah oui…Le même Sénateur Chuck Schumer qui a ‘’pissed off’’ le Président Obama pour avoir voté contre son parti, contre son Président et l’accord avec l’Iran. Donc ce même Sénateur est subitement contre le fait que le Président actuel n’entérine pas l’accord iranien qui n’a jamais été ratifié par le législatif. Donc, oui, prenons au sérieux ce que le Sénateur de l’Empire State doit nous dire au sujet du prix des MedS et de la promesse de DJT. It makes sense to me for sure.

  16. bleuetdaa dit :

    Une autre réussite du bully in chief.

    Toujours pas de nouvelle du Mexique pour le Mur. Le Bilan du Squatter de la Shitouse est toujours aussi mince.

    Pour déchirer des traités pas de problèmes. Pour signer un budget qu’il a promis de ne plus signer, ça il en est capable. Pour augmenter le déficit, il y est parvenue.

    Peu importe les promesses qu’il va faire pour les élections de mi-mandat le contre argument est simple, pourquoi il ne l’a pas encore fait.

    Vous connaissez l’histoire du gars qui criait au loup, quand un loup est apparu il n’y avait plus personne qui ne l’écoutait.

    Le Bully devait inaugurer l’ambassade, mais il a délégué Ivanka et Jared, on a du lui expliqué qu’il y avait des problèmes de sécurité s’il se présentait à Jérusalem.

    Si j’ai bien compris le Prezidente va rencontrer le gros joufflue le 12 juin, ça signifie qu’il ne s’éternisera pas à Charlevoix au G7. On ne s’en plaindra pas.

    Au Saguenay, on se demande où le Bully va atterrir, il n’y a guère d’options: Québec ou Bagotville. Ici on s’attend à voir des avions de toutes les couleurs. Ne cherchez ps de chambre au Saguenay pour le début de Juin tout est booké. Un petit 2 heures d’autobus, ils vont trouver la route très pittoresques, peut-être des hélicos …

  17. papitibi dit :

    Extrait du billet:

    Or, ce programme ne contient aucune des mesures les plus populaires et populistes qu’il a promises d’appliquer s’il était élu :

    Quand tu sèmes à tout vent des promesses POPULISTES sans même en connaître la faisabilité, dans l’improvisation la plus totale, et quand, une fois élu tu t’entoures d’imbéciles sans envergure ou de conseillers que tu congédies au moindre signe d’activité cérébrale, heu…

  18. NiCMeF dit :

    papitibi dit :
    12/05/2018 à 15:02

    Extrait du billet:

    Or, ce programme ne contient aucune des mesures les plus populaires et populistes qu’il a promises d’appliquer s’il était élu :

    Quand tu sèmes à tout vent des promesses POPULISTES sans même en connaître la faisabilité, dans l’improvisation la plus totale, et quand, une fois élu tu t’entoures d’imbéciles sans envergure ou de conseillers que tu congédies au moindre signe d’activité cérébrale, heu

    + + +

    Maitre Papitibi

    que tu congédies au moindre signe d’activité cérébrale, heu……..Dois-je conclure que les 7 Juris Doctor et 3 MBA qui sont toujours en place comme Secrétaires, que leurs EEG est à plat.

    1. papitibi dit :

      La mauvaise foi ne se présume pas… mais vous faites des efforts inouïs pour démontrer la vôtre.

      Dois-je comprendre de votre interrogation que le phénomène des portes tournantes dans l’entourage de Trump vous est totalement inconnu?

      Je sais que Mike Pompeo – Secretary of State, est Docteur en droit. Je sais que le Secrétaire au Commerce, Wilber Ross, détient un MBA. La question n’est pas là. Un zig peut être bardé de diplômes, s’il est chauffeur de taxi ou plongeur dans les cuisines du Reine-Élizabeth, ses diplômes ne lui seront d’aucune utilité. Pompeo pourrait être le juriste le brillant de sa génération (ce qu’il n’est pas), ses compétences en droit ne lui serviront pas dans ses fonctions de Secretary of State… surtout pas sous un POTUS dont le cerveau va décrocher au deuxième étage d’un argument qui en comporte 25 niveaux. (du genre If this… then ttat.

      Alors je répète mon énoncé, avec les adaptations nécessaires: dès qu’un membre de l’entourage ou du cabinetTrump> démontre le moindre soupçon d’activité cérébrale dans l’exercice de ses fonctions, he’s fired!

      L’obtention d’un doctorat en droit confirme une activité cérébrale INCONTESTABLE au moment de l’obtention du diplôme, Et fait présumer de la capacité à reproduire ce niveau d’activité cérébrale par la suite. Or un membre de l’équipe Trump qui serait détenteur de 3 PhD, avec un Q.I. de 180 sait, ou du moins peut conclure du rythme et des motifs des démissions et congédiements que LA seule façon de conserver son job, c’est de dire au POTUS ce qu’il veut entendre.

      C’est drette ça que je disais: si ce triple PhD avec un Q.I. de 180 se voit contraint de dire à son boss ce que son boss veut entendre, perso, je vois pas beaucoup d’activité cérébrale dans l’exercice. Et ça n’a rien à voir avec la qualité du diplôme.

      Case closed. ,

  19. Tom de Boston dit :

    Le gouvernement américain appartient aux intérêts financiers.

    Pointe finale!

  20. InfoPhile dit :

    « des prix déraisonnablement bas »

    Des prix (ceux des marchés extérieurs) qui pourtant rapportent des profits aux producteurs qui ne sont pas réputés pour vendre à perte…

    Celui qui s’imagine que les compagnies pharmaceutiques vont baisser les prix aux États-Unis du fait qu’elles obtiendraient des prix supérieurs à l’étranger est en porte-à-faux du réel ou prend ses interlocuteurs pour des idiots.

    Plus fondamentalement se pose le problème de la force du dollar américain qui rend maintes productions inaccessibles aux marchés des pays pauvres où – étonnamment ! – les gens tombent néanmoins malades…

    Bien entendu le pouvoir d’achat accru d’individus qui se regroupent en faisant tout simplement jouer la concurrence, comme en Nouvelle-Zélande, mécontente les assoiffés du profit maximal. Pourtant, le droit de s’associer n’existe pas que pour les riches qui se liguent pour faire la vie dure aux contestataires!

    L’idéologie capitaliste, fondée strictement sur l’offre et la demande, et donc sur le profit maximal, fait fi des besoins fondamentaux des individus. C’est son côté immoral et totalitaire. À moins d’accorder la priorité à une idéologie plutôt qu’aux humains, il est pour le moins discutable de l’imposer en éducation et en santé.

    Une économie de marché peut s’avérer très efficace en autant qu’on sache amoindrir les répercussions les plus néfastes, voire inhumaines de ses défauts, soit lorsqu’elle est appliquée idéologiquement, fondamentalement, littéralement, sans nuances.

    Autre point, la propriété intellectuelle, pour défendable qu’elle soit, s’appuie sur l’arbitraire et non sur les lois du marché. Autrement, pourquoi y aurait-il une limite de temps pour détenir exclusivement les droits et le pouvoir d’accorder des licences ? À remarquer que cette limite va évidemment dans le bon sens, sauf qu’il faut revoir la durée qui a été fixé au gré des propriétaires-actionnaires, trop à leur gré justement.

    Et comme le dit « treblig », les investisseurs ont droit à de généreux crédits d’impôts qui reviennent à pratiquement supprimer les risques. J’y vois là un interventionnisme efficace en ce qu’il vise à stimuler des recherches qui ne seraient pas ou peu menées autrement. Mais peut-être vaudrait-il mieux que l’état soit coactionnaire ?

    P.S. la valeur d’un brevet s’établit en fonction des capacités du marché le plus fort à payer, quitte à ce que les autres écopent et rament. À ce jeu, les Américains ont l’immense avantage de pouvoir payer en dollars américains dont la valeur se fonde en grande partie sur les richesses pétrolières et gazières.

    À compétence égale une heure travaillée aux États-Unis vaudra généralement plus qu’ailleurs. Pourtant, c’est le même effort et la même compétence qui s’expriment. Il ne faut pas chercher plus loin pourquoi tant d’individus hautement éduqués cherchent à migrer aux États-Unis. Un coût de la vie plus élevé, certes, mais en échange la suprématie du dollar américain.

    1. kintouai dit :

      Bravo ! « L’idéologie capitaliste, fondée strictement sur l’offre et la demande, et donc sur le profit maximal, fait fi des besoins fondamentaux des individus. C’est son côté immoral et totalitaire. » Y a des cruchons qui ne l’ont pas encore compris et qui ne la comprendront sans doute jamais, celle-là !

    2. Benton Fraser dit :

      Les compagnie pharmaceutiques sont plutôt culottés d’affirmer que les recherches coûtent chère parce que les médicaments évoluent rapidement et tombent vite désuets et que pour rentabiliser… il faut augmenter la durée des brevets!!!

  21. Danielle Vallée dit :

    @infophile:
    « L’idéologie capitaliste, fondée strictement sur l’offre et la demande, et donc sur le profit maximal, fait fi des besoins fondamentaux des individus.  »

    Le capitalisme ne peut fonctionner qu’en présence de saine compétition. Ce ne serait pas les besoins des autres mais le désir de garder la clientèle qui garderait les prix compétitifs.

    Le problème c’est la taille des entreprises, la concentration des pouvoirs, l’élimination des compétiteurs.

    Trump sait que beaucoup d’américains achètent leurs médicaments du Mexique et du Canada. Il va travailler pour mettre fin à ce fait et permettre aux grosses pharmaceutiques de continuer à charger le maximum.

    Et elles vont continuer à engager Cohen qui va payer pour les déboires de Trump, ce qui revient à dire qu’elles paient Trump.

    Scratch my back, i’ll scratch yours…

  22. igreck dit :

    Un jour, et j’espére de cet automne, les incultes qui l’on appuyé, réaliseront qu’il se sont fait bernés par bien pire que Hillary, Wall Street et autres monstres fabriqués par Trompe et sa gang de mafieux .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :