Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Même s’il n’a pas dopé l’économie américaine en offrant aux entreprises et aux Américains les plus fortunés des baisses d’impôts massives comme l’a fait son successeur, Barack Obama revendique un meilleur bilan en matière de créations d’emplois au cours de ses 30 derniers mois à la présidence que Donald Trump au cours de ses 30 premiers mois à la Maison-Blanche, selon les données de la Réserve fédérale de St-Louis qui ont servi à la création du graphique ci-dessus.

Il faut donc conclure que Donald Trump ment lorsqu’il se targue d’être le «plus grand créateur d’emplois que Dieu ait jamais créé». En êtes-vous surpris?

(Graphique CAP Action)

139 réflexions sur “Le graphique du jour

  1. Sjonka dit :

    Obama meilleur ! L’orange va verdir.

    1. Pierre dit :

      Une blague depuis quand le Donald ment il?

  2. Madalton dit :

    C’est la faute à Obama. Ces chiffres étaient trop durs à battre.🤔

    1. corymbe dit :

      C’est vrai Madalton

  3. Jacques dit :

    Fake news, voyons donc…

  4. Alexander dit :

    La création d’emplois c’est une chose, créer des emplois de qualité s’en est une autre.

    Si les gens ont besoin de deux ou trois jobs pour joindre les deux bouts, c’est qu’un fossé se crée entre les plus riches et les plus pauvres.

    Et vraiment pas sûr que les politiques trumpistes ont permis de réduire les disparités. Bien au contraire.

    Les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent.

    Trump ment – une fois de plus – sur sa performance en création d’emploi, mais il contribue surtout à créer davantage d’inégalités.

    Et curieusement, ceux qui en sont les victimes continuent de le croire.

    À quand le wake-up call pour ces gens?

    1. Benoit Forget dit :

      A quand le wake-up call?

      Lorsque les poorly educated cesseront de croire leur évangéliste préféré qui leur raconte chaque dimanche que Dieu a envoyé Trump pour sauver l’Amérique. (J’ai dû me pincer très fort et m’envoyer un seau d’eau glacé au visage la première fois que j’ai lu ça).

      1. constella1 dit :

        Benoît Forget
        Votre commentaire m’a fait bcp rire
        En ces temps moroses je vous dit merci 😃

      2. Benton Fraser dit :

        Gens de peu foi… et de trop savoir!

      3. Robert Giroux dit :

        « Qui ne sait rien, de rien ne doute. »
        ( Pierre Gringore )

    2. kintouai dit :

      @Alexander Excellente analyse, à laquelle n’auront malheureusement pas accès les gens plus concernés.

    3. gigido66 dit :

      La réponse: Poorly educated people

  5. MarcoUBCQ dit :

    Donald ment? Quoi! Quelle surprise…

  6. fallaitquejteuldise dit :

    Est-ce une moyenne? La médiane m’avantage telle? Je suis sûr que l’écart type d’Obama est trop grand. Vite quelqu’un, je dois sûrement être meilleur. -DJT.

  7. Martin cote dit :

    Pas surpris du tout….mais le gros moron lui doit etre surpris…le meilleur president de tous les temps…vraiment incroyable…Obama meilleur que lui..oups….

  8. Jean Saisrien dit :

    FAKE NEWS!!!!!!
    J’entends déjà le Donald…
    Je l’entends aussi, deux phrase plus loin dire que lui a hérité d’un « mess » et qu’il a dû se battre contre l’Obamacare et contre Mueller, et contre Comey et contre Godzilla et contre les 4 chevaliers de l’Apocalypse, etc.

    1. Mrmiketi dit :

      Jean Saisrien : Vous avez oublié les 4 Chevaliers O’Keefe!! 😀

      1. Jean Saisrien dit :

        @Mrmiketi: C’est vrai! 😉

        Quoiqu’ils ont perdu le bout « O’Keefe » depuis qu’ils ont arrêté de boire!

      2. Haïku dit :

        @Jean Saisrien et @Mrmiketi
        👏👏👏

  9. Toile dit :

    « En êtes-vous surpris? ». Flaberfasté. Moi qui croyais en la bonne parole du messie. Ça m’apprendra d’être lobotomisé. La bête va se déchainer en diversions toxiques.

  10. Benjen Stark dit :

    Pourquoi on ne compare pas les deux premières années d’Obama aux deux premières années de Trump?

    1. Igreck dit :

      @Ti-Ben
      Parce qu’il a hérité d’une économie en santé, tout comme son homo-logue W après les années Clinton. Et là, le Gros épais, il en fait plus que les clients (les déjà bien repus) en demandent et il coule l’économie. Génie stable dans la médiocrité. Comme le disait Bill Clinton : Ecomomy stupid !!!

      1. ghislain1957 dit :

        @ Igreck

        Si Benji Starkovsky est aussi calé en économie que son gros clown préféré, oui, ces mots là s’appliquent: Ecomomy stupid !!!

    2. Ben oui hein on compare le taux d’emploi lors d’une récession (survenue à la fin du mandat de Bush) avec les emplois créés lors d’un élan économique amorcé sous Monsieur Obama.

      Pôvre con va

      1. Igreck dit :

        On reste poli SVP !

      2. Gilbert Duquette dit :

        @ Igreck

        Désolé et surtout merci de me prendre en flagrant délit.

        C’est pas facile parfois de garder son calme face à cet ……

      3. Igreck dit :

        @Gilbert
        Vous êtes un récidiviste !? Dommage !

    3. fallaitquejteuldise dit :

      L’économie est cyclique, et ce cycle n’est pas relié à l’élection d’un président américain. On suit la progression de l’économie sur une période donnée.

    4. Bartien dit :

      Tu t’es fait plutôt discret ces derniers jours….a court d’arguments pour défendre ton idole??

      1. Layla3553 dit :

        Wow vous venez de parler comme DT. Donc du Fake mur à mur.

      2. Layla3553 dit :

        Ce message s’adressait à @ Benjen bien sûr.

      3. fallaitquejteuldise dit :

        @Benjen

        Tellement gratifiant comme commentaire. Jalousie et convoitise très peu pour moi. Si vous pensez qu’un comportement digne d’un émule de Trump est synonyme de réussite, vous devez être tellement seul pour tenter de nous impressionner avec ce cliché. Triste.

    5. Alexander dit :

      En 2008, Obama a hérité d’un crash boursier et immobilier. Avoir remonté la pente est tout un exploit en soi pour Obama. Et il a laissé l’économie américaine en bien meilleure santé. Trump aura profité de l’élan et surfé dessus en début de mandat.

      1. Lecteur_curieux dit :

        Tout ce qui monte redescend et ce qui deaend remonte.

        On a connu cela en 1987, en 2000 environ et en 2008.

        Les portefeuilles ont descendus et remontent par après si on reste dans une ou des positions permettant d’en profiter.

        Les politiciens Obama comme les autres il ne faut pas exagérer leur rôle.

        En général ils nuisent tous plus qu’ils aident mais il y en a des pires.

        C’est le social leur véritable mission et là Trump échoue vraiment sauf que ce sont les États-Unis.

    6. Jean Saisrien dit :

      Because: Bush II a vraiment laissé un gros mess à Obama (vous admettrez au moins ça j’espere) et Trump a hérité de ces merveilleuses conditions et n’a pas su tenir le rythme amorcé par Oblabla… me semble que c’est relativement simple.

      1. Haïku dit :

        @Jean Saisrien
        « Oblabla »?!?!?! 👌

    7. Layla3553 dit :

      @Benjen

      Vous êtes pas drôle, franchement…
      Voulez vous vraiment que l’on parle des 30 premiers mois de l’autre président que je ne nommerai pas pour vous ménager un petit peu? Voulez vous qu’on parle de comment l’ancienne administration a laissé le pays? Vous savez l’avant dernière administration, (WB) avant la dernière administration (BO) qui est celle avant la première de DT.

      Les 30 premiers de DT sont en régression de 29 000, par rapport aux mauvais administrateurs démocrates.
      Le premier est arrivé en pleine récession, après l’administration des bons républicains, et DT il est facile de présumer qu’ il va laisser le pays en pleine récession.

      C’est compliqué mon affaire, je le sais mais intentionnel. Layla

      1. Lecteur_curieux dit :

        Trump était anti-Bush fils et en 2009 bien que surpris dans les premiers mois, il était favorable à Obama.

        Il faudrait donner les pages mais elles ne semblent disponibles que sur des sites bien pas autorisés.

    8. Benjen Stark dit :

      @Lecteur_Curieux Barack Obama a été Président pendant 8 ans mais on va le juger uniquement sur ses 30 meilleurs mois? Donc on ignore les années après années de croissance économiqie de 0,9% et tous ces emplois perdus que le 44 disait qu’ils ne reviendraient jamais? ( Trump les a ramenés mais bon)

    9. Guy Pelletier dit :

      Est bonne celle là lorsque Obama a pris le pouvoir son pays était écrasé par la pire crise économique depuis celle de la grande crise des années 20. Il a réussis non seulement a repartir l’économie de son pays mais l’a laissé avec un déficit sous la barre des 600 milliards $US tandis que le sauveur Trump a tellement fait mieux qu’il est a battre des records de déficit en temps de prospérité avec les 1200 milliards $US de déficit projeté pour 2020!!!!.

      Tout un record pour le roi de l’endettement!!!!!

    10. Claude Dallaire dit :

      Mais quelle insignifiance votre commentaire. Parce que les Républicains avaient laissé une économie en lambeaux quand Obama a pris la présidence. Il l’a laissé en bel état à Trump. Voilà.

      1. Lecteur_curieux dit :

        Non Obama a fait un peu de keynésianisme et il a aidé certes. Mais pour le reste, l’économie s’est rétablie d’elle-même.

        Un politicien ne reste qu’un politicien. Qu’il soit un ex prof universitaire ou un ancien Roi de l’immobilier et des casinos cela ne change rien.

    11. Benton Fraser dit :

      C’est sûre que Trump a fait plus parcours de golf qu’Obama… et infiniment plus de mensonges aussi!

      Trump a aussi passé beaucoup de temps à embaucher ses amis… et de les renvoyer aussi!

    12. Loïc Duplantis dit :

      On peut si tu veux. Obama a relevé une économie laissée en piteuse état par son prédécesseur tout en réussissant à instaurer Obamacare qui a sauvé des millions de vies. Trump surf sur le bon travail de son prédécesseur tout en retirant des régulations essentielles pour empêcher l’économie de s’écrouler drastiquement comme en 2008 et en instaurant la première baisse d’impôt impopulaire de l’histoire américaine tout ça pour faire plaisir à ses amis.

      1. Lecteur_curieux dit :

        Obama a fait dans la pensée de gauche que vous approuvez celle fait dans celle de droite mais au niveau national que vous désapprouvez.

        Dans la pensée de droite ce sont les interventions gouvernementales au contraire qui ont provoqué la crise et le manque de littératie financière.

        Et moi ? Je suis à la fois de gauche et de droite et un peu plus à droite en économie.

        Obama a plus eu recours au Demand Side Economics et donc en accord avec la pensée de Keynes et cela se justifie à se moment.

        Trump plus aux Supply Side Economics mais dans le contexte cela se justifie assez peu. De manière modérée et sélective là cela aurait pu oui. Mais sinon ce n’est que de l’idéologie pour servir des intérêts politiques et non le bien-être collectif à court, moyen ou long terme.

    13. Lecteur_curieux dit :

      Selon des sources non identifiables, Benjen serait diplômé en administration des affaires et entrepreneur.

      Alors les connaissances en économie, il devrait les avoir. Mais les applique-t-il bien et les intègre-t-il dans une vision globale ou holiste du monde ? Pas sûr.

      1. Benjen Stark dit :

        @Lecteur_Curieux J’ai étudié dans le domaine des sciences.

      2. Lecteur_curieux dit :

        D’accord Benjen vous pouvez très bien être un autre que l’homme dit picotté que des gens pensent que vous êtes ici car vous avez des opinions politiques similaires alors qu’il y a des centaines non des milliers de gens au Québec pouvant être dans ce courant.

        Comme alors il y a des gens suspectant que des intervenants aient des multi-pseudos.

        Les débats politiques deviennent personnalisés.

  11. Trump va se faire aller le tas et en fin de semaine

    1. kintouai dit :

      « Trump va se faire aller le tas et en fin de semaine. »

      D’ailleurs, ne répète-t-il toujours cette phrase qu’il croit empruntée à Louis XIV : « Le Tas, c’est moi. »

  12. Oups

    Comme bien des gens disent : Maudit correcteur.

    Trump va se faire aller le tweet en fin de semaine.

    1. Henriette larour dit :

      Gilbert Duquette

      Le correcteur n’avait pas tort entièrement. Il trouvait que TAS s’associait bien avec celui dont vous parliez 😂

      1. Henriette Latour dit :

        Gilbert Duquette

        Ma première réponse est en attente de modération car j’ai mal orthographié mon nom.
        Je la répète donc.

        Le correcteur n’avait pas entièrement tort. Il trouvait que le mot TAS s’associait bien avec celui dont vous parliez.

    2. Igreck dit :

      @Gilbert
      Le tas aussi selon moi !

      1. Haïku dit :

        @Igreck et @Henriette Latour
        Vous m’avez devancé.👌!

  13. treblig dit :

    On rappellera , pour mémoire, qu’Obama est parti d’un déficit laissé par Bush de 1 400 milliards en 2008 ( la crise la plus grave depuis 1929) pour finir son mandat 8 ans plus tard à 478 milliards de déficit. Il a créé ces 220 000 emplois par mois tout en réduisant le déficit de façon importante.

    Trump, au contraire, multiplie les initiatives pour « booster » aux stéroïdes l’économie. Baisse d’impôts, de bas taux d’intérêts et un déficit montrueux… et une performance en-deça d’Obama. Il doit bouillir le président.

    1. Lecteur_curieux dit :

      C’est à la fois idéologique pour séduire la droite économique et électoraliste car une récession nuirait aux chances de réélection.

  14. noirod dit :

    Et c’ est pas fini, c’ est rien qu’ un début…air connu trop ad nauseam…

    Il est possible que je sois dans l’ erreur parce que jusqu’ a maintenant l’économie américaine a été maintenue artificiellement par le top 30, le NASDAQ qui veut presser le citron mais je souhaite que la tendance actuelle perdure et s’ accentue par une chute dans les abyss et un juste retour a la normale. Si tu veux faire mal au gros cave c’ est par la divine piastre que tu vas y parvenir. Quand les bo$$ vont en avoir assez de ce morose et imbécile intimidateur, ca sera pas long qu’ il va perdre ses hypocrites et invisibles alliés. Du même coup quand le très très moyen américain va perdre le pouvoir d’ achat qui le maintient a flot ,la aussi tu va voir un vent virer de bord.

    C’ est la simple logique. Tu veux intimider tes partenaires, c’ est pas long qu’ ils vont te le faire sentir de la même hypocrite façon que tu les as traités.

  15. fallaitquejteuldise dit :

    Pour ceux qui veulent augmenter leurs connaissances économiques : Le livre, l’économie pour les nuls

    Je ne vise personne là…

    1. fallaitquejteuldise dit :

      L’économie pour les nuls: déjà la quatrième édition; c’est à croire que Benjen n’est pas seul à rien comprendre.

  16. ghislain1957 dit :

    Des têtes vont rouler à la Réserve fédérale de St-Louis…

  17. Lecteur_curieux dit :

    Les politiciens et les médias attribuent trop d’importance au gouvernement et il faudrait plus de chiffres. Ce qui est bien d’avoir est l’histogramme.

    Ce qu’on pourrait dire aussi c’est que Trump est plus en fin de cycle économique et que son administration a dopé et il veulent continuer à le faire mais cette croissance sera-t-elle soutenable ? Les républicains veulent gagner les élections avant une récession.

    Pour la diminution du rythme de croissance de l’emploi même si l’économie/PIB continuent de grimper, cela est tout à fait normal. C’est le même principe que la loi des rendements marginaux décroissants.

    Le but est plutôt de défaire les fanfaronneries de Trump et son recours exagéré au Supply Side Economics en période de croissance même si le cycle achève. Ce n’est pas que de la macro-économie, c’est de l’idéologie de droite économique poussée fort croyant qu’à la compétition pour stimuler l’économie à long terme. Augmenter les inégalités est bon pour eux. Greed is good même s’ils se distancient de ce slogan publiquement.

    Donc ? Obama moins avancé dans le cycle et Trump plus. Trump aide probablement un peu avec ses mesures mais les grandes entreprises à maturité n’investissent pas si cela n’est pas assez rentable.

    Par ailleurs ses mesures protectionnistes/mercantilistes aident certains emplois mais au global elles sont négatives sur la création d’emploi.

    Il faut plus juger leurs décisions et en les discutant avant avec les pour et contre que comparer leurs chiffres dans des contextes différents mêmes si pas si lointains.

  18. jeanfrancoiscouture dit :

    «le «plus grand créateur d’emplois que Dieu ait jamais créé». En êtes-vous surpris?»

    «Surpris»?? Pas vraiment. En fait, son affirmation est vraie pour la simple raison que c’est la première fois que Dieu se mêle de création d’emploi, justement parce qu’il essaie de se faire pardonner d’avoir, lui le Tout-Puissant, permis l’élection d’un piètre créateur d’emploi. Alors, il est venu à la rescousse. Donc, il est vraiment le plus grand puisqu’il est le seul à avoir bénéficié de l’aide divine. 🙂 🙂

    1. Haïku dit :

      @jeanfrancoiscouture
      👌!
      Ajout de circonstance: »La vérité n’a pas de chance quand elle tombe aux mains de ceux qui ne se trompent jamais »(A.Brie).

      1. jeanfrancoiscouture dit :

        @Haïku: Ajout spécialement pour Donald Trump: «Si tous ceux qui parlent pesaient leurs mots, comme l’air serait léger.» (Albert Brie itou)

  19. Jean Saisrien dit :

    @Ben:
    >>qui seraient illégaux dans la totalité des pays musulmans

    Et bientôt dans un Bible Belt près de chez vous!

  20. Lecteur_curieux dit :

    Les politiciens ne créent pas d’emplois sauf certains politiques et au gouvernement.

    Par contre, oui certaines de leurs mesures stimulent ou défavorisent la création d’emploi.

    Arrête de te vanter Donald de ta job de POTUS. Ah mais ce discours n’est pas nouveau et électoralement payant ?

    Allez la Baie James et une promesse de 100 000 emplois.

  21. Richard Desrochers dit :

    Le plus grand créateur de mensonges que Dieu ait jamais créé.

    1. Alexander dit :

      @ Richard Desrochers

      Pire que Louis José Houde dans le Menteur? Probablement.

      Ça prendrait des gourous tibétains pour ensorceler Trump. Et encore, ce serait la faute de Clinton, Obama et AOC.

  22. Danielle Vallée dit :

    Quand on sait, et le monde sait, que Trump est en train d’endetter le pays pour acheter des emplois, on n’applaudit pas aux chiffres de Trump.
    Le gouvernement américain emploie moins de gens , mais fait presque tout faire par des contractants, ce qui coûte plus cher mais permet d’obtenir et de donner des faveurs en passant, et ça crée des emplois….qui coûtent plus cher au gouvernement, n’offrent aucune sécurité aux contractants, et permet la fraude à tous les niveaux. MAGA, ‘make america gullible again’.

    1. kintouai dit :

      @Danielle Vallée Merci pour cette info.,qui ne se rendra sans doute jamais dans les oreilles de ceux pour qui ça compterait.

      Surtout, ces turpitudes et cette corruption gluante se font en catimini. C’est le propre des républiques de bananes, ce que les USA sont en train de devenir sous les coups de butoir répétés de la crapule et de ses sbires.

      « Drain the swamp », qu’il disait. Jamais le marais n’a autant grouillé de canailles et d’ordures prêtes à tout pour s’en mettre plein les poches.

      Et ce que vous nous dites n’est sans doute que la pointe de l’iceberg. Si jamais les Dems reprennent le pouvoir et ont les couilles pour mettre à jour toute cette pourriture, il y en aura pour des années à faire le ménage.

      Cette administration pue la charogne et il se trouve encore des abrutis — s’ils n’étaient qu’abrutis, ce serait déjà un moindre mal, mais ils sont en plus racistes, xénophobes et misogynes — qui se délectent de cette fausse illusion de grandeur qui leur est présentée, en refusant de prendre conscience que le plat qui leur est servi a été concocté à partir de ce qu’on trouve dans les égouts les plus nauséabonds.

  23. Haïku dit :

    « Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’opinion »(Paul Valéry).

  24. Futile dit :

    C’est une donnée un peu malhonnête car statistiquement plus le taux de chômage est faible plus les potentialités de créations d’emplois le sont aussi. C’est un peu comme comparer la croissance moyenne juste après une récession et la croissance moyenne après 10 ans de croissance ininterrompue, ça n’a pas beaucoup de sens.

  25. la création d’emploi, le taux de ch¸omage, les récessions et les embellies économiques ne sont pas en fonction du nom du Président ou du Premier Ministre du moment…
    ça n’a rien à voir….

    l’économie n’en a rien à cirer du nom du quidam qui a le rôle ….

    c’est tellement futile de faire ce genre de lien…

    Comme si c’était la faute d’un Président quand un ouragan frappe un pays ou qu’un tremblement de terre ravage un pays…..

  26. Gilbert Duquette dit :

    Pourtant le Donald tente jour après jour de créer des emplois, il congédie, licencie, tellement de gens autours de lui qu’aujourd’hui Ratcliffe l’a même devancé et il s’est auto-congédié avant même avoir eu la job.

    Plus sérieusement, les chiffres des 30 derniers mois de M. Obama ne peuvent en toute honnêteté être comparés aux 30 premiers mois de Trump.

    Car les 30 derniers mois de M. Obama furent une sortie de récession et la relance de l’économie. Donc, reprise de l’économie = création d’emploi. Et à ne pas oublier, le début de la vague de départs à la retraites qu’ils faut combler.

    Les 30 premiers de Trump furent ceux des départs à la retraites massifs qui crée des emplois pour remplacer ces départs et l’allant de la relance économique débutée sous M. Obama.

    Un faible % ou nombre des 191 000 emplois crée/mois sous Trump le sont par ses politiques économiques dont celle de la baisse d’imposition des compagnies car ces baisses ont servis à des rachats massif d’actions et des dividendes spéciaux aux actionnaires et non à améliorer le sort des employés.

    Bref, un idiot aurait été POTUS et le nombre d’emplois crée aurait été similaire sous Trump.

    1. Gilbert Duquette dit :

      OUps

      Bref, un idiot aurait été POTUS et le nombre d’emplois crée aurait été similaire que sous Trump.

    2. Layla3553 dit :

      @Gilbert Duquette

      Cher DT toujours à embellir ce qu’il veut embellir voici ce qu’il a dit à propos de J Ratcliff, un bon gars ce TinySissy

      « « Notre grand élu républicain John Ratcliffe est traité de manière très injuste par les grands médias bidon. Plutôt que de subir des mois de calomnies, j’ai expliqué à John à quel point ce serait terrible pour lui et sa famille d’avoir affaire à ces gens-là. John a donc décidé de rester au Congrès », a tweeté le président américain, en saluant son travail « extraordinaire ». »

    3. Lecteur_curieux dit :

      Pas chez les petites entreprises et PME.

      Mais quel est le taux de survie des petites entreprises ?

      C’est sur les PME et TTE ( tites tites entreprises) qu’il aurait fallu se concentrer. Elles les lourdeurs imposées par la bureaucratie gouvernementale peut vraiment leur nuire. Chez la grande entreprise, ils absorbent tout cela. Mais ils ont des lobbies en masse pour les défendre et parfois ils ont raison. Alors on peut enlever quelques irritants pour eux sans dévier de nos objectifs sociaux et économiques.

      Aussi simple que cela mais gauchistes et drettistes semblent des gens avec qui il est très difficile de discuter car ils sont ncapables d’enlever leurs oeillères.

      Tiens Sanders et un républicain débattant un dialogue de sourds. Les deux avaient des points mais non reconnus par l’autre. Le débat devient un combat plutôt qu’une recherche commune de solution. Et admettre qu’ils ont agi en bornés tous les deux. On discute on trouve une ou des solutions et on se serre la main.

      Et là un Trump vient et fait plein de thumbs up! Et fait ses qualificatifs de vendeur.

      C’est un promoteur pas un promoteur pas un concepteur. Faîtes les meilleures voitures au monde pour un segment de marché et les consommateurs soyez des consommateurs avertis. Juste des riches pouvant se permettre un char de 75 000$ à 125 000$ et il a 135 000$ de disponible. Il ne sait pas encore lequel.

      Le vendeur c’est Trump tout dépend si on le trouve lourd ou pas. Et pour vendre le ou les chars il utilise plein d’images et non de la rationalité économique. Le client ne se cherche pas une petite voiture économique. Il est là pour se gâter, pour le prestige, le statut social, pour plaire à sa famille.

      Hey le Lincoln Town Car de N.vers 1986, il était d’un très grand confort. Sans oublier son convertible autre voiture… Des années’70 restauré. L’homme les voitures il connaît cela. Des chars de passionné et pour deux raisons différentes. C’est le fun à mort se promener là-dedans et go dans le lecteur de piste 8 tracks les Beach Boys.

      C’est pas le vendeur de chars tellement mais peut-être pour son Lincoln et Denis Duquette disait dans le Guide de l’auto que si vous voulez être dans le vent en 1986 c’est l’auto à avoir. Cela restait un paquebot mais avec un summum de confort comne la Cadillac pas vraiment aimée par Jacques Duval mais pour l’amateur du genre disait-il essentiellement en 1979 difficile d’en avoir autant pour un tel prix. Cela coûtait cher pareil mais pour un millionnaire c’est des pinottes versus le petit salarié.

      1. Lecteur_curieux dit :

        Il est le promoteur pas le concepteur.

        Donc ayez les meilleurs produits au monde plutôt que de la scrap et adaptés à chaque segment de la population.

        Ensuite engagez le Donald comme vendeur si cela vous chante s’il ne peut vendre que des produits parfaitement compatibles aux clients cela ne dérange en rien.

        Qui est le champion vendeur chez le concessionnaire ?

        Vendeur de chars de ginos maintenant appelés douchebags.  » Imagine mon chum le nombre de chicks que tu va embarquer dans ton char  »
        Pas de rectitude politique sauf avec 3% du marché automobile car ils privilégient le vélo anyway.

        Les termes mononcles et matantes sont utilisés? Ce sont eux les plus nombreux. Voulez-vous vendre, avoir des cotes d’écoute ou des votes ou bien échouer?

        L’animateur de radio populaire depuis des décennies: « Je les aime moi les matantes. » Mario Lirette. Cela ne veut pas dire que je l’écoute ou écoutais vraiment encore mais si vous voulez de la cote d’écoute et non faire de l’éducation, être dans la niche…

        Le hic ? Le gouvernement doit en faire ? Oui mais avec une approche populaire et non faire une thèse universitaire. La thèse peut servir d’inspiration mais pas pour présenter directement au grand public.

  27. Mrmiketi dit :

    @Gilbert Duquettte justement ils en ont élu un en 2016 comme POTUS le -45!!!

  28. _cameleon_ dit :

    (HS ♪) En effet, les jobs ne se valent pas toutes.

    Un maitre en la matière:

    Charlie Chaplin – Factory Scene – Modern Times (1936)

    1. Haïku dit :

      @_cameleon_
      Merci pour le superbe rappel.🤣😉👌

  29. Yolande C. dit :

    Je reviens sur la question de l’impeachment que j’ai ratée plus tôt aujourd’hui.

    L’impeachment, s’il est mené à terme, constitue une confiscation du verdict populaire de 2016.

    Actuellement, à la Chambre, les votes ne sont pas là.

    Lors de la dernière proposition d’impeachment qui n’avait toutefois pas l’aval du leadership démocrate, tous les républicains ont voté pour le dépôt de la proposition et en plus, 31 démocrates venant des districts où le président Trump l’a emporté se sont joints à eux.

    https://fivethirtyeight.com/features/what-we-learned-from-the-house-votes-on-trumps-tweets-and-impeachment/

    Il y a 235 démocrates et 193 républicains à la Chambre.

    Il suffit que 25 démocrates votent avec les républicains pour que la proposition soit défaite ou déposée.

    Et si l’impeachment était adopté, il est à prévoir que les 53 républicains du sénat voteront en bloc pour l’acquittement.

    Il pourrait y avoir jusqu’à 4, voire 5 sénateurs démocrates venant de red states et d’autres dont le siège est en danger qui pourraient se joindre aux sénateurs républicains.

    https://www.cnn.com/2018/11/10/politics/senate-2020-map-election-congress/index.html

    J’ai lu tout à l’heure papitibi dont je salue le retour et je lui demande: combien de procureurs de la Couronne au Canada iraient à l’abattoir avec un tel dossier, surtout à 15 mois des élections où le peuple pourra se prononcer comme arbitre ultime ?

    La situation actuelle n’a rien en commun avec le cas de Richard Nixon où même ses fidèles avaient déserté et où l’opinion publique ne l’appuyait plus qu’à hauteur de 22 à 25%.

    En passant, j’ai regardé les deux débats de cette semaine et ma première impression à l’effet que Kamala Harris n’était plus dans la course suite aux révélations de Tulsi Gabbard semble se confirmer.

    Les faits qu’on lui reproche méritent d’être vérifiés et contrevérifiés, mais ils soulèvent tellement de questions que je me demande ce que la sénatrice de Californie peut faire pour rattraper le train qui est parti sans elle sans crier gare.

    Enfin, je me demande où est le réservoir de votes dont Sanders ou Warren auront besoin pour demeurer compétitifs avec Biden.

    Warren a un avantage unique à ma connaissance: en 2016, elle a attendu à la toute fin pour appuyer Hillary Clinton, ce qui pourrait lui amener des votes de Sanders si tant est qu’elle le devance.

    Quant à Sanders, il a à peine mis le petit doigt dans le bénitier pour Clinton.

    C’est déjà beau.

  30. Loïc Duplantis dit :

    Je viens de lire un article sur le site de NBC qui parlait des inquiétudes de certains anciens conseillers d’Obama par rapport aux attaques sur l’héritage d’Obama par certains candidats à la présidentielle lors du dernier débat. Ces chiffres expliquent plutôt bien pourquoi. En plus d’être une stratégie vraiment stupide de la part de ces candidats, Obama est après tout probablement la personne la plus populaire au sein du parti démocrate, cela pourrait s’avérer désastreux pour le parti démocrate. Car Obama a réalisé quelque chose que personne n’a fait depuis Roosevelt, être un président démocrate pendant deux mandats complets sans avoir une procédure de destitution au visage, en gros laisser un héritage pour son parti. D’autant plus que quand un président relance son pays d’une crise économique pour laisser des chiffres pareils, tout en instaurant un système d’assurance de santé public, cela constitue tout une base sur laquelle son parti peut construire. Je tiens à rappeler que dans les 24 années qui ont suivi la mort de Roosevelt, 16 d’entre elles se sont déroulées sous une présidence démocrate. Et c’est la même chose qui pourrait attendre le parti démocrate s’il gagne en 2020. Mais quand des candidats comme Bill De Blasio s’attaquent au bilan d’Obama comme un Rottweiler enragé pour maintenir ses faibles chances de gagner, cela nui aux chances de victoire des démocrates en 2020. Cela affaiblit le bilan d’Obama et Biden, qui constitue encore le meilleur candidat pour battre Trump, non pas auprès de l’électorat démocrate, mais auprès de l’électorat américain qui décidera des quatre premières années de la prochaine décennie. Donc Bill le Rottweiler De Blasio quand il faut battre un président monstrueux d’un parti dont les membres priorisent le parti au pays, il faut prioriser le parti aux intérêts personnels et arrêter nuire au parti.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Bill Clinton ne s’est pas assumé et être ou avoir été coureur de jupons un moment donné c’est avoir un problème avec les femmes. Cette phase ne doit pas durer trop longtemps et les femmes ne doivent pas venir se plaindre ou au minimum jamais accuser le type pour des agressions.

      Merdouille comment dire des choses troublantes sans commérer ? L’homme poussé au suicide par une femme se vengeant de ses infidélités et l’ayant en partie ruiné et lui faisant subir des cruautés. Pas d’accusations criminelles contre elle c’est leur rupture et devant un tribunal et on voit le juge consterné devant tant de méchanceté. Sa rupture et les conséquences on dû provoquer un genre de dépression. La loi du retour ? Un courailleux qui a toujours pogné énormément. Être sa blonde ? Pas sûr, pas trop longtemps. Bien trop infidèle.

      C’est un courailleux. Cela se soigne?

    2. Lecteur_curieux dit :

      Bref, Bill Clinton a été un bien meilleur POTUS qu’Obama mais pas un meilleur dont on connaît tous ses défauts de courailleux ou même d’accroc au sexe avec les femmes pouvant mener à un manque de respect. Maintenant ? Il est probablement calmé.

      Pour Obama son élection de 2008 est exceptionnelle et un grand exploit. Par contre, les attentes énormes étaient beaucoup trop élevées et alors il ne pouvait que décevoir. Sa présidence et ses deux mandats ne sont pas son échec mais l’échec de l’Amérique alias les États-Unis à ne pas être capable d’incarner le We du fameux Yes We Can. Le ressac envers les minorités et aussi les migrants grimpant sous ses mandats. Trump capitalise là-dessus.

      Obama a beaucoup promis mais a assez peu livré mais pas par sa faute. Oblabla ? Oui c’est un beau parleur. Il faut des faiseurs ? Sûrement mais qui travaillent en concertation dans la vision commune.

      Trump lui est dans le JE… « Only me « . Cela ressemble à ses arnaques comme Trump University du moins pour les poissons ayant payé des milliers de dollars ceux s’étant tenu beaucoup plus bas ont peut-être trouvé des choses utiles. Bien oui, le livre de marketing est vraiment écrit par un prof universitaire mais condensant et étant plus pragmatique pour ce livre et donc meilleur pour les apprentis entrepreneurs. Plein de bonnes choses disponibles pour des consommateurs avertis.

      Des courtiers immobiliers suggéraient certains des livres de cet institut. Au-delà de l’arnaque, il y avait vraiment du bon. Sauf que tous ne peuvent pas s’y reconnaître ou demander conseil avant de dépenser des milliers de dollars et subir les pressions de vendeurs du même type que ceux dans la vente pyramidale.

      1. Lecteur_curieux dit :

        Pas un meilleur être humain pour Clinton vs Obama.

        Hillary elle était à son best vers cette époque et notamment lors de la première élection de Bill et avec leur fille. Ils passaient pour très, très bien.

        Le courailleux doit aller se faire soigner, un moment donné avant qu’il ne soit trop tard.

  31. Pierre S. dit :

    ———————

    J’adore la mauvaise foi et la malhonnêteté intellectuelle crasse de l’individu Benjen.
    comparer Obama qui a ramassé le chaos total de G W Bush et le grand ménage ethique et
    économique qu’il a fait …. et comparer aux deux premieres années de Trump l’imbécile qui n’a rie
    fait sauf surfer sur le crédit Obama.

    Ca prend un cerveau détraqué au max pour oser comparer le travail de l abrutit de POTUS 45
    à Barrack Obama qui a carrément relevé le pays d’un règne républicains chaotique et stupide

    le grand malheur …

    y aura pas de Barrak Obama apres l estie de fou a trump.

  32. Lecteur_curieux dit :

    Mais non Donald ne ment pas… Il ne faut pas juste regarder le nombre d’emplois… Il faut voir qui les a obtenus et ne les aurait jamais obtenus sans Trump.

    Donc lui et sa famille, des alliés républicains au cabinet, des amis. Et pareil pour les incitatifs fiscaux profitant à des chums mais ces financiers leur but est de s’emplir les poches en premier. Les employés, leurs salaires sont des sorties de fonds, on en engage, des nouveaux, des supplémentaires que si cela permet d’aller vers la maximisation des profits.

    Mais Trump veut séduire le peuple aussi… Il n’est pas pour leur parler de sa propre incompétence, de celle des membres de son Cabinet et de conseillers spéciaux. Autant d’incompétents pour ces postes. Est-ce une intervention du divin ou du malin ? Cela semble vraiment du jamais vu ! 😮😮

  33. Lecteur_curieux dit :

    Comme les chiffres ne sont pas des réels indicateurs de la bonne gestion d’une administration gouvernementale en place. Il faut toutefois en faire un suivi mais pas dans le narcissisme.

    Rappelons donc Nietzsche car Trump est encore accusé de mentir :

    https://fr.m.wikisource.org/wiki/Humain,_trop_humain/IX

     » Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.  »

    Pourtant on dit de Trump qu’il n’est pas idéologue? Cela ne lui enlève pas ses convictions ou croyances et toujours le dosage joue.

    Celles de Trump : le maximalisme, la vision à court terme, la loi du plus fort, l’opportunisme, les enseignement de Norman Vincent Peale qui sont de l’auto-hypnose et adaptés à son narcissisme.

    Celles de son administration côté économique et aussi politique ne nommons pas tout : l’économie de l’offre ou Supply Side Economics mais de manière idéologique donc non pas pour donner un coup de pouce à l’économie mais pour réduire la taille de l’État sauf l’Armée, la police et les prisons et opérer un transfert de richesse vers les riches. Ces politiques peuvent vraiment faire grossir la taille du gâteau mais combien de temps ? Et la majorité obtient plus de gâteau à manger, pas tous. Les riches c’est beaucoup plus. Des travailleurs cela peut être minime comme cela peut être plus mais au global les travailleurs s’enrichissent beaucoup moins par ces politiques que les détenteurs de capitaux très fortunés.

    Voyez les dangers de ces convictions idéologiques.

    Alors que d’avoir recours parfois aux politiques Supply Side Economics et d’autres fois à celles Demand Side Economics en fonction du contexte et en ayant du jugement cela ressemble plus à une vraie compréhension de l’économie.

    L’économie repose sur la loi de l’offre et la demande. Le mécanisme de prix est ce qui permet une bonne allocation des ressources permettant l’efficacité économique. Il faut respecter la souveraineté du consommateur.

    Par contre, la justice sociale et la mesure dont on tolère les inégalités. Ce sont des questions importantes qui doivent faire l’objet d’un débat politique. Et pareil pour les échecs du marché que sont les biens publics et les externalités positives ou négatives. Ce n’est pas aux économistes de décider. Ils peuvent juste les reconnaître et mesurer les impacts sur l’efficacité économique. Mais quelle quantité de pollution on tolère? C’est politique. On redistribue la richesse jusqu’à quel degré? Quel taux de pauvreté on tolère? Ce ne sont pas des questions relevant de la compétence de l’économiste. Pas dans l’école libérale néoclassique. Mais les questions sont importantes. Et cet économiste pourrait avoir ses convictions personnelles sur ces sujets.

    C’est comme le Doc Mailloux, son titre de psychiatre lui servant à faire passer ses convictions personnelles trop souvent. Les opinions personnelles et/ou politiques ne valent pas plus à cause de la profession. Il y a des comptables à gauche et d’autres à droite du moins parmi les diplômés avec minimum le baccalauréat en administration des affaires ou l’équivalent par cumul de certificats. Il est comptable et se dit masculiniste, un autre féministe, un végétarien, un carnivore, un séparatiste, un fédéraliste… On s’en calissse.

    1. Superlulu dit :

      @Lecteur Curieux.
      Je me demande sérieusement qui prend le temps de lire tout ce vous écrivez à chaque jour.
      Vos histoires personnelles, vos références, incessantes à Nietzsche, vos histoires de jeunesse, vos comparaisons, boiteuses,vos romans interminables, etc..
      En ce qui me concerne, comme vous dites,  »On s’en calisse »
      Tenez vous en aux faits, se rapportant au sujet.
      Respectueusement.
      Vous êtes lourd.

      1. Robert Giroux dit :

        Personne ne vous oblige à le lire !

      2. Richard Desrochers dit :

        Il va vous répondre que vous faites dans la pensée linéaire.

      3. noirod dit :

        Il est incapable de faire un résumé clair de sa pensée et de s’ en tenir au sujet du jour mais c’ est plutôt nous qui ne comprenons pas que lui il est omniscient et teeelement plus au devant de nous coté argumentaire…lol Moi aussi je passe par dessus ses commentaires , ca m’évite de perdre du temps et ainsi je reste concentré sur ceux qui sont pertinents. En ce qui me concerne même si c’ est son droit de participer , il est l’ équivalent de ce qu’ on appelle du spam . Les aveugles partisans du gros tas ont au moins le mérite d’ être loufoques eux autres…

      4. gigido66 dit :

        Peut-on le qualifier de « troll » à sa manière? Embourber le flux des commentaires par ses propos doit lui donner un certain plaisir!

      5. Henriette Latour dit :

        Superlulu

        J’ai déjà relevé 21 interventions sur 61 sur un certain sujet, en majorité totalement abscons. Je commence à le lire et lorsqu’il déraille du sujet, je passe à un autre appel.

      6. Lecteur_curieux dit :

        Bien oui, bien oui…

        Vous reflétez exactement tous les défauts de la nouvelle gauche bobo, moralisatrice et qui se croit supérieure. Le parti démocrate est imprégné et contaminé par cela et ce qui explique sa défaite de 2016 et pourquoi il méritait de la subir et pourquoi cela risque de se reproduire. Même le Journal de Montréal de feu Pierre Péladeau un réel visionnaire en est contaminé et par pseudo souci d’équilibre fait place à l’esprit de bottine d’un Martineau ou à l’esprit nationaleux et conservateur passéiste de Bock-Côté. Si j’étais vraiment un lourdaud j’aurais une chronique et des milliers de lecteurs. Car eux aussi le sont.

        Pourquoi êtes lu à tous les jours ? Seul un Foglia qu’on lisait à chaque fois dans La Presse. Dans les sports plus jeune on ne les lisait pas tous. On peut avoir un avis sur plusieurs mais on appelle pas au journal ou on écrit pas une lettre pour dire tout ce qu’on pense. Hey Patrick Lagacé aurait dû rester au Journal de Montréal. Hey François Gagnon aux sports c’est,en général, une calamité peu importe où il travaille. Etc, etc.

        Richard Hétu était 100 fois meilleur journaliste sportif que pour couvrir la politique. Il reste qu’il est pareil le meilleur s’adressant aux Québécois et connu couvrant la politique américaine. Oui il fait mieux que Pierre Martin ou Richard Latendresse. Qui sont les autres écrivant sur les États-Unis et avec un aspect blogue ou commentaires ouverts aux lecteurs. Ils ne sont pas 15.

      7. Lecteur_curieux dit :

        Noirod reflète exactement ce qu’est la pensée linéaire.

        Les gens se disent de gauche alors que Trump l’est dans une partie de son style plus qu’eux. Juste une partie mais au service de la droite.

        Dans la pensée complexe et holiste il faut accepter le flou, les cascades, l’incertitude, les arabesques, les détours, le chaos. Il faut penser par boucles et non par lignes. Sinon la sagesse systémique ne sera jamais atteinte et on va rester dans le narcissisme.

        Les gens et médias sont très narcissiques tout en pensant que Trump est le seul à souffrir de ce syndrome. Ahhhh ce n’est pas selon la même définition? Peut-être mais dans les deux cas cela mène à l’échec.

      8. Benton Fraser dit :

        @Lecteur curieux 9:22

        Vous parlez de gauche bobo et citez des droitistes bobo comme Martineau et Bock-Côté… et remarquez que dans la forme, vous faites un excellent Bock-Côté!

      9. Lecteur_curieux dit :

        @Benton Fraser

        Martineau est devenu un beauf pas un bobo.

        Bock-Côté non il n’est pas bobo, il n’a pas grand chose du bohème. Un bobo est un membre de la petite bourgeoisie intellectuelle et cela ils le sont mais reniant son côté bourgeois et voulant se montrer plus tolérant, ouvert et progressif qu’il ne l’est. C’est un faux gauchiste qui passe son temps à faire la morale mais qui est en fait un bourgeois pas aussi riche qu’il aurait voulu l’être. Alors il critique les riches.

        Martineau c’est une grande gueule qui était à gauche avant mais je ne le lisais pas. C’est aux Francs-Tireurs les premières années que j’aimais beaucoup le trio.

        Au Journal de Montréal au tout début? Il m’était encore sympa mais par la suite ? Tous ses textes sont tendancieux et destinés à combattre la gauche au Québec.

  34. Legault Daniel dit :

    Certains parlent toujours en bien du système économique qui maximise l’efficacité. Il ne faut jamais oublier que pour tous les gestionnaires il est important de maximiser les profits des actionnaires.

    Malheureusement pour beaucoup de gestionnaire, les lois sont des entraves. Il faut les contourner ou les faires changer. On voit ce que ça donne chez nos voisins du sud: la crise de 2008, de grandes inégalités, etc.

    Je me souviens d’une compagnie de fourniture d’eau qui avait demandé dans un pays tropical au gouvernement d’interdire la capture de l’eau de pluie. Cela a fini en émeute avec des morts.

    C’est ce qui se passe chez nos voisins en plus discret. Le gouvernement ne fait pas sa job de mettre des lois pour que la majorité des gens profitent de la société.

    Le. MAGA de trump est en réalitė MAGA1%.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Vous employez le terme gestionnaire. Ce n’est pas faux mais ce ne sont pas tous les gestionnaires.

      Et j’utiliserais plutôt le terme : dirigeants dans votre texte et plus dans les cas de sociétés cotées en bourses.

      Vos prémisses correspondent bien à celles de nos cours cours d’économie et de finance et encore vous oubliez la théorie de l’agence. Et ainsi les dirigeants sont là pour leurs propres poches et non pour les actionnaires. Tout le système est basé sur l’égoïsme et la compétition mais plus elle est vive et plus les marchés sont efficients et si on pouvait plus s’approcher de la concurence pure et parfaite. Bien la main invisible fait son oeuvre et le bien-être collectif est le mieux servi par le marché. Perspective de la droite libérale.

      Mais on a aussi nos cours de la filière management et c’est là qu’on emploie plus le mot gestionnaire et même dans le titre de nos cours. Et Mintzberg, Aktouf, les Chanlat… Michael Porter est aussi étudié mais la perspective humaniste l’emporte.

      Même au cégep dans le cours Dynamique de l’entreprise, il y avait une certaine approche systémique avec le modèle IPEMER.

      Ou à l’université en étudiant l’entreprise Cascades , il y avait un partage des profits avec les employés bien que discrétionnaire. Max De Pree de Herman Miller est aussi étudié bien qu’on peut le critiquer en partie, on est très loin du modèle basé sur l’égoïsme.

      Donc les deux dimensions font partie de notre formation? Et pas seulement les hauts dirigeants sont des gestionnaires.

      Et au privé la coiffeuse ayant son salon est aussi une entrepreneure et une gestionnaire. La responsable de la salle à manger dans un restaurant est gestionnaire aussi sans être proprio. Tous ont besoin de faire des profits mais les maximiser et sur une base trimestrielle ? Non ils ne sont pas cotés en bourse. Puis Warren Buffett même en bourse avec son conglomérat échappe à cela et les rendements à long terme sont meilleurs pour ce niveau de risque.

      Vaut mieux ne pas aller en bourse pour ne pas être esclave des marchés financiers ? C’est au cas par cas qu’il faut décider.

    2. Lecteur_curieux dit :

      C’est la pensée néolibérale et néoclassique que vous critiquez juste à lire Aktouf et Mintzberg vous aurez plein de critiques pertinentes.

      Avez le prof Lauzon vous aurez un autre point de vue. Pertinent ou pas en fonction des goûts.

      Il faut intégrer l’IRIS et l’IEDM même s’ils s’opposent. Il faut s’élever au-delà de l’idéologie et se bâtir sa propre pensée plutôt que rester un bête mouton suiveux.

  35. edgar772 dit :

    Considérant que selon certains médias et commentateurs tout allait foutre le camp, après l’élection de Trump en 2016, le marché boursier, l’économie le taux de chômage allait exploser, le fait que l’administration Trump aie maintenu une moyenne de création d’emploi de 191,000/ mois est un exploit en soi! Non?

    1. treblig dit :

      @edgar772

      Quand la récession va se pointer le bout museau ( et, soyez sans craintes, elle va se pointer le museau suffit de savoir quand ), Trump aura déjà gaspillé toutes ses munitions pour maintenir artificiellement l’économie. Avec déjà un déficit actuel de 1 200 milliards ou va t’il trouver les ressources nécessaires pour contenir la crise ?

      Il aura 2 solutions à court terme : s’endetter encore plus et faire rouler la planche à billets. Deux mesures génératrices d’inflation. Or, l’inflation est une taxe déguisée qui pénalise immédiatement les salariés en restreignant le pouvoir d’achat.

      1. treblig dit :

        En ajout, Trump, très concentré sur son mur, n’a aucun plans crédibles pour rénover les infrastructures. Selon, une organisation qui représente les ingénieurs américains, les besoins immédiats sont de 1 000 milliards pendant 5 ans juste pour réparer les urgences et le laissez-allée. .

    2. Lecteur_curieux dit :

      Non pas du tout un exploit cela démontre juste leur fort biais pro-démocrate, anti-GOP et anti-Trump.

      En 1989 c’était bien différent. Le chroniqueur en immobilier était très enthousiasmé par la lecture du livre The Art of the Deal traduit dans La Presse. Celui du journal Le Devoir le dénonçait vivement.

      Le positionnement de La Presse était alors très différent. Maintenant depuis minimum 10 ans, ils essaient de ressembler au Journal Le Devoir. Jamais Roger D. Landry aurait fait ce genre de positionnement.

      1. edgar772 dit :

        @Lecteur_curieux
        Et j’ajouterais qu’en plus la Presse nous quête de l’argent après chaque article, pathétique!

      2. Lecteur_curieux dit :

        @Edgar

        La Presse et Le Devoir devraient fusionner et ensuite devenir une filiale de Radio-Canada ou peut-être de Télé-Québec.

        Hey mais ce sont les fonds publics ?

        Plus le choix. Bon mais je pense aussi à PBS…

        PBS était à gauche mais pas que et des gens d’affaires s’impliquent et tout et il y a de l’éducation.

        Fusion de La Presse et du Devoir et acquisition par Télé-Québec? Coupe de 60% du personnel de La Presse et 45% au Devoir.

        Vous pouvez être encore ou devenir 70% à gauche et 5% au centre plus 25% centre droite.

    3. Benton Fraser dit :

      Trump vie sur l’héritage d’Obama… qu’il dilapide.

      Et il n’y a pas vraiment d’administration Trump efficace, et c’est sans doute cela qui ralenti de saccage, l’inefficacité de Trump…

  36. Gilbert Duquette dit :

    @ degar772

    Tout ce que Trump et sa gang de clowns ont réussit à montrer c’est que l’économie Américaine est beaucoup plus robuste que les experts le pensaient.

    Imaginez maintenant si un véritable POTUS avait été élu qui qui aurait eu une vision à moyen et long terme, imaginez comment l’économie se comporterait présentement et surtout comment elle serait dans un avenir plus ou moins rapproché.

    La robustesse de l’économie Américaine n’est pas à l’abri d’une méga récession car les politiques de Trump poussent en avant les dettes et un jour les USA (privé et public) devront payer ces dettes malheureusement pour les Américains et une grande partie des gens, le gouvernemen Américains et les grandes compagnies n’auront plus de leviers pour passer au travers.

  37. A.Talon dit :

    «Je suis le plus grand menteur que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand saboteur de l’économie américaine que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand saboteur de la démocratie que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand destructeur du tissu social que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand destructeur de l’environnement que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand créateur de misère que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand exploiteur que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand ignorant que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand sans-coeur que Dieu ait jamais créé.»
    «Je suis le plus grand lâche que Dieu ait jamais créé.» (le Drumpf)

    1. Henriette Latour dit :

      A. Talon

      👏👏

      1. Lecteur_curieux dit :

        😴😴

    2. kintouai dit :

      Vous avez oublié : Je suis le plus grand Dieu que l’univers ait jamais créé !

  38. A.Talon dit :

    «Barack Obama revendique un meilleur bilan en matière de créations d’emplois au cours de ses 30 derniers mois à la présidence que Donald Trump au cours de ses 30 premiers mois à la Maison-Blanche»

    Voilà qui démontre clairement l’effet toxique de l’ordure orangée sur l’économie américaine. Cet effet sera durable, ne nous en cachons pas, puisqu’il s’agit essentiellement d’un appel à la médiocrité, de pensée magique et d’une imprévoyance totale envers l’avenir. La recette du Roi-des-Faillites.

    Vouloir entreprendre la déconstruction systématique de l’appareil de production industriel américain qu’on ne ferait pas mieux. C’est à se demander si cela n’a pas été longuement planifié au Kremlin ou à Zhongnanhai…

  39. gl000001 dit :

    Qui est le monstre ? Le monstre ou ceux qui laissent faire le monstre ?
    Je paraphrase le Grand Patron dans le film Le Jouet avec Pierre Richard.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Excellent film et d’ailleurs moi aussi j’ai déjà fait référence à cette scène sur ce blogue.

      Pierre Richard est une idole d’enfance.

      Voir le film Le Distrait aussi.

      Vous voulez savoir comment combattre Trump ? Que l’on gagne ou perdre les élections. Tous les trucs sont présents dans les films où il a joué. Que le système économique change ou pas. La liberté réelle est préservée.

      1. gl000001 dit :

        « comment combattre Trump ? Que l’on gagne ou perdre les élections.  »
        Vraiment pas sur de vous suivre (????).

  40. fallaitquejteuldise dit :

    Hors sujet: Stéphane Laporte dans La Presse aujourd’hui,

    « Chez Jean Coutu, on trouve de tout, même un américain. DJT. »

    Bonne journée!

  41. Alexander dit :

    Vous savez pourquoi la présidence de Trump est une -autre – faillite?

    C’est parce que ses thèmes de campagne s’avèrent des faillites.

    MAGA? Vraiment? Les EU ont encore une économie assez robuste, mais ils sont une risée internationale. Ils se sont repliés sur eux-mêmes comme des gens qui ont peur, peur de l’évolution, peur du changement, peur de perdre ses acquis. Trump a instauré une psychose de la peur. Un Mur, ça attise les peurs et le repli sur soi.

    Il fait combattre cette peur par l’espoir.

    Drain the swamp? Vraiment? Jamais vu autant d’arrivistes et d’incompétents en poste en même temps. À commencer par la proche famille du président qui n’a strictement rien à faire dans cette administration.

    Il faut combattre l’incompétence et le favoritisme par la compétence. Servir le pays en premier plutôt que servir ses intérêts.

    Lock her up? Vraiment?

    Demandez en privé à Mueller ce qu’il pense de son POTUS. Il va vous dire off the record que cet escroc est habile mais mérite la prison et que c’est son sbire Barr qui lui barre le chemin ( mauvais jeu de mots poche!) de l’inculpation.

    Les démocrates sont des niais s’ils ne peuvent pas démolir ce simili-président point par point.

    On parle du procès d’un des pires présidents ever et les démocrates sont tellement innocents et divisés qu’ils ne sont même pas foutus de mettre de l’ordre dans leurs idées et de réduire cette présidence en cendres.

    La stratégie de diviser les troupes est classique mais sert merveilleusement bien Trump à date.

    Et ce jusqu’au jour où un vrai président en devenir verra clair dans le jeu de cet escroc et prendra les grands moyens pour le sortir de la MB.

    1. A.Talon dit :

      «Et ce jusqu’au jour où un vrai président en devenir verra clair dans le jeu de cet escroc et prendra les grands moyens pour le sortir de la MB.»

      En présumant que la démocratie tienne le coup d’ici là, bien entendu. Et c’est bien là l’aspect le plus inédit (et inquiétant) de la présente situation: les institutions démocratiques américaines sont directement attaquées par le sabotage systématique de l’agent orange… et, pendant ce temps, le peuple semble complètement anesthésié, en panne d’instincts démocratiques. À certains égards, cela évoque furieusement l’Europe des années ’30.

    2. edgar772 dit :

      @Alexander
      J’attendrais les élections 2020 avant de qualifier l’élection de Donald Trump de faillite.

      1. A.Talon dit :

        Coucouche panier, le picotté. Et cesse d’embêter les grandes personnes.

        Le Drumpf est une faillite ambulante, toute sa vie n’a été qu’échecs et rétro-pédalages.

        6 faillites monumentales totalisant 8 milliards de dollars de dettes en moins de 20 ans.
        Faut être drôlement doué pour obtenir une telle quantité d’échecs.

        Le Roi-des-Faillites, l’Empereur fou de la Médiocrité.

      2. Lecteur_curieux dit :

        Toutes des faillites corporatives. Zéro faillite personnelle mais en 1991 ou aux environs cela aurait pu survenir.

        Ils ont préféré le garder là. Des gens peuvent appeler cela une faillite pareil même si légalement cela en était pas une.

      3. Alexander dit :

        @ Edgar772

        L’élection ou pas m’a rien à voir avec la qualité de la gestion.

        C’est à long terme qu’on voit l’impact de politiques.

        Faillir, c’est d’avoir des politiques déficientes. avec des impacts négatifs.

        Une élection, c’est juste un verdict populaire à courte vue.

        Faut pas tout mêler.

      4. Benton Fraser dit :

        Trump fait son beurre avec ses faillites.

        Il y a retenu une chose de son avocat Cohn:
        « Plus vous échouez, plus vous devez en parler d’une réussite! »

        Et Trump réussi tellement…a sa manière!

        Ce n’est pas sans raison qu’en campagne, il disait qu’avec lui, qu’on serait ecoeuré de gagner!!!

    3. Lecteur_curieux dit :

      Trump représente le triomphe de l’Amérique réactionnaire.

      Alors que pour moi il y a une trentaine d’années, Donald était un libéral. Plus économique que social mais libéral pareil comme Hugh Hefner bien que cela devenait macho et ringard. Il avait aussi des accès réactionnaires venant de son éducation et son papa et plusieurs opinions erronées et exagérées.

      Ses exagérations, ses hyperboles, son improvisation… Tout cela est champ gauche d’habitude et donc il faut travailler avec des gens ouverts et créatifs.

      Libéral mais trop. En entrepreneuriat et dans sa vie privée menant au narcissisme et la mégalomanie. Cet appétit est libéral. Celui puritain c’est comme Séraphin Poudrier et pire que puritain cela.

      Libéral c’est aussi d’aimer l’argent, le sexe et les femmes mais il faut une certaine mesure. Oui à la folie mais pas trop loin. Ou apprendre des leçons que la vie nous donne.

      Ne pas boire et ne pas fumer du tout et jamais. Cela est suspect pour un libéral. Pas libertin juste libre et épanoui. Il est allé trop loin dans la démesure. C’est loin des bigots et réactionnaires cela.

      Ce sont pourtant eux qui ont triomphé. Un vrai libéral les mannequins et miss seraient venues nombreuses en parler en bien.

      Si l’Amérique n’était pas réactionnaire et Trump aurait été un vrai playboy libéral. Bien des femmes libérées seraient venues raconter leurs aventures sexuelles avec Trump en riant et jamais en disant que c’est un agresseur. La playmate disant avoir eu une relation ? Donald dirait oui c’est vrai et que cette playmate est une femme bien. Melania viendrait parler et dirait qu’elle a pardonné à Donald. Tout en avouant avoir eu des amants elle aussi et connus et hop elle en nomme deux! Donald parlerait et dirait que cela fait parti de la vie et que nous sommes des êtres charnels et non faits en bois.

      Scénario impossible il est avec le parti républicain et même les démocrates sont beaucoup trop coincés pour cela.

      Hey c’est pas Donald Trump qu’on décrit ou c’est lui avec un mélange de personnages réels et fictifs.

      L’Amérique réactionnaire qui a triomphé, misogyne, homophobe, ethnophobe, fermée.

      On combat cela comment ? En la dénonçant à la manière de la gauche radicale ? Un peu mais c’est inefficace.

      Par un humour peut-être de gauche mais…

      Il leur faudrait un Yvon Deschamps mais serait-il compris ? Personnifiant des réactionnaires mais où le public finit par réaliser que c’est très nono de penser ainsi. Et aussi que si on veut le progrès véritable, il faut laisser le temps à la population de s’adapter. Le hic aux states ils sont à des stades très différents d’un endroit à l’autre.

      1. Lecteur_curieux dit :

        https://youtu.be/TyhZHZUvK7c

        L’intolérance par Yvon Deschamps. C’est sûr que l’éducation populaire se fait petit à petit et lui c’est au Québec mais à quelque part il a plus fait que les politiciens. La culture c’est plus important.

        Et il faut que la grande majorité finisse par comprendre.

        La vraie efficacité ou une des vraies passe par ce type d’humour mais il y a plusieurs chemin qui mènent à Rome.

      2. Superlulu dit :

        Mathieu Bock Côté sort de ce corps. 🙂

      3. Lecteur_curieux dit :

        Bock-Côté est mon adversaire. Il ne faut vraiment pas comprendre.

        Mais oui absolument que le rectitude est allée trop loin et engendre des comportements réactionnaires par ressac.

        Et ceux d’antan allaient trop loin pas juste dans les années’70, dans les années’80 aussi.

        Alors l’arrention portée à des discours de gauche déconnectés était moins grande. Par contre, une part du discours mérite vraiment écoute. Si on ne fait que se boucher les oreilles on ne peut pas faire de tri. Il ne faut pas tout rejeter en bloc. Mais il ne faut pas non plus en faire des maîtres à penser.

        Bock-Côté est un frustré de l’UQAM, une université de gauche qui ne lui a pas donné sa place selon lui. Je crois qu’il chargé de cours à HEC-Montréal, il est aussi frustré de ne pas plus passer à la télé.

        Pour moi, un vrai intello, y penserait beaucoup avant d’accepter de faire une chronique dans le Journal de Montréal et ne rêverait pas d’être à l’émission de Ruquier le plus souvent possible.

        Un intello est plus au Canal Savoir à Télé-Québec mais dans des émissions éducatives plus que de débats publics virant en dialogue de sourds, sur France Culture, PBS, NPR, etc.

        Denise Bombardier à une autre époque dans son émission Raison Passion.

        Il y a un 8 ou 10% de vérité chez Bock-Côté, pour vous en prendre seulement 2% c’est être son émule alors que c’est un adversaire côté vision de la vie.

  42. papitibi dit :

    @ Edgar 772, 9h20
    Considérant que selon certains médias et commentateurs tout allait foutre le camp, après l’élection de Trump en 2016, le marché boursier, l’économie le taux de chômage allait exploser, le fait que l’administration Trump aie maintenu une moyenne de création d’emploi de 191,000/ mois est un exploit en soi! Non?

    Gare, Edgar aux yeux hagards. Tu t’égares!

    Élire Trump en 2016, c’est comme si ce pays qui a vu naître mon père avait élu Al Capone à la présidence.
    On aurait eu droit aux mêmes discours. no corruption! no collusion! no obstruction!. Mêmes cris de ralliement: Hoax! Witch Hunt! We will Drain the Swamp! Make Mafia Great Again! La contrebande, c’est des Fake News!

    Ou encore: Le FBI, c’est des bandits. Les juges itou. On va nommer NOS z’AMIS <a la Cour Suprême! On va dispenser les honnêtes mafieux de payer des impôts!

    Izze this SCI-FI?
    Mais pas pantoute, mon Simon.

    Il fait quoi, le Trump?
    Il dit, il se dédit, il redit, il se contredit.
    Il fait monter le Dow Jones… il en provoque la chute.
    Lui seul sait quel sera son prochain MOVE, que ce soit un nouveau tarif sur l'importation des IPhone ou encore sur l'aluminium et l'acier canadien MALGRÉ un accord de libre-échange et MALGRÉ un traité sur l'auto.

    Lui seul sait quel sera son prochain MOVE, pcq lui, il n'écoute personne. Parce que lui, il congédie tous ceux qui sont réticents à lui lécher la raie. Parce que lui, il sait et comprend TOUT. Mieux que les avocats, mieux que les médecins, mieux que les environnementalistes, mieux que les Généraux de son Armée, mieux que les gens de la NASA… Alors toutes ses décisions arrivent là où personne ne les attendaot…

    Meanwhile, vous autres mes amis qui me fournissez des pussies que j'peux grabber, ou du cash, ou des coups de langue sur le pipi, j'vas vous l'direavant de faire monter pis descendre la bourse. Ou les cours du pétrole. Ou whatever. Soyez attentifs. Vendez HAUT, achetez BAS, je vais vous avertir à l'avance.

    C'est d'même que ça marche, une swamp.

    1. papitibi dit :

      Considérant que selon certains médias et commentateurs tout allait foutre le camp, après l’élection de Trump en 2016, le marché boursier, l’économie le taux de chômage allait exploser, le fait que l’administration Trump aie maintenu une moyenne de création d’emploi de 191,000/ mois est un exploit en soi! Non?

      Extrait tiré des oeuvres complètes du serpent à sornettes. C’était une citation!

    2. edgar772 dit :

      Papitibi, vous êtes sûrs que ça va?

  43. Maïs1988 dit :

    Ce serait intéressant, certes infiniment plus informatif, si les chiffres ne se limitaient pas qu’au simple nombre de “monthly job growth”.

    On peut faire dire bien des choses aux statistiques.

    Honnêtement, en soit, ces chiffres, nombres de “jobs” est relativement très peu informatif, que ce soient sous Obama ou sous Trump, ou sous les présidents précédents.

    S’agit-il de nouveaux travailleurs ou de travailleurs qui ont accepté un deuxième petit emploi, un troisième petit boulot, pour joindre les deux bouts, payer les factures?

    Franchement, le suivi mensuel du nombre de personnes occupant un emploi à temps plein serait beaucoup plus révélateur que le nombre de “jobs”.

    Ensuite, de quelles “jobs” s’agit-il? Des emplois dans la restauration, plongeur, aide-cuisinier, s’agit-il de jobs aux champs pour récolter les fruits et légumes, ou caissières ou manutentionnaires chez Walmart, pardon, “associées”, tous payés à coups de pieds dans les fesses, des emplois temporaires, précaires, ou des emplois bien rémunérés, stables, à temps plein?

    Ces chiffres incluent-ils les prisonniers dans les prisons américaines travaillant à $0.15/heure comme à certains endroits en Californie, comme Kamala Harris le savait si bien comme AG, tel que révélé par Tulsi Gabbard?

    Les emplois sont-ils occupés par des américains ou par des travailleurs sous visas qui retournent dans leurs pays dans 1-2 ans emportant parfois avec eux le “know-how”?

    Une autre statistique qui serait plus révélatrice du secteur de l’emploi, de sa santé économique, aux USA, ou ailleurs, au Canada par exemple, serait le nombre de personnes devant avoir recours aux banques alimentaires. L’augmentation du nombre de “jobs” est-il corrélé avec une diminution des files devant les banques alimentaires?

    Je veux bien que l’on tombe à bras raccourcis sur Trump. J’en suis. Mais faisons-le avec des arguments solides, pertinents. Ils sont assez faciles à trouver. Non, la forme de son toupet, la couleur de ses cheveux, ses poignées de main, son tour de taille, des discussions de vestiaire tenues il y a longtemps, des données sur “monthly job growth” ne passent pas le test de Litmus!

    1. Lecteur_curieux dit :

      Exact 👍👌 comme disait le personnage joué par Brathwaite dans Peau de Banane.

      Sauf qu’une analyse complexe passe mal dans les médias. Il faut une pensée dite concise mais qui est plutôt tronquée.

      Il faut lire des revues spécialisées mais ils ne peuvent pas produire des textes aussi régulièrement.

    2. kintouai dit :

      @Maïs Vous avez bien raison. Par contre, si on compare les chiffres fournis par M. Hétu dans ce billet avec les élucubrations mensongères et farfelues dont nous abreuve, dix mille fois par jour, la crapule qui squatte la MB, que répète en boucle son réseau de propagande SS News et que gobent sa secte sans même se demander s’il y a une once de vérité là-dedans, on peut dire que les données sur la croissance mensuelle de l’emploi constituent une base solide.

    3. jcvirgil dit :

      Tout à fait. Quand la rémunération et le pouvoir d’achat à tellement chuté de façon générale dans une économie où 80% de l richesse produite se retrouve dans les mains d’une infime minorité, ce qui force bien des gens à prendre un deuxième ou même un troisième emploi pour boucler les fins de mois, il faut être lobotomisé pas à peu près pour croire un gros milliardaire doublé d’un escroc qui se vante de créer de l’emploi 😎

  44. Sage 2010 dit :

    @Alexander

    Bien dit.

    Quelque soit la durée de sa présidence, Donald Trump aura réussit à faire ressortir les mauvais côtés et les plus bas instincts des habitants, tout en s’entourant également des pires personnes aux postes clés du gouvernement. Il aura également réussit à donner raison aux américanophobes et aux rancuniers de tout bord et ils s’en donnent à coeur joie. Il faudra une décennie pour se remettre de cette présidence négative.

    On a beau dire que les républicains et démocrates étaient pareils. Cependant les républicains se targuent d’être le parti de la responsabilité fiscale, alors que quand les démocrates sont au pouvoir les déficits tendent à baisser. Bill Clinton a même créé des excédents budgétaires.

    https://www.thebalance.com/democratic-presidents-impact-on-economy-4129132

    https://www.thebalance.com/republican-presidents-economic-impact-4129133

    https://www.thebalance.com/trump-vs-obama-economic-policies-4142333

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :