Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Nate Silver

À moins de trois semaines du scrutin de mi-mandat, tous les yeux sont tournés vers la Chambre des représentants, que les démocrates ont des chances de regagner. Or, si la vague bleue prédite par plusieurs experts atteint les résidences de gouverneur, elle changera le visage de la politique américaine pour la prochaine décennie. Ces élus seront toujours en poste lors du prochain redécoupage de la carte électorale en 2021, un exercice qui a lieu tous les dix ans. Les démocrates élus à la tête de leur État auront ainsi la chance de renverser les effets du fameux gerrymandering qui a tant favorisé les républicains au cours des dix dernières années.

Quelques chiffres pour comprendre : dans 35 des 50 États américains, les gouverneurs ont un droit de veto sur le changement des frontières des circonscriptions électorales. À l’heure actuelle, environ le deux tiers des postes de gouverneur sont comblés par des républicains, mais 26 sièges sont en jeu aux élections de mi-mandat. Comme le montre l’image qui coiffe ce billet, un grand nombre de courses sont serrées (plus de détails ici).

«La prochaine décennie est essentiellement sur le bulletin de vote à l’automne 2018», a déclaré l’auteur d’un ouvrage sur le dernier redécoupage, David Daley, au site Vox, dans cet article que je vous recommande fortement. « Et si les démocrates ne gagnent pas des élections clés qui leur permettent d’avoir une place à la table en 2021, le parti pourrait se reperdre dans la brousse pour un autre dix ans», a-t-il ajouté.

Pour les démocrates, les gains les plus importants à réaliser le 6 novembre sont dans les États clés comme le Michigan, l’Ohio, la Pennsylvanie, le Wisconsin et la Floride ou dans les États les plus populeux, car ils envoient un plus grand nombre de représentants au Congrès.

«Parmi les neuf États avec des populations de 10 millions ou plus qui éliront des gouverneurs le mois prochain, les démocrates sont manifestement les favoris dans cinq (Californie, New York, Illinois, Pennsylvanie et Michigan) et légèrement favoris dans un sixième État, la Floride. Les républicains sont fortement favoris seulement au Texas. Les courses en Ohio et en Georgie en sont à pile ou face», écrit Nate Silver, le pape américain de la statistique, dans une longue analyse intitulée «Odds Are, Your Next Governor will be a Democrat», publiée il y a deux jours sur son site FiveThirtyEight.

En plus de l’Ohio et de la Géorgie, l’issue d’une dizaine d’autres courses est encore incertaine. C’est notamment le cas du Maine, du Connecticut et du Nevada. Dans cet article, Vox présente les candidats et résume les enjeux des 13 courses où les sondages sur les intentions de vote sont trop serrés pour se prononcer définitivement.

En terminant, pour comprendre le concept du gerrymandering (qui consiste grosso modo à changer les frontières des circonscriptions électorales à l’avantage du parti qui les trace), le Washington Post se vante ici, d’offrir « la meilleure explication du gerrymandering que vous verrez jamais». Les images ci-dessous, tirées de ce reportage, permettent de visualiser pourquoi le nombre d’élus d’un parti ne représente pas nécessairement le vote populaire.

Screen Shot 2018-10-19 at 12.57.05 PM

P.S. : Dernier jour de la deuxième campagne de souscription de ce blogue. Si ce n’est pas déjà fait, il n’est pas trop tard pour y participer. Merci à l’avance!

Le blogue de Richard Hétu

(Image en une: fivethirtyeight.com)

34 réflexions sur “Élections de mi-mandat : pleins feux sur les gouverneurs et le gerrymandering

  1. JOCELYN NOBERT dit :

    Dire que les américains font des leçon de démocratie à toute la planète. Pathétique!

    1. Pierre dit :

      Ce qui semble être un problème en ce moment c’est la grande trappe à Hillary… elle veut tellement le pouvoir (une autre Pauline) qu’elle est prête à saborder le parti…avec ses opinions dépassées

      1. Sjonka dit :

        @ Pierre.
        Avez vous un problème avec les femmes qui veulent être chefs ?
        Je trouve vos remarques de mauvais goût. Ceux qui sont contre Mme Rodham Clinton vont toujours trouver des prétextes pour la descendre. Soit, on parle de politique américaine mais je ne vois pas ce que Mme Marois vient faire dans le discours. Elle a été la première femme PM du Québec et a subie un attentat politique. Ça mérite un peu le respect, ne trouvez vous pas ?

      2. Pierre dit :

        @sjonka

        Quoi parce que Pauline Marois était une femme on ne peut plus afficher nos opinions? Elle voulait devenir 1 iere ministre et par la suite n’a pas écouté les conseils quand les bonzes du parti lui ont déconseillé de lancer une élection hâtive… svp sjonka sortez vous la tête du sable…

  2. gl000001 dit :

    De la fraude électoral légale. Si les répus mettaient leur intelligence au service des gens plutôt que de s’en servir pour de telles basses oeuvres, on aurait un meilleur monde (petits bruits d’oiseaux …)

    1. Henriette Latour dit :

      gl000001
      Si les Républicains mettaient leur intelligence au service de leurs concitoyens, ils n’auraient pas besoin d’agir ainsi car les votes de tous seraient en fonction de ce qu’ils ont fait pour leurs électeurs.

      Le problème est qu’ils mettent leur intelligence au service des gens qui paient leur campagne mais qui, eux, ne votent pas dans leur circonscription d’où l’obligation de changer les limites des circonscriptions pour empêcher les gens à qui ils ont le plus nui de voter pour leur adversaire.

      Belle démocratie!

      1. gl000001 dit :

        Je révise : pas des fraudeurs mais des prostitués !!

  3. treblig dit :

    Contrairement au sénat ou le nombre de siège est fixe ( 2 par état peu importe la population), le nombre de représentants varie en fonction de la population. . Ainsi le Wyoming a un seul représentant ( le minimum) et la Californie en a 52 sur un total de 435 circonscriptions.

    Contrairement au Canada ou il y a ajout de comtés pour tenir compte du développement démographique, le nombre de représentants ( 435) n’augmente pas. Il y a déplacement d’un état en perte démographique ( comme les États centraux du midwest) vers les États en croissance démographique ( comme la Californie) du nombre de représentants en fonction des données du recensement.

    1. treblig dit :

      Ce nombre de 435 représentants est fixe depuis 1913 même s’il a ajout d’un état comme Hawaï en 1959

  4. bloganon dit :

    Le découpage électoral sans cesse recommencé est un déni de la démocratie, peu importe quel parti le pratique. Comment peut-il être accepté et maintenu? C’est la question que je me pose.

  5. Emalion dit :

    Question: On a beaucoup parlé du sénat dernièrement ce qui donne l’impression que le pouvoir réside a ce niveau. Qu’elle est le role de la chambre des représentents et que seront les impacts si les démocrates remportent la chambre mais demeure minoritaire au sénat. Vas-t’on voir un différence pour Tiny Donny?

    1. treblig dit :

      Les deux chambres du congrès ( représentants et sénateurs) votent les lois fédérales. Un projet de loi doit être approuvé, dans les mêmes termes, par les deux chambres pour être accepté puis soumis au président pour approbation finale.

      En pratique , le sénat est plus influents que la chambre des représentants. Le sénat a la prérogative des accords internationaux tandis que les représentants s’occupent plus du budget de l’état.

    2. Youno dit :

      Oui car il va être difficile pour DJT de passer ses lois avec une chambre des représentants démocrate. Et les représentants démocrates, en majorité, auront le pouvoir de lancer des enquêtes et émettre des subpoenas. Les avocats de DJT et de la MB auront beaucoup de pain sur la planche

  6. bloganon dit :

    Le découpage électoral plus les modifications plus ou moins arbitraires des lois des États pour limiter le droit de vote font que le parti au pouvoir a beaucoup trop d’avantages sur l’autre parti.

  7. Lecteur-curieux dit :

    Ici au Québec, on pouvait regarder une carte sur comment nos voisins votent et on voyait très bien les quartiers ayant fait gagner ou perdre les élections.

    Pour les images du Washington Post, les gens ne résident pas ainsi. La représentation parfaite ressemble à la proportionnalité, il ne faut plus avoir de district ou circonscription pour cela.

    Mais voyez comment ils sont… Tous les démocrates avec les démocrates, tous les républicains avec les républicains.

    Il en faudrait un autre même sans proportionnalité mais une carte là pour mieux servir la population seulement et cela pourrait arriver que les Républicains gagnent 3 à 2 mais il y aurait des démocrates gagnant 4 à 1 , 3 à 2 ou même 5 à 0.

    Le représentant doit servir au mieux la population locale. Pour la proportionnalité c’est bon pour des députés pas de comtés.

    Ou pensons encore à notre système. Donnez plus de votes à certains partis pour la proportionnalité.

    https://www.electionsquebec.qc.ca/provinciales/fr/resultats.php

    Que la CAQ conserve ses 74 députés mais ne leur donnez pas 59,2% des votes et ne leur permettez pas de former un conseil des ministres à 100% CAQ. Sauf que c’est de même que ça marche.

    1. 430a dit :

      Difficile alors de croire à la démocratie. Je sais: c’est le moins pire des systèmes. À l’heure actuelle pourtant, il devient impératif de redéfinir un nouveau mode de représentation. L’avenir est à ce prix et ce n’est certes pas trop cher payé. À quand ce changement?

  8. Martin cote dit :

    Donc, ça va se jouer au niveau des gouverneurs….à souhaiter que les démocrates remportent la mise pour que les repus prennent leur trou pour les 10 prochaines années…

  9. Lecteur-curieux dit :

    https://www.realclearpolitics.com/epolls/2018/governor/ga/georgia_governor_kemp_vs_abrams-6628.html

    Pour la Géorgie, +2 pour Kemp donc très serré. Mais si on va à Atlanta, ils votent Abrams à quel pourcentage ? L’État et la ville c’est comme vivre dans deux pays différents?

  10. Gilles Morissette dit :

    L’analyse de monsieur Hétu est fort juste. Cependant, il faudra que les Démocrates fassent sortir leur vote sinon les prévisions des experts n’auront aucun sens et on se retrouvera comme lors de la dernière présidentielle où plusieurs électeurs démocrates ont préféré rester à la maison plutôt que de voter pour Clinton.

    Les enjeux de cette élection sont cette fois-ci beaucoup trop important pour s’abstenir d’aller voter. Il faut absolument que le Congrès retrouve ses prérogatives et joue son rôle de contrepoids face à l’Exécutif, surtout lorsque « l’Exécutif en question » se nomme Tiny Enfoiré.

  11. Loufaf dit :

    Si j’ai bien compris, comme le découpage est le même qu’ en 2016, ça va prendre une grosse, grosse vague bleue pour renverser la vapeur. On peut s’attendre à tout un suspense le 6 novembre.

  12. Navy dit :

    C’est un simulacre de démocratie. Une honte!

  13. A.Talon dit :

    HORS SUJET – retweeté par R. Hétu
    «Kyle Griffin
    Compte certifié @kylegriffin1
    Here’s the video of Trump on Greg Gianforte body slamming Ben Jacobs: « Any guy that can do a body slam, he’s my kind of guy. » »

    Ça doit sans doute expliquer sa grande admiration pour des sales types comme Mohammed ben Salmane, Rodrigo Duterte ou Vladimir Poutine qui n’ont pas hésité à commettre eux-mêmes des meurtres de leurs propres mains ou à en commander directement…

    1. danielm2757 dit :

      Vous avez oublié ce cher Kim, impardonnable (pas d’invitation à la Maison Blanche pour vous!)

    2. Rustik dit :

      @A.Talon,
      Concernant le « body slamming » la plupart des gens (sur quelques blogs) ont écrit des choses du genre concernant cet événement:
      « Listen to the audio. The reporter refused to back off. The first few seconds tell what happened. The reporter aggressed. »
      « Ben Jacobs got his a** whipped, Montana style after provoking this man and he now wants to whine about it like a little girl. »
      « Mr. Trump should do the same with all CNN reporters and Univision reporters »

      Quand on dit que Trump n’est pas le problème, mais un symptôme d’un problème beaucoup, beaucoup, beaucoup plus profond chez nombre d’américains…

  14. Syl20_65 dit :

     »Cependant, il faudra que les Démocrates fassent sortir leur vote… » Gilles Morisette

    Même s’ils font sortir le vote, les répulibans trouvent toutes sortent de moyen pour empêcher les gens de voter. Hier j’ai lu qu’un autobus rempli de gens âgés pour la plupart noirs, ont été sommé de sortir de l’autobus parce que le véhicule n’était pas enregistré pour je ne sais plus quoi.
    Seul l’aliénation du vote de certains groupes peut faire gagner dette bande de répugnants.
    Une tricherie n,attend pas l’autre.

    https://www.huffingtonpost.ca/entry/black-voters-matter-bus-georgia_us_5bc76a27e4b055bc947ce32b

  15. Victoire dit :

    J ai l impression qu un sondage un peu trop favorable nuit

    Super on va gagner
    Pas besoin d aller voter …

    Comment savoir si les sondages ne sont pas des. Fake news
    Pour inciter l adversaire a baisser sa garde ?

  16. danielm2757 dit :

    En effet ce n’est pas des élections « ordinaires » en vertu de la polarisation des opinions certes mais aussi parce que depuis les Bush fils et Trump, les républicains savent comment « battre » le système électoral américain. C’est comme si je vous disais qu’un vote républicain en vaut deux démocrates. Bien sûr cette proportion est caricaturale mais elle témoigne d’une tendance américaine glissante pour sa démocratie.

    1. Victoire dit :

      Bush Kavanaugh Trump

      Vos propos me semblent Sérieusement préoccupants

      C est à se demander si il faut se préparer un plan B
      Une double nationalité scandinave
      Ou un autre modèle d ordre social sain ailleurs dans le monde

      1. danielm2757 dit :

        C’est vrai la Suède m’a toujours attirée mais on dit du bien du Danemark et de la Finlande aussi. De plus ils ont des IKEA! Mais mon suédois est inexistant…quant au danois et finlandais c’est du chinois pour moi!

  17. danielm2757 dit :

    Les États-Unis sont un pays profondément divisé. La dernière période qui a observé un clash de société aussi prononcé fut pendant le conflit vietnamien ou le patriotisme récupéré par l’arrogance des politiciens de l’époque a fait face à la désobéissance explicite de toute une génération (incluant celle des jeunes vétérans sacrifiés sur l’autel des profits et pertes). Le racisme et la marginalité des classes pauvres et de couleur avaient engendre toute une série d’émeutes dans plusieurs villes importantes du pays. L’apaisement fut obtenue par l’effet combiné de la fatigue et la lassitude des propagandistes, la chute éventuelle de l’administration Nixon et l’abandon momentanée des ambitions internationales des USA.
    Aujourd’hui une nouvelle fragmentation démographique et socio-économique se révèle dans le visionnement de la carte présentée par Mme Cameron. Ces fractures risquent de s’agrandir si les républicains restent en place. Les démocrates doivent non seulement reprendre le pouvoir et ils doivent aussi réconcilier la nation. Pour l’instant ma seule inspiration c’est Barak Obama appuyé de tous ses pairs.

  18. Victoire dit :

    Je crois que la lecture de quelques bouquins traitant de l histoire de la politique americaine
    Me permettrais peut etre d acquerir une vision plus longitudinale en y remarquant notamment la dynamique , les patterns qui reviennent selon epoques et circonstances
    Suggestions bienvenues

  19. igreck dit :

    «La prochaine décennie est essentiellement sur le bulletin de vote à l’automne 2018».

    J’espère que les électeurs états-uniens sont aussi « allumés » que nous le sommes sur ce blogue. Surtout aussi conscients de ce qui est en jeu. Je suivais récemment une automobile immatriculée en Pennsylvanie et, je regardais le conducteur en me demandant s’il avait voté pour l’écervelé qui occupe (c’est bien le mot) temporairement le Bureau Ovale. Il m’a regardé à son tour et je l’ai supplié intérieurement de bien réfléchir avant de voter dans qq semaines. Ça se peut-tu merde !?!

    1. danielm2757 dit :

      Qui sait votre supplique intérieure va peut-être provoquer cette réflexion. Il faut pas oublier que beaucoup d’américains désapprouvent Donald Trump mais qu’en bon patriote (le patriotisme américain surpasse parfois la religion ou toute autre forme d’appartenance) ces citoyens plus clairvoyants sont déchirés dans ce contexte de menaces qui s’abattent sur le pays. Il en est ainsi du vrai démocrate (au sens premier) qui dans son esprit plus critique doute souvent de son interprétation des faits et mesure toujours sa réaction.

  20. Mabuse dit :

    La toile de fond des élections américaines en 2018 et 2020: toujours plus près d’une guerre civile qui n’a jamais pris fin…

    https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-americas-ongoing-civil-war/ – Jeffrey Sachs

    « America continues to be in a state of civil war. Not just a civil war, but the civil war. In the first round, back in the 1860s, the Confederacy lost. Yet now the Confederacy is temporarily on top. The United States remains one country divided by two cultures. » (…)

    « The declining predominance of non-Hispanic whites in the total population has probably widened America’s cultural divide during the past 20 years. And with non-Hispanic whites expected to become a minority of the total population by around 2045, America’s ongoing civil war could worsen. It will not end until working-class Americans of all regions, races, and ethnicities join forces to demand higher taxes and greater accountability of the rich corporate elite. »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :