Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Les alliés démocrates de Joe Biden au Congrès ont présenté ce jeudi matin le plan du président pour réformer le système d’immigration aux États-Unis. Le projet de loi prévoit notamment d’offrir à 11 millions d’immigrés clandestins la naturalisation au bout d’un parcours de huit ans. Il propose également d’éliminer les restrictions imposées par l’administration Trump sur l’immigration basée sur les liens familiaux et d’augmenter le nombre de visas pour les travailleurs étrangers.

Le plan de Joe Biden fait partie de ses promesses électorales les plus importantes. Il représente évidemment une approche aux antipodes de celle de son prédécesseur face à l’immigration. Alors que Donald Trump a souvent utilisé les mots «criminels» pour parler des immigrés, son successeur les identifient comme des «voisins, collègues, paroissiens, dirigeants communautaires, amis et êtres chers», comme le souligne le Washington Post. Son projet de loi laisse aussi tomber le mot en A cher à Donald Trump et à de nombreux conservateurs – alien, comme dans illegal alien – pour parler des immigrés clandestins, que le document désigne sous le vocable de «non citoyens».

De commenter le sénateur démocrate du New Jersey Bob Menedez : «Nous sommes ici aujourd’hui parce qu’en novembre dernier, 80 millions d’Américains ont voté contre Donald Trump et contre tout ce qu’il représentait. Ils ont voté pour restaurer le bon sens, la compassion et la compétence de notre gouvernement. Et une partie de ce mandat consiste à réparer notre système d’immigration, qui est une pierre angulaire du spectacle d’horreur haineux de Trump.»

Ce projet de loi a-t-il une change d’être adoptée sous sa forme actuelle? Il faudrait, pour cela, que dix sénateurs républicains se joignent aux 50 sénateurs du groupe démocrate, ce qui semble virtuellement impossible. Est-ce à dire que rien ne sera fait sur le front de l’immigration au Congrès, où la dernière réforme majeure remonte à 1986? Pas nécessairement.

Parallèlement au projet de loi déposé, Joe Biden et ses alliés démocrates pourraient adopter une stratégie des petits pas, tentant de faire adopter certains éléments de sa réforme à la pièce, en commençant par exemple par la création d’une voie vers la naturalisation pour les travailleurs agricoles qui sont aux États-Unis depuis des années ou les «Dreamers», ces jeunes immigrés clandestins arrivés aux États-Unis avec leurs parents alors qu’ils avaient moins de 16 ans.

P.S. : L’avant dernière journée de la première campagne de financement de ce blogue en 2021 se poursuit. Merci à tous ceux et celles qui y contribueront d’ici vendredi soir, de même qu’aux autres qui l’ont déjà fait!

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:


(Photo AFP/Getty Images)

13 réflexions sur “Immigration : fini le mot en A

  1. chicpourtout dit :

    Souhaitons vivement le meilleur pour tout ces gens courageux qui aspirent à mieux.
    Comme disait si bien ma mère, « il y a de la place pour tout le monde sur la terre ».
    P.s. Juste de l’écrire cela m’émeut…

  2. gl000001 dit :

    Ils ont la majorité des voix et ils ne peuvent gouverner comme ils veulent.
    C’est l’immobilisme institutionalisé. La médiocratie !!

  3. Guy Gibo dit :

    Je n’y comprend plus rien… Pouvez-vous me dire en vertu de quoi les règles du Sénat exige pour ce cas que 10 Républicains votent du côté des Démocrates? Je croyais que le sénat était 50% avec vote prépondérant à la vice présidente…Ce n’est donc pas le cas.

    1. marie4poches4 dit :

      Toute mêlée moi aussi. J’espère que quelqu’un vous répondra.

    2. marie4poches4 dit :

      Oups..treblig a répondu.

  4. lechatderuelle dit :

    les USA partent de loin… et comme tout est partisan… bonne chance Joe….

    Il faut profiter de McConnell qui préparera sa sortie… son âge et la vendetta interne auront raison de lui… mais ce visqueux personnage peut « servir »…
    Bien utilisé et grassement récompensé il « pourrait » servir….
    Car, mine de rien le baseball veut fermer des centaines de stades mineurs, ce qui va « tuer » des économies locales partout aux USA…. oups…

    ça l’air fou mais ce séisme va faire mal.. des centaines de stades deviendront inutiles malgré des millions de dollars publics….
    des centaines de petites villes sont en panique…

    il faudra faire travailler du monde et rapido….

    McConnell fera quoi ??
    aider ou nuire?
    aider pourquoi ?
    nuire pour qui ?

    Les « étoiles »montantes sont Haley et Cheney…
    Rien pour exciter McConnell….

    On peut gager pour un train de mesure d’ici 2022 et un blocage jusqu’ 2024… ensuite un délire total… on a rien vu !!

    ça va fesser fort et bas… fait que si McConnell, qui coute cher, peut se faire « acheter », Biden doit le faire…. une pute politique ça n’arrive pas souvent…surtout de ce statut….

  5. treblig dit :

    @Guy gibo

    Ce genre de projets de loi peut être bloqué par un filibuster. Pour passer outre le filibuster, il faut 60 sénateurs ( sur 100). Donc les démocrates ont besoin de 10 votes en plus des 50 qu’ils ont déjà.

    1. Guy Gibo dit :

      Merci…. foutu système.

  6. el_kabong dit :

    Beaucoup trop de compassion et de bienveillance que ne peuvent en supporter les dretteux ripoux-libans…

  7. sorel49 dit :

    Le président Biden tente de calmer l’aile progressiste des élus Démocrates avec son projet de réforme de l’immigration, sachant qu’il devra céder certaines parties de son programme de relance économique, particulièrement la garantie d’un salaire fédéral minimum.
    On est aux Etats-Unis !

  8. stellaire11 dit :

    L’hypocrisie des républicains concernant les immigrants illégaux me puent au nez. Tous ces travailleurs, qui sont souvent l’épine dorsale de l’agriculture, de la construction et du tourisme américain (Dont les hôtels et terrain de golf de Tantrump) sont considérés comme des criminels, alors que leurs employeurs américains s’en sortent blanc comme neige !

    Bonne chance à Biden et dans son cas, s’il veut accomplir ses promesses, il est aussi bien d’abolir le filibuster.

  9. Un pas dans la bonne direction même si on sait que l’administration Biden devra possiblement faire des compromis et adopter la stratégie « des petits pas » comme le dit M. Hétu.

    On peut être assuré que tout ce que ce pays compte de TDC, d’enfoirés, de xénophobes, de racistes de « fond de bécosse » et autres vidanges du même acabit vont se mobiliser pour faire dérailler le processus.

    J’adore le commentaire du sénateur Bob Menedez. Il a raison à 150% !!

  10. Gilles Bouthillier dit :

    Je ne reçois plus d’avis de nouvelles publications par courriel.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :