Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

pugh_hmvvkl.jpg

Catherine Pugh, mairesse de Baltimore, a annoncé en début de semaine dernière qu’elle prenait un congé médical illimité. Les raisons officielles ne sont pas trop claires, mais il semble que ce serait une pneumonie. Mais ne vous inquiétez pas trop pour la santé de la dame: la véritable raison de son retrait est un scandale de corruption. Scandale qui a poussé hier le conseil municipal de la première ville du Maryland à réclamer sa démission.

Ce qu’on lui reproche : alors qu’elle siégeait au sein du conseil d’administration du Centre médical de l’Université du Maryland, elle a fait publier par l’organisation un livre pour enfants, Healthy Holly , écrit par elle-même, sans qu’il y ait eu d’appel d’offres. L’histoire ne s’arrête pas là : plusieurs compagnies ont acheté des exemplaires du livre en échange de contrats municipaux. L’enquête est toujours en cours.

Par cette arnaque, la mairesse a engrangé pas moins de 700 000 dollars. Ce scandale n’est que la pointe de l’iceberg. On apprenait aussi que, sur les 30 membres du conseil d’administration de cette organisation à but non lucratif, un des plus gros pourvoyeurs de soins de santé de la région, neuf ont utilisé leur position pour attribuer des contrats à leur propre compagnie. Seulement trois membres, incluant la mairesse, ont démissionné.

Les cartes commencent à tomber alors que des révélations sont faites. Dans la foulée, dimanche le 7 avril, c’est un adjoint, James Smith, qui a démissionné. Et les révélations continuent.

Les histoires de corruption se sont multipliées à Baltimore depuis quelques années. Déjà, trois chefs différents se sont succédés à la tête de la police en 2018, alors que des accusations tombaient suite à la découverte d’un réseau de corruption au sein d’une unité de police. En 2010, la mairesse Sheila Dixon a dû démissionner pour s’être appropriée des cartes-cadeaux destinées à des gens dans le besoin. Et la corruption n’est pas le seul mal qui ronge cette municipalité reconnue pour ses problèmes de violence, de tensions raciales et de pauvreté. Récemment, le New York Times Magazine en a dressé un portrait déprimant, soulignant l’impact laissé par la mort de Freddy Gray, un jeune afro-américain décédé alors qu’il était sous arrestation en 2015.

Cette histoire est similaire de celle de Cleveland ou de Chicago; c’est l’histoire de municipalités américaines minées par la mauvaise gouvernance; ce n’est pas donc pas qu’une anecdote.

(Photo Reuters)

34 réflexions sur “Le livre pour enfants qui fait trembler Baltimore

  1. Emalion dit :

    La gangrène est a tous les niveaux dans ce pays?

    1. Pierre dit :

      @emalion
      Selon Stormy il y a surtout de la petite graine à la maison Blanche… excusez la c’était trop facile comme blague…

  2. Absalon dit :

    Il y aurait donc un fond de vérité sur Baltimore dans la série « The Wire ».

    1. Benton Fraser dit :

      Tout comme la série « Le résident » est sans doute la série médicale qui donne le portrait le plus juste du système de santé américain…. et c’est pas beau!

  3. PROBERT dit :

    Aux E-U, d’où pourrait bien venir l’exemple de rigueur morale et de professionnalisme, du temps de la présidence Trump ?

    1. gl000001 dit :

      Des journalistes. Mais pas toujours des organisations qui les emploient qui chassent trop le scoop et les cotes d’écoute.

  4. titejasette dit :

    Si je peux inculquer de la conscience aux politiciens de ce GREAT pays, je continuerai de leur donner de bons exemples – Bibotte

    « On paie mal un maître en ne restant toujours que l’élève » – Proverbe américain

  5. 430a dit :

    Et qu’advient-il du livre lui-même? Ne devrait-il pas être mis à l’index? N’empêche: la corruption est un cancer qui gangrène la démocratie.

    1. gl000001 dit :

      Il me semble que ça fait longtemps qu’ils n’ont pas brulé des livres ? C’était quand la dernière fois ?
      Ayoye ! Il s’en brûle des livres dans le monde !! La Bible revient souvent, Harry Potter, le Coran …
      https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_book-burning_incidents

      1. 430a dit :

        C’est vous, mon cher g1000001 qui parlez de brûler des livres. Remarquez, il ne se publie pas que des chefs-d’oeuvre…

      2. Haïku dit :

        @gl000001 12:49

        👌. « Fahrenheit 451 ». Les pompiers brûlent les livres.

  6. jeanfrancoiscouture dit :

    Corruption et appât du gain: les deux côtés d’une même pièce qui n’en a finalement qu’un seul: le côté pile. En effet, les visages à deux faces qui en représentent la lucrative alliance font tout leur possible pour rester invisibles.

  7. V-12 dit :

    Et faut pas oublier le Sherriff Clarke, lui aussi de Milwaukee. Tout un numéro avec son chapeau de cowboy et ses pins de scout qui remplissaient son uniforme.

    Il a passé des années en cours contre sa propre ville et a fait perdre des millions de dollars en dommages à la ville avec son traitement des détenus.

  8. Benton Fraser dit :

    Un livre pour enfant!

    Faut croire qu’il n’y a qu’au États-Unis que l’on peut séparer un enfant de sa mère mais ne pas séparer l’enfant des affaires!

    1. 430a dit :

      Hélas, il n’y a pas qu’aux États-Unis que ces « choses-là » arrivent. L’être humain aussi est une bête…

  9. Guillaume Brassard dit :

    Y a t’il eu une période de probité dans l’administration publique de cette ville/état ou il serait exact de dire que rien n’a changé depuis Spiro Agnew ?

  10. Guillaume Brassard dit :

    Y a t’il déjà eu une période de probité dans l’administration de cette ville ou de l’état ou il est exact de dire que rien n’a changé depuis Spiro Agnew ?

  11. Danielle Vallée dit :

    Et oui… un scandale de 1.2 milliards vient d’éclater (voir AP). On vendait à des personnes âgées sur Medicare des attelles et orthèses de toutes sortes dont ils n’avaient pas besoin, aux frais de l’état.
    https://apnews.com/a4991f62e2f84b8cb9869efeaeb57a02
    Un pays ingérable. Un buffet à volonté…

  12. papitibi dit :

    plusieurs compagnies ont acheté des exemplaires du livre en échange de contrats municipaux. […] Par cette arnaque, la mairesse a engrangé pas moins de 700 000 dollars.

    C’est la méthode Trump.

    Sauf que madame la mairesse vend des livres pour enfants; il faut en vendre beaucoup pour engranger $700,000… POTUS, lui, il vend des memberships fees pour son Golf Resort de Mar a Lago, où il passe plus de temps qu’à la Maison Blanche. En échange, l’acquéreur a droit à un accès privilégié au POTUS. Qui y reçoit sans doute des enveloppes brunes, en plus du $200,000…

    Pauvre mairesse! Si tu veux faire du fric, colle-toi aux plusse meilleurs! Trump aussi il a vendu des bouquins – The Art of the Crosse. Mais là, il est rendu dans les Grandes Ligues, avec ses fees à $200K

    1. Haïku dit :

      « The Art of the Crosse » on trouve ça dans section Porno?

      1. Haïku dit :

        Oups. On trouve ça dans LA section Porno?

  13. Syl20_65 dit :

    Elle pousse la corruption jusqu’à établir un faux diagnostic pour justifier un congé de maladie et une fois de plus, passer à la caisse.
    N’oublions pas que pour chaque corrompu, il y a des dizaines de corrupteurs.

    1. 430a dit :

      L’enfer est pavé de bonnes intentions.

  14. Martin Cote dit :

    Tout ce que nous apprenons à tous les jours sur çe grand pays devient de plus en plus déprimant …..

  15. Apocalypse dit :

    John Oliver a parlé de cette histoire en fin de semaine … ces gens vivent dans un monde où ils ou elles pensent que tout devrait leur permis, tient… comme Donald Trump.

    On aimerait qu’il y ait une justice et que cette femme Catherine Pugh se retrouve en prison pour plusieurs années, là, tu passerais un message, mais on peut fortement douter que cela arrive, même si elle est reconnue coupable.

    Décidément, certain(e)s élu(e)s ne pas compris qu’ils ou elles sont là pour servir la population et c’est plutôt: ‘se servir de la population’ :-(.

  16. ddescarreaux dit :

    Si l’on compare avec d’autres pays, il y a cependant une petite différence, néanmoins cruciale, elle s’est fait coincé.

  17. Louise dit :

    Soit il y a plus de corruption aux États-Unis (et ailleurs) depuis quelques années, soit il y a plus de gens qui enquêtent, surtout des journalistes,et on est davantage informés.
    Si c’est la deuxième hypothèse qui est juste, on pourrait alors dire que c’est un progrès.
    Même si c’est révoltant de découvrir tous ces scandales, on est mieux d’être informés et ainsi de pouvoir réagir.

    Autrefois tout restait caché et les gens pouvaient avoir la conscience tranquille.
    Il n’y a qu’à penser aux scandales de pédophilie dans l’Église Catholique. C’est la loi de l’Omerta qui a permis à tous ces prêtres dépravés de ne jamais subir les conséquences de leurs actes.
    Aujourd’hui, on sait. C’est pénible mais c’est la seule façon d’apporter les changements qui s’imposent.
    C’est la même chose avec le mouvement meeto et les scandales politiques ou financiers.
    Les langues se délient. Ce qui était toléré ou caché encoure maintenant la réprobation populaire et c’est tant mieux.

    Il n’y a que Trump qui est à l’abri de toutes conséquences même si ses crimes sont connus. J’espère que son bon temps achève.

    1. 430a dit :

      J’aime à penser que Trump n’est pas à l’abri. L’opinion que la plupart d’entre nous en avons ne pèse peut-être pas lourd, mais, pour simplifier, admettons que nous ne lui souhaitons pas des « roses et du pain »…

  18. Richard Desrochers dit :

    Il faut changer le titre pour « Wealthy Holly ».

  19. loup2 dit :

    HS
    Je viens d’apprendre que c’est Obama qui avait instauré la politique de séparer les familles qui franchissent la frontière.
    Et qui vient de dire que c’est lui qui a arrêté ça ?

    – Le président Trump a déclaré mardi qu’il n’envisageait pas de rétablir la politique de séparation des familles de migrants à laquelle il avait mis fin en juin 2018 face au tollé qu’elle avait provoqué.

    «Nous n’envisageons pas de le faire», a-t-il affirmé, tout en soulignant que cette mesure avait un vrai effet dissuasif. «Lorsque vous ne le faites pas, cela attire beaucoup plus de monde à la frontière», a-t-il expliqué.

    «C’est moi qui l’ai supprimée», a-t-il encore dit, affirmant que le système avait été mis en place par son prédécesseur démocrate Barack Obama.

  20. quinlope dit :

    Elle se dit atteinte de pneumonie.
    J’espère qu’on lui trouvera une «preexisting condition» pour laquelle elle ne serait pas assurée.
    Une pneumonie causée par une corruption viscérale.

    1. 430a dit :

      Viscérale et très contagieuse. Pandémie planétaire.

  21. FlorentNaldeau dit :

    Les histoires de magouilles ou d’influence indue exercée par des élus municipaux, ce n’est pas nouveau aux ÉU. Elles étaient même pratique courante dans certaines villes (Chicago, Détroit, NYC, Los Angeles) à une autre époque, et les médias en révèlent encore d’autres de temps en temps.

    Le moins qu’on puisse dire à propos de celle-ci c’est qu’elle n’est vraiment pas très subtile. Il faut vraiment être d’une arrogante inconscience pour croire que la manœuvre ne sera jamais révélée.

  22. Mariette Beaudoin dit :

    En tant qu’auteure de livres pour enfants non encore publiés qui bûche pour que tout soit impeccable, ça m’agace encore plus. Et je connais bien des écrivains de talent qui mériteraient beaucoup plus que cette dame d’engranger des profits non atteignables ici. Ils gagnent des sommes carrément dérisoires. La moyenne est de 3000 $ par an, ce qui veut dire qu’il y en a qui gagnent moins que ça, pour beaucoup de travail !

    Et dire également qu’un certain illustrateur de génie nommé Jean-Baptiste Monge — toute son oeuvre est à lire — a écrit une histoire qui tient de la magie et dont le personnage s’appelle Baltimore ! J’espère que personne ne confondra les deux.

    Je pense aussi aux pauvres parents qui ont dû expliquer à leurs petits qui ont lu et chéri le livre de madame la mairesse ce qu’est la corruption. Quand on écrit pour les enfants, on doit se tenir au-dessus de tout soupçon.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :