Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Décidément, quand ça va mal, ça va mal. En temps normal, un président en difficultés peut toujours compter sur la popularité de la première dame pour compenser, un tant soit peu, sa propre impopularité. Or, même la très populaire Jill Biden a commis un faux pas qui l’a forcé ce mardi matin à présenter ses excuses à une communauté qui est de moins en moins fidèle ou loyale au parti de son mari.

La première dame vantait l’action d’un organisateur de la communauté hispanique de San Antonio, au Texas, lorsqu’elle a prononcé la phrase suivante, massacrant de surcroît le mot bodega : « Raul a aidé à construire cette organisation en comprenant que la diversité de cette communauté, aussi distincte que les bodegas du Bronx, aussi belle que les fleurs de Miami et aussi unique que les tacos du petit-déjeuner de San Antonio, est votre force. »

Une communauté latino aussi unique que ses tacos ?

« Nous ne sommes pas des tacos », a fait savoir l’Association des journalistes hispaniques, invitant Jill Biden et son équipe de communications à ne pas réduire les Latinos à des stéréotypes.

Le sénateur républicain de Floride Marco Rubio a exploité la gaffe de Jill Biden en remplaçant son avatar Twitter par un tacos :

« Pas étonnant que les Hispaniques fuient le Parti démocrate ! » a tweeté de son côté le représentant républicain d’Arizona Andy Biggs, qui n’a pas la réputation d’être un grand ami de la communauté latino.

Qu’à cela ne tienne, la Maison-Blanche a jugé que l’heure des excuses avait sonné. « La première dame s’excuse d’avoir exprimé autre chose qu’une admiration et un amour purs pour la communauté latino », a déclaré Michael LaRosa, porte-parole de Jill Biden.

(Photo Facebook)





38 réflexions sur “Quand la première dame doit s’excuser

  1. NStrider dit :

    « Mes meilleures improvisations sont celles que j’ai le plus préparées ». Churchill

  2. Encorutilfaluquejelesus dit :

    Pour ma part, je ne m’excuserai pas de dire que le GOP est un tacot !

  3. garoloup dit :

    « I dont’ care…do you? »
    Ça c’était une gaffe digne des ligues majeures!

    1. jeani dit :

      @garoloup

      C’est ma journée des interventions en différé…

    2. gigido66 dit :

      Et, celle-là a passé sous le radar républicain. Surprenant!?!?!
      Elle était quand même dépourvue de compassion,arrogante, malicieuse et méchante …et probablement archi préparée.
      Alors quand les répus se pètent les bretelles ainsi m’inspire d’avantage de dégoût pour eux. Ils sautent sur n’importe quel faux-pas pour rire à gorge déployée des erreurs commises sans aucune malice, comme si eux, étaient sans défaut. MTG dit des niaiseries tant qu’elle peut en sortir de son cerveau fêlé et du côté répu, c’est un bruit de criquet. Je dirais même qu’on doit la trouver brillante!

  4. jeani dit :

    I don’t care, do you?

  5. Jean Saisrien dit :

    Elle et Joe se sont choisis…
    …deux champions.

    Les démocrates ont choisi Biden… tous des champions aussi.

    1. Kelvinator dit :

      Les démocrates sont aussi des champions pour se tirer dans le pied et s’entredéchirer.
      Même les républicains ont peine à les battre sur ces sujets.

    2. lairdutemps31 dit :

      Peu importe le parti que tu sois … je ne te choisirais pas , Mon Chempion! le Trio au grand complet… mais Jean Saisrien !!!

  6. solide tempête dans un verre d’eau ….

    c’était un peu pathétique comme allusion, mais de là à devoir s’excuser…

    ouf que l’épiderme de certains est devenue hyperallergène à tout et rien…

    le « créateur » de ce discours n’est pas l meilleur, mais de là à paniquer pour une métaphore plate et mauvaise ….

    étrangement, personne n’aurait soufflé mot devant une grosse menterie bien juteuse…..

  7. POLITICON dit :

    S’il fallait exiger des excuses à chaque fois qu’on nous traite de hot-dog et pays de poutine. Ne pas confondre avec Putin le dictateur russe. Prononcer cette phrase exige quand même des excuses appropriées de la 1ere Dame. Ca frise le mépris et elle en est consciente. Rappelons nous de Mélamine Trump qui arborait un jacquet vert avec le message I Don’t Care pendant que les enfants étaient enfermés dans les cages. Ce n’était pas très brillant non plus. On ne savait plus si c’était un message visant son mari qui rémunérait des travailleuses du sexe non syndiquées pour se faire chatouiller le bout du champignon.

  8. marie4poches4 dit :

    « aussi unique que les tacos du petit-déjeuner de San Antonio »

    Bon ok, j’admets que c’est pas terrible mais je ne vois pas comment on peut comprendre qu’elle compare les hispaniques à des tacos. Je comprends qu’elle dit que les hispaniques sont aussi uniques que les tacos au petit déjeuner le sont. Elle aurait pu trouvé mieux mais je ne vois rien de méprisant,

    1. Elle ne les a pas comparé a des tacos. Elle les a comparé a  »aussi distincte que les bodegas du Bronx, aussi belle que les fleurs de Miami et aussi unique que les tacos du petit-déjeuner de San Antonio »

      Réduire son commentaire (maladroit) a seulement les tacos change le sense de son commentaire.

      1. marie4poches4 dit :

        C’est exactement ce que je dis.

      2. Selo des commentaires sur tweeter: Breakfast tacos are fairly unique to the mid-south.

        Elle a énoncé 3 distinctions spécifique pour démontré leurs diversité. Et le NAHJ dit que Jill a dit que les latino sont tous pareil et son tous des Tacos… Le NAJH sont des trous du cul.

        Et le Dem sont stupide de s’excusé pour ca.

    2. gl000001 dit :

      Elle aurait dit n’importe quoi que quelqu’un l’aurait spinné comme une gaffe.
      Ils vont chialer sur ses excuses maintenant.

    3. 🙂 désolé, je voulais ajouté a votre commentaire, pas le contredire.

      1. marie4poches4 dit :

        Pas de problème ☺

  9. Je ne sais pas si c’Est a cause de la traduction, mais j’aime pas trop l’excuse.
    « La première dame s’excuse d’avoir exprimé autre chose qu’une admiration et un amour purs pour la communauté latino »
    C’est comme dire quel n’as pas d’admiration.

     »D’avoir mal exprimé son admiration » aurait été mieux.

    Et je ne comprend meme pas pourquoi elle s’excuse pour avoir donné quelque exemple de la diversité des latinos. je trouve que ca rend la situation pire. Que ca ajoute un probleme ou il n’y en as pas.

    Jill a donné 3 exemple de diversité
    Et le NAHJ lui reponds que cE’st réducteur de comparé tout les latino a un seul des trois exemple.
    Pourquoi le NAHJ ne c’est pas insurgé d’être comparé a la diversité des fleurs de MIami?
    Tant qu’à moi, si il y a un probleme dans cette situation, c’est le NAHJ qui cheche des poux ou il n’y en a pas

    1. Kelvinator dit :

      Une fois que la mentalité de victime est implanté, la moindre petite chose vous frustre.
      Regardez les républicains avec la laïcité, la guerre à la religion, l’école publique.
      On voit le même penchant du coté gauche, avec la cancel culture et l’appropriation culturelle. Cet exemple s’inscrit dans cette vague de victimisation exagérés.

  10. Charlot dit :

    La politique, et pas seulement l’américaine, est désespérante. Le moindre lapsus, le moindre faux pas (ou ce qui est considéré tel), la moindre candeur est aussitôt exploitée pour, au mieux ridiculiser l’ennemi (car on ne parle plus « d’adversaire «  depuis longtemps), au pire donner un sens opposé aux propos tenus. Et on se surprend que les gens se détournent de la politique, renvoyant les partis et les candidats dos à dos.

    1. gl000001 dit :

      Et les spin doctors, organisateurs de campagnes, marketeux de mensonges font plein d’argent avec ça. On peut se demander si ils ne font pas exprès pour envenimer les choses. Ils travaillent pour leur portefeuille !!!

  11. HS. the conference board of canada a réduit sa prévision de croissance de 4% a 3.5%, le marché part en panique, les bourses s’effondre, et ce seras la récession.

    Il est a noté que la PRÉVISION est une croissance de 3.5%
    Il est a noté que l’économie a décrus de 5% en 2020
    Il est a noté que le niveau de croissance diminue d’année en année depuis les années 70 – et que la bourse croissait exponentiellement depuis un dizaine d’année

  12. ralbol dit :

    Eh que j’ai hâte de voir et d’entendre quelqu’un pris dans ce genre de puérile « controverse » de mots, envoyer paître (pour être poli) toute la gangs de brainwashés politically corrects qui s’insurgent artificiellement au moindre mot « sensible ».

    Poussons à l’absurde cette folie et militons au Québec pour faire bannir les mots « Frog » et « Pea Soup », au Canada anglais bannissons les mots « Bloke » et « Tête carrée », partout sur la planète, effaçons des dictionnaires les mots « Tapette, Fifi, Butch, Pédale, Pédé, Folle etc. », envoyons au bûcher ceux qui prononcent les mots « Koon et N**ger », et on peut continuer comme ça à pu finir.

    En Angleterre, on a tenté d’effacer le cigare des photos de Winston Churchill parce que fumer, cé pa bô…

    On essaye de faire la même chose avec les mots.

    Pour Jill Biden, la seule réaction saine d’esprit aurait été de s’amuser d’une mauvaise prononciation et de remercier la dame en disant que bien sûr, y’a pas que les tacos dans la culture hispanique.

    Tout le reste, c’est de la folie de chercheurs de poux et de la maladie de manufacturiers de controverse bidon.

    Si ton identité est si fragile qu’un mot la met en péril, va consulter !

  13. Kelvinator dit :

    Lorsque l’indignation devient un sport national, on cherche les plus petites choses pour s’insurger…

    L’ironie veut que les détracteurs veulent ne pas être réduit à des tacos, alors qu’ils réduisent le discours complet de Jill Biden à des tacos…
    Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Pathétique comme sujet de victimisation.
    LA politique identitaire englobe vraiment tout les aspect de notre société, et vient déteindre sur le Canada, malheureusement.

    1. gl000001 dit :

      Outrage addiction is the new adrenaline addiction.

  14. Haïku dit :

    RE: « …doit s’excuser… »
    ——-
    « Si Dieu existe, j’espère qu’il a une bonne excuse. »
    (Woody Allen)

  15. kintouai dit :

    La rectitude politique avait déjà considérablement réduit le vocabulaire, voilà maintenant que le « wokisme » réduit considérablement l’épaisseur de l’épiderme des personnes dites « racisées » (terme que je n’aime pas, puisque, à ce compte-là, les Francophones du Canada pourraient à juste titre se considérer comme « racisés »).

    Bientôt, les humoristes vont tous être au chômage ou faire face à des poursuites farfelues.

    Il y aura tellement de mots en « n » prohibés que les gens devront se parler par signes (et encore !), car tous les mots en mots seront frappés d’interdit.

    Je ne me souviens pas où j’ai lu ça, mais on disait que lorsque les mots n’auront plus le même sens pour tout le monde, ce sera le règne de Satan. On est en plein dedans !

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      @kintouai: «racisées » (terme que je n’aime pas, puisque, à ce compte-là, les Francophones du Canada pourraient à juste titre se considérer comme « racisés »).

      Pas besoin que nous nous considérions nous-mêmes comme «racisés». Nos compatriotes de l’autre langue officielle s’en sont fort bien chargé depuis la cession de la Nouvelle-France à la Couronne britannique par le Traité de Paris de 1763, Tout y a passé à partir des interdictions de la Proclamation Royale de 1763 pour en arriver aux contestations fédérales des lois «21 et 96» de l’État du Québec. Je ne crois pas qu’il faille ‘en faire une énumération exhaustive et circonstanciée, n’est-ce pas?

  16. ralbol dit :

    Arriva ce qui devait arriver, un jour un humoriste fit cette blague :

    « Ça prend combien de roches pour changer une ampoule électrique ?

    AUCUNE !

    Une roche ça n’a pas d’yeux, pas de mains et en plus c’est trop stupide pour savoir comment ! »

    Poursuivi par l’Ordre des pétrologues, l’Association des collectionneurs de roches, et la Société des minéralogistes, pour insulte et diffamation à l’endroit d’un minéral, l’humoriste perdit son procès et fut condamné à 1 million de dollars d’amende et 2 ans d’emprisonnement.

    Le jour de ce jugement fatidique marque la mort officielle de l’humour sur terre, la roche étant le dernier sujet dont on pouvait encore rire.

    Sans blague !

    1. kintouai dit :

      🤣👍👌

  17. Gilles Morissette dit :

    Bon.

    La Première Dame a fait une gaffe.

    Elle a manqué de tac, de discernement.

    Ele a présenté ses excuses.

    « Case close »?

    Pas tout à fait.

    Il fallait bien s’attendre à ce que les « Répugnants » l’exploitent.

    Pourtant, ces enfoirés n’ont de leçons à donner à personne lorsqu’on regarde les épithètes que leur « Mafieux de Boss » a déjà utilisé pour qualifier les Latinos.

    Beau ramassis d’hypocrites.

    Anyway, ils semblent bien que les Latinos ont l’épiderme un peu trop sensible, qu’ils ont la mémoire bien courte ou qu’ils pratiquent l’aveuglement volontaire (au choix).

  18. claude400 dit :

    La politique américaine est tellement pathétique. Jill Biden tentait de se montrer sensible aux Latinos, on l’accuse d’user de stéréotypes. Et le connard de républicain qui ose ajouter quelque chose. Un pro-Trump qui appuie le gros saligaud qui les a traités de violeurs et de tueurs. Pourquoi ne pas parler aux Américains comme à des Américains, sans distinctions inutiles? On en reviens toujours à la même question et c’est le plus gros du problème. Traitez tout le monde de la même façon, comme des Américains. Tentez de leur offrir à tous un traitement égal. Établissez un programme universel d’assurance maladie et facilitez grandement l’accès des moins riches aux études supérieures. Améliorez l’éducation pour les masses. Si cela existait aux États-Unis, ça réglerait bien des problème. Santé et éducation de qualité pour tous. Il est là le combat. Pas dans ces distinction communautaires.

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      @claude400: «Pourquoi ne pas parler aux Américains comme à des Américains, sans distinctions inutiles? »

      Tout simplement que quand on fait cela, il se trouve toujours des professionnels de la victimisation pour reprocher d’être insensible aux différences. Quand je disais à certaines gens que je voyais en Barack Obama simplement un bon président et non pas un noir qui s’adonnait à être président, je me suis quasiment fait accuser d’être une sorte différente de raciste.
      Et c’est pareil quand je ne m’étonne pas qu’une femme soit nommée à un tel ou tel poste. Je me réjouis simplement d’un bon choix. à condition bien entendu que semblable nomination ne soit pas un résultat de l’opus DEI. Ne paniquez pas! Mon DEI n’a rien à voir avec la religiosité. Ça n’est que l’acronyme pour Diversité, Équité, Inclusion. Et des fois, il m’arrive, en effet, de me demander si ce que je vois est bien le résultat de la méritocratie** ou plutôt de la rectitude politique du moment. Mais cela est une autre histoire. ☺

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Opus_Dei

      **https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9ritocratie

  19. jeanfrancoiscouture dit :

    Quand on est rendu d’une part à exiger des excuses et d’autre part se croire obligé d’en offrir pour semblables vétilles, c’est qu’il y a quelque part un sacré déficit de jugement. On se croirait au CRTC qui a sorti l’artillerie WOKE au grand complet sur la foi d’une seule plainte sortie d’un seul professionnel de l’indignation en mal de publicité.

  20. Igreck dit :

    Tous les Repus sont de la 💩❗️Ils sont tellement de mauvaise foi, eux qui passent leur temps à citer la Bible. Maudite bande d’hypocrites❗️Ce qu’ils peuvent me faire 🤮❗️

  21. claude400 dit :

    La réalité est que Obama est biracial, mais ça aussi il est interdit de le dire, comme si cela allait diminuer la portée historique de son élection comme président. Ce caractère biracial aurait pu être un symbole allant au-delà de la race, mais ce ne fut pas le cas. Lrs racistes blancs voulaient un Obama identifié comme noir, et les racialistes se voulant progressiste, sans l’être vraiment, voulaient aussi un Obama identifié comme noir et Obama lui-même a joué la carte noire. Comme quoi le facteur identitaire racial demeure le problème fondamental des États-Unis et on est en train d’importer ça ici. Ça donne le communautarisme et le multiculturalisme. Une bien mauvaise recette, et ici au Canada, on a un système d’assurance maladie et une éducation supérieure plus accessible. C’est vous dire comment on est mal barrés.

Répondre à claude400 Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :