Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

C’est confirmé. Joe Biden appellera ce mercredi le Congrès à adopter une mesure destinée à suspendre jusqu’à la fin de septembre la taxe fédérale de 18,4 cents que les Américains paient pour chaque gallon d’essence qu’ils mettent dans le réservoir de leurs voitures. Officiellement, le président démocrate cherchera à aider ses compatriotes à composer avec l’inflation qui sévit aux États-Unis, et auquel les prix historiquement élevés de l’essence à la pompe contribuent. Dans les faits, il voudra donner l’impression aux électeurs qu’il fait quelque chose sur ce front à moins de cinq mois des élections de mi-mandat.

Or, l’appui du Congrès à une telle mesure est loin d’être acquis. Certes, certains représentants démocrates sortants vulnérables sont en faveur d’un congé de taxe fédérale sur l’essence, pour les mêmes raisons électoralistes que Joe Biden. Mais la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi fait partie d’un groupe de démocrates sceptiques quant à l’efficacité de la mesure. Elle a dit craindre que les sociétés pétrolières absorbent les économies, laissant moins que des miettes aux consommateurs. Au Sénat, où l’opposition républicaine est quasiment unanime, le sénateur démocrate de Virginie-Occidentale Joe Manchin a affirmé que l’idée « n’a aucun sens ».

Les économistes sont plutôt d’accord avec lui. De façon générale, ils estiment que le congé de taxe fédérale sur l’essence est un gaspillage des ressources publiques (dans le cas qui nous intéresse, on parle d’environ 10 milliards de dollars). Car les consommateurs auraient tendance à ne pas remarquer la suspension d’une taxe qui ne représente que 5% du coût total d’un gallon d’essence.

Qu’à cela ne tienne, Joe Biden fera valoir ce mercredi que les prix de l’essence à la pompe pourraient baisser d’au moins 1 dollar si tous les États américains suivent l’exemple du gouvernement fédéral en suspendant eux-aussi leur taxe sur l’essence et si les compagnies pétrolières augmentent leur capacité de raffinage.

Lundi, les Américains payaient en moyenne 4,98$ le gallon d’essence, selon la AAA. Mardi, un ancien conseiller économique de Barack Obama ne s’est pas gêné pour critiquer sur Twitter la mesure que proposera Joe Biden. « Quelle que soit votre opinion sur les mérites d’un congé de la taxe sur l’essence en février, l’idée est pire aujourd’hui », a tweeté Jason Furman, aujourd’hui professeur à Harvard.

P.S. : Nous voici déjà rendus à mi-chemin de l’avant-dernière campagne de financement de ce blogue en 2022. J’encourage fortement les habitués de ce blogue qui veulent contribuer à sa survie à passer à l’action dès maintenant, surtout ceux et celles qui prévoient décrocher pour le congé de la fête nationale du Québec. Et merci aux autres qui l’ont déjà fait !

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:


(Photo AP)


20 réflexions sur “L’électoralisme de Joe Biden

  1. Frédéric Perreault dit :

    Pas tràs visionnaire, cela va juste faire augmenter la demande d’essence & diésel dans un environnement ou les raffineries sont à leur maximum de production. Bonjour l’inflation!

  2. Roger Allard dit :

    La taxe baisse, la consommation augmente.

    Qui gagne ?

    Oui, oui, les pétrolières.

    Et l’inflation galope comme jamais.

    Bad, Joe, bad bad.

  3. treblig dit :

    Le meilleur remède aux prix élevés sont les prix élevés. Sinon, le comportement des consommateurs ne change pas dans une perspective ou l’essence doit être remplacé par des sources moins polluantes. Et c’est la meilleure arme contre les SUV gloutons.

  4. Benton Fraser dit :

    Les pétrolières vont se la mettre dans les poches….

  5. Gilles Morissette dit :

    Je partage l’avis de ceux qui critiquent une telle mesure en soulignant qu’elle aura très peu d’effet sur le prix de l’essnce car les pétrolières ajusteront leur prix, continuant ainsi à empocher des profits faramineux.

    Une mesure à court terme, électoraliste, qui aura finalement peu d’impact.

    Tant et aussi longtemps que les Amerloques ne changeront pas leurs habitudes, leurs comportements, leurs grandes dépendances face aux énergies fossilles, le problème restera entier.

    Croyez-moi. Ce n’est pas près d’arriver.

    De toute façon, il y a peu de chance que cette mesure passe le tamis du Congrès.

  6. Guy LB dit :

    C’est pas avec ce genre de politique
    à très courte vue que les Américains vont comprendre que leurs comportements de consommateurs doivent changer s’ils veulent voir l’inflation se résorber… éventuellement. D’autant plus que les pétrolières vont probablement s’empiffrer avec la plus grosse part des 10 milliards de $ libérés par le fédéral, comme le soulignent la plupart des commentaires.

    Mais au vu de la glissade appréhendée par les démocrates, comment Biden aurait-il pu résister? La tentation était vraiment trop forte.

    1. Haïku dit :

      @Guy LB
      « Mais au vu de la glissade appréhendée par les démocrates, comment Biden aurait-il pu résister?
      La tentation était vraiment trop forte. »
      ——
      Bien vu !

  7. Loufaf dit :

    Comme Biden n’ a aucun contrôle sur l’ inflation et la hausse de prix, il fait se qu’ il peut pour donner l’ impression qu’ il faut quelque chose.
    Il devrait écouter les vrais experts qui pensent que ce n’ est pas une bonne idée. Évidemment Manchin est contre! Dans son cas, ce n’ est qu’ un réflexe pour embêter Biden.
    De toute façon cette mesure ne passera pas au congrès.

  8. Richard Dufour dit :

    18.4 cent de moins jusqu’à la fin septembre!!!!!!!

    Faut tu être en mal de popularité pour proposer une telle mesure.

    Gain de popularité hypothétique et temporaire alors qu’il prévoit ramener la taxe de 18 cent, juste avant les mid terms.

    En portera t’il l’odieux politique?

    Sa situation n’est pas simple.

    Tu es le président, tu formes le gouvernement et tu es menotté. C’est peu de le dire!

    Tu es compétant et expérimenté, vieux, usé avec un niveau d’énergie bas et possiblement l’esprit qui a tout donné.

    Mon constat, Biden était l’homme pour tasser le perdant, est-il l’homme pour redresser la situation sociale USA?

    Y a-t-il un homme, dans la situation politique USA actuelle, qui peut redresser la situation?

    J’ai l’impression que le grand virage vers l’équilibre social, va demander un petit 4 ans, peut être 8, sous la férule des extrémistes républicains.

    C’est désolant, mais ce n’est pas Biden qui donnera l’électro choc pour faire bouger vers l’équilibre cette société gâtée.

    Faudra descendre bas, très bas pour mieux remonter et qui de mieux que les républicains pour y arriver.

    Vilaine perspective de tous le dangers!

    1. Louise dit :

      « Biden était l’homme pour tasser le perdant, est-il l’homme pour redresser la situation sociale USA? »
      Bonne question Richard !

  9. Layla dit :

    Même s’il le fait pour montrer au peuple qu’une fois de plus les républicains vont s’y opposer ce n’est pas une bonne idée, beaucoup auront tendance à montrer cela comme un échec de sa part à faire passer ses politiques.

  10. Léo Mico dit :

    18,4 cents de rabais par gallon pendant 3 mois, cela va représenter une économie totale de environ 25$ pour un conducteur qui fait 20 000 km par an.
    C’est ridicule.

    Mais bon, je suppose que Biden s’est dit « que ferait Trump dans cette situation ? »

  11. Alexander dit :

    Il serait mieux d’envoyer des chèques de 500$ directement aux contribuables à bas revenus tant qu’à brûler 10 milliards de recettes publiques en pure perte, car vous pouvez parier que les pétrolières vont en profiter pour accroître leurs marges bénéficiaires et que les consommateurs ne récupèreront que des miettes. Je n’ai aucune confiance dans la capacité d’autorégulation des grandes sociétés.

    Au Québec, Legault a adopté cette mesure électoraliste, mais tout le monde veut son 500 $. Ça achète des votes, mais ça marche.

  12. Louise dit :

    Biden a choisi cette option parce que, comme tous les autres dirigeants, il est impuissant à régler cette situation qui ne dépend pas de lui. Il veut seulement faire croire aux électeurs qu’il travaille pour régler le problème.
    Ne serait-il pas plus intelligent de faire un peu de pédagogie pour expliquer à la population les causes de cette inflation et qu’un pays ne peut pas s’en sortir seul même le pays soi-disant le plus puissant du monde.

  13. onbo dit :

    Si ça semble ridicule à sa face même, il fat peut-être regarder plus avant pour comprendre le sens de cette énigme.

    Si comme ‘prévu’ par notre club ici cette mesure ne passe pas le Sénat du républicain minoritaire de Mc Connell, dont la spécialité est le NAONNN urbi et orbi contre les démocrates, cela pourrait faire élire un Sénateur démocrate de plus en novembre.

    Bien que risible en apparence, cette mesure semble avoir la capacité de soulever l’opinion publique, dans un sens ou dans l’autre, cela a entre autres effets immédiats et jusqu’en novembre de sortir Hagar l’Horrible, j’ai nommé la Chose, de son vedettariat de ‘looser’ politique, objectif que poursuit Biden depuis le début de son mandat.

    Paradoxalement, la Chose Horrible serait en voie de devenir la tête de truc et le punching bag des citoyens américains, ce qui le ferait disparaitre en douce dans la fosse que lui creuse Biden par son silence bien mesuré.

    Chacun sait qu’une diminution de 18 cents n’est pas suffisante… Serait-ce alors une préparation de terrain immédiate de la part de Biden pour sa rencontre avec le CEO d’Arabie Saoudite pour obtenir l’ouverture des robinets de pétrole dans la contrée?

    Ce n’est pas le lieu ni le moment pour Biden de jaser voitures électriques et transports collectifs haute vitesse New-York- San Francisco. S’il gagne des points de dollars avec Salman, pour les Américains qui adore la courte vue, ou la vision rapprochée en VUS, c’est bon pour les démocrates en novembre.

    Et si les prix de l’essence et du diésel devaient monter ou remonter, la porte s’ouvre toute grande pour la voiture et le vélo électrique en 2023-2024.

    note: Il s’agit juste d’une perspective que m’inspire la visite annoncée de Biden en Arabie Saoudite. Biden adore qu’on le traite de vieux dépassé. Qui va imaginer qu’il puisse réaliser une faufilade du quart… ‘à son âge’?!

    1. gl000001 dit :

      Il serait gagnant avec une faufilade. Sinon, une bousculade produirait une escalade qui finirait en engueulade. Biden pourrait subir une taillade et finir en salade. C’est pas de la rigolade.

  14. marie4poches4 dit :

    Perdre 10 milliards de revenus pour que les propriétaires de véhicules puissent économiser 25$….🤔
    Bof, avec une dette de 30 000 milliards, c’est quoi 10 milliards de plus ou de moins ? 🙄

  15. gl000001 dit :

    On pourrait prendre du charbon propre pour produire de l’essence. Le procédé existe et il serait approuvé par l’EPA. Manchin baiserait les pieds de Biden si ils réussissaient à démarrer ça.
    http://www.transgasdevelopment.com/about/process.php#:~:text=Coal%20powder%20is%20injected%20into,smaller%20amounts%20of%20other%20gases.

    Très peu d’infos après 2012. Ce projet ne semble pas avoir fonctionné. Et c’Est tant mieux !!

    C’est l’été. Qu’ils prennent plus leur vélo, gang de paresseux d’étatsuniens !!

  16. jeani dit :

    1 gallon US, c’est 3,785 litres.

    Sans convertir le dollar US en dollar CAN, les Etats-Uniens paient 1,32$ le litre.

    Pauvres eux-autres…

    PS Bien d’accord avec l’intervention de treblig à 7h32

  17. ralbol dit :

    On donne une petite gâterie aux pitous, histoire qu’il soient gentils en novembre.

    Nuisible et inutile.

    Joe a peut-être le sens des valeurs, mais là il pousse l’essence des voleurs.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :