Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Bouclons la boucle, d’une certaine façon. Ce mercredi matin, en l’honneur du thème de l’avant-dernière campagne de financement de ce blogue en 2022, j’ai choisi comme chanson politique Alright de Kendrick Lamar, devenue l’hymne du mouvement Black Lives Matter et dont le rappeur a eu l’idée lors d’un séjour en Afrique du Sud. Je profite donc d’une suggestion de Daniel pour terminer la journée avec une autre chanson politique inspirée par l’Afrique du Sud : Biko de Peter Gabriel.

« J’avais 16 ans quand je l’ai découverte en 1980 et ça m’a fait réaliser ce qu’était l’apartheid », a écrit Daniel à propos de cet hommage au militant sud-africain Steve Biko, grande figure de la lutte anti-apartheid, torturé à mort au sein même du quartier général de la police de Port Elizabeth en 1977.

En 2021, Gabriel a enregistré et filmé une nouvelle version de sa chanson pour lui donner une portée universelle :

Et c’est ainsi que prend fin la troisième journée de l’avant-dernière campagne de financement de ce blogue en 2022. J’invite tous ceux et celles qui n’ont pas encore apporté leur contribution volontaire à la survie de ce site de passer à l’action dès maintenant. Et merci à tous les autres qui l’ont déjà fait !

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:

10 réflexions sur “Découvrir l’apartheid grâce à Peter Gabriel

  1. lanaudoise dit :

    Magnifique nouvelle version.

  2. Haïku dit :

    RE: »Biko » de Peter Gabriel…

    Voici son cri du coeur très émouvant, de cet air lors d’une prestation en 1986:
    https://youtu.be/-LwbSeZx990

    1. xnicden dit :

      👍

    2. lanaudoise dit :

      Wow.

  3. genereuxclaude dit :

    « Strange fruits ». Voilà la chanson qui devait advenir afin qu’il y ait l’autre qui suive: « a change is gonna come ». Il y a une petite plaquette traduite en français qui relate l’histoire de cette chanson.

  4. lanaudoise dit :

    Sous l’apartheid, on ne pouvait prononcer ne serait-ce que le nom de Mandela. En 1988, Johnny Clegg a défié l’interdit, avec Asimbonanga.
    https://www.youtube.com/watch?v=rMxeXTnrRV0
    Le titre Asimbonanga fait référence au fait que personne ne sait à quoi ressemble Nelson Mandela, les photos de lui étant illégales . Il cite aussi le nom de Steve Biko, Victoria Mxenge et Neil Aggett, tous trois militants de la lutte contre l’apartheid. (Wikipedia)

    1. loup2 dit :

      Merci lanaudoise de ne pas d’oublier Johnny Clegg, qui danse avec ses amis.

      1. Jehan Lambert dit :

        Que c’est beau!

        Qu’on est loin des « appropriations culturels » de notre époque…

  5. Alain Neveu dit :

    Contribution faite ! Merci pour tout!

  6. Gilles Morissette dit :

    Magnifique chanson qui dénonce une des grandes abominations de l’humanité.

    Bravo M. Hétu pour ce choix.

    Souscrivons généreusement à ce blogue.

    Il est un phare dans un monde qui bascule de plus en plus vers l’obscurantisme.

    Merci M. Hétu

Répondre à Gilles Morissette Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :