Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Il est faveur de la fracturation hydraulique et du maintien d’une politique controversée de l’ère Trump pour réduire l’accès des migrants aux États-Unis. Et pourtant, le lieutenant-gouverneur démocrate de Pennsylvanie, John Fetterman, jouit de l’appui enthousiaste des progressistes de son État et d’ailleurs aux États-Unis. Appui qui a contribué à sa victoire éclatante mardi lors de la primaire démocrate pour l’élection présidentielle de Pennsylvanie.

Pour comprendre sa popularité, il suffit de jeter un coup d’oeil à la photo qui coiffe ce billet. John Fetterman est le géant au centre. Ses shorts et son kangourou servent à illustrer la campagne d’outsider qu’il a menée contre le représentant Conor Lamb, un ancien combattant de la région de Pittsburgh qui incarne la politique traditionnelle, avec le complet veston-cravate de circonstance. Avec ses vêtements de tous les jours et ses tatous, Fetterman annonce une autre façon de faire la politique. Et sa promesse de voter au Sénat en faveur de l’élimination du « filibuster » pour permettre la réalisation des priorités démocrates n’est pas étrangère à sa popularité auprès des progressistes.

Fetterman affrontera en novembre Mehmet Oz ou David McCormick. L’un ou l’autre de ces républicains pourraient se voir éclipser par le démocrate auprès d’un électorat qui préfère normalement les candidats du GOP, soit les Blancs de la classe ouvrière. Et c’est une des raisons pour lesquelles certains démocrates voient en Fetterman l’avenir de leur parti : un politicien capable d’unir les progressistes, qui sont prêts à lui pardonner certaines hérésies, et les Blancs de la classe ouvrière, qui ne lui en veulent pas trop d’appartenir à « l’autre » parti.

Fetterman, il faut le dire, est loin d’être parfait ou invulnérable. En 2013, par exemple, à l’époque où il était maire d’une petite ville de Pennsylvanie, il a été impliqué dans un incident troublant. Il a utilisé un fusil pour arrêter et détenir un joggeur noir en attendant l’arrivée des policiers. Selon le rapport de police, Fetterman a dit qu’il avait entendu des coups de feu près de son domicile et qu’il avait vu courir l’homme noir de 28 ans, Christopher Miyares. La police n’a trouvé aucune arme sur Miyares, qui était habillé en vêtement de jogging.

L’an dernier, Fetterman a publié une vidéo décrivant l’incident et défendant sa réaction. Certains lui reprochent de ne pas s’être excusé.

Le lieutenant-gouverneur a par ailleurs révélé dimanche avoir subi un AVC deux jours plus tôt. Son équipe de campagne a annoncé ce mardi qu’il subira « une procédure standard pour implanter un stimulateur cardiaque avec un défibrillateur ». Elle précise que le candidat reprendra sa campagne sous peu, sans préciser la date de son retour. Il va sans dire que Fetterman aurait fait la tournée des médias au lendemain d’une victoire qui font rêver certains démocrates.

(Photo Getty Images)

15 réflexions sur “Cet homme incarne-t-il l’avenir du Parti démocrate ?

  1. Dekessey dit :

    Définitivement, il faut plus de ce genre de politicien au parti Démocrate.
    Richard Ojeda est un autre exemple. Ils ne sont pas parfaits et ne prétendent pas l’être. Ils font moins « coincé », plus proche du citoyen moyen, avec un discours sensé.

  2. Gilles Morissette dit :

    Ce candidat est loin de présenter le profil idéal d’un candidat démocrate, on en convient tous.

    Cependant, s’il permet d’arracher un siège aux « Répugnants », en allant chercher des électeurs modérés qui aurait pu être tenté de voter pour ces derniers, c’est un risque qu’il y a peut-être lieu de prendre.

    Je suis loin de penser qu’il a remporté cette primaire par pure hasard.

    Les électeurs démocrates viennent d’envoyer un message « loud and clear » aux grands bonzes du parti

    S’il remporte l’élection de Novembre, plusieurs fermeront les yeux sur ses excès passés et les lui pardonneront.

    Dans la vie, il faut parfois faire des compromis sur ses principes et accepter de « se salir les mains » (juste un peu) si on veut arriver à ses fins.

    Bienvenue dans la réalité de la politique américaine version 2022.

    1. loup2 dit :

      «Accepter de se salir les mains» ?
      Donc être en faveur du gaz de schiste et continuer l’application des mesures trumpistes sur l’immigration ?
      C’est plus que les mains que ce mec à de sale.

      Comme disait Daniel Lavoie sur une de ses premières chanson.
      «C’est pas parce-que y’a les cheveux long
      Que ça veut dire qu’il te crossera pas.»

  3. bloganon dit :

    Un géant mal habillé et imparfait. C’est peut-être ce qui leur faut, s’il survit jusqu’aux élections…

    1. jeani dit :

      Chose est sure, son stimulateur a d’excellentes chances de lui survivre.

  4. POLITICON dit :

    Joe Manchin #2. Je ne vois pas comment il pourra trouver sa niche sur l’échiquier politique. Pour moi, c’est un indépendant, alors il devrait se faire élire sous cette bannière. Un démocrate contre l’immigration et pour les énergies fossiles, c’est un pan du programme politique qui prend le bord. Vouloir éliminer le filibuster est une bonne chose mais même Biden n’y arrive pas. Je me méfie des types de cet acabit qui pour une raison ou une autre change leur manteau de bord.

    1. Richard Hétu dit :

      1) Je ne connais pas beaucoup d’élus, républicains ou démocrates, contre la fracturation hydraulique en Pennsylvanie;

      2) Il n’est pas « contre l’immigration ». Sa position sur la question des migrants à la frontière sud est la même que celle de certains sénateurs démocrates, dont le progressiste Raphael Warnock.

  5. Mieux vaut un imparfait progressiste qu’un parfait « modéré » comme Manchin.

    J’aimerais bien le voir donner un coup de poing sur le capot de la Maserati de Manchin. Et se dresser devant Sinema en lui disant « Le filibuster doit disparaître ».

  6. ralbol dit :

    « …jouit de l’appui enthousiaste des progressistes de son État et d’ailleurs aux États-Unis. »

    Un autre Manchin..?

    Les pauvres démocrates veulent tellement gagner, ils sont prêts à fermer les yeux et se rallier à n’importe qui capable de leur fournir une victoire.

    Une fois les élections terminées, quand on découvre le vrai visage du nouvel élu, soudainement, on réalise que les yeux, on aurait dû les garder ouverts…

  7. Mouski dit :

    C’est l’un des seuls moyens qu’ont les démocrates pour espérer conserver le pouvoir. Rien ne sert d’être straight, ça prend des cons dans tous les partis. Les répu en ont en quantité industrielle et les démo, ils sont en manque.

  8. nefer111 dit :

    J’espère juste que les Démocrates de gauche ont compris, faites comme les Republikkkans, dites que vous êtes au centre et un coup au pouvoir faites passer toutes vos priorités DE GAUCHE !

  9. Igreck dit :

    Voilà où ils en sont aux U$A 😳 Le parti progressiste doit trouver des têtes d’affiche qui se rapprochent le plus possible des « deplorables » du mauvais camp pour séduire les zélecteurs⁉️ Si la maxime « On a les zélus qu’on mérite » est juste, le Peuple états-unien est vraiment sur une mauvaise pente.

  10. Mathieu Barbeau dit :

    Fetterman fait définitivement parti de l’avenir des Démocrate

  11. claude400 dit :

    Très bien de spécifier qu’il n’est pas contre l’immigration, mais contre l’immigration illégale. L’immonde Trump a tout mélangé, il a menti, et proposé son stupide mur, ainsi il a ouvert la porte à certains de l’extrême gauche pour diaboliser quiconque prône l’immigration légale. On le même problème au Québec avec le chemin Roxham. Vouloir la fermeture de ce chemin passoire n’est pas l’équivalent d’être contre l’immigration. La fracturation hydraulique c’est une autre histoire, mais les Américains en ont tellement fait qu’on peut se demander si à ce stade arrêter ou continuer changera quelque chose.

  12. sousmarin dit :

    Tout le monde est contre l’immigration illégale, le tout est de définir ce qui est légal en la matière…de toute façon, à part les extrémistes – ce qui est d’ailleurs l’une des causes de leur succès – il n’y a plus de programme politique aux EU, mais des candidats qui disent aux électeurs ce qu’ils veulent entendre et qui ensuite font ce qu’ils doivent de leur point de vue pour être réélus…sans idéaux, corrompus, pourquoi s’étonner ensuite de l’extrême polarisation des politiques qui ne font que répéter les revendications d’une part de l’électorat sans comprendre que représenter ne veut pas dire ânonner sans réfléchir et s’adapter sans conscience.

    Ils oublient également qu’ils représentent également ceux qui n’ont pas voté pour eux, l’intégrité leur passe au dessus de la tête, contrairement à l’intégrisme qu’ils disent combattre sauf lorsqu’il les finance…

Répondre à Mouski Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :