Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Joe Biden a annoncé ce mardi les premières grâces et commutations de peine de sa présidence. Ses grâces profiteront à trois individus – un ancien agent des Services secrets accusé d’avoir tenté de vendre une copie d’un dossier de l’agence et à deux personnes qui sont devenues des piliers de leur communauté après avoir été condamnées pour des délits liés à la drogue.

Pas moins de 75 autres personnes, également condamnées pour des délits liés à la drogue, ont par ailleurs obtenu une commutation de peine. Certaines auraient déjà fini de purger leurs peines si elles avaient été trouvées coupables des mêmes délits après une réforme de la justice pénale promulguée par Donald Trump en 2018.

Aucune de ces grâces ou commutations de peine de semble susceptible de susciter une polémique. Mais la grâce accordée à Abraham Bolden (photo), aujourd’hui âgée de 86 ans, ne manque pas d’intérêt. Premier Noir à faire partie des gardes du corps d’un président, en l’occurrence John Kennedy, Bolden a été condamné à six ans de prison en 1964 à l’issue d’un deuxième procès, le premier ayant avorté en raison d’un jury irrémédiablement divisé. Peu après sa condamnation, des témoins clés ont avoué avoir menti à la barre à la demande du procureur fédéral. Malgré tout, Bolden s’est vu refuser la tenue d’un nouveau procès.

Dans une autobiographie intitulée The Echo From Dealey Plaza, référence à ses critiques des gardes du corps de JFK lors de son assassinat à Dallas, Bolden a mis son inculpation et sa condamnation sur le compte du racisme et du manque de professionnalisme qu’il avait dénoncés au sein de l’agence qui l’employait. Après l’élection de Barack Obama, il croyait que le premier président noir allait s’intéresser à son dossier et contribuer à laver sa réputation une fois pour toute. Les choses ne se sont pas déroulées comme il l’avait espéré.

« J’ai été très déçu de ne pas avoir eu de nouvelles du président Obama », a-t-il confié au Chicago Defender l’an dernier. « Je n’arrivais pas à le croire. C’était tellement choquant et décevant. J’ai failli abandonner, mais je ne l’ai pas fait. Je pensais qu’il comprendrait ce que j’avais vécu. »

Joe Biden, l’ancien bras droit d’Obama, l’a bien compris, lui.

(Photo Abraham Bolden)

26 réflexions sur “Les premières grâces de Biden

  1. treblig dit :

    Toujours étonnant ce système de pardon présidentiel américain qui outrepasse le circuit judiciaire.

    À l’origine, le pardon présidentiel était une façon de réduire, ou éliminer, les peines encourues par les tribunaux britanniques ( ou royaux) avant la révolution de 1776. C’était un irritant majeur ces jugements britanniques qui condamnait les patriotes américains pour des délits politiques soit , très souvent, des activités reliées à la promotion de l’indépendance des États-Unis vis-à-vis des Anglais.

    1. Haiku dit :

      @treblig
      Merci pour ces ìnfos !
      C’est très intéressant.

    2. mouski dit :

      Étonnant indeed de bypasser la justice de cette façon. Mais n’est-ce pas la preuve que la justice américaine a des failles aussi grandes que le pays.

    3. gl000001 dit :

      C’est une prolongation du « droit divin » !! Tu peux faire sortir le monarque de la présidence mais c’est plus dur de faire sortir le président de la monarchie !!

      1. Igreck dit :

        Et lorsque le « pouvoir divin » est entre les mains d’un 👹 tel Trompe, les 🇺🇸 sont comme un peu dans la 💩❗️☹️

  2. Gilles Morissette dit :

    Les trois personnes dont il est fait mention et qui ont bénéficié de cette grâce présidentielle, le méritaient amplement.

    Rien à voir avec celle accordé par LA CHOSE à Roger Stone, une crapule, une ordure, une fripouille, bref un SALOPARD de la pire espèce.

    Le cas de M. Bolden illustre parfaitement les effets pervers du racisme, de l’intolérance de l’époque.

    Ceux-ci sont, hélas, encore bien présents dans la société américaine.

    Je comprends sa déception d’avoir été ignoré par le président Obama.

    Cependant, il faut rappeler que ce dernier a pris les commandes d’un pays en pleine déroute, au beau milieu d’une crise financière majeure et ravagé par deux guerres meurtrières et coûteuses.

    Il y avait un « feu dans la demeure » et il fallait intervenir de toute urgence pour le circonscrire.

    Ceci n’est pas une excuse mais il est important, à mon avis, de replacer les choses dans leur contexte.

    Heureusement, le président Biden a sû faire preuve, encore une fois, d’humanisme et de compréhension, en corrigeant cet « oubli » de la part de son « ex-boss »

    1. Louise dit :

      Gilles Morissette

      « Je comprends sa déception d’avoir été ignoré par le président Obama. »

      Moi aussi je comprends sa déception. Le pays traverse une époque aussi troublée, sinon plus, que lors de la présidence d’Obama et pourtant Biden a pris le temps de régler ce problème d’injustice.
      Je crois qu’Obama avait peur d’être accusé de favoritisme envers les noirs, ce que les républicains n’auraient pas manqué de l’accuser.

      Si les démocrates attendent que les républicains ne leur reprochent rien, ils vont rester paralysés ad vitam aeternam.

    2. Benton Fraser dit :

      Roger Stone est maintenant conseillé pour le Ontario Party….

      Il va conseiller comment diviser les ontariens et prendre d’assaut le parlement ontarien! (Quoique dans se dernier domaine, il est plutôt incompétent!)

      1. Igreck dit :

        Le monde (honte-à-rien) est Stone❗️🤪

      2. Haïku dit :

        @Igreck — 11:40
        Pô pire pantoute ! 😉👌

  3. chrstianb dit :

    Vous m’avez intrigué… Bordel, c’est hallucinant! Ça tient de la purge?
    https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/guerre-en-ukraine-ces-oligarques-russes-qui-ont-subitement-disparu_2172403.html

    1. chrstianb
      mon commentaire a subitement disparu…. mais les 6 suicides d’oligarques semblent intrigant…

      y’a de ces hasards parfois….

  4. ralbol dit :

    « Malgré tout, Bolden s’est vu refuser la tenue d’un nouveau procès. »

    Ça y’apprendra à être américain et pas blanc et riche !

  5. anizev dit :

    Joe Biden pourrait donner des commutations de peine à tous ceux qui sont en prison pour plusieurs années pour des méfaits relativement mineurs. On me corrigera mais je pense à cette dame qui a été condamnée à 6 ans de prison car elle s’est trompée de district lors de la dernière élection, ou à tous ceux qui sont incarcérés plusieurs années pour avoir eu quelques grammes de cannabis🪴

    1. Igreck dit :

      C’est ainsi dans un pays où les prisons sont entre LE$ MAIN$ SALE$ du privé⁉️

      1. Guy Pelletier dit :

        Tout à fait, au pays ou tout à un prix ou tout se vend ou se loue évidement il faut des prisons appartenant du secteur privé. C’est qu’il y a pas mal d’argent à ramasser et se faire avec ce type de « commerce ». Des prisons qu’il faille remplir, les actionnaires de ces établissements balnéaires très pressés et anxieux de ramasser du gros cash qui sont aussi de généreux contributeurs aux caisses électorales surtout celles des Républicains qui comme tout le monde ici le sait ne travaillent qu’à leurs intérêts et ceux de leurs généreux contributeurs. Compter aussi sur eux pour passer les lois les plus répressives possibles envers la « matière première » de ces établissements, le petit peuple tout en s’assurant que les gros et riches comme Trump s’en sortent constamment. Dire qu’il y a des Américains pour s’imaginer vivre dans le meilleur pays au monde!!!!!!

  6. el_kabong dit :

    Bien sûr qu’il n’y a pas de polémique (quoi qu’on peut se fier à Faux Noise pour en trouver) : Biden ne « pardonne » pas de criminel de guerre ou d’amis véreux, et personne à qui il évite une peine de prison…

    1. Madalton dit :

      La Moldavie devrait s’annexer à la Roumanie dont plusieurs des résidents sont de descendance roumaine pour avoir la protection de l’OTAN.

  7. gl000001 dit :

    HS juste un peu en retard.
    Musk ne serait pas toujours pour la liberté d’expression :
    « On a vu Elon Musk poursuivre ou tenter de censurer des gens qui disaient des choses qu’il n’aimait pas »
    https://www.lapresse.ca/actualites/politique/2022-04-26/acquisition-de-twitter/une-directrice-de-l-entreprise-ne-se-prononce-pas-sur-l-impact-qu-aura-elon-musk.php

    1. _renaud dit :

      Je ne crois pas que Musk accorde une grande importance à la liberté d’expression ou même qu’il ait eu de sérieuses réflexions sur le sujet. Jusqu’à maintenant sont discours est plutôt simpliste et ne semble pas portée par une réflexion profonde.

      Sa vision de la liberté d’expression semble se résumer à donner le droit à n’importe qui de dire n’importe quoi.

      1. Chanounou dit :

        @Renaud,

        Un peu courte cette « vision »…!
        Et, en tous cas, pas tempérée par le fait que « ma liberté s’arrête ou commence celle des autres…. »! « Ma liberté » signifiant bien entendu  » toutes mes libertés « …

      2. ctbourgeois dit :

        Un homme aussi riche soit-il ne peut pas s’auto proclamé le maître de la liberté d’expression chez des millions d’abonnés, il a acheté le contrôle du plus important réseau social.

        Il fait miroiter aux abuseurs virtuels qu’ils pourront dire n’importe quoi sans être importunés par une quelconque autorité, ce sont eux qui jubilent d’entendre Musk étant lui-même un troll !

        Ce ne sont pas les abonnés respectueux qui gagnent dans ce relâchement des règles, au contraire, ils en souffriront et décideront de quitter.

      3. gl000001 dit :

        Un autocrate en puissance !!

  8. karma278 dit :

    Musk aura beau permettre ce qu’il veut, ça ne change pas les lois qui interdisent ou
    font une faute civile le libelle diffamatoire.

    Certes, aux zétas, le First amendment permet tout, mais ce n’est pas le cas au Canada ni dans la majorité des États de droit.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :