Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Le voeu de Nancy Pelosi n’a pas été exaucé. La présidente de la Chambre des représentants souhaitait tenir jeudi soir un vote sur le programme social et environnemental de 1 750 milliards de dollars voulu par Joe Biden. Ce vote aura plutôt lieu ce vendredi, suivi d’un autre vote plus tard dans la journée sur un projet de loi bipartisan de 1 200 milliards sur les infrastructures déjà approuvé par le Sénat. Si ce scénario se déroule comme prévu, Biden complétera la journée la plus importante de sa présidence en signant la loi sur les infrastructures à l’occasion d’une cérémonie à la Maison-Blanche. Si…

Ce n’est évidemment pas la première fois que les démocrates de la Chambre promettent de voter sur l’un ou l’autre de ces projets. Passeront-ils vraiment à l’action cette fois-ci? Disons que les alliés du président semblent être saisis d’un sentiment d’urgence après les élections de mardi, dont les résultats tiennent en partie à leur incapacité à s’entendre et à adopter leurs réformes.

Cela étant, le vote de la Chambre sur le programme social et environnemental ne serait qu’une étape vers l’adoption de ce plan ambitieux. Celui-ci devrait également être adopté par le Sénat, où le sénateur de Virginie-Occidentale Joe Manchin semble beaucoup moins pressé de passer à l’action.

Mais la promulgation de la loi sur les infrastructures serait une victoire majeure dont Joe Biden a besoin après une semaine décevante et inquiétante pour les démocrates.

(Photo AFP/Getty Images)

31 réflexions sur “La journée la plus importante de la présidence de Biden ?

  1. Toile dit :

    Je le souhaite ardemment. Toutefois, la volée de longs couteux antérieurs, actuels et assurément postérieurs me contraignent à retenir mon souffle. Je ne tuerai pas la peau de l’ours avant, histoire de me garder des lueurs d’espoirs. C’est comme des « blablabla » qui résonnent dans ma tête.

  2. Duduche dit :

    L’incapacité des Démocrates a faire avancer quoi que ce soit me fait penser au CH. Ça n’est pas en accumulant les excuses et explications pour la défaite qu’on finit par gagner. Comme pour le CH, il leur faudrait se mettre à jouer en équipe, ce qui veut dire arrêter de considérer les Manchin et autres Sinema comme en faisant partie. Il faudrait aussi que l’aile très-à-gauche se rappelle qu’on ne change pas une société au même rythme qu’on tourne un volant de voiture et, surtout, qu’on ne change pas les choses durablement en utilisant la culpabilisation (les « wokes » sont une partie du problème de ce côté-là). Après les coups reçus, Biden et Harris paraissent effacés et dépassés, ils devraient peut-être passer un protocole de commotion cérébrale.

    Pendant ce temps, les républicains campent sur leurs bullshit à saveur trumpienne, leur obstruction à saveur McConnell, et rigolent.

    1. richard311253 dit :

      Duduche, bien d’accord avec vous alors que vous visez pile sur le centre de la cible.

      On dirait que les dem joue la game politique selon des règles connues et établies alors que les rep joue la game selon leur propre règles.

      Pas facile de jouer face à des menteurs, tricheurs et j’en passe des meilleures.

    2. Mona dit :

      @Duduche … finalement il faudrait que les humains deviennent simplement raisonnables 😉

      1. gl000001 dit :

        Vous êtes pas raisonnable de leur demander ça 😉 😉

    3. Alexander dit :

      @Duduche

      « Jouer en équipe »

      Ça dit tout. Les républicains sont ignobles, mais jouent en équipe.

      Les démocrates sont divisés et patinent dans des directions opposées. Avec le résultat que rien n’avance.

      Comme le Canadien présentement.

      1. richard311253 dit :

        Alexander

        Je rebondis sur votre propos, en poussant l’audace à être quasiment hors sujet

        Je regarde aller les démocrates et j’y vois un parallèle avec le parti québécois.

        De gauche, le PQ périclite dans son incapacité à se rallier autour de son chef. Un formidable choc des egos autour de toutes aussi formidables projets de société.

        Le propre des partis politiques de gauche ne serait pas la capacité de réunir des hommes et femmes de talents aux grandes idées avec un potentiel moyen de leadership pour diriger le parti et c’est ici que le bah blessé.

        Des prétentions crurent par un trop grand nombre de prétendants mais qui n’ont rien à voir avec les impératifs des réalités d’un chef de parti. Il y a plus de chefs que d’indiens en somme.

        Ce qui manque à tous ces partis c’est Un leader fort, charismatique et unificateur.

        C’est difficile à admettre mais c’est ce genre de leader qu’est le perdant de 2020 en négatif.

        C’est difficile à admettre mais le politicien au plus grand potentiel de leadership, pour le PQ, est à Ottawa.

        Fin du HD.

  3. Bidulen dit :

    La politique américaine est rendue trop politique… c’en est devenue comme le corps de la femme ou les armes à feu… Une partisanerie outrancière et imbécile. Il faut maintenant se demander ce qui est bon pour le parti et non plus pour le pays.

  4. Loufaf dit :

    Ce n’ est pas possible que les dems ne voient pas qu’ ils perdront les deux chambres aux midterms. Et de plus, il font passer le président pour un faible et un presque sénile.
    Je me dis qu’ à la fin, quelqu’ un finira bien par lâcher le morceau.
    Comme disait l’ autre: on verra….

  5. gl000001 dit :

    Les républicains avaient la majorité est ils n’ont pas réussi à faire passer grand chose. Ils se sont aussi chicanés entre eux. Ca me confirme le ridicule de leur système gouvernemental. Son seul but est d’empêcher tout changement, tout progrès.

    1. Mona dit :

      @gl00001 et d’empêcher l’autre de tirer son épingle du jeu de sa position = sabotage permanent 🙄

      1. gl000001 dit :

        Et après, ils se surprennent du cynisme des gens à leur égard.

    2. jcvirgil dit :

      @gl 5X0 +1

      Vous mettez le doigt sur le bobo…Le système démocratique américain est complètement dysfonctionnel, à moins que ça soit voulu pour s’assurer que les intérêts de l’oligarchie passe avant toute chose.

      Ils n’ont qu’à se payer des politiciens dans les deux grands partis interchangeable et à se fier sur Phil Bustier quand ça se corse .

      Quand on pense qu’une augmentation d’impôt pour les 1% les plus riches est si difficile à mettre en oeuvre. Pourtant ça pourrait grandement corriger le déficit budgétaire et la crise des infrastructures si on combinait cette mesure avec un resserrement sur les règles qui leur permette ainsi qu’à leurs entreprises d’éviter le désagrément de payer des impôts et de participer ainsi au maintien des infrastructures sociales et physiques d’un pays qui leur a permis d’être assis sur une montagne d’or en regardant les autres se débattre pour leur survie. .

      1. danielm dit :

        Au moins « Phil Buster » n’est ni républicain, ni démocrate mais simplement « chitméqueu »…

      2. Igreck dit :

        Phil Bustier🤣Elle est à retenir celle-là❗️Je crois que vous touchez une point important. Les « Pépères fondateurs », les accoucheurs de ce pays (dysfonctionnel en ce XXIe siècle) étaient des oligarques qui se méfiaient de l’inculture de « The People ». Les règles qu’ils ont établies (The Constitution) servent parfaitement à protéger les avantages des élites au détriment des citoyens « ordinaires ». La SCOTUS est là pour en faire encore et toujours une interprétation rigoriste et le pays reste figé dans le temps. L’application anachronique du 2e Amendement en est la preuve.

      3. jcvirgil dit :

        @ Igreck 9h01

        Les « Pépères fondateurs », les accoucheurs de ce pays (dysfonctionnel en ce XXIe siècle) étaient des oligarques qui se méfiaient de l’inculture de « The People ». Les règles qu’ils ont établies (The Constitution) servent parfaitement à protéger les avantages des élites au détriment des citoyens « ordinaires ».
        ***********
        C’est en plein ça et c’est fort bien expliqué dans l’essai du regretté historien Howard Zinn *Une histoire populaire des États-Unis*.

        Écrit en 1980 cet essai est encore d’actualité pour expliquer pourquoi le peuple américain est encore aujourd’hui aux prises avec un système politique complètement verrouillé qui travaille contre les intérêts de la majorité des Américains.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Une_histoire_populaire_des_%C3%89tats-Unis

      4. Igreck dit :

        👍 à lire en effet❗️excellente analyse suggérée par Donald Ciccioletta dans l’un de ses cours.

  6. Mona dit :

    Comme dit Johann Chapoutot :  » La postmodernité c’est la faillite des grands récits. »

    1. Haïku dit :

      @Mona
      Bingo !
      C’est une excellente référence ! 👌

  7. Louise dit :

    Ça fait longtemps qu’on l’attend cette grande victoire de Joe Biden « si ce scénario se déroule comme prévu. »
    Il est bien là le problème. Depuis plusieurs semaines, on ne parle pas de l’obstruction des républicains
    (quoiqu’ils n’ont pas dit leur dernier mot) tout ce qu’on entend ce sont les divisions au sein du parti démocrate. Et plusieurs en attribuent la faute à la faiblesse du leadership de Biden.

    Biden essaie de convaincre au lieu de contraindre et on le blâme pour ça. Que peut-il faire d’autre ?
    La responsabilité de ce blocage incombe plutôt aux deux faux démocrates et aux progressistes qui sont intransigeants dans leurs revendications.
    Pourtant la population approuve à plus de 70% ces deux plans. Certains membres de ce parti trouvent plus important d’avoir raison que de donner raison à la population qu’ils sont sensés servir.

    1. gl000001 dit :

      « la population approuve à plus de 70% ces deux plans. »
      Je me laisse envahir l’âme par le cynisme et je réponds : c’est le même peuple qui a élu t**** en 2016.
      Désolé pour le cynysme (deux y pour plus de)

    2. jcvirgil dit :

      La responsabilité de ce blocage incombe plutôt aux deux faux démocrates et aux progressistes qui sont intransigeants dans leurs revendications.
      *************
      C’est exactement ce *qu’ils* veulent faire croire à la population selon la tactique bien connue de diviser pour régner . Les démocrates se déchirent en se rejetant le blâme, alors que les progressistes veulent simplement déverrouiller le système pour qu,il fonctionne dans les intérêts de la majorité et non pour ceux ou devrais je dire pour les pourceaux qui s’achètent les politiciens…

    3. Alexander dit :

      Chacun se donne raison à soi-même.

      Curieux qu’un obscur sénateur de Virginie puisse à lui presque seul faire plier un pays au complet.

      Je serais vraiment curieux de voir ses réelles motivations à tout écraser par le seul poids de son vote prépondérant.

      On remarque un bloc monolithique chez les républicains. Aucune voix dissidente. À croire qu’ils ont promis des choses à Manchin.

      Une diabolique stratégie pour bloquer les démocrates et les qualifier de faiblards. Et récupérer les deux chambres et isoler Biden.

      Laisser l’adversaire s’entretuer et ramasser les restes après, comme les hyènes du Roi Lion.

      Une forme de charognards.

      1. gl000001 dit :

        « On remarque un bloc monolithique chez les républicains.  »
        C’est assez facile à faire lorsqu’on est dans l’opposition. Comme je disais plus haut, ils n’ont pas réussi à faire grand chose lorsqu’ils avaient eux-même la majorité. Le monolithe n’était pas juste fendillé !!

    4. Igreck dit :

      « La responsabilité de ce blocage incombe plutôt aux deux faux démocrates et aux progressistes qui sont intransigeants dans leurs revendications. »
      La faute, à mon sens, est de ne pas avoir eu la sagesse de faire évoluer leur système politique depuis le 18e siècle. Le bipartisme mur à mur ne pouvait que créer ce genre de blocage systématique un jour ou l’autre.Les grandes avancées ont toujours eu comme condition essentielle une approche bipartisane. La situation actuelle, où l’un des Grands partis est pris en otage les conduit tout droit vers une « démocrature »☹️

  8. Louise dit :

    jcvirgil

    « Les progressistes veulent simplement déverrouiller le système pour qu’il fonctionne dans les intérêts de la majorité »
    Je suis d’accord avec les objectifs des progressistes mais ce sont les méthodes pour y arriver que je questionne.
    Ils veulent faire évoluer la société et c’est très bien mais à mon avis, ils veulent aller trop vite.
    On mange un éléphant une bouchée à la fois. C’est la même chose pour les changements qu’on veut apporter dans une société. Il ne s’agit pas de reculer mais d’y aller étape par étape pour aller chercher l’adhésion du plus grand nombre.
    Par exemple, ils auraient dû accepter le plan d’infrastructure puisqu’il risquait de passer plus vite.
    Après ils auraient pu s’attaquer au gros projet social en expliquant aux citoyens comment ces changements vont faciliter leur vie et comment on va s’y prendre pour payer ces grosses dépenses.

    1. jcvirgil dit :

      @ Louise

      Je crois qu’on a dépassé ce stade Le problème est que l’éléphant a été tellement engraissé qu’il ne peut plus être dépecé avec les ustensiles habituels..Ça prend plus que des mesurettes ponctuelles pour faire face à au fossé sans cesse croissant des inégalités et aux changements climatiques qui promettent des catastrophes de plus en plus ingérables pour les gouvernements

      Ce que les deux grands partis politiques et surtout leurs maîtres ont produit , c’est entre autre une guerre sans fin financée par une dette galopante menant à la ruine économique.
      Cela devient de plus en plus difficile à ignorer, mais ils travaillent fort pour balayer cet autre éléphant sous le tapis. Ça fait une *crisse de bosse*…., mais l’ignorance et la désinformation aide beaucoup …

      Pourquoi dépenser 770 milliards de dollars par an pour la défense, alors qu’il y a dans chaque métropole américaine des ghettos où des millions d’Américains sous-éduqués croupissent dans la pauvreté, l’indignité et le désespoir ?

      L’Empire américain est devenu une absurdité qui néglige le bien-être de l’ensemble des Américains et vide ses bourses pour assurer les profits d’une bande de sociopathes qui ne s’aperçoivent même pas qu’ils sont en train de couper la branche sur laquelle ils sont assis.

      1. Igreck dit :

        Tout à fait❗️

  9. NStrider dit :

    La journée la plus importante de Biden?
    Je ne crois pas.
    Le dernier paragraphe remet, à mon avis, le sujet en plus juste perspective: « …la promulgation de la loi sur les infrastructures serait une victoire majeure dont Joe Biden a besoin après une semaine décevante et inquiétante pour les démocrates. »

    La journée la plus importante sera celle où aura lieu l’adoption au sénat du « Freedom to Vote Act ». Si ce projet n’est pas adopté les états vont continuer à charcuter l’accès au vote. 19 états et 39 lois ou projets ont d’ailleurs commencer à limiter ce droit fondamental.

    Même si le projet d’infrastructure est adopté aujourd’hui, dans moins de deux ans il sera probablement « détricoté » par les républicains majoritaires dans les deux chambres.
    Comme on a sapé depuis son adoption les provisions du Voting Rights Act de 1965

    1. Igreck dit :

      ☹️

  10. citoyen dit :

    outre l’affrontement entre deux partis, il faudrait trouver un moyen de diviser pour régner sur la démocratie.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :