Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Le 24 août dernier, la Cour suprême des États-Unis inflige une défaite à l’administration Biden en matière d’immigration. Par 6 voix contre 3, les juges conservateurs de la plus haute instance américaine donnent raison au Texas et ordonnent le rétablissement d’une politique suspendue par le président démocrate dès son arrivée à la Maison-Blanche. Il s’agit du programme « Rester au Mexique », qui force les demandeurs d’asile à la frontière sud, originaires pour la plupart d’Amérique centrale, d’attendre au Mexique l’issue de leur demande.

L’ordonnance n’a pas eu le même retentissement international que la décision de la Cour suprême de ne pas bloquer la nouvelle loi anti-avortement du Texas. Et elle n’a pas provoqué au sein de l’administration Biden la même indignation. Certes, celle-ci a dit regretté cette décision, à laquelle elle devra se conformer pendant la procédure d’appel. Mais, si l’on se fie à cet article du New York Times, elle se réjouit en privé de l’ordonnance qui lui permet de souffler un peu.

« Avant cette décision, les mesures prises par M. Biden pour commencer à desserrer les rênes de l’immigration avaient été rapidement suivies par un afflux de personnes se dirigeant vers le nord, submergeant la frontière sud-ouest des États-Unis. Les arrestations de migrants ont atteint le niveau le plus élevé depuis deux décennies en juillet, une tendance que les responsables craignent de voir se poursuivre à l’automne », écrit le journal.

Et d’ajouter : « L’administration Biden s’inquiétait déjà du fait que la rapidité de ses changements en matière d’immigration ait pu encourager les migrants à affluer vers les États-Unis, selon des fonctionnaires actuels et anciens. »

Le Times indique que l’administration Biden entend profiter de la décision de la Cour suprême pour façonner une version « plus humaine » de la politique de Trump. Le plus tôt sera le mieux, si l’on se fie à cet article publié dans le Los Angeles Times, qui décrit la situation misérable de demandeurs d’asile qui s’entassent dans un nouveau camp de migrants situé à Reynosa, château fort du Cartel du Golfe.

Mais une version plus humaine de la politique de Trump pourrait-elle satisfaire le Texas?

(Photo AFP)

34 réflexions sur “Immigration : l’autre victoire du Texas à la Cour suprême

  1. NStrider dit :

    Prise de contrôle par en haut et par le bas
    Je me permets de ré-afficher e que j’avais écrit il y a quelques jours.
    C’est ce qui attend,non seulement à court et moyen terme, mais pour les 25 prochaines années, nos voisins et qui ne nous mettons pas la tête dans le sable aura une influence chez et nous et sur nos politiques publiques.

    Le 45 a nommé trois juges à la court suprême.
    Il a nommé 54 juges au niveau des cours d’appel, 174 juges dans les “ district court” et 30 juges dans les cours dites de spécialités ( fiscalité, forces armée, vétérans, etc)
    Il reste largement en deçà, en ce qui a trait aux nominations, de ce qui a été fait par les autres présidents mais il n’a été là que 4 ans.

    ***https://www.pewresearch.org/fact-tank/2021/01/13/how-trump-compares-with-other-recent-presidents-in-appointing-federal-judges/

    Il a quand même réussi à faire basculer plusieurs cours avec ses nominations.

    Et ce n’est que la pointe de l’iceberg
    Pendant ce temps Lin Wood, Michael Flynn, Steve Bannon, Miller et autres consorts s’affairent pour que les états, les comtés, les municipalités, les commissions scolaires, et toutes les formes de gouvernance locales, contestent avec virulence et violence dans certaines instances, toutes les prises de positions démocrates.
    On va des masques, aux vaccins, à la “critical race theory” en passant par les limitations d’un droit de vote, le droit à l’avortement , y compris par la nomination des travailleurs électoraux,

    Le fil Twitter, suivant illustre bien le travail de sape qui est actuellement en cours à tous les niveaux chez nos voisins et qui visent une prise de contrôle de l’appareil étatique par la base. Ce que les organisateurs politiques républicains appellent volontiers, un « Grassroot movement » mais qui s’apparente plutôt à du « Astroturfing » comme la naissance du « tea party » :
    ***https://twitter.com/iarnsdorf/status/1433404798649393160?s=21

    Nos voisins doivent se réveiller sinon les rêves autocratiques du 45 et des Abbot, De Santis, Greene, Greene,Brooks, Stefanik, vont se réaliser.
    Ils ne sont qu’à quelques élections de Gilead.

    1. NStrider dit :

      Et voici une application très concrète de cette stratégie terrain:
      *** https://twitter.com/ronfilipkowski/status/1434868940946161665?s=21***

      1. NStrider dit :

        Confirmation de cette stratégie d’un des principaux acteurs de la tragédie américaine :
        *** https://twitter.com/ronfilipkowski/status/1434895520099717121?s=21***

  2. jcvirgil dit :

    Finalement avec la nomination des juges à *post-it* par le politique, la légendaire séparation des pouvoirs de nos démocraties qu’on nous sert *ad vitam aeternam* serait-elle réellement ça , une légende ?

  3. cotenord07 dit :

    La solution repose en grande partie sur l’amélioration de la gouvernance et de l’économie des pays d’Amérique centrale, afin que les citoyens de ces pays choisissent de demeurer chez eux.

    Aux États-Unis comme au Canada et en Europe, il est normal que la population s’attende à ce que le gouvernement national contrôle l’immigration et effectue une sélection des immigrants, plutôt que de voir le pays submergé par une masse de migrants économiques qui fuient des états défaillants en déliquescence.

    Le défi est d’améliorer progressivement mais plutôt rapidement la gouvernance et l’économie de ces pays, sans les envahir ou les traiter comme des colonies…

    1. jcvirgil dit :

      @cote nord

      Ça semble tellement logique ,alors que la politique impérialiste traditionnelle des États-Unis en a toujours été une d’exploitation au plus bas coût possible , comme l’ont été toutes les entreprises coloniales au cours de l’histoire.

      La funeste *Opération condor* et son École des Amériques de la CIA, qui servait de modèle au temps de Kissinger, en a été durant des années l’illustration .C’était en fait une école de la torture, des assassinats d’opposants politiques et de syndicalistes, à l’usage des dictatures alliées au maître américain , contre ceux qui commettaient le crime impardonnable de tenter de soustraire les peuples à l’exploitation des familles d’oligarques et de leurs juntes militaires ,qui les écrasaient sous leur joug..

      C’est encore le cas aujourd’hui, bien que moins violent les renveersement de gouvernements comme au Honduras en 2008 et les tentatives au Vénézuéla et en Bolivie servent les mêmes buts.. Pour la direction américaine ces peuples ne sont que des réservoirs de ressources naturelles et de travailleurs bon marché qui permettent la richesse de leurs entreprises transnationales.

      La pauvreté, la misère, l’ignorance par l’analphabétisation et le manque d’espoir , sont les moteurs de l’immigration .

      Ils auront beau ériger les murs qu’ils voudront , quand les hordes de réfugiés climatiques se joindront à celles des miséreux pour prendre d’assaut la forteresse américaine , pas certain qu,elle puisse résister…

    2. spritzer dit :

      « Le défi est d’améliorer progressivement mais plutôt rapidement la gouvernance et l’économie de ces pays »

      Tout un défi alors qu’ils n’ont jamais agit avec ces buts en tête dans leurs relations avec les pays du Sud où l’idée est de maintenir en place des régimes compradore. C’est dans l’ADN des États-Unis d’agir de cette façon alors bonne chance dans leurs tentatives de résolution du problème de l’immigration.

      Biden has also pumped up his role in an initiative called the Alliance for Prosperity, which was applied to the Northern Triangle of Central America. The former vice president was so central to the program’s genesis that it was informally known as “Plan Biden.”

      Marketed as an answer to the crisis of child migration, Biden’s brainchild channeled $750 million through a right-wing government installed by a US-orchestrated military coup to spur mega-development projects and privatize social services.

      “Biden is taking credit for doing something constructive to stop the migration crisis and blaming the concentration camps [on the US-Mexico border] on Trump. But it’s Biden’s policies that are driving more people out of Central America and making human rights defenders lives more precarious by defending entities that have no interest in human rights,” explained Adrienne Pine, a professor of anthropology at American University and leading researcher of the social crisis in Honduras, in an interview with The Grayzone.
      https://thegrayzone.com/2019/07/28/biden-privatization-plan-colombia-honduras-migration/#more-12170

      *https://www.thenation.com/article/archive/the-alliance-for-prosperity-will-intensify-the-central-american-refugee-crisis/

  4. Louise dit :

    Quand les républicains sont au pouvoir ils prennent des décisions sans se soucier des démocrates. Quand les démocrates sont au pouvoir, les républicains font à leur tête sans se soucier des démocrates.
    Cherchez l’erreur.

  5. probert dit :

    Il faut comprendre la misère et le désespoir des gens. Quand tu es prêt à tout laisser derrière toi et à parcourir des milliers de km, avec des enfants à nourrir, sans garantie de pouvoir avoir une vie meilleure ailleurs. Il n’y a qu’une seule façon viable et durable d’aider les gens d’Amérique du sud. Les aider à avoir des conditions de vie décentes chez eux. Ça commence par accepter de payer plus cher nos produits venant de cette région du monde, mais ça ne serait pas suffisant malheureusement. Il y a aussi les graves problèmes de corruption et de criminalité avec les cartels de drogue qui tuent et terrorisent sans retenu.

    1. A.Talon dit :

      «Ça commence par accepter de payer plus cher nos produits venant de cette région du monde»

      Au risque que ce soit les intermédiaires qui s’en mettent plein les poches? Sans surveillance, c’est ce qui pourrait arriver. Faudrait aller plus loin que les actuelles certifications «équitables» pour que cela ait un véritable impact sur les petits producteurs latino-américains.

      «Il y a aussi les graves problèmes de corruption et de criminalité avec les cartels de drogue qui tuent et terrorisent sans retenu.»

      Mais où sont les marchés naturels desdits cartels de la drogue, déjà? Exactement! Ici-même en Occident. Et que fais-t-on pour stopper durablement la consommation locale? Pas grand chose. On préfère balayer la poussière sous le tapis plutôt que de chercher à régler une lourde problématique sanitaire et sociale.

  6. treblig dit :

    Il y a plusieurs raisons qui expliquent cet exode de l’Amérique centrale vers les États-Unis. Personnellement, j’y vois un effet de la surpopulation causée par l’église catholique qui interdit le contrôle des naissances.

    Un exemple, le Honduras un tout petit pays de 2 millions d’habitants en 1961 et de 11 millions en 2020. La moitié de la population a moins de 18 ans et 260 000 naissances vont s’ajouter cette année dont le Honduras n’a pas les moyens. Bien évidemment, le système scolaire ne suffit pas et l’analphabétisme est en hausse ainsi que la violence.

    Recette parfaite pour une tragédie

    1. A.Talon dit :

      «Personnellement, j’y vois un effet de la surpopulation causée par l’église catholique qui interdit le contrôle des naissances.»

      Ce n’est pas la «surpopulation» le problème mais l’économie. L’ancien Canada français [0| a exporté plus d’un million de ses citoyens à l’extérieur de ses frontières durant plus d’un siècle [1] parce que ses terres agricoles étaient soi-disant «surpeuplées». La plupart se sont dirigés vers les filatures de la Nouvelle-Angleterre. Le modèle agricole hérité de France [2] avait alors atteint ses limites. On pouvait bien sûr pousser à la colonisation de nouvelles régions sur le territoire québécois mais ce n’était pas suffisant dans un contexte d’explosion de la population [3]. La solution était pourtant simple: favoriser l’industrialisation de notre propre économie plutôt que de servir de réservoir de main-d’oeuvre docile à l’industrialisation des autres. Avantage subsidiare: cela aurait créé une demande pour l’établissement de systèmes d’éducation et de santé de meilleure qualité afin de rencontrer les besoins des industriels en personnel qualifié et productif.

      La «surpopulation» n’est pas un obstacle insurmontable à l’industrialisation et à l’amélioration des conditions de vie. Un problème démographique peut stimuler les solutions innovantes et l’esprit entrepreneurial au sein de la population. Suffit de regarder les exemples historiques de l’Italie et du Japon d’après-guerre, de Singapour et d’Hong Kong.

      [0] la vallée du Saint-Laurent, essentiellement
      [1] de l’après-Rébellion de 37-38 à la Grande Dépression des années 30
      [2] léguer la terre familiale à l’ainé de la famille et inciter les autres à défricher leur propre terre
      [3] la fameuse «revanche des berceaux»

      1. A.Talon dit :

        «La solution était pourtant simple: favoriser l’industrialisation de notre propre économie plutôt que de servir de réservoir de main-d’oeuvre docile à l’industrialisation des autres.»

        C’est là qu’on doit regretter l’interdiction faite par Richelieu aux Huguenots de s’installer en Nouvelle-France. Avant de les pousser à l’exil hors du royaume [1]. Pas plus entreprenants que ces gens-là. [2] Plutôt que d’être les fers de lance du développement de la colonie [3], ils ont contribué à l’essor économique de l’Angleterre, de l’Allemagne et de nos voisins du sud.

        [1] révocation de l’Édit de Nantes
        [2] parce qu’ils étaient éduqués et n’étaient pas les brebis obéissantes du curé de la place
        [3] ainsi que du Royaume de France, ne l’oublions pas

        *http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-733/Les_Huguenots_en_Am%C3%A9rique,_un_patrimoine_paradoxal.html#.YTYzFYXsnxY
        *https://www.huguenotsocietyofamerica.org/history/huguenot-history/
        *https://museeprotestant.org/notice/le-refuge-huguenot/

    2. Layla dit :

      @Treblig
      « Eglise Catholique »

      Ce n’est pas l’impression que j’ai en lisant sur Wiki, la violence faite au femme est à mon avis majeure, je ne pense pas que l’Eglise catholique approuve les viols, et la violence sous toutes ses formes alors je dirais que l’influence de l’Eglise est minime. Les hommes des gangs ont le contrôle d’après moi mais ne contrôlent pas leur sexualité.🤦‍♀️🤷‍♀️.

      « En 1996, 50 % des femmes utilisaient au moins un type de contraceptif. [108] En 2001, 62 %… »

      Une jeune fille violée n’est sûrement pas protégée par des moyens de contraception.

      « … le taux de natalité chez les adolescentes est de 65,0 pour les femmes âgées de 15 à 19 ans. [11] »

      « La violence sexuelle à l’égard des femmes s’est avérée être un problème majeur au Honduras, ce qui a poussé de nombreuses personnes à migrer vers les États-Unis [109] »

      « La prévalence des abus sexuels sur les enfants était de 7,8% au Honduras, la majorité des signalements provenant d’enfants de moins de 11 ans. [110] »

      « En 2014, 40 % des mineurs réfugiés non accompagnés étaient des femmes. [109] »

      « Les gangs sont en grande partie responsables de la violence sexuelle à l’égard des femmes, car ils ont souvent recours à la violence sexuelle. [109] »

      « Entre 2005 et 2013, selon le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la violence à l’égard des femmes, les morts violentes ont augmenté de 263,4 pour cent. [109] »

      « L’impunité pour les violences sexuelles et les féminicides était de 95 % en 2014. [109] En outre, de nombreuses filles sont contraintes à la traite des êtres humains et à la prostitution. [109] »

      1. Louise dit :

        Layla

        Je crois que Talon a mentionné l’influence de l’église catholique pour ce qui concerne la surpopulation.
        Les moyens de contraception étaient défendus et l’avortement l’est encore.

        Il y a une limite à ce que la terre peut supporter comme population. À mon avis, le contrôle des naissances est une des nombreuses solutions pour combattre le réchauffement climatique et l’exode des populations.
        C’est un sujet tabou dans l’église catholique et peut-être dans les autres religions mais il faudra bien en parler ouvertement un jour ou l’autre.

      2. Layla dit :

        @Louise 13:43
        Ma réponse était suite aux commentaires de @Treblig.
        Je ne dis pas que l’Eglise n’a pas ses torts, mais on peut lire qu’en 2001 62% utilisait des moyens de contraception ce n’est pas encore suffisant j’en conviens mais ma conclusion les interdictions de l’Eglise ils n’en ont rien à cirer.
        Si toutes ces jeunes filles de 15 à 19 n’étaient pas violées une partie de la surpopulation s’en trouverait mieux puisque selon mon idée une grande partie des ces filles n’ont sûrement pas de protection.
        Je sais que la surpopulation c’est un problème mais misère que la violence est grande, surtout envers les femmes. Pas étonnant qu’elles cherchent à sortir de ce pays.

        https://en.wikipedia.org/wiki/Honduras

  7. A.Talon dit :

    «Mais une version plus humaine de la politique de Trump pourrait-elle satisfaire le Texas?»

    Probable que non. Eux préféreraient sans doute une version plus humaine de la politique du moustachu austro-allemand.

  8. Igreck dit :

    HS
    Ce qu’on apprend dans les « Afghanistan Papers », c’est que les Américains n’avaient rien appris des erreurs précédentes au Viêtnam ou dans des conflits dans lesquels ils s’étaient impliqués. Êtes-vous surpris 😧

    https://www.lapresse.ca/contexte/chroniques/2021-09-05/le-11-septembre-20-ans-plus-tard/afghanistan-les-lecons-de-l-histoire.php

    1. Igreck dit :

      +
      « Notre pays est particulièrement peu doué pour composer avec ses erreurs. Comme un enfant gâté, il préfère pelleter les problèmes vers l’avant, nier ses responsabilités, mais ça ne revient qu’à retarder l’inévitable. »

      https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2021-09-06/le-11-septembre-20-ans-plus-tard/reponse-americaine-un-autre-choix-etait-possible.php

    2. Haïku dit :

      @Igreck — 10:57
      RE: Afghanistan
      Merci pour le lien.
      Je cite l’article:

      « Nous n’avons jamais compris fondamentalement ce qu’était l’Afghanistan. Nous n’avions aucune idée de ce que nous allions faire là », dira le général Douglas Lute, conseiller à la sécurité nationale des présidents Bush et Obama pour l’Afghanistan. »

      1. Igreck dit :

        Avec la condescendance et l’arrogance ancrées dans leur ADN 🧬 , les États-uniens ne s’abaissent pas à même tenter de comprendre les autres nations❗️Il faut vois avec quelle indifférence ils nous traitent, nous, leurs plus proches voisins et alliés. Malheureusement, ils méritent totalement les difficultés qu’ils rencontrent dans leurs échanges basés trop souvent sur la peur (de leur super-puissance) et le mépris des autres à leur égard.

      2. Robert Giroux dit :

        WAR FOR PROFIT !
        Tout le reste n’est que bandes-dessinées et films d’épouvante !

  9. Igreck dit :

    Après le 11-Septembre, pendant quelques années, les Républicains ont réussi à garder le couvercle sur (la) xénophobie folle qui caractérise le Parti républicain de 2021. Puis, Obama est arrivé, et la droite américaine est devenue l’extrême droite. Des pans entiers du Parti républicain croyaient dur comme fer que ce président noir était en fait musulman (faux) et né au Kenya (faux, encore). Qu’Obama était un cheval de Troie musulman qui allait détruire les États-Unis (faux). Cette radicalisation a préparé le terreau pour que Donald Trump devienne président, lui qui se faisait le champion de cette théorie du complot absolument débile…
    Et sous Trump, le clivage s’est accentué. Une certaine idée des États-Unis a été grugée par l’extrémisme des trumpistes, qui ont fait la guerre aux normes démocratiques de leur pays, à ses institutions, et qui ont même tenté un putsch le 6 janvier dernier.
    Oussama, je pense qu’il y a 20 ans, tu as semé les germes qui ont permis cette radicalisation d’un des grands partis de ce pays. (Et)Dans un pays où il n’y en a que deux, c’est un problème❗️

    https://www.lapresse.ca/actualites/chroniques/2021-09-06/lettre-a-oussama-ben-laden.php

  10. treblig dit :

    HS ( mais plaisir coupable)

    Trump a tenté de vendre son hôtel de Washington (500$ millions). Mais les acheteurs sont rares sinon inexistants.

    Faut dire qu’avec la pandémie, le tourisme et les voyages d’affaires sont en baisse de 64%. Et les pays étrangers ou des entreprises qui louaient des chambres ( 476$ en moyenne pour une nuitée) pour se faire bien voir de l’ex-président ont déserté l’hôtel.

    Trump se console en louant le 15e étage de son hôtel à son propre PAC ( political action commîtes) 37 000 $ par mois. Et l’étage reste vide.

    1. Igreck dit :

      🥳

    2. A.Talon dit :

      «Mais les acheteurs sont rares sinon inexistants.»

      Pas surprenant. Faites une recherche sur Google avec les mot-clés ‘Trump’, ‘brand’ et ‘toxic’ et vous verrez que ce ne sont pas les références qui manquent. L’écroulement de sa marque avait commencé bien avant le 6-Janvier. Je lui souhaite de finir dans la rue, si ce n’est au cachot.

      Un exemple sur CNN Business:
      «Trump’s business was crashing even before the Capitol riot made his brand toxic» (2021-01-21)
      https://www.cnn.com/2021/01/21/business/trump-business-hotels-pandemic/index.html

      1. ProMap dit :

        Pôvre lui, une autre année sans payer d’impôt et ça se dit multimilliardaire tout en siphonnant les Mr Pillow de ce monde et les petits crédules à pick-up. Quant comprendront-ils qu’il n’est que du vent?

      2. A.Talon dit :

        @ ProMap 12h10

        Même là, ça ne va pas trop bien pour lui…
        «‘They have better things to do’ – Major Republican donors are staying away from Trump»
        https://www.cnbc.com/2021/08/31/trump-gets-little-support-from-major-republican-donors.html

  11. A.Talon dit :

    HORS SUJET

    Le 8 septembre prochain sera la Journée Internationale de l’Alphabétisation. Profitons-en pour souhaiter à IQ-45 le meilleur succès possible dans son long et courageux cheminement vers la maîtrise de la langue écrite. Vas-y mon gros! Lâche pas! Un jour, tu les connaitras par cœur les 26 lettres de l’alphabet! Et peut-être même que tu réussiras à écrire une phrase complète!

  12. Alexander dit :

    Les EU ne pourront pas régler le sort du monde car ils en ont plein les bras avec leur propre population divisée à l’os.

    Même pour un pays ouvert historiquement à l’immigration, ils ne pourront pas accepter tout le monde. Au même titre qu’ils ne pourront continuer à jouer aux gendarmes du monde.

    Ça s’appelle mieux contrôler l’entrée au pays et se désengager des guerres inutiles.

    C’est tout un changement de cap pour un pays qui se croyait tout puissant, à tort.

    Le côté colonialiste des EU est davantage colon quand on regarde les résultats. Vietnam, Irak, Afghanistan, que de grands succès.

    On regarde le travail de coulisses des chinois et on comprend mieux. Ils n’affrontent personne de front, mais sont toujours bien présents en maraude. Ils manœuvrent en coulisses et laissent les gros bras faire la sale job.

    Le MAGA de Trump finit par se rapprocher de la pensée Biden: un recentrage du pays vers ses besoins internes.

    Et ça veut aussi dire fermer les frontières davantage et sortir de bourbiers comme l’Afghanistan.

    Pas très élégant, mais probablement nécessaire.

    1. A.Talon dit :

      «Ça s’appelle mieux contrôler l’entrée au pays et se désengager des guerres inutiles.»

      Ça s’appelle aussi le retour à l’isolationnisme. C’est peut-être une bonne idée pour une jeune nation en construction mais est-ce bien raisonnable pour la seule super-puissance de la planète? La prééminence économique et militaire impose une responsabilité face au reste de la planète. Et ce n’est pas en se repliant sur soi-même qu’on peut régler ses problèmes politico-économiques internes. Parlez-en aux Chinois, qui peinent encore à se relever de la déplorable décision des dirigeants de la dynastie Ming (XVe siècle) de fermer l’Empire du Milieu au reste du Monde…

      1. gl000001 dit :

        « le retour à l’isolationnisme. »
        Biden a pourtant bien dit que les longues guerres étaient finies mais pas les interventions ponctuelles et/ou avec des alliés.

  13. A.Talon dit :

    PAUSE CINÉMA

    Ce grand classique de Sir Charles Chaplin me semble particulièrement approprié pour le thème de ce billet. L’«Amérique» a toujours fait rêver les plus déshérités de ce monde. L’«Amérique» s’est littéralement bâtie sur l’immigration des plus déshérités de ce monde. Certains ont tendance à l’oublier chez nos voisins du sud.

    «Charlie Chaplin – The Immigrant 1917 HD»

    1. Haïku dit :

      @A.Talon
      Merci du partage.
      Je n’avais pas vu celui là.
      Cré Charlot !! 😂👍
      (En passant la trame sonore est délicieuse).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :