Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Un an jour pour jour après la mort de George Floyd, le slogan «Defund the police» bat de l’aile. Les démocrates le considèrent comme un facteur de leur perte de 11 sièges à la Chambre des représentants lors de l’élection de 2020. Et les villes américaines font face à une hausse de la criminalité qui a convaincu certaines d’entre elles d’examiner la possibilité d’augmenter le budget consacré à leur service de police plutôt que de le réduire, comme le réclamaient des manifestants du mouvement Black Lives Matter.

La ville de Los Angeles a déjà passé à l’action, comme l’explique le New York Times dans ce reportage. Après avoir accepté de réduire le budget de son service de police de 150 millions de dollars l’an dernier, ou 8% du total, elle a décidé la semaine dernière d’augmenter le même budget pour permettre l’embauche de 250 nouveaux policiers. La décision a été prise pour faire face à une augmentation du nombre des homicides de 36% et de l’omniprésence des armes à feu dans les rues de la ville.

Plusieurs autres villes, dont New York, font face au même phénomène, attribuable à une augmentation historique du nombre d’acquisitions d’armes à feu et à la prolifération des armes fantômes selon les experts. Théâtre du meurtre de George Floyd, Minneapolis fait partie des villes où certains membres plus âgés du clergé et du mouvement des droits civiques ont repris un argument de la droite et établi un lien entre l’augmentation de la criminalité et le mouvement pour «définancer» la police. Ceux-ci évoquent un désengagement de la part des policiers qui n’ont pas démissionné ou pris leur retraite plutôt que prévu.

En réalité, les causes de la hausse des homicides aux États-Unis sont multiples, comme le résume CNN dans un reportage sur le sujet : «Les experts évoquent une ‟tempête parfaite” de facteurs – effondrement économique, anxiété sociale due à une pandémie, réduction de la police dans les grandes villes après des manifestations appelant à l’abolition des services de police, déplacement des ressources policières des quartiers vers les centres-villes en raison de ces manifestations, et libération des prévenus avant leurs procès ou avant la fin de leur peine afin de réduire le risque de propagation de la COVID-19 dans les prisons – qui peuvent tous avoir contribué à la flambée des homicides.»

Rien de cela ne diminue la validité des critiques formulées par le mouvement Black Lives Matter dans la foulée du meurtre de George Floyd. Mais cela illustre les limites et même les dangers d’un simple slogan.

(Photo WCCO)



71 réflexions sur “«Refinancer» la police

  1. Mona dit :

    Et cette « tempête parfaite » (j’adore l’expression) est aussi parfaite pour faire le lit de la montée de l’extrême droite.
    En Europe on est plus que parfait !

  2. PROBERT dit :

    Ce ne sont pas les changements budgétaires mais les changements de mentalité qui sont nécessaires.

    1. Mona dit :

      Oui @PROBERT et c’est beaucoup plus long et difficile mais fondateur.
      Si Biden e a le temps et que les terroristes de l’intérieur le laisse agir je pense qu’il a cette mentalité.

    2. Jean Létourneau dit :

      Tout à fait !
      @PROBERT :
      Il ne faut pas bêtement REFINANCER la police, il faut REPENSER la police.
      Diminuer le « Law and order » et instaurer le rôle d’agent de la paix ce qui implique des policiers plus discrets, moins armés et plus psychologues. Ce qui paraît très difficile avec l’augmentation des armes mises en circulation à cause, entre autres, la psychose collective due à la pandémie et la radicalisation du traitement des nouvelles par les chaînes comme Fox et OAN.

      Bref un peu plus de Ghandi dans la sauce au cari. Citoyens, on peut rêver…

    3. Mario Dupuis dit :

      Et j’ajoute: modifier l’article 2. (J’allais ecrire abolir).

  3. Mona dit :

    HS…
    mais je ne résiste pas à ne pas partager une BONNE NOUVELLE ( à la T****)

    https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/etats-unis-lex-president-trump-fait-un-flop-avec-son-nouveau-site-web

    Site lancé le 4 mai au soir, “From The Desk of Donald J. Trump” 🙄

    1. Dekessey dit :

      Héhé
      Et la conclusion du Wahington Post à ce sujet: Trump glisse vers la non-pertinence en ligne.
      Pas juste en ligne selon moi.

      J’ai tellement hâte d’entendre les Cruz, Graham et McCarthy virer leur capot une fois de plus dans quelques mois…

      1. Mona dit :

        @Dekessey 👏 attente partagée 😉

    2. Haïku dit :

      @Mona – 07:30
      Merci pour la bonne nouvelle !👍😉

  4. InfoPhile dit :

    Finançons les travailleurs-euses communautaires !

    Il n’y a que deux travailleurs de rue plus un à temps partiel à Montréal-Nord alors qu’il en faudrait au moins une vingtaine.

  5. gl000001 dit :

    « En réalité, les causes de la hausse des homicides aux États-Unis sont multiples »
    Mais c’est tellement plus facile et rassurant de trouver LA cause unique qui explique tout. En plus qu’on l’a trouvé en « faisant nos recherches ». C’est de la paresse intellectuelle et elle est rendue partout. Même au bureau.

    1. kelvinator dit :

      C’est exactement ce réductionnisme simpliste qui est à la base du slogan Defund the Police.

      Les problèmes de profilage racial vont bien au-delà du financement de la police. C’est donner des aspirine à quelqu’un qui a le bras coupé…

      1. gl000001 dit :

        Bizarre. « Defund the police » voulait une plus grande approche communautaire et une meilleure formation pour le policiers, entre autres. Faites vos recherches.

  6. monsieur8 dit :

    « Mais cela illustre les limites et même les dangers d’un simple slogan. »

    À mon avis, ça illustre les limites d’un slogan appliqué de façon simpliste.

    J’ai toujours compris le « defund the police » comme une volonté de réaffecter une partie du budget de la police vers le travail social: moins d’argent pour la répression, plus pour la sensibilisation et le travail de proximité.

    C’est certain que si on diminue le budget sans rien changer aux méthodes, ça ne peut qu’aboutir à un échec. On vient d’en faire le test semble-t-il. Et la conclusion était prévisible.

    Quand je lis que des villes ont simplement coupé les fonds à leurs corps de police, pour « voir » ce que ça allait donner, j’ai l’impression qu’in a voulu saboter le mouvement. On a joué à la politique du pire pour « démontrer » que ça ne marchait pas

    1. jcvirgil dit :

      Bingo ! Mais dans un pays où les grands médias passent leur temps à entretenir la peur des citoyens qui voient des bandits dans leurs cours et un communiste sous leurs lits, pour stimuler la vente d’armes dont les policiers et le Pentagone sont les plus grands utilisateurs, proposer d’améliorer la sensibilisation , le travail de proximité , la prévention, des centres d’injection pour contrer l’usage des drogues etccc passe pour des mesures socialissssses encourageant le péché !

    2. kelvinator dit :

      Vous mettez le doigt sur le problème.
      Le problème est plutôt les méthodes de la police, peu importe le financement.
      Avec ou sans définancement, le seul moyen de changer les choses est de changer les méthodes, mais ce n’est pas du tout le mandat du « Defund the Police ». C’est le mandat partagé par la large majorité de la population qui veut une « accountability » policière.

      Defund the Police est simplement un slogan vide pour en appeler à la frange anti-police. Il crée de la confusion, comme vous qui croyez que cela implique changer les méthodes, alors que ce n’est pas le cas. C’est comme Sanders qui veut payer les dettes étudiantes. Il fait des cadeaux sans rien regler au problème de fond qui est beaucoup plus difficile à regler, alors on se rabat sur des slogans facilement répétable qui ne propose rien pour regler le problème de fond.

  7. Daniel Gagnon dit :

    Une des causes de la flambée de violence des années de 90 était semble-t-il, l’arrivée sur le marché de pistolets à bas prix, genre «great equalizer» et «saturday night quelque chose» (je ne retrouve pas ma source). On explique la baisse de criminalité qui a suivi par la disparition du marché de ce type d’armes. Est-ce que le retour d’armes à bon marché expliquerait ce retour ? Je doute que ce soit le nombre de policiers qui aux USA font plus partie du problème que de la solution.

    1. simonolivier dit :

      Saturday Night Special. C’est un calibre .32 très compact et pas cher. Très peu fiable et de mauvaise qualité. Les munitions sont également très peu dispendieuses. Facile à cacher sur une personne mais tout aussi mortel de très près qu’un gros calibre. Le terme the great equalizer réfçre au fait qu’une petite personne avec une arme à feu est égal à une grande et grosse personne avec une arme à feu. tout aussi dangereuse.

      Et oui, le retour d’armes peu dispendieuses explique en partie la hausse. Les armes fantômes en sont grandement responsables. Comme ici au Canada.

  8. Le Champ dit :

    Quand meme assez prévisible ce qui se passe , je crois que la société américaine aurait pu et peu encore intégrer un mouvement civique comme BLM meme si une partie de la population y sera toujours réfractaire par contre y ajouter en meme temps une refonte complete du systeme de police?!! C’est rever en couleur et renier la nature mem des américains. Les changements au corps policier américains sont necessaires mais devraient venir a la fin des boulversements sociaux a titre de post mortem et de recherche de nouvelles solutions pour adapter nos méthodes et faire face a une société qui évolue.

    J’irai plus loin en disant que la situation présentement favorise grandement le retour en force du GOP aux élections de mi-mandat , seul moyen de Biden de limiter les dégats est d’isoler les militants plus a gauche de son parti et s’affirmer comme centriste. Et de grace faite jouer un plus grand role a Kamala Harris , on parle ici d’une personne qui a excellé lorsque justement elle représentait la loi et l’ordre.

  9. anizev dit :

    Comme c’est souvent le cas, on applique une solution facile à un problème complexe. Le nombre de crimes augmente, simple, il suffit d’augmenter le nombre de policier. Ce faisant on évite de trouver des solutions à plusieurs causes. La grande iniquité sociale qui existe aux États-unis ne va pas se régler en augmentant le nombre de policiers. Les problèmes de santé mentale non plus. Mais cela donne l’illusion de faire quelque chose mais on reprend des solutions qui n’ont pas fonctionné par le passé. Sad.

  10. gl000001 dit :

    Si augmenter le nombre de policiers vient avec énormément plus de formation sérieuse, ça pourrait avoir un petit effet. Le travail communautaire aurait un bien plus grand effet par-contre.

    1. Mona dit :

      Oui@ gl00001
      On a ces problèmes en France avec la suppression de la dite police de proximité qui travaillait avec les associations locales avec un succès visible et durable.
      Les pouvoirs (gauche et droite) les ont affaibli puis supprimé.
      Il y a une vraie trouille (excusez l’expression) de ce travail de proximité vécu par les pouvoirs d’état comme des concurrents, des contre-pouvoir.
      Nous en France en plus on cette satanée habitude de centralisation qui se rajoute : les institutions affaiblient se rigidifient d’autant.

    2. Jean Létourneau dit :

      Avec une sélection plus serrée des postulants. Pa les victimes d’intimidation au secondaire qui cherchent à se refaire une justice, pas les tireurs d’élites en priorité, pas le gros bras nécessairement; un peu plus de jugeote en priorité…

  11. gl000001 dit :

    HS : la Floride rétrograde fait encore parler d’elle. Une école retouche les photos de finissantes !!
    https://www.tvanouvelles.ca/2021/05/23/une-ecole-retouche-les-photos-de-plusieurs-finissantes

    1. Achalante dit :

      Je pense que la prof était jalouse que des filles n’aient pas honte de leur corps…

    2. Haïku dit :

      @gl000001
      RE: « photos de finissantes »
      Ajout de circonstance:
      ———–

      C’est bientôt Noël dans une école,
      et on procède à la traditionnelle photo de classe.

      La semaine suivante, l’institutrice essaye bien évidemment de motiver les enfants d’en acheter chacun une :
      – » Pensez à l’avenir, quand vous serez grand !
      Vous serez heureux de vous dire en regardant la photo: « Tiens, là c’est Christelle, elle est médecin maintenant !
      Ou encore, là c’est Louis, il est ingénieur maintenant,
      et là c’est Aurélie, elle est avocate…

      Une petite voix se fait entendre du fond de la classe:
      – « Et là, c’est notre maîtresse Mme.Tremblay,
      elle est morte maitenant !…

  12. jcvirgil dit :

    Les démocrates le considèrent comme un facteur de leur perte de 11 sièges à la Chambre des représentants lors de l’élection de 2020.
    *********
    C’est surement une bonne lecture dans un pays où bon nombre de citoyens paranoiaques et sur armés croient nécessaire de se munir d’un AR15 pour se protéger des barbares à l’assaut de leurs propriétés.
    Quand ils voient des images d’émeutes sur leur écran 60 pcs, ils se disent si on enlève les policiers on enlève le dernier rempart entre nous et eux…

    On sait tous comment la peur peut faire gagner des élections et des référendums…

    1. kelvinator dit :

      Ironiquement, les socialiste de gauche veulent réduire la place de l’État et s’en remettent à des groupes indépendants pour faire la gestion des problèmes…
      Ça fait pas mal libertarien comme approche!!!
      C’est probablement cette extrémisme idéologique qui a fait peur aux centristes non alignés qui entendent parler de l’extrémisme de la gauche. La gauche s’est tiré elle-même dans le pied avec sa pensée magique.

      1. gl000001 dit :

        « s’en remettent à des groupes indépendants pour faire la gestion des problèmes »
        On parle d’une approche communautaire qui travaillerait avec la police. Ou voyez-vous des groupes indépendants là-dedans ?
        Et lorsque vous écrivez « l’extrémisme de la gauche », vous parlez des extrémistes de la gauche. Toute « la gauche » n’est pas extrémiste.
        On passe de « un mauvais slogan » à « La gauche s’est tirée elle-même dans le pied ». C’est tout un raccourci ça !
        C’est quel genre de sophisme tout ça ? Vous qui êtes expert en la matière.

      2. kelvinator dit :

        Hahaha, c’est vous qui voyez un sophisme, vous devriez être capable de me le dire.

        Vous faites un raccourci avec votre accusation de raccourci. Je crois que vous avez tout simplement manqué la nuance de mon commentaire dès que vous avez lu gauche et extrémiste (deux fois en plus…). Cette solution radicale de « defund » était vu comme une représentation concrète des mesures extrémistes dont les républicains parle.

        Les groupes communautaire ne sont pas assujetti à la police, ils ont leur propre chose à faire. Ils sont indépendant. Je vois difficilement en quoi cela vaut la peine de se déchirer la chemise.

      3. gl000001 dit :

        « Les groupes communautaire ne sont pas assujetti à la police »
        Les gens intelligents qui ont parti ce slogan (et qui a dérapé pas par leur faute) voulaient justement que la police travaille avec ces groupes communautaires.
        Et encore une fois, écrivez mieux. Vous avez écrit que toute la gauche était extrémiste. Noir sur blanc. Même pas une interprétation. C’est vraiment lourd votre affaire !!

      4. kelvinator dit :

        Montrez-moi ou alors si vous le pouvez?
        Montrez-moi ou est la généralisation?

      5. gl000001 dit :

        Toujours le même manège !! Même si je vous le montrais, vous trouvez toujours quelques chose à redire. Et ça, oui, c’est une généralisation. Mais elle représente très bien la réalité avec laquelle vous êtes visiblement incompatible.

      6. kelvinator dit :

        Ça fait quand même deux fois que je vous le demande. C’est loin d’être la première fois ou vous m’accusez sans fondement…

        Je n’aurai pu mieux exprimer l’extrémisme du slogan Defund the Police par le vote du squad contre le budget donnant plus de moyen aux policiers du Capitole pour éviter un autre assaut du Capitole. Pourquoi le squad a voté contre cette mesure? Parce qu’ils sont contre l’ajout de fond aux policiers… Si vous ne comprenez pas le danger d’un slogan aussi stupide lorsque repris par des gens aussi stupide afin de marquer des point politique auprès d’une base qui carbure à la haine du système, j’ignore comment je pourrai vous l’exprimer autrement…

      7. gl000001 dit :

        Je savais que vous répondriez ça. Je vous ai toujours démontré votre erreur mais vous refusez de l’admettre. Pourquoi ? Pour se jouer des gens ? Parce que vous ne savez pas discuter ?
        La réponse que vous voulez est dans ma première réponse. Mais je ne me fais pas d’illusion, vous allez dire que ce n’est pas une réponse.

      8. kelvinator dit :

        Vous n’avez rien démontré.
        Que des accusations vide de sens. C’est évident que vous avez mal lu mon commentaire et êtes incapable d’en débattre ou avouer votre erreur. Alors continuez dans le déni, je suis toujours ouvert à débattre contrairement à vous.

      9. gl000001 dit :

        Toujours la même rengaine.
        Je me cite : « Et lorsque vous écrivez « l’extrémisme de la gauche », vous parlez des extrémistes de la gauche. Toute « la gauche » n’est pas extrémiste. »
        Si vous ne reconnaissez pas avoir généralisé avec ça, je ne sais plus quoi dire autre que vous ne faites que répéter ce que je dis : « Vous ne savez pas débattre ou admettre vos erreurs ». Littéralement !!

      10. kelvinator dit :

        « L’extrémisme de la gauche »
        Vous dites bien que je parle DES extrémistes. DES ne veut pas dire LES. DES signifie qu’une partie l’est, pas la totalité.
        Il faut pousser pas mal loin pour induire que cela implique que toute la gauche est extrémiste… Je n’ai jamais cru que toute la gauche est extrémiste, mais comme je le répète souvent, une partie de la gauche l’est extrémiste. Tout partie le moindrement large a une frange extrémiste. Là aussi extrémisme peut prendre une connotation différente dépendamment du pays.

      11. gl000001 dit :

        Vous avez écrit « de la gauche ». Donc toute la gauche. Vos écrits !! 😉

      12. kelvinator dit :

        Si vous traduisez “une partie de la gauche l’est extrémiste” par « toute la gauche est extrémiste », je n’y peut rien. Seul vous peut régler vos problèmes de lecture, mais d’après moi c’est plutôt l’orgueil le problème… Que de mauvaise foi, ou d’ignorance, mais je crois que vous êtes assez intelligent, donc j’opte pour la première option.

      13. gl000001 dit :

        Vous avez écrit :
        « C’est probablement cette extrémisme idéologique qui a fait peur aux centristes non alignés qui entendent parler de l’extrémisme de la gauche. La gauche s’est tiré elle-même dans le pied avec sa pensée magique. »
        Nulle part, je vois « une partie de la gauche l’est extrémiste ». Savez-vous suivre une conversation ?

      14. kelvinator dit :

        Il y a aussi une différence importante entre être indépendant et travailler avec la police.

  13. citoyen dit :

    defund the talk and solve the problem

    1. gl000001 dit :

      Pas fou !!! Maintenant, on veut plus de détails sur comment vous allez faire ça !

  14. Alexander dit :

    La sécurité publique et la paix sociale sont au cœur d’une sortie de crise.

    Ce n’est pas le temps de couper les budgets mais surtout de mieux utiliser ceux-ci pour investir dans l’éducation et la prévention, plutôt que la coercition et la violence systémique.

    Defund the police, c’est l’histoire d’un mauvais slogan qui passait complètement à côté de son objectif.

    Il faut faire très attention car les médias ont le don de tordre la vérité par des images déformantes de la réalité. Et ce des deux côtés.

    Il faut calmer le jeu si on veut recouvrer un peu de paix sociale dans un pays stigmatisé.

  15. jeani dit :

    Quand tu te couches le soir et que ton rêve la nuit se résume à tenter de deviner quel gun ta blonde va placer sous le sapin à Noël, ça donne un peu une idée où se dirigent les Etats-Uniens.

    D’autre part, les policiers devraient avoir de meilleures matraques. Ça leur éviterait de s’autofilmer en train de multiplier les coups de matraque sur un individu, noir de préférence et avec des menottes aux pieds et aux poignets.

    Je sais, mon dernier paragraphe n’est pas drôle du tout. Mais n’est-ce pas un peu la réalité?

    1. gl000001 dit :

      L’incroyable syndicaliste Louis Laberge l’a dit :

      1. jcvirgil dit :

        Quel souvenir ! Pour parodier Aznavour :

        Je vous parle d’un temps que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître,
        La police en ce temps là utilisait ses matraques sur les* cranes impénitents * (ça c’est du Jean Yanne)

        Aujourd’hui quand je vais faire un tour à une manif , je me fais poivrer, gazer , électrocuté , défigurer …
        .

      2. gl000001 dit :

        Je cherchais le vidéo ou les Cyniques reprenaient cette jolie chanson mais l’originale est encore mieux.

    2. jcvirgil dit :

      @jeani

      Vous n’avez qu’à changer *les policiers* par *des policiers * dans votre commentaire… Comme quoi une seule lettre peut tout changer dans la stigmatisation d’un groupe d’individus 🙂

      Il ne faut pas oublier que ce sont toujours les pourris qui font l’actualité.

      1. jeani dit :

        @jcvirgil

        Tout à fait d’accord avec vous, le « des » avait plus sa place dans mon texte.

  16. NStrider dit :

    Un autre façon d’exprimer de façon un peu plus lapidaire ce que plusieurs ont exprimé à l’égard du sujet de ce billet : – Démilitarisons la police –

    Démilitarisons leurs armements. Les petits comtés ont-ils vraiment besoin de véhicule anti-émeute, de canon sonore, etc. Les plus grandes villes ont-elles réellement besoin d’autant d’hélicoptères? Ça prend combien de fusil d’assaut pour assurer l’ordre publique.

    Démilitarisons la formation. On n’a pas besoin de personnes qui savent répondre aux ordres mais de gens qui lorsqu’ils interviennent sont en mesure de porter le meilleur jugement possible. On doit chercher à désescalader les situations au lieu de les régler par l’usage d’une force supérieure à celle rencontrée.

    Démilitarisons le recrutement. Embaucher moins d’ancien militaire et plus de personnes avec une autre formation, si moyen universitaire, tel que des para-légaux, des travailleurs sociaux, etc.

    Il me semble que s’il y a besoin (et je ne suis pas sûr 🤔) d’un slogan celui-ci heurterait moins les tenants de la loi et l’ordre et permettrait de se diriger vers l’objectif de l’humanisation des nécessaires interventions policières.

    1. kelvinator dit :

      Une unité d’intervention anti-émeute ou de groupe tactique est essentiel dans un pays au mass-shooting hebdomadaire.
      Par contre, il est tout à fait acceptable de se demander pourquoi des petits poste de police on leur propre unité tactique alors qu’une unité commune partagé par plusieurs groupes policiers serait préférable. Chaque petit sheriff rêve d’être général Custer et combattre les méchants comme dans l’armée. Ce n’est pas le cas. Plusieurs n’ont pas la formation.

      1. NStrider dit :

        On est sur la même longueur d’onde 🙌

    2. jcvirgil dit :

      @NStrider

      Cette militarisation des corps policiers va de paire avec l’augmentation des inégalités. Ceux qui profitent de cette inégalité savent fort bien que tout élastique risque de péter un jour et de leur revenir en pleine face sous forme de soulèvements populaires..

      Quand ça arrivera, ( ça finit toujours par arriver ) ils veulent avoir une police qui pourra faire face au retour de manivelle….

      Une partie de leur crainte étant que la police se joigne aux manifestants, ils s’arrangent quand même pour qu’ils jouissent de conditions de vie supérieures à celles de la majorité.

      1. NStrider dit :

        Je ne suis pas aussi machiavélique que vous sur ce sujet.
        Il faut lire machiavélique dans le sens premier du terme c’est à dire de l’intention cachée de manipulation
        Je ne crois effectivement pas qu’il y ait une longue réflexion « songée » sur l’utilisation de la police pour l’oppression des masses.
        Ils ont la police qu’ils ont compte tenu de son origine. Ils ont comme nous et partout dans le monde une partie de leur ADN fondateur dans la sécurité publique mais aussi et cela leur est propre une autre partie qui vient de la poursuite des esclaves marrons ce qui induit une autre vision du rôle de l’usage de la force, des droits à respecter, etc.
        Ils ont aussi les policiers qu’ils ont compte tenu de leur bassin de recrutement d’anciens militaires avec les tactiques, l’état d’esprit et la perception de la menace que peut représenter le citoyen lambda qu’ils soupçonnent a priori et avec raison d’être armé, perception influencée par leur présence en Irak, Afghanistan et autres théâtres de guerre.

        Ils ont aussi les policiers qu’ils ont compte tenu de… bon j’arrête ça là, parce que je pourrais y passer le reste de l’avant midi.

      2. jcvirgil dit :

        @NStrider 10h14

        Vous oubliez que Machiavel est le livre de chevet de plusieurs politiciens et de leurs commanditaires….

        Un système qui veut se prolonger doit toujours s’outiller pour faire face à la menace qui vient souvent de leur propre population.

        Avec toutes les armes en circulation aux Etats-Unis ils doivent prévoir une prédominance des corps de police et de l’armée pour la défense du système et des institutions.

        D’où l’avènement des corps de robocops…

      3. kelvinator dit :

        C’est pas « The Art of the Deal » le livre de chevet d’au moins la moitié des politiciens?

    3. karma278 dit :

      @nstrider

      Nous nous rejoignons aussi… à 9h46

  17. lechatderuelle dit :

    C’est un discours perdu d’avance aux USA…

    pour eux, il faut que la police soit craint, vicieux, puissant en feu, imposant et intimidant….

    c’est « leur » image de la loi et l’ordre…
    être plus dur et violent que les méchants pour les décourager à être méchant…

    tous les films, toutes les téléséries, tous les téléromans dépeignent la police comme ça depuis que Hollywood existe…

    aux USA ils ont tendance à dire « si tu n’as rien fait, tu n’as rien à craindre de la police »… ce qui, évidemment est faux depuis toujours, mais aux USA, c’est largement fantasmé….

    Ils ne changeront pas leur vision de la loi et l’ordre….
    ils armeront encore plus leurs policiers…
    ils taperont encore plus dans le tas…

    si vous avancer police communautaires ou intervenants communautaires, ils tomberont des nues croyant que vous voulez materner les méchants,les excuser!!

    pour changer les USA, il faut d’abord changer leur mentalité, leur philosophie…

    Juste au Canada, la droite, les Conservateurs, ne comprennent jamais que le communautaire est la meilleure arme de répression de la violence et de la misère… ça leur prend des années à finir par comprendre que des garderies, des congés parentaux, etc (ce qu’ils ont ri du Québec dans ces 2 dossiers)… ça fait partie des éléments pour atténuer les difficultés et prévenir les dérapages…

    Comme ça prend 20 ans aux Conservateurs canadiens à comprendre que la loi c’est aussi de la compassion, on imagine « la marche de Compostelle » que les USA devront faire pour finir par assimiler que si on atténue la misère, on atténue la violence et on diminue les crimes…

    O’Toole serait perçu comme un Castro aux USA !! Biden est très à droite comparativement aux Conservateurs canadiens… Alors on n’imagine même pas où sont les républicains tant ils sont loin à droite toute…

    La réponse des USA sera des policiers plus armés, des armes plus sophistiquées, de la réplique oeil pour oeil, des sentences à vie plus nombreuses,… et donc plus de dérapages, plus de lynchages littéralement ….

    et par calcul politique, les démocrates plieront… c’est la philosophie américaine de leur façon de vivre qui primera….
    des gardiens armés, on en verra de plus en plus aux USA…

    leur paranoïa l’exigera…
    ça ne changera absolument rien mais ils en voudront…
    et le pire, est qu’ils déteindront au nord et au sud de leurs frontières….
    Le Canada est inondé de la culture USA, qui comme tout parasite, envahi et prend sa place….

  18. karma278 dit :

    Le travail policier est multi-fonctionnel.
    Parfois, ils doivent agir comme des militaires, par exemple envers les gangs de rue et autres « crime organisé ».
    Parfois, ils doivent agir comme responsables de la sécurité publique, par exemple pour les excès de vitesse.
    Parfois, ils doivent agir comme travailleurs sociaux, par exemple dans les conflits entre voisins.

    Quand il s’agit de protection de la jeunesse, il est fréquent que les ts* de la DPJ demandent à être accompagnés de policiers, entre autres dans les cas de violence parentales, fusse-t-elle entre parents ou envers les enfants. Ça fonctionne très bien.

    Ne faudrait-il pas un tel système hybride pour les interventions policières, où les policiers, dans certaines situations, s’adjoinent un ts ou un travailleur communautaire pour réaliser une intervention qui atteigne son but, la fin d’un conflit et le retour de la paix sociale?

    Et si chaque policier patrouillait avec un ts???

    Les policiers sont très mal formés, si ils le sont le moindrement, ce dont je doute, pour tous les types d’intervention auxquels ils doivent faire face.
    L’ajout d’un ts ne pourrait pas nuire…

    *ts travailleur social

    1. Haïku dit :

      @karma278
      Tout à fait d’accord avec vous ! 👌

  19. Achalante dit :

    J’ai une question : les villes qui avaient diminué le budget de la police, ont-elles réaffecté les fonds à des programmes communautaires? (Question rhétorique, je sais bien que la réponse est non… et de toutes, façons, ces programmes prennent du temps pour avoir un effet, c’est juste que leur effet est durable, plutôt que temporaire.)

  20. Apocalypse dit :

    @karma278 – 09:46

    ‘Ne faudrait-il pas un tel système hybride pour les interventions policières, où les policiers, dans certaines situations, s’adjoinent un ts ou un travailleur communautaire pour réaliser une intervention qui atteigne son but, la fin d’un conflit et le retour de la paix sociale?’

    Excellente question!

    Je suppose que vous vous rappelez la mort d’Alain Magloire – un itinérant – au Centre-Ville de Montréal aux mains des policiers; on peut se demander si la présence d’un ‘ts’ n’aurait pas sauvé la vie de M. Magloire. On ne peut pas dire que les policiers ont eu l’air de génies lors de cette intervention.

    Juste au cas où, je vous passe cet article de Journal de Montréal qui parle de cette histoire:

    https://www.journaldemontreal.com/2014/02/03/homme-abattu-au-centre-ville

    1. karma278 dit :

      Je m’en rappelle. Le triste cas de M. Magloire n’est qu’un parmi de nombreux.

      J’ai fréquenté pendant quelques années une TS de la DPJ qui était sur appel pour les urgences.
      J’ai aussi agi devant le Tribunal de la jeunesse, travaillé avec divers psy et nombre de ts, tout en menant ma carrière de criminaliste.

      Je sais, criminaliste et tribunal de la jeunesse, quel couple!

      N’empêche que je les trouvais complémentaires et ai grandement apprécié utiliser mes 2 côtés du cerveau, si je puis dire.

  21. jeanfrancoiscouture dit :

    «….les limites et même les dangers d’un simple slogan.»

    Tout est là. Et plus. Les relations plus que tendues voire parfois dangereuses entre «la police» et la «communauté noire» c’est une chose. Combattre la criminalité générale c’est autre chose.
    Les gens qui pensent que moins de policiers signifiera moins de criminalité sont-ils naïfs au point de penser que les bandits vont, courtoisement, s’abstenir de remplir le vide que cause inévitablement la baisse de la vigilance policière? L’exemple récent de Los Angeles est à l’effet contraire.
    « Après avoir accepté de réduire le budget de son service de police de 150 millions de dollars l’an dernier ou 8% du total, elle a décidé la semaine dernière d’augmenter le même budget pour permettre l’embauche de 250 nouveaux policiers. La décision a été prise pour faire face à une augmentation du nombre des homicides de 36% et de l’omniprésence des armes à feu dans les rues de la ville.»

    Les criminels font flèche de tout bois. Ceux issus des minorités ne se privent d’utiliser les accusations de profilage, de racisme systémique et autres slogans à la mode pour détourner l’attention voire se transformer en «victimes» alors que les citoyens honnêtes, la majorité des membres de ces communautés, en ont marre d’être systématiquement identifiés à la minorité criminelle.

    Ça n’est pas en rétrécissant les services de police qu’on fera disparaître le racisme systémique envers les minorités, particulièrement les citoyens afro-américains. Rien ne nous dit que moins de policiers signifiera moins de préjugés. Par contre, diminuer la pression sur le banditisme ne fera que lui fournir l’espace pour agir à sa guise.

    Le problème est profond et complexe mais pas insoluble. Éviter les «amalgames» serait déjà un bon point de départ. La couleur de la peau ne devrait pas être un indice d’un potentiel de délinquance et le port d’un uniforme ne devrait pas non plus constituer un indice d’un potentiel de racisme et de violence. «Vaste programme» aurait pu dire le Général De Gaulle mais il faudra bien commencer quelque part et sortir des slogans réducteurs.

    1. Achalante dit :

      Non, les criminels actuels ne vont pas « gentiment arrêter ». Du moins, les criminels endurcis. Mais avec des programmes sociaux, les « petits criminels » n’auront plus à voler pour manger. Ils ne vandaliseront plus dans la rue, parce qu’ils seront fiers de leur communauté. Et puis, combien de ces crimes viennent de conflits familiaux qui pourraient être réglés pacifiquement?

      Et enfin, il y a la prochaine génération qui pourrait ne pas devenir criminelle parce qu’elle a accès aux resources pour ne pas tomber dans le désespoir qui mène à la criminalité.

      Il faut arrêter de croire ce qu’on voit dans les films. Les criminels ne sont pas tous des « gros méchants », mais pour la plupart, des gens ordinaires, désespérés ou désoeuvrés. Et il ne faut pas oublier le racisme, qui fait des criminels d’Afro-Américains (et d’Hispaniques) là où des blancs recevraient un avertissement, une amende tout au plus. La justice états-unienne est injuste, mais il faut bien remplir les prisons à buts lucratifs…

  22. nickoleterrible dit :

    Même si ils arrêtaient la vente d’armes aujourd’hui il y en a tellement en circulation que ça prendrait des décennies avant de voir la criminalité diminuer. Ils peuvent travailler sur des variables comme les crimes raciaux mais je suis convaincu qu’il n’y a aucune solution pour diminuer la criminalité à court terme aux É.U. Mais avant même l’accès aux armes c’est l’identité profonde des américains qui mène à ce quasi-libre accès aux armes. Y a pas un endroit au monde où il y a autant de tueries de masse et ça n’ébranle pas leurs convictions. Alors quand on ne peut soigner la maladie on soigne les symptômes d’où la nécessité de corps policiers musclés et équipés

  23. Gilles Morissette dit :

    « Defund the police » est un mouvement qui n’aura pas fait long feu.

    C’était à prévoir. le public n’y a jamais adhéré. Il suffisait de lire les sondages sur la question pour le constater.

    C’est une belle utopie qui repose certes sur de belles intentions fort louables mais qui est à mille lieux du véritable problème qui gangrène depuis trop longtemps la police américaine.

    Il apparait de plus en plus évident, pour ceux qui suivent ce qui se passe aux USA, notamment à la lumière des bavures policières rapportés par plusieurs médias, dont celle que M. Hétu nous a parlé hier (la vérité sur la mort de Ronald Greene 24/05/2021) qu’une vaste réforme des pratiques policières s’impose.

    Ce ne sont pas les « chantiers » qui manqueront: Meilleure formation, meilleure approche avec la communauté, reddition des comptes, imputabilité, amélioration des relations avec les minorités, etc.

    BLM avait de bonnes raisons de dénoncer ce qui se passe au sein de certains services de police. Brutalité à répétition, utilisation abusive d’armes létales, racisme systémique, profilage racial, etc.

    La police est « réformable » mais il faudra y mettre du temps, des efforts et surtout une forte volonté politique des élus.

    Ce ne sera pas facile car on s’attaque à une mentalité fortement ancré chez plusieurs policiers et dirigeants de corps de police.

    On aura toujours besoin de la police, car il ya aura toujours des crapules,des mafaiteurs, des fripouilles, qui essaieront de profiter de la faiblesse humaine pour en tirer un certain profit.

    Et oui,on aura besoin qu’elle ait des équipements, (armes à feu, armes intermédires, etc) afin d’assurer notre protection.

    Désolé ce crever votre bulle mais on est en Amérique et il y a des réalités auxquelles on ne peut échapper.

    Les criminels sont maintenant lourdement armés et ils n’hésitent même plus à se servir de leurs armes même contre des policiers.

    Dois-je vous rappeler qu’un récent reportage télé nous a montré que Montréal est devenue une plaque tournante pour le commerce des armes illégales. Je ne vous parle même pas de Toronto où c’est encore pire.

    Avec quoi les policiers vont-ils se défendre? Un tire-poi?. Je doute qu’un travailleur social puisse raisonner les membres d’un gang de rue fortement criminalisé ou des narco trafiquants.

    En passant, je suis loin d’être convaincu que le fric qu’on sauverait en « définançant la police » s’en irait directement dans les organismes communautaires.

    L’augmentation obervée de la criminalité dans plusieurs villes américaines, est lié à plusieurs facteurs comme le souligne M. Hétu.

    Nous vivons une période trouble qui nous a forcé à changer certaines de nos habitudes notamment nos rapports avec les êtres humains.

    La prolifération des armes à feu , les tueries , les tensions raciales,etc. ont joué certes un grand rôle dans ce phénomène.

    Les gens ont la « mèche courte ». La pandémie a laissé des traces, au plan psychologique, qui prendront un certain temps avant de s’atténuer.

    Les choses ne seront plus jamais comme avant.

    La question est de savoir est: Quel genre de police voulons-nous avoir en 2021?

  24. citoyen dit :

    Find and Fund the ressources.

  25. galgator dit :

     »L’omniprésence des armes à feu. » – que dire de plus ? C’est le problème le plus important à régler aux USA pour diminuer la violence.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :