Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Confrontée à une flambée du coronavirus qui fait du Michigan le nouvel épicentre de la pandémie aux États-Unis, la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer a demandé à l’administration Biden de lui fournir un plus grand nombre de doses de vaccins contre la COVID-19. La Maison-Blanche s’est dit prête à lui envoyer des traitements thérapeutiques additionnels mais pas de doses supplémentaires, approche qui la forcerait à priver d’autres États des approvisionnements prévus.

De toute façon, la solution aux problèmes du Michigan ne peut se limiter à une vaccination accrue, a indiqué lundi la directrice des Centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC), Rochelle Walensky. Celle-ci a déclaré que le Michigan devait «revenir aux fondamentaux» et imposer à sa population de nouvelles restrictions.

Or la gouverneure Whitmer, alliée de Joe Biden pendant la campagne présidentielle de 2020 – elle a même été pressentie comme colistière -, a renoncé la semaine dernière à ordonner des nouvelles mesures, se contentant plutôt à encourager la population à les adopter de façon volontaire. De toute évidence, elle craint d’être attaquée par des électeurs excédés par ces mesures. Et l’échéance électorale de 2022 approche. Finira-t-elle par faire passer la santé publique avant ses ambitions politiques?

(Photo Getty Images)

27 réflexions sur “COVID-19 : affrontement entre la gouverneure du Michigan et l’administration Biden

  1. gl000001 dit :

    Comme je disais dans l’autre billet : une autre qui a peur !!!
    Et allez lire le billet de Mr Lagacé dans LaPresse. Le conservatisme encourage les comportements malsains face au virus.
    Elle est démocrate pourtant cette dame. Elle se laisse influencer par les covidiots ?

    1. Sebb dit :

      Elle à quand même été menacé de mort à plusieurs reprises par de bonnes personnes avec de très gros fusil. Chez elle, dans la rue et au parlement du Michigan. Si on était à sa place on ferait probablement pareil…..

      1. gl000001 dit :

        Non. Je ferais arrêter ces bandits !!

      2. Guy LB dit :

        @ gl000001 : pour qui est en mesure de garder la tête froide,
        vous avez raison. Mais ce n’est pas le cas ici. Mme Whitmer a été traumatisée, elle l’est encore, et je la crois incapable de continuer à gouverner, encore moins d’oser ce que vous proposez. Il faut peut-être en avoir vécu un pour comprendre à quel point un traumatisme intense affecte le jugement et dérègle toute la personnalité.

    2. gigido66 dit :

      Elle a peur pour elle et sa famille…j’en suis convaincue.
      Je connais 2 personnes venant du Michigan justement et elles ne sont pas tendres envers elle sur Facebook et ces gens ne tiennent pas des propos les plus virulents que j’ai pu voir passer sur cette gouverneure. Déjà que des membres appartenant à un groupe de droite avait ourdi un complot pour l’enlever et la tuer et que le Capitole du Michigan avait été mis sous tension par des gens armés qui s’étaient introduits dans l’enceinte…
      elle a le droit de craindre même pour sa vie…il y a des malades lobotomisés au Michigan …

      1. chicpourtout dit :

        @gigido66
        Elle est prudente et elle fait bien, vous avez vu le genre de personnage qui est entrer au Capitole…
        C’est à se demander si ces gens réfléchissent sérieusement avant d’agir…

    3. Luc Simard dit :

      Il y a un peu de quoi avoir peur dans son cas…tentative de kidnapping, entrée de manifestants armée a l’assemblée legislative, etc.

    4. chicpourtout dit :

      Sans vouloir être cynique, c’est une politicienne. Elle veut être réélue aux prochaines élections.
      Elle évite ainsi de se mettre à dos une partie de la population.  »That’s the name of the game… Politics First ».

  2. Guy LB dit :

    N’est-ce pas cette gouverneure que les partisans fêlés de Trump
    voulaient enlever/pendre/battre/punir/je-ne-sais-plus le printemps passé? Ils s’étaient présentés armés, vociférants, déterminés au Capitole du Michigan.

    Je comprends la gouverneure d’avoir eu peur. Ce qui est malheureux, c’est qu’elle a, semble-t-il, encore peur, une peur intense qui la paralyse dans les fonctions pour lesquelles elle a été élue. Je ne lui jette pas la pierre. Je la comprends et je sympathise. Et je crois qu’on doit analyser sa pusillanimité actuelle à la lumière de ce traumatisme. Elle a besoin d’aide, cette femme pourtant courageuse.

    1. yolandgingras dit :

      Qu’elle démissionne et laisse alors la place à quelqu’un qui fera passer le bien public avant sa peur…

      1. Achalante dit :

        Qui se fera aussi intimider, voir agresser, et qui aura alors peur aussi.

        Ce qu’il faut, c’est que la police n’attende pas, et enquête sur toute personne ayant proféré des menaces envers la gouverneure, et leurs enlèvent leurs armes (et la possibilité d’en obtenir d’autres).

    2. constella1 dit :

      Guy LB
      Entièrement d’accord avec votre propos
      Je me souviens à quel point c’était violent et ds qu’elle situation éprouvante elle se trouvait
      Sa crainte est tout à fait justifié mais elle a affectivement besoin d’aide et sans doute en reçoit-elle…. en tout cas c’est à espérer
      Une réflexion devra se faire à savoir si elle continue et se représente en 2022 selon le traumatisme que lui aura laissé cet épisode de pandémie et les fous du gun sans compter la bête nourrissant ces idiots par ses propos odieux

    3. chicpourtout dit :

      @Guy LB
      N’importe qui de moindrement sensé aurait peur dans les circonstances (homme ou femme).
      Un psychologue qui m’a enseigné il y a plusieurs années me disait que les gens les plus dangereux sont ceux qui ne consultent pas, ceux qui se croient au-dessus de tout. Avec l’expérience acquise désormais, je suis portée à la croire.

  3. Gilles Morissette dit :

    Les craintes de la gouverneure Whitmer sont parfaitement justifiés et démontre jusqu’où les fanatiques de la « Drette » sont prêts à aller pour faire prévaloir leur point de vue.

    Est-il besoin de rappeler que ces enragés ont envahi le Capitole de l’État, lourdement armé, proférant des menaces envers les élus, allant même jusqu’à manifester (avec des « guns ») devant la résidence de la gouverneure.

    La logique voudrait qu’ele impose des mesures sanitaires sévères afin d’enrayer l’éclosion dans son État. Cependant, en politique, ce n’est pas toujours la raison qui guide les actions de nos dirigeants.

    Les deux parties (Biden, Whitmer) sont donc condamnés à trouver une solution viable qui soit à la fois juste et surtout sécuritaire pour la gouverneure.

    Voilà où en est rendu la démocratie dans le « shithole country ».

    Elle est à la merci d’une bande de « goons », chauffés à blanc par un ex-président sociopathe, appuyé par une secte d’adorateurs fanatisés, capable des pires violence comme on a pu le constater le 6 janvier dernier.

    Ce pays est gravement « malade » et le président Biden devra trimer dur afin qu’il retrouve sa prestance, sa dignité, son respect.

  4. Gilles Morissette dit :

    HS

    Bonne nouvelle.

    2 millions de doses de vaccins ont été administrés au Québec, ce qui signifie que 25% des Québécois ont reçu au moins une dose.

    La vaccination roule à fond de train en espérant que l’approvisionnement ne fasse pas défaut.

    Ça pourrait arriver avec ce qui se passe concernant les vaccins « AstraZeneca » et « Johnson&Johnson » (voir tweet de M. Hétu).

    1. Rick dit :

      Je recevrai demain mon Moderna à la pharmacie près de chez moi.
      J’avais refusé le Covidshield il y a 3 semaines car étant immunosuppressé, la Santé du Qc recommandait Pfizer ou Moderna dans ce cas….mais personne ne savait quel vaccin serait disponible à mon centre de vaccination avant d’être assis face au vaccinateur. Donc, refus de ma part et j’ai recommencé le processus avec Clic Santé. Cette fois-ci sera la bonne enfin!

  5. Madalton dit :

    Comme je le mentionnais la semaine dernière, si la population n’adhère plus aux directives, ça ne donne rien d’en imposer de plus restrictives. C’est comme fouetter un cheval mort.

    1. Guy LB dit :

      @ Madalton : 👌
      « C’est comme fouetter un cheval mort. »😅😅
      Image éloquente et particulièrement bien choisie.

  6. nickoleterrible dit :

    Je comprends pas, les États-Unis viennent de donner un grand nombre de doses au Canada.

    1. Madalton dit :

      Les États-Unis ont prêtés des doses d’Astrazeneca car le vaccin n’est pas encore approuvé par la FDA et qu’il y a une date d’échéance. Quand le vaccin sera approuvé, le fabricant enverra aux États-Unis le nombre de doses prêtées au Canada et au Mexique.

  7. InfoPhile dit :

    La peur est une émotion saine et même essentielle en ce qu’elle incite à une prudence et une vigilance salutaires. Une fois que les mesures requises en conséquence sont prises, elle doit s’atténuer. Le reste est affaire de courage.

    S’il fallait que les politiques se laissent dominer par les intimidateurs, ce serait le signe que les fascistes ont gagné. La fermeté doit prévaloir et triompher ! Que les forces de l’ordre fassent leur boulot et qu’on leur en donne les moyens sans lésiner.

    Si cette élue estime qu’elle ne doit pas contrarier ses intimidateurs, elle n’est pas à sa place. Dans les circonstances sa démission ne serait pas sa pire décision.

    1. Guy LB dit :

      @ InfoPhile :
      « S’il fallait que les politiques se laissent dominer par les intimidateurs […]»
      bien dit… et je crains que c’est exactement ce qui se passe ici. Mme Whitmer est PARALYSÉE par les intimidateurs !

      1. Rick dit :

        pourtant les comploteurs ont été écroués par le FBI et sont en attente de procès. Ils pourrsient recevoir de lourdes sentences.

  8. chrstianb dit :

    Plus de vaccins ne donnera rien pour enrayer une flambée de contamination puisque ça prend trois à quatre semaines pour que les gens aient produit les anticorps.
    C’est comme essayer de construire un mur coupe feu alors que la maison brûle au lieu d’appeler les pompiers.

    1. gigido66 dit :

      Sans compter les anti vaccins qui le refuseront de toute façon et qui sont nombreux en plus de ceux qui dès vaccinés d’une première dose se retrouvent en groupe le soir même pour fêter et boire sans distanciation sociale et port du masque.

  9. Layla dit :

    Qu’est ce qu’elle peut faire de plus?

    J’ai de la difficulté à penser que c’est son avenir politique qui prime.

    Les républicains ont la majorité au Sénat et à la Chambre du Michigan.

    Je viens de lire son profil sur Wiki.
    Je viens de lire sur Wiki ce que je nommerais un dossier  « Pandémie COVID-19 au Michigan » j’ai trouvé très instructif ce dossier. C’est beaucoup de lecture, j’ai passé une partie de l’avant midi à le lire et relire et en suivant des liens. C’est loin d’être simple la situation là bas. Mais je comprends que des décisions de la Justice qui ont été rendu limitent son pouvoir. Elle dit « Le 5 octobre, le gouverneur Whitmer a déclaré à CNN que la décision «portait atteinte à mon régime d’urgence, mes ordonnances d’urgence que j’ai dû promulguer… »

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/COVID-19_pandemic_in_Michigan

    ****
    On peut lire

    Poursuite des pouvoirs d’urgence

    Le 6 mai, le président de la Chambre des représentants du Michigan , Lee Chatfield, et le chef de la majorité au Sénat du Michigan , Mike Shirkey , tous deux républicains, ont poursuivi la gouverneure Whitmer, qui est démocrate, pour avoir utilisé des pouvoirs d’urgence pendant la pandémie, affirmant que seule la législature du Michigan avait le pouvoir de prolonger l’état d’urgence. [414]

    La Cour des réclamations du Michigan a tranché en faveur du gouverneur Whitmer le 21 mai. [415] La Cour d’appel du Michigan a confirmé la décision de la Cour des réclamations le 21 août, dans une décision 2–1. [416]

    Le 2 octobre, la Cour suprême du Michigan a statué sur les questions posées par le juge de district Paul Lewis Maloney sur la question de savoir si le gouverneur Whitmer avait violé la loi de 1976 sur la gestion des urgences de l’État et si la loi de 1945 sur les pouvoirs d’urgence du gouverneur était inconstitutionnelle. Il a été soutenu que Whitmer a contourné une exigence de vote par la législature de l’État afin de prolonger un état d’urgence au-delà de 28 jours, en le redéclarant chaque fois qu’il expirait. On a également fait valoir que la loi sur les pouvoirs d’urgence du gouverneur constituait une <>.. Le tribunal s’est prononcé à l’unanimité contre Whitmer sur la première question. Le tribunal a statué 4–3 contre Whitmer sur cette dernière question. [417] [418] [419]

    Le chef de la majorité au Sénat du Michigan, Mike Shirkey, a averti que la décision «ne modifiait pas notre responsabilité collective de nous protéger et de protéger les autres», et encourageait «une action bipartisane pour passer d’un gouvernement opérant dans la peur du virus à un gouvernement gérant la vie en présence du virus.  » [417] [418] Le gouverneur Whitmer a soutenu que la décision était toujours assujettie à une période de réexamen de 21 jours, pendant laquelle les ordonnances auraient dû être maintenues. Le 4 octobre, la procureure générale du Michigan, Dana Nessel, a déclaré qu’elle cesserait d’appliquer les décrets exécutifs liés au COVID-19. [417]

    Le 5 octobre, le gouverneur Whitmer a déclaré à CNN que la décision «portait atteinte à mon régime d’urgence, mes ordonnances d’urgence que j’ai dû promulguer qui nous placent dans le même état que tous les autres États de ce pays, pour sauver des vies. Nous avons sauvé des milliers de personnes. de vies.  » [420]

    En réponse à la décision, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Michigan (MDHHS) a émis diverses ordonnances destinées à supplanter la plupart des décrets exécutifs de Whitmer, notamment obligeant les bars à fermer les espaces de rassemblement intérieurs, à restreindre la taille des rassemblements et à exiger l’utilisation du visage. masques dans les «rassemblements sociaux», définis comme un espace partagé avec deux personnes ou plus où les personnes sont issues de plusieurs ménages. Les entreprises et les bureaux gouvernementaux sont tenus de faire respecter les exigences relatives aux rassemblements dans leurs locaux. Il nécessite également l’utilisation d’un masque dans tous les sports sauf la natation si la distanciation sociale n’est pas pratiquée. Ces ordonnances ont été adoptées en vertu du code de la santé de l’État, qui donne au directeur du HHS le pouvoir de restreindre les rassemblements et «d’établir des procédures» pour contrôler une épidémie.[422] [423] Le Michigan Occupational Safety and Health Administration a également publié son propre ensemble de règles d’urgence pour les lieux de travail le 14 octobre, supplantant de nouveau les ordres de Whitmer. [424]

    Le 12 octobre, la Cour a rejeté la requête de Whitmer pour une période de transition, annulant officiellement tous les décrets qu’elle avait émis. [425] [422] [423]

Répondre à gl000001 Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :