Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Lu dans le quotidien français Le Monde ce paragraphe faisant état d’une déclaration faite à huis clos par Emanuel Macron à la veille de l’attentat de Nice : «L’incompréhension culturelle paraît à son comble, entre une France laïque et universaliste, une partie des pays musulmans, mais aussi certaines sociétés organisées autour d’un modèle multiculturel, comme les États-Unis. Le président de la République s’est ainsi agacé, mercredi, dans le huis clos du conseil des ministres, d’articles récents du New York Times et du Washington Post qui reprochaient à la France son comportement à l’égard de ses ressortissants musulmans. ‟L’alignement sur le multiculturalisme américain est une forme de défaite de la pensée”, a tancé Emmanuel Macron en visant ceux qui voudraient succomber à cette tentation.»

Difficile de retracer les passages des articles qui ont pu irriter le président français. Je me contenterai d’en citer un publié dans le Times au lendemain de l’attentat de Nice et dont Emanuel Macron est également susceptible de s’être agacé : «L’ampleur de la réponse du gouvernement et le langage acerbe de certains de ses dirigeants ont laissé M. Macron ouvert aux critiques selon lesquelles il politise l’attaque et courtise les électeurs qui pourraient autrement faire défection vers ses adversaires d’extrême-droite. Son ministre de l’Éducation a décrit les politiciens de gauche comme des apologistes des islamistes. Son ministre de l’intérieur a lié ‟l’islam politique” au terrorisme et a même dénigré les rayons alimentaires à orientation musulmane dans les supermarchés.»

(Photo Reuters)

62 réflexions sur “Macron irrité par le New York Times et le Washington Post

  1. Superlulu dit :

    Tellement biens placées les É.U.

    1. gamacheg dit :

      Les américains ont beaucoup de défauts mais à quand remonte le dernier attentat perpétré par des musulmans aux USA? Chez eux le terrorisme est causé par des américains d’origine plus blanc que blanc.

      1. Achalante dit :

        Ce qui n’est pas mieux; ils ont une telle haine de l’autre qu’ils préfèrent tuer ceux qui ne sont pas comme eux plutôt que de leur tendre la main.

        Le modèle français est critiquable, à mon avis, mais au moins, ils en parlent ouvertement, plutôt que de se servir de « l’autre » comme un épouvantail. (Bon, c’est vrai, certains le font, mais heureusement, il n’ont pas encore pris le pouvoir.)

  2. Tiger Mulligan dit :

    Macron a du avaler son café de travers en lisant les propos de mini-pet alors !!!

  3. lechatderuelle dit :

    Qu’auraient fait les USA en pareille situation???

    1-déclarer la guerre t envahir le pays du « terroriste »….
    2-cibler les ressortissants musulmans sur le territoire USA….
    3-attiser la haine envers les musulmans et crinquer les boy’s clubs de « bonnes personnes » qui aiment leur patrie.
    4-imposer des taxes douanières punitives au pays des ressortissants….
    5-permis les lynchages….
    6-interidre la religion musulmane

    On imagine le délire raciste de Fox News et les apôtres conservateurs de droite dans leur médium de diffusion….

  4. Toile dit :

    Moi aussi j’ai du mal à suivre l’irritation de Macron en regard des journaux américains eu égard à l’islam.
    Remarquons cependant qu’en termes d’indécence on s’est pas gêné du coté américain. 7 jours après son entrée en fonction, pour remplir une promesse électorale, on se souviendra du décret exécutif signé par la bête, décret qui suspend le programme d’admission des réfugiés aux États-Unis (en) (USRAP) et l’entrée sur le territoire des citoyens de l’Irak, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et du Yémen.

    Pour ce qui de l’attentat de Nice, il serait curieux que Macron manifeste une irritation ici et maintenant. C’était quand même en juillet 2016. Surement le début de quelque chose.

    1. spritzer dit :

      @Toile

      En 2016 c’était un véhicule qui fonce dans la foule, et dernièrement il s’agissait d’une attaque au couteau qui a fait trois morts.

      1. Toile dit :

        Oups,

    2. Rick dit :

      Ben voyons!!!!! il y a eu un attentat à Nice qui a fait trois morts au couteau ces derniers jours… lisez-vous les nouvelles???

  5. CBT dit :

    Fidèles à eux-mêmes, le NYT et le WP en tant qu’américains se permettent de faire la leçon aux autres pays. Ils oublient de se regarder dans le miroir, comme étant dans un pays toujours en conflit raciste et xénophobe surtout avec le plus représentatif président des conflits.

  6. PROBERT dit :

    Il faut lire la chronique de Agnès Grada qui mentionne qu’en republiant les caricatures de Mahomet, Charlie Hebdo n’a pas seulement défendu la liberté d’expression. Il a aussi servi les intérêts des djihadistes. Au nom du droit à l’humour illimité, la France s’est enfermée dans leur piège.

    1. Benton Fraser dit :

      Desproges disait: « On peut rire de tout.. mais pas avec tout le monde! »

      1. Haïku dit :

        Fort bien dit !!

      2. chicpourtout dit :

        S’il y a quelque chose avec lequel nous devons tous être vigileants, c’est bien l’humour.
        Ce n’est pas parce que c’est drôle pour nous que c’est drôle pour les autres…
        Sans blague…

    2. kelvinator dit :

      Charlie Hebdo aurait aussi servi les intérêts des djihadistes s’ils n’avaient pas publier les caricatures. Catch 22.

      1. Serge dit :

        Bien vu !

    3. Gina dit :

      @PROROBERT
      J’ai lu ce matin , la chronique de Mathieu Bock Coté au sujet des déclarations de Justin Trudeau, et je trouve que c’est facile de critiquer quand on n’est pas les souliers de celui qui décide . Justin Trudeau a été prudent dans ses déclarations . Mais pour MBC , Trudeau est du coté des islamistes Les dirigeants de Charlie Hebdo devraient tenir compte de la vie des citoyens français . À taper tout le temps sur le même clou , ce n’est plus de l’humour . Surtout lorsque le sujet froisse la sensibilité des gens . C’est sûr , qu’il y a des extrémistes parmi les musulmans , mais on peut pas dépeindre tous les musulmans de cette façon-là . Je pense que Charlie Hebdo apporte plus de problèmes aux français en faisant de l’humour haineux . La liberté d’expression ne doit pas se résoudre à la provocation . Le président français appuie Charlie Hebdo , c’est normal . La France est un pays démocratique , mais faut-il qu’il prenne un recul face aux décisions de Charlie Hebdo . C’est un dilemme qu’il faut attaquer de front . Lorsqu’un journal se permet de discriminer une partie de la population , le sujet devient un problème d’état qu’il faut résoudre avec beaucoup de doigté . C’est ce qui manque au gouvernement français . Sinon , c’est de cataloguer les musulmans comme des citoyens de seconde zone , dont on peut ridiculiser sans tenir compte des conséquences

      1. steelgun dit :

        Ben oui ! Le refrain bien connu : La fille s’est faite violée, mais ce ne n’est pas de la faute de son violeur, elle avait juste à mettre une jupe plus courte, parce que le gars en question quand c’est plus haut que la mi-cuisse, ça décuple sa libido. Pas de sa faute fallait pas le provoquer… Salope…

      2. John Dion dit :

        Charlie Hebdo se moque de toutes les religions, mais seul des musulmans « islamistes » sont assez crinqué fou pour se vengé en tuant des innocents…. Il n’y a absolument rien qui justifie ces meurtres que vous semblez justifiés… Charlie Hebdo ne discrimine personne, ils traitent tout le monde de la même façon. Faut être ignorant pour affirmer que Charlie Hebdo discrimine juste une parti de la population comme vous le suggérez…

  7. À la place du NYT, du WP et d’autres médiass du même acabit,je m’abstiendras de faire des commentaires sur ce qui se passe dans d’autres pays notamment en matière d’immigration et de multiculturalisme.

    Avec le président que ce pays s’est donné ainsi que certaines mesures mises en place, il est mal placé pour faire la leçon aux autres.

  8. Absalon dit :

    Je ne pense pas que la réaction de Macron soit un appel du pied à l’extrême-droite. La controverse s’inscrit plutôt dans un débat interne à la gauche française entre une tradition républicaine et laïque, dominante jusqu’à peu, et une mouvance multiculturaliste plus récente, apparemment très influencée par la sociologie anglo-saxonne.
    Il est vrai que le peu d’efforts des correspondants du Times pour expliquer les racines historiques de la laïcité française et leur tendance à n’en rendre compte que sous le prisme américain fini par être agaçante.

    Et lorsqu’après qu’un enseignant ait été décapité pour avoir présenté en classe des caricatures provocatrices de Charlie Hebdo afin d’illustrer une discussion sur la liberté d’expression, le Times titre « La police française tire sur un homme et le tue après une attaque fatale dans la rue », nous ne sommes plus au stade de l’agacement mais de l’offense.

    https://twitter.com/clairlemon/status/1317313378973409280

    1. Absalon dit :

      Une bonne synthèse de ce débat au sein de la presse française de gauche dans Marianne :
      https://www.marianne.net/societe/medias/multiculturalistes-contre-universalistes-de-libe-au-monde-fractures-dans-les-redactions-de-gauche

  9. kelvinator dit :

    M. Hétu, peut-être que la réponse à votre question se trouve dans une chronique d’opinion de deux « spécialistes de l’islamisme radical et du Moyen-Orient » paru dans Le Monde le 21 octobre dernier. Il s’agirait plutôt de la manière générale dont fut couvert les attentats plutôt qu’un passage précis en particulier.

    « La couverture américaine tend à reproduire le clivage politique du pays. Les grands titres de la presse progressiste américaine ont jusqu’alors minimisé la portée de l’événement. A l’inverse, la presse conservatrice a multiplié les articles, des émissions en direct sur la chaîne Fox News aux flots infinis de commentaires sur Breitbart.

    Outre la faible place conférée à l’événement, les médias progressistes apparaissent mal à l’aise devant la nature des faits. Dans les articles du New York Times comme du Washington Post, les deux journaux les plus influents à gauche, le terme « djihadisme » n’apparaît jamais. Le premier article mis en ligne par le New York Times, vendredi 16 octobre, était d’abord intitulé : « La police française tire et tue un homme après une attaque meurtrière au couteau », laissant planer le doute sur une éventuelle bavure policière… Il a été timidement reformulé le lendemain : « Un homme décapite un enseignant dans la rue en France et est tué par la police ».

    Dans un autre article, la menace semble venir non pas du djihadisme, mais de ceux qui réagissent à ce crime et qui auraient offensé l’islam. Le mot « islamisme » n’est utilisé qu’à deux reprises, une fois entre guillemets – attribué au président Macron –, une seconde en conclusion du propos évoquant « des tensions dimanche après-midi, du fait que certains n’ont pas hésité à pointer directement l’islamisme du doigt ».

    De son côté, le Washington Post publiait deux dépêches de l’agence Associated Press. Il est précisé dans l’une d’elles que « l’islam interdit toute forme de représentation du prophète, considérant que cela conduit à l’idolâtrie », une prétention essentiellement formulée par les salafistes qui voient effectivement une hérésie (shirk) dans pareille initiative ; l’acte terroriste en lui-même semble découler d’une réponse excessive à cette offense, qui apparaît alors comme compréhensible. »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/21/une-deroutante-cecite-americaine-face-au-phenomene-du-djihadisme-dans-l-hexagone_6056765_3232.html

    1. xnicden dit :

      Merci pour la référence.

      On a vraiment l’impression que la presse américaine est allergique aux termes islamisme et salafistes.

      1. kelvinator dit :

        Il y a peut-être un lien avec les années d’attaques de la droite contre Obama qui refusait d’utiliser le terme « islamisme radical ».

        Ou cela découle des accusations d’islamophobie, dont le cas dernièrement de l’animatrice Joy à MSNBC. La critique des excès islamiste est perçu d’emblée comme une attaque contre tout les musulmans, ce qui rend le sujet plus sensible.

    2. Toile dit :

      Votre propos met de la lumière sur l’irritation de Macron car ce n’est pas tant l’islman qui est en cause que son aile extrémiste et si les journaux américains confondent ou pire ne rapportent que partiellement les faits, on comprend mieux.

  10. treblig dit :

    Le débat, plus large, s’adresse au séparatisme ( rien à voir avec notre séparatisme québécois). Dans plusieurs communautés, l’Islam à tendance à se séparer de la majorité des français en créant ses propres structures religieuses, culturelles et sociales. Une société parallèle qui, tôt ou tard, va probablement revendiquer un statut légal à part..

    Ce qui est la hantise de la droite ( et de l’extrême droite), un pays où s’appliquerait , par exemple, la charia sur une portion du territoire sous contrôle musulman et pas ailleurs en France. D’où le nom séparatisme.

    1. Toile dit :

      Je crois que vous avez raison. L’Indonésie est un pays musulman avec diverses îles hindouistes. Un islam, assez doux, sauf dans la province d’Aceh ou règne en pleine légalité la charia musclée, par statut spécial. Or l’Indonésie connait une radicalisation.

    2. Mona dit :

      En France @treblig il y a la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’état.
      Le religieux, quelqu’il soit ne peut pas remplacer une organisation d’état laïque. Ce sont des domaines différents et qui ne sont (ne devraient) pas être en concurrence.

      1. treblig dit :

        @mona

        Je connais la loi française de 1905 sur la séparation de l’église et de l’état. Tout comme le 1er amendement de la constitution américaine de 1789 qui institue un mur entre la religion et l’ état selon les propres mots de son créateur Thomas Jefferson.. Ces 2 textes sont cités abondamment au Québec.

        Parce que le Québec a vécu ( et vie encore, la loi québécoise sur la laïcité est devant les tribunaux) un débat acrimonieux sur la place de la religion dans la sphère publique et, plus particulièrement, la place de l’Islam dans la société.québécoise. Les plaies sont encore vives.

      2. Mona dit :

        Bien reçu@treblig
        Puis-je vous demander les motifs au Quebec du débat acrimonieux auquel vous faites référence.
        Ils doivent être en partie différents de ceux de la France et en partie les recouper, aux niveau des intérêts géopolitiques actuels, en particulier.
        Mais les spécificités…
        Merci d’avance

  11. Mystik dit :

    Macron est donc en guerre contre deux idéologies, l’islamisme et le libéralisme millénial américain.

  12. Apocalypse dit :

    @chicpourtout – 16:00

    ‘S’il y a quelque chose avec lequel nous devons tous être vigileants, c’est bien l’humour.’

    Ce que vous proposez, c’est abdiquer! Nous sommes chez nous et nous voulons vivre libre.

    Si dans une démocration on ne plus rire et tout et de rien, alors aussi bien fermer boutique!

    Dans nos démocraties, la liberté d’expression est notre religion. Qu’on le fasse comprendre aux immigrants et s’ils ne peuvent l’accepter, alors magasiner un autre pays d’adoption.

    On ne pourra jamais reprocher aux sociétés modernes le ‘courage’ et ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’avenir 😢. En fait, on peut dire deux choses de nos sociétés: l’ignorance et le manque de courage!

    1. Aube 2005 dit :

      De plus, quand les journaux américains devraient se garder une grosse gêne en mentionnant que la police a tué un islamiste en France.
      En France, ils tirent après coup; aux USÉS, ils tirent avant et juste a cause de la couleur de la peau.

      Ce qu’ils taisent, c’est qu’ils ont foutu le bordel partout au moyen-orient et que les gens se réfugient en Europe particulièrement avant de débarquer au continent du RÊVE AMERLOQUE.
      Et pour les petits enfants de l’Amérique Latine, on les met dans des cages et les exporte leurs parents.

      Gang de ….., j’aime mieux ne pas en rajouter.

  13. Apocalypse dit :

    @Superlulu – 14:32

    ‘Tellement biens placées les É.U.’

    En effet!

    Ca prenait des ‘balls’ pour critiquer la France et Emmanuel Macron, sans surprise, les Etats-Unis ont levé la main 😢😢😢. Comme on dit chez nous, on aurait dû se garde une petite gêne au vu du spectacle qu’on voit tous les jours venant de nos voisins du sud.

  14. Mona dit :

    La France a hérité de Jean Jaurès la notion de « morale laïque  » et de la loi de 1905 sur la séparation des pouvoirs entre Eglise et Etat.
    Cette laïcité est particulière à la France.
    La gauche mais aussi les démocrates y sont attachés.
    Laic ne veut pas dire non religieux. La laïcité se situe dans la sphère publique sans confusion (logiquement) avec le religieux, la croyance, qui est dans le privé.
    Toute confusion est habituellement vécu comme de l’intégrisme.
    Habituellement, parceque, et pour des raisons (entre autres) de géopolitique, diplomatiques ou électoralistes… la confusion des genres n’est pas exclue.

  15. noirod dit :

    Les américains n’ont rien a envier aux Francais de par leur attitude envers les méchants barbus. Leur gros imbécile préférant croire que ceux qui sont les plus integres….ne sont pas déjà sur leur territoire. Coudonc le NYT a t-il oublié les 2 tours ? L’ attentat de Nice est une suite de ce qui entourait l’ anniversaire de la tuerie du Charlie Hebdo. Loin d’ être a banaliser cet évènement est un exemple de plus du lavage de cerveau religieux qui entraine les faibles et pauvre vers une folie meurtrière. Et la dessus aussi les américains n’ont pas a faire la leçon a personne. Sont assez fort pour aduler aussi leur tit ami invisible….

  16. Pierre s. dit :

    ————————–

    C’est juste moi ou si Trump aujourd hui avait l’air carrément abattu ??????

  17. chicpourtout dit :

    A lire…
    Pour votre gouverne, la position de The Economist
    «Why it has to be Biden, Donald Trump has desecrated the values that make America a beacon to the world»
    https://www.economist.com/leaders/2020/10/29/why-it-has-to-be-biden?utm_campaign=editorial-social&utm_medium=social-organic&utm_source=linkin

  18. Apocalypse dit :

    @Aube 2005 – 17:22

    ‘Gang de ….., j’aime mieux ne pas en rajouter.’

    Effectivement, il nous passe bien des qualificatifs pas gentils par la tête pour affubler les Etats-Unis, mais on va se comporter en gens civilisés et les garder là!

  19. jeanfrancoiscouture dit :

    Si quelqu’un qui ne m’a jamais vu en personne ni même en photo me caricaturait en, disons, Long-John Silver que croyez-vous que cela déclencherait chez-moi? Rien de plus qu’un long, très long et très sonore éclat de rire. Qui donc peut dire que ces petits dessins ont ne serait-ce qu’une ressemblance même lointaine avec un certain Mahomet que seuls ses contemporains et possiblement un Archange ont pu voir? Pour de vrais croyants d’une religion dite «de paix», il me semble que tous ces petits dessins sortis non pas de la réalité mais de l’imagination d’humoristes ne mériteraient que l’indifférence qui, est s’il faut en croire un certain proverbe, «le meilleur des mépris».

    Quant aux donneurs de leçons qui sont encore à se débattre avec les fruits du racisme issu de l’esclavage et des vexations qui ont suivi et qui, même atténuées, subsistent toujours, il feraient mieux de concentrer leurs efforts à régler les relents de leur histoire et cesser de cherche des gens à qui faire la morale.

    1. Haïku dit :

      jeanfrancoiscouture
      Voilà tout un ‘home run’ de votre part !
      Je n’aurais su mieux dire. 👏👏👏

  20. monsieur8 dit :

    Ce qu’a fait Charlie Hebdo, c’est jeter une tonne d’huile sur le feu, par pure méchanceté. Pour faire chier du monde.

    Quand liberté d’expression devient « j’ai l’doua! », ça fait dur.

    Macron, pour plaire aux nationaleux, ajoute lui aussi un peu d’huile sur le brasier. Pas brillant!

    1. kelvinator dit :

      Qu’est-ce que Macron a dit pour jeter de l’huile sur le feu selon vous? Un amalgame?

      1. monsieur8 dit :

        S’en tenir à condamner l’attentat aurait été suffisant. À chaud surtout.
        C’est quoi ce « séparatisme islamiste? »

      2. kelvinator dit :

        Après recherche, on peut trouver Macron qui explique ce que signifie cette expression :
        « Le problème, c’est le séparatisme islamiste. Ce projet conscient, théorisé, politico-religieux, qui se concrétise par des écarts répétés avec les valeurs de la République, qui se traduit souvent par la constitution d’une contre-société et dont les manifestations sont la déscolarisation des enfants, le développement de pratiques sportives, culturelles communautarisées qui sont le prétexte à l’enseignement de principes qui ne sont pas conformes aux lois de la République. C’est l’endoctrinement et par celui-ci, la négation de nos principes, l’égalité entre les femmes et les hommes, la dignité humaine. Le problème, c’est cette idéologie, qui affirme que ses lois propres sont supérieures à celles de la République. Je ne demande à aucun de nos citoyens de croire ou de ne pas croire, de croire un peu ou modérément, ça n’est pas l’affaire de la République, mais je demande à tout citoyen, quelle que soit sa religion ou pas, de respecter absolument toutes les lois de la République. »
        https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/10/02/la-republique-en-actes-discours-du-president-de-la-republique-sur-le-theme-de-la-lutte-contre-les-separatismes

        Je crois bien que vous et moi sommes contre cet islamisme qui isole les groupes dans une doctrine rétrograde. Que ce soit des évangélistes et leur thérapie de conversion que des islamistes qui glorifie le djihad. Serait-ce alors les termes utilisés qui vous trouble pour décrire ce concept? Un peu comme le racisme systémique peu l’être pour certains.

      3. Mona dit :

        Vous avez raison @kelvinator. Vous avez bien fait de citer le discours en entier.
        C’est souvent en isolant des phrases que se cristallisent des idées fausses et des émotions manipulées.

        Oui les valeurs de la Republiques n’ont pas à être contrariées par des croyances appartenant au domaine privé.
        C’est l’histoire, la pensée, la loi de la République française.

      4. jeanfrancoiscouture dit :

        @monsieur8:Vous avez raison de poser la question. Le «séparatisme islamiste» c’est, en France, une sorte de repli communautariste qui pousse par exemple à refuser la mixité en classe, à la piscine, au gym. C’est quasi décréter des zones urbaines ou péri urbaines «zones islamistes» et faire la vie dure aux femmes qui osent aller y déambuler en tenue considérée «inconvenante» en fonction d’une certaine interprétation de préceptes dits «religieux».

        En fait, cela a peu à voir avec des dessinateurs qui prétendent caricaturer un personnage que personne n’a vu en personne ou en peinture. La déclaration du président Macron marque plutôt l’exaspération devant les agissements d’une minorité d’intégristes qui, en général, n’ont même pas besoin de «caricatures» pour exaspérer leur entourage et faire passer tous les musulmans pour des partisans de leurs niaiseries dont tous les vrais connaisseurs de l’Islam disent que cela n’a rien à voir avec leur religion.

      5. Mona dit :

        Oui @jeanfrancoiscouture
        Imposer des coutumes, des rituelles, des zones de droit spécifiques fondées sur le partage d’une croyance en un dieu, c’est prendre le pouvoir, (et j’entrevois quelques arguments) :
        1. En s’investissant représentant du Dieu en question.
        2. En s’instaurant comme référent substitut à des normes publiques universalistes fondées sur l’histoire de la pensée humaniste fondant (normalement) la cohésion d’une nation.
        3. En instaurant un rapport de force, pire de l’intimidation et menace.
        4. En représentant des Etats qui appuient et utilisent ces dévoiements du religieux…

        En France le débat n’est pas clair même si la législation l’est.

        L’assassinat de Samuel Paty a été commémoré par un texte de Jaurès sur la morale laïque et l’éducation laïque…
        Mais dans les quartiers les rapports de force avec les politiques sont moins cohérents ! Et un ami (professeur d’histoire en khâgne) vient d’être menacé pour ne pas partager les appels à la vengeance d’Erdogan…

      6. monsieur8 dit :

        @jeanfrancoiscouture:

        Je suis de ceux qui pensent que ce n’est pas en visant une communauté, en l’ostracisant et en légiférant spécifiquement contre elle qu’on va réussir à l’amener vers soi.

        Pour lutter contre l’intégrisme islamiste, on pourrait au moins ne pas faire en sorte de leur faciliter le recrutement. L’exemple de la France est criant!

      7. kelvinator dit :

        Macron vise les islamistes, pas les musulmans. Pourquoi pensez-vous que Macron vise tout les musulmans? Il semble assez claire dans ses discours. Vous ne voyez pas la distinction?

  21. ddescarreaux dit :

    /Users/dd/Desktop/Marianne.pdf

  22. ddescarreaux dit :

    Toute opinion sur ce sujet est sans valeur si ignore son histoire.
    Et pour la connaitre, le petit livre de l’ethnologue Jeanne Favret-Saada Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins est incontournable. (Disponible en version électronique à la grande bibliothèque).

    P.s. Monsieur Hétu, il m’a été impossible de partager une caricature, est-ce voulu?

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      Voici un intéressant «sommaire exécutif» de ce livre. On peut constater que ce que d’aucuns appellent le «radicalisme islamiste» à la fois interne au Danemark et dans d’autres pays comme l’Égypte n’est pas du tout étranger à tout ce ram-dam autour de petits dessins.

      Quant à parler de «crise mondiale». alors là, un instant. La COVID19, les première et deuxième guerres dites «mondiales» sont ou furent des faits à caractère mondial. Les éruptions localisées et alimentées par la frange radicalisée d’une religion dite «de paix» n’ont rien de «mondial» même si lesdites éruptions ont été nombreuses ici, là ou ailleurs sur la planète.

      https://www.persee.fr/doc/colan_0336-1500_2008_num_155_1_5383

      1. ddescarreaux dit :

        Je ne crois pas qu’il soit exagéré de parler de crise.
        Je crois qu’il faut lire le livre, pas juste le résumé.
        Ça nous replonge dans la crise.
        En termes du nombre de pays impliqués, il y en avait beaucoup plus que la crise des missiles.
        Évidemment l’ampleur des conséquences possibles de cette dernière est incomparable.
        Et puis les deux guerres mondiales étaient infiniment plus que des crises.

  23. claude400 dit :

    Macron a raison, les États-Unis n’ont de leçons à donner à personne face à tous ce qui n’est pas blanc et chrétien. Il y a environ 1% de musulmans aux USA, imaginez s’il y en avait environ 8% comme en France. Je ne pense pas que le discours multiculturaliste tiendrait.

    La réalité c’est que le Front National n’a jamais pris le pouvoir en France, ni même passé proche en terme de pourcentage du vote. La France a un bloc républicain (avec un petit « r ») beaucoup plus solide qu’aux États-Unis où le Parti Républicain est maintenant l’équivalent du Front National et a le pouvoir, et on voit ce que ça donne.

    Je pense que le principe de la laïcité à la française est un révélateur des failles du multiculturalisme, mais en même temps la France a failli à appliquer la laïcité dans son intégrité et dans la réalité depuis les années 60. La machine à assimiler s’est enrayée, et cela a permis la ghettoïsation. Ajoutez à cela le passé colonial de la France, et vous obtenez une situation où une partie des immigrants accueillis détestent leur pays d’accueil et une partie de la population française les déteste.

    Je pense que l’aveuglement capitaliste de la droite et le moralisme et le sentiment de culpabilité de la gauche ont causé ce problème en France depuis 50 ans. Dans les années 60 et 70 la France avait encore besoin de main d’œuvre à bon marché prendre les emplois que les français ne voulaient pas, alors le Maghreb a été la source de cette main d’œuvre, ensuite, dans les années 80 avec Mitterand et depuis, on a permis les réunions familiale par moralisme, sans penser à l’assimilation. On a renoncé dans les faits à faire des immigrants des Français. La France est tombé dans le piège du multiculturalisme tout en gardant en principe ses valeurs républicaines et laïques.

    Le résultat actuel n’est donc pas surprenant. Il y a dichotomie entre les principes et la non application de ceux-ci, la plupart du temps, dans la réalité. Alors quand il y a un sursaut isolé, comme la volonté de ce professeur d’agir selon les principes de la république où la religion, quelle qu’elle soit, n’a pas de place. Et bien on a droit à une réaction extrêmement violente et sans appel, le meurtre idéologique. Donc, 60 ans plus tard, si la France veut de nouveau faire appliquer pleinement les principes de la république sur l’entièreté de son territoire, il va y avoir beaucoup de violence car il y a un état de fait qui s’est incrusté et qui sera difficile à défaire. Puis la gauche sera toujours là pour culpabiliser, et l’extrême-droite pour attiser le feu.

    C’est d’ailleurs le grand problème des démocraties occidentales. Il est impossible d’avoir une approche rationnelle face à l’immigration et aux immigrants déjà sur le territoire car il y a toujours la gauche moraliste et culpabilisante d’un côté, et l’extrême-droite complètement raciste qui croit en la suprématie blanche de l’autre côté, et dans un pays comme les USA, pour qui le christianisme est un vérité absolue qui ne devrait pas être séparée de l’État. Ça donne des Trump et des Willam Barr à la tête du gouvernement américain, et des centristes comme Macron qui sont réduits aux énoncés de principe car la pleine mise en œuvre de ceux-ci dans la réalité demanderait un engagement très fort et beaucoup de courage et de persuasion.

    1. xnicden dit :

      👏

  24. jeanfrancoiscouture dit :

    @claude400,11:27;

    Très intéressante et pertinente votre analyse. Votre juxtaposition de «la gauche toujours là pour culpabiliser, et l’extrême-droite pour attiser le feu» m’a remis en mémoire une affirmation tirée du film NADA (Chabrol 1974) quand il parle des «deux mâchoires du même piège à cons». On comprend pourquoi les démocraties sont souvent paralysées devant des phénomènes qui en contestent les valeurs fondamentales.

  25. ddescarreaux dit :

    «Critiquer l’islam n’est pas de l’« islamophobie », maladie imaginaire créée pour empêcher justement toute critique, encore moins du racisme, qui n’a rien à voir. Est-ce que critiquer l’extrême droite est de l’extrême-droitophobie ? Est-ce que critiquer le capitalisme est de la capitalistophobie ? Est-ce que critiquer le catholicisme est de la catholicismophobie ?»

    https://www.nouvelobs.com/les-chroniques-de-pierre-jourde/20201020.OBS34966/aux-musulmans-et-en-particulier-aux-eleves-et-parents-d-eleves-qui-desapprouvent-les-caricatures-de-mahomet.html?fbclid=IwAR1OjpdEPFJcfDcvGVczKT3R9wipWYCe13ER6VSjJXQP_aj66b0wn1hc2vQ

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      @ddescarreaux,13:57:«…. l’« islamophobie », maladie imaginaire….»
      Et vous n’êtes pas le seul à penser ainsi. Dès 2006 dans son livre «La tyrannie de la pénitence» Pascal Bruckner écrivait «L’invention de l’islamophobie remplit plusieurs fonctions: nier pour mieux la légitimer la réalité d’une offensive islamiste en Europe mais surtout faire taire ceux des musulmans qui osent critiquer leur confession, dénoncent l’intégrisme, en appellent à la réforme du code de la famille, à l’égalité entre les sexes, au droit à l’apostasie.»

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :