Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Notre ballon de basket reposait sur le siège arrière de l’immense Lincoln Continental rouge que nous avions louée au Connecticut, point de départ de la traversée des États-Unis que nous nous étions promis de faire alors que nous fréquentions le même collège et que nous évoluions au sein de la même équipe. Le basket faisait autant partie de notre trip américain que la musique de Bruce Springsteen. Nous avons mis trois semaines pour arriver à Santa Monica, où mon ami devait rejoindre sa fiancée américaine. Trois semaines à zigzaguer dans les États du Sud et du Sud-Ouest. Trois semaines à jouer au basket sur les courts repérés tout au long de la route. «N’allez pas là, c’est dangereux», nous avait averti un policier blanc alors que nous nous approchions, ballon sous le bras, d’un groupe de jeunes Noirs qui jouaient sur un terrain situé dans un quartier paumé d’une ville du Sud. Pffft.

Mais le plus beau moment de basketball que nous avons vécu durant ce voyage, c’est dans le Sud-Ouest du Colorado qu’il a eu lieu. Imaginez un terrain situé sur un plateau, avec comme toile de fond un paysage aux teintes ocres typique de ce coin de pays, à la fin d’une journée ensoleillée. Un Blanc et un Navajo d’à peine 20 ans y jouent avec une certaine dextérité. Nous leur proposons un match. Pendant l’heure qui suit, sans échanger plus d’un mot ou deux, nous nous donnons à fond, comme si notre honneur était en jeu. Je ne me souviens pas si nous avions eu raison de nos adversaires, mais je me souviens très bien du sentiment du plénitude que j’ai tiré de ce match. Un sentiment qu’il me semble encore possible de revivre en fermant les yeux, en me rappelant ce Blanc et ce Navajo, tous les deux très beaux et très dignes, et ce décor incomparable. Oh! que j’ai aimé cette journée, ce coin de pays, ce voyage…

Cette traversée continentale s’inscrit évidemment dans cette Amérique que nous aimons, thème de la troisième et dernière campagne de financement de ce blogue en 2020. Je ne suis pas le seul à avoir vécu une expérience de voyage marquante aux États-Unis, à en juger par les témoignages que plusieurs ont partagés depuis le début de la semaine. Continuez à nous régaler! Et merci à tous ceux et celles qui ont contribué si généreusement à assurer le maintien de ce site consacré à l’actualité américaine, de même qu’aux autres qui le feront aujourd’hui!

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:



27 réflexions sur “Contribuez à ce blogue, jour 3

  1. MathRob dit :

    M. Hétu, ce texte me fait remonter cette passion qu’est le basketball.

    Un ballon dans les mains, on dribble avec. Quand on a un panier, on teste nos lancers, nos distances, notre hauteur pour dunker. Sans panier, on teste notre dribble, derrière le corps, entre les jambes en 8 avec notre corps, etc. Avec un ami, ce sont les passes qu’on fait. Bref, n’importe où, n’importe quand, seul ou avec des amis.

    Merci beaucoup M. Hétu pour ce beau texte.

  2. treblig dit :

    HS

    Vote par anticipation

    Democrats. 9,7 millions 52.1
    Republicans 4,8 millions 25.9
    No Party Affiliation 3,9 millions 21.4
    TOTAL 18,6 millions 100.

    La participation de 18.6 millions pour le vote par anticipation est un record absolu à 2 semaines de la journée des élections

  3. Magnifique texte.

    Merci à M. Hétu de l’avoir partagé avec nous.

  4. Pierre S. dit :

    —————————-

    le message de R Hétu

    Make America beautifull again

  5. kyrahplatane dit :

    J’ai traduits votre texte en allemand pour mon conjoint qui est un grand fan de basket.
    Très beau texte M. Hétu, merci!

  6. Layla dit :

    @treblig
    Sur le site que M. Hétu nous a suggéré la semaine dernière nous pouvons lire
    « Voters have cast a total of 39,951,097 ballots in the reporting states. »

    C’est fou je comprends que 39,9 millions de personnes ont votés les derniers chiffres semblent être de dimanche.

    Pas certaine mais je comprends qu’aux USA il y a des personnes qui enregistrent s’ils sont républicains ou démocrates ou autre et que c’est public. Est ce particulier pour les USA, Au CANADA si tu es membre d’un parti est ce que c’est sur une liste publique?

    Est ce possible que ces 18,6 millions sont comptabilisés dans ce 39,9 millions.❓

    « Party registration statistics are provided only for states that have party registration
    Total Voted by Party Registration
    Reporting states with party registration data: CA, CO, CT, FL, IA, KS, KY, LA, MD, ME, NC, NE, NJ, NM, NV, OK, OR, PA, SD »

    1. Madalton dit :

      Au Canada, les listes des membres des partis ne sont pas publiques.

      Aux USA, les gens ne sont pas obligés de s’identifier à un parti et ils sont considérés indépendants. Quand on s’enregistre, on indique être Strong ou Weak ou lean pour le parti ou indépendant.

      Le fait de s’enregistrer pour un parti a un effet négatif, le Gerrymandering.

      https://en.wikipedia.org/wiki/Party_identification

  7. Pierre S. dit :

    ———————–

    Quand on pense au mépris et à l’attitude abject du Fake President
    à l’égard des joueurs de la NBA.

  8. Daniel Poulin dit :

    À mon tour d’y aller d’un souvenir aux États-Unis. C’était en 1986, les Blue Jays affrontaient les Royals dans le superbe stade de Kansas City, avec ses fontaines abondantes au champ-centre. Les journalistes étrangers -nombreux- étaient relégués dans une section éloignée derrière le voltigeur du champ gauche. À mes côtés -le hasard faisant souvent bien les choses- le légendaire Sparky Anderson, ancien gérant des Reds de Cincinnati; homme de peu de mots mais oh combien chaleureux. De l’autre côté un jeune reporter d’une petite ville du Missouri, tout excité de pouvoir « couvrir » pour son journal local un match de championnat. Les Royals ont pris l’avance sur les Blue Jays en milieu de match. Tout embarrassé de cette situation qui à ses yeux devait me désoler il me regarde avec le sourire d’un enfant triste pour me dire: « I’m sorry that our club is winning ». I just looked at him and said: « Don’t feel bad, your team deserves to win as much as mine ». That was a typical reaction for an American du mid-west; poli, affable, sensible et généreux à l’endroit d’un visiteur étranger. Les Royals ont finalement remporté la série 4-3.

    1. Madalton dit :

      Belle histoire. Le base-ball est un sport qui nous permet de discuter avec les gens qui nous entourent. Vous auriez dû lui dire que votre équipe était les Expos.:)

      En passant, c’était en 1985. J’étais allé passé quelques jours à Toronto et les bars étaient pleins pendant les matchs même ceux en pm.

      En 1986, les Red Sox étaient revenus de l’arrière 1-3 dans la série contre les Angels de Gene Mauch et étaient à un lancer d’être éliminés dans le 5e match. Ils ont gagné en 11 manches pour gagner les 2 matchs suivants.

    2. Daniel Poulin dit :

      Correction: 1985.

  9. treblig dit :

    @layla

    Aïe, vous avez raison pour le 39 millions de votres par anticipation. Mes résultats contenaient les chiffres de 19 états ( sur 50) qui tiennent des statistiques sur l’affiliation politiques des voteurs. Le 39 millions est donc le vote global par anticipation peu importe l’affiliation politique.

    Désolé

  10. igreck dit :

    HS
    « C’est finalement lundi prochain que le Sénat américain votera pour confirmer (ou non) la nomination de la juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême des États-Unis.« 
    – Courrier américain dans Le Devoir
    Ce serait formidable si la « surprise d‘octobre » était de voir plus Sénateurs républicains voter NEYS à la nomination de Madame Barre++ ! On peut rêver !

    1. igreck dit :

      NAYS

  11. Martin coté dit :

    Bonjour M.Hétu………malgré la covid……je viens de faire mon paiement…..bonne continuité…

  12. Louise dit :

    Clin d’oeil des États….

    La première fois que j’ai pris un petit déjeuner au restaurant, j’ai demandé « an egg on the mirror ».
    La serveuse n’a pas ri de moi mais à voir son air abasourdi j’ai compris que ce n’était pas la bonne expression. Je lui ai pointé l’assiette d’un voisin de table et elle m’a dit « ah! sunny side up or up ».
    Nous avons éclaté de rire toutes les deux. C’est ce qu’on appelle apprendre sur le tas.

    1. Andy29 dit :

      C’est pas si mal, il y a un membre de ma famille pas très doué en anglais qui a déjà demandé du « raped cheese » pour avoir du fromage râpé! Hihi

    2. Emma dit :

      @ Louise 11:56
      Ma mère commandait régulièrement du « me too » et du « same thing »…
      je l’ai vue un jour dessiner un mille-feuilles (!) que la pâtissière avait appelé un Napoléon Bonaparte (!!).

  13. Voici un article intéressant qui explique le comportement souvent erratique de Bunker Boy lorsqu’il se retrouve confronté à des médias non-complaisants qui ne se comportent pas comme des « Cheerleaders »

    https://www.cnn.com/2020/10/21/politics/60-minutes-lesley-stahl-trump-2020/index.html

    1. gl000001 dit :

      « So he took his ball and went home. »
      Il est parti jouer avec son ballon comme un enfant gâté de 7 ans !!

    2. Madalton dit :

      J’espère que l’on diffusera qu’elle portait le masque à son arrivée et après l’entrevue.

  14. Pierre S. dit :

    ————————-

    Mon premier voyage aux USA …

    J’avais 8 ans, premier long voyage aux USA avec mon père, camionneur qui allait livrer
    un voyage de bois d’œuvre à Philadelphie. Ce qui m’avais impressionné c’est la grande beauté de la ville
    mais également le souci d’esthétisme de la ville un parfait mélange d’urbanité et de verdure.
    Mon père qui dans ses mots me disait …  »Tu vas voir Phily c’est une belle ville, c’est propre c’est beau et
    en plus le monde est fins » Et c’était vrai.

    Mon premier Cheesesteack servi dans un restaurant (les camionneurs connaissent les bons spots) servi par une
    serveuse afro américaine d’une infini gentillesse qui m’avait dit en riant

     »Your first phily cheesesteack Buddy, i’m pretty sure you’ll nerver forget this moment..

    J,ai actuellement 50 ans et je m’en souviens comme si c’était hier.
    Elle avait bien raison cette femme.

  15. jeanfrancoiscouture dit :

    @M.Hétu: Merci pour ce beau texte qui rend merveilleusement bien ce beau souvenir. Vous avez mis du soleil dans cet aujourd’hui froid et trop pluvieux dans cet automne qui ressemble de plus en plus à «un hiver trop pressé d’arriver». Je paraphrase là Carl Bergeron, l’auteur de VOIR LE MONDE AVEC UN CHAPEAU qui, s’agissant du printemps québécois, écrivait que c’est «un hiver qui ne veut pas mourir».

    Ah l’hiver ici!! Quand en on regarde tous les aspects, c’est une saison qui nous enquiquine neuf mois par année. «Tu exagères» me disent certains quand ils m’entendent. Ah oui? Voyons voir.

    Un hiver pressé nous tombe dessus au début de novembre quand ça n’est pas vers la fin d’octobre alors qu’on a eu à peine le temps de tout fermer, couvrir, réparer et entreposer outils de jardinage, tondeuse et bois de chauffage pour l’hiver et poser les pneus d’hiver.. Une fois bien en selle, cette saison persiste au moins jusqu’en avril. Cela fait bien un bon six mois auxquels on ajoute ce mois et demi pour la fermeture préalable.

    Et je passe sur l’hiver comme tel avec le froid, les tempêtes sans oublier les redoux qui transforment escaliers, trottoirs et rues en patinoires mortelles pour les vieux. Six mois. Cinq si on est chanceux.

    Une fois le printemps vraiment arrivé, soit du début de mai à la mi-juin, on ouvre, on découvre les arbres qu’on avait protégés, on nettoie un peu partout, on ramone la cheminée et nettoie les tuyaux, on change l’huile et on graisse la souffleuse qu’on range pour l’été et on sort la tondeuse et le motoculteur mais on ne sème pas avant la mi-juin, les nuits sont souvent trop froides. Un autre mois et demi consacré à l’hiver, donc: 1,5+6+1,5 ça fait bien 9.. NEUF mois à l’avoir dans les jambes et ça, c’est quand vous n’êtes pas pris avec un fournisseur de bois de chauffage qui coupe mais ne livre pas. Il vous téléphone en juillet pour que vous passiez prendre vos dix cordes de bois.

    Et après ça on se demande pourquoi nos «Snowbirds» sont catastrophés devant le COVID qui leur «scrappe» ces six mois au soleil de la Floride, de l’Arizona ou de la Sicile. Moi je les comprends parfaitement.

    Cette montée de lait étant terminée, je vous souhaite tous et toutes un bon hiver quand même. 🙂 🙂

    1. Haïku dit :

      Très beau texte ! 👌👌

    2. karma278 dit :

      « mais on ne sème pas avant la mi-juin, les nuits sont souvent trop froides. »
      Ça dépend bien sûr de la zone dans laquelle vous vous trouvez. Je suis en zone 4.

      Si vous semez de tomates, d’accord.

      Mais de nombreuses pousses apprécient le temps frais du printemps.
      Laitue, brocoli, bok choi, ail, toutes les formes de chou (vert, rouge, de Bruxelles, etc)

      Je viens d’ajouter une serre à mon potager. Ça permet de gagner 4-6 semaines au printemps et autant à l’automne, un gain net de 3 mois.
      J’ai des tomates *Brandywine* (LA meilleure tomate au goût), des herbes (basilic, aneth, persil, coriandre) , des fèves vertes qui produisent peu mais produisent encore, des poivrons qui mûrissent, des aubergines aussi, du brocoli d’automne, etc. qui « thrivent » encore en cette fin d’octobre.

      Je suis étonné que le basilic ait résisté tout ce temps, herbe très sensible au frais. Même à -3C la nuit, la serre ne gèle pas.
      Je recommande sans hésiter l’établissement d’une serre pour quiconque aimes ses légumes cultivés maison.

    3. gérard séguin dit :

      @jeanfrancoiscouture. Beau texte, sur notre très longue saison, qu’est l’hiver. Le mur naturel, qui nous protègent, en temps, que peuple.. Ref. aussi pour les inuits et les différents peuples autochtones. Le cöté positif, pour cette saison. Est un réservoir naturel, contre la pénurie d’eau douce. Maintenu au congélateur naturel. Pour l’instant du moins.. Tout est relatif.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :