Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Selon le site Green Papers, 1 755 délégués sont encore en jeu dans la course à l’investiture démocrate. Pour en sortir gagnant, Bernie Sanders doit remporter 63% de ce total, ce qui signifie qu’il doit vaincre Joe Biden par environ 25 points de pourcentage dans les États qui n’ont pas encore voté. Autrement dit, à moins que l’ancien vice-président ne meurt du coronavirus, il sera le candidat du Parti démocrate à l’occasion de l’élection présidentielle de novembre.

Cette réalité pourrait à elle seule convaincre le sénateur du Vermont à abandonner la course. Or, selon cet article du New York Times, il n’en est rien. L’entourage du candidat socialiste démocrate laisse savoir qu’il a l’intention de participer au débat démocrate qui doit avoir lieu en avril (mais dont la tenue ou la date n’ont pas encore été confirmée par le Parti démocrate).

Plusieurs États ayant reporté leurs primaires de mars ou d’avril au mois de juin, Joe Biden ne pourra atteindre le chiffre magique de 1991 délégués nécessaires pour revendiquer l’investiture démocrate avant juin.

Or, le fait que Bernie Sanders semble être prêt à prolonger une course qu’il a déjà perdue en dépit d’une crise sanitaire nationale est confondant. Il veut peut-être continuer à exercer une influence sur les politiques d’un parti auquel il n’appartient pas. Ce serait discutable dans les circonstances. On n’ose pas croire qu’il nourrit en secret la même justification que Hillary Clinton avait utilisée en 2008 pour s’accrocher jusqu’à la fin à une candidature perdue : Robert Kennedy, candidat à l’investiture démocrate en 1968, n’avait-il pas perdu la vie en juin?

(Photo AP)

31 réflexions sur “Un autre débat Biden-Sanders?

  1. quinlope dit :

    Bernie, enoug is enoug. AOC devrait lui enjoindre de se retirer au Vermont.

    1. Marilyne dit :

      J’aime à croire que Sanders pourrais tenter plusieurs américains qui normalement sont allergique à toutes mesures socialiste, mais qu’en ces temps de pandémie, ceux-ci remettrais peut être en question le modèle actuel révolue.
      Une dernière opportunité pour changer ce qui ne va pas!

    2. Pierre dit :

      M. Hétu
      Est-il trop tard pour le gouverneur Cuomo s’il voulait se présenter à la présidence?

      1. Richard Hétu dit :

        Oui. Mais il pourrait en théorie être «drafté» à la convention. À moins d’une catastrophe, il s’agit d’un scénario impossible en pratique.

  2. Martin cote dit :

    Pourquoi tenir un autre débat…ça rime à quoi….Bernie va tout faire pour diaboliser Biden au profit de Trump…..le parti démocrate devrait abolir çe débat qui ne sert plus à rien…sinon à satisfaire l’ego de Bernie…

  3. lechatderuelle dit :

    quelle stupidité de poursuivre cette mascarade en pleine pandémie…

    Sanders devrait quitter afin dene pas forcer les votes et pour laisser Biden agir en contrepoids de trump qui divagues de plus en plus….

    Les USA semblent de plus en plus en perte de crédibilité un peu partout……

  4. monsieur8 dit :

    « On n’ose pas croire qu’il nourrit en secret la même justification que Hillary Clinton avait utilisée en 2008 pour s’accrocher jusqu’à la fin à une candidature perdue : Robert Kennedy, candidat à l’investiture démocrate en 1968, n’avait-il pas perdu la vie en juin?»

    Ouch! Vouloir rabaisser Sanders au niveau d’Hillary Clinton, vous êtes sévère envers Bernie M. Hétu !

    😉

    1. Richard Hétu dit :

      J’ai bien écrit que je n’osais pas y croire!

  5. gl000001 dit :

    Enwaye à maison les 70 ans et plus !!

  6. A.Talon dit :

    «Or, le fait que Bernie Sanders semble être prêt à prolonger une course qu’il a déjà perdue en dépit d’une crise sanitaire nationale est confondant.»

    Cela démontre une fois de plus qu’il n’a pas la capacité d’être POTUS. Incapable d’élévation, tout entier concentré sur son petit nombril. «Unfit for the Presidency», pourrait-on également dire de lui…

  7. Samati dit :

    Un débat ne pourrait être que dommageable à Biden et affaiblir le parti démocrate en vue de l’élection de novembre prochain.

    Cela démontre l’égoïsme profond de l’individu qui est incapable de voir la nécessité d’éliminer Trump du pouvoir et de prendre le contrôle des deux chambres. Sanders ne sera jamais un grand homme d’état, juste un petit politicien dogmatique imbu de lui-même.

  8. ducalme dit :

    @Richard Hétu

     » J’ai bien écrit que je n’osais pas y croire!  »

    Si vous n’osez par y croire, pourquoi alors l’avoir écrit ?

    1. AB road dit :

      ducalme qui essaie de faire son “smat“ avec M. Hétu.

      S’il-te plaît, mets donc ton nom en pratique…

    2. karma278 dit :

      @ducalme

      OK. On vous laisse le temps d’y penser. De relire le billet en entier.

      Allez, faites un effort.
      Vous connaissez la réponse à votre question…

  9. NStrider dit :

    Totalement HS- mais dans l’air du temps
    Allez écouter la dernière de Barbara Streisand, pour paraphraser une ancien coach de hockey : « Elle n’y va pas avec le dos de la main morte »

    https://www.npr.org/2018/09/27/652138634/barbra-streisand-addresses-trump-in-new-song-don-t-lie-to-me?utm_campaign=storyshare&utm_source=facebook.com&utm_medium=social&fbclid=IwAR17AtOoORj5-RK-HSr6HSeV8wzfht_77Aiyg4q9URcHQgVb866jt52TXtg

    1. A.Talon dit :

      Paf! Dans les gencives du gros charlatan, menteur et escroc sans scrupules! Souhaitons que ce pamphlet musical ne soit que le premier d’une longue série au sein de la communauté artistique américaine. Il en va de la survie de la démocratie dans ce pays.

    2. Haïku dit :

      NStrider
      D’accord avec vous qu’elle n’y va pas avec le dos de la main morte.

    3. A.Talon dit :

      Ms Streisand pourrait également ajouter «How do you sleep when people are dying?». Parce que c’est ce qui s’en vient à grand pas avec sa «gestion» désastreuse de l’épidémie de COVID-19.

      1. NStrider dit :

        Oui mais si je suis son raisonnement ce ne sont que des vieux et pauvres en plus parce qu’ils n’auront pas les moyens d’aller à l’hôpital 🤬

  10. FlorentNaldeau dit :

    @Pierre, 20h39
    À moins d’un grand mouvement national quasi-unanime dans le parti, je ne vois pas AC solliciter ou accepter une nomination sur le parquet de la convention (qu’elle soit virtuelle ou physique). Il faudrait que la crise de la COVID-19 soit totalement terminée et que son État s’en soit complètement remis. S’il abandonnait la tâche en cours, il aurait l’air d’un lâcheur opportuniste.

    Je crois qu’il fait mieux d’engranger le respect des électeurs de partout au pays par son comportement, son attitude et ses déclarations pendant la crise, pour en retirer les bénéfices en 2024, si la chose l’intéresse.

    @monsieur8, 20h22 « Ouch! Vouloir rabaisser Sanders au niveau d’Hillary Clinton »

    BS a démontré qu’il est tout à fait capable de son seul chef d’aller bien plus bas que HRC.

  11. el_kabong dit :

    C’est un peu méchant de prétendre que Clinton s’est « accrochée jusqu’à la fin à une candidature perdue » en 2008 considérant qu’elle a concédé bien avant Bernie en 2016 (d’autant plus que la convention démocrate de 2008 avait eu lieu un mois plus tard qu’en 2016)…

  12. kelvinator dit :

    En agissant ainsi :
    Pense-t-il au bien du parti démocrate?
    Pense-t-il au bien de la population?

    La réponse est évidente à ses deux questions.

    1. simonolivier dit :

      Bernie est un squatteur et un squatteur c’est difficile voire impossible à déloger. Il va s’accrocher jusqu’à la démolition du building.

  13. karma278 dit :

    Bernie, Bernie, Bernie,

    Le socialisme n’est-il pas fondé sur la solidarité, le bien du tous avant le bien du UN?

    Vous en faites rarement preuve, monsieur.

  14. Yolande C. dit :

    Je vais dire comme monsieur 8 : OUCH !

    Comparez un homme de principes comme Bernie Sanders à Hillary Clinton qui n’en a jamais eus est vraiment de mauvais goût.

    Si élle était restée chez-elle en 2016, nous ne serions pas pris avec Donald Trump.

    Bernie Sanders a mérité de haute lutte de terminer la course à l’investiture dans l’honneur et la dignité.

    Je crois bien que Joe Biden l’a compris.

    Tant mieux pour le parti démocrate; je ne croyais pas qu’il avait des chances de prendre le sénat, mais j’en suis moins sûre.

    1. jeani dit :

      « Comparer un homme de principe comme Bernie Sanders à Hillary Clinton qui n’en a jamais eu est vraiment de mauvais goût. »

      Un Hillary bashing de temps en temps, ça fait donc du bien!

    2. simonolivier dit :

      @yolande S’il veut terminer la course avec l’honneur et la dignité, il devrait abandonner tout de suite et se mettre au service du parti qu’il squatte. On repassera pour la dignité et l’honneur.

  15. karma278 dit :

    ÇA, c’est de la faute à Barack.

    Le plan était

    1-Hillary candidate en 2008, qui aurait gagné, puis renouvelée en 2012.
    2- BO fait ses classes et devient candidat présidentiel en 2016;

    BO s’est laissé séduire par la vague de son « Change you can believe in » alors qu’il n’était pas prêt pour la job de POTUS.
    Il était naïf et rêveur et croyait pouvoir travailler en harmonie avec les répus pour le bien du peuple.

    3- HRC s’est brûlée comme Sec of State.

    Arriva Trump…

  16. ducalme dit :

    @karma278

    C’est pas de la faute à Barack Obama, mais il est évident que HRC n’avait jamais prévu perdre l’investiture et si elle l’avait gagnée, la partie n’aurait pas été facile contre John McCain.

    Je rappelle qu’en 2008, après Obama, McCain était mon second choix.

    On le saura peut-être un jour, mais je demeure convaincu que la candidature de HRC en 2016, unique démocrate à briguer l’investiture contre l’Indépendant Bernie Sanders résulte d’un trade off entre Obama et HRC en 2008.

    Pourquoi 23 candidats et candidates en 2020 et une seule en 2016 ?

  17. CBl dit :

    Sanders a un projet politique aux antipodes de Biden : il le défend jusqu’au bout et il a raison ! Les crises sanitaire, sociale et économique qui se profilent aux Etats-Unis donnent raison à son analyse politique. Biden est le meilleur adversaire de Trump, celui qui replacera ce dernier aux commande pour 4 ans encore… quand on sait l’influence des Etats-Unis sur le Monde, entre nous, ca vaut bien un petit débat de plus non ?

  18. Gilles Morissette dit :

    BS refuse d’admettre qu’il a perdu la partie.

    Son obstination à ne pas reconnaître cette réalité risque de causer du tort au Parti Démocrate en accentuant les divisions et les antagonismes.

    Sanders n’a jamais été et ne sera jamais un joueur d’équipe.

    Il le prouve encore une fois.

Répondre à lechatderuelle Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :