Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

On se répète : de toutes les formes de scrutin pour choisir un candidat présidentiel, les caucus sont parmi les pires. Ils excluent une bonne partie de l’électorat qui n’a pas le temps, la motivation ou les connaissances pour participer à un processus qui peut prendre des heures. Résultat : au Nevada, le taux de participation au scrutin de samedi devrait se situer autour de 15%.

Cela étant, Bernie Sanders a peut-être jeté dans le Silver State les bases d’une véritable coalition électorale, ce dont il avait été incapable en 2016.

Selon les sondages réalisés à l’entrée des sites de caucus, le sénateur a dominé presque tous les groupes démographiques de l’électorat : les hommes et les femmes; les Blancs et les Latinos; les électeurs sans ou avec un diplôme universitaire; les électeurs syndiqués et non-syndiqués; les progressistes, les modérés et les conservateurs (de peu); les 17-29 ans, 30-44 ans et 45-64 ans.

Seuls les Afro-Américains et les 65 ans et plus ont préféré Joe Biden à Bernie Sanders.

«Nous avons assemblé une coalition multiraciale et multigénérationnelle, qui va non seulement triompher au Nevada mais également balayer le pays», a-t-il déclaré samedi lors d’un discours au Texas.

Si tel est le cas, Bernie Sanders pourra remporter l’investiture démocrate grâce à une coalition qu’il a lui-même créée et qui pourrait à terme inclure une pluralité ou même une majorité de Noirs. Ce serait un exploit pour un candidat socialiste démocrate qui n’appartient pas au parti dont il veut prendre les rennes. Serait-ce suffisant pour remporter un duel contre Donald Trump. C’est une toute autre histoire.

Chose certaine, le «Super mardi» nous permettra de vérifier si le Nevada était plus un présage ou un mirage. En attendant, Bernie Sanders peut se féliciter d’une très belle victoire au Nevada,

(Photo AP)


86 réflexions sur “Bernie Sanders et l’esquisse d’une véritable coalition électorale

  1. MarcoUBCQ dit :

    Donald et ses escro… euh, collègues, doivent être contents.

    1. POLITICON dit :

      Ses escrocs, enfin ceux qui l’ont aidé en 2016 sont presque tous en prison. Stone, Cohen, Manafort et Bannon a foutu le camp. Reste Conway, Giuliani (pas certain avec la justice au cul), McConnell et Graham. Franchement, Trump n’a plus de bandits pour lui tracer la route. Reste encore les Russes et le tripatouillage des limites électorales et encore là, il sera suivi au doigt et à l’oeil par les démocrates. Il s’est enculé dans le murs ce Trump qui n’arrivera jamais à avoir la majorité du vote populaire car il n’a jamais dépassé la barre des 48%. Quel pleutre. En avant Bernie, la majorité des Américains sont derrière toi et la totalité de la planète.

      1. MarcoUBCQ dit :

        Euh… Et Barr, Miller, Pompeo et les autres, il sont honnêtes?

      2. POLITICON dit :

        MarcoUBCQ

        Je ne les pense pas honnêtes mais quel rôle joueront ils pour POTUS en campagne? On ne les entend pas beaucoup supporter leur idole jusqu’à maintenant et ils ont tous une grosse tache dans le front, celle de la honte. Je crois qu’ils vont tous se trouver un ‘bone spur’ pour ne pas aller au front pour Donald Trump.

      3. MarcoUBCQ dit :

        @ POLITICON (14h37): Les habits neufs de l’empereur vont finir par apparaître… ou est-ce disparaître?

  2. POLITICON dit :

    La vague semble importante pour Bernie!

    Si tel est le cas, le sort en est jeté. Bernie pourra-t-il battre Trump au final? C’est un politicien qui connait ses chiffres mais pourra-t-il survivre aux insultes, bassesses et tripatouillage électoral devant Trump? Ce dernier ne partira pas en guerre sans tenter de tricher aux prochaines élections, incapable de gagner le vote populaire il aura besoin des Russes. Stone sera en prison, Bannon n’est plus là, Manafort en prison, Cohen en prison. Qui sera au volant de sa campagne si ce n’est Giuliani et Conway? Encore là, Giuliani a les avocats au cul. Reste sa famille qui ne vaut rien, sinon plus que McConnell et Graham. Il est acculé dans les cables ce Trump!

    1. Igreck dit :

      «  Il est acculé dans les cables ce Trump!« 
      Un ti-peu présomptueux je trouve !!!

  3. 45 lors d’un rassemblement avait suggéré à ses fans d’aller voter pour le plus faible (comprendre le plus facile à battre pour lui).

    Auraient-ils pu exaucer son voeu?

    1. Haïku dit :

      Très bonne observation. 👌

  4. sorel49 dit :

    Je ne sais pas à quel point les 15% qui s’étaient déplacés aux caucus du Nevada sont représentatifs de l’électorat Démocrate. Les sondages pouvaient être biaisés avec un échantillonnage trop petit. Normalement, les participants des caucus sont plutôt des personnes très motivées ou très engagées idéologiquement . Nous verrons plus clair après le Super Mardi.

  5. Dégénération Nation dit :

    si biden ne balaye pas la caroline du sud, on ferme les livres…game over…

    imaginez, bloomberg pourrait être sorti de la course avant d’avoir été sur un seul scrutin…

  6. InfoPhile dit :

    J’espère que je n’indisposerai personne en répétant une nouvelle extraordinairement favorable aux progressistes dont j’ai fait écho à la fin des nombreux commentaires du billet précédent. Elle me porte à conclure qu’essentiellement, c’est le programme de M. Sanders qui est fédérateur :

    Voici une grosse nouvelle pour les progressistes et un formidable afflux d’eau au moulin de M. Sanders.

    À noter que The Lancet jouit dans le monde médical d’une estime probablement inégalée :

    «Yale study says Medicare for All would save US $450 billion, prevent nearly 70,000 deaths a year

    The study in The Lancet found that Medicare for All, supported by Bernie Sanders and Elizabeth Warren, will save money and is more cost-effective than “Medicare for All Who Want It. »»

    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(19)33019-3/fulltext

  7. spritzer dit :

    Ce qu’il reste à voir pour Sanders dans cette course c’est la campagne de dénigrement qui va s’abattre sur lui: communiste, antisémite, aidé par les russes. Au moins il semble à l’abri des accusations de harcèlement sexuel.

    1. Richard Hétu dit :

      Je parie que vous faites semblant de ne pas comprendre comment agiraient les Russes. Mais bravo pour votre constance.

      1. spritzer dit :

        Pour favoriser Sanders? Ils vont nous dire que des trolls colportent le message que la société américaine manque de justice sociale, que la richesse est mal distribuée, que le système de santé est dysfonctionnel. Des critiques que plusieurs américains soulèvent et ventilent sur le net, et on nous dira que la Russie est celle qui souffle sur les braises et permet au feu de s’étendre pour ainsi mieux le discréditer.

  8. littlerob dit :

    «Seuls les Afro-Américains et les 65 ans et plus ont préféré Joe Biden à Bernie Sanders.»

    Faut pas sous-estimer l’influence de l’électorat noir dans la Caroline du Sud et dans les Etats de Super mardi comme la Caroline du Nord, le Tennessee, le Maryland, le Texas, la Virginie, et j’en passe.

    1. InfoPhile dit :

      @littlerob

      Mes très cordiales salutations à vous !

      Oui, il est à prévoir que M. Biden y récoltera les fruits de sa loyauté irréprochable envers M. Obama. Perso, je ne remets pas en question son grand mérite et garderai encore longtemps en mémoire le percutant KO qu’il avait passé à Ryan suite au difficile débat de M. Obama à Denver en 2012 contre M. Romney.

      1. littlerob dit :

        Bonjour InfoPhile, ça fait longtemps–Biden mene toujours dans les derniers sondages en Caroline du Sud, un Etat ou, si je me rappelle bien, les Noirs font une majorité de l’électorat démocrate.

        https://www.cbsnews.com/news/south-carolina-primary-polls-2020-biden-sanders-steyer-democrats-cbs-news/

        Une victoire de Biden en SC–même par quelques points de pourcentage–arrêterait le momentum de Sanders et serait un bon signe pour lui avant Super mardi.

  9. ducalme dit :

    OBAMA 2008 – SANDERS 2020 ?

    En 2008, Hillary Clinton croyait tellement que tout serait dans la poche après le Super Tuesday qu’elle n’avait rien prévu pour la suite.

    Résultat : Au Super Tuesday, Clinton et Obama ont fait jeu égal et Obama a gagné la très grande majorité des primaires et caucuses qui ont suivi.

    La Caroline-du-Sud qui devait servir de tremplin à Joe Biden pour rebondir lui donnera probablement une pluralité de votes, mais assez faible, (5% ? de plus que le second).

    Je réserve mon jugement pour après le Super Tuesday pour la suite des choses.

    Sanders a le vent populaire en poupe, mais si c’est pour le projeter plus rapidement sur le mur de Wall Street, le choc va être brutal.

  10. InfoPhile dit :

    En effet, Wall Street ne peut que s’offusquer du manque à gagner facile que ses actionnaires empochaient. Pourtant, les économies que les Américains feront-raient leur permettront-traient d’autres dépenses et d’autres épargnes.

    Voici comment Bernie entend financer son programme santé qui lui vaut d’être si populaire et apte à se rallier le plus grand nombre. Un peuple ne peut pas rater un tel rendez-vous avec l’histoire, aime-je croire tout en sachant que rien n’est gagné :

    «OPTIONS TO FINANCE MEDICARE FOR ALL»

    «Today, the United States spends more than $3.2 trillion a year on health care.About sixty-five percent of this funding, over $2 trillion, is spent on publicly financed health care programs such as Medicare, Medicaid, and other programs.At $10,000 per person, the United States spends far more on health care per capita and as a percentage of GDP than any other country on earth in both the public and private sectors while still leaving 28 million Americans uninsured and millions more under-insured.

    (…) Today, the traditional Medicare program only spends two percent of its costs on administration.That’s less than one-sixth the administrative costs of private health insurance companies.»

    Et il faudrait renvoyer dos-à-dos le populisme de M. Sanders et celui – identitaire, menaçant et ringard – de l’Insalubre ? Fiou ! Ce serait totalement déraisonnable.

    À noter, les autres idées et projets du lucide mais audacieux programme qui lui vaudra peut-être d’être élu sont à l’avenant.

    https://www.sanders.senate.gov/download/options-to-finance-medicare-for-all?inline=file

  11. treblig dit :

    En 2016, 14 états votaient encore par un système de caucus. Et 2020 , seulement une demi douzaine d »états utilisent encore ce type de votation archaîque et obsolète. Tous les autres états sont passés à un vote pour les primaires.

  12. Louise dit :

    J’attends toujours le super mardi avant de me faire une idée mais il faut tout de même reconnaître que Sanders est un battant.
    Je crois que les gens qui votent pour lui le perçoivent comme le plus fort pour battre Trump. Ils doivent bien se douter que son programme est irréaliste mais ils veulent le croire et lui donner une chance.
    Quant aux insultes de Trump, je pense que Sanders ne se laissera pas atteindre, il a un ego presque aussi gros que l’autre.

    1. Igreck dit :

      @Louise
      « donner une chance » à Sanders c’est d’abord mesurer le risque de donner un autre 4 ans de « règne » à l’Abo-Minable ! Je comprends nos voisins de bonne volonté (lire Progressistes) qui en ont marre des injustices en santé, en habitation, en emploi, etc. Ils souhaitent le changement et peut-être, lors de la dernière présidentielle, ont-ils donné sa chance (avec les déplorables) à un candidat qui promettait de brasser la cage. Résultat : un gros cr**** de rat, qui les a sacré dehors et a refermé la cage afin de pouvoir profiter de toutes les ressources avec la vermine de leur pays. Le mieux est parfois l’ennemi du bien ! Un pensez-y bien donc !?!

  13. Gilles Morissette dit :

    Sanders est sur une lançée. C’erst indéniable.Sa victoitre au Nevada est encore plus impressionnante même si à peine 15% des électeurs inscrits ont pris la peine d’aller voter.

    On verra si ça va se continuer en Caroline-Du-Sud et au Super Tuesday.

    Et il ya toujours Bloomberg qui peut mêler les cartes lors du Super Tuesday.

    Non, la course n’est pas fini mais je maintiens que Sanders n’a AUCUNE CHANCE contre Tiny Brain (s’il remporte les Primaires bien sûr) car sa. proposition de « Medicare-For-All », assorti d’une abolition des régimes d’assurances privés, ne passera pas auprès de l’électorat modéré.

    Les sondages le démontrent. Il serait certes favorable à l’implantation d’un régime public financé par les fonds publics mais souhaite garder l’option des régimes privés, surtout pour les travailleurs bénéficiant d’une couverture médicale de leurs employeurs.

    Sanders ferait une grave erreur en maintenant ses positions sur ce dossier car de nombreux Américains y voient , à tort ou à raison, une mesure « socialiste » voire « communiste » (Les Américains confondent les deux expressions), une intrusion dans leur vie privée et une atteinte às leurs libertés individuelles.

    Soyez asssuré que l’Escroc-En-Chef, dans toute sa malhonnêteté, jouera sur ce tableau pour démoniser le plan de Sanders.

    Lers études réalisés par les « experts » ont beau démontrer le contraire (ça reste des prévisions et les « experts » peuvent se tromper), rien ne peut changer les perceptions des électeurs.

    Or, en politique, les perceptions même eronées, ont souvent préséance sur la réalité des faits.

    Si Sanders ne nuance pas sa proposition (ex. maintenir l’option des régimes privés, prévoir ujne période de transition, etc), il court, lui et le Parti Démocrate, à la catastrophe.

    Ce sera tant pis pour eux et « 4 more years ».

    Désolé de crever la bulle des progressistes mais c’est comme ça.

    1. lechatderuelle dit :

      Pourquoi les modérés refuseraient une assurance santé gratuite??

      Pourquoi être aussi affirmatif que les perceptions des gens ne peuvent changer….

      faudra voir qui sera majoritaire dans les 2 chambres, mais si les démocrates sont majoritaires partout, son programme passera peu importe les paniques des compagnies d’assurances ….
      évidemment si les électeurs ne sont pas conséquents, rien ne marchera… voter un président démocrate qui offre une assurance santé gratuite pour tous sans lui donner les 2 chambres est un peu idiot…

      Bref, la balle sera dans les mains des électeurs…. suffira de réfléchir 10 secondes avant de commencer à faire le sX un peu partout sur le bulletin de vote….

  14. Danielle Vallée dit :

    J’ai écouté quelques commentaires des participants au caucus hier et encore quelques autres aujourd’hui quand j’ai eu le temps.
    Ce que j’en retiens c’est qu’ils ont voté pour avoir des soins médicaux gratuits, l’éducation gratuite et faire effacer leurs dettes étudiante existantes.
    Il n’y a rien de plus cruel que de faire miroiter des rêves irréalisables pour obtenir ce qu’on veut de gens vulnérables.
    Je peux déjà imaginer les Républicains faire des clips avec ces commentaires pour les humilier et prouver aux électeurs qu’il vaut mieux voter pour Trump que pour les socialistes…

  15. Apocalypse dit :

    @Louise – 15:12

    ‘… il (i.e Bernie Sanders) a un ego presque aussi gros que l’autre.’

    🤣

    S’il fallait que M. Sanders remporte l’investiture démocrate, vous pourriez sans doute enlever le ‘presque’ et si jamais, il devait se retrouver à la Maison-Blanche, il faudrait l’agrandir pour lui permettre d’y entrer.🤣.

  16. Alexander dit :

    Rejet de l’establishment.

    Trump avait dit sensiblement la même chose en 2016, à sa façon.

    Il y a probablement une frustation palpable de ses élites dans la population, tous partis confondus.

    Un peu normal, ça marche au plus fort la poche depuis toujours.

    Faut maintenant que Sanders ajuste le tir pour ne pas effaroucher les modérés. Donner accès à la santé et à l’éducation à tous, ce n’est quand même pas trop demander.

    La question cruciale sera: comment?

    1. Igreck dit :

      COMMENT ?
      Une question à laquelle sa consœur Warren n’a pas su répondre intelligemment !

  17. Apocalypse dit :

    @InfoPhile – 14:26

    Pour ceux et celles qui suivent de près la politique américaine, nous savons comment TOUS les américains seraient mieux servis par un système de santé à guichet unique. Ils dépensent deux(2) fois plus pour les questions reliés à la santé que nous le faisons au Canada, alors où va cet argent? Tout est géré par le privé, près de deux(2) millions de personnes y travaille et les profilts sont gigantesque.

    Cela dit, démanteler ce système comme veut le faire Bernie Sanders est une job bien au-delà de ses forces, il va avoir les républicains et sans doute bon nombre de démocrates contre lui sans compter qu’il aurait besoin de dix, quinze ou vingt ans pour faire le travail. On parle d’une tâche titanesque!

    De nombreux américains sont déjà assurés, alors qu’on commence par s’occuper de ceux qui ne le sont pas et ensuite, on verra.

    Bernie Sanders pourrait l’emporter chez les démocrates, mais pourrait bien faire peur à assez de gens pour donner un autre quatre ans à Donald Trump. S’il faisait preuve d’un peu de flexibilité, sait-on jamais…

    1. lechatderuelle dit :

      pourquoi ce serait titanesque…. ??

      le Québec a privatiser l’électricité et tous à cette époque avait ce genre de commentaire…

      Les lobbys sont puissants mais pas invincibles….
      Sinon à quoi bon rêver?….

      1. Igreck dit :

        Pas pour rien que dès 1968, l’élection de Trudeau père inquiétait les Amers-Ricains qui se voyaient pris en étau communiste entre Cuba et Canada. Les mesures progressistes ici sont qualifiées de socialistes (donc diaboliques) aux US !

    2. Samati dit :

      J’ai pris connaissance du document qu’infofile a joint à son message de 14:26. Il y a un élément qui n’est pas couvert dans la proposition Sanders (et probablement celle de Warren) soit celui qui a trait aux revenus des médecins et des hôpitaux (plusieurs sont à but lucratif) qui expliquent la proportion élevée des dépenses en santé aux États Unis.

      Ces coûts devront être réduits, dans une réforme qui se tient, afin de ramener les coûts médicaux à un pourcentage plus au pair avec les autres pays de l’OCDE. Ce silence dans la proposition est son maillon faible.

      1. jcvirgil dit :

        C’est sûrement parce que c’est un projet . Ce qui laisse forcément place à des améliorations avant que la mouture finale entre en application …

    3. Louise dit :

      Apocalypse

      « Bernie Sanders pourrait l’emporter chez les démocrates, mais pourrait bien faire peur à assez de gens pour donner un autre quatre ans à Donald Trump. »

      Hélas ! J’aime autant ne pas y penser.

  18. Jean dit :

    Faire peur …. une stratégie facile mais qui fonctionne. On peut penser que c’est la même stratégie qui est utilisée en sol québécois pour contrer les méchants indépendantistes. On fait peur au monde, on leur annonce l’apocalypse.

    1. Madalton dit :

      Les républicains vont dire regarder au Canada les files d’attente à l’urgence. C’est ça le système de santé de Sanders. Ils ne parleront pas de l’accès rapide et toujours gratuits à ceux qui ont des maladies graves.

    2. Igreck dit :

      Brinks !

  19. NStrider dit :

    «  …au Nevada, le taux de participation au scrutin de samedi devrait se situer autour de 15%. ». Mes bases en statistiques m’interdisent, compte tenu de ce qu’a très bien fait ressortir M. Hétu, et que je rappelle dans la phrase précédente, de jouer à « l’évaluateur précoce ».
    Il ne faut pas oublier qu’à ce stade nos n’avons que les résultats de deux états « homogènes » blanc et un taux de 15 % de participation au Nevada. De plus au Nevada, un rejet de la candidature de Sanders chez les noirs et les plus de 65 ans. Je trouve qu’il est un peu tôt pour parler de coalition. À voir après le 3 mars.

  20. Danielle Vallée dit :

    – Cela dit, démanteler ce système comme veut le faire Bernie Sanders est une job bien au-delà de ses forces (Apocalypse)
    Pas juste de ses forces. Il a 78 ans, il va foutre le bordel et crever….il faut quand même être réaliste.
    Les États-Unis doivent avant tout se démilitariser. Cela mange la moitié de leur budget et mène le pays à la déchéance.
    Juste cela ça va prendre au moins 5 ans.
    Les démocrates ont un sérieux problème. Les seules personnes qui ont l’âge pour être élus à la présidence sont Steyer et Klobuchar.
    Ou alors à la convention une autre personne se présentera et décoiffera tout le monde. Sherrod Brown est déjà mentionné par certaines personnes.
    On se dirige vers un border total.

    1. Danielle Vallée dit :

      bordel bien sûr

    2. lechatderuelle dit :

      Danielle Vallée alors quoi ?? Les Américains ne font plus rien et subissent, la queue entre les jambes???

      ça va dépendre de sélecteurs… ça va dépendre de la volonté des gens….

      le Peuple a une force titanesque quand il l’utilise…. si les gens veulent de cette assurance maladie…. ils l’auront…

      Pourquoi avoir toujours peur face au changement?….
      Si le Peuple veut, ça va passer…

      Évidemment, le Peuple doit voter de façon intelligente… ça prend une majorité au Sénat qui soit démocrate pour que les projets démocrates puissent survivre ….

  21. Mabuse dit :

    Les électeurs américains sont de centre-droit et n’éliront jamais un socialiste. Seul un modéré peut battre Trump. Ces mantras des faiseurs d’opinions sont répétés ad nauseam et je dois dire que j’avais tendance à les accepter comme des vérités évidentes, vues de loin. C’est pourquoi j’ai longtemps été d’avis qu’une candidature de Sanders serait une catastrophe annoncée, que les démocrates se feraient « Corbyniser ».

    Et ce, même si, dans le fond, je demeure convaincu que l’évolution de la société américaine vers une toujours plus grande disparité entre riches et pauvres porte en elle-même le germe de son renversement. Les américains ont fait la révolution pour renverser la monarchie et l’aristocratie corrompue. Ils achèvent de les remplacer avec Trump et les ultra-riches. Mon questionnement est donc très simple: non pas si, mais quand cette évolution serait-elle renversée?

    À cet égard, Trump est un puissant catalyseur, piétinant lois et constitution, appauvrissant les pauvres au profit des ultra-riches par des déficits vertigineux, détruisant l’environnement, sabrant dans les dépenses du filet social et ranimant le racisme foncier d’une population blanche vieillissante à qui échappe le pouvoir. Pour une grande partie de la population américaine, le MAGA promis sera un enfer dystopique.

    « Cela étant, Bernie Sanders a peut-être jeté dans le Silver State les bases d’une véritable coalition électorale, ce dont il avait été incapable en 2016.

    Selon les sondages réalisés à l’entrée des sites de caucus, le sénateur a dominé presque tous les groupes démographiques de l’électorat : les hommes et les femmes; les Blancs et les Latinos; les électeurs sans ou avec un diplôme universitaire; les électeurs syndiqués et non-syndiqués; les progressistes, les modérés et les conservateurs (de peu); les 17-29 ans, 30-44 ans et 45-64 ans. »

    Si Sanders n’est pas le Messie attendu, il est certainement un Précurseur. Danielle Vallée écrit : »Il n’y a rien de plus cruel que de faire miroiter des rêves irréalisables pour obtenir ce qu’on veut de gens vulnérables. » Je crois qu’il est bien pire de tuer tous les rêves, même le rêve américain!…

    Une candidature Sanders sera peut-être une catastrophe pour les démocrates, si la coalition électorale ne se matérialise pas. Mais si elle se réalise, il ne faudrait pas que les modérés ou l’establishment du parti démocrate la bloquent car, alors, ils tueront leur parti. Sanders et Warren sont allés chercher 55% du vote démocrate au Nevada. Il faudra surtout regarder les résultats dans les États-clés pour voir si une candidature Sanders est viable.

    Matière à réflexion, depuis 1996, de 44% à 50% des électeurs américains ne votent pas aux présidentielles: c’est plus de 100 millions d’électeurs. Ne peuvent-ils rêver?

    1. lechatderuelle dit :

      ah le mot jamais…..

    2. Richard Desrochers dit :

      « « Il n’y a rien de plus cruel que de faire miroiter des rêves irréalisables pour obtenir ce qu’on veut de gens vulnérables. » Je crois qu’il est bien pire de tuer tous les rêves, même le rêve américain! »

      Il faut demander le plus pour avoir le moins. Demandez le moins, vous aurez encore moins.

  22. Apocalypse dit :

    @lechatderuelle – 16:17

    Je mentionnais le chiffre de 1.8 millions de personnes travaillant pour les assureurs privés. Je viens de faire une petite recherche et effectivement, un système de santé à guichet unique pourrait faire perdre autour de 2 millions d’emplois dans ce secteur. C’est ce qu’on appelle partir avec trois(3) prises pour quiconque veut se débarasser du système existant.

    Donald Trump et les républicains vont avoir toutes les munitions imaginables pour faire peur à bien des américains en commençant avec ces deux millions de personnes.

    On ne parle pas de raser UNE maison pour la reconstruire, mais de toute la ville de Montréal et on reconstruit … GOOD LUCK!

    1. lechatderuelle dit :

      Apocalypse Pourquoi perdre 2 millions d’emplois ??

      Si le système est mis sur pied, le fédéra devra embaucher … genre… 2 millions de personnes pour gérer tout ça…. me semble ….

      et ça va ouvrir d’autres alternatives insoupçonnées…..

      mais bon, ne faisons rien parce que trop gros… ne faisons rien parce que trop exigeant…

  23. jcvirgil dit :

    Sanders a vraiment le vent dans les voiles et sa proposition d’Assurance Santé pour tous rejoint une des préoccupations majeures de l’électorat américain .

    Le fait que son projet soit maintenant considéré de façon positive par la revue médicale de réputation mondiale The Lancet lui apportera encore plus d’enthousiasme et plus de gens pour le rejoindre dans son élan .

    Ça me fait rire quand je vois des gens s’acharner sur sa personnalité caustique ou sur son âge pour le discréditer , comme s’il était seul devant la machine oligarchique et ses médias qui feront tout pour le discréditer.

    Désolé mais Sanders est appuyé par une équipe jeune ,dynamique , motivée par un désir de changement . Une équipe probablement digne de celle de la révolution tranquille qui a balayé le Québec dans les années 60 et changé la face de la société québécoise en seulement quelques années.

    Quand à ceux qui s’inquiètent de sa capacité de battre Trump en campagne électorale, ce n’est pas comme si ce dernier avait fait quoique ce soit pour améliorer la vie de tous les jours de l’ensemble des Américains . Avec une proposition concrète comme le Medicare pour tous et l’exposition du bilan des années Trump, de ses mesures pour favoriser les plus riches et l,industrie militaire Sanders n’en fera qu’une bouchée.

  24. lechatderuelle dit :

    Sanders est comme tous les autres…
    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202002/23/01-5262095-bernie-sanders-interviendrait-militairement-si-la-chine-attaquait-taiwan.php

    le fantasme de la puissance militaire et l’art de se mêler de ce qui ne le regarde pas…

    la question était hypothétique, mais la réponse est d’un classique navrant….

    1. jcvirgil dit :

      Ses positions à l’international sont la partie faible de son programme.

      Soit il s’est dit qu’il y a assez de grosses bouchées à prendre avec les réformes qu’il propose déjà , sans se mettre à dos le fameux complexe militaro sécuritaire americain, soit sa pensée n’a pas évoluée dans ce domaine.
      Il faudrait voir ce qu’en pensent les gens autour de lui.

      À suivre

  25. Igreck dit :

    Les caucus… non mais quelle patente invraisemblable dans un système politique au XXIe siècle ! On croirait que les participants vont s’en retourner chez eux en carriole après des heures de va et vient d’un groupe à l’autre dans une salle surchauffée. De la même catégorie d’anachronismes que le Collège électoral mis en place à une époque où il fallait des jours à quelqu’un pour traversé de pays de l’est à l’ouest… toujours en carriole. Un système qui fonctionne à la vitesse de la force animale au siècle de la vitesse de la lumière. Et on se demande ce qui cloche !?

    1. Danielle Vallée dit :

      Ne pas oublier que la première tâche du président va être de combattre un déficit annuel immense et une dette massive.
      Des spécialistes très sérieux projettent qu’à ce rythme là les États Unis ne pourront même pas remplacer leurs infrastructures qui tombent en ruine.
      C’est bien beau de rêver mais quand les cartes de crédit sont pleines, elles sont pleines.
      Le prochain président va devoir faire le même chemin de croix qu’Obama et Clinton ont fait: remettre les finances du pays en ordre.
      Ça ne prend pas un rêveur. Ça va prendre quelqu’un qui sait gérer et qui a des nerfs solides.
      Sanders à dû fermer sa fondation l’année dernière parce que les dons à sa fondation, les dons politiques et ses dépenses personnelles étaient tout emmêlés la-dedans.
      Sanders n’est pas la personne que vous imaginez. Et les Républicains le savent.

      @chattderuelle: « ça prend une majorité au Sénat qui soit démocrate pour que les projets démocrates puissent survivre ….
      Vous répondez à votre propre argument.

  26. Apocalypse dit :

    @lechatderuelle – 16:46

    ‘Si le système est mis sur pied, le fédéra devra embaucher … genre… 2 millions de personnes pour gérer tout ça…. me semble ….’

    Sérieusement! Ces deux millions de personnes vivent tous et toutes à Washington par le plus grand des hasards et feraient quoi exactement: Est-ce qu’on peut soigner M. Untel, YES; Est-ce qu’on peut soigner Madame Unetelle, YES, … vous voyez le pattern?

    Tu aurais besoin de monde, mais beaucoup, beaucoup moins que deux millions de personnes et donc, de nombreuses pertes d’emplois.

  27. quinlope dit :

    La meilleure démonstration de la valeur d’un système de santé à payeur unique a été démontrée avec brio par le rigolo, mais tout de même sérieux, John Oliver à son émission Last Week Tonignt, à HBO.

    Comparant les systèmes anglais, canadien et américain, il en venait à la conclusion que si vous vous appelez Beyonce, vous étiez mieux aux Etats, mais que pour l’ensemble de la population un système qui assure tout le monde sans différence est encore le meilleur système. C’est d’ailleurs pourquoi tous les États occidentaux ont ce système à l’exception des ZZZZÉtatsDésunis.

    C’est vrai que dans ces systèmes à payeur unique, les gens doivent souvent attendre, mais on oublie que les gens non assurés ou mal assurés aux ZZZÉtats attendent aussi chez eux parce qu’ils n’ont pas les moyens de se faire soigner ou de faire remplir une ordonnance et que souvent cela entraine leur mort.

    Selon plusieurs études, les Américains sont plus critiques à l’égard de leur système de santé que le sont les British ou les Canadiens.

  28. Gilles Morissette dit :

    Je lis les commentaires de ceux et celles qui défendent la pioposition de Sanders.

    Intéressant, vous avez de bons arguments.Votre point de vue se défend.

    Cependant, le problème est que vous raisonnez comme des Canadiens et des Québécois face à « Medicare-For-All ».

    Mettez-vous une minute dans la peau d’un Américain de la classe moyenne , travailleur bénéficiant d’une couverture d’assurance-maladie de son employeur, qui pourrait la perdre si Sanders est élu.

    Il se retrouverait alors aux prises avec un système bureaucratique lourd dont il ignore les coûts, le type de couverture offert,et dont les paramètres de son financement demeurent pour le moins nébuleux (Sanders et Warren sont incapables de l’expliquer en des termes simples)

    Ce sera l’inconnu totale. Et vous pensez sérieusement que cet Américain moyen va accepter facilement de larguer ce qu’il connait pour quelque chose qu’il ne connait pas? Les gens n’aiment pas l’inconnu.

    C’est prouvé par plusieurs études en psychologie. Entre quelque chose qu’ils connaissent et quelque chose qu’ils ne connaissent pas, les gens vont choisir la facilité, soit le connu..

    Revenez sur Terre les amis. Ce n’est pas de cette façon que les choses se passent en politique surtout aux USA où les questions relatives à la santé divisent la population.

    La campagne électorale ne permettre pas à Sanders d’expliquer en détails les contours de son projet qui pourrait signifier comme le soulgne à juste titre, le bliogueur « Apocalypse (23/02/2020 à 16:30), la perte de près de 2 millions de « jobs ». dans le secteur des assureurs privés.

    2 millions de jobs. Si on inclut les familles et l’entourage de ces gens, ça fait beaucoup de voteurs, assez pour faire la différence entre la victoire et la défaite pour l’un ou l’autre des candidats.

    Tiny Brain, en bon manipulateur et démagogue, saura trouver les arguments pour attaquer ce plan. Il n »aura qu’à parler des pertes d’emplois et du « monstre bureaucratique » qu’engendrera ce système (quelques images de nos urgences engorgés avec des files d’attente interminables devraient aider sa cause) et le tour sera joué.

    Simple mais terriblement efficace pour un électorat qui, en cette ère de clips percutants, n’a oas le temps de réfléchir et d’analyser,

    Comme je l’ai écrit plus haut, cessez de raisonner comme un Canadien ou un Québécois et raisonnez comme un Américain. La perspective est très différente.

    1. Henriette Latour dit :

      Gilles Morrissette

      👍👏👏👏

    2. danielm dit :

      Le raisonnement sous-jacent d’un régime universel unifié de santé est d’abord avant tout économique car le coexistence concurrente de deux systèmes de santé à la fois privé (donc sélectif tant dans ses ressources et sa clientèle) et d’un régime public (donc dernière et seule alternative des moins nantis) crée à la fois une surenchère du personnel, des ressources et de la clientèle au profit des segments les plus riches de la société américaine.

      Par souci d’efficacité, de standardisation, d’économie d’échelle et d’équité, le régime publique doit resté unique dans son universalité et cela n’a rien à voir avec une vision culturelle ou nationaliste. C’est bien le contraire qui demeure totalement irréaliste…

  29. Dekessey dit :

    Belle victoire de Sanders, et bien méritée.
    Finalement, peut-être que les américains sont prêts pour un vrai changement? Se seraient-ils simplement trompé de bord la dernière fois?
    Pour tous ceux qui affirment qu’il n’a AUCUNE chance de battre Trump: vous n’en savez rien, et certains sondages ne sont pas de votre avis:
    https://poll.qu.edu/national/release-detail?ReleaseID=3655
    De plus, rappelez-vous que Trump le démagogue inculte, grossier et raciste n’avait aucune chance de battre Hillary à deux semaines des élections de 2016.

  30. Apocalypse dit :

    @quinlope – 17:08

    Personne sur ce blogue ne discute de la valeur d’un système de santé à guichet unique, mais de la possibilité d’en mettre un en place à (très) court terme aux Etats-Unis.

    1. Dekessey dit :

      @Apocalypse

      Faut pas les sous-estimer. S’ils le veulent vraiment, ils le feront.
      Faut juste qu’ils soient majoritaire à la chambre et au sénat. 😉

  31. Apocalypse dit :

    @Gilles Morissette – 17:08

    👍👍

  32. Apocalypse dit :

    HS – un autre vrai de vrai 😉. Pour ceux qui ont suivi la saga de Daniel Weinstock dans les médias au cours des derniers, une nouvelle qui montre que la dignité et l’humilité existent encore chez quelques politiciens … ouf:

    https://www.lapresse.ca/actualites/202002/23/01-5262098-le-ministre-roberge-presente-ses-excuses-a-daniel-weinstock.php

  33. Yolande C. dit :

    J’essaie d’imaginer que le débat se transporte sur le parquet de la convention de Milwaukee et que les opinions soient aussi tranch.es.

    Devant les grands réseaux américains, la presse écrite et le gratin de la presse mondiale, les délégués se déchirent, les anathèmes fusent.

    On pourrait alors faire l’économie de l’élection présidentielle.

    Si Bernie Sanders est toujours en avance après le Super Tuesday, tenter de l’empêcher d’obtenir la nomination ferait imploser le parti.

  34. Henriette Latour dit :

    Le problème est que les Américains ne veulent pas payer plus de taxes ou d’impôt pour aider les autres. Ce serait à l’encontre du rêve américain, qui sous-tend, qui veut vraiment devient millionnaire par ses propres moyens le peut. Ils préfèrent avoir une dette nationale phénoménale plutôt que d’avoir à payer des taxes et des impôts.

    Dans ce pays, c’est chacun pour soi et aide toi et le ciel t’aidera.

    1. danielm dit :

      Même chez les plus grands capitalistes comme Henry Ford, la notion du chacun pour soi sans partage est irréaliste car il faut créer cette richesse à travers l’activité économique et, à la fin, c’est son nombre de participants qui peut en multiplier les bénéfices ($$$). Seuls les petits esprits spéculateurs à la Donald Trump peuvent vraiment penser (et y croire!) autrement et, en fin de compte, détruire l’édifice économique.

  35. InfoPhile dit :

    «De nombreux américains sont déjà assurés, alors qu’on commence par s’occuper de ceux qui ne le sont pas et ensuite, on verra.»

    L’Affordable Care Act est trop coûteux. C’est du moins ce que disent les études. En plus, il laisse 28 millions d’individus sur le carreau, tandis que ceux qui disposent d’une bonne assurance paient un prix de fou, sans parler de ceux qui ont une mauvaise assurance faute de moyens financiers (1).

    Techniquement, il ne faudrait pas aussi longtemps pour mettre en application ce programme. Politiquement, la balle serait dans le camp du Congrès. J’en conviens.

    Si les Américains en arrivaient à voter pour M. Sanders, je donnerais pas plus de deux ans pour que le Congrès prenne acte de leur volonté. Autrement, ce serait la porte très probablement, volonté du peuple oblige.

    En plus, si M. Sanders se voyait porté au pouvoir, il ne faudrait pas exclure un effet d’entraînement au Congrès même.

    1 – «while still leaving 28 million Americans uninsured and millions more under-insured. Voir mon lien plus haut.

  36. Dekessey dit :

    Concernant les 2 millions d’emplois en jeu, je me trompe ou Sanders a parlé de ça?

  37. InfoPhile dit :

    @Gilles Morissette à 17:08

    «Mettez-vous une minute dans la peau d’un Américain de la classe moyenne , travailleur bénéficiant d’une couverture d’assurance-maladie de son employeur, qui pourrait la perdre si Sanders est élu.»

    Veuillez lire le sommaire de l’article du The Lancet mis en lien plus haut. Ça vaut vraiment la peine.

    «In 2016, employers paid an average of $12,865 in private health insurance premiums for a worker with a family of four who makes $50,000 a year. Under this option, employers would pay a 7.5 percent payroll tax to help finance Medicare for All – just $3,750 – a savings of more than $9,000 a year for that employee.»

    1. Gilles Morissette dit :

      @InfoPhile (23/02/2020 à 17:48)

      Vous croyez sérieusement que l’Américain moyen va prendre le temps de lire toutes les études faites sur ce sujet?

      Un peu de réalisme s.v.p.

      Vous savez très bien que l »électeur moyen ne lit jamais le programme électoral des partis politiques. Pas le temps.

      Il se contente de quelques clips qu’il voit sur les médias sociaix ou à à télé pour se faire une idée et décider de son choix.

      Pas étonnant que les partis politiques privilégient maintenant ce type de médias pour passer leur message. Simple, rapide mais terriblement efficace.

      L’étude de « Lancet » si valable soit-elle (n’oubliez pas que c’est une étude basé sur des hypothèses et qu’elle peut se tromper) ne convaincront pas les Américains du bien-fondé de la proposition de Sanders.

      La seule chose qu’il va retenir est ce qu’il verra ou entendra dans un clip.

      « Perte de 2 millions de jobs. » Voilà le message qui va lui rester en mémoire, pas le contenu de l’étude de « Lancet », lorsque viendra le temps de voter..

      Bienvenue dans la réalité de la politique « Made in USA »

  38. InfoPhile dit :

    @Henriette Latour

    « Le problème est que les Américains ne veulent pas payer plus de taxes ou d’impôt pour aider les autres. »

    Pas de problème dès lors qu’ils vont comprendre qu’une assurance santé universelle leur coûtera pas mal moins cher. Il suffit qu’ils en soient informés.

    1. jcvirgil dit :

      C’est la que se situe un des défis de Sanders.Comment faite passer une réforme qui met en cause les profits de lobbys aussi puissants que les grandes firmes d’assurance, les pharmaceutiques les hôpitaux et les banques quand on sait que les grands médias sont la propriété d’oligaques qui jouent dans la même cour.

      Les campagnes de peur sont déjà prêtes. D’ailleurs avant même d’analyser les modèles de mise en place du système projeté, certains 😁😁😁 parlent déjà de 2 millions de pertes d’emplois chez les assureurs…

      1. danielm dit :

        @ jcvirgil
        Oui, vous touchez ici au point essentiel de cette réforme universelle sur la santé. Le choc des lobbys privés de la santé (en incluant celui des produits pharmaceutiques).

  39. Haïku dit :

    HS. ironique:
    RE: Élection:…

    -« La différence entre le politicien et l’homme d’Etat est la suivante :
    le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération. »(J-F Clarke).

    -« Faire une élection, c’est raconter une histoire de telle façon que l’enfant qui sommeille en tout électeur croie que le candidat est le seul héros crédible de cette histoire. »(J. Séguéla).

  40. Stephane dit :

    « Serait-ce suffisant pour remporter un duel contre Donald Trump. »

    Les États-Unis sont polarisés. Les modérés n’auront pas d’autres choix que de voter à gauche s’ils veulent débarquer Trump.

    Ils ont un contrepoids (et même deux) : la chambre et le Sénat. Sanders ne pourra pas faire passer tout ce qu’il veut.

  41. FlorentNaldeau dit :

    C’est effectivement tout en exploit pour BS d’avoir réussi à percer dans presque tous les segments de l’électorat au Nevada et il faut lui en accorder le crédit. Mais on ne peut pas projeter ces résultats en bloc sur les autres États à venir. D’une part la démographie et la tradition politique varient de l’un à l’autre, et même à l’interne. En Californie par exemple, il y a les grands centres plutôt libéraux, mais il y a aussi de nombreuses régions plus rurales et des poches de populations récemment arrivées au pays, qui ont souvent été opposées aux réformes sociales fréquentes dans cet État; de l’autre côté du continent, la ville de NYC et le nord de l’état de NY sont très différents à bien des points de vue.

    De plus, comme comme le souligne M Hétu il faut prendre les résultats d’hier avec un cuillerée à soupe de sel statistique. Ce qui assure la validité d’un échantillon c’est non seulement sa taille mais aussi sa représentativité, qu’on obtient par un processus de sélection réfléchi, selon des principes scientifiques éprouvés. Ici, on a affaire à un échantillon auto-sélectionné, entre autres en raison du mode de scrutin; il est déjà assez difficile de faire se déplacer une bonne partie des électeurs et de les faire attendre un 10-15 minutes seulement au bureau de scrutin. Un caucus, où il faut rester jusqu’au bout si on veut que notre vote compte lors des tours successifs, présente un défi bien plus grand. Nombre de gens auront choisi de rester à la maison. Peut-être feraient-ils un autre choix que BS dans un vote plus standard dont ils ne se seraient alors pas abstenus.

    Je ne répéterai pas tout ce que j’ai dit sous d’autres billets et me contenterai de répéter simplement la nécessité pour les opposants à BS de se réveiller et de faire les choix pragmatiques qui s’imposent s’ils ne veulent pas que la poursuite de leurs multiples candidatures ne fasse qu’entretenir le morcellement d’une option de rechange crédible à BS et assure sa victoire, alors qu’eux-mêmes le déclarent pourtant nuisible pour l’avenir du pays et du parti. Il est temps pour eux de faire passer l’intérêt global de l’aile centriste devant leur orgueil personnel.

    À les voir aller, je doute qu’ils le fassent à temps pour que cela ait un effet réel.

  42. papitibi dit :

    InfoPhile a raison. The Lancet a raison. Sanders a raison. Medicare For All – un régime UNIVERSEL, coûterait moins cher ‘on the long run’, tout en permettant de mettre fin au pillage des ressources financières que pratiquent les assureurs au profit de leurs actionnaires.

    ON THE LONG RUN?
    C’est justement ça, le problème. Collectivement, les Ricains ont du mal à le mesurer.

    Il y a les bénéfices d’ordre médical – il coûte plus cher de se passer des soins requis lorsque requis que de reporter à plus tard et finir par frapper un mur. Ne pas soigner sa dentition à 20 ans, c’est acheter au futur vieillard des problèmes de santé qu’il coûtera très cher de soigner dans 30 ou dans 60 ans.

    Mais il y a aussi cette foi qu’a le tit-coune de 20 ou 30 ans en sa propre invincibilité. Désolé de me citer en exemple mais j’ai eu 20 ans, j’ai eu 30 ans, j’en ai eu 50, et j’en ai maintenant septante. À 20 ans, à 30 ans, je n’avais besoin que de 3 aspirines, deux advil, une tylénol, une fiole de sirop pour la toux pis c’est toutte; avec ça, j’étais bon pour une année complète!

    Si on m’avait demandé d’adhérer à 20 ans à un régime universel, c’est sûr que j’aurais été réticent. À vrai dire, plutôt FERMEMENT opposé, pcq ça m’aurait coûté pas mal plus cher.

    Raisonnement de tit-coune, qui ne sait pas encore que dans 20 ans, dans 40 ans, ça sera plus pareil pantoute! Quel que soit l’angle sous lequel on regarde les choses, avec le recul, le p’tit vieux que je suis devenu aimerait bien jouir aujourd’hui de sommes qu’il aurait lui-même investies dans un régime à cotisation obligatoire. Et auquel il n’avait PAS souscrit puisque à l’époque, je ne comptais que les bénéfices immédiats VS les coûts immédiats.

    À 40 ans, j’avais pas besoin d’injections dans les yeux (et je sais combien il en coûte à l’État – honoraires de l’ophtalmo, frais de déplacement depuis son lieu de résidence, coût des doses de Eylea, etc). À 40 ans, je savais pas encore que je deviendrais 10 ans plus tard un passager régulier de l’avion-ambulance. Mais j’ai rien fait pour diminuer les risques puisque je me savais invincible; à 40 ans, j’vas-tu emprunter pour défrayer des frais médicaux ou hospitaliers, alors que ma conjointe et nos enfants préfèrent kek chose plusse GLAMOUR?

    Si, à l’échelle d’une vie entière, les soins prodigués au dividu XYZ auront coûté 100000$, alors en quoi ce même dividu y trouvera-t-il son compte dans le fait d’engraisser les actionnaires de son assureur privé pendant 10, 15 ou 20 ans? Pendant ces années où sa jeunesse le met à l’abri des grosses dépenses d’ordre médical?

    = = =

    Cela dit, et je n’en démords pas, la politique, c’est le domaine de la peur. À souère, on fait peur au monde… on aura pas de mal à les convaincre que les socialissses/communisssses vont leur vider les poches et…

    Je m’arrête ici, de crainte d’enflammer Frédéric Jobin. À cause que le Frédo, il semble avoir un peu de mal à me ‘décoder’.

  43. danielm dit :

    Pendant que nous discutons de questions essentielles comme la politique internationale ou un régime de santé universel tel que prôné par Bernie Sanders, le président des États-Unis donnent son opinion sur le choix des oscars lors d’une assemblée publique, Tout de même impayable, ce Donald Trump!

    1. Haïku dit :

      Parasite ? 😉

  44. jcvirgil dit :

    @papitibi

    Et voilà. C’est l’expérience qui parle 😎.Je suis pas mal dans la même situation.

    Très peu de visites chez le médecin jusqu’à la soixantaine. Je croyais qu’avec une bonne forme physique , arreter de fumer, une hygiene de vie correcte , une bonne alimentation , j’etais a l’abri des troubles de santé.

    Depuis un cancer m’a rattrapé, une opération, des radiothérapies tous ces examens et bobos qui viennent avec l’âge.

    Finalement je me dis que c’est une bonne affaire d’avoir investi depuis les snnees 70 tout cet argent en taxes et impôts dans un régime universel d’assurance santé.

    On vieillit quand même mais on est surement moins inquiet du lendemain que nos voisins du sud !

    1. Haïku dit :

      @jcvirgil
      J’espère que vos problėmes de santé sont temporaires.

      1. jcvirgil dit :

        @haiku

        Merci c’est gentil. Pour l’instant ça se replace, mais assurances pas assurances on connait la fin de l’histoire… La question c’est comment s’y préparer 🙂

  45. FlorentNaldeau dit :

    @InfoPhile, 17h48 « Pas de problème dès lors qu’ils vont comprendre qu’une assurance santé universelle leur coûtera pas mal moins cher. Il suffit qu’ils en soient informés. »

    Cette affirmation repose sur la prémisse selon laquelle les électeurs font des choix rationnels dès qu’ils sont en possession des faits. J’aimerais bien que vous ayez raison, mais tout ce que j’ai observé de la politique (ÉU, Canada et ailleurs) me prouve qu’il n’en est rien et qu’il est imprudent de se fier à l’intelligence collective de l’électorat. Cynisme désabusé qui ne fait que s’accentuer avec l’âge.

    Je crois que la réticence des états-uniens envers les nouveaux programmes sociaux et la résistance habituelle aux changements limiteront la portée de faits ou d’analyses qui confirment le bien-fondé financier ou social d’un régime universel d’assurance-maladie.

  46. Igreck dit :

    HS
    Vous voulez voir le portrait (et le comportement) d’un électeur de Trump (un électrump) ?

    https://www.journaldemontreal.com/2020/02/23/il-defend-son-gazon-avec-son-fusil-ar-15-1

  47. InfoPhile dit :

    @FlorentNaldeau

    Ce que vous dites est tout à fait plausible et même probable. D’ailleurs, souvent vérifié.

    Néanmoins, il faut lutter contre l’ignorance et la bêtise. Bernie a l’immense mérite d’amener sur le tapis une option très positive avec fougue et dans un esprit indéfectiblement respectueux de la démocratie, pacifiquement. C’est glorieux !

    La cause progresse, la lutte à l’égalité des chances et pour la migration économique n’est pas vaine. Il en restera toujours quelque chose et qui sait ? Nous sommes condamnés à l’action, l’abdication n’est pas une option. Jamais.

  48. citoyen dit :

    au lieu de faire du saying shitting, les campagnes présidentielles devraient respecter un certain niveau de standard et de standardisation pour s’assurer que la campagne électorale soit le reflet de ce qui va se passer dans la réalité.

  49. citoyen dit :

    étant donné que personne ne se parle et personne ne s’écoute, la politique devrait penser à adopter une charte des droits de la coexistence, des couples, des concitoyens et du communautaire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :