Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«J’ai des nouvelles pour l’establishment républicain. J’ai des nouvelles pour l’establishment démocrate. Ils ne peuvent pas nous arrêter.»

Bernie Sanders, sénateur indépendant du Vermont et candidat à l’investiture démocrate, dénonçant sur Twitter l’élite des deux grands partis américains, à la veille des caucus du Nevada qui devraient raffermir sa position dominante chez les démocrates.

(Photo AFP)

222 réflexions sur “La citation du jour

  1. sorel49 dit :

    A bâbord toute !!!

    1. Pierre dit :

      Directement du centre de accueil.

      1. mazou884 dit :

        Du centre d’écueil?

      2. Haïku dit :

        @mazou884
        😉👌
        Ajout amical:
        -« La politique est l’écueil où viennent se briser les vagues de peuples. »(A. Daoudi).

  2. Louise dit :

    Preuve de plus que Bernie Sanders ne travaille pas à l’intérieur du parti démocrate.
    Sanders travaille pour Sanders.

    1. lechatderuelle dit :

      Louise, trump a fait exactement le même coup au parti Républicain en 2016 et il a passé….

      si c’est bon pour pitou, c’est bon pour minou se dit Sanders….

      1. monteregien dit :

        Je peux me tromper, mais je crois que cette analyse est erronée, parce que pris entre deux extrêmes (gauche et droite – et je réalise que les idées de Sanders ne sont pas si à gauche que ça, mais aux É.-U. elles le sont), je suis convaincu que les Américains préfèrent pencher à droite. Rappelez-vous que même l’Obamacare – vraiment pas si à gauche que ça – a fait perdre à Obama ses deux majorités, à la Chambre des représentants et au Sénat.

      2. Le Champ dit :

        Tout a fait d accord , Bernie veut s’appuyer sur sa base et non l’establishment comme l’a fait Trump et le partie Démocrate va faire comme celui du GOP il va suivre. Attendez-vous a une femme comme co-listière qui ? Les paris sont ouvert !!!!

    2. gigido66 dit :

      @Louise
      👍👏tout est dit! Ça se voit, ça se sent et ça s’entend!

    3. jcvirgil dit :

      @ Louise

      Vous croyez ? Le gars est millionnaire comme tout sénateur américain . À l’âge où il est rendu ne pourrait-il pas être tout simplement motivé par le désir de changer la société américaine et d’y apporter plus de justice avant de tirer sa révérence ?

      Peut-être travaille t-il pour l’ensemble des américains aux prises avec une société de plus en plus inégalitaire.
      Bref pour tous ces Américains qui ne font pas partie des ultras-riches et de la classe moyenne supérieure qui ont des bonnes jobs au gouvernement , dans les agences de sécurité et dans les grands médias et qui sont aux prises avec un recul constant de leur condition de vie .

      1. Louise dit :

        Jcvirgil

        C’est son approche polarisante et agressive qui est problématique. Les américains sont assez divisés comme cela, inutile de souffler sur les braises.

      2. Igreck dit :

        @jcvirgil
        S’il veut vraiment faire quelque chose de positif pour ses compatriotes… et pour le monde entier… il doit d’abord travailler à déloger le désastre ambulant qui occupe l’Exécutif. Ensuite, il pourra insuffler un vent de changement dans un pays d’arriérés qui en a grandement besoin.

    4. xnicden dit :

      C’est tout à fait juste. Ce message sous-entend que s’il perd la nomination c’est un candidat de l’establishment qui gagnera. Ce qui justifiera ses supporteurs qui détestent l’establishment de ne pas aller voter en novembre. 2016 version 2.0.

    5. chicpourtout dit :

      @Louise 8h18
      En effet…
      Mais malgré sa bonne volonté, il n’arrivera pas à contrer « la machine de trompette et de ses alliés étrangers »…

      Ils n’ont pas encore compris que cette élection n’est pas « ordinaire ». Elle requiert une stratégie et une mobilisation qui n’est « pas ordinaire » pour vaincre non seulement cette course mais les élections à venir.

      Les Démocrates aurait sérieusement besoin de faire équipe ensemble au lieu de se diviser dans du « chacun pour soi ». Diviser pour régner ne fonctionnera pas cette fois-ci… Leur goût individuel du pouvoir et leur ego les fera perdre… La situation leur commande d’être « extraordinaire » rien de moins et d’innover.

      Imaginez, les frais de cette élection… tout cet argent qui pourrait contribuer à la communauté en repensant brillamment à la stratégie et faire front commun à trompette.
      Poutinedoit être mort de rire… car c’est lui qui va encore gagner!!!

      1. Dekessey dit :

        « il n’arrivera pas à contrer « la machine de trompette et de ses alliés étrangers » »

        Personne ne peut affirmer ça.
        C’est effectivement une élection pas ordinaire. C’est même historique.
        Il y aura un représentant démocrate élu, et le parti va se ranger derrière lui pour novembre.
        D’ici là, attachez votre tuque.

      2. chicpourtout dit :

        @Dekessey
        Très juste merci de votre transmission. Une chose est sûre, c’est à suivre…

    6. Dekessey dit :

      @Louis:
      « Sanders travaille pour Sanders. »

      Faux. Sanders est un outsider comme Trump, mais là s’arrête la comparaison.
      Sanders travaille pour un idéal. Justice sociale. Soins de santé universels. Gratuité scolaire. Des choses comme ça.

      1. Robert Giroux dit :

        Le genre de « choses » dont la plupart des américains ne veulent pas !
        FOUR MORE YEARS … FOUR MORE YEARS… FOUR MORE YEARS !!

  3. lechatderuelle dit :

    on voit qu’il vise ceux qui détestent les « systèmes » et qui ont, selon plusieurs, majoritairement voté pour trump qui promettait de les sortir de Washington…. ou qui ont passé leur tour sans voter….

    trump a, selon plusieurs, réussit à les attirer vers lui…
    Sanders tente la même stratégie…

    bon… on verra…

  4. Henriette Latour dit :

    trump et son mur peut-être?

    1. Dekessey dit :

      Même pas, son mur tombe tout seul.
      🙂

      1. Henriette Latour dit :

        Dekessey

        Je parlais du mur de sa secte.

  5. ghislain1957 dit :

    Il utilise ici la même stratégie que gros 🤡 clown 1er. Diviser pour mieux régner.

    Réélection de tRumpy garantie ou argent remis.

    1. lechatderuelle dit :

      ghislain1957 la réélection de trump ne sera pas à cause de … on peut écrire cette ligne pour chaque candidat démocrate….

      aucun des candidat démocrate ne peut se vanter de pouvoir ébranler trump ….
      les 2 eme mandat sont très difficiles à faire basculer… il faut des événements majeurs pour que ça arrive….

      et actuellement trump surfe sur une vague économique sans pareille… alors considérant les humains comme des adeptes de la routine, pourquoi les Américains changeraient un truc qui n’est pas brisé…., se disent-ils….

  6. POLITICON dit :

    Ne crache pas dans la soupe des autres trop vite Bernie. Il devrait plutôt travailler à tenter de les convaincre, les rassurer, agir en potentiel POTUS qui s’efforce d’unir sans occulter ou fouetter une strate de la société. Qui plus est, même si Bernie n’aime pas trop la richesse il vaudrait mieux pour lui à cette étape de ne pas trop se les mettre à dos. C’est tout de même eux qui financent les autres candidats, qui sont les employeurs d’une grande partie de la masse salariale et avec qui il devra composer quotidiennement pour ne pas affoler Wall Street. Wall Street, ca reste quand même un élément important pour un potentiel POTUS.

    1. monsieur8 dit :

      Je dois avouer qu’il a un côté belliqueux et un peu arrogant qui agace.

      Mais bon, il a le meilleur programme…

      1. monsieur8 dit :

        Désolé. Commentaire mal placé. Ce n’était pas une réponse à Politicon.

      2. jcvirgil dit :

        Ça donne rien d’avoir le meilleur programme quand les médias s’acharnent à débusquer les côtés négatifs de sa personnalité. Cette semaine le Wapo titrait :

        *Il est temps de donner aux élites une place plus importante dans le choix du président *, avant de le retirer devant l’avalanche de commentaires négatifs sur les médias sociaux.

      3. kelvinator dit :

        « quand les médias s’acharnent à débusquer les côtés négatifs de sa personnalité.  »

        C’est la politique américaine depuis une génération.
        Sanders n’est pas plus victime que les autres.

        « avant de le retirer devant l’avalanche de commentaires négatifs sur les médias sociaux. »
        Laissez-moi devinez quel partisans revendiquent la censure contre une opinion qu’il ne partage pas? Trump ou Sanders? Les deux voyons!!

    2. kelvinator dit :

      Effectivement, Sanders semble croire que le président a des pouvoirs si grand qu’il n’a pas besoin du congrès pour passer ses réformes…

      Comme vous l’indiquez, essayer de bruler les ponts aussi tôt ne peut que se retourner contre lui, mais au moins il montre ses vrais couleurs. Ce qui devrait renforcer l’opposition anti-populiste au sein du parti démocrate. Il faudrait seulement qu’un ou deux ou trois centristes se désistent pour arrêter de diviser le vote avant le super tuesday, mais l’ego est un adversaire redoutable, surtout en politique américaine!!!

      1. jcvirgil dit :

        @kelvinator

        Laissez-moi devinez quel partisans revendiquent la censure contre une opinion qu’il ne partage pas? Trump ou Sanders? Les deux voyons!!
        *******

        Vous n’en savez strictement rien ‘ mais vous aimez bien extrapoler selon votre opinion et prêter des intentions aux autres, comme lorsque vous écrivez d’ailleurs; *Comme vous l’indiquez, essayer de bruler les ponts aussi tôt ne peut que se retourner contre lui, mais au moins il montre ses vrais couleurs.*

        J’ai jamais écris ça ! Contentez vous donc de donner votre opinion sans falsifier celle des autres !

      2. kelvinator dit :

        « J’ai jamais écris ça !  »
        Certainement, puisque le commentaire ne vous était pas adressé…
        Il était adressé à POLITICON !! C’est le précédent qui vous était adressé, celui avec votre nom à coté du mien.

        « Vous n’en savez strictement rien »
        Vous m’accusez de ne pas savoir de quoi je parle, pour ensuite m’accuser « [d’]extrapoler selon votre opinion et prêter des intentions aux autres »? N’est-ce pas ce que vous faites en insinuant mon ignorance? En plus de l’erreur sur le commentaire, mais dans ce cas-ci on peut le pardonner puisque c’est une erreur, qui vous a piqué au vif il paraît! Désolé!

  7. jcvirgil dit :

    Bon la *sandersphobie * va t-elle remplacer la russophobie sur le radeau de la méduse en perdition démocrate ? En tout cas la photo choisie pour coiffer le billet n’est pas à son avantage 🙂

    1. kelvinator dit :

      Puisque la Russophobie est une conspiration poussé par FOX news pour diviser le démocrates, puisqu’il y a eu hors de tout doute ingérence de la Russie, alors oui, la Sandersphobie est exactement pareil. Une conspiration poussé par FOX pour diviser le parti démocrate.

      Et vous tombez dans le panneau.

      1. jcvirgil dit :

        Puisque la Russophobie est une conspiration poussé par FOX news pour diviser le démocrates,
        *************

        Mauvaise lecture la russophobie avec le complot russe ont été moussés dès les lendemains de l’élection par John Brennan et ses sbires pour tenter de défaire le choix des Américains et de leurs grands électeurs à la présidence.

      2. kelvinator dit :

        « John Brennan et ses sbires pour tenter de défaire le choix des Américains et de leurs grands électeurs à la présidence. »
        Évidemment!!
        Les preuves sont légions!!

  8. Apocalypse dit :

    La citation de Bernie Sanders, je savais que j’aurais dû rester couché 😢.

    Rien qu’une fois, une seule fois, cet homme pourrait-il dire quelque chose pour qu’on puisse dire, WOW 🤣, comme c’est allumé, voir brillant!

    1. P Lacerte dit :

      On se dit la même chose de l’ordure orangée…. à la difference qu’on ne retient pas notre souffle en attendant….

  9. nemiscau dit :

    Bernie Sanders risque d’affaiblir le Parti Démocrate et peut-être même le faire éclater lit-on souvent ces derniers temps. Et puis après?

    En fait, ce serait une très bonne chose à moyen et long terme…en autant que le Parti Républicain se retrouve au même endroit et ne puisse revenir en force. Après la tornade destructrice de Trump et cie, que restera-t-il du Parti Républicain?

    Le Parti Démocrate actuel est vendu à Wall Street et prône encore l’impérialisme américain (y compris ses plus sombres manifestations) partout dans le monde. Seulement un progressiste (comme Warren ou Sanders) peut enfin commencer à sortir les Etats-Uniens du type de société hyper-individualiste et inégalitaire dans laquelle ils s’enfoncent de plus en plus.

    Michael Bloomberg aura bien de la difficulté à promouvoir quelconque changement progressiste et j’ai bien peur qu’il ne réussisse même pas à être perçu comme un modéré (mais plutôt comme un Conservateur capitaliste) aux yeux de nombreux électeurs états-uniens qui pourraient encore rester chez eux plutôt que d’aller voter Démocrate en novembre prochain.

    Depuis 2016 que je crois que l’horrible candidature de Trump est une chance inouïe de laisser passer un candidat plus progressiste vers la Maison-Blanche. Bernie Sanders n’apparaît peut-être pas comme le candidat idéal pour certains, mais il risque d’aller chercher bien plus de votes que Bloomberg au final.

    De toute façon, il apparait minuit moins une (sinon minuit dépassé) pour tasser Sanders et réussir à vendre un candidat démocrate centriste auprès des électeurs progressistes. Et sans leur vote, tout candidat modéré n’arrivera pas à tasser le Gros Dégénéré Orangé de la
    présidence.

    Entre Trump (et sa présidence désastreuse et immorale) et Sanders (qui n’aura pas le choix de revenir tôt ou tard à des positions plus centristes), je ne comprendrais pas qu’un partisan démocrate et/ou un anti-Trump n’aille pas voter pour Sanders. Entre deux risques, il faut savoir choisir le moindre trancheront sans doute ainsi les indécis…et ils sont déjà rendus là, que l’establishment démocrate le veuille ou non.

    1. Moma dit :

      D’accord. Réaliste en deux temps
      1. Mobilisateur pour la campagne
      2. Adaptation au réel dans l’exercice du pouvoir.
      Reste à espérer un respect minimum du droit et de l’intérêt commun.

    2. A.Talon dit :

      «Michael Bloomberg aura bien de la difficulté à promouvoir quelconque changement progressiste»

      Gorbatchev, ça vous dit quelque chose? Et Jean XXIII? Perestroïka (1985) et Vatican II (1962). Il faut parfois provenir du sérail pour être en mesure de provoquer les changements nécessaires au bien-être de la société. Dans le cas de Bloomberg, on pourrait être assuré qu’il aurait toute la confiance des milieux d’affaires et des conservateurs modérés pour ce faire.

    3. A.Talon dit :

      «et Sanders (qui n’aura pas le choix de revenir tôt ou tard à des positions plus centristes)»

      N’a-t-on déjà pas dit la même chose du gros Drumpf lors de la campagne présidentielle de 2016? Et, plus loin en arrière, n’a-t-on déjà pas aussi dit la même chose d’un certain petit moustachu allemand qui vociférait sa haine des Juifs et des socialistes? Parfois, l’étiquette sur l’emballage décrit exactement le produit…

    4. kelvinator dit :

      Il faut toujours faire attention de projeter ses propres opinions et positions sur l’ensemble du peuple américain. Ils savent mieux que vous ce qu’ils veulent ou pas.
      On peut difficilement prendre votre analyse du parti comme objectif : « Le Parti Démocrate actuel est vendu à Wall Street et prône encore l’impérialisme américain  »

      Bref, une autre manifestation de la politique de la terre brulé, ou Trump a tellement fait de mal au pays qu’on doit continuer dans la même direction et perpétuer le populisme divisif, exacerbant encore le problème central de la politique américaine : la partisanerie et le tribalisme.
      Sanders ne ferait qu’accentuer encore davantage ces problèmes, au détriment des démocrates, des idées progressistes. La terre brulé, la meilleure manière de se tirer dans le pied!!

  10. Apocalypse dit :

    @monsieur8 – 08:34

    ‘Mais bon, il a le meilleur programme…’

    Si vous parlez de Bernie Sanders, alors là, c’est drôle 🤣.

    Le programme de Bernie Sanders est un chef-d’oeuvre de pensée magique. Effectivement, il y a de bonnes idées dans son programme, mais la question est: ‘pourrait-il les implanter aux … Etats-Unis’?

    1. POLITICON dit :

      Je vous rejoins avec votre commentaire. Sanders a un programme qui cadrerait bien pour le Canada. Mais pour les É.-U., ca va faire cric crac.

      1. Igreck dit :

        Oui. C’est un programme crack-pot aux Zétats !

    2. Madalton dit :

      Bonnes idées et bon programme mais il doit être implanté progressivement sur une génération.

  11. Dégénération Nation dit :

    Eh bien…Sanders réalise ce que les progressistes comme glenn greenwald, aaron maté et micheal tracet répètent depuis longtemps…les armes de ‘russiagate’ peuvent être tournées contre ĺui lorsque le moment sera opportun…et c’est exactement ce qui s’est passé hier…

  12. Robert Giroux dit :

    Les supporteurs de l’Andouille-en-chef:
    GO BERNIE GO …

    FOUR MORE YEARS !
    FOUR MORE YEARS !
    FOUR MORE YEARS !

    1. Haïku dit :

      On divise la caisse de douze de Bernie par ses dires exagérés, et effectivement ça donne FOUR MORE YEARS

  13. Big_Bird dit :

    Sanders est en tête mais la vague qui le porte est constituée de jeunes rêveurs qui pensent détruire les lobbies et détruire ce mécanisme qu’est le capitalisme. On le voit partout, en ce moment même a Brossard, avec ses pancartes  » F… Colonialism ». Je comprends que les jeunes puissent rêver à la fin de la destruction de nos ressources, j ai dans la soixantaine et moi aussi je trouve révoltant l’inaction des gouvernements, de la société en général mais, il faut aussi admettre que l’argent est le moyen le plus corrompu pour arrêter les mouvements. Tant et aussi longtemps que les lobbies seront présents, aucune avancée ne sera faite. Les jeunes peuvent bien rêver avec Sanders, mais si Sanders se retrouve avec un Congrès et Sénat républicain, ils ne seront pas plus avancés, on aura perdu la chance de peut-être vider la vraie swamp qui s’est installée à la Maison Blanche.

    Je lisais un article sur un Trump qui insultait Bloombert au lendemain du débat de cette semaine. Il semble qu’il ne faut peut-être pas mettre Bloomberg de côté si rapidement. Il faut toujours se douter d’une mer trop calme, on ne sait jamais quel Tsunami peut arriver soudainement. Bloomberg est peut-être celui qui fait le plus peur à Trump voyant que Trump l’attaque de plus en plus.

    Il n’y a pas de Sanders dans les « tweets » du gros moron, on voit Bloomberg. De plus, s’il est vrai que la Russie essaie de favoriser Sanders pour les démocrates, il y a sûrement une raison:Sanders ne fait pas le poids contre le gros orangé. On est encore foutu pour 4 années

    1. sorel49 dit :

      Sanders pourrait gagner dans l’est et dans l’ouest, mais L’Idiot sera pour 4 autres années avec la majorité des grands électeurs comme en 2016.

    2. lechatderuelle dit :

      Big_Bird c’est le propre de la jeunesse et c’est rafraichissant…

      on a eu notre moment de rêver à faire autrement mais au Québec on a préféré plier le genou 2 fois….

      la jeunesse doit avoir des idéaux très élevés….

  14. Moma dit :

    Quel cheval a le plus de chance de gagner la course ?
    Peut on s’en tenir à cette question…et garder le débat après avoir battu Trump ?

  15. A.Talon dit :

    «J’ai des nouvelles pour l’establishment républicain. J’ai des nouvelles pour l’establishment démocrate. Ils ne peuvent pas nous arrêter.» (B.Sanders)

    Quelle arrogance, on dirait l’un des porte-paroles de Québec Solitaire. Sanders peut bien être devenu la nouvelle arme secrète des Russes pour favoriser la réélection du Drumpf…

    1. chicpourtout dit :

      @a. Talon 9h49
      Voilà un moment que je me dit la même chose… et cela est une bonne hypothèse non?….

  16. A.Talon dit :

    «Bernie Sanders, sénateur indépendant du Vermont et candidat à l’investiture démocrate»

    Ça parait en lisant cela que la démocratie se porte mal dans ce grand pays déboussolé. Rien que ça, le simple fait d’avoir toujours refusé d’être sénateur sous l’enseigne démocrate, devrait pourtant suffire à discréditer définitivement ce grossier opportuniste rêvant de la chefferie démocrate.

    1. Igreck dit :

      Le bipartisme exacerbé conduit les outsiders à vampiriser l’un des deux grands partis pour avoir une petite chance sinon de gagner un investiture au moins d’influencer l’évolution de leur société. Des décennies de grafignages pour Bernie chez les « Ânes » mais quelques années seulement pour Trompe chez les « Éléphants » !

  17. Samati dit :

    L’objectif ultime de la prochaine élection devrait être de battre Trump et de prendre le contrôle des deux chambres du congrès, pas de faire une tentative de révolution sociale, pour laquelle les USA ne sont pas prêts.

    Une victoire de Sanders ou Warren garantit la réelection de Trump et éventuellement le contrôle de conservateurs à la cour Suprême pour les 15 prochaines années, ce qui mettrait fin à toutes possibilités de changement structurel dans la société américaine. Un désastre annoncé …

    De son côté Warren continue d’attaquer personnellement Bloomberg sur toutes les tribunes où elle a accès plutôt que d’attaquer son programme. Elle se met à dos une large frange d’électeurs qui ne pourront lui pardonner ce comportement mesquin digne de Trump. Une stratégie autodestructrice…

  18. Mabuse dit :

    « Ils ne peuvent pas nous arrêter »…

    Le gant est jeté! Ce n’est pas l’establishment qui doit l’arrêter, mais les modérés: il serait temps de forger les alliances. Mais les américains sont trop individualistes, ils ne le feront pas. La planète se prépare à un autre mandat Trump. Réélu avec une majorité du vote populaire, il sera omnipotent aux USA qui seront impotents ou presque en occident, sauf pour diviser et semer le chaos.

  19. A.Talon dit :

    «J’ai des nouvelles pour l’establishment démocrate. Ils ne peuvent pas nous arrêter.» (B.Sanders)

    Au fait, ne serait-ce pas une déclaration de guerre en bonne et due forme contre ce même parti dont il rêve de prendre les rennes? Drôle de façon de susciter l’adhésion de tous à son projet de gouvernance socialiste, en tout cas. Il n’y a pas à dire, c’est tout un rassembleur le bonhomme…

  20. Alexander dit :

    Trump est à droite.

    Sanders est à gauche.

    Chacun a sa base. Les deux représentent les extrêmes des EU.

    Le problème, c’est que la culture américaine est de centre droite et plus conservatrice. Pas juste les riches, la population en général.

    Donc, entre les deux extrêmes, les modérés vont toujours préférer voter à droite.

    C’est pour ça que le discours démocrate doit tendre vers le centre. Obama et Clinton sont les derniers en liste pour qui ça a marché, deux mandats plutôt qu’un.

    C’est la lecture des Biden et Bloomberg de ce monde. Pour faire des changements, faut d’abord accéder au pouvoir. Règle numéro Un.

    Si les démocrates tendent trop à gauche, ben ils vont perdre pour quatre ans par leur propre faute. Et ce sera too bad.

    Leur choix.

    1. lechatderuelle dit :

      Alexander… Sanders à gauche?? vraiment….

      Ces idées confrontent les USA, mais ce pays est à droite de la droite…

      étrange quand même que la gauche semble un monstre dans ce pays que la droite gère depuis le début de ce pays et on voit le vide de filet social dans ce pays… et en plus les gens auraient peur d’être mieux protégés….

      misère….

      La pire chose qui peut arriver est que les politiciens se maquillent en fonction de la saveur du mois chez les électeurs…
      Les électeurs sont un troupeau qui n’aime pas le changement… alors si les politiciens se déguisent en ce que les électeurs aiment, alors là, ça va tourner en rond….

      les politiciens doivent forcer les électeurs à bouger…. avec des idées…

      pas du bitchage les uns sur les autres…

    2. Dekessey dit :

      La « gauche » qui se manifeste ainsi aux USA c’est rafraîchissant, surtout avec la montée de la droite que nous voyons actuellement un peu partout à travers le monde.
      Sanders n’est peut-être pas le candidat idéal, mais son message porte! Un vieillard de 78 ans qui motive la jeunesse, beau paradoxe!
      Arrêtez de focusser sur Sanders-le-méchant-qui-va-faire-réélire-Trump, tout peut arriver. C’est le mouvement qu’il faut voir. Et n’oubliez pas qu’une bonne part des électeurs de Trump sont aussi une clientèle pour Sanders.

  21. Apocalypse dit :

    @POLITICON – 09:07 et @Madalton – 09:23

    Bien entendu, des idées sont bonnes, mais l’échéancier pour les implanter est complètement irréaliste. Effectivement, il faudrait dix, quinze ans pour les implanter, si jamais …

    Je disais au début de la semaine que j’avais écouté le 1er épisode de la saison John Oliver qui parlait du système de santé aux Etats-Unis et un système comme le nôtre au Canada et aussi en Angleterre; après l’émission, tu te dis que Bernie Sanders vit complètement déconnecté du reste de l’univers s’il pense remplacter TOUT le système américain par un guichet unique. Ca pourrait se faire, mais à petit pas sur une très longue période.

    Ne pas oublier que les Etats-Unis ne connaisse qu’un système où tout est géré par le privé, qui emploie des millions de personnes et tu veux tout mettre entre les mains du gouvernement: GOOD LUCK 😢.

  22. A.Talon dit :

    Bernie Sanders me fait de plus en plus penser à Tullius Detritus, le célèbre personnage du 15e album d’Astérix, «La zizanie». Ce fauteur de trouble professionnel avait été envoyé par les Romains dans le petit village gaulois d’Astérix afin d’y semer disputes et dissensions.

    *https://pbs.twimg.com/media/C8GwCqxXkAAAixi?format=jpg&name=240×240
    *https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Zizanie_(Ast%C3%A9rix)

    1. A.Talon dit :

      Vrai qu’on peut dire exactement la même du Drumpf en remplaçant «Romains» par «Russes» et «village gaulois» par «USA». Affaiblir l’ennemi par la division est une tactique très efficace depuis des temps immémoriaux. Le Canada français en est un bel exemple depuis la Conquête…

  23. kelvinator dit :

    -Il attaque les critique défavorable comme Fake News, insinuant un complot de médisance.
    -Il s’attaque souvent à son ennemi juré, Jeff Bezos, Amazon et le Washington Post.
    -Il attaque l’establishment politique, les accusant d’être corrompu.
    -Il ne se trompe jamais, ses critiques ont toujours tort.
    -Il et le seul capable de mener le peuple américain vers une nouvelle grandeur.
    -Il est le seul capable de défendre les intérêts des gens ordinaires.

    Trump ou Sanders???

    1. Mabuse dit :

      Bernie est un Cas..Sandres..

      1. Igreck dit :

        Ouf !

  24. chrstianb dit :

    Que ce soit Sanders ou trump comme président, Poutine en sera satisfait. Tout pour polariser et diviser la société américaine. Poutine mène cette guerre d’influence sur deux fronts: un à l’intérieur des États-Unis et l’autre à l’extérieur comme la désinformation internationale sur le coronavirus. Les Russes semblent avoir sortie des boules à mites leur technique de l’opération INFEKTION pour colporter des mensonges sur la provenance du coronavirus COVID-19 en disant que c’est la CIA qui a infecté la Chine pour la guerre commerciale de trump.
    Propagande de désinformation sur le coronavirus:
    https://www.lapresse.ca/international/europe/202002/22/01-5261991-coronavirus-washington-accuse-la-russie-de-desinformation.php
    Opération Infektion
    https://www.wikiwand.com/fr/Op%C3%A9ration_INFEKTION

    1. spritzer dit :

      @chrstianb

      « Le nombre mondial de cas du coronavirus n’a pas atteint son pic, donc la stratégie russe est d’exploiter l’environnement informationnel de façon très peu coûteuse mais très efficace, afin de semer la discorde entre la Chine et nous, ou pour des raisons économiques »

      Des raisons économiques?… Et c’est la Russie maintenant qui est responsable de semer la discorde entre les États-Unis et le Chine. Vraiment, ces tweets ont réussi cet exploit?

      « Ces opérateurs semblent avoir carte blanche pour semer la discorde », dit un responsable du département d’État, en affirmant que les trolls russes étaient autonomes et n’agissaient pas forcément sur ordre explicite. »

      Ah, de simples citoyens russes. L’article parle de milliers de comptes impliqués, ce ne serait pas plutôt des centaines ou des dizaines? En tout cas il en est venu aucun sur le blogue pour mousser cette théorie sur le coronavirus.

    2. spritzer dit :

      Ceux qui ont présenté cet information, le Global Engagement Center du département d’État, ont été pris à financer une campagne de harcèlement contre ceux qui désapprouvaient la politique agressive de Trump envers l’Ian, @IranDisinfo
      https://www.theguardian.com/us-news/2019/may/31/us-cuts-funds-for-anti-propaganda-group-that-trolled-activists

  25. onbo dit :

    @apocalypse

    Ce que simplement demande Bernie Sanders n’est en rien un horrible parfum de fin du monde. Les Républicains le font déjà abondamment dans leurs prises de décisions. Et ça s’appelle: « Winner Takes All ».

    L’idée de ‘delegates’ se comprend fort bien dans un siècle où on a ni radio, ni tv, ni téléphone, ni automobiles, ni tramways, et encore moins d’ordinateur, de tablette portable, de téléphone à domicile, de téléphone sans fil, de téléphone satellitaire ni de téléphone intelligent.

    On est passé en 2 siècles de la démocratie par procuration à la démocratie directe. Exemple: un référendum éclair par téléphone. Exemple: les sondages dont nous sommes inondés sont la preuve qu’on peut savoir ce que les gens pensent et veulent en quelques heures, par un échantillonnage et un calcul précis. A-on vraiment besoin d’un delegate pour faire connaître notre voix à 50 ou 2500 kilomètres de distance?

    Je pense que nos voisins du Sud en ont ras le bol de ce qui s’est passé depuis 20 ans avec les Pledged delegates dont la moitié ne sont même pas libres de voter à la convention selon leur conscience (29 États seulement sur 50 les autorisent à décider selon leur conscience.)

    Je pense que nos voisins du Sud en ont aussi ras le bol des Super Delegates, (qui eux ne sont pas « Pledged »), donc liés à personne ni à rien, mais qui peuvent renverser la majorité populaire au profit de la majorité par État, ou au profit de tout autre considération qui échappe aux électeurs de la base.

    S’il faut chercher des responsables de cet état de chose, j’oserais dire que le scandale de l’élection de Donald Trump vient en premier. Le chaos total de sa Présidence donne raison aux quelque 20 grands électeurs « républicains » qui se sont vu refuser de voter pour autre que Trump sous la menace de conséquences sévères pour leur carrière.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Faithless_electors_in_the_2016_United_States_presidential_election#Background

    Mais l’épisode « pledged delegates » avait déjà été annoncée dès 2008 quand Hillary Clinton se disait convaincue de gagner les Primaires grâce aux votes des pledged et super Delegates. Obama l’a emporté, mais seulement au mois d’Août.
    ……………..

    Il se pourrait qu’il y ait une lame de fond chez les Démoctates.
    Il se pourrait qu’il y ait une lame de fond aussi chez l’ensemble des Américains.

    Cela nous amène à la 3e cause des événements actuels: Monsieur Bloomberg. Un exemple, tiré du 1e lien de monsieur Hétu plus haut:

     »’ Vous, monsieur Apo, avez 600 dollars d’épargnes en banque. Vous achetez un sandwich au coût de 2 dollars et 75 cents.

    Votre voisin, monsieur Calypse, détient 64 milliards de valeurs et d’épargnes en banque. Il s’achète pour 350 millions de publicité vantant sa réussite professionnelle.

    Question: Qui de vous deux a grugé le plus de son capital? C’est vous monsieur Apo, avec votre sandwich qui ne vous a rien rapporté d’autre que de survivre jusqu’au prochain repas! »’

    Depuis quand, dans un parti démocrate d’une République démocratique où les moyens de communication sont à la portée de tous, doit-on s’agenouiller devant un millionnaire ou un milliardaire et l’élire pour sauver le Peuple? Si vous maitrisez vos outils quotidiens de communication (ce qui inclut de pouvoir fermer son twitter quand on le veut), vous êtes déjà sauvé, parce que vous savez poser un geste libre.

    Vous le savez pourtant très bien, vos commentaires depuis des années en témoignent, quand vous voyez un millionnaire ou un milliardaire se pavaner avec ses titres et ses châteaux (Trump?), cela signifie nécessairement qu’un nombre très grand de gens en sont devenus plus pauvres, parfois réduits à l’indigence. Quand on est pauvre mais fier, on ne vote pas pour que celui qui s’est enrichi de nous continue de s’enrichir de nous encore et encore. Simple dignité!

    On dit que dans la nature rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

    C’est la même chose en économie, micro ou macro économie.
    C’est la même chose en Économie Politique.

    Quand on s’applique à rendre se voisins plus autonomes, plus indépendants de soi et plus riches de nos propres idées,…. même avec 600 dollars à la caisse pop, on est déjà multi-milliardaire, parce qu’on ne manquera jamais de rien, parce qu’aucun souci ne nous habite ni ne nous réveille la nuit et parce qu’on peut décider de son agenda de vie, qu’il fasse moins 25 degrés ou qu’il tombe 30 cm de neige!

    Ceci n’est bien sûr qu’un point de vue.

    1. kelvinator dit :

      « cela signifie nécessairement qu’un nombre très grand de gens en sont devenus plus pauvres, parfois réduits à l’indigence. »
      C’est une conception erroné du marxisme comme quoi la richesse ne se crée pas, elle ne peut que se transférer, se voler. Si le bien ou service est vendu à prix raisonnable, et que le client l’accepte, il n’y a pas vol.

  26. Mouski dit :

    Je crois sincèrement qu’à la fin de cette course à l’investiture démocrate ça va être “ABS”. Anybody but Sanders. Du moins je l’espère.

  27. Frederic Jobin dit :

    Marrant… Plusieurs ici semblent dire que les américains sont soit trop idiots ou trop incompétents, pour avoir un système de santé universel… La grande majorité des sociétés modernes l’ont fait mais ça ne serait pas possible au States.

    Trop drôle…

    1. kelvinator dit :

      « Plusieurs içi », qui ça exactement?

      1. Frederic Jobin dit :

        Difficulté avec la compréhension de lecture? Tous ceux qui répètent que c’est impossible, tous les « pas aux USA »…

        Dans les faits, c’est ce qu’ils disent, que les américains sont trop idiots pour comprendre qu’un système de santé universel serait bénéfique pour tous, ou trop incompétents pour l’implémenter…

        C’est risible…

      2. kelvinator dit :

        Difficulté avec la compréhension de lecture? Vous êtes sérieux?! Vraiment?

        Ma question qui vous demande de clarifier un mot qui par définition est flou?
        Pouvez-vous expliquer cette réponse, ou c’est devenu un automatisme de prétendre que les critiques sont idiots? De la même manière que vous critiquez un opinion qui n’existe pas vraiment sur ce blogue… (« Dans les faits, c’est ce qu’ils disent[…] ») Qui affirme cela?

  28. MarcoUBCQ dit :

    C’parce que Bernie, tsé, cé le peuple que tu dois servir, cé pas te battre derrière un bar avec tes « ennemis ». Donald a réussit à faire de tous des ennemis de tous. Bravo Bernie, good job.

    1. Haïku dit :

      Fort bien dit ! 👌

  29. Apocalypse dit :

    @onbo – 10:26

    👍👍

    ‘Ce que simplement demande Bernie Sanders n’est en rien un horrible parfum de fin du monde.’

    Non, ce n’est pas la fin du monde et on apporterait un peu plus d’équité dans une société cruellement inéquitable.

    Un grand projet peut-être ruiné par un moment d’impatience et c’est le problème du programme de Bernie Sanders, il veut tout faire tout de suite et risquerait fort de ne rien accomplir, peut-être même empirer les choses.

    Dans le domaine de la santé, 1ère priorité, tu t’occupes des gens qui sont laissés à eux-mêmes, soit des millions et des millions de personnes, les autres ont des assurances, alors ils ne pas problématiques.

    Donald Trump n’a pas besoin de faire peur à des millions de personnes pour gagner la prochaine élection, une poignée pourrait suffire et le programme de M. Sanders va lui donner amplement de minutions.

    1. Igreck dit :

      À lire absolument, ce papier de Boucar Diouf sur les lèche-culs entourant l’Orange-outang !

      https://www.lapresse.ca/debats/opinions/202002/21/01-5261943-le-complexe-du-pygmee-albinos.php

      Comme disait Einstein, que la vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens ont l’air brillant jusqu’à ce qu’ils ouvrent la bouche.

      1. Haïku dit :

        @Igreck
        J’ai lu l’article de Boucar Diouf. Et effectivement, c’est le complexe de Napoléon .

  30. chicpourtout dit :

    H.S. Pour vous faire sourire en ce samedi am
    Bette MIdler via Twitter a répondu à trompette concernant ses commentaires au sujet du film «Parasite»… 😉
     »At his rally, #Trump complained about #Parasite winning the Oscar.
    I’m more upset that a parasite won the White House. »

    Source : https://www.huffpost.com/entry/bette-midler-donald-trump-parasite_n_5e504bdbc5b629695f5a99d6?ncid=engmodushpmg00000006

    1. A.Talon dit :

      «I’m more upset that a parasite won the White House» (B.Midler)

      Parasite. Voilà un terme qui définit parfaitement le gros mollusque orangé et sa famille de sangsues. À utiliser aussi souvent que nécessaire pour le faire rentrer dans le subconscient de l’électeur américain moyen…

  31. Gilles Morissette dit :

    Ce type devient de plus en plus inquiétant. Il a tous les travers de Tiny Brain.

    Démagogue, populiste, il sait soulever les bas instincts de sa base électorale comme Tiny Brain le fait avec la sienne.

    Ses fefans sont capables d’être aussi vindicatifs, et hystériques que ceux de Timy Brain

    Il n’est pas un joueur d’équipe et c’est ce qui le rend dangereux et imprévisible, comme Tiny Brain.

    Vous me direz qu’il ne ratisse pas dans le même électorat. Vrai mais les tactiques de « séduction » sont les mêmes.

    Les Américains pourraient donc avoir le choix entre un manipulateur de Droite qu,ils connaissent et un vieux socialiste fini qui est aussi manipulateur que l’autre.

    Entre les deux, ils vont vhoisir celeui qu’ils connaissent.

    « 4 more Years » !!.

    1. Samati dit :

      Sanders a une politique de droite (ou d’extrême droite diront certains) concernant les armes à feu. Il a voté contre des projets de lois visant un meilleur contrôle des armes à feu à plusieurs reprises. Ses positions sur ce sujet s’opposent à celles plutôt progressistes de Bloomberg.

    2. AB road dit :

      M. Morissette,

      « vous mettez le doigt en plein dessus », comme le dit le bon vieux dicton.

  32. ducalme dit :

    Ça, c’est du grand Bernie Sanders !

    Il ne travaille pas pour le DNC et encore moins pour le RNC, mais pour le rank-and-file démocrate et indépendant qui l’appuie et les grassroots qui le financent.

    Il était grand temps aux USA qu’une voix soit redonnée au peuple au delà des establishments des partis.

    Je souhaite seulement que cet immense espoir ne soit pas déçu par le horse-trading qui a depuis presque toujours été le fer de lance des grandes organisations politiques parce que si cela devrait arriver, je ne ne vois pas qui un, un jour, pourra reprendre le flambeau.

    Et ce horse-trading, il me fait peur, car au débat de Las Vegas, tous les candidats, sauf Bernie Sanders bien entendu, se sont refusés à se rallier à celui ou celle qui serait en avance en juin à la fin des primaires et caucuses, s’en tenant au «The process should go on ! ».

    1. xnicden dit :

      Supposons que M. Sanders en soit en juin à 35-38 % des votes dans les primaires démocrates…Il resterait quand même plus de 60 % des démocrates qui ne le supportent pas.

    2. Danielle Vallée dit :

      Il suffit parfois d’écouter les gens.
      Sanders répète à chaque fois qu’il ouvre la bouche qu’il a 1,500,000 donateurs dans sa base.
      C’est grisant d’avoir 1.5 millions de fans mais aux USA il y a 200 millions d’électeurs.
      J’admire son courage. C’est comme les poissons qui grossissent leurs joues pour avoir l’air plus menaçants.
      Mais il a un plafond et il l’a déjà atteint.
      Commencer à propager l’idée que les élections ont été biaisées s’il ne gagne pas, c’est du trumpisme.

  33. kelvinator dit :

    On le savais depuis 1980 que Sanders pensait ainsi, et pourquoi il est dangereux pour le parti démocrate, puisque pour lui autant le parti démocrate que le parti républicain est dangereux. Il veut tout simplement les détruire.

    Demandez-vous pas pourquoi il est le poulain démocrate de Putin. Putin veut simplement démoniser la démocratie américaine, et il est arrivé à ses fins avec les dérives autoritaires de Trump.

    « We do not have an effective national political movement which is prepared to fight for power, » argued Sanders, « and which challenges the basic assumptions and priorities of the corporate-controlled Democratic and Republican parties – two political parties which have no substantive ideological differences and are, in reality, one party – the party of the ruling class. »

    1. Frederic Jobin dit :

      @kelvinator

      Croyez-vous que cet argument de Sanders est invalide?

      Je vous suggère cette lecture pour mieux comprendre ou en sont les USA en 2020…
      https://www.amazon.ca/Populists-Guide-2020-Right-Rising/dp/1947492454/ref=sr_1_1?keywords=populist+guide+to+2020&qid=1582390912&sr=8-1

      1. kelvinator dit :

        « two political parties which have no substantive ideological differences and are, in reality, one party »

        Quiconque affirme cela est tellement dans le champ à gauche qu’il en perd la notion de gauche-droite… TOUT est à droite.

        De la même manière que les radicaux de droite voient Ted Cruz comme un gauchiste… TOUT est à gauche pour eux.

        Votre recommandation ne fait que renforcer ce constat que je fais depuis longtemps, populisme de gauche, populisme de droite ; blanc bonnet, bonnet blanc. (ou plutôt rouge bonnet, bonnet rouge.)

  34. xnicden dit :

    @ onbo 10:26

    Vous faites un excellent plaidoyer pour que le système de super délégués soit jeté aux poubelles. Je ne suis pas totalement convaincue mais ce n’est pas mon point principal.

    Je voulais surtout vous souligner qu’en mai et juin 2016, M. Sanders et sa campagne courtisaient allègrement les super délégués. Leurs arguments de l’époque pourraient parfaitement être repris cette année par un candidat qui terminerait deuxième derrière M. Sanders.

    https://www.npr.org/2016/05/19/478705022/sanders-campaign-now-says-superdelegates-are-key-to-winning-nomination

    Cela dit, M. Sanders a quand même remporté une victoire après l’élection de 2016 en obtenant que dorénavant les super délégués ne puissent voter au premier tour. Mais ils le pourront ensuite et monsieur Sanders ne se fait pas d’amis parmi eux en dénonçant l’establishment démocrate.

    Mais j’imagine que monsieur Sanders considère que d’en convaincre un nombre significatif éventuellement est une cause perdue.

    1. ducalme dit :

      @xnicden

      Tout partisan que je sois de Bernie Sanders que je sois, je conviens avec vous que son appel du pied aux super-délégués en 2016 est le caillou dans sa chaussure.

      D’autre part, si Bernie Sanders devait être en tête, mais sans majorité en juin, l’appui des autres candidats ne devrait pas être inconditionnel et il ne le sera pas.

      Le programme sera adouci pour enlever quelques irritants et le choix du colistier (qui à mon avis devrait être une colistière) s’imposera ou sera imposé.

      Sinon, on fera voter les super-délégués et Donald Trump prêtera serment le 20 janvier 2021 pour un autre mandat.

      David Plouffe, le génie politique que Barack Obama avait recruté en 2007-2008 est particulièrement clair sur la poussée de Bernie Sanders :

      https://www.realclearpolitics.com/video/2020/02/20/plouffe_sanders_in_all_likelihood_is_the_nominee_unless_it_gets_taken_away_from_him_at_the_convention.html

      1. xnicden dit :

        J’ai l’mpression que ce sera la capacité de négociation d’alliances et de compromis qui déterminera l’issue de la convention. À ce chapitre M. Sanders pourrait nous surprendre.

    2. onbo dit :

      @xnicden

      Merci à vous et à ducalme pour vos observations pertinentes. Je les prends en compte assurément.

      Il y avait une lame de fond en 2008. Barack Obama était alors un « possible », mais en rien « L’homme de la situation ». Ce qu’il ne deviendra que plus tard. Et n’eurent été les efforts rageurs de McConnell au Sénat et de John Boehner à la Chambre pour faire détraquer la présidence Obama, les USA l’auraient déjà leur Affordable Care Act. Non seulement Bloomberg n’a pas reconnu ce fait, pas plus que la situation de crise économique que Obama a liquidée, mais il a ajouté que Obama avait échoué à réunir les Américains…

      La population veut à plus de 75 % quelque chose de déterminant comme plan de Santé pour tous.

      Mais les Grands hôpitaux privés, les Big-Pharmas, les Big Assureurs et Réassureurs (…les grands sièges sociaux d’Assureurs aux Bermudes où monsieur Bloomberg a une résidence et affirme se promener sur la Main sans crainte et sans regarder par dessus son épaule… sic), et les leaders suprémacistes, entre autres, font beaucoup de bruit pour ne pas ouvrir la conversation ou améliorer le système public de santé, chacun pour leurs propres raisons.

      ex: (Soit la crainte que des latinos sans carte verte soient soignés, oh quel gaspillage; soit la perspective de perte de profits à cause des frais hospitaliers, ou à cause des coûts exorbitants de bien des médicaments; soit la perte de profits des assureurs qui jouent si souvent la carte des ‘preexisting conditions’ pour se déresponsabiliser; soit la perspective de ne pouvoir établir en sourdine un monopole privé titanesque sur et dans le ACA parce que Obama a exclus NET cette éventualité en demandant confirmation à la Cour suprême en invoquant la clause de non empêchement du commerce inter-États.

      Et c’est pour cela que les Républicains boudent, et pour cela que les grands assureurs boudent… Obama les avait vu venir, avec leur truc de feindre la compétition en créant des assureurs habillées de noms différents mais en fait des filiales de la même entreprise mère.

      Ces gens vont finir par bouger à force de voir leurs excès de plus en plus visibles. Car dans les faits, leur existence n’est pas mise en périls, que leurs abus!

      Je pourrais ajouter le rôle passif des Églises Chrétiennes qui possèdent des Hôpitaux ou dont les proprios se disent absolument de grands chrétiens, catholiques même, mais qui boudent les efforts d’élargissement des soins de santé aux femmes parce qu’elles revendiquent leur droit individuel et personnel de décider au premier chef de leur santé maternelle et infantile.

      Dans mon esprit, c’est tout cela que je souhaite que les delegates et super delegates aient à la pensée quand ils observent la progression des primaires démocrates, bien avant de spéculer sur « qui pourrait bien battre Trump »… Trump n’est qu’une marionnette derrière un rideau à faire des ombres chinoises.

      Mon dernier point tient au fait que « Citizen United » a été un coup de hache porté au front de la démocratie américaine. Ça veut pas dire de remettre le coup. Ça veut dire… le reconnaître pour ce qu’il est avec la promesse et l’engagement de retourner en Cour Suprême pour redonner à l’électeur le pouvoir sur ses élections et à déclarer qu’une entreprise à responsabilité limitée ne peut en aucun cas se retrouver avec un pouvoir sans limite d’influencer les citoyens-électeurs en faveur de ses intérêts, et ce, à même des recettes d’entreprises reconnues par la loi (Citizens United) et donc déductibles de leurs revenus imposables.

      L’Éthique dormait à poing fermé ce jour là. 😉

  35. citoyen dit :

    étant donné que le réalisme est devenu la norme, la politique devrait viser un programme réaliste pour convaincre les électeurs de tous les partis et de toutes les classes sociales.

  36. Gilles Morissette dit :

    HS

    Portrait intéressant de Richard Grenell, le nouveau grand patron des Services de Renseignements américains.

    Un fidèle de Tiny Brain.

    Tout comme la « Carpette (Barr) » et plusieurs autres larbins de cette administratin corrompu, il va lui rendre de précieux services !!

    https://www.cnn.com/2020/02/22/politics/grenell-impact-diplomatic-community/index.html

    1. xnicden dit :

      Selon lui inutile d’avoir un personnel d’ambassade qui rapporte les événements politiques dans d’autres pays car « nous pouvons obtenir ces informations sur Internet » https://t.co/ckAkft7SOg

      👀

      1. Haïku dit :

        xnicden
        Merci pour le lien. Très révélateur…..Ouf ! 😨

      2. chrstianb dit :

        Et c’est lui qui sera à la tête des 17 agences de renseignements des États-Unis? Calvaire, Poutine et Xi doivent être morts de rire. Quoique Xi a d’autres choses qui ne le font pas rire actuellement….

      3. constella1 dit :

        👏👏👏

      4. onbo dit :

        Confondre un ambassadeur avec un attaché commercial, faut le faire! un sourire pepsodent aec ça!

  37. titejasette dit :

    Nevada caucuses: Five things to watch as voting gets started (The caucus will begin at noon local time, or 3 p.m. ET. Aujourd’hui samedi)

    https://www.cnbc.com/2020/02/22/nevada-caucuses-five-things-to-watch-as-voting-gets-started.html

  38. P-o Tremblay dit :

    Je continue à dire que comme la raison n’existe plus, Sanders à autant de chance que Trump en avait

  39. Aube 2005 dit :

    Si Sanders est choisi comme candidat démocrate pour battre Toupet Jaune, contrairement à certains qui craignent le despotisme de Sanders, il est préférable à la Direction de la SWAMP qui squatte présentement la WH.
    Il serait beaucoup moins dangereux car les démocrates ne le suivraient pas aveuglément comme les tdc de républicains font présentement.
    Alors, Sanders ou Toupet Jaune, 100% Sanders car si le Gros Lard remporte un deuxième terme, ce sera l’enfer aus States. Comme preuve, les 3 dernières années de cette merde.

  40. Igreck dit :

    @jcvirgil 09:05
    S’il veut vraiment faire quelque chose de positif pour ses compatriotes… et pour le monde entier… il doit d’abord travailler à déloger le désastre ambulant qui occupe l’Exécutif. Ensuite, il pourra insuffler un vent de changement dans un pays d’arriérés qui en a grandement besoin.

    1. Dekessey dit :

      @Igreck

      Et si, par hasard, pour déloger le désastre ambulant qui occupe l’exécutif, on proposait un vent de changement, dans un pays qui en a grandement besoin?

      En 2016, Hillary représentait le statut quo. Plusieurs ont voté pour Trump dans le but d’ébranler l’establishment, comme pour donner un gros coup de pied dans la baraque.

      Les américains voient le résultat comme nous. Pourraient-ils en donner un autre, mais dans le sens inverse? Ils sont peut-être plus prêt qu’on pense.

  41. Absalon dit :

    Si Trump est réélu à la suite de la sélection de Sanders, les « progressistes » américains en porteront l’entière responsabilité devant l’histoire. Il faudra finalement convenir que ce peuple a le dirigeant qu’il mérite.

    1. lechatderuelle dit :

      pourquoi faire ce lien si trump est élu à « cause » de Sanders ou un autre???

      trump ne sera pas élu à la suite de la sélection de l’un ou l’autre….
      trump sera élu parce que sa campagne aura été meilleure….

      le choix des Démocrates est leur vision des choses ou le résultat mathématique de leur façon de choisir un chef….

      ensuite, il y a la présidence et cette présidence se gagnera sur d’autres fronts ….

      on dirait que tout est relié à trump….

      une chose est sûre, dorénavant il y aura un « avant » et un « après » trump…
      trop de gens sont fixés sur lui et ramènent tout à lui….

  42. fallaitquejteuldise dit :

    Un président Sanders avec une chambre et un sénat républicain; le slogan: abat le Socialiste!

  43. Boileau dit :

    Parmi les défauts et qualités de Sanders, un des plus révélateurs et irritants, à mon humble avis, est sa manie de pointer constamment du doigt.

    Ce geste témoigne d’une agressivité qui, je crains fortement, ne reflète pas une grande capacité de rassembler.

    Il aurait avantage à utiliser ses 2 mains en position ouverte. 🤷‍♂️👈👉👇👆

    1. gigido66 dit :

      @Boileau
      Je suis tout à fait d’accord avec vous, c’est irritant…et agressant.

  44. Dégénération Nation dit :

    dans le new york times aujourd’hui…ça s’agence très bien avec la fuite d’hier juste avant le scrutin…

    « Some Democrats are frantically searching for something that will halt the rise of Bernie Sanders. The problem: Nothing seems to stick. « I do not know what the magic is, » Howard Dean, the former DNC chair, said, « but there is some.”’

    encore une fois…j’ai zéro sympathie pour bernie…il devait savoir que cette stratégie serait déployée contre lui lorsqu’il serait perçu comme une trop grosse menace pour « l’establishement » ( qui est réelemment les lobbys, wall street, le complexe de guerre et les médias…)…

  45. Yolande C. dit :

    Bernie Sanders semble être de téflon cette année.

    Il faut dire qu’après toute la magouille à laquelle il a eu à faire face en 2016, il s’est bâti une carapace.

    Aujourd’hui, pour la première fois, l’électorat se compose d’une partie importante de latinos; le résultat n’en sera que plus révélateur.

    À surveiller : le 15% minimum pour avoir des délégués.

    Pourvu qu’on n’ait pas une reprise de la catastrophe de l’Iowa où le recomptage doit reprendre bientôt…

    1. el_kabong dit :

      @yolande
      « Il faut dire qu’après toute la magouille à laquelle il a eu à faire face en 2016… »

      Cette légende a la vie dure… j’attends toujours la moindre preuve…

      1. gérard séguin dit :

        @ Yolande, En effet! les carapaces est un outil de protection. Cependant, un coup à l’intérieur, on perds toute perspective. Sander est une carapace pure et dure. Aucune flexibilité, aucun consensus possible. Il n’y a rien de plus dure qu’une carapace. Ex. Mitch Mc Connell. Peine perdue. Le monsieur Sander à de bonne idée, mais trop doctrinaire. Fermeture totale. Surtout aux z’états tout nus.

    2. kelvinator dit :

      La victimisation est partie intégrante de la psyché conspirationniste.

      Sanders le démontre encore une fois avec ses railleries contre l’Establishment et en s’autoproclamant gagnant…

  46. InfoPhile dit :

    Je vois en M. Sanders une suite logique à M. Obama. Dommage que ce dernier se perçoit comme étant l’ultime possible, lui qui slogait « Yes we can ».

    Cela dit, je serais agréablement surpris s’il dépassait 42-43 % des votes. Définitivement trop loin de l’aile « droite » du parti démocrate.

    Il lui faudrait l’appui de quelques personnalités d’envergure. Comme par exemple Warren Buffet, Oprah Winfrey, Paul Krugman et pourquoi pas Jimmy Carter. Quant à M. Obama, il s’y rallierait qu’une fois sa victoire très probable… Il aurait toutefois le mérite d’avoir posé un indéniable jalon.

    Mais puisqu’on nous enfonce l’idée, pourtant contredite par des sondages, qu’une victoire de M. Sanders signifie assurément une victoire de l’Autre, il faudrait pas mal de ressources supplémentaires pour affaiblir ce message défaitiste, plus partisan qu’autre chose à mon avis.

    Or, ce serait un incroyable tour de force si en plus M. Sanders culbutait les puissances médiatiques qui dominent le marché de l’information et dont les actionnaires ne partagent surtout pas ses visées économico-progressistes. Au mieux, ce sont des progressistes moraux statuquistes qui ne font que tolérer des mesures timides et mises de l’avant presque dans la honte.

  47. Apocalypse dit :

    @InfoPhile – 14:15

    ‘Je vois en M. Sanders une suite logique à M. Obama.’

    🤣🤣🤣

    Les deux habitent sur la même planète, la Terre, les comparaisons s’arrêtent là 😢.

    1. InfoPhile dit :

      @Apocalypse

      Piètre commentaire dégoulinant d’irrespect et de fatuité, si vous voulez mon avis.

      C’est malgré ce type de stérile suffisance que je m’intéresse à ce blogue et, plus rarement, à vos interventions. Vous pouvez assurément faire mieux !

      1. kelvinator dit :

        @InfoPhile
        Tout est relatif.
        Ce sont pour moi les attaques incessante de Sanders contre l’Establishment, contre les médias, et contre les démocrate que je trouve « dégoulinant d’irrespect et de fatuité ».

        Vous n’avez pourtant pas les mêmes repères moral lorsqu’on parle de Trump! Acceptez le fait que Sanders est vu de la même façon, puisqu’il est lui aussi populiste, attaque les médias et en plus généralise les riches. Il y a quantité de chose à lui reprocher, sauf si on ne veut voir ses nombreux défauts de politicien populiste.

  48. Danielle Vallée dit :

    Si Sanders est élu les démocrates n’auront pas le Sénat et vont peut-être perdre la Chambre des représentants.
    Un président Sanders serait un ‘lame president’, un président boiteux, dès le début et les Républicains vont juste le bloquer pendant 4 ans (s’il survit 4 ans). Ils sont patients…

    1. lechatderuelle dit :

      Danielle Vallée bref Obama….

  49. Dégénération Nation dit :

    @Apocalypse « Les deux habitent sut la même planète, la Terre, les comparaisons s’arrêtent là ».

    vous avez tout a fait raison…obama a été un excellent soldat de l’establishment…il a poursuivi les guerres éternelles à l’étranger…il a continuer la politique ètrangère amèricaine des renversements de régime en syrie…il a été favorable à wall street…

    et l’establishment prend bien soin de lui dans sa post présidence!…il s’est payé une maison de 12 millions sur l’ile de martha’s vineyard tout recemment…

  50. Danielle Vallée dit :

    Je viens d’ouvrir CNN et le taux de participation est très bas pour le caucus au Nevada.
    C’est une mauvaise nouvelle pour Sanders je crois.
    Le ‘mouvement’ ne s’est pas déplacé.

  51. Jean dit :

    Actuellement il y a trop de candidats encore en lice. Si on additionne les supporteurs de Warren à ceux de Sanders, Sanders est loin d’être majoritaire chez les démocrates. S’il ne gagne pas la course, il devra se rallier au gagnant et inviter ses supporteurs à en faire autant.

  52. xnicden dit :

    @ Danielle Vallée

    En plus des caucus il y avait la possibilité de voter par anticipation. Cela a peut être eu un effet sur le taux de participation des caucus.

    1. Danielle Vallée dit :

      Sanders fait bien en fait à date mais les groupes sont très petits. Les bancs sont vides aux 3/4.

  53. Capitaine B dit :

    Il était où Sanders ces 10 dernières années. Il était trop occupé à bouder pour remarquer que sans le sénat il n’ira nul part?

    Ça a tout pris à Obama pour instaurer l’Obamacare et pourtant il avait les démocrates derrière lui. Il a dû en faire des courbettes devans les répus pour obtenir le peu qu’il a réussi à accomplir en 8ans. Et trump malgré le sénat derrière lui n’a pas réussi a réunir assez de répus derrière lui pour sacager l’oeuvre d’Obama au complet.

    Alors Bernie peut bien cracher dans la soupe et se foutre de l’establishment des deux côtés de la chambre, il va terminer ses 4ans avec un bilan aussi pauvre (sinon plus) que 45.

    1. Benton Fraser dit :

      Contrairement a Trump, les dommages seront limités parce que justement, il n’aura pas l’appui des deux côtés de la chambre pour implanter ces politiques.

      Il aura surtout a subir les l’effondrement des politiques économiques de Trump!

      1. Capitaine B dit :

        Vrai, mais sans l’appui du congrès et du sénat, un simple budget va être difficile à faire approuver. Alors imaginez essayer de s’entendre où couper pour se sortir d’une crise économique si personne ne s’entend sur le budget!

        Je crois qu’il va vite atteindre la limite des miracles que Schiff et Pelosi et peuvent accomplir (Et elle non plus ne rajeunit pas).

  54. FlorentNaldeau dit :

    BS se voit donc comme inévitable et incontournable, comme l’Élu finalement.

    Un billet d’hier soulignait qu’il faut une solide dose d’égo pour se présenter à une fonction élective de cette nature.

    Mais il y a une marge entre la confiance en soi et la certitude messianique qui anime BS.

    1. Henriette Latour dit :

      FlorentNaldeau

      👏👏👍

      1. Haïku dit :

        Je seconde ! 👌

  55. ducalme dit :

    POUR SUIVRE LES RÉSULTATS DU NEVADA
    Mise à jour automatique.

    Une tendance claire pour.., Patrick Deval.

    https://www.reviewjournal.com/nevada-caucus-results-2020/

  56. Danielle Vallée dit :

    Il va falloir que les modérés se joignent au candidat le plus viable sinon Sanders va faire exactement ce que Trump a fait dans la course républicaine. Se faire élire avec une minorité des votes.
    Quand tu as 30% du vote et que tous les autres ont 15%, tu gagnes.

  57. InfoPhile dit :

    Il faut avouer que la tentation est forte pour ceux qui n’ont jamais partagé, au contraire, ne serait-ce que le début du programme de M. Sanders, de le mépriser et de le déclarer perdant avant même que le combat n’ait lieu.

    Cependant, il est permis de se demander si au fond ils ne sont pas plus proches idéologiquement de l’Insalubre que de ce qui n’est dans les faits qu’un programme appliqué avec succès depuis des décennies dans la plupart des pays développés.

    On a beau dire qu’on est aux États-Unis, justement, pourquoi les États-Unis sont-ils en apparence ce qu’ils sont sinon parce que personne n’a été aussi clair et honnête que Bernie ? Pourquoi la population américaine en viendrait à choisir – si ce choix se présente – ce qui va à l’encontre de ses intérêts et ce, pour me répéter, à l’inverse de ce qui se fait ailleurs.

    Je suis tout ouïe pour une réponse qui ne serait pas calquée bêtement sur le Readers’s Digest et autres petits catéchisme rigolos mais franchement opposés aux conditions indispensables à l’égalité des chances ou du moins à ce qui y tend.

    Respectueusement à l’écoute.

    ——————————————-

    Questions subsidiaires :

    Si les Américains était clairement informés, tâche à laquelle s’attèlent admirablement les progressistes économiques:

    – Pourquoi les Américains seraient-ils d’accord avec les dépenses somptuaires du ministère de la défense et avec les déficits incroyables de l’administration Trump qui gonflent artificiellement l’économie américaine ?

    – Pourquoi s’opposeraient-ils à une réforme du système électoral de sorte que les principes élémentaires de la démocratie soient conformes avec les règles minimales de la démocratie ?

    – Pourquoi accepteraient-ils de payer beaucoup plus cher pour un système de santé compliqué et insécurisant parce qu’incomplet, alors qu’ils auraient l’option d’en choisir un autre beaucoup plus efficace et moins coûteux ?

    – Pourquoi feraient-ils la sourde oreille suite aux avertissements que leur servent, aussi unanimement que la nature humaine le permet, des spécialistes du climat et de l’environnement, alors qu’ils maîtrisent déjà les technologies pour relever le défi à l’intérieur de deux décades ?

    Les Américains sont dans l’ensemble vaillants, besogneux, disciplinés, plutôt éduqués quoique endettés en conséquence, respectueux et généreux. Qu’on ne me dise tout de même pas qu’ils ne savent pas compter.

    Et s’il suffisait de les informer à la faveur des élections ou du moins des primaires ?

    1. Dekessey dit :

      Bon commentaire, et bonnes questions.
      Je risque une piste. Soyez indulgent, c’est pour fin de discussion seulement.
      Les Américains ont vaincu les nazis, les japonais et ont gagné la guerre froide. Ils savent qu’ils sont la première puissance économique et militaire du monde, donc ils se disent qu’ils ont la bonne recette.
      Sauf qu’on assiste à l’émergence de l’Asie, qui va re-définir la configuration du monde. Les États-Unis vont très bientôt perdre leur statut de leader mondial, et les effets de la mondialisation se font sentir. Des emplois sont relocalisés, et ne reviendront plus. Pas facile à accepter!
      Qu’est-ce qu’on fait? On élit un « tough » qui va redonner à l’Amérique sa grandeur.
      Non, ils ne sont pas tous idiots. Ils choisissent la voie facile, celle qu’ils connaissent, et qui leur a été enseigné (école, famille, entourage). Ils acceptent donc leur système imparfait, sans prendre le temps de s’informer sur les alternatives qui pourraient améliorer les choses. Je suppose que c’est dû à un mélange de paresse, d’habitude, d’orgueil et de propagande…

    2. kelvinator dit :

      « personne n’a été aussi clair et honnête que Bernie ? »

      C’est le problème dans votre perception, pour plusieurs, Bernie fait exactement le contraire de ce que vous lui attribuez. Il n’est pas clair dans la manière qu’il prévoit appliquer son programme et le faire voter (Il n’a même pas de chiffres), et surtout il est loin d’être honnète en attaquant les médias, les riches et les corporations, ses bouc-émissaires qui sont seul responsables de tout les problèmes de la classe moyenne américaine.

      Son programme n’a pas d’importance, la large majorité ne vote pas pour un programme, mais pour une personne. Et la personne de Bernie Sanders est loin d’être la figure parfaite que vous décrivez.

  58. Alexander dit :

    Trump. Sanders. Si ces deux-là s’affrontent, ça confirmera la fracture du pays.

    Les centristes comme Biden, Bloomberg ou Romney n’ont pas la cote présentement.

    Le leadership? Bof.

    Plutôt la loi de la jungle.

    Les américains ne recherchent pas à unir le pays. Ce sont deux clans qui s’affrontent sur tout et qui magouillent en utilisant tous les artifices du système électoral américain pour parvenir et se maintenir au pouvoir.

    Le système de grands électeurs, de super délégués, le gerrymandering, les super pacs etc. Pleins de bizarreries qui contaminent la démocratie et le système électoral.

    Mais faut croire qu’ils sont bien là dedans, malgré toutes les inégalités que ça amène.

    Le Super Bowl, le drapeau pis le God bless America pour donner l’illusion qu’il y a de l’unité dans ce pays.

    Unité? Fake news.

    1. Henriette Latour dit :

      Alexander

      👍👏

    2. lechatderuelle dit :

      leadership dites vous, je veux bien ,,,,, mais Biden?? mais Warren?? mais Bloomberg?? mais????..
      Même Sanders, côté leadership on repassera…..

      le leadership n’a rien à voir….

      y’a pas d’idées, de projets, de vision….

  59. Haïku dit :

    Citation à l’endroit de Sanders:

    -« Pour faire la paix avec un ennemi,
    on doit travailler avec cet ennemi,
    et cet ennemi devient votre associé. »(Nelson Mandela).

    1. Haïku dit :

      Oups… Désolé…C’est une citation des Talibans. 😨

  60. papitibi dit :

    Le matou de ruelle évoquait ce matin (8h22) l’hypothèse que… puisque Trump avait pu ‘passer’ en 2016, Sanders pourrait lui-même ‘passer’ en 2020.

    Trump a réussi à ‘passer’ aussi bien au niveau de l’investiture Répu que de l’élection de novembre 2016 à la présidence.

    Il y a une différence et elle est de taille. Pour les fins de la discussion seulement, je DONNE Sanders gagnant dans la course à l’investiture et j’accepte l’hypothèse qu’il affronte Trump en novembre.

    Si Trump l’a emporté en 2016 sur Clinton, outre le fait que ça résulte d’une aberration (Clinton perd malgré une avance de 3M de votes!), il y a aussi l’abstentionnisme des Bernie Bros, dont bon nombre ont préféré rester chez eux plutôt que de voter pour celle qu’ils accusaient d’avoir volé l’investiture avec la complicité de l’Establishment du Parti.

    Je reconnais que parmi les électeurs Répus de 2016, un certain nombre sont conscients en 2020 d’avoir élu une fripouille.- the worst EVER. Ceux-là, peuvent-ils confier l’investiture Répu à un candidat plus ‘présentable’? Non.

    Peuvent-ils s’abstenir en 2020? Ça dépend! Ils n’oseraient peut-être pas voter pour un dangereux ‘marxiste-léniniste’ comme Sanders, qui va multiplier les impôts par 1000 et faire de l’Amérique une colonie de la Corée du Nord!

    Mais Biden? Bloomberg? Bah… va pour c’te fois icitte, se diront peut-être les Répus mous.. Meanwhile, pour paraphraser Stephen Colbert, les Bernie Bros vont encore une fois pratiquer la politique de la terre brûlée et ainsi consacrer une victoire Répu à la présidence et dans les deux chambres?

    1. lechatderuelle dit :

      les Sanders machins ok… mais une partie des républicains aussi demeureront à la maison car pour eux, la cause sera entendue… trump part gagnant et un 2 eme mandat c’est quasi certain….

      Mettons, mettons que la honte nationale est plus grande qu’on l’imagine d’être représenté par ce trump… peut-être, on dit peut-être que les électeurs pourraient oser faire différent….
      on doute fortement….mais mettons….

      simple remarque… je ne discrédite pas votre pseudo… à vous d’avoir cette classe….

      1. papitibi dit :

        simple remarque… je ne discrédite pas votre pseudo… à vous d’avoir cette classe….

        Bout d’crisse!

        Vous eussé-je qualifié de MARCOU, ça, c’eut été peu aimable – du moins dans le sens qu’en donne l’écrivain Claude Jasmin. Bref, un pimp… Et aussi loin qu’au 16e siècle, Joachim Du Belley eut ce flash mémorable; ‘ De nuit n’alloit point criant / comme les gros marcoux terribles/ en longs miaulements horribles.’

        Et puisque j’ai les deux pieds dans la littérature, let’s move on! Yves Beauchemin – un gars né là où moi je vis – a publié LE MATOU. L’histoire d’un tit-pit alcolo et de son chat de gouttière. Ou chat de ruelle. Tiens, on commence à se rapprocher, là!

        Quand un loustic construit son pseudo autour de l’image d’un gros chat qui pisse et qui griffe, je vois pas – mais alors pas pantoute – en quoi j’ai pu (comme vous me le crachez au visage) DIS-CRÉ-DI-TÉ votre pseudo.

        Suis plutôt à cheval sur le sens des mots, mouâ; j’ai fait carrière dans leur interprétation. Et DISCRÉDITER means porter atteinte, dénigrer, avilir, jeter l’opprobre sur…,

        Votre pseudo, le matou, point ne l’ai-je DIS-CRÉ-DI-TÉ. L’ai-je AL-TÉ-RÉ? Ah, ça, oui, encore que si je vous eussions su aussi soupe-au-lait (admirez, ici, l’ALLITÉRATION), je m’en serions bien abstenu.

        Le manque de classe, c’est plutôt dans cette accusation de manque de classe que vous me lancez au visage.

        Je croyais m’adresser à la tête du matou; c’est d’un orifice nauséabond sous sa queue qu’il répond.

        Décidément, buddy, ton pseudo te va à ravir!

    2. Haïku dit :

      @papitibi — 18:36
      Très bonne anal-eaze de votre part ! 😉

    3. Frederic Jobin dit :

      @Papitibi

      –« Ça dépend! Ils n’oseraient peut-être pas voter pour un dangereux ‘marxiste-léniniste’ comme Sanders, qui va multiplier les impôts par 1000 et faire de l’Amérique une colonie de la Corée du Nord! »

      C’est du sarcasme et de l’hyperbole ou vous croyez vraiment que la majorité de ceux qui ont voté pour Trump en 2016 le croient? Vous pensez vraiment que la majorité de ceux-ci sont à ce point idiots??

      1. papitibi dit :

        Tu veux-tu jouer les gros bras, mon Frédo?

        Tabarnak! Je suis plus à gauche que 98% des créatures qui fréquentent ce blogue – lequel, BTW, je fréquente et alimente depuis avril… 2008.

        Connu je suis pour mon apport à une meilleure compréhension des enjeux à caractère juridique (J’ai entrepris mes études de droit à la fin des années ’60 et j’ai remisé ma toge de plaideur il y a une douzaine d’années).

        Connu je suis – itou – pour mon humour caustique et son caractère éminemment sarcastique. Si tu me lis au premier degré, too bad for you.

        Cela dit, je n’ai pas l’habitude d’annoncer mes couleurs et de préciser si je commente avec sérieux; je laisse ça à l’intelligence du lecteur.

        Cela dit, si le lecteur est incapable de voir les hénaurmes ficelles qui FLASHENT de tous leurs feux, le cas échéant, j’ai tendance à le laisser s’y empêtrer sans lui porter secours.

      2. papitibi dit :

        La majorité de ceux qui ont voté Trump le croient?

        Bin oui, ils le croient.
        Pourquoi? Parce que Trump ne ment JAMAIS; ce sont les fake news media qui l’accusent de mentir! Alors il les rassure, il les détache des sources d’info crédibles et leur dit THE WHOLE TRUTH, AND NOTHING BUT THE TRUTH. Gratis. Sur son compte Twitter.

        Pourquoi ils paieraient alors pour lire le Washington Post ou le NY Times, hein?

        Bien sûr, il y a des chiens de garde à la Maison Blanche; ceux-là, il les congédie prestement et les asperge de ses insultes malodorantes.

        Bien sûr, il y a des juges qui OSENT le défier en condamnant à la prison des membres de sa garde rapprochée (Manafort, Flynn, Stone…) mais il va les gracier. Et chier sur ces juges ‘corrompus’.

        Aucun sarcasme ici. Que du dépit. J’étais pas sûr que vous pourriez vous y retrouver, alors je précise; après tout, je n’ai publié que 6 ou 7000 commentaires chez Richard Hétu. Et quelques centaines de billets sur MON blogue. Et des centaines de memes de mon cru, qui en disent pas mal sur qui que je chu et quoi que je pense. Blogue inactif depuis un tit boutte, par ailleurs.

        Allez, un p’tit effort!

  61. Samati dit :

    Selon Carville, la tendance dirige les démocrates vers un suicide politique (comme ce qui est arrivé au Royaume Uni)

  62. Samati dit :

    Un message de Donald Trump

    Donald J. Trump

    @realDonaldTrump
    Looks like Crazy Bernie is doing well in the Great State of Nevada. Biden & the rest look weak, & no way Mini Mike can restart his campaign after the worst debate performance in the history of Presidential Debates. Congratulations Bernie, & don’t let them take it away from you!

    1. Haïku dit :

      @Samati
      😉👌
      Ajout amical:
      -« Repose-toi d’avoir bien fait, et laisse les autres dire de toi ce qu’ils veulent. »(Pythagore/Trump).

  63. FlorentNaldeau dit :

    @InfoPhile, 17h15

    Deux ou trois facteurs principaux me semblent donner des éléments de réponse à vos questions.

    Comme on l’a souvent souligné ici, une partie des propositions de BS ne feraient vraiment pas sourciller chez nous au Canada, Seulement voilà: cette élection a lieu aux ÉU, où les cultures politiques et nationales sont bien différentes des nôtres, pour des raisons historiques et culturelles.

    Par exemple, les états-uniens entretiennent une méfiance quasi-viscérale envers les programmes et subsides gouvernementaux, ce que serait l’assurance médicale pour tous. Ce qui ne les empêche pas de tenir mordicus à ces programmes quand ils en sont personnellement les bénéficiaires, que ce soit l’assistance sociale, les subventions aux agriculteurs ou le maintien de bases militaires dans leurs localité. Ce n’est d’ailleurs pas seul paradoxe intellectuel qu’affiche l’électeur; aux ÉU et dans les autres pays il y a souvent contradiction entre d’une part les choix comportementaux individuels et d’autre part les opinions de principe endossées par les électeurs lors de sondages ou d’entrevues sur la rue, autant les gens qui penchent vers la gauche que ceux qui se situent de l’autre côté du spectre politique.

    De plus, l’être humain est foncièrement réfractaire au changement, même celui qui peut paraître raisonnable et justifié comme par exemple une refonte du Collège électoral. Il n’est pas non plus très réceptif à ce qui menace son confort à court terme, par exemple les réformes en profondeur nécessaires pour combattre le changement climatique. Surtout que l’échéance de la menace semble bien lointaine, ce qui la rend bien moins palpable que le maintien de son train de vie et des petits plaisirs quotidiens. Cette contradiction n’existe pas qu’aux ÉU; ici au Québec la plupart des citoyens se déclarent en faveur de contrer l’urgence climatique, mais combien achètent quand même des SUV dont il n’ont pas réellement besoin, encouragés par des publicités qui soulignent l’inconfort des transports en commun. On se dédouane en se gargarisant de notre « électricité propre », en oubliant les coûts de fonctionnement de nos beaux grands barrages nordiques afin d’y acheminer la nourriture, les fournitures, les grosses pièces techniques, le personnel de réparation ou de maintenance, etc. (et ne parlons pas des coûts de construction ni des vastes impacts sur les territoires inondés, pas nécessairement encore amortis).

    En fait, le facteur primordial est probablement que le citoyen ne fait pas ses choix électoraux de manière rationnelle. Même si vous lui présentez la démonstration la plus raisonnée et factuelle possible, ce n’est pas ce qui le convaincra s’il y a contradiction avec ce qu’il sent dans ses tripes ou avec ses préférences.

    Voilà un résumé rapide de ce qui me semble expliquer pourquoi BS n’arrivera pas à persuader l’électorat des ÉU dans son ensemble, au-delà peut-être de la famille Démocrate. Il semble avoir fait le choix que tant qu’à faire face à un électorat irrationnel, autant renchérir sur cet irrationnel et avancer des positions encore plus irréalisables dans le contexte actuel. Après tout doit-il se dire, ça a fonctionné pour DT alors pourquoi pas pour moi…

    Après avoir écrit ce qui précède, j’ai écouté le clip de Carville et il a bien raison; mais le pragmatisme et le réalisme n’ont pas la cote ces temps-ci dans le camp Démocrate et en particulier auprès des « progressistes » et de candidats comme BS.

    1. treblig dit :

      Effectivement les Travaillistes anglais , après avoir supporté le très centriste Tony Blair , ont tourné casaque en choisissant comme chef de parti Jeremy Corbyn très proche de la gauche pure ( un peu comme Québec solidaire). Les permanents du Parti plus ou moins noyauté par une frange trotskyste très populaire dans les milieux de la gauche britannique.

      Avec un résultat prévisible: une déroute totale aux élections. Corbyn à démissionné et le ménage au parti travailliste est en cours . Boris Johnson , chef du parti conservateur, se roule de rire par terre depuis ce temps.

  64. Richard Lavoie dit :

    Aux USA, les avancées sociales se font lentement, très lentement! Avec la SOTUS noyautée par des juges ultra conservateurs mis en place par Trump, elles seront encore plus difficiles, voire impossibles au cours des prochaines années! Chaque progrès sera contesté! Difficile d’imaginer un programme un tant soit peu socialiste à la Sanders dans un tel contexte!

  65. Haïku dit :

    @Sanders:

    -« Toute jalousie est sans profit, car en cherchant ce qui peut nuire à autrui,
    elle perd de vue son propre intérêt. »(Démocrite D’Abdère).

  66. Alexander dit :

    Sanders vs Trump, vous votez pour qui?

    Le Congrès va possiblement demeurer démocrate et le Sénat républicain.

    Sanders ne pourrait rien mener de ses réformes à terme, bloqué par le Sénat. Trump continuerait à diriger par décrets et va noyauter la CS pour les 20 prochaines années.

    Sanders trop à gauche va enlever toute chance aux démocrates de prendre le Sénat.

    Est-ce vraiment ce que souhaitent les démocrates pour voter massivement pour Sanders?

    Encore un besoin de changement?

    Drain the swamp 2.0?

    Les centristes n’ont pas la cote faut croire.

    1. Frederic Jobin dit :

      @Alexander

      « Les centristes n’ont pas la cote faut croire. »

      Il commence à être temps que les commentateurs allument sur cette réalité…

      1. kelvinator dit :

        Parce que les centriste ne sont pas émotif et ne lorgne pas les réseaux sociaux en permanence pour se trouver des slogans et des phrases à lancer à leur opposants politique.

        Vous avez tort de vous fiez uniquement à la portion la plus vocale, la plus criarde, la plus forte comme mesure étalon. Vous même avouez que « 15% de l’électorat total atteint de Trumpisme », un autre 15% à l’autre extrème, il reste quand même 70% au milieu qu’on entend beaucoup moins, parce que moins impliqué émotionnellement et socialement en politique, contrairement aux pro-Trump et Berniebros qui poste sur les réseaux sociaux.

  67. FlorentNaldeau dit :

    @Frederic, 20h55 « C’est du sarcasme et de l’hyperbole ou vous croyez vraiment que la majorité de ceux qui ont voté pour Trump en 2016 le croient? Vous pensez vraiment que la majorité de ceux-ci sont à ce point idiots?? »

    S’il vous arrive d’écouter les entrevues avec les partisans de DT ou les groupes de discussion d’électeurs qu’organisent régulièrement les réseaux américains, vous constaterez qu’effectivement ceux qui ont voté pour DT ont cru à ses mensonges et à ses hyperboles et continuent de le faire. L’électeur moyen n’est peut-être pas totalement idiot, mais en tout ca il met facilement en veilleuse ses capacités de raisonnement au moment d’analyser les choix électoraux disponibles.

    Et c’est tout aussi vrai du côté des Démocrates que des Républicains, ou même des indépendants.

    1. Frederic Jobin dit :

      Bien sur, on parle de la base d’irréductible, mais cette base ne représente que 35% du vote républicain, pas du vote total américain… On parle de 15% de l’électorat total atteint de Trumpisme, pas 50%… 15% ça fait un bon pool d’ou tirer des participants à ces discussions et on sait tous que les plus fanatiques sont les plus vocaux et qu’ils font de la meilleure télé…

      Mais cette image ne se reflète pas dans la réalité…

  68. Frederic Jobin dit :

    Andrew Yang commente à l’instant:  » Pour aider à augmenter les chances des Démocrates de battre en novembre, certain(e)s candidat(e)s devraient « pull out a Andrew Yang » et se retirer de la course, ils n’ont qu’à faire les calculs, ils ne peuvent pas gagner…

    C’est pas faux…

    1. A.Talon dit :
  69. A.Talon dit :

    HORS SUJET

    Pendant qu’on parle de la désunion et du radicalisme des Démocrates, on oublie qu’il se passe aussi des choses intéressantes du côté des Répulibans: certains des plus grands supporteurs du Drumpf en 2016 seraient maintenant plutôt tentés de regarder ailleurs pour novembre prochain.

    «Clint Eastwood choisit de soutenir Michael Bloomberg»
    https://www.lapresse.ca/cinema/202002/22/01-5262023-clint-eastwood-choisit-de-soutenir-michael-bloomberg.php

    INTRO: «L’acteur et réalisateur américain Clint Eastwood, qui avait soutenu Donald Trump lors de la dernière élection présidentielle, a choisi de soutenir pour la prochaine le milliardaire Michael Bloomberg.»

    1. Haïku dit :

      @A.Talon
      Tout un bascule pour ce réalisateur à tendance répu.

  70. spritzer dit :

    Sanders a pas seulement à convaincre les électeurs de son agenda progressiste, il a tout le système contre lui! Imaginez la couverture médiatique qu’il va recevoir si la « menace » se précise.

  71. A.Talon dit :

    HORS SUJET

    Galerie photographique du Mois de l’Histoire des Noirs du site de la NASA. On y retrouve mes favorites: Katherine Johnson et Mae Jamison. De belles personnes et des pionnières de haut niveau. Inspirant et réconfortant.
    https://www.nasa.gov/image-gallery/black-history-month

  72. Dégénération Nation dit :

    misère….apres avoir vu carville cracher son fiel sur bernie sanders apres la sortie des resultats du nevada…pas certains que le parti va l’appuyer s’il gagne la nomination…

  73. InfoPhile dit :

    Très intéressants et aussi plausibles les commentaires suivant mes interrogations. Merci !

    Sûrement que nous nous entendrons sur l’importance pour les démocrates de renoncer aux coups en bas de la ceinture et tout autant d’un ralliement senti et impliqué autour du gagnant. En autant que la démocratie joue au max, ce ne sera qu’à l’avantage du peuple américain.

    ———————————————

    Question théorique: Supposons que M. Sanders remporte la course à l’investiture du parti démocrate et que M. Bloomberg, mécontent, se présente à la présidentielle en tant qu’indépendant et y récolte 28 % des voix et du collège électoral, versus 38 % pour Trump et 34 % pour M. Sanders, lui et M. Sanders pourraient-ils faire alliance et bloquer la présidence à l’Insalubre au profit de M. Sanders ?

    1. spritzer dit :

      @InfoPhil

      Si c’était pas de Sanders Bloomberg serait pas entré dans la course, il aurait financé le candidat démocrate en acceptant d’avoir une bonne chance perdre. Autrement dit il aime mieux perdre à Trump que de perdre à Sanders. J’avais pas pensé au scénario qu’il se présente comme indépendant si Sanders est le candidat. Ça ne doit pas le déranger de dépenser 2 ou 3 milliards pour assurer la défaite de Sanders, c’est mon impression.

  74. FlorentNaldeau dit :

    @Frederic Jobin, 21h27 « Bien sur, on parle de la base d’irréductible, mais cette base ne ça fait un bon pool d’ou tirer des participants à ces discussions et on sait tous que les plus fanatiques sont les plus vocaux et qu’ils font de la meilleure télé…  »

    En fait, les électeurs dont je parlais et que j’ai vus dans ces entrevues ou groupes de discussion étaient loin d’être des enragés pro-DT ou pro-autre candidat; ils paraissaient être des gens tout à fait « ordinaires », mais ils restaient imperméables à tout argument ou fait qui contredisait leurs préalables. Il n’est pas nécessaire d’être un irréductible et forcené Démocrate, Républicain ou Indépendant pour voter de manière non raisonnée.

  75. loup2 dit :

    Citation d’un article de l’AFP au sujet des primaires d’aujourd’hui.

    – Ce troisième round des primaires démocrates place le sénateur socialiste Bernie Sanders,

    Il y a aussi la déclaration de mayor pete.
    -«Félicitant Bernie Sanders pour sa victoire, Pete Buttigieg a cependant lancé une ferme mise en garde contre le danger, selon lui, de désigner pour porter les couleurs du parti un socialiste pour qui le capitalisme est « à l’origine de tous les maux. Le sénateur Sanders croit en une révolution idéologique inflexible, qui oublie la plupart des démocrates, sans parler de la plupart des Américains ».

    J’étais pas sur à son sujet. Mais maintenant je sais.
    Go Bernie Go

    1. Haïku dit :

      @loup2

      RE: Trump…..

      -« I’m on my way, I’m making it
      I’ve got to make it show
      So much larger than life
      I’m going to watch it growing….

      The place where I come from is a small town
      They think so small
      They use small words

      But not me
      I’m smarter than that
      I worked it out
      I’ve been stretching my mouth
      To let those big words come right out

      I’ve had enough, I’m getting out
      To the city, the big big city
      I’ll be a big noise with all the big boys

      There’s so much stuff I will own
      And I will pray to a big god
      As I kneel in the big church

      I’m on my way
      I’m making it
      I’ve got to make it show
      So much larger than life
      I’m going to watch it growing
      Big time

      My parties all have big names
      And I greet them with the widest smile
      Tell them how my life is one big adventure
      And always they’re amazed
      When I show them ’round my house, to my bed
      I had it made like a mountain range
      With a snow-white pillow for my big fat head 🤣🤣

      And my heaven will be a big heaven
      And I will walk through the front door
      I’m on my way, I’m making it
      Big time

      My belly is getting bigger
      And my bank account….. »

      (Ouf…..Peter Gabriel/Big Time).

  76. ducalme dit :

    @richardhetu

    Est-ce que vous sentez le même engouement pour Bernie Sanders que celui qu’il y avait pour Barack Obama en 2008 parmi les forces vives démocrates ?

  77. Amazonia dit :

    Je reporte ici un ancien ici un ancien commentaire.

    J’ai lu une étude d’un certain Kondratov sur les stratégies pour contrôler les espaces numériques participatifs en Russie.

    Et je crois que les russes ont une expertise sociotechnique en la matière qu’aucune démocratie occidentale ne possède ni ne peut contrecarrer. Si rien n’est fait, nous allons vers la fin de l’Occident démocratique.

    La France a commencé à réagir timidement avec la loi anti fake news ( le nouveau vocabulaire adopté pour désignerfake news étant  » infox ». Les gilets jaunes ont dû la motiver.

    Voir aussi l’article du Parisien: http://www.leparisien.fr/politique/ce-que-prevoit-la-nouvelle-loi-anti-fake-news-27-12-2018-7976979.php

  78. Nefer111 dit :

    Ouai …
    Ça reste à voir …

  79. ducalme dit :

    The People v. DNC

    L’histoire nous apprend que la convention démocrate de 1968 tenue à Chicago fut l’une des plus houleuse du siècle et pava la voie à l’élection de Richard Nixon.

    L’histoire est-elle en train de se reproduire ?

    Au débat démocrate de Las Vegas, Chuck Todd de NBC posa une question fort simple que je traduis en ces mots : « Est-ce que le candidat qui aura le plus de délégués à la fin des primaires devrait être le candidat désigné (pour affronter Donald Trump) ?

    Les réponses sont éloquentes et sauf la réponse de Bernie Sanders, les autres réponses des candidats sont éloquentes et se résument ainsi : « On laissera faire les superdélégués ».

    S’il devait en être ainsi, la convention de 1968 sera vite oubliée.

    The Hill : https://thehill.com/opinion/campaign/484162-the-democratic-nominee-wont-be-democratically-chosen

    It was a very simple question that NBC’s “Meet the Press” host Chuck Todd posed to the candidates in Wednesday’s debate in Las Vegas: Should the candidate with the most delegates at the end of the primary season be the nominee, even if they are short of a majority? Simple. Fair. Topical.

    For the first time in many years, we are very likely heading toward a brokered convention for the Democrats. So in a world where there’s no clear winner according to the rules of the game, would it be fair to award the nomination to the person who came closest to victory?

    In essence, should the winner of the popular vote be the nominee?

    Listen to what they said.

    Former New York City Mayor Michael Bloomberg: “Whatever the rules of the Democratic Party are, they should be followed.” Chuck Todd clarifies, “So you want the convention to work its will?” and Bloomberg replies, “Yes.”

    Sen. Elizabeth Warren (D-Mass.): “The convention working its will means people have the delegates that are pledged to them and they keep those delegates until you come to the convention, all of the people.”

    Former Vice President Joe Biden: “No, let the process work its way out.”

    Former South Bend, Ind., Mayor Pete Buttigieg: “Not necessarily, not till there’s a majority.”

    Sen. Amy Klobuchar (D-Minn.): “Let the process work.”

    And finally, Sen. Bernie Sanders (I-Vt.): “Well, the process includes 500 superdelegates on the second ballot. So I think that the will of the people should prevail. Yes, the person who has the most votes should be the nominee.”

    This was actually astounding. Mayor Pete, whose platform includes a proposal to eliminate the Electoral College and replace it with a nationwide popular vote, stood onstage, stared down on the American people and argued that the Democratic nominee should not necessarily be chosen by a popular vote.

    Warren, in her very lawyerly way of hiding behind allusions to intricacies of convention rules and delegate counts, avoided the simple form of her answer: No, the will of the Democratic voters is irrelevant unless it ends up in a delegate majority.

    Bernie, whose 2016 campaign actually inspired the changes to the nominating process that have given the Democratic Party this new, perilous-looking system, was the only one to show any consistency between what’s in his platform and what he believes.

    And the thing about Bernie is, even if he weren’t the new front-runner of the race, a fair characterization to make given his lead in delegate counts and enthusiasm to match, I believe he still would have answered the same way. And that’s precisely why the Democratic National Committee (DNC) can’t stand him.

    Make no mistake — in a world where Sanders falls short of the majority of delegates, he will have the nomination stolen from him again. And each of the candidates who advocates for the dissolution of the Electoral College will just sit back and say, “Sorry, that’s how the nominating process works.”

    Principle doesn’t matter here. If it did, every party figure would have been outraged by the candidates’ insistence that the will of the people expressed by a popular vote is meaningful only if it puts them over the delegate threshold.

    This is about winning — about letting the DNC establishment choose its ideal candidate to face off against President Trump. It knows it’s going to be a fight; it knows it’s going to be tough to win. And for some reason, all these facts add up to the conclusion among party leaders — the Democrats’ geniuses — that they can’t afford to trust the will of their own voters.

    1. jcvirgil dit :

      @ducalme

      Ils seraient mieux de serrer leurs super-délégués dans un tiroir. Tout comme les *grands électeurs* ce sont des perversions de la démocratie. Les grands électeurs permettent à un président d’être élu sans obtenir la majorité aux élections. Ils permettent également au parti de ce président de contrôler la chambre haute du parlement tout en ignorant complètement les intérêts des états les plus peuplés au profit des états rouges de l’arrière-pays sous-peuplé.

      Quand aux super-délégués ils permettent eux à l’establishment du parti de contrôler l’accès à la présidence en faveur de leur choix et de celui qui représente le mieux les grands lobbys qui se les paient.

      Il semble bien que Sanders représente dans cette élection le choix de la majorité qui veut des changements réels dans la gouvernance du pays. Si la DNC magouille encore une fois pour l’écarter , le risque de faire éclater le parti est de plus en plus évident. .

    2. kelvinator dit :

      L’auteur oublie un des principes fondamental en démocratie : La majorité des voix!! La majorité comme 50% + 1.

      Surement parce que celui qui émet cette opinion est le directeur de campagne de Trump, accusé de fraude!!!

      Normal qu’il déclare le DNC comme anti-démocratique…
      N’empèche, c’Est exactement ce genre de tactique que Sanders utilise depuis 2016 pour miner le parti démocrate qu’il aspire à diriger…

  80. leonard1625 dit :

    La victoire de Sanders est éclatante, du moins en apparence. Toutefois, il a récolté 3564 votes avec 50% des votes compilés. Donnons lui le double, ca ne que 0.2% de la population du Nevada et peut-être 1% des futurs voteurs aux présidentielles.

    Sachant le radicalisme de Sanders et l’enthousiasme de ses supporteurs, il est impossible d’estimer son support parmi la population en général.

    1. jcvirgil dit :

      Quand on fait de tels calculs on constate qu’en prenant en compte l’ensemble des électeurs , Trump est élu avec environ 27% des suffrages possibles et pourtant certains jugent qu’il est pratiquement imbattable pour la prochaine élection 🙂

    2. kelvinator dit :

      Ce sont des caucus, un procédé encore plus anti-dmocratique que les super-délégués, mais nL’espérez pas les berniebros dénoncer cette situation qui les avantages…
      Ils ne dénoncent QUE les situation qui les désavantage, hypocrisie partisane oblige!

  81. Apocalypse dit :

    Victoire de M. Sanders avec près de 47% du vote et donc, 53% pour tous les autres candidat(e)s. Cette division, si elle perdure, pourrait ouvrir la voie à cet homme. L’establisment démocrate ne doit pas la trouver drôle. Un candidat qui vient du dehors du parti et cela lui procure lui indéniable avantage. Imaginer. si tout le monde reste, avec l’arrivée de M. Bloomberg. M. Sanders doit prier pour que personne n’abandonne.

    On aurait peut-être eu droit au même genre de scénaria en 2016 si plusieurs candidats démocrates avaient partagé la scène avec Hillary Clinton.

    On se demande ce que peut faire le parti démocrate dans cette situation? Sans doute pas grand chose.

    En fait, je me demande si les chances de M. Sanders n’auraient pas été meilleures en 2016 qu’elles pourraient l’être, s’il est choisi, en 2020 contre M. Trump?

  82. Apocalypse dit :

    Pour ce qui est de l’histoire des super-délégués, le parti démocrate risque de se tirer dans le pied qu’il laisse passer M. Sanders ou lui barre la route. Dans un cas comme dans l’autre, plusieurs supporteurs d’un côté ou l’autre n’iront pas voter ou pire, se vengeront en votant pour Donald Trump. C’est ce qui arrive lorsqu’un candidat comme Bernie Sanders vient de l’extérieur du parti.

    Les démocrates ne veulent pas de Bernie Sanders et les républicains ne voulaient pas de Donald Trump. Pour l’instant ce dernier sert les républicains, mais à plus long terme, il pourrait bien les pénaliser.

    1. jcvirgil dit :

      C’est un autre problème de la démocratie américaine et de son bipartisme. Il n’y a aucun autre véhicule que d’intégrer un de ces deux partis pour accéder au pouvoir.
      Ça leur prendrait un Francois Legault appuyé par quelques milliardaires pour former une alternative et les sortir de l’opposition éternelle entre ces deux partis 🙂

      1. Encorutilfaluquejelesus dit :

        @jcvirgil

        Un troisième parti? Pour diviser les progressistes et frayer un chemin aux républicains vers la victoire? Vous voulez rire j’espère.

  83. kelvinator dit :

    Il y a juste un problème à la candidature de Sanders comme démocrate.

    Qui se partisans vont blâmer s’il perdra devant Trump?
    Avant c’était facile, il y avait toujours quelqu’un : les riches, l’establishment, le DNC, Jeff Bezos, les médias, CNN, les débats, les journaux.

  84. titejasette dit :

    @leonard1625 – 8h30

    Je ne connais presque rien dans le processus électoral américain et je préfère me taire car je n’ai pas l’habitude de parler à travers mon chapeau.

    Votre analyse statistique est intéressante.

    « La victoire de Sanders est éclatante ». Ce que je retiens de cet « éclat » c’est le signe du rejet unanime des décisions de la gouvernance de Trump… Une sorte retour du balancier…d’un mouvement qui serait allé trop loin…Mais c’est mon « feeling » et c’est juste feeling, ce n’est pas une nalyste/commentaire.scientifique.

    Qqu’un peut me donner les chiffres comparatifs du Névada lors des élections de 2016 ?

    J’attends toujours les commentaires des spécialistes/analystes des médias de masse. Je crois que nous sommes tous en attente de cela.

  85. Apocalypse dit :

    @titejasette – 09:12

    ‘« La victoire de Sanders est éclatante »’

    Voyons voir, Avec 60% du vote comptabiliser:

    Bernie Sanders – 46% – Votes: 3,523

    Joe Biden – 19.6% – 1,496

    Pete Buttigieg – 15.3% – 1,172

    Elizabeth Warren – 10.1% – 773

    ‘éclatante’ … Sérieusement? 😢

    Comme on dit, Donald Trump peut dormir tranquille!

    1. titejasette dit :

      @Apocalypse

      C’est relatif. D’accord. Mais c’est « éclatant » car comparativement à ses plus proches rivaux

      Bernie Sanders – 46%,
      Joe Biden – 19.6%
      Pete Buttigieg – 15.3%…

      Mon point. Sanders mène de loin, soit le double par rapport à Biden et le triple de Buttigied ! Ca me surprend !!!!

      PS: Mme Warren, n’en parlons même pas…plus elle attaque Bloomberg, plus ça baisse dans les sondages. Elle me donne l’impression d’une sorcière qui demande des comptes – harcèlement sexuel / professionnel de ses ex-employés à Bloomberg. Ce dernier a promis de divulguer trois ententes.)

      1. Samati dit :

        Warren semble désespérée et en attaquant ses rivaux démocrates, elle fait le jeu de Trump. Associer Bloomberg à Trump est une illustration de sa mauvaise foi. Les idées et le programme de Bloomberg se rapproche davantage de celles de Sanders que celles de Trump. Sur le contrôle des armes à feu, Bloomberg est même à gauche de Sanders.

        Les deux candidats démocrates diffèrent cependant sur les moyens pour atteindre certains des objectifs communs. Sanders n’a jamais rien gėré de sa vie contrairement à Bloomberg qui a créé un empire médiatique à partir de rien et a géré avec succès la mairie de New York.

        On lui doit notamment l’indertiction de fumer dans les lieux publics ( le premier à le faire dans le monde) et de vendre du junk food dans les écoles. La criminalité à New York sous son règne a fortement baissé au bénéfice de la population noire et latino, première victime de la violence.

        Bloomberg est plus intéressé à acheter la défaite de Trump que d’acheter la présidence.

      2. titejasette dit :

        @Samati

        « Bloomberg est plus intéressé à acheter la défaite de Trump que d’acheter la présidence »

        D’accord avec vous. Tout le monde est d’accord avec vous, y compris Mme Warren. Le problème c’est qu’elle est de mauvaise foi et elle ne veut pas l’admettre. Elle n’est pas assez intelligente pour comprendre et continue de prendre le ti peuple pour des cons. Mais voilà que le ti peuple l’a compris et la rejette dans le Nevada. C’est une Sénatrice ?

        J’ai hate que le processus d’élimination s’accélère et se concrétise. Que le nominee soit connu une fois pour toute

  86. Apocalypse dit :

    HS – mais combien désolant; une excellente chronique de Marc Cassivi (La Presse) et oui, ça parle de Donald Trump et c’est à pleurer 😢😢😢

    https://www.lapresse.ca/arts/202002/22/01-5262047-elvis-trump-fait-des-petits.php

    1. Haïku dit :

      @Apocalypse
      Merci pour le lien. Effectivement, combien désolant ! 😨😨

  87. Apocalypse dit :

    @titejasette – 10:56

    Vous avez peut-être manqué cette information dans mon post:

    ‘Votes: 3,523’ (Bernie Sanders)

    Une poignée de votes, alors on repassera sur l’éclatant!

    1. onbo dit :

      Le chiffre de 3523 est exact, sauf que ce ne sont pas des votes, je pense…

      Je pense que ce sont des ‘county convention delegates’. ces derniers vont élire (ou servir à élire) les 36 pledges delegates qui représenteront le(s) vainqueur(s) du Caucus du Nevada à la Convention Nationale du Parti Démocrate au Wisconsin.

      À ces 36 pledge delegates, vont s’ajouter 12 unpledge delegates choisis par le parti, pour un total de 48 delegates accordés au Nevada à la convention nationale.

      Je sais, c’est confondant à souhait. Sans doute la raison pour laquelle le nombre de Caucus est passé de 14 à 3 chez les Démocrates entre 2016 et la présente élection, 11 sur 14 d’entre eux devenant des Primaires.

      Je m’exprime sous toute réserve, le sujet étant fuyant comme un savon de douche…

      1. Haïku dit :

        @onbo
        Bien d’accord avec votre  » le sujet étant fuyant comme un savon de douche… » 😉👌

  88. Igreck dit :

    HS… mais pas tant finalement…
    Je comprends enfin le succès électorale de Trompe : il n’est pas le seul Bouffon a avoir gagné son pari !

    https://www.lesoleil.com/actualite/monde/humoristes-en-politique-le-pouvoir-aux-comiques-63ae5f332ecaa49fe405c404c7b83080

    1. jcvirgil dit :

      Un bon billet mais il manque la conclusion. Si tant de gens sont prêts à confier les rennes de leurs pays à des humoristes , c’est peut-être qu’ils considèrent qu’ils sont déjà dirigés par une bande de fous du roi qui ne les font pas rire…

      1. papitibi dit :

        Non, non, non, c’est pas ça!

        Si tant de gens sont prêts à confier les rennes de leurs pays à des humoristes…, c’est plutôt là l’expression de leur Foi inébranlable dans la DÉ-MO-CRA-TI-SA-TION de l’humour. Ils coûtent trop cher, les humoristes. Les billets sont hors de prix.

        Alors il suffit de les catapulter en politique pour avoir du fun gratis!

        Trumpisset, par exemple, il est devenu en quelque sorte l’entertainer en résidence à la White House. Il fait rire les z’wazos. Il fait rire les White Supremacists et autres racissss qui s’agglutinent pour le voir grimacer et parler (notamment!) des grandes qualités du cinéma sud-coréen. Il fait ‘freaker’ les Dreamers.

        Et les ceusses qui risent pas de ses grimaces, ils risent de son indigence lexicale, de son ignorance proverbiale et de ses raisonnements bancals. E puis, il y a le suntan, pis la moumoute, pis la cravate, pis sa bataille avec son parapluie à la porte de Air FArce One…

    2. Haïku dit :

      @Igreck
      Merci de l’info. En effet, un article fascinant.

  89. FlorentNaldeau dit :

    BS aurait donc été consacré comme le meneur absolu de la course? Cette affirmation ne se vérifie pas vraiment d’un point de vue arithmétique. Les trois états qui se sont prononcés jusqu’à présent ne sont pas de ceux qui pèsent vraiment lourd dans la balance électorale d’une élection générale. L’impact de ces résultats, en particulier la victoire au Nevada, n’est pas tant quantitatif mais plutôt psychologique. Les électeurs autant que le commentariat politique ont la mémoire courte; seule compte la dernière primaire. C’est elle qui domine l’exégèse et qui suffit apparemment pour prédire l’avenir. Il est par contre tout à fait légitime et de bonne guerre pour BS de profiter de cet effet psychologique et de s’auréoler du prestige d’avoir gagné au Nevada. Même si ce n’était qu’auprès d’une fraction des seuls électeurs Démocrates.

    Les décisions des jours à venir seront cruciales dans cette course. Les autres candidats arriveront-ils à trouver l’intelligence stratégique collective pour regrouper les forces modérées/centristes derrière une seule candidature afin d’arrêter la dispersion de leur base électorale? Le calendrier de ces primaires ne joue pas en leur faveur pour prendre une décision posée et coordonnée. Le super-mardi n’arrive que quelques jours après la primaire de la Caroline du Sud. Les décisions devront se prendre très rapidement et je ne suis pas convaincu que tous auront suffisamment de temps pour aboutir leur réflexion; il pourraient très bien choisir de s’accrocher au moindre microscopique grain d’espoir et de rester encore un peu, « au cas où », malgré l’appel au réalisme que lançait Andrew Yang (voir le commentaire de Frederic Jobin sous le présent billet, hier à 21h14). Je crois que si l’exercice de regroupement n’est pas fait avant le super-mardi (3 mars), il sera trop tard et l’amour-propre des candidats qui s’accrochent, malgré la certitude de ne pas l’emporter, devrait sceller la statut de meneur de BS et lui donner l’erre d’aller nécessaire pour faire une grasse récolte dans le reste des primaires (sans nécessairement atteindre le seuil pour une victoire au premier tour).

    Il faudra voir aussi quels choix seront faits lors du débat de Charleston cette semaine. BS bénéficiera-t-il encore d’une relative impunité, la plupart des attaques ayant été dirigées contre MB lors du débat du Nevada. Il est pourtant vulnérable sur quelques fronts, y compris le contrôle des armes à feu, sujet cher aux Démocrates et sur lequel il est en contradiction vec l’opinion majoritaire au parti. EW réservera-t-elle une part de sa vive ardeur (j’ai failli écrire « son venin ») pour BS, ou l’épargnera-t-elle encore compte tenu de leur relative parenté idéologique? MB n’est pas en lice dans la primaire de la Caroline mais il sera du débat, jusqu’à nouvel ordre; normalement, il devrait être mieux préparé. Même s’il est trop tard pour faire une première impression, il peut au moins démontrer qu’il est capable d’apprendre et de corriger le tir.

    1. onbo dit :

      Bloomberg vient de faire sa seconde impression. Disponible sur WAPO. Il s’est d’ailleurs mérité 4 pinochios pour sa vidéo tronquée.

  90. Apocalypse dit :

    @onbo – 11:59

    ‘Le chiffre de 3523 est exact, sauf que ce ne sont pas des votes, je pense…’

    Vous avez peut-être raison, mais il reste que M. Sanders passe parce que les démocrates ont trop de candidat(e)s. Comme ‘FlorentNaldeau – 11:45’, il faudrait qu’on réduise le nombre rapidement – ce qui ne risque pas d’arriver – ce qui pourrait grandement aider les démocrates à barrer la route à M. Sanders.

  91. Apocalypse dit :

    HS – un vrai de vrai, mais drôle dans mon bouquin même si …

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202002/23/01-5262078-un-americain-meurt-en-voulant-prouver-que-la-terre-est-plate.php

    Il va sans doute être considéré pour un ‘Darwin Awards’, avec raison d’ailleurs 🤣.

  92. InfoPhile dit :

    Voici une grosse nouvelle pour les progressistes et un formidable afflux d’eau au moulin de M. Sanders.

    À noter que The Lancet jouit dans le monde médical d’une estime probablement inégalée :

    «Yale study says Medicare for All would save US $450 billion, prevent nearly 70,000 deaths a year

    The study in The Lancet found that Medicare for All, supported by Bernie Sanders and Elizabeth Warren, will save money and is more cost-effective than “Medicare for All Who Want It. »»

    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(19)33019-3/fulltext

    1. onbo dit :

      Merci Infophile pour cette nouvelle exceptionnelle. La science médicale parle à travers The Lancet, en termes de vies sauvées par année et en termes d’espérance de vie des travailleurs de modeste condition et revenu.

      Les avantages économiques pour la société (employeurs, assureurs, administrations des États et budget national) semblent plus que manifestes. On se doutait comme canadiens ou québécois de cette issue favorable en santé pour nos voisins. Mais rien ne vaut une confirmation par un interlocuteur de ce niveau de crédibilité aux USA et de calibre mondial.

  93. Igreck dit :

    J’ai eu un coup au coeur… je croyais qu’i était question de Trompe dans cet article !

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202002/23/01-5262078-un-americain-meurt-en-voulant-prouver-que-la-terre-est-plate.php

    Dommage !

    1. lechatderuelle dit :

      héhéhé… très bon…. il voulait atteindre 1500 mètres pour prendre des photos de la terre plate… avec un avion ç’aurait été pas mal plus simple … mais bon, le stunt publicitaire a fonctionné même si le gars s’est tué….

      pas très réussi sa « mission »….

    2. Ne perdez pas espoir, il y a d’autres façons…

      India Doesn’t Want Monkeys Attacking Trump During Taj Mahal Visit

      Police plan to use slingshots during the president’s upcoming visit to ward off hundreds of aggressive monkeys living near the centuries-old mausoleum.

      https://www.huffpost.com/entry/trump-taj-mahal-monkey-attack_n_5e4eb356c5b615cb7bdc0ce3

      1. Haïku dit :

        Les singeries de Trump le rattraperont. 🐒🐒

  94. lechatderuelle dit :

    les victoires de Sanders ne peuvent -elles pas être la véritable volonté des Démcorates à opter pour une assurance médicale pour tous? Comme dans tous les pays évolués?…..

    Peut-être que les gens aux USA sont écoeurés de se faire vider les poches par des compagnies d’assurances avides de leur fric mais qui se balancent de leur santé….

    Peut-être que Sanders est leur choix, véritablement et non pas un non choix….

    on verra, mais y’a plus que les irréductibles fans de Sanders qui votent pour lui… mais misère 78 ans… contre trump 74 ans… pas à dire, ce ne sont plus de petites jeunesses….

  95. Robert Giroux dit :

    La société américaine dans son ensemble n’est qu’un rassemblement d’individus qui vivent côte à côte, qui n’ont pas vraiment une conscience sociale commune très développée et dont le but ultime est de s’enrichir pour pouvoir consommer plus. Et si vous n’êtes pas d’accord avec cette proposition, on vous accusera d’être un « liberal »anti-américain. Le mot libéral étant employé ici comme une insulte et si vous parlez de social-démocratie, on vous accusera d’être un méchant communiste!!
    Aux USA, le centre est occupé entièrement par la droite!
    Le conservatisme *fondamentaliste* politico-religieux et économique
    est la position par défaut aux États-Unis et les excès de la Droite
    sont vus comme une simple expression de la sacro-sainte liberté de parole.
    Les propos souvent hallucinants de personnages comme Rush Limbaugh
    et les grandes gueules de Faux News seraient la risée de la majorité des gens
    ailleurs qu’aux États-unis et la… Corée du Nord.
    Les petits états (comme le Wyoming, Montana, Idaho…)
    n’ont pas de grands centres urbains, sont beaucoup plus ruraux;
    ils n’ont pas une grande diversité raciale et/ou ethnique
    avec une population plus âgée et moins éduquée, religieuse et un peu raciste sur les bords.
    15 états totalisant moins de 2 000 000 habitants
    – 50 millions (un/sixième de la population) de personnes – élisent la moitié des sénateurs américains
    ET le POTUS grâce au système électoral qui date de l’époque des trains à vapeur et des chars à boeufs !

  96. Igreck dit :

    HS
    Toxicité
    On parle et on écrit ouvertement contre les étrangers et l’immigration à Londres, comme à Rome, Francfort, Montréal ou Chicoutimi. Parfois, il s’agit de quidams ignorants qui régurgitent ce qu’ils ont lu dans les journaux ou sur le web. Parfois, ce sont des intellectuels influents qui pratiquent le détournement de sens des idées de leurs adversaires. Et parfois, ce discours délétère est charrié par l’intimidateur en chef des États-Unis, Donald Trump lui-même, alias « l’homme le plus puissant de la planète ».
    https://www.lapresse.ca/arts/202002/22/01-5262047-elvis-trump-fait-des-petits.php

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :