Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Il faut imaginer l’étonnement des Américains. Quelques semaines seulement après l’entrée en fonction de Ronald Reagan, l’un des présidents les plus conservateurs de l’histoire américaine, la petite ville de Burlington, au Vermont, élit un «socialiste» au poste de maire. Son nom : Bernard Sanders, comme l’appelle le journaliste de l’émission Today de NBC, Phil Donahue, qui l’interviewe au lendemain de sa victoire, acquise par seulement dix voix.

Le journaliste du Washington Post David Weigel, qui dit être tombé sur une vidéo de l’interview, l’a publiée ce matin sur son fil Twitter. L’interview permet de confirmer que le discours de Sanders n’a pas changé d’un iota au cours des 40 dernières années. Elle permet aussi de constater que le nouveau maire ne sentait pas le besoin à l’époque d’ajouter le mot «démocrate» à l’étiquette qu’il utilisait pour se définir politiquement. Mais il se faisait rassurant pour ceux qui se méfiaient du socialisme. «Mes pouvoirs en tant que maire sont limités», disait-il à Dohanue qui voulait savoir s’il procéderait à la nationalisation de banques ou de secteurs industriels.

Reste à voir si certains de ses adversaires ne trouveront pas dans cette vidéo matière à faire peur aux Américains d’aujourd’hui.

P.S. : Vous n’avez pas encore eu le temps de contribuer à la première campagne de financement de ce blogue en 2020, qui entame son avant-dernière journée? Je vous invite à le faire dès maintenant. Nous sommes en voie d’atteindre notre objectif… si la tendance se maintien. Et merci de tout coeur à ceux qui ont déjà contribué!

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:

(Photo AP)

56 réflexions sur “Quand Sanders était un socialiste tout court

  1. Ma-t-matik dit :

    « L’interview permet de confirmer que le discours de Sanders n’a pas changé d’un iota au cours des 40 dernières années »

    Choes normale lorsque vous êtes guidés par des valeurs et des principes. L’inverse est une girouette comme Joe Biden qui s’oppose au mariage homosexuel dans un état mais qui est pour dans un état voisin le lendemain parce que ça pourrait affecter les dons à sa campagne.

    1. gl000001 dit :

      Non. C’est anormal. Tout les gens normaux évoluent parce que la société change. Elle ne change pas vite. Donc aucune comparaison possible avec la girouette !!

      1. jcvirgil dit :

        @gl 5 zéro + 1

        Sérieux ? La société a changée c’est vrai mais dans le mauvais sens.

        Le fossé des inégalités n’a jamais été aussi profond.
        Une mince classe de très riches capte la majorité de la richesse produite par le travail et engraisse ses paradis fiscaux grâce à la complicité des politiciens qu’ils se paient pour leur légiférer toutes les douillettes niches fiscales imaginées par leurs fiscalistes.

        C’est pas Sanders qui doit changer c’est plutôt la ploutocratie américaine.

    2. Pierre dit :

      Une chose est certaine tit Bernie a toujours eu des cheveux et du toupet tout le tour de sa tête… il a quelque chose feu Gérald Godin et/ou Claude Charron!!!

    3. Igreck dit :

      @Ma-t-matik
      Si je me fie à ce que je pense être vos accointances, je ne crois pas que vous ayez entendu parlé de ce que l’on appelle « l’évolution » !? Darwin en a prouvé l’existence scientifiquement pour celle qui se déroule sur des centaines de millions d’années mais elle est aussi possible pour un être humain sur des décennies. Il n’y a pas plus permanent que le changement… sauf pour les esprits obtus. Ma-t-matik, révisez vos calculs !

  2. Dekessey dit :

    De maire marginal à candidat à la présidence… l’étiquette socialiste fait encore peur, mais faut avouer qu’il y a eu du chemin de parcouru! C’est encourageant.

  3. gl000001 dit :

    « Dohanue qui voulait savoir s’il procéderait à la nationalisation de banques ou de secteurs industriels. »
    Ce sont des exemples de mauvaise information et de généralisation comme ça qui font peur.
    On a privatisé l’électricité au Québec avant même que la « social démocratie » soit à la mode. Et on a pas privatisé beaucoup d’institutions après qu’elle soit devenue à la mode !

    1. Achalante dit :

      Un des rares exemples de privatisation des revenus. Et n’oublions pas qu’il y a quelques années, on parlait de privatiser une partie d’Hydro-Québec, particulièrement celle qui fait des profits… Encore heureux que certains aient trouvé le moyen de balancer les budgets sans soumettre les Québécois à des hausses de tarif exorbitantes qui auraient inévitablement suivies la privatisation. Les Québécois ont payé pour les barrages et les lignes de transports, et bénéficient aujourd’hui d’un des tarifs les plus bas en Amérique du Nord, voire au monde (toutes proportions gardées, évidemment). Comme quoi, quand il est question de services essentiels, le secteur public n’est pas si mauvais…

      1. jcvirgil dit :

        En effet ! Chaque fois qu’un service public est privatisé on assiste à une augmentation de tarifs , à l’enrichissement de ses gestionnaires et à un sous financement dans l’entretien des équipements et des infrastructures qui fait que les gouvernements doivent en reprendre le contrôle après que les prédateurs en aient tirés tout les profits et le jus qu’ils pouvaient en tirer.

      2. Achalante dit :

        (Oups. La première instance de « privatisation » devrait se lire « nationalisation », bien sûr.)

  4. Ziggy9361 dit :

    Quarante ans plus tard il n’à pas compris que son chien est mort,son discours à beau de n’avoir pas changé d’un iota, la mauvaise
    nouvelle pour lui il en est de même pour la société américaine prise dans le carcan de la fausse promesse du réve américain
    accessible pour tous.

  5. Apocalypse dit :

    @Ma-t-matik – 13:00

    ‘Choes normale lorsque vous êtes guidés par des valeurs et des principes.’

    Non, ce n’est pas normal que sa pensée n’évolue pas; ça veut dire que c’est un extrémiste qui est incapable de s’adapter et qui dit: ‘my way or the highway’.

    Donald Trump ferait facilement le faire passer pour le diable en personne et ça marcherait.

    A un moment donné, il faut faire la bonne lecture du contexte dans lequel on se trouve et Bernie Sanders en est tout simplement incapable. C’est vrai qu’il y a du support pour ces idées, mais il y a (aura) beaucoup de résistances. M. Sanders veut tout simplement aller trop vite et les américains ne sont pas prêt pour sa révolution.

    On l’a souvent dit, je demeure convaincu que la meilleure stratégie est celle des petits pas.

    1. Ma-t-matik dit :

      @Apocalypse « Non, ce n’est pas normal que sa pensée n’évolue pas; ça veut dire que c’est un extrémiste qui est incapable de s’adapter et qui dit: ‘my way or the highway’. »

      Vos valeurs fondamentales ne changent pas. Vous pouvez remonter dans le fin fond du passé de Bernie Sanders et vous n’allez jamais trouver un moment dans sa vie où il était opposé à l’avortement ou contre les droits des homosexuels. C’est son fond. On n’évolue pas de « raciste » à « non raciste », c’est de la boulechite, vous l’êtes ou vous ne l’êtes pas. C’est ça la différence entre Bernie Sanders et Biden ou Bloomberg.

      1. Richard Hétu dit :

        Sur le plan philosophique, il est faux de prétendre que l’attitude d’une personne ne peut changer, que ce soit sur les questions de l’homosexualité, du racisme ou du rôle des femmes. À moins d’avoir une vie sociale nulle, tout le monde connaît des gens qui ont profondément évolué sur ces questions ou sur d’autres.

      2. gl000001 dit :

        « Vos valeurs fondamentales ne changent pas.  »
        Les votres peut-être. Ne généralisez pas sur tout le monde !!

      3. jcvirgil dit :

        @Richard

        C’est vrai qu’on peut évoluer, mais c’est très rare qu’une personne régresse.

        J’ai jamais vu ça sauf dans le cas de politiciens malhonnêtes à la recherche de suffrages…😎

    2. InfoPhile dit :

      @Apocalypse à 13:20

      « Non, ce n’est pas normal que sa pensée n’évolue pas; ça veut dire que c’est un extrémiste qui est incapable de s’adapter et qui dit: ‘my way or the highway’. »

      Vous voulez dire s’adapter à l’air du temps (progressisme) ? Ça, c’est une chose. C’en est une autre quand il s’agit des principes sous-jacents à une société juste et des moyens pour la faire advenir.

      « the highway » ?

      S’il y en a un qui a roulé longtemps et patiemment sur la voie de service, c’est bien M. Sanders. À vrai dire, celle-là je ne la comprend pas.

      «Donald Trump ferait facilement le faire passer pour le diable en personne et ça marcherait.»

      Auprès des racistes et des « inégalistes » ou autres tenants du droit d’être bien né, en effet et incontestablement.

      J’aime croire que c’est une histoire différente pour ceux qui croient à l’égalité des chances, au droit de vivre dans un quartier sain, de se nourrir sainement, de se développer et de s’instruire, d’être soigné, de travailler et d’être rémunéré en fonction de ses efforts et compétences plutôt qu’en fonction de sa naissance.

      La migration économique est un puissant facteur de motivation. Ce qui est à prendre en compte.

      «la meilleure stratégie est celle des petits pas»

      Depuis Reagan et sauf exception avec M. Obama, ça a été plutôt été soit du surplace, soit de grands pas en arrière. Tant que ça reste conforme avec les moyens démocratiques, je ne vois pas pourquoi il faudrait renoncer à la perspective de changements significatifs, surtout lorsque de toute évidence ils concourent au bien commun (santé, éducation, changements climatiques).

      1. onbo dit :

        @infophile

        Je partage tout à fait les énoncés de principes et les nuances que vos apportez.

  6. treblig dit :

    Parce que il y a une différence entre un socialiste pur et un social-démocrate. Comme dans l’Union des républiques socialiste soviétique ( URSS) et, disons, les socio- démocrates suédois. Les Suédois ont une économie basée sur le capitalisme mais avec de larges mesures sociales financées par des impôts plus élevés et un système politique avec la tenue d’élection démocratique.

    Les soviétiques possédaient tous les moyens de production. Sans parler de la dictature du prolétariat, du politburo, du plan
    quinquennal et autres appellations caractéristiques de cette époque. Avec de larges différences entre le socialisme à la Maduro et celui de Kim Jong-il en Corée du Nord.

  7. Apocalypse dit :

    @Dekessey – 13:03

    Bernie Sanders qui les mêmes idées depuis des décennies et elles ne proviennent pas de lui, il les a prises dans d’autres sociétés et le Canada en fait sans doute partie.

    M. Sanders est un politicien dans la petite moyenne, rien d’extraordinaire, répète constamment les mêmes choses. Il faut vraiement croire aux miracles pour penser que cet homme serait un grand président; un grand président à 80 ans … yeah right 😢. S’il avait eu une certaine envergure, il aurait fait sa marque il y a longtemps.

    1. Dekessey dit :

      Pas sûr de comprendre ce que mon nom a à voir avec votre commentaire.
      Peut-être vous êtes vous trompé et vous vouliez répondre à quelqu’un d’autre?

  8. onbo dit :

    Je suis très heureux d’avoir pu avoir accès à cette vidéo de Bernard Sanders.

    Il avait déjà les idées claires et le verbe facile et cohérent, la répartie nette et pointue.

    Autrement plus inspirant que Mike qui se veut sympa mais qui joue avec Donald à se lancer mutuellement de cette chose qu’on se refuse à nommer. When Donie and Mike go very low, I coupe toujours mon micro, ensuite je lave mes yeux.

    Hier, Biden et Warren comme personnes m’apparaissaient « presidentiable ».

    Après avoir vu cette vidéo, Sanders entre également dans la classe des « presidentiable ».

    1. gl000001 dit :

      « Sanders entre également dans la classe des « presidentiable ». »
      Étrange évaluation. Le Sanders de l’année 2020 me semble borné et aigri. Pas des qualité pour être « presidentiable ».

      1. jcvirgil dit :

        Avouez tout de même que Trump a baissé les critères.
        Si un tel énergumène à pu être élu POTUS à peu près n’importe qui peut l’être.

      2. gl000001 dit :

        Non. Justement, ça prend des gens honorable.

    2. treblig dit :

      Si on prends comme exemple le Canada / Québec, il est plus facile de faire le point :

      Le Canada se gouverne essentiellement au centre (libéral) avec un parti centre droit ( conservateur) ou du centre gauche ( NPD/ verts).

      Le Québec se gouverne aussi au centre ( quoi qu’ on en dise) avec le centre droit ( CAQ), le centre ( libéral), le centre gauche ( PQ) et la gauche ( solidaire).

      Ce portrait ne s’applique pas aux États-Unis ou le pouvoir oscille entre le centre droit ( démocrates) et la droite ( républicain). Par exemple, le parti conservateur est ( très légèrement ) plus à gauche que le parti démocrate sur certain points ( comme l’assurance maladie).

  9. Stéphane Maltais dit :

    Quel homme extraordinaire! Je ne me souviens pas avoir vu un politicien avec cette intégrité, passion, honnêteté, courage, conviction, altruisme. Je ne suis pas certain que les USA sont prêt pour ce mouvement à gauche mais j’admire beaucoup Bernie.

  10. lechatderuelle dit :

    si des gens ont peur de cette vidéo en 2020, misère… on n’est pas loin des grottes…….

    on constate aussi qu’en politique les gens se renouvellent peu ou pas avec le temps…. d’où l’intérêt de limiter leur présence dans la politique….

    Trainer des « idées » pendant 40 ans … ça donne des résultats à la trump qui gouverne comme il pensait que ça fonctionnait voilà 30 ans et il est demeuré à ce niveau….

    il faut des gens qui ont des idées pour le moment présent….

  11. Frederic Jobin dit :

    Les partisans du statu-quo et de l’establishment continuent la campagne de peur… « Les américains ne sont pas prêts », c’est n’importe quoi et il faut ne connaître personne dans les milieux ruraux ou en dehors de ceux à qui le système profite…

    La majorité des citoyens rejettent le statu-quo, le système ne fonctionne pas pour le citoyen lambda… En 2016, plusieurs ont voté pour Trump question de foutre le feu à la baraque, ce sentiment d’écoeurantite est toujours bien présent en 2020 et il faut en être conscient…

    Les vrais changements politiques et sociaux, ne se font pas « à petits pas », l’Histoire nous démontre clairement le contraire…

    1. InfoPhile dit :

      « En 2016, plusieurs ont voté pour Trump question de foutre le feu à la baraque »

      Tellement ! D’ailleurs Michael Moore l’avait détecté et avait prédit une aussi grosse que décevante surprise qui s’est confirmée.

      «Michael Moore on election results: Democratic party ‘failed us miserably’»

      https://ew.com/article/2016/11/09/michael-moore-election/

      «“Take over the Democratic Party and return it to the people. They have failed us miserably,” Moore wrote. “Fire all pundits, predictors, pollsters and anyone else in the media who had a narrative they wouldn’t let go of and refused to listen to or acknowledge what was really going on. Those same bloviators will now tell us we must ‘heal the divide’ and ‘come together.’ They will pull more hooey like that out of their ass in the days to come. Turn them off.”

      Moore also called for Democratic members of Congress “to fight, resist and obstruct in the way Republicans did against President Obama every day for eight full years” — or else “step out of the way and let those of us who know the score lead the way in stopping the meanness and the madness that’s about to begin.”»

    2. el_kabong dit :

      « En 2016, plusieurs ont voté pour Trump question de foutre le feu à la baraque »

      Dont 12% des bernie-bros frustrés… des vrais progressistes…
      On se dirige effectivement vers le même Bernie-or-bust scénario en 2020…

      1. Frederic Jobin dit :

        Est-ce qu’une présidence Sanders serait pire que celle de Trump? Est-ce ce que vous sous-entendez?

        Êtes-vous vraiment convaincu que Sanders ne peut pas battre Trump? Aussi convaincu que tous ceux, démocrates ou républicain, qui disaient que Trump était « unelectable » ??

  12. respirons2018 dit :

    Contribution effectuée ce matin avant une petite vacance de golf à Varadero Cuba, un pays honni de l’usurpateur du titre de président des USA.
    Cuba oblige, je pourrai me sevrer de l’ambiance folklorique et toxique qui règne depuis 3 ans chez nos voisins du sud, le tout, grâce aux élucubrations du roi soleil ( couleur de cheveux et teint orangé).
    Il est tôt pour une prédiction mais je me lance.
    Le 3 novembre prochain, nos voisins auront un nouveau dirigeant soit M. M. Bloomberg.
    Le gros débile lourd va subir une raclée qu’il n’oubliera pas de sitôt. Oubliez son taux d’approbation de 49% selon un récent sondage.
    Il y a environ 25 % d’électeurs républicains dans ce pays et il y en a un méchant paquet qui ont déchanté depuis novembre 2016.
    Les électeurs dits modérés en ont plus que leur voyage de ce personnage loufoque et profiteur.
    Les démocrates ne l’ont pas en odeur de sainteté .En fait, ses carottes sont cuites, ce qui va bien avec sont teint.
    Il aura par la suite beaucoup de vrais problèmes à régler tels les poursuites qui le guettent par certains états américains, par des poursuites pour agressions sexuelles etc…
    Bonne chance afin de dénicher des avocats autres que Barr, Cippolone et al.
    Go Bloomgerg go.

  13. Apocalypse dit :

    @Richard Hétu – 13:36

    Merci pour votre réplique à ‘Ma-t-matik – 13:32’, je n’aurais pu faire mieux.

  14. FrancoisP73 dit :

    Il y a un truc qui cloche en moi. ou quoi?

    Le « socialism » aux USA, c’est considéré comme du communisme? Donc, les pays tels le Canada, France, Suède, Grande-Bretagne et plusieurs, sont de « méchants communisses »?Stupid countries.

    Dollar pour dollar, les américains payent plus pour la santé (par habitant) que ces satanés pays « communisses ». Ces gens sont heureux d’enrichir des corporations, mais sont réticents à entrevoir l’ouverture proclamée par l’administration Obama aux soins de santé universel?

    Un Bernie Sander est considéré comme étant l’extreme gauche? Z’êtes sérieux? Un gus pareil serait considéré comme de la « drette » dans plusieurs pays. En fait, tout le Democratic Party serait considéré comme de la drette pseudo-centriste partout.

    Mais aux USA, les Démocrates sont « la gauche ». Sure…

    C’est tellement triste, la propagande.

  15. Apocalypse dit :

    @Stéphane Maltais – 14:00

    Je ne suis pas un fan de Bernie Sanders, mais il a beaucoup de mérite d’avoir ses positions et de les avoir gardées pendant si longtemps dans le contexte d’un pays comme les Etats-Unis. Il aurait beaucoup plus à sa place dans un pays comme le Canada.

  16. Samati dit :

    Il faut faire la distinction entre les idées d’un individu et le comportement de ce même individu. Sanders est un être aigri, revanchard, aux approches populistes et ses supporteurs sont du type dogmatique. Il ne faut pas se surprendre de voir Sanders et ses supporteurs attaquer les autres candidats démocrates sur leur personnalité plutôt que sur leurs idées. Il est la source principale du chaos dans le parti démocrate. Même si il est élu les sénateurs et représentants démocrates ne le suivront pas.

    Sanders est la carte rêvée pour Trump et ses supporteurs, dont quelques dictateurs comme Poutine, Kim Jung Un. La planète ne peut pas se permettre 4 autres années de Trump.

    1. gl000001 dit :

      Très bien dit.

    2. monsieur8 dit :

      @samati : « Il ne faut pas se surprendre de voir Sanders et ses supporteurs attaquer les autres candidats démocrates sur leur personnalité plutôt que sur leurs idées. ».

      Et vous faites exactement ce que vous reprochez aux autres.

      1. Samati dit :

        @ monsieur8

        Dans le contexte des élections américaines une « personnalité » comme Sanders ne lui permettrait pas de gagner des élections contre Trump, contre les républicains mais également contre un grand nombre de démocrates. C’est une réalité du système américain.

    3. Ma-t-matik dit :

      @Samati Vous êtes sûrement un employé du DNC à répéter des niaiseries de la sorte.

      Hilary était une candidate pitoyable qui aura permis à Trump de devenir POTUS. Il faudra vous l’admettre un jour.

      1. el_kabong dit :

        @ma-t-matik
        « Hilary était une candidate pitoyable qui aura permis à Trump de devenir POTUS. »

        De votre côté, vous êtes un définitivement un bernie-bro pure laine pour répéter une niaiserie pareil.
        Ce sont au premier chef vos co-religionnaires américains, qui sont restés chez eux (à l’encontre même de la recommandation de leur prophète) qui ont permis au minable orangé de devenir potus; autrement dit, qui ont préféré voir le minable orangé remporter l’élection plutôt que voir gagner un autre candidat démocrate que leur messie (rappel : 12% de vos bros ont voté pour le minable orangé)…

      2. Ma-t-matik dit :

        @El-Kabong Quand cet  » autre candidat démocrate » allait continuer la gouvernance Wall-Street, les changements de régime à l’étranger et l’escalade des tensions avec la Russie dans le but de déclencher une guerre…aussi bien rester à la maison, oui.

      3. el_kabong dit :

        @ma-t-matik
        « Quand cet » autre candidat démocrate » allait continuer… bla-bla-bla-bla »

        Les foutaises bernie-bro-esques… et vous confirmez que vous préfériez voir le minable orangé l’emporter…

  17. Gilles Morissette dit :

    Au moins, Sanders est constant dans ses idées. Ceux qui votent pour lui savent ce que implique leur vote.

    Si jamais, il remporte les Primaires (ce qui est loin d’être certain)généralement , soyez assuré que Tiny Brain va lâcher sa horde de chiens enragés afin qu’ils trouvent tout ce qu’ils peuvent pour l’embarasser quitte à fouiller les poubelles et les bacs à vidanges.

    Anyway, on peut certes changer d’idée en vieillessant. C’est normal. Ça fait partie du procerssus de la vie. Toutefois, le changement dans de tels cas, s’accompagne d’un processus de réflexion qui peut s’étendre sur plusieurs années.

    On est tous passé par là. L’important c’est d’être honnête avec soi-même et de reconnaître que toute idée n’est pas immuable. Elle évolue avec l’âge et l’expérience de la vie.

    Oui, il est possible que ce que nous pensions sur tel sujet il y a 5-10 ans soit différent de ce que nous pensons aujourd’hui.

    Ceux qui prétendent le contraire sont malhonnêtes au plan intellectuel.

  18. InfoPhile dit :

    @Samati à 14:57

    «Il ne faut pas se surprendre de voir Sanders et ses supporteurs attaquer les autres candidats démocrates sur leur personnalité plutôt que sur leurs idées.»

    Où peut-on trouver confirmation ? À moins que vous ne confondiez personnalité et parcours professionnel ?

  19. Samati dit :

    @ InfoPhile

    Je suis les élections sur cette tribune mais également sur Twitter. Les Bernie Bros se sont fait une spécialité d’attaquer les adversaires de Sanders. Si ils étaient stratégique, leurs critiques devraient se concentrer sur Trump plutôt que de soutenir une série de conspirations dignes des éléments les plus à droite de la société américaine. Dans le support de Sanders la droite extrême rejoint cette gauche dogmatique.

    1. InfoPhile dit :

      @Samati

      Ok, je comprends, mais vous savez que sur le net on trouve de tout, ce ne sont pas les cinglés qui manquent et ce peu importe les allégeances. Il y a même des équipes étrangères qui ont mandat de semer la zizanie…

      Pour autant que les candidats fassent montre de respect. Le reste, on n’y peut rien.

      Les candidats démocrates doivent impérativement éviter les coups en bas de la ceinture. Ça ne veut toutefois pas dire qu’ils doivent se retenir d’appeler un chat, un chat.

      Le plus important, sera de construire une alliance ultra solide, inattaquable, une fois le vainqueur connu. Bloomberg s’est engagé en ce sens et il faut l’en féliciter.

  20. Un discours typiquement social-démocrate. Rappelez-vous, nous sommes dans les années 80, années où beaucoup de gens pensent que socialisme et communisme c’est du pareil au même. Sanders s’assure de faire la différence.
    Il est vrai que fondamentalement il n’a pas changé. Seuls les chiffres ont varié. De 2% d’ultra riches on est descendu à 1% et selon les cas, à moins de 1%. Et c’est le % de l’économie que ces gens contrôlent qui a considérablement augmenté.
    Quant à la classe «laborieuse» à laquelle Bernie Sanders fait allusion dans cette entrevue, son sort ne s’est pas amélioré. Prenons seulement le Federal Minimum Wage présentement à 7,25$. «The minimum wage had its highest purchasing power in 1968, when it was $1.60 per hour, (equivalent to $11.76 in 2019)» et on n’entend pas Donald Trump et ses fidèles se préoccuper le moindrement de la situation.

    Après toutes ces années, on peut comprendre qu’une certaine impatience puisse animer Bernie Sanders. Cela permet sans doute à ses adversaires de le traiter de vieil aigri et de le faire passer pour un «communiste», l’analyse politique subtile n’étant pas la principale qualité du citoyen américain moyen.

    1. jcvirgil dit :

      Comme quoi c’est plus facile dans ce cas d’attaquer le messager que le message qu’il porte et la réforme nécessaire de la démocratie américaine qui est maintenant une ploutocratie.

      Un gouvernement pour les riches dominé par les riches. Peut-on nommer un sénateur américain qui ne soit pas millionnaire ?
      S’il y en a un, c’est sûrement l’exception qui confirme la règle.

      1. Igreck dit :

        Même Bernie est maintenant millionnaire ! C’est peu dire !!!

  21. InfoPhile dit :

    @el_kabong à 15:47

    «12% de vos bros ont voté pour le minable orangé»

    À supposé que cela soit vrai, ce dont je doute, je ne peux pas croire qu’ils n’aient pas eu leur leçon au point de récidiver.

    Je rappelle que si les Verts de Jill Stein avaient voté Clinton en 2016 dans les états qui ont fait la différence, cette dernière aurait gagné. Souvenons-nous que le plan vert de Mme Clinton était à ce point avant-gardiste que M. Obama n’y croyait guère.

    À ce jour, il m’est incompréhensible qu’elle n’ait pas remporté les présidentielles. À mes yeux, Comey est le principal coupable.

    Je ne suis pas loin de subodorer que derrière tout commentaire excessif et provocateur, il y a une sorte de taupe est-européenne, si vous voyez ce que je veux dire.

  22. Igreck dit :

    @jcvirgil 16:01
    « C’est vrai qu’on peut évoluer, mais c’est très rare qu’une personne régresse. J’ai jamais vu ça sauf dans le cas de politiciens malhonnêtes à la recherche de suffrages… »

    Et ce qu’on peut voir ce sont des politiciens qui peuvent faire régresser des populations entières.

  23. Igreck dit :

    @Frederic Jobin dit : 13/02/2020 à 14:28
    « Les citoyens rejettent le statut quo… »
    Alors expliquez moi pourquoi, après Obama, ces mêmes citoyens ont pu élire Trompe ?

    1. Lecteur-curieux dit :

      Il faut comprendre les limites du vote et du système ancré dans la pensée binaire en plus de celle linéaire alors on a pas ce qu’on veut et encore le vote vous dirait que ce sont les deux en même temps qui ont été choisis.

      C’est paradoxal et contradictoire ? Des esprits étroits et simplistes comme un Richard Martineau ne peuvent alors pas comprendre et malheureusement une Denise Bombardier devenue réactionnaire non plus. Trump lui ? Un promoteur et vendeur à commissions courtisant les très réactionnaires des USA mais action-réaction le progrès va se faire pareil. Trump va au final favoriser le progrès bien malgré lui et ce même en remportant un second mandat.

      C’est le peuple qui doit changer pour changer le système et non juste les têtes dirigeantes. Vous en coupez une et il en repousse deux autres.

  24. Lecteur-curieux dit :

    J’aurais voté pour ce socialiste même si je ne le suis pas. Je suis un libéral social, économique et politique mais aucun parti ne correspond exactement à cela.

    Libéral social ? Alors il faut une dose de socialisme donc on vote pour en avoir pour espérer que le mix final fasse un bon cocktail.

Répondre à jcvirgil Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :