Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Il a l’argent, l’organisation et l’enthousiasme d’un groupe d’électeurs qui pourrait très bien lui permettre de remporter l’investiture démocrate si son opposition demeure divisée. Mais Bernie Sanders n’a pas prouvé mardi au New Hampshire qu’il comptait sur un mouvement susceptible de battre Donald Trump ou de révolutionner la politique américaine.

Plusieurs thèmes se sont dégagés de la primaire du Granite State. La montée de deux outsiders du Midwest – Pete Buttigieg et Amy Klobuchar – en est un. La dégringolade de deux candidats bien établis – Joe Biden et Elizabeth Warren – en est un autre. Mais la courte victoire du sénateur du Vermont retient notre attention au lendemain du scrutin.

Dans ses discours, Bernie Sanders assure qu’un mouvement composé d’une armée d’électeurs qui boudent la politique ou le Parti démocrate – les jeunes, les cols bleus et les indépendants, entre autres – lui permettront de sortir Donald Trump de la Maison-Blanche et de réaliser son ambitieux programme.

Au New Hampshire, une partie de cette armée est restée à la maison ou a préféré d’autres candidats. Prenons les jeunes. Leur pourcentage de l’électorat à la primaire de l’État de la Nouvelle-Angleterre a décliné de 2016 à 2020, passant de 19% à 14%. Quant aux indépendants, 29% d’entre eux ont voté pour Sanders en 2020 contre 73% en 2016, comme le souligne Ryan Lizza ici. Pete Buttigieg a récolté pas moins de 25% de leurs voix. Ce qui n’a pas empêché les partisans du sénateur du Vermont réunis àManchester de scander «Wall Street Pete» pendant que Buttigieg livrait son discours mardi soir.

Si Sanders est en voie de consolider le vote progressiste chez les démocrates, il fait par ailleurs face à un bloc beaucoup plus important d’électeurs modérés, dont 52,6% ont voté pour Buttigieg, Klobuchar ou Joe Biden au New Hampshire. C’est donc la division de ce vote qui a permis à Sanders d’arracher une courte victoire dans son patelin, ou presque, devant un politicien presque inconnu il y a un an. Il récolté 25,7% des voix, contre 24,4% pour Buttigieg, 19,8% pour Klobuchar, 9,3% pour Warren et 8,4% pour Biden.

Une victoire qui fait suite à une performance qui lui donnera moins de délégués que Buttigieg en Iowa. Conjuguée aux sondages nationaux, cette victoire fait néanmoins de lui le meneur de la course à l’investiture démocrate.

Le mouvement dont Bernie Sanders se veut le prophète se manifestera peut-être dans les prochains scrutins, où un électorat plus divers aura l’occasion de se prononcer. Mais la révolution qu’annonce le candidat socialiste démocrate semble incertaine pour le moment.

P.S. : Troisième journée de la première campagne de financement de ce blogue en 2020. J’invite tous ceux et celles qui n’y ont pas encore contribué de manifester votre appui à ce site unique consacré à l’actualité américaine. Et merci à tous ceux et celles qui l’ont déjà fait!

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:

(Photo AP)

68 réflexions sur “Une révolution ou un mirage?

  1. ghislain1957 dit :

    « Mais Bernie Sanders n’a pas prouvé mardi au New Hampshire qu’il comptait sur un mouvement susceptible de battre Donald Trump ou de révolutionner la politique américaine. »

    Voici la phrase à retenir de ce billet. tRump et sa bande de mafioso vont faire qu’une bouchée de ce « communiste » lors des prochaines élections.

    Il est plus qu’urgent que le parti Démocrate se réveille, ils sont en train de se faire tirer le tapis sous les pieds. Vivement que Bloomberg, le seul candidat ayant le potentiel de crisser le gros clown hors de la maison brune, soit mis de l’avant, autant par son organisation que par celle du DNC.

  2. POLITICON dit :

    La révolution en attente.

    La révolution débutera lorsque Bloomberg embarquera dans la mêlée début mars. Est-ce un mirage ou le milliardaire qui s’autofinance sans limite de fond pourra changer la donne dans cette course qui ne semble pas lever la base démocrate jusqu’à ce jour? Il connait Trump dans toutes ses tranchées et son expérience en politique pourrait jouer très fort pour remporter la course. S’il a déjà investi des centaines de millions en publicité, cet homme d’affaires réputé ne dépense pas son argent sans compter ses chances de faire une différence importante. Mirage ou révolution peut-être pour Sanders mais Bloomberg n’est pas encore dans la course et semble être capable de faire tourner le vent en sa faveur.

    1. Igreck dit :

      Le simple fait pour Bloomberg de ne pas (s’)être associé à la gestion lamentable du DNC aux caucus d’Iowa démontre que son intuition d’ignorer la campagne dans les États minus était juste. Le GOP de Trompe a bouleversé toutes les règles et ceuses qui persistent à agir « by the book » vont terminer directement « to the drain »! Les Dems doivent concentrer leurs efforts là où ce sera payant au Collège électoral… si tent est qu’il veulent d’abord éradiquer la vermine de l’Exécutif.

  3. Apocalypse dit :

    ‘Mais la révolution qu’annonce le candidat socialiste démocrate semble incertaine pour le moment.’

    ‘révolution’ … 🤣

    Croire que Bernie Sanders va tout raser et tout refaire aux … Etats-Unis; deviner ce qu’on a à vous vendre?

    Jusqu’à présent, le message est clair, on veut quelqu’un qui est au centre.

  4. gl000001 dit :

    Le vide créé par la déconfiture de Biden est rempli par des modérés, des centristes. Madame K. et monsieur B. Ca me semble clair ou ça s’en va.
    Dans presque tout, lorsque le balancier va trop d’un coté, la réaction est très souvent d’aller de l’autre coté. Mais lorsque ça va à un extrême, la tendance est de revenir au centre.

    1. sorel49 dit :

      On mesure l’effet Biden créé par les sondages qui a forcé le retrait prématuré des candidats comme Mme Kampala Harris, le sénateur Cory Booker , Beto O’Rourke.

      1. gl000001 dit :

        Ainsi est fait leur système bancal de parti politique. Un parti dans l’opposition a un chef dans les 6 mois avant une élection. Ca n’aide pas trop à donner une vision à ses troupes. C’est le triomphe de l’individualisme. Et ils aiment ça.
        Libarté !!!

  5. Louise dit :

    Sanders ferait bien de se réjouir de sa victoire parce qu’il n’est pas du tout certain qu’il y en aura d’autres.
    Dans son discours, il a mentionné q’une armée de gens qui boudent le parti démocrate vont faire sortir Trump de la Maison Blanche.
    Non seulement il vend du rêve aux jeunes mais il rêve lui-même. Souvent il me fait penser à Bannon, tout détruire pour recommencer selon sa vision du pays même si les gens ne sont pas rendus là.
    Je ne comprend toujours pas le parti démocrate d’avoir accepté un tel outsider dans le parti.

    Je me réjouis du résultat de Buttigieg. Plus il est connu et plus il est apprécié, il n’a pas dit son dernier mot. Ça prouve que ce ne sont pas toujours les plus flamboyant et les plus agressifs qui sont appréciés.
    Amy Klobuchard a bien fait aussi, sans être la meneuse c’est un atout pour le parti démocrate.
    Quant à Biden, il doit réaliser que sa campagne ne lève pas. Tout ce que je souhaite c’est qu’il ne fasse pas durer le spectacle d’un homme déclinant qui a passé son tour, ce serait pathétique. Il devrait réaliser qu’il n’a pas ce qu’il faut pour affronter Trump.

  6. Ma-t-matik dit :

    C’est absurde de comparer les chiffres de 2016 à 2020, en 2016 il y avait 3 candidats, en 2020 il y en a au moins 8. Bernie a gagné le vote populaire dans les deux premiers états mais on le critique de ne pas avoir gagné par une assez grosse marge. Ok.

    « Le mouvement dont Bernie Sanders se veut le prophète se manifestera peut-être dans les prochains scrutins, où un électorat plus divers aura l’occasion de se prononcer. »

    Et le taux d’approbation de Buttigieg au sein de cet électorat plus divers vascille entre 0% et 1 %. Vous voulez parler de mirage?

  7. kelvinator dit :

    « Ce qui n’a pas empêché les partisans du sénateur du Vermont réunis de scander «Wall Street Pete» pendant que Buttigieg livrait son discours mardi soir. »

    C’est un autre exemple qui démontre les similarités entre le populisme de gauche et le populisme de droite?
    Pete serait vendu à Wall Street parce qu’il côtoie des personnes riche!!

    Warren et Sanders savent tout deux que l’argent est important, mais commence la campagne une main attaché dans le dos pour rehauser leur image de purité morale en refusant les dons de riches. C’est contre-productif et ne peu que mener à un effondrement devant les millions récoltés par les républicains.

    Pourquoi Sanders se donne des obstacles supplémentaire inutiles en refusant de l’argent? Dans le seul but de nourrir son image populiste d’incorruptible, alors qu’il rechignent à la plus élémentaire transparence en terme de santé?

    1. spritzer dit :

      @kelvinator

      Pensez-vous que les 40 milliardaires qui ont donné à Buttigieg donnent à la légère et qu’ils auraient pu tout aussi bien donner à Sanders?

      Et la façon de Sanders de financer sa campagne, vous ne trouvez pas que c’est la meilleure façon, la plus démocratique? Et même s’il recherchait les dons de milliardaires, je ne pense pas que beaucoup lui répondraient.

      1. kelvinator dit :

        @spritzer
        Pourquoi croyez-vous que les riches ne donne pas à Sanders?
        Pourquoi croyez-vous que les latinos ne donne pas à Trump?
        Parce que dans les deux cas, ces populistes les accusent d’être la cause de tout les problèmes de la société…

        Pour moi, la démocratie inclu tout le monde, elle n’exclu pas les riche, les latinos, les musulmans, les noirs, les pauvres, les locataires… TOUT le monde. Sinon on est divisif.

      2. spritzer dit :

        @kelvinator

        Les riches peuvent donner à la campagne de Sanders, dans les normes que la campagne accepte.

      3. kelvinator dit :

        @spritzer
        Si c’est un don personnel en bonne et du forme, Sanders le refuse.
        Sanders a accusé Clinton d’accepter des dons personnels d’employés d’une compagnie de pétrole… Il pousse assez loin la haine de l’autre basé sur des généralisation.

  8. Alexander dit :

    Je le répète, seul un centriste pourrait battre Trump.

    Choisissez votre préféré parmi Bloomberg, Buttigieg, Klobuchar ou Biden, dans l’ordre.

    Sanders va s’étouffer avec sa révolution. Sa montée est un orgasme -de plus- pour Trump. Tellement facile de discréditer le maudit socialisse.

    Etre Trump, je contribuerais personnellement à la campagne de Sanders pour mieux l’aider à se pendre.

    1. jcvirgil dit :

      @Toile
      C’est ce que vous croyez. Avec le faible pourcentage de vote aux élections présidentielles ,l’approbation de Trump est plafonné à environs 25% des suffrages possibles .Les Américains ne sont quand même pas tous des fanatiques. Ils voient bien le gouffre où cette direction politique entraîne le pays.

      En leur proposant des changements profonds Sanders amènerait plus de gens aux urnes. S’il a le loisir d’expliquer son programme et de l’adapter pour ratisser le plus large possible, tout en martelant toutes les erreurs de la gouvernance de Trump et son côté complètement fou, ce qui est le but de toute campagne électorale il y a de grandes chance qu’il sorte Trump du pouvoir et ce dernier le sait fort bien.

      1. el_kabong dit :

        @jcvirgil
        « En leur proposant des changements profonds Sanders amènerait plus de gens aux urnes. »

        Ça, c’est ce que vous croyez… c’est le mirage du titre du billet, qu’il semble que vous n’avez pas lu : quand ses partisans ne sortent même pas pour les primaires (selon les chiffres du billet), qu’est-ce qui vous fait croire qu’ils vont sortir à l’élection générale (sans compter tous les indépendants modérés qui vont rester chez eux)…

        Vous vivez dans le même genre de réalité alternative que le minable orangé et ses disciples…
        (vous propagez les mêmes complots d’ailleurs)

  9. Jacques Rivard dit :

    3 mars: Michael Bloomberg.

  10. InfoPhile dit :

    Tiens ! Voilà ti pas que Bernie serait un prophète ! Dans moins de deux on ajoutera le terme « loufoque » … Pensez donc ! Voir si on peut simplement offrir à ce pays remplis d’incapables, comme chacun le sait, un programme humain à l’aune de ce qui se fait un peu partout ailleurs !

    Les Américains seraient trop stupides pour s’offrir ce qui est la norme dans les pays civilisés, trop neuro-lessivés ? Eh bien offrons-leur le choix plutôt que de sombrer dans le défaitisme le plus noir et on verra bien. Moi je suis confiant.

    1. Richard Hétu dit :

      Prophète : celui qui annonce, qui devance. Où est le problème?

      1. Le Champ dit :

        il est clair que pour la majorite des gens y comprit sur ce blogue que une victoire pour Sanders faciliterait la victoire de Trump aux elections par contre je dirais ceci quand Trump a remporte l investiture republicaine personne lui donnait une chance de gagner et pourtant…

        A la lecture de plusieurs de vos billet sur Sanders il est facile de comprendre que celui-ci n est pas votre candidat ideal pour defaire Trump ( le mien non plus d ailleurs) donc interpreter le mot prophete dans ce commentaire comme ironique n est pas si surprenant que ca.

      2. Richard Hétu dit :

        Je ne peux pas vous donner tort.

      3. gl000001 dit :

        Élu, prophète, religion, dogmatisme. Ca appelle à suivre LA personne qui a LA vision. Ca appelle à suivre aveuglément. Pas à discuter.
        C’est contradictoire avec ce que je dis plus haut ? Non pas vraiment. Ca prend une direction qui se développe en équipe. Un prophète, c’est l’antithèse de l’équipe.

      4. InfoPhile dit :

        Au XXIe siècle le terme prophète sied bien davantage pour accoler un sens péjoratif, genre hurluberlu ou charlatan.
        Deja que Trump traite Bernie de cinglé, il n’est pas pas nécessaire d’en rajouter.
        C’est du moins ce que je crois.

    2. kelvinator dit :

      Encore une fois infophile, vous rapportez tout à son programme uniquement.

      Içi, il est question de battre Trump, et critique cette sacro-sainte vision chez les partisans de Bernie qu’il est le seul capable de battre Trump, en s’appuyant sur le même type de sondage qui donnait Clinton gagnante en 2016.

      Votre animosité envers quelconque critique de Sanders vous sort de votre cadre habituel.

  11. sorel49 dit :

    La victoire à 26% de Sanders dans son fief le New Hampshire est mitigée. Les sondages à 80% indiquent que l’électorat Démocrate a comme objectif de sortir Trump de la Maison Blanche avant toute autre considération. Cela devrait être confirmé par les votes dans les 3 prochaines semaines et confirme par le Super Mardi.

  12. P-o Tremblay dit :

    et pourquoi pas? Les analystes avaient prédit une victoire facile pour Hillary avec un programme des plus conservateur… Je pense que Bernie à le droit de rêver, ceux qui pense que c’est une défaite assuré, doivent se rappeler qu’on croyait à D.Trump, une défaite assurée.

    1. Igreck dit :

      Lorsqu’on vit dans un cauchemar pas le temps de rêver !

      1. Haïku dit :

        Igreck
        En plein ça ! 👌

  13. jcvirgil dit :

    Tiens un petit billet qui nous apprend comment même ceux qui ont les moyens de se payer une onéreuse assurance maladie privée en se croyant bien protégé ont souvent des surprises avec le merveilleux système de santé américain.
    Ils reçoivent souvent une facture supplémentaire de quelques milliers de dollars après une opération dans un hôpital pourtant couverte par leur assurance médicale,

    Une raison de plus pour endosser la proposition de Sanders de remplacement de l’assurance maladie privée par un régime euniversel géré par gouvernement . Évidemment il faudrait pour ça couper dans les dépenses inutiles comme l’indécent budget du Ministère de la guerre et de l’agression armée !

    https://www.journaldemontreal.com/2020/02/11/la-banalite-des-factures-surprises-du-systeme-de-sante-americain#cxrecs_s

    1. gl000001 dit :

      « couper dans les dépenses inutiles comme l’indécent budget du Ministère de la guerre et de l’agression armée ! »
      Bien dit ! Avec 10% de ce budget, ils seraient couverts mur à mur et personne ne perdraient de jobs dans les compagnies d’assurance.

    2. kelvinator dit :

      La question du billet est la possibilité que Sanders puisse battre Trump.

      L’assurance santé universel pourra toujours être voté si les démocrates gagnent, gagez que les AOC de ce monde en feront leur choux gras, quitte à attaquer le parti lui-même. Sanders n’est pas le messie, il n’est pas le seul capable de voter une loi sur la santé. Donc pas besoin de trainer un boulet pendant les élections générales si l’objectif peut être atteint d’autre façon.

      C’est plus important d’avoir des démocrates à la Maison Blanche que Sanders comme candidat démocrate pour faire avancer le programme de santé.

  14. ghislain1957 dit :

    Hors Sujet

    Et voilà, le gros clown orange vient de donner un gros no-nos à son bon petit toutou:

    Affaire Roger Stone: Trump félicite Barr pour son intervention

    « Donald Trump a félicité mercredi son procureur général Bill Barr d’être intervenu en faveur de son ex-conseiller Roger Stone, qui a bénéficié d’une recommandation de peine moindre que celle initialement requise par les procureurs fédéraux. »

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202002/12/01-5260579-affaire-roger-stone-trump-felicite-barr-pour-son-intervention.php

  15. MarcoUBCQ dit :

    L’enthousiasme exprimé lors d’un rassemblement républicain ou démocrate n’a pas grand chose à voir avec le comportement des électeurs qui contemplent le choix d’un candidat au bureau de vote. Une fois la foule partie de l’amphithéâtre, le silence revient et les citoyens dont le vote compte le plus feront leur choix selon leurs critères, et au diable les foules en liesse. Bernie, en poussant la foule à huer les journalistes, là où Richard Hétu était présent, mobilise sa base et démobilise ceux qui pourraient se rallier à lui.

  16. lechatderuelle dit :

    le découpage des tendances électorales prend trop d’emphase….

    Sanders est en avant parce que son équipe est plus déterminée, plus acquise depuis plus longtemps que les autres candidats….

    VOir les plus jeunes candidats le suivre dans la course est rafraichissant….
    Je tente un constat simpliste… Sanders est en avant simplement à cause de sa « machine »… si ce n’était que des choix des électeurs, il serait avec Biden et Warren, en queue de peloton…
    Les électeurs tendent vers les plus jeunes ….

    La « théorie » voulant que lui ou l’autre soit en mesure de battre trump est du vent actuellement et aucun ne peut rien garantir….
    Une fois face à face, on verra les stratégies de chacun…
    ils sont plusieurs à mettre la charrue en avant des boeufs…. En ce moment, ce qui compte est que donne cette course?
    À qui Bloomberg entrera-t-il dans les pattes?

    L’investiture n’en finit plus…. Après les 2 premiers votes, personne ne peut prétendre connaitre la suite…
    Et si Sanders passe, ben les Démocrates devront faire avec….. et les Républicains aussi!

    la seule certitude est que trump sera odieux à un niveau jamais vu dans la prochaine élection, peu importe qui sera devant lui…
    Faudra une stratégie très solide pour résister aux vagues de boue et au flot d’insultes gratuites…. avec une capacité de retourner les mensonges vers le fournisseur…..

    D’ici là tellement de choses vont arriver…

  17. ducalme dit :

    Les faits sont têtus.

    Nous savons tous que Bernie Sanders a l’équipe, la notoriété, la popularité et les fonds nécessaires par le financement populaire pour se rendre jusqu’à la dernière primaire.

    La haute finance ne peut lui dicter ses choix ou lui couper le financement : il n’en touche pas.

    Bloomberg, lorsqu’il commencera à engranger, après les primaires de la Caroline-du-Sud, sera dans une position qui ressemble à celle de Bernie Sanders; il se finance lui-même.

    Hier, j’ai entendu pour la première fois un surrogate d’Amy Klobuchar dire qu’elle enverrait une équipe (50 personnes) au Nevada où elle ne pensait pas y faire campagne avant les primaires d’hier où elle a siphonné le vote de Warren.

    Buttigieg va maintenant être en terrain miné; on va pouvoir juger de sa résilience.

    Biden, s’il ne se reprend pas en Caroline-du-Sud, va avoir un Super Tuesday difficile.

    À ce stade-ci, ce que j’entrevois de ce marathon, c’est une lutte entre les forces progressistes de Bernie Sanders et les traditionalistes de Mike Bloomberg jusqu’en juin ou jusque sur le parquet de la convention de Milwaukee.

    Mais la politique américaine nous a habitués à tant de revirements que, heureusement, rien n’est coulé dans le béton.

    Pendant ce temps, du côté des primaires républicaines, Donald Trump a consolidé sa base et fait campagne sans opposition dans son parti; de fait, il a réussi à faire taire ceux (Cruz, Rubio) pour qui l’échéance électorale n’est pas 2020, mais 2024.

    Tout l’argent que les démocrates vont dépenser pour s’entretuer d’ici la convention, c’est une aide directe aux républicains qui n’ont qu’un adversaire, les démocrates.

    Plus la course à l’investiture démocrate sera intense, moins les ralliements nécessaires seront faciles ou même possibles.

    Plus les friendly fire seront nombreux, plus le candidat démocrate va être faible.

    Les caucus du Nevada, c’est le 22 février et en attendant, en Iowa, on fait du recanvassing tout en n’excluant pas un recomptage manuel; tout cela, en bout de piste, pour un seul délégué sur 41 !

    La machine à zizanie est bien huilée.

  18. Maïs1988 dit :

    Honnêtement, j’ai été surpris de voir Bernie Sanders l’emporter au New Hampshire.

    Sanders n’a jamais été le choix de l’aile droite, lire $, Wall-Street, guerres, les agences de renseignement, le clan Clinton, le Clinton News Network, les médias, du parti démocrate. L’establishment de ce parti préférait les Bill Clinton, Barack Obama et Hillary Clinton. Avec eux, on savait qu’il y aurait plus $ pour Wall Street, toujours des guerres, plus d’argent pour les riches. Avec Bill Clinton et Barack Obama, la pilule passait bien auprès de l’électorat. Ils étaient charismatiques. Avec Hillary, la pilule passait déjà moins bien. Les gens commençaient à en avoir marre.

    En 2016, Sanders avait été évincé de l’investiture démocrate par l’establishment (Wall Street, le complexe militaro-industriel, le clan Clinton, les médias, les agences de renseignements). Debbie Wasserman-Schultz avait été chargé du sale boulot. Pourtant, elle n’a jamais été inquiété.

    Pour Sanders, l’imbroglio en Iowa devait sûrement lui rappeler « le jour de la marmotte ». Il devait gagner mais un logiciel bidon, le « IowaReporterApp », incidemment développé par « Shadow Inc » (un nom comme cela, ça ne s’invente pas (lol) et dont les deux fondateurs (Groundbase), Gerard Niemira et Krista Davis travaillaient pour l’équipe d’Hillary Clinton en 2016) re-lol) a permis à Buttigieg de le devancer, ou d’arriver ex-aequo, c’est selon. Pas mal pour quelqu’un sans expérience, une coquille vide, sans programme. Quelque part, cela me rappelait les magouilles en Floride lors de la supposée victoire de GW Bush contre Al Gore en 2000.

    Mais… Mais… Mais… La démocratie? C’est trop important pour la laisser dans les mains des électeurs!

    Le choix initial de l’establishment était Joe Biden. Avec lui, c’était la continuité assurée : toujours plus $ pour Wall Street, toujours plus de guerres, le complexe militaro-industriel qui continue de phagocyter le Trésor public, les agences de renseignements qui continuent toujours de se propager dans toutes les couches de la société comme une série de métastases. Toutefois, Biden a de très nombreux problèmes : son passé, ses multiples bourdes, ses faux pas à répétition, son fils Hunter qui a obtenu un poste rémunéré $50K par mois pour lequel son unique qualification était son nom de famille, etc…

    Kamala Harris devenait un bon numéro deux. Une femme, membre d’une minorité visible. C’était deux morceaux de robot. Malheureusement pour l’establishment, elle a été mis K.O. par 2-3 missiles balistiques de Tulsi Gabbard.

    Reste qui maintenant?

    Buttigieg?

    Il est populaire auprès d’une frange de la population, pour ce qu’il est, pour ce qu’il représente. Aucun programme n’est nécessaire ici. Toutefois, il ne passera jamais dans plusieurs États du Sud ou du Mid-West et auprès de plusieurs groupes ethniques : les noirs, les latinos, les asiatiques. Les USA, dans leur ensemble, ne sont pas prêts pour un président ouvertement gai.

    Il reste qui?

    Bloomberg? S’il se présente il aura le soutien tous azimuts des média… Même sans programme.

    À moins que Wall Street, le complexe militaro-industriel, les agences de renseignement, les ultra-riches (pas le 1%; le 0.01%) réalisent que finalement, après que tout soit dit, que Trump aura été un très bon et fidèle serviteur, vraisemblablement au-delà de leurs espérances les plus folles.

    Finalement, Sanders est peut-être le bon choix pour assurer la ré-élection de Trump (incidemment, c’est comme cela que les élections fonctionnent en France; on oppose le candidat choisi ($) au Front National : élection assurée).

    Peut-être, si Trump avait pu faire la guerre à la Russie, Obama avait quand même mis la table, Hillary devait donner suite, ça aurait été encore mieux. Mais une guerre contre l’Iran, ça peut être un bon prix de consolation.

    1. kelvinator dit :

      On croirait lire FOX…

      1. ghislain1957 dit :

        @ kelvinator

        « On croirait lire FOX… »

        La preuve qu’un bon brainwashing bien fait est toujours efficace! 😉

    2. ghislain1957 dit :

      @ Popcorn1988

      « Avec eux, on savait qu’il y aurait plus $ pour Wall Street, toujours des guerres, plus d’argent pour les riches. »

      Vous dormez ou quoi?

      1- Plus de $ pour Wall Street = tiny brain HUGE TAX CUTS.

      2-Toujours des guerres = Retrait du gros clown de l’accord nuclaire multi-partite avec l’Iran et assassinat d’un général Iranien.

      3- Plus d’argent pour les riches: relisez le numéro 1!

    3. Claude dit :

      Mais quel ramassis de théories complotistes… C’est n’importe quoi. Je comprends que la « victoire » à 26% de Sanders est décevante…

  19. Gilles Morissette dit :

    Excellente analyse de M. Hétu que je partage à 150%.

    Les résultats du New Hampshire indiquent que les Démocrates recherchent un candidat centriste, rasembleur mais qu’ils ne l’ont pas encore trouvé.

    Buttigieg, Klobuchar et bientôt Bloomberg, leur choix n’est pas encore fait. En attendant, Sanders en profitera pour engranger des délégués mais ça ne durera pas. À un moment ou l’autre, le plus tôt sera le mieux, un des « centristes » se dégagera du lot et ce sera ujne lutte à finir entre lui ou elle et Sanders.

    En cas de défaite, je crains que ce dernier ne se montre pas beau joueur et qu’il sabote, par dépit, la campagne du vainqueur. On assisterait alors à une division au sein du parti ce qui favoriserait Tiny Brain, comme en 2016..

    Biden et Warren sont vraiment dans le trouble. En Caroline-Du-Sud, ils seront en territoire plus favorable. S’ils ne performent pas, ce sera la fin de leur odyssée.

    En Attendant, Buttigieg continue à surprendre et il est dans la course plus que jamais. La 3e place de Klobuchar est également encourageante et laisse entrevoir une course serrée pour les prochaines primaires.

  20. titejasette dit :

    Je n’ai pas le temps de le lire mais je vous le transmets quand même. Wall Street a sorti le fouet et le baton pour Sanders.

    https://www.cnbc.com/2020/02/12/former-goldman-ceo-blankfein-if-im-russian-i-go-with-sanders.html

    1. spritzer dit :

      @titejasette

      « Russian opposition leader Alexei Navalny, a long-standing critic of President Vladimir Putin, tweeted his support of Sanders after results emerged from New Hampshire. »

      Navalny étant un des héros des poutinophobes, ce doit être un peu décevant pour certains d’entre eux de le voir appuyer Sanders.

  21. Ziggy9361 dit :

    Pour moi Sanders fait office de grand Hougan de sa secte qui préfère se saborder au lieu de se rallier,avec des résultats mitigés dans son prope fief,bientôt il sortira ses aiguilles acérés pour tenter de renverser la tendance,la Mambo qui lui soutire des votes ne lui viendra pas en aide pour cause d’égo surdimensionné .

    @mais …pendant mon commentaire j’aimerais que vous ayez en tête la bande sonore de la série de « Àu de la du réel « .
    Je vous imagine très bien terré dans votre sous sol avec un casque d’aluminium sur la tête ,avec plein d’électronique visant à contrer les ondes micro onde que le gouvernement vous envoie,branché comme vous êtes sur les réseaux qui sont une source fiable tel Fox news,Breibart, le mossad vous nous donnez l’information de première main ,merci de nous protégé de l’establishment démocrate
    et de sa désinformation.

  22. Amazonia dit :

    Merci à tous les commentateurs de ce blogue. J’aimerais vous dire à nouveau qu’il y a des moments où le niveau des commentaires est vraiment très excellent.

    Et voici quelques axes où vous excellez:
    Économie, stratégies militaires internationales, droit, stratégie de campagne, humour, etc

    Merci pour tout.

    Ps: j’ai pensé un moment à joindre vos commentaires à mon corpus de thèse en sciences de la communication et de l’information.

  23. papitibi dit :

    Billet;
    Ce qui n’a pas empêché les partisans du sénateur du Vermont réunis à Manchester de scander ‘Wall Street Pete’…

    Prélude à un échec annoncé. Écorchons-nous les uns les autres, il en restera toujours un Trump triomphant. Bravo, les Bernie Bros!

    Si t’es pas d’accord avec 100% de mon programme, alors t’es un con. J’te répudie. J’te méprise. Si c’est pas Sanders qui passe, f*ck, on va favoriser la réélection de Jaune Pisse mais au moins, cette ordure-là on la connaît sous toutes ses coutures. Avec lui, on sait à quoi s’attendre, donc on pourra pas être déçu! Tandis qu’un Démocrate modéré, avec des contributeurs millionnaires, on sait pas jusqu’où il va se prostituer et faire des courbettes au GGGrand KKKapital!

    Bravo.
    Meanwhile (comme dirait Stephen Colbert), Jaune Pisse fait tache de toute flaque.
    Ou flèche de tout bois.

    1. kelvinator dit :

      À noter l’utilisation d’épithète péjorative à titre de slogan, comme les déplorables de Trump.
      Ce surnom est basé sur un procès d’intention (il accepte leur argent=vendu), appuyé sur une généralisation (tout les riches sont mauvais), dans le seul but de propager un mensonge, character assassination, plutôt que parler de politique…

  24. papitibi dit :

    Moi, si j’étais un partisan de Joe Bide (sans N!), pas sûr que je serais très admiratif devant l’abandon de ses partisans du New Hampshire et son départ précipité vers la Caroline du Sud, au mépris de ses supporteurs qui l’attendaient à Manchester ou à Nashua.

    Une erreur de jugement.
    Une AUTRE erreur de jugement.
    Et un BIDE annoncé pour GrandPa Joe.

    Next. Au suivant. Et bonne retraite, mon Joe!

  25. onbo dit :

    Révolution ou mirage? La réponse se trouve dans l’esprit des électeurs. Une façon simpliste de dire que ce sera ce que les médias, opionneurs, influenceurs et surtout la propagande feront de Sanders.

    Ce dont les USA ont un urgent besoin, c’est d’un électro-choc de conscience populaire suivi d’un large mouvement de fraternité au delà de toute frontière de condition sociale, de race, d’origine, de religion, de couleur politique traditionnelle. Ça s’appelle une Révolution Tranquille.

    Ce dont les USA n’ont surtout pas besoin, ce sont les illusions quotidiennes que fait miroiter Donald Trump, ses 16 mille menteries de charlatan, son engagement farfelu du fake « blue collar boom » et ses décrets qui n’ont d’autre effet, sinon d’autre but, que d’accélérer l’affaissement du statut économique et politique du plus grand nombre de gens et leur réduction au statut du néo-eclavagisme.

    Parce que dans les USA fort prospères de 2020 (voyez la Bourse, les jets privés, les hôtels de luxe) c’est être tenu en état d’esclavage que de devoir cumuler deux ou trois emplois pour simplement tenir dans l’existence une petite famille alors que nombre de parvenus dépensent en une journée le double ou le triple du revenu annuel global d’une famille modeste.

    Lorsque suffisamment d’électeurs de Trump 2016 comprendront qu’en applaudissant Trump à tout rompre, ils deviennent leurs propres bourreaux, parce que comme locataires ils consentent des augmentations de loyers dont de riches propriétaires profiteurs se serviront en riant sous cape comme frais de publicité et de propagande déductibles d’impôts destinées à se rendre, eux, encore plus riches, et la masse, pauvre comme la misère.

    On a pas le droit de voler les autres, c’est universellement reconnu. Et la Constitution le soutient.

    On a pas le droit non plus de se laisser voler par les autres. Le Premier Amendement.

    L’hyperlien qui suit explique pourquoi le « trump blue collar boom est un mirage, pourquoi le taux de chômage a tant baissé, pourquoi moins de jeunes ont voté Bernie ou seraient restés à la maison: Y sont juste pas là! déménagés par milliers vers des États de l’Ouest faut de travail dans un NH en voie de se vider de ses forces vives. Live Free or Fly! Ces jeunes vont-ils s’inscrire pour les prochaines présidentielles? Comment les atteindre dans leurs tentes, roulottes, camions-camping ou campements temporaires? Seront-ils même intéressés ou au contraire révoltés?

    Reportage touchant sur Berlin (NH), que les gens prononcent Burling!

    https://www.washingtonpost.com/national/were-hurting-in-new-hampshires-poorest-city-few-signs-of-trumps-blue-collar-boom/2020/02/09/7021ad6c-49ec-11ea-9475-535736e48788_story.html?utm_campaign=wp_todays_headlines&utm_medium=email&utm_source=newsletter&wpisrc=nl_headlines

  26. Ma-t-matik dit :

    BERNIE SANDERS LEADS ALL DEMOCRATIC CANDIDATES IN SUPPORT FROM NON-WHITE VOTERS, NEW POLLS SHOW

    « http://www.newsweek.com/bernie-sanders-leads-all-democratic-candidates-support-non-white-voters-new-polls-show-1486807 »

    Si c’est vrai, on peut fermer les livres tout de suite.

    1. kelvinator dit :

      Clinton aussi était déclaré gagnante en février 2016 dans les sondages.

  27. Apocalypse dit :

    @papitibi – 10:04

    ‘Et bonne retraite, mon Joe!’

    C’est probablement ce qu’il se dit: j’aurais dû rester les deux pieds sur le pouf!

    Comme on dit, le gars, il l’a pas l’affaire 😢.

  28. Benton Fraser dit :

    Le bon côté de la chose avec Sanders comme president, c’est que la Chambre des représentants autant que le Sénat, qu’ils soient majorité démocrate, majorité républicain ou 50/50, ramènera assurément le role de president à sa vrai nature, une nature non despotique!

    Sanders ne pourra pas faire n’importe quoi, le « check and balance » va fonctionner a fond!

    Il devra alors developper son côté travail d’équipe et consensus, ce qu’il n’a pas réussi en 78 ans, ou alors les chambres gouverneront!

    1. Ma-t-matik dit :

      @Benton Fraser « Il devra alors developper son côté travail d’équipe et consensus, ce qu’il n’a pas réussi en 78 ans, ou alors les chambres gouverneront! »

      Au moins il sera président, contrairement à votre Hilary qui n’a pas été foutue de battre la chose!

      1. el_kabong dit :

        @ma-t-matik

        Il est amusant de voir les bernie bros nous enterrer de toutes sortes de sondages annonçant la victoire de leur prophète… en même temps qu’ils se moquent de la défaite de Clinton que les même sondages donnaient également gagnante…
        (Rappel: Clinton a gagné par près de 3M de votes)

      2. kelvinator dit :

        « Au moins il sera président, contrairement à votre Hilary qui n’a pas été foutue de battre la chose! »

        Sanders n’a pas battu Clinton.
        Clinton n’a pas battu Trump.
        Mais miraculeusement Sanders aurait assurément battu Trump?!?
        Quel calcul faites-vous pour en arriver à cette conclusion?

        Comment est-ce possible comme calcul?
        Sanders < Clinton Trump

  29. M.Rustik dit :

    Voici mon point de vue sur Sanders :
    Le problème de Sanders il va galvaniser la jeunesse (comme le dit jcvirgil)… dans les états déjà démocrates. Les états rouges, et bien, ils vont rester rouges (les modérés ne se tourneront pas vers Sanders). Et les swings states? Je ne crois pas que Sanders fasse vraiment sortir les votes pour en nombre excédentaire (car il va aussi faire sortir des votes contre qui ont peur du « socialisme »).

    Si Sanders passe, probablement comme le dit jcvirgil, il y aura plus de votes qui vont sortir… mais les Grand Électeurs seront toujours en nombre supérieur pour Trump… la seule différence, l’écart entre le suffrage universel et la distribution des Grands Électeurs sera davantage marqué qu’à la dernière élection (55% du vote populaire pour 45% des GÉ… ou quelque chose du genre).

    Il n’y a rien de scientifique dans ma position… c’est juste ma vue des choses.

  30. Igreck dit :

    @Le Champ 12/02/2020 à 08:29
    « il est clair que pour la majorite des gens y comprit sur ce blogue que une victoire pour Sanders faciliterait la victoire de Trump aux elections par contre je dirais ceci quand Trump a remporte l investiture republicaine personne lui donnait une chance de gagner et pourtant… »

    Le contexte de 2020 me semble assez différent de celui de 2016 ! De plus, Trompe était une « nouveauté » sortant carrément du cadre habituel. L’intérêt que lui ont porté les médias (élément non négligeable de sa victoire) était davantage lié à son comportement déjanté qui faisait « vendre de la copie ». Sanders est déjà connu, il n’a pas changé son programme social-démocrate et, surtout, il nous fait le même coup de diviser le parti qu’il a pris en otage encore une fois. Comme le disait si bien Einstein : « La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent. »

  31. FlorentNaldeau dit :

    Sanders a bien fait, mais on s’y attendait tous au NH et en Iowa et il y a quelques semaines tout indiquait qu’il ferait même beaucoup mieux. En fait, PB est bien plus le vainqueur des deux États pour avoir talonné de si près BS au vote populaire et avoir même accumulé un peu plus de délégués. Ajoutons à cela la remontée de AK, qui lui redonne un peu d’énergie pour les prochaines primaires; je reconnais l’avoir enterrée un peu rapidement la semaine dernière.

    Cela étant, ce se sont que deux petits États sur 50, en plus des quelques délégués qui seront choisis par les territoires (dont les citoyens ne votent pas à la présidentielle). Il y en a de bien plus gros à venir, dont la démographie et les tendances politiques divergent des deux États qui se sont prononcés à ce jour. Plusieurs ne sont pas très favorables à BS (certains disciples du prophète BS diraient probalement que leurs habitants sont des neuro-lessivés fatalistes aveuglés par une grande machine de propagande). Il aura d’autres succès, relatifs ou non, et des échecs; dans certains ces ce sera prévisible, mais il y aura aussi certainement des surprises.

    Une chose qui me paraît facilement prévisible c’est que l’électorat général des ÉU sera au final réticent aux propositions et à l’idéologie de BS s’il est choisi comme le candidat Démocrate, ce qui devrait faciliter la réélection de DT qui devrait pourtant être bien vulnérable dans les circonstances actuelles. BS est le type de candidat pour lequel certains s’enthousiasment facilement pendant la première phase parce que c’est cool et dans l’air du temps, mais les esprits et les choix se dégrisent au moment d’un vote bien plus conséquent, soit celui de novembre. Entre-temps, il y aura la convention. Si BS ne l’emporte pas, je frémis à penser ce qui résultera de son caractère vindicatif et de la frénésie enragée de certains BernieBros; perspective peu encourageante pour l’unité du parti.

    @Benton Fraser, 12h18
    Je ne partage pas votre optimisme. Si’il arrivait que BS soit élu à la Maison-Blanche, je crois que son intégrisme idéologique pourrait bien mener à certains comportements autocratiques que DT ne renierait pas.

    1. Benton Fraser dit :

      @FlorentNadeau

      Mon commentaire était une hypothèse que que Sanders se retrouve President. Je soulevais seulement que le « check and balance » qui ne fonctionne plus du tout sous Trump allait revenir en grande pompe si Sanders est President.

      À la Chambre des représentants autant qu’au Sénat, les républicains et même les democrates vont interférer!

  32. Nefer111 dit :

    Comme disait si bien le lieutenant Aldo Raine « … quand quelque chose est trop beau pour être vrai, c’est que ça l’est !!! »

  33. Chris dit :

    Sanders est en tête, parce que les médias, et la politique en générale, a rendu cynique les jeunes et les membres de la génération X.
    Les médias et la corruption ont créés Trump, et ils ont créés Sanders. Les républicains, les démocrates et les médias récoltent ce qu’ils ont semés, et c’est tant pis pour eux.

    Sanders, pour toute ses failles, ramassent plus d’argent que n’importe quel autre candidats, mais n’accepte principalement que des donations personnelles. Il accumule des sommes records à chaque fois que les médias s’attaquent à lui. Ses partisans sont écœurés, et avec raison.

    C’est un vent de fraîcheur d’avoir un candidat honnête (ou du moins, qui donne l’impression de l’être), et personnellement, en tant que membre de la génération Y, je voterais pour lui aussi, sans aucune hésitation.

    Et vous pensez sérieusement que des « tranches de pain blanc » (Buttigieg, Klobuchar, Biden, etc), ont une chance contre Donald Trump?

    Quant à Bloomberg, pour le principe même de la démocratie, il doit perdre. Quel message donne-t-il, s’il gagne? Que l’on peut se payer la présidence? Franchement….

  34. InfoPhile dit :

    @FlorentNadeau

    Je conçois très mal que des gens en viennent à répudier en toute conscience les conditions par lesquelles une démocratie peut s’exercer. D’où mon « neuro-lessivés » pour les désigner. En l’occurrence, je ne les blâme pas ni ne les méprise, car dans l’histoire récente très peu de politiques américains ont parlé de ce qui doit être fait pour que les américains jouissent vraiment d’une démocratie, et encore moins nombreux sont ceux qui ont disposé d’une tribune pour le faire.

    J’attribue les importantes inégalités économiques se perpétuant au sud de nos frontières à une propagande omniprésente originant de groupes ou de lobbies qui refusent de se plier aux règles démocratiques minimales, idem pour les conflits fabriqués pratiquement de toutes pièces qui bousillent des vies américaines et autres et qui me scandalisent d’autant.

    Pas mêlant, c’est comme si c’était tabou de pointer les immenses lacunes de cette démocratie qui, à mes yeux, n’en est pas une. Des tribunes, les Chomsky et autres n’en ont guère et c’est immensément regrettable.

    Ma formulation peut ressembler à une apostrophe cavalière, je le reconnais et m’en attriste quelque peu. Mais je n’ai jamais sombré dans le vulgaire ou l’ad hominem, comme par exemple si j’avais écrit : des neuro-dégénérés ou une formulation du même triste acabit.

    Ne vous posez pas en victime alors qu’il n’y a pas d’offense.

  35. FlorentNaldeau dit :

    @Benton Fraser, 15h25
    Merci de la précision. Je comprends mieux quelle était votre intention, bien que je ne partage toujours pas votre optimisme dans un tel scénario.

    @InfoPhile, 19h50
    Je ne m’étais pas posé en victime puisque je parlais des électeurs étatsuniens et non de moi-même.

    Votre réponse s’appuie une fois de plus sur un amalgame entre des idées qui n’ont pas été mis en rapport dans le message auquel vous réagissez. Les lacunes de la démocratie aux ÉU, que bien d’autres ici reconnaissent (ce n’est donc pas un « tabou »), ne signifient pas automatiquement que les électeurs qui restent immensément dubitatifs face à la personnalité du candidat BS et qui ne sont pas convaincus par ses propositions souvent irréalistes sont des inconscients incapables de voir la Vérité, qui ne serait accessible qu’à ses seuls disciples.

    Je crois que @kelvinator a excellemment fait l’autopsie de vos procédés dialectiques fréquents dans ses interventions d’hier sous le billet « Quand Sanders rompt une promesse » et je ne vois pas l’utilité de répéter ici cette analyse. Sauf pour ajouter que cette approche me rappelle souvent celle de sectes qui répliquent aux « infidèles » en tentant de leur retirer toute légitimité intellectuelle (par exemple en les traitant de neuro-lessivés). L Ron Hubbard avait d’ailleurs explicitement formulé cette tactique en disant qu’il fallait détruire la crédiblité des critiques de la Scientologie et même les démolir en inventant des faits de manière à se poser en innocente victime des méchants qui refusent de comprendre et d’admettre la Doctrine Révélée.

  36. InfoPhile dit :

    @FlorentNadeau

    «Je ne m’étais pas posé en victime puisque je parlais des électeurs étatsuniens et non de moi-même»

    Vous m’avez semblé passablement outré pour quelqu’une qui ne l’aurait pas pris personnel. Je n’ai nul intention ici de froisser qui que ce soit, encore que je ne me laisserai pas piler sur mes pieds.

    Comment expliquez-vous que des gens en viennent à méconnaître ce qui est dans leur intérêt si ce n’est pas ignorance (neuro-lessivés) ? Moi ça me sidère.

    «Votre réponse s’appuie une fois de plus sur un amalgame entre des idées qui n’ont pas été mis en rapport dans le message auquel vous réagissez.»

    Je croyais, à tort semble-t-il, qu’il convenait que j’explicite mon point quand à ce qui empêche la démocratie de déployer normalement ses ailes aux États-Unis. C’était d’ailleurs central dans mes échanges précédents.

    Et justement, quant à la supposée excellence du commentaire de l’autre sur mon compte, disons que je ne partage pas votre assentiment, plus subjectivement opportuniste qu’autre chose et assurément mesquin. J’en resterai là. Vous avez en commun de ne pas avoir suivi le fil et d’en retenir des élément accessoires, ce dont l’autre s’est fait une spécialité.

    « Les lacunes de la démocratie aux ÉU, que bien d’autres ici reconnaissent (ce n’est donc pas un « tabou ») »

    Tellement pas un tabou que très peu de politiques osent aborder la question et encore moins avancer des solutions. Tout se passe comme ça ne devait pas être discuté. D’où le fatalisme que je déplore. Genre, que voulez-vous c’est comme ça et il serait vain d’en parler. Très commode pour ceux qui en profitent…

    Ainsi donc, j’inventerais des faits ? Lesquels ? En matière d’amalgames vicieux, vous ne donnez pas votre place. Ron Hubbard ! Pffittt !

    Vous rendez-vous compte que vous parlez de Doctrine Révélée à propos de ma défense de la démocratie et de ses conditions intrinsèques ? Comme si elle relevait d’Écritures révélées alors qu’elle est le plus beau fruit que la raison humaine a engendré.

    Quoique vous en pensiez, Bernie Sanders vise dans le mille et ce n’est pas parce qu’il ne ferait supposément pas le poids face à Trump qu’il doit se taire sur l’essentiel, sur les conditions qui ont fait accéder à la présidence un être d’une exceptionnelle malhonnêteté. Je vous laisse à vos certitudes. Fin des émissions.

    1. kelvinator dit :

      Encore les insultes infophile…
      Je demande simplement que vous me montriez en quoi mon commentaire est à ce point vexatoire, mais vous préférez vous convaincre que je suis malhonnête, alors que je ne l’ai jamais été avant. Votre cheminement personnel représente un peu ce qui va mal en politique aux USA, les gens se radicalise et il est ensuite impossible d’avoir le moindre échange civilisé.

    2. kelvinator dit :

      « Mais je n’ai jamais sombré dans le vulgaire ou l’ad hominem »
      infophile, 7:50

      C’est faux puisque depuis hier j’en suis la cible, pas plus tard que votre précédent commentaire. Vous m’accusez d’être malhonnête et mesquin pour éviter de répondre à mes points, ce qui par définition est un sophisme d’ad hominem.

      Je ne m’en offusque pas, je vous pardonne.
      Ça arrive à tout le monde de s’emporter, la politique peut éveiller les passions, mais lorsque cela dure plusieurs jours il faut faire attention…

Répondre à ducalme Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :