Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

L’équipe de campagne de Bernie Sanders a soulevé la controverse en se réjouissant de l’appui plus ou moins garanti de Joe Rogan, comédien, commentateur de l’UFC (l’organisation américaine d’arts martiaux) et animateur d’une émission balado comptant des millions d’abonnés.

Il va sans dire que les stratèges du sénateur du Vermont s’intéressent au vaste auditoire de Rogan, composé majoritairement d’hommes blancs qui ont soit décroché de la politique depuis longtemps ou qui pourraient voter pour Donald Trump en novembre prochaine. Si Rogan peut les mobiliser en faveur de Bernie Sanders, ce serait un plus pour la campagne de leur candidat.

Des démocrates progressistes ont cependant critiqué l’empressement de l’équipe du sénateur indépendant à s’identifier à une personnalité susceptible de lui aliéner des membres de la communauté LBGTQ, des féministes ou des Afro-Américains.

L’organisation Human Rights Campaign a notamment appelé Bernie Sanders «à reconsidérer l’appui» de Rogan. «Bernie Sanders a mené une campagne qui supporte sans réserve les droits des personnes LBGTQ. Rogan, cependant, a attaqué les personnes transgenres, les hommes gais, les femmes, les personnes de couleur et quantité de groupes marginaux à chaque occasion. Par exemple, Rogan a comparé une communauté noire à la Planète des singes», a déclaré le président du groupe dans un communiqué.

Les admirateurs de Rogan le défendent contre les accusations de sexisme, de racisme, d’homophobie et autres en précisant que le refus du comédien d’adhérer à un discours politiquement correct ne doit pas être confondu avec ces tares. Reste que l’homme de 51 ans est du genre à obséder sur le fait que des Noirs peuvent le mot nigger alors que les Blancs sont accusés de racisme quand ils le prononcent, peu importe le contexte. À chacun sa tasse de thé, comme on dit.

Une chose est certaine : Rogan, qui a invité Alex Jones deux fois plutôt qu’une à son émission, est un amateur de théories du complot. Il a notamment fait sienne une théorie promue par Fox News et WikiLeaks selon laquelle Seth Rich, employé du Comité national du Parti démocrate (DNC), a été tué lors de la campagne présidentielle de 2016 parce qu’il avait en sa possession des informations nuisibles à Hillary Clinton.

«Voici un gars qui était vrai supporteur de Bernie Sanders, qui travaillait pour le DNC. Le DNC a truqué les primaires en faveur d’Hillary Clinton contre Bernie Sanders. Il était au courant de ça. Il était là quand tout cela est arrivé. Le gars a été assassiné après avoir refilé des informations à WikiLeaks. Quelles lunettes roses portez-vous pour ne pas voir ce qui se passe dans votre propre parti», a déclaré Rogan dans une envolée typique… et infondée.

Et tout au long de la campagne présidentielle de 2016, Joe Rogan a contribué à la campagne de dénigrement dont a fait l’objet Hillary Clinton, qui était selon lui aussi corrompue, sinon plus, que Donald Trump.

«Je suis d’accord avec ce que [Donald Trump] a dit au sujet de Crooked Hillary. Si vous regardez la Fondation Clinton, si vous regardez ce qu’ils ont été incapables de faire, et les lois qu’ils ont réussi à contourner, et les montants d’argent qu’ils ont amassés et où l’argent a abouti, et comment tout cela n’a pas fait l’objet d’enquête, il a raison», a-t-il dit lors d’une émission dont l’invité était le documentariste britannique Louis Theroux.

«J’espère qu’il perdra», a interjeté Theroux.

«Quoi, tu espères qu’Hillary gagne? Parce que j’espère qu’elle ne gagnera pas non plus», a répliqué Rogan en expliquant qu’il n’y avait pas de différence véritable entre Clinton et Trump.

Comme Bernie Sanders, Joe Rogan a souvent critiqué Hillary Clinton pour ses discours à 200 000$ devant des banquiers. «Même si elle suçait toutes les queues dans la pièce, cela ne vaudrait pas 200 000$», a-t-il déclaré.

«Blague» qui a suscité ce commentaire sur Twitter vendredi :

Le plus bizarre dans cette histoire, c’est que Joe Rogan avait déjà annoncé son soutien à Tulsi Gabbard, ce dont la représentante démocrate s’était réjouie en mai dernier! Si le comédien est conséquent avec lui-même, il donnera bientôt son vote à Andrew Yang, dont la campagne a d’ailleurs pris son envol après son passage à l’émission du comédien.

P.S. : Un sondage New York Times/Sienna College donne une bonne avance à Bernie Sanders en Iowa, où le sénateur du Vermont récolte 25% des intentions de vote devant Pete Buttigieg (18%), Joe Biden (17%), Elizabeth Warren (15%), Amy Klobuchar 8%, Tom Steyer (3%) et Andrew Yang (3%).

P.P.S. : Joe Rogan est-il en outre un birther?


(Photos Getty Images)




73 réflexions sur “Se réjouir de l’appui de Joe Rogan

  1. Réal Tremblay dit :

    M. Sanders est-il si désespéré ou déconnecté de la réalité. Je ne sais plus quoi penser.

    1. chicpourtout dit :

      @Réal Tremblay 8h46
      En effet…
      Au risque d’être audacieuse (pour ne pas dire farfelue) parfois je me dit qu’est-ce qu’il attend pour se rallier et faire équipe avec un autre démocrate au lieu de diviser les camps de la sorte…C’est à se demander ultimement, s’il n’est pas lui aussi à la solde de poutine….On créer encore du chaos….
      Cette fois c’est diviser pour mieux échouer..

      1. Réal Tremblay dit :

        Il y a peut-être l’orgueil d’un homme qui veut laisser sa marque avant de partir sans vouloir faire de l’âgisme. Se voyant dans un cul-de-sac, il tente par tous les moyens d’atteindre son but au mépris du collectif, se contredisant par le fait même.

      2. chicpourtout dit :

        Oui mais quelle association discutable dans ce cas… Il pourrait faire une énorme différence autrement (mais là je parle comme une  »gérante d’estrade »….)

  2. POLITICON dit :

    Je suis un habitué du podcast de Joe Rogan et s’il donne son appui à Sanders c’est encore mieux que le donner à Trump. Son podcast avec Sanders comme invité a été une très belle entrevue et a susciter plusieurs millions de visionnement. Il est vrai que Rogan a sa propre vision des choses mais il est ouvert aux échanges d’arguments et il écoute au risque de se laisser convaincre par le bon sens. Il s’intéresse à tout et n’a pas vraiment d’idée arrêtée sur un sujet ou un autre. Autrement dit, il est à des années lumières d’Alex Jones qui alimentent des sujets loufoques et illogiques à tout moment.

    Mieux avoir Rogan avec les démocrates qu’avec les républicains. Car il était l’un qui défendait Trump aux dernières présidentielles et il a vite réalisé que DT était un détraqué qui détruisait tout sur son passage.

    1. POLITICON dit :

      Voici le lien pour l’entrevue de Rogan avec Sanders vue par 11 millions de personnes: https://www.youtube.com/watch?v=2O-iLk1G_ng

    2. kelvinator dit :

      Mieux vaut pour Sanders de ne pas claironner l’appui de Rogan comme il l’a fait…
      Ce n’est pas une question de savoir si Rogan est démocrate ou pas, mais bien de savoir à quel point son appui peut être vu comme une erreur par la majorité de ses partisans, qui passent leur temps à fustiger les discours qui ne sont pas assez progressistes, même chez les démocrates… Alors que ses partisans supporte un libertarien complotistes complètement arrêté sur ses opinions dégradantes, simplement parce que son podcast a des vues, c’est hypocrite à mon avis.

      1. POLITICON dit :

        En 2016, la force de Sanders a été de mobiliser les jeunes à sa cause. Ce ne sont pas les aînés qui écoutent Rogan, ce sont des jeunes collés sur les médias sociaux. Les aînés n’aimeront peut-être pas, mais ils voteront de toute façon pour Biden, pas Sanders. Ce dernier doit continuer là ou il a laisser en 2016 si il veut maximiser ses chances aux primaires car il a réellement chauffer les fesses à Clinton dans le dernier droit. Biden ou Sanders? Well, Biden ne gagnera pas contre Trump. Sanders…non plus!

      2. kelvinator dit :

        Les jeunes votent trois fois moins que les vieux, alors le prétendu gain de Sanders chez les jeunes est très relatif… En 2018 aux midterms, la totalité des votes de 53 ans et moins égalait ceux des 54 ans et plus.
        https://pewrsr.ch/36rmLmK
        Les millenials et les Z représente à peine 25% des votes.

        Sanders aurait du simplement laisser de coté son ego et ne pas pavaner un appui de Rogan qui pourrait déplaire à beaucoup de ses partisans. PEut-être est-ce son équipe fortement axé sur les complots qui ont sorti les fanfares et les clairons, les dernières nouvelles démontre que Sanders est loin d’avoir un controle adéquat envers les membres de son équipe, aka Shariz le menteur et complotiste.

  3. Le Champ dit :

    Une des raisons pourquoi Trump a de bonnes chances de gagner est qu il ne juge aucun des appuis qu il reçoit contrairement au démocrate pour lesquelles chaque appui doit tout d abord être juger par des dizaines de groupes qui se sentent offensés par tout ce qui est contraire a leur opinion. Qui eu cru que les puissants groupes religieux américains endosseraient un personnage tel que Trump il y a de cela a peine 10 ans et que pour se faire appuyer chez les démocrates vous deviez tout d abord réussir le test de valeur de tout les groupes de défenses inimaginables!!!!

    Trump a bien saisie l’essence même de ce qui allument les américains : argent , religion , gun et sexe en cachette!!!!!!

    On (journalistes canadiens inclus) regarde et analyse la majorité des américains comme si on regardait et analysait des gens qui sont et qui pensent comme nous et on ne comprends pas leurs appuis pour Trump, C est normal que nous fessions cette erreur mais que les dirigeants démocrates fassent la même , cela va surement permettre à Trump de remporter un autre élection.

    1. kelvinator dit :

      Trump attire les déplorables. Il y a peu de personne qui le supporte qui ont un haut standing qui pourrait lui renier des votes. Tout simplement parce qu’il se fout qu’un appui lui coute des votes chez les femmes, les noirs, les latino. Trump ne veut pas convaincre, il veut seulement mobilisé les convaincu, le 40% d’irréductibles supporters.

      Trump est narcissique, il aime littérallement quiconque le complimente, pour ensuite trainer ses même supporteurs dans la boue s’il juge que leur appui n’est pas assez fort…

      Si on appuie Rogan, cela peut donner quelques vote de libertarien perdu et déboussolé, mais combien de vote de femmes, d’homme et de progressistes perdera-t-il ensuite?? C’est une question de gain et de perte. Je gage que le total sera négatif pour Sanders, étant le fruit d’une campagne de division comme Andrew Yang fut faussement supporté par l’alt-right pour faire dérailler les primaires démocrates, tout comme Sanders fut le chouchou de l’alt-right en 2016 pour contrer Clinton.

    2. onbo dit :

      Barack Obama, dans ce même pays a fait deux mandats sans trahir ses convictions ni ses commettants.

      Donald Trump est un véritable « elitist ». Celui qui fait semblant d’être proche du peuple, d’avoir full d’amis, d’être intime et chummy avec tout le monde, de prendre des photos avec des individus de tous acabits, pour mousser sa popularité.

      Mais quand vient le moment où cette personne ne sert plus à sa convenance: You’r fired!. Un populist est ainsi très souvent un élitiste déguisé en bretteux familier qui cache un sans coeur impénitent. Parnas l,a appris à la dure. Cohen aussi. Ne tombons pas dans les clichés des talking points.

      C’est vrai que les USA ne sont pas le Canada. Pourtant, une de mes meilleures amies de femme est américaine. J’adore sa famille. Être reçu à table chez eux ou pour l’apéro c’est toujours un pur bonheur. Simplicité, classe, écoute, musique, repas, l’écoute de Seth Myers ou de monsieur CBS au tonight show, sinon un match de football de série. Et on a fait le tour de la politique américaine, et j’apprends beaucoup. Il est faux de prétendre que les USA sont un peuple de décadents. On peur faire des films pour éclairer ou pour dénoncer. Mais, Miami Vice n’est pas la Floride. Et Trump n’est pas la Nouvelle America.

  4. kelvinator dit :

    Sanders fustige quiconque s’approche le moindrement d’un riche lorsque vient le temps de faire des dons.

    mais Sanders s’empresse de vanter l’appui d’un complotiste libertarien notoire…

    La richesse est signe de corruption, mais la misogynie et le complotisme est acceptable.
    Difficile de voir autre chose qu’un coup de pub pour Rogan qui veut mousser la visibilité de son podcast, qu’il accompli avec 2 fois rien, simplement à nommer Sanders…

    Sanders est de plus en plus difficile à défendre… Je me demande comment sérieusement les berniebros peuvent encore le considérer comme un politicien honnête et intègre. S’accroche-t-il inlassablement à son programme pour cacher ses erreurs de jugement personnel, un peu comme les pro-Trump levait les yeux sur ses mensonges parce qu’il voulait redonner à l’Amérique sa grandeur?!?
    Les parallèles entre le deux s’ajoute de plus en plus.

  5. lechatderuelle dit :

    Les USA ont leur façon de « faire » de la politique…..

    mais fiou que c’est loin de ce que j’anticipe voir et entendre de la part de politiciens…..

    ce pays devra s’ouvrir aux élections à 4 ou 5 partis…..
    leur système est une faillite d’idées……

    le nous et eux est toxique…..

    1. danielm dit :

      @ lechatderuelle
      L’intimidation incessante qu’a recours Donald Trump depuis 4-5 ans a complètement changé la nature de l’engagement politique aux États-Unis. Tous les acteurs politiques américains sauf exception comme Pelosi ou Schiff, craignent les foudres de cet électron libre dont le comportement semble impossible à baliser.
      Les règles n’étant plus respectées, il devient impossible d’être strictement cohérent, respectueux et posé dans cette nouvelle réalité télévisuelle et virtuelle. Le verrou Donald Trump doit sauter, bien sûr, mais il vaut peut être mieux qu’il saute de lui-même, même après sa réélection par exemple pour bien faire sentir l’absurdité du choix de certains à appuyer ce président-Tartuffe et pouvoir ainsi rebâtir une nation sur des assises plus raisonnées.

  6. danielm dit :

    Bien que Bernie Sanders ait un programme politique progressif et social(iste), je crois qu’il privilégie trop souvent l’affrontement plutôt que la réconciliation. Est-ce que ses ambitions (personnelles) dépassent l’avancement de ses idées? Peut-être mais il aurait du comprendre que le parti démocrate est d’abord avant tout une grande plate-forme multi-latérale dans ses supporteurs, ses idées et ses politiques par opposition aux républicains qui sont devenus avec Donald Trump totalement monolithique et assujetti aux variantes incessantes de ce dernier.

    Vaincre Donald Trump à tout prix en acceptant n’importe lequel appui est risque trop grand surtout si on considère certains engagements envers les collectivités et les communautés comme fondamentaux (le droit des femmes, l’égalité ethnique, la reconnaissance des différences sexuelles, l’accès à l’avortement, la lutte à la violence et l’armement individuel, etc.)

    1. kelvinator dit :

      « Peut-être mais il aurait du comprendre que le parti démocrate est d’abord avant tout une grande plate-forme multi-latérale »

      C’est le gros problème de Sanders, il n’a jamais été démocrate et n’a jamais voulu l’être, c’est normal qu’il ne comprenne pas du tout comment le parti fonctionne.
      Ses partisans sont de la même trempe que l’anti-establishment de Trump, ils conspuent quiconque a de l’expérience comme démocrate, parce qu’il serait corrompu et acheté par les corporation ou les corporate media. À ce titre, les pro-Trump et les pro-Sanders se rejoignent sur plusieurs conspiration (corporate media, deep state, piratage russe est un hoax, même Pizzagate est encore partagé dans les cercles pro-Sanders…) c’est pourquoi Sanders a toujours joué prudemment avec les complots, sans jamais les nier, comme il avait fait avec les complots de Podesta, Brazile, Rich et Assange…

      1. karma278 dit :

        @kelv

        Pourquoi coupez vous la citation de danielm?

        En ne prenant que la partie qui fait votre affaire dans l’affirmation d,une personne, vous faites preuve de malhonnêteté intellectuelle.

        Tout dans la vie ne se résume pas à un clip de 8 secondes.

      2. kelvinator dit :

        ???
        Utilisez-vous souvent des citations? Parce que vous n’avez pas l’air de comprendre qu’ils peuvent servir à renvoyer à une partie du commentaire sans tout reproduire… Vous cherchez vraiment des poux inutilement, d’autant que mon commentaire n’attaque nullement l’opinion de Danielm. Vous avez l’imagination fertile.

  7. Louise dit :

    Je n’ai jamais fait confiance à Sanders et son alliance avec Rogan ne me fera pas changer d’idée.
    C’est un narcissique entêté et bourru qui est prêt à tout pour gagner, même à accepter l’appui de quelqu’un qui prône des valeurs qui sont contraires à ce qu’il défend.
    Je trouve qu’au parti démocrate il y a de plus en plus de facteurs qui divisent et de moins en moins qui unissent.

    En voyant ce qui s’est passé cette semaine au procès de Trump, je me demande encore pourquoi Adam Schiff ne s’est pas présenté pour le poste de président. C’est dommage, il a tout ce qu’il faut.

    1. danielm dit :

      @Louise
      Schiff pourrait être le candidat de la raison mais la raison doit d’abord se rétablir dans la société américaine en général sinon il deviendra une autre opportunité gaspillée dans la fosse nauséabonde engendrée par Donald Trump.

    2. Henriette Latour dit :

      Louise

      👍👏👏

    3. mhbdotblog dit :

      @louise 09:41
      👏👏👏

  8. POLITICON dit :

    Je constate à la lecture des posts que tout un chacun cherche un candidat idéal pour défaire Trump. Il n’y en a pas, enfin pas encore. Beaucoup rapportent ce qu’ils lisent comme étant des vérités, mais peu d’entre-vous connaissent Rogan par exemple ou ont même visionner un seul de ses podcasts. Il ne faut pas toujours tomber dans le piège des étiquettes et même si c’est plus facile, il vaut mieux s’informer, écouter, comprendre avant d’arriver à une conclusion telle que Rogan est un misogyne par exemple. Sans être un fan, je connais l’individu depuis près de 20 ans et ce n’est pas parce qu’il doutait de l’intégrité d’Hillary qu’il est contre les femmes au pouvoir. Voyons!!!

    1. danielm dit :

      @POLITICON
      Vous avez raison mais en s’opposant à Hillary Clinton, il a ouvert la voie (royale) comme d’autres l’ont fait par ailleurs, à une improbabilité politique qu’est l’élection américaine de Donald Trump en 2016. Comme personnalité publique, il a tout de même certaines responsabilités qu’il doit assumer comme tel. Je trouve trop facile aujourd’hui l’inconsistance et parfois l’incohérence du discours de plusieurs chroniqueur(se)s qui « sévissent » dans l’espace médiatique.

      1. POLITICON dit :

        Oui, mais un podcast à la Rogan par exemple ce n’est pas une chronique de reporter politique. Il n’est pas spécialiste en la matière et quiconque connait l’individu et son parcours s’aperçoit qu’il invite un jour un athlète de haut niveau, un autre qui croit aux OVNI et le lendemain Elon Musk avec qui il fume un joint et le surlendemain une personne qui passe sa vie à chasser les bigfoot.

        Mais blague à part, Bernie pense dure comme fer qu’une femme part perdante si elle affronte Trump. Warren en l’occurence. Moi, je pense que ce serait un avantage pour Trump aux présidentielles. Ca ne veut pas dire qu’une femme ne pourrait pas le battre. Une seule selon moi pourrait faire une bouchée de DT et elle ne veut pas se lancer en politique. C’est Michelle Obama. Intelligente, structurée, honnête, des valeurs qui rejoint tout le monde et une popularité déjà acquise non seulement parce qu’elle est sénatrice ou représentante pendant des années mais parce qu’il serait historiquement adéquat et logique qu’une femme intègre devienne présidente pour faire oublier l’odieux de l’ignare narcissique.

      2. kelvinator dit :

        @POLITICON
        Écouter un podcast de Rogan, c’est comme écouter un de ces nombreux podcast youtube sur des gens qui n’ont aucune connaissance donner leur opinion sur des sujets complexe sans savoir de quoi ils parlent… Rogan faisait pareil avec les conspiration en 2016, vous croyez vraiment qu’il a changé depuis 4 ans? Je ne trouve pas du tout. C’est pénible à regarder tellement il est mal informé… Pour croire que l’alunissage n’a jamais eu lieu, il faut être assez loin dans le délire à mon avis. À un point sans retour irrémédiablement.

        Sans parler qu’il donne souvent la parole à des hater invétérés, comme Milo, Crowder ou d’autres distilleur de haine sur internet…

  9. POLITICON dit :

    Je voulait dire surtout que Michelle n’a pas un parcours politique à la Warren au Congrès. Et surtout, elle apporterait j’en suis certain des politiques plus axées sur les droits de la personne.

    1. onbo dit :

      « Oui, mais un podcast à la Rogan par exemple ce n’est pas une chronique de reporter politique. Il n’est pas spécialiste en la matière… »

      Voilà, vous avez dit la chose. Vaut mieux alors se taire que de semer la discorde qu’amène l’incompréhension, amenée elle-même par des propos non fondés. Le seul à s’enrichir de la controverse, c’est Rogar.

      Votre retour de nouveau sur Michelle Obama ne sert qu’à caler Warren, et à amplifier Sanders, puisque Michelle a déjà dit non cent fois. Et si Michelle Obama me demandait mon conseil, je lui dirais, et elle le sait, pourquoi exposer ton mari et toute l’existence de tes deux perles de filles aux mains d’un malotru. À moins d’y être forcé pour des raisons strictement humanitaires, on ne serre pas la main du Diable, nous rappelle un courageux général canadien à la retraite.

      D’autre part, vous avez écrit juste avant, ce matin, que vous êtes certain que Trump va l’emporter…?!
      Or, on sait que Trump aime bien mieux rencontrer Sanders que Warren, ou Klobuchar, ou Biden.

      J’avoue ne pas trop vous comprendre, sauf votre espoir que je respecte, que Michelle Obama entre dans la mêlée. Ce que je ne souhaite pas pour la présente campagne, pour la raison qui précède.

      Warren et Klobuchar sont les mieux équipées moralement et intellectuellement, je crois, pour en découdre avec Trump,  »s’il se rend à novembre ». Trump a abusé de son lien de familiarité avec Hillary. Il n’aurait pas autant de glace avec ces deux femmes de styles très différents mais dédiées à la réussite du pays dans la quête de la vérité.

      Klobuchar a su calmer monsieur i like Beer, c’est pas rien. Warren a su assoir sur leur chaises devant elle des banquiers véritables qui cherchaient à la distraire ou à l’entourlouper, puis leur causer banques et institutions, taux et chambres de compensation, loi et la règlementation. C’est mémorable de la part d’une simple sénatrice.

  10. xnicden dit :

    Il y a une partie des BernieBros très vocale qui s’avère assez exaspérante, pour rester polie. Ils sont prêts à accueillir à bras ouverts quelqu’un comme Rogan, mais gare à ceux qui ne partagent pas l’opinion de Bernie sur le système de santé par exemple.

    Les autres démocrates feraient sans doute moins de cas de l’accueil fait à l’appui de Rogan s’il y avait un peu plus de reconnaissance dans le camp de Sanders que le racisme, le sexiste et l’homophobie ne sont pas dus qu’à l’anxiété économique de l’homme blanc.

    En passant, seulement 53 % des supporteurs de M. Sanders répondent oui à la question de savoir s’ils vont se ranger derrière le candidat choisi par le parti si ce n’est pas leur favori.

    https://www.newsweek.com/bernie-sanders-poll-warren-biden-2020-nominee-emerson-college-1483831

    1. danielm dit :

      @ xnicden
      Très intéressant ce sondage, merci de le partager!

  11. @POLITICON, 08:59: Merci pour le lien avec l’entrevue. Pour une fois, on peut entendre Bernie Sanders expliquer ses idées et son programme sans être limité ou bousculé par un chronomètre ou par la nécessité de fournir un «clip» de 15 secondes pour le bulletin de nouvelles de 18:00h.
    Bien sûr, Joe Rogan n’est pas le regretté Pierre Nadeau mais il ne crée pas ce désastreux climat résultant trop souvent de rencontres n’ayant que la confrontation pour objectif ce qui est si souvent le cas sur les réseaux polarisés par la partisanerie. Bernie Sanders et lui ont courtoisement échangé même sur le sujet controversé des armes à feu.
    Partant de là, on peu comprendre que des supporteurs de Joe Rogan aient pu trouver Bernie Sanders pas mal moins radical que le portrait d’un pratiquement «dangereux communiste» qu’en font Donald Trump et ses amis de chez FOX.

  12. Yolande C. dit :

    ON PEUT ÉCOUTER LES AUDIENCES DU SÉNAT AVEC LES LIENS SUIVANTS :

    https://www.cnn.com/

    https://go.cnn.com/

    https://video.foxnews.com/v/5614615980001#sp=watch-live

    Jay Sekulow donne actuellement le key note.

    A brand new game.

  13. lechatderuelle dit :

    pour battre trump ça prend une personnalité forte, capable de répliquer et rétablir la vérité à chaque propos mensonger éructé par trump….
    ça prend une personne articulée qui attaque plutôt que de continuellement se défendre…. quand trump est bousculé, il recule et bafouille, change d’angle d’attaque,

    un homme, une femme, socialiste à la mode USA, couleur de peau, hétéro ou pas, ça n’a aucune importance….

    il faut un(e) candidat(e) à la répartie rapide et cinglante…. avec une capacité d’exprimer des idées dans des capsules de 20 secondes max….ridiculiser les montages enfantins de trump, le frapper à propos de certains vidéos diffusés…..faire des montages de ses mensonges…. les propager sur le net…

    trump utilise les « montages téléréalités »… son adversaire doit faire la même chose, mais mieux….

    trump n’a rien… aucun programme, aucune idée, aucun bilan digne de ce nom…. tout ce qu’il a est une grande gueule qui jappe fort…. et s’il jappe fort c’est qu’il est très vulnérable…. Attaqué durement, il perdra ses moyens et c’est là qu’il multipliera les gaffes….
    Aux USa ça attire la sympathie quand une personnalité s’abaisse au niveau des pâquerettes et du pipi-caca-fesse….

    à Rome faut faire comme les Romains….

  14. Apocalypse dit :

    Bernie Sanders, prêt à n’importe quoi, et du n’importe quoi ‘cheap’, pour gagner la nomination chez les démocrates. Quelqu’un dirait qu’il est désespéré et on serait d’accord; des attaques ‘cheap’ contre Joe Biden et Elizabeth Warren et le voilà tout content d’avoir l’appui d’une … ordure (Joe Rogan).

    Il va peut-être gagner quelques votes avec cet appui, mais sans doute en perdre plusieurs chez d’autres groupes et des partisans de Madame Clinton.

    Bernie Sanders, quel personnage déplaisant!

    1. xnicden dit :

      Pour être honnête je ne crois pas qu’il est le premier choix de beaucoup d’anciens partisans de madame Clinton…

      Cela dit, à court terme il risque surtout perdre des appuis chez les orphelins de Harris et Booker qui penchaient vers lui comme second choix. Ils sont sans doute peu nombreux mais dans une telle primaire, bouger d’à peine un demi point de pourcentage, à la hausse ou à la baisse, peut avoir des effets importants.

  15. citoyen dit :

    avec la montée médiatique, on va assister à la fusion politicomédiatique dans laquelle les politiciens vont utiliser la radio, la télévision, l’internet et le podcast pour promouvoir leur candidature.

    1. Ziggy9361 dit :

      Ha oui! En êtes vous certain,ça fait peur.

  16. Gilles Morissette dit :

    Avec un suporteur semblable, Sanders n’a pas besojn d’ennemis. Il a tous les éléments en main pour se « caler » lui-même.

    Pas étonnant que le Gros Enfoiré souhaite sa victoire aux primaires démocrates.

    Il va le bouffer tout rond lors de la présidentielle.

    La question qui se pose. Celui ou celle qui remportera les primaires démocrates (je ne favorise pasd Sanders) saura-t-il refaire l’unité dans le parti car ne nous faisons pas d’illusion, un parti désuni déchiré par des factions idéologiques, n’a AUCUNE CHANCE de vaincre Tiny Brain.

    Ce sera l’élection de 2016 2.0.Si les partisans de Sanders font ce qu’ils ont fait en 2016, c’eat la victoire assurée pour le « Mafieux-En-Chef ». Est-ce vraiment ce qu’ils veulent?

    Parfois, le bien du pays passe avant les egos meurtris.

  17. Apocalypse dit :

    @xnicden – 10:51

    ‘En passant, seulement 53 % des supporteurs de M. Sanders répondent oui à la question de savoir s’ils vont se ranger derrière le candidat choisi par le parti si ce n’est pas leur favori.’

    Nous ne sommes pas surpris! En 2016, Bernie Sanders travaillait pour Donald Trump et ça risque encore d’être le cas en 2020. Cet homme est une plaie pour le parti démocrate. La bonne nouvelle est que ce sera la dernière fois.

  18. Ziggy9361 dit :

    Bonne stratégie,hasardeuse et sans garantie de résultat malheureusement du pipi et surtout du caca il va y en avoir si l’ordure remporte l’élection et une majorité au sénat et à la chambre des représentants,voilà ce que les papa licorne ont oublié quand ils ont écrit la constitution.
    Une fois bien installer l’Élu se vengera de tous ceux qui ont osés vouloir sa peau et finira d’installer à la cour supréme probablement
    Un autre juge conservateur de la pire espèce fort de sa majorité,aussitôt le départ de la juge Ginsbourg,il entreprendra de récrire cette constitution qui a permis à des ennemis de l’état, des traîtres de tenter de le destitué,il l’a dit qu’il agirait pour empêcher que ça arrive à un autre président.

    La nouvelle constitution aura seulement 5 articles.
    I) vu la tentative de voler sa présidence ,lui et ses successeur issus de sa famille seront élu à vie.
    2)le président est le seul à décider des budgets des différents secrétariats.
    3)le président est le seul à négocié les différents traités et à les approuvés.
    4le président se crisse de votre opinion et est le seul à décider.
    5)les membres des deux chambres et tous les directeurs d’agence de sécurité et de renseignements incluant tous les employés devront prêté serment d’allégeance au président ( si refus expulsion au Canada )

    Vive le cauchemar américain le nouveau slogan  » DÉGAT » (détruire, écrasé, gâché, arraché,torturé )

    1. danielm dit :

      Vous voulez relancer la migration américaine vers le Canada. En somme un Vietnam nouveau genre!(beaucoup de (r)appelés, mais peu de volontaires…)

  19. el_kabong dit :

    « En passant, seulement 53 % des supporteurs de M. Sanders répondent oui à la question de savoir s’ils vont se ranger derrière le candidat choisi par le parti si ce n’est pas leur favori. »

    Il faut se rappeler qu’en plus de tous les bernie-bros amers qui sont restés chez eux, plus de 10% des partisans de Sanders ont voté pour le minable orangé en 2016… des vrais progressistes…

  20. P-o Tremblay dit :

    En passant Rogan est une légende du stand-up et tout se qu’on lui reproche est très très très souvent sortie de son contexte. Comme il dit lui même, je dis pas se que je penses, je dis se que je penses êtres drôle. Sanders à raison son appui peut l’aider.

  21. Maïs1988 dit :

    On peut s’interroger à savoir si le soutien d’une personnalité du cinéma, de la télévision, de la chanson, du sport, du spectacle, à un candidat est un avantage ou un boulet.

    Souvent, cela va dépendre du spin que les médias voudront bien y donner. Il suffit de mettre l’emphase sur quelques citations, en remontant en 2016, 2012 ou avant, et bien sûr en occultant plusieurs autres citations qui pourraient faire désordre dans le narratif préparé pour consommation. En vérifiant tout ce qu’une personnalité aura pu dire au cours des âges, on trouvera bien des paroles pour offusquer l’un ou l’autre des multiples groupes minoritaires qui composent la mosaïque, et accessoirement les multiples dictatures, de nos « grandes démocraties »; ici les USA.

    On passe ensuite à la culpabilité par association; ici Joe Rogan – Bernie Sanders. Bref, pour être adoubé par les médias « progressistes », Sanders doit se distancier de Rogan. Pour les médias, la cause est entendue.

    Pas si vite!

    Heureusement, Bernie Sanders reçoit beaucoup plus que le simple appui de Joe Rogan. Il reçoit aussi ceux de Susan Sarandon, laquelle incidemment partage avec Joe Rogan son aversion pour Hillary Clinton pour les raisons expliquées clairement, quoique crûement, par Rogan, de Norah Jones, de Danny Devito, etc.

    Barack Obama lui avait l’appui de Beyoncé… Wow!

    Ultimement, toutefois, l’opinion des « vedettes » bien qu’elle ait une grande influence sur nombre de gens, est loin d’être une référence pour autant.

    On se rappellera le cas des jeunes de l’école « Covington Catholic High School » harassés au Lincoln Memorial à Washington en janvier 2019. Le tout Hollywood était alors tombé à bras raccourcis sur un jeune de 16 ans, Nick Sandmann, un kid. Il avait reçu des menaces de mort, les « stars » voulaient son adresse pour lui « payer » une petite visite, il fallait le « ré-éduquer », il devait s’excuser publiquement, s’autoflageller, etc. Dans les faits, la vérité était aux antipodes de l’histoire dangereusement mensongère rapportée par les médias. D’une vidéo de 30 minutes disponible sur youtube, on avait pris quelques photos, un court clip, et écrit une histoire alternative, fausse.

    Alors, quand Hollywood se prononce, que ce soit Joe Rogan ou un autre, ou ici le « Quebec star system » (toujours les mêmes, qui s’invitent à tour de rôle à leurs émissions), vous comprendrez que nous ne sommes pas nécessairement en présence d’experts, ni sur les changements climatiques, ni sur les mouvements migratoires de masse, ni même sur la politique américaine (ou québécoise). Il n’y a pas de prix Nobel dans le lot.

    En ce qui concerne Seth Rich, puisque son nom est mentionné dans le texte de monsieur Hétu, il a été assassiné par des gens inconnus pour des raisons inconnues. Impossible pour nous, communs des mortels, de connaître la vérité. C’est quand un dossier très intéressant, très étonnant, à creuser.

    1. Gilles Morissette dit :

      @Maîs1988 (25/01/2020 à 13:06).

      Désolé de crever votre bulle à propos de Seth Rich mais c’est un dossier qui a fait l’objet d’une enquête très approfondie de la part de la police ( Metropolitan Police Department of the District of Columbia) et du Bureau du Coroner (Office of the Chief Medical Examiner, Washington D.C.).

      On en a a conclu que le meurtre de M. Rich, survenu le 10 juillet 2016, était le résultat d’une tentative de vol qui a mal tourné.

      Toutes les théories du complot mise de l’avant par différents médias conservateurs issus du mouvement « Alt Right » et notamment, par de fervents supporteurs de Potus 45, se sont avérés fausses.

      Même le réseau préféré du président (Fox News, un des grands promoteurs de ces théories) a dû se rétracter sur le sujet dans une déclaration publique le 23 mai 2017.

      Ce cas est un bel exemple des effets pervers des FAKES NEWS sur la perception que peuvent avoir les gens sur certains dossiers. Plutôt pitoyable qu’il y en ait qui soit encore assez crédule, après trois ans (2017), pour croire à ce canular.

      On a assisté au même phénomène avec l’histoire rocambolesque du « Pizzagate » (Novembre 2016, voir l’article sur Wilkipedia)

      Il montre comment des personnes mal intentionnés n’hésitent pas à déformer la réalité, à inventer de toutes pièces un faux scandale voire mentir effrontément, et ce, pour arriver à leurs fins, même si pour cela, il faille salir la réputation de la victime de cette tragédie (on parle ici d’un meurtre) et causer du tort à sa famille.

      Que vous ressassiez encore une telle à une histoire qui a été depuis longtemos « débogué » et y accordiez un certain crédit, démontre, à mon avis, le peu de crédibilité qu’il faille vous accorder.

      Je mets en lien, pour votre information, l’article qui a paru sur cette affaire sur « Wilkipedia » . Bonne lecture !!

      https://en.wikipedia.org/wiki/Murder_of_Seth_Rich

  22. InfoPhile dit :

    Les deux photos ont beau être côte à côte, ça m’étonnerait que dans la vraie vie ont retrouve côte à côte le très honorable M. Sanders et l’autre qui est peut-être plus un guignol en mal de cote d’écoute qu’autre chose.

    Tout simplement M. Sanders n’est pas anti-LGBTQ ni birther ni rien de ce à quoi on tente, pas toujours subtilement, de l’amalgamer.

    Franchement, qui n’esquisserait pas un petit sourire à l’idée de recevoir l’appui d’une personne que des millions d’individus écoutent avec ferveur ? Faut tout de même pas chercher des poux !

    Et non, M. Sanders ne se mettra pas à pleurer – sinon de joie – si jamais la très populaire Oprah Winfrey en venait à l’endosser…

    1. POLITICON dit :

      100% d’accord avec vous. Avec Trump qui a gagné sans le vote populaire, faut pas faire la fine bouche et il faut accepter les appuis que l’on peut récolter.

      1. InfoPhile dit :

        Incidemment, on peut lire dans les commentaires à propos de leur entretien, dont vous nous avez refilé plus haut l’adresse (à 08:59) – je vous en remercie -, celui-ci qui recueille un large assentiment :

        «You guys should have seen the CNN debate the other night. The bias against Bernie was insane and the smearing and propaganda are kicking into high gear now. Also remember that Bernie said he’d break apart the big monopolies like AT&T? Guess who owns CNN? AT&T does…makes sense huh?»

      2. kelvinator dit :

        @infobulle
        Cette conspiration démontre à quel point l’appui des complotistes comme Rogan est problématique, puisqu’elle utilise les mêmes tactiques populistes mensongères qui ont favorisé l’alt-right, aussi des grands admirateurs de Royan… Les ennemis de mes ennemis sont mes amis. Tous contre l’establishment.

    2. kelvinator dit :

      Comme mais, vous détournez la vraie question. La question n’est pas si c’est bien ou pas que Rogan l’appui, quel personnalité ou pas devrait le supporter, mais pourquoi Sanders s’en vante? Pourquoi elle endosse l’appui de Rogan? Sanders s’ennorgueillirait-il de l’appui de Ben Shapiro? Crowder? Alex Jones?

  23. treblig dit :

    @maïs88

    L’air de ne pas y toucher, vous reprenez les théories conspirationnistes concernant Seth Rich..

    On reprends ça depuis le départ. Rich n’avait pas accès au serveur démocrate et les services de renseignements confirment que ce sont les russes qui ont dévalisé le serveur démocrate.Donc pas de motifs pour le tuer.

    Ce soir du 10 juillet 2016, Seth Rich a quitté à la fermeture de son bar habituel pour êttre abattu vers 4h20 ( les coups de feu ont été localisé grâce à un détecteur de son automatisé de la police qui est arrivé 1 minute plus tard sur les lieux) . A l’ arrivée de la police , Seth Rich était encore vivant et va décèder 2 heures plus tard à l’ hôpital. Le corps portait des traces de lutte au visage aux bras et aux genoux. Et deux coups de feu dans le dos alors qu’il vraisemblablement tentait de fuir.

    Parce que ce tueur à gage était un amateur. Il se bât avec sa victime, le laisse vivant, ne lui tire pas une balle dans la tête et fait feu dans un quartier considéré comme dangereux sous haute surveillance ( d’ ou le détecteur de coups de feu).

    La théorie d’ un vol qui a mal tourné est beaucoup plus probable

    1. spritzer dit :

      @treblig

      Craig Murray était associé à Julian Assange et Wikileaks et regardez ce qu’il disait en déc. 2016.
      https://www.craigmurray.org.uk/archives/2016/12/cias-absence-conviction/

      1. jcvirgil dit :

        @Spitzer

        Et depuis le russiagate s’est effondré lamentablement avec le rapport Horowitz et le blâme mis sur le FBI d’avoir pris pour argent comptant sans les vérifications nécessaires le fameux rapport Steele, communément appelé le *pipigate*, provenant d’un agent britannique, dont ils se sont servis pour avoir la permission du tribunal FISA, d’enquêter sur le président et son équipe de campagne.

        Comme quoi les théories du complot ne viennent pas toujours d’où on les attend… Surtout que l’histoire de la CIA et du FBI nous apprend fort bien qu’ils sont experts en complpts de tout genre.😎

      2. el_kabong dit :

        @spritzer

        Vos informations datent… depuis 2016, toutes les démonstrations ont été faites que le hacking provenait des russes (dans le rapport Mueller entre autres)…

        Venez nous rejoindre en 2020…

      3. spritzer dit :

        @el_kabong

        C’est la version que Assange et Murray ont toujours soutenue, même aujourd’hui après la « démonstration » de Mueller. Comme Murray dit dans son texte:

        « Do Julian Assange and I have a reputation for truthfulness? Well in 10 years not one of the tens of thousands of documents WikiLeaks has released has had its authenticity successfully challenged. As for me, I have a reputation for inconvenient truth telling.  »

        Ils n’avaient aucune raison de vouloir couvrir les russes en mentant, et encore moins aujourd’hui alors que Mueller est censé avoir fait la preuve que c’était les russes qui avaient piraté les serveurs. Et pourtant ils maintiennent toujours la même version, que les courriels ont été piraté par quelqu’un de l’intérieur.

        Ça lui tentait pas à Mueller d’interroger Assange? Je comprends que pour eux c’est beaucoup mieux de le voir pourrir en prison.

    2. Samati dit :

      @ treblig

      Bonne réponse, maïs88 se nourrit de la propagande russe ou du sinistre Glenn Greenwald (Intercept). Toutes ses interventions suivent cette ligne politique anti démocratie occidentales. Il louange des dictateurs plutôt dégoûtants comme Poutine, Maduro, Kim Jung-Un, en autant que ceux-ci s’opposent aux politiques et à la culture des démocraties occidentales.

      1. Layla dit :

        HS
        Ma réflexion
        Depuis ce matin que je lis des articles, j’en suis rendue où…
        C’est encore pire de ce que je pensais… Mike Pompeo vient de jeter de l’huile sur le feu avec son arrogance envers la journaliste Kelly. Il s’est donné le droit sous « off the record » de l’insulter et il pensait qu’elle se laisserait faire…elle a brisé une entente…sauf que pour moi, quand c’est malhonnête ça se joue à deux, c’est chacun pour soi.

        Les sénateurs républicains ont de la pression …

        Oui le pays regarde, écoute…mais….il y a aussi…

        Il y a 197 comités de réélection qui seront en élection le 3 novembre des représentants de la Chambre qui regardent tout ça, il y a 53 comités de réélection des sénateurs dont 23 comités qui seront en élection le 3 novembre, qui regardent tout ça, sans compter les autres comme les comités des gouverneurs…
        Tous ces comités sont proches de la population, ils entendent, ils analysent et mesurent ce qui se vit sous nos yeux présentement…

        Alors il ne faut pas s’étonner de la sortie de Matt Gaetz concernant la performance du rapport des avocats de DT digne d’une 8 ième année selon lui, il va se faire taper sur les doigts et probablement entrer dans le rang quoique c’est la 2 ième fois depuis peu qu’il sort du rang? Son message selon moi… secouez vous la gang…

        Faut-il s’étonner que les Repus ont utilisé seulement deux heures de leurs temps aujourd’hui pour essayer de revenir en force lundi, ben oui les cotes d’écoute pour aujourd’hui ne sont pas bonnes, mon idée… ce qui n’est pas bon c’est qu’ils sont mal préparés, quelle crédibilité ce Alan Dershowitz peut avoir à venir clamer le contraire d’avec Bill Clinton. Ils sont mal préparés et ils le seront encore lundi, vendredi Adam Schiff leur a coupé l’herbe sous les pieds en avançant une dizaine d’ arguments des Repus et en les défaisant d’avance ce qui est une procédure normale selon moi… exemple le président Ukrainien n’avait pas le choix de dire qu’il n’a ressenti aucune pression sachant que DT a n’en pas douter lui ferait payer.
        Ou les Repus peuvent aller avec l’affirmation suivante « Laissez le peuple décider, c’est ce que les pères fondateurs voulaient »
        Alors pourquoi donner du pouvoir de destitution au Congres…

        On peut lire sur le site de RadioCanada «  les arguments méticuleux fondés sur des faits des démocrates. »

        Les comités de réélections voient et entendent, c’est à suivre. Est ce qu’ils pourraient sauver les meubles en destituant DT ou non?

        Pour revenir à Pompeo son attitude avec la journaliste Kelly m’a titillé le pompon pas à peu près…ce gars
        là vient de me confirmer dur comme fer qu’il a les mains très sales dans le dossier de l’Ukraine.

        L’article de M.Hétu d’aujourd’hui était très bien et ceux de Radio Canada que je ne lis plus depuis longtemps, aujourd’hui j’ai fait une exception et je ne suis pas déçue.
        Difficile de quantifier l’impact de cette semaine avec les DEM mais a n’en pas douter ils ont écrit plusieurs pages de l’histoire…chapeau.

      2. Layla dit :

        Désolée c’est mon erreur que mon HS se retrouve suite au post de Samati.

    3. InfoPhile dit :

      «La théorie d’ un vol qui a mal tourné est beaucoup plus probable»

      Vous avez très probablement raison. Tout au plus, les circonstances de l’assassinat de Seth Rich avaient tout, ou disons pas mal, pour prêter aux rumeurs, un peu comme le décès de Jeffrey Epstein.

      Il faut quand même noter que cette affaire Rich n’a été abordé par Maïs1988 que pas incidence. Elle n’est pas au coeur de son intervention dans laquelle il évoque une certaine pseudo « bien pensance » qui parfois en mène large en dépit de ses compétences très limitées («Il n’y a pas de prix Nobel dans le lot»)

  24. karma278 dit :

    « P.P.S. : Joe Rogan est-il en outre un birther?

    I know it sounds crazy, but I’m starting to believe that Obama wasn’t born in America http://t.co/hQN6Emto

    — Joe Rogan (@joerogan) May 17, 2012″

    A birther? Not sure. «jury is still out on that one »

    But a friggin idiot/moron, that i’m sure of…

  25. karma278 dit :

    « lechatderuelle dit :
    25/01/2020 à 09:29
    Les USA ont leur façon de « faire » de la politique….. »

    « Faire » de la politique, c’est tuer la démocratie avant même qu’elle ne puisse s’exprimer.

    C’Est, finalement, avorter la démocratie.

    Qui est contre l’avortement déjà?

    IT!
    🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡🤡

  26. Henriette Latour dit :

    HS

    Cippolone a accusé les adversaires politiques du président à organiser « la plus grande interférence dans les élections de l’histoire américaine ». Il semble oublier que c’est le collège électoral qui a donné la victoire à trump.
    Il ajoute « ils vous demandent de déchirer les bulletins de vote dans ce pays ». Comme conspirationniste, il est pas mal.
    Il n’a pas encore compris que le résultat de la dernière élection n’a aucun rapport avec l’acte d’accusation. trump s’imagine encore que les Démocrates n’ont pas digéré son élection. Ce n’est son élection dont ils ne reviennent pas mais de sa gouvernance depuis.

    1. Haïku dit :

      Bien vu ! 👌

    2. onbo dit :

      @henriette latour

      Cippolone déçoit beaucoup. ;-( Cela me réconforte 🙂

      L’un des invité à la tribune de PBS hier soir a souri discrètement de cet envol de Cippolone. Il a brièvement dit presque tout bas par politesse:

      …’Un gouvernement a été élu en nov 2016. Si le Président devait partir pour quelque raison (j’imagine, la maladie, l’incapacité d’agir, la destitution de Trump, ou un décès, …les exemples ajoutés sont de moi), ça ne met pas fin au mandat présidentiel. La Constitution a prévu cela. Le vice-président devient le Président en continuation de mandat.

      Donc, loin d’effacer les bulletins, ce transfert de pouvoirs consacre la vérité et la validité du ticket de 2016.

      Brillant ce conseiller politique au parti démocrate pendant 15 ans dans les années Clinton.

      ……

      Le point 2 de Cippolone, pas fort non plus.

      « C’est une honte, une arnaque, que de vouloir destituer un Potus à 9 mois ds élections, novembre 2020. »

      C’est un procès d’intention bien sûr. La réponse simple me semble:

      Une excellente question dont la réponse ne peut se trouver que dans la juste évaluation des 100 sénateurs quant à la gravité du contenu de la preuve. Une excellente raison d’aller au fond, de requérir des documents et des preuves. Qui sait, c’est peut-être plus sérieux qu’on veut bien le laisser entendre.

      Et si l’administration s’entêtait à dissimuler ou retenir des documents pertinents à la validation de la preuve, ou à mentir, à menacer des employés de l’état ou des agences et pire à menacer des témoins, leur interdire de quelque façon de respecter la règle de droit, le Sénat pourrait aller jusqu’à contraindre Trump à la démission ou à la Destitution par une déclaration unanime. Pas de perdants! On tourne la page Trump.

      en aparté: Je ne boude pas les produits us, nous sommes dans une entente de libre-échange, mais j’avoue que lorsque j’ai demandé au boucher si les deux filets de porc emballés ‘familial’ étaient ‘canadien’ et qu’il m’a dit non, ‘américain’, j’en ai perdu l’appétit parce que je voyais emballés les 2 Bogus de Cippolone. J’aime pas qu’on mente.

      ……………

      En complément de programme, c’est samedi, j’ajoute le lien sur WAPO de Philip Bump qui analyse les 6 key facts de l’avocat Purpura. Selon Bump, cela ne tient pas fort devant les évidences et les témoins actuels, le time-line, et la compréhension de la position politique de Zelinsky, Président d’un pays indépendant des USA et qui ne doit pas perdre la face ouvertement vis à vis la Russie, encore moins faire publiquement des déclarations contradictoires avec son mandat anti-corruption qui le montreraient d’un ridicule absolu aux yeux des Ukrainiens qui l’ont élu.

      L’ambassadrice Ivanovich a employé le mot « dangle », un mot que j’ignorais, pour désigner la position de suicide politique que Zelinsky a évité de justesse, ‘dangle’, une PENDAISON par Trump. Zelinsky a su glisser l’avertissement en disant qu’il ne voulait pas se mêler d’élections ailleurs et risquer d’être un pawn, un simple pion. J’admire cet homme. Il a su s’entourer de conseillers clairvoyants et vite sur leurs patins. Je dis BRAVO aux Ukrainiens du Maidan.

      Comment Cippolone et Mulvaney peuvent nier le réel et demeurer de glace devant cet état de fait en voie de se valider que constitue la tentative de Pendaison avorté de justesse de Zelinsky par Donald Trump? Cippolone est le consel de la Présidence, pas le conseiller juridique de Donald Trump.
      Il nous dit; Comprenez, Donald Trump a échoué dans sa tentative de pendaison. Il n’y a donc pas eu de pendaison.

      Textuellement: « But, I can assure you that the President did nothing wrong in his mind » (Cippolone). dans son ouverture mercredi dernier. On dirait les mots d’un anarchiste sans foi ni loi. Un grand juriste sur Wapo a pourtant averti que les Bogus juridiques n’avaient pas leur place dans une pareille enceinte, dans un pareil contexte.

      https://www.washingtonpost.com/politics/2020/01/25/assessing-trump-teams-6-point-impeachment-defense/?utm_campaign=wp_the_5_minute_fix&utm_medium=email&utm_source=newsletter&wpisrc=nl_fix

      salutations !

  27. danielm dit :

    Malgré ce nouvel appui de Joe Rogan (qui est à la fois un fantaisiste qui ne doit pas prendre au sérieux mais seulement quand il appuie Sanders!) , peut-on affirmer que Bernie Sanders, l’éternel socialiste (selon ses affirmations) contre vents et marées, pourrait ,à sa deuxième tentative ,être ce candidat idéal à la présidence qui proposerait une réconciliation des américains qu’ils soient démocrates ou non?

    Proposer une opposition virulente est-il vraiment le moyen de proposer un apaisement constructif de la société américaine, de la sortir de sa spirale d’égocentrisme violent et sectaire? Il faut rebâtir les ponts plutôt que d’encourager le fractionnement encore plus profond et engendrer la belligérance. En définitive, il faut prêcher par l’exemple plutôt que l’imitation facile. Car à vouloir faire la même chose et reproduire les même modèles d’intolérance inversée, on repousse la population vers les bras de Donald Trump et de ses acolytes.

    1. jcvirgil dit :

      A moins que le système oligarchique américain ait tiré tellement l’élastique et qu’apres le gouvernement d’abrutis de Trump au service des milliardaires, seules des propositions audacieuses et originales pourront susciter assez d’enthousiasme pour créer un raz de marée de changement aux bureaux de scrutin.

      Il ne faut surtout pas se fier aux médias traditionnels et et à leurs sondages plantés, qui sont souvent des manipulateurs d’opinion publique en service commandé par leurs proprietaires.

    2. InfoPhile dit :

      «Proposer une opposition virulente est-il vraiment le moyen de proposer un apaisement constructif de la société américaine, de la sortir de sa spirale d’égocentrisme violent et sectaire?»

      M. Sanders propose une société juste (concept de Pierre Trudeau qui n’est pas bête du tout, même qu’il est rassembleur). Il est parfaitement en phase avec les principes démocratiques et avec la constitution américaine.

      Peut-on dire d’un homme politique dont le bien commun est le moteur de sa carrière, qui est d’une constance exemplaire, irréprochable, qu’il contribue à une « spirale d’égocentrisme violent et sectaire » ?

      Ses adversaires le dépeignent de façon à le démoniser. Dans quel but sinon de ne rien changer qui grugerait un peu de leurs privilèges quasi ataviques et raciaux ? Des objectifs aussi nobles que la justice sociale, l’égalité des chances, le bien commun n’ont surtout rien d’égocentriques, bien au contraire.

      1. danielm dit :

        @ InfoPhile
        Cette phrase issue de mon deuxième paragraphe devait se comprendre d’une approche générale souvent exprimée et proposée )même ici dans ce blog) en contrepoids des affirmations de Donald Trump. Elle faisait suite à des appels à utiliser les mêmes « armes » que les républicains et Donald trump en particulier.

        Quant à Bernie Sanders, aux mérites indéniables que je ne conteste point, est-il prêt à l’ouverture nécessaire au consensus essentiel pour amener les démocrates au pouvoir, fut-ce même au sacrifice de sa propre candidature? Car s’il est premier, il risque aussi d’être le premier à plafonner…

      2. InfoPhile dit :

        @danielm

        Votre question me semble très pertinente. J’y reviendrai sous peu.

      3. InfoPhile dit :

        @danielm

        En effet cette question est dans l’air. Néanmoins, je diverge d’avis quant à votre prémisse :

        «l’ouverture nécessaire au consensus essentiel»

        Car ce consensus n’est pas si essentiel qu’on veut nous le laisser croire. Et s’il l’était, ce serait aux adversaires démocrates de Sanders de se rallier, ou de faire le plus grand bout de chemin.

        Il ne faut pas s’attendre à ouverture telle qu’elle impliquerait de renoncer aux coeur de ce pour quoi il lutte depuis des décennies et qui motive puissamment ses troupes. Il perdrait de facto une bonne partie de ses appuis actuels. On ne tergiverse pas avec l’électorat que l’on courtise ni ne pactise avec ceux qui eux l’ignorent.

        Aussi, il faut prendre en compte la capacité de M. Sanders à non seulement mobiliser ses électeurs, mais aussi à motiver ceux qui, très nombreux, s’abstiennent en raison d’une offre inexistante que justement M. Sanders vient combler.

        Alors, il faudrait plutôt que les démocrates dissidents fassent comme Bloomberg – qui a enfin compris – et acceptent d’endosser sa nomination.

        Bien sûr, M. Sanders pourrait inhiber, mais sans y renoncer, une partie de son programme, ou en décaler la réalisation dans le temps. Tout dépendrait de l’intensité de sa victoire à l’investiture du parti démocrate et de ses appuis au Congrès.

        Selon moi, les Américains sont plus disposés que jamais à mettre un terme au statu quo. Les frais d’université ont terriblement augmenté depuis une douzaine d’années. Le problème des dettes étudiantes est devenu aigüe et d’autant urgent à régler. Les jeunes se mobiliseront en conséquence.

        L’Obamacare répondait aux attentes de 2008. Maintenant on sent qu’elles sont plus élevées. Le jour où les Américains – excluons les Rush Limbaugh et autres Glenn Beck – réaliseront que les pays de l’OCDE sont « socialistes », selon les critères lexicologiques de leur extrême droite, ils comprendront que Bernie ne leur offre pas le Goulag mais plutôt son opposé.

        Indéniablement, la carrure de l’adversaire impressionne. Les progressiste et M. Sanders ne surmonteront le solide ancrage des perceptions que très difficilement. J’en conviens.

        Pour se rassurer un brin, rappelons qu’une chambre des représentants et un sénat démocrates émasculeraient Trump. Alors, si les Américains allergiques à Trump ne voulaient pas voter pour Sanders, ils sauraient pour qui voter au sénat et à la chambre afin de circonscrire la Bête.

        «Car s’il est premier, il risque aussi d’être le premier à plafonner…»

        Les chiffres des sondages vous donnent raison. Car même en additionnant les votes que recueille Mme Warren, on est encore loin (40 %) de la majorité des voix.

      4. kelvinator dit :

        @infophile (désolé précédemment, l’autocorrecteur a changé votre nom pour infobulle)
        « Ses adversaires le dépeignent de façon à le démoniser. Dans quel but sinon de ne rien changer qui grugerait un peu de leurs privilèges quasi ataviques et raciaux ? »
        Ses adversaire le démonise à cause de ses tactiques de campagne. À quoi bon qu’un candidat ait un bon programme si ce même candidat agit de manière déplorable? Qu’il ment et répète des fake news pour démoniser son adversaire justement? Des gens peuvent s’opposer à Sanders uniquement pour sa personne, pas pour son programme, ou encore moins pour « ne rien changer qui grugerait un peu de leurs privilèges quasi ataviques et raciaux », qui dédouble le caractère anti-establishment du populisme de Sanders.

  28. kelvinator dit :

    Le but en politique est évidemment de convaincre. Si on peut gruger des appuis de l’autre côté, tant mieux.
    La question est de savoir :

    Tout les appuis sont-ils bon?

    L’épisode de Trump aux mid-terms a prouvé que non, l’appui de Trump a nuit à ses candidats républicains. D’un extrême comme celui-ci, jusqu’ou peut-on aller? Est-ce que l’appui d’Alex Jones serait benefique? Celle de Shapiro, Crowder, Yanoupolis, antifa…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :