Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«Un débat essentiel a lieu en ce moment entre deux visions qui pourraient déterminer l’avenir du parti et peut-être du pays. Certains à l’intérieur du [Parti démocrate] voient le président Trump comme une aberration et croient qu’un retour à une Amérique plus sensée est possible. Et puis il y a ceux qui pensent que le président Trump a été le produit de systèmes politique et économique si corrompus qu’ils doivent être remplacés. […] Aussi bien le modèle radical que le réaliste méritent un examen sérieux. C’est pourquoi nous soutenons les apôtres les plus efficaces de chacune de ces approches. Ce sont Elizabeth Warren et Amy Klobuchar.»

La page éditoriale du New York Times, justifiant sa décision sans précédent de soutenir deux candidates dans la course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle. Cette décision a été annoncée à l’issue d’un processus au cours duquel 13 candidats ont été interviewés et d’un épisode de l’émission de télévision The Weekly, diffusé dimanche soir.

(Photo NBC News)

67 réflexions sur “La citation du jour

  1. gl000001 dit :

     » le produit de systèmes politique et économique si corrompus qu’ils doivent être remplacés. »
    « Remplacés » est un mot fort car ça ne se fera pas à court terme. Mais ça prend du changement, c’est bien évident. J’ai bien aimé la métaphore du clou de 6 pouces de Karma27888888 😉

    1. Pierre dit :

      Comme on dit en anglais… »dream on baby »… personnellement j’ai bien aimé Andrew Yang vendredi dernier avec Bill Maher…

  2. RICK42 dit :

    Ces gens-là sont en train de paver la voie à la réélection de Trump! Dans qurl monde vivent-ils?

    1. Henriette Latour dit :

      RICK42

      Entièrement d’accord avec vous. Advenant le cas, ils en subiront les conséquences. Comme l’héritage de monsieur Obama sera dilapidé, il ne restera que la Constitution à démolir.

      1. Pierre dit :

        @Henriette
        NOUS en subirons tous les contres coups… si l’éluminé est ré élu😞😞😞

    2. J.C.Virgil dit :

      @Rick42

      Ne croyez-vous pas que ceux qui ont tout intérêt à ce que les électeurs américains tiennent ce discours sont les mêmes qui profitent de la situation actuelle et souhaitent qu’il n’y ait aucun changement autre que cosmétique pour continuer *business as usual * en se remplissant les poches comme ils le font depuis toujours ?

      Howard Zinn démontre fort bien dans son essai *Une histoire populaire des États-Unis* écrit il y a déjà quelques années , que les deux grands partis politiques américains servent les mêmes maître. Un parti , le Républicain est plus dur dans son approche et l’autre le parti Démocrate semble plus souple tout en poursuivant les guerres et la même approche économique que l’autre.

      Les années Obama ont poursuivies le même pattern. Même si en tant que premier afro-américain à accéder à la présidence il était le plus fort symbole de changement de l’histoire du pays ,il n’a pas su ou voulu apporter un changement profond aux grandes institutions qui sont d’abord au service des plus riches et des grands lobbys.

      1. gl000001 dit :

        « Su ou voulu » … ou pu ! Leur système politique est fait pour mettre des bâtons dans les roues de tous ceux qui veulent du progrès.

      2. Haïku dit :

        @gl000001
        Très bonne remarque. 👌👌

      3. Benton Fraser dit :

        Entre deux maux, on choisit le moindre!

        Zinn par son histoire populaire des États-Unis couvre prêt 300 d’histoire qui évolue. Depuis les 40 dernières années, le GOP s’est radicalisé, tout comme les Dems dans les années 1830-60. On ne peut pas vraiment dire qu’actuellement, ces deux partis visent les mêmes objectifs….

    3. lechatderuelle dit :

      Rick42 un moment donné faudra en revenir de cette peur….

      personne ne pave la voie à trump… il le fait tout seul et les gens aux USA « semblent » lui donner raison….

      Un moment donné, les Démocrates devront être ce qu’ils sont sans ce rapport avec l’autre….

      c’est devenue une mode d’avoir peur de l’autre en politique et de tenter de faire bouger les gens « contre » un parti ….

      Au Québec ce fut ;a même affaire…
      Le PQ pleurait de ne pas voter pour QS….
      Au fédéral tous les partis pleuraient de ne pas voter pour les autres…

      mais aucun, aucun ne proposait de voter pour eux…..

      Si la pensée démocrate est d’être « socialiste » aux USA,ben qu’ils le soient et qu’ils passent leur projet….

      C’est le but de ce jeu de « sortir » l’autre parti du pouvoir…. pour ça, fait pas jouer à la pu… en tentant de dessiner le mouton qui ferait l’affaire d’une supposée majorité….

      Si Warren et Klobuchar ont un projet sociétal qui se tient, elles devront le marteler et l’expliquer aux électeurs…..

      Personne ne sait « qui » pourrait sortir trump de la Maison-Blanche…. de toute façon, ils sont rares les Présidents à ne pas avoir fait 2 mandats….
      Déjà la force de l’inertie joue contre les Démocrates…
      De plus, trump, qu’on le déteste ou pas, est très dominant sur les réseaux sociaux… et malheureusement, sa façon partisane de faire de la politique a atteint un niveau jamais vu en Amérique…..

      Les Démocrates ne doivent pas aller sur le terrain de trump, mais bien se centrer sur leur projet sociétal et leur audace pour faire voir autre chose aux électeurs….

      il faut un truc complètement différent de ce qui existe en ce moment à la Maison Blanche….
      et 2 femmes, ma foi, me semble, un bon départ….

  3. J.C.Virgil dit :

    Et puis il y a ceux qui pensent que le président Trump a été le produit de systèmes politique et économique si corrompus qu’ils doivent être remplacés. […]
    *************
    Ça semble évident que Trump n’est pas arrivé comme un cheveu sur la soupe, alors que même ceux qui s’opposent à lui et le décrivent comme un abruti votent souvent pour les mesures qu’il met en place pour favoriser les lobbys qui contrôlent le gouvernement américain.
    Si les Américains veulent se sortir de la ploutocratie où ils pataugent il faudra qu’ils réforment leur système électoral d’un autre temps où la pluralité des votes pas le président et leur système judiciaire et politique corrompu où l’argent achète tout.

    1. kelvinator dit :

      Les décisions les plus abjectes ne viennent pas des riches, mais bel et bien de la middle class, par exemple Stephen Miller, qui représente toute cette frange de racistes suprémacistes. À vouloir toujours cibler un seul groupe, nos oeillères nous empeche de voir les autres problèmes parce que nous sommes convaincu de voir le « VRAI » problème.

      1. J.C.Virgil dit :

        Parlant d’oeillères , avez vous pensé que les vôtres vous empêchent de voir la situation actuelle d’une société où l’argent achète tout ?

        Les mesures économiques pour favoriser les plus riches,les banques et les fonds spéculatifs ont été acceptées autant par les démocrates que les républicains. En fait, la politique économique de Trump a reçu dans les faits le soutien du Parti démocrate de A à Z – de ses réductions d’impôts pour les sociétés et les riches à son attaque pour éliminer pratiquement toutes les réglementations sur les *affaires*.

        Même au milieu de la destitution – effectuée entièrement sur la base de la «sécurité nationale» et de la complicité supposée de Trump avec la Russie , les démocrates ont voté par de larges marges pour le budget de Trump et son budget record de 738 milliards de dollars de fonds publics investis dans le trou noir du Pentagone qui engouffre l’argent sans reddition de comptes vis à vis la population..

      2. kelvinator dit :

        « En fait, la politique économique de Trump a reçu dans les faits le soutien du Parti démocrate de A à Z »

        Vous prétendez que les démocrates ont tout accepté de Trump sans demander de concession?
        Savez-vous au moins comment le vote s’est déroulé? Comment le vote d’un budget fonctionne premièrement?
        Ignorez-vous que les démocrates ont utilisé les leviers qu’ils pouvaient pour soutirez ce qu’il pouvait à Trump dans leur position d’infériorité? Et vous interprétez cela comme une soumission totale?

        C’est encore un autre exemple de votre entêtement à voir que ce que vous voulez voir…

      3. kelvinator dit :

        « En fait, la politique économique de Trump a reçu dans les faits le soutien du Parti démocrate de A à Z »

        Ce que vous considérez comme des faits en faux… Voyons, les démocrates ont acceptés de A à Z! Vraiment!

  4. kelvinator dit :

    Difficile de voir autre chose qu’un coup de pub pour mousser leur vente, pour supporter deux candidats, dont une n’ayant absolument aucune chance, et de surcroit les deux seules femmes.

    Sanders quant à lui essaie de se distancer de ses propos sexiste en affirmant : Democratic presidential candidate Bernie Sanders said Sunday that « the world has changed » and that American voters are now more concerned with a presidential candidate’s positions than their gender or racial identity.

    Warren se vante de n’avoir perdu aucune course, parce qu’elle compare des pommes avec des oranges, argument sophistique typique des populistes, alors qu’elle s’est fait élire au Massachusset… Alors que presque aucun républicain s’y est fait élire depuis des décénnies… Détourner les faits, mentir pas en comptant des mensonges, mais en ne disant pas toute la vérité. Est-ce vraiment ce genre de candidat que les démocrate ont besoin? Un autre menteur/menteuse? Il semble clair que Warren et Sanders n’ont pas les même regles d’éthique que Biden par exemple, qui ne se prélasse pas dans des attaques mensongère personnelles digne de Trump.

    1. Yolande C. dit :

      Mitt Romney y fut élu gouverneur GOP de 2003 à 2007.

      https://en.wikipedia.org/wiki/Mitt_Romney

      1. kelvinator dit :

        Vous confondez le rôle de gouverneur avec celui de représentant de l’État au sénat fédéral…

        Sur tout les candidats sénateurs, très peu sont républicains. Le dernier étant élu fut Scott Brown, l’avant dernier remonte à 1979. Warren a battu Brown de peine et de misère… PAs l’élection contrasté qu’elle semble nous faire croire.

  5. monsieur8 dit :

    Je trouve qu’il est sain pour le débat de se questionner sur ce qui a amené Trump à la présidence. On peut bien sûr parler de Comey, des Russes ou de Sanders, mais est-ce qu’on ne fait pas l’autruche si on refuse d’y voir aussi un changement dans la société? Un écoeurite envers un système qui favorise toujours les mêmes? Est-ce qu’un retour en arrière est vraiment ce que souhaitent les gens?

    Le Times a au moins le mérite de poser la question.

    1. kelvinator dit :

      Ce qui a mené Trump au pouvoir est la même raison qui a favorisé l’émergence des théories du complot :
      -jouer sur les émotions pour créer l’outrage.
      -faire croire au monde que le pays est dirigé par le deep state.
      -créer des echo chamber ou les gens sont otage des opinions des chroniqueurs, toujours plus extrèmes car venant de moins en moins d’organe journalistique et plus en plus de sites aux extrèmes aux réalités alternatives.

      Un retour en arrière au temps ou les complots et les attaques personnelles négatives n’était pas le seul moyen de faire de la politique?
      Surement!

      1. Guy Pelletier dit :

        @kelvinator

        Tout a fait il faut sortir coûte que coûte en se bouchant le nez Donald Trump de la Maison Blanche et si les Démocrates croient pouvoir changer profondément les mentalités des Américains à l’élection présidentielle de 2020 ils se gourent littéralement. Ils auront encore une fois bien mal compris les attentes de leurs concitoyens des deux partis je parle évidement de la grande majorité des Américains ne se retrouvant plus dans les deux grands partis tellement ils se sont polarisé un très à gauche du moins son aile dite progressiste prenant beaucoup de place l’autre s’étant radicalisé très à droite, la droite du GBS débordée par les réactionnaire et libertariens.

        Que les Démocrates sortent Trump de la Maison Blanche pour se concentrer par la suite une fois au pouvoir sur l’élection amenant LE vrais changement des mentalités aux USA celle de 2024.

        Mais bon il semble que finalement les *progressistes* trop pressés vont redonner le pouvoir et la Maison Blanche aux parvenus du Tea Party et ses multi-millionaires et milliardaires squatant la Maison Blanche au service des grandes corporations, marché financiers et biens nantis……..

      2. kelvinator dit :

        C’est exact Guy Pelletier, les ailes plus aux extrèmes ont highjacké leur parti respectif. Le GOP s’est fait dominé par le Tea Party depuis 15 ans, tandis que pour les démocrate cela fait un peu plus de 4 ans.

        La large majorité des électeurs, non affiliés ou centriste, en ont complètement mare de cette partisannerie manichéenne sans fin. « You are either with us or against us » est pris au sens littéral par bien trop de gens, surtout les jeunes idéalistes et les vieux grognons, la gauche et la droite.

        Un système avec plus de parti pourrait regler ce problème, mais la division des votes ne pourrait qu’avantager l’autre coté. Catch 22. La mentalité américaine est loin de changer pour cette nation qui a encore bien en mémoire la ségrégation qui se perpétue aujourd’hui avec les LGBT. Une nation fondamentaliste chrétienne pour la moitié, ou le racisme est une seconde nature que plusieurs travaille à faire ressortir.

        Les influences négatives sont beaucoup plus nombreuses que les influences positives pour amener les électeurs vers une vision inclusive. Même les plus progressistes sont les moins inclusif, adoptant les mêmes standard hypocrite que la droite. La droite veut abolir l’ingérence gouvernementale, mais laisse le gouvernement gérer les activités sexuelles. La gauche veut être inclusive, mais rejète les riches, les entrepreneurs, les centristes en brandissant des purity tests à qui mieux mieux…

  6. Ziggy9361 dit :

    Chose certaine le choix sera déterminant pour l’avenir des USA comme première étape,le charisme,la détermination ,l’écoute de ce que souhaite la popultion et les paroles et une direction crédible pour l’avenir comme deuxième étape et enfin un âge raisonnable pour au moins permettre d’initier les changements nécessaires qui doivent étre sociaux et surtout constitutionnel.

    Laissé de côté les vieilles façons de faire ,réformé le sénat et la chambre des représentants ,installé une façon de voter pour l’ensemble de l’union interdire l’exclusion des personnes ou le regroupement dans le but d’avantager un parti, et abolir le systéme non représentif et anti-démocratique des grands électeurs pour la voie la plus démocratique une voix =un vote.
    Si j’étais américain j’opterais pour les démocrates en autant que leurs positions soient équilibrés qu’ils respectent un rithme de changements adapté et les choix sociétales de la majorité.

    L’idéal serait une combinaison des options progressive et traditionnel, mais la plus plus réaliste à mon point de vue est un ticket Biden/Klobuchar.

  7. Yolande C. dit :

    @Ziggy9361

    Vous élaborez un programme pour le moins ambitieux.

    Sur la conclusion plus à court ou moyen terme (je souhaite court), je vous rejoins avec un ticket Biden/Klobuchar.

    Les deux se complètent bien.

  8. Martin cote dit :

    Choix assez surprenant du New York Times…Warren beaucoup trop à gauche à mon avis….et Klobuchar n’est pas très connue et n’a pas trop impressionné dans les débats….je continue à penser qu’un ticket Biden/Harris serait un choix gagnant

  9. Danielle Vallée dit :

    D’accord avec Ziggy, mais Biden/Abrams ça frapperait fort aussi.
    Ou Bloomberg/Abrams. Bloomberg a tellement compris la capacité et l’influence de Abrams qu’il a participé à une conférence avec elle.
    Cet article du Times n’aura aucune influence sur la façon de voter des gens.
    Le NYT veut que ces deux personnes là présentent une différence claire sur les enjeux de l’élection, de manière posée (pas Sanders) et claire (pas Biden).
    Toute cette campagne là est influencée par l’éloquence des gens. Il y a même un groupe qui s’est formé qui déteste Buttigieg parce qu’il est trop éloquent et qu’il se conduit comme un ‘teacher’s pet’. Et ils le détestent pas à peu près.

  10. Ziggy9361 dit :

    Mme. Vallée. .ceux qui forment un groupe pour haïr Buttigieg,un homme posé et intelligible quand il parle avec une vision peut être pas qui plaît à tous,ces gens là doivent avoir une grasse cicatrice frontale due à leur trépanation.

    1. Ziggy9361 dit :

      « une grande « et oui je suis d’accord avec vous pour Mme À bras.

      1. Ziggy9361 dit :

        Je sais pas pourquoi on appelle çà un correcteur #@÷@*:÷pourtant j’en aurais bien besoin Abrams bien sûr.

  11. Yolande C. dit :

    @Danielle Vallée

    Le problème avec Stacey Abrams, c’est qu’elle ne s’est pas soumise à la discipline républicaine (au sens de «république» et non pas de «GOP») en refusant de concéder la victoire à Brian Kemp au élections au poste de gouverneur de Géorgie.

    En démocratie, il est une règle claire: lorsque tous les bulletins ont été comptés et recomptés et que tous les recours sont épuisés, le perdant reconnait sa défaite et félicite le vainqueur.

    Cette image de «sore loser» ne l’aide pas.

    1. Ziggy9361 dit :

      Mme Yolande vous êtes mal avisé de nous ramener la discipline républicaine qui consiste surtout à tricher,avant, pendant ,et après le scutin .Floride,Gore,Bush.

  12. jcvirgil dit :

    Une recherche Wikipedia nous présente la participation de l’électorat aux élections présidentielles. On y apprend entre autre que :

    *La participation aux élections présidentielles américaines a également progressé lors de la mise en place du New Deal par le président démocrate Franklin Delano Roosevelt dans les années 1930, puis lors du développement des programmes sociaux de la Grande société du président démocrate Lyndon B. Johnson dans les années 1960, dans la continuité de la « Nouvelle Frontière » de John F. Kennedy.*

    Par la suite les élections *Obama* et sa proposition de *changes we can believe in * ont amenés plus d’électeurs aux bureaux de scrutin En 2016 la proposition de Trump de *drain the swamps*….semble avoir eu le même effet…

    Ça semble clair que les Américains se déplacent en masse pour voter quand on leur propose de changer le statu-quo et d’améliorer les choses pour la majorité. C’est la recette gagnante…

    1. Ziggy9361 dit :

      Mr.Virgil tout s’explique ou presque, en 1930 au sortir de la dépression le monde avait faim pour les changement,avec John.F.Kennedy un homme inspirant « sky is the limit »emmené en des projets,Obama l’espoir d’un monde meilleur,respecté
      au travers du monde ,inspirant malheureusement il a consacré ses deux mandats à réparer le gachis des années Bush.
      Et puis arrive l’aberration temporel,un « hater » de la pire espèce entouré d’un équipe qui soulève le coeur,Miller,Bannon, Purdue, De vos,
      et la majorité des secrétaires d’états leur mission n’est pas « drain the swamp » mais remplissons nous les poches en nous servant pour réussir du mensonge et rallions ceux qui aiment détestés et ceux qui aiment les armes et donnons leurs un ennemis commun les démocrates socialiste qui veulent leurs enlevés leurs droits constitutionnelles d’haïr et de se marié avec leurs armes.
      Donnez nous quelques exemples de président républicain une ou des actions qui ont profitées au peuple américain et non seulement â l’élite riche et gras dur.

  13. Apocalypse dit :

    @Danielle Vallée – 09:05

    ‘Il y a même un groupe qui s’est formé qui déteste Buttigieg parce qu’il est trop éloquent et qu’il se conduit comme un ‘teacher’s pet’. Et ils le détestent pas à peu près.’

    Je suppose qu’il va mieux en rire 😢.

  14. Maïs1988 dit :

    Ça m’apparaît un peu loufoque de la part du NY Times d’associer Trump, mais que lui, à « brazen corruption, escalating culture wars, etc. ».

    Le NY Times n’a vraiment jamais entendu parler de la guerre de Corée, de la guerre au Vietnam, de la guerre des Balkans durant l’ère Clinton, de la guerre en Iraq, et deux fois plutôt qu’une, d’abord sous GH Bush (le père), ensuite sous GW Bush (le fils), des multiples pays musulmans bombardés sous l’ère Obama, etc.?

    Le NY Times n’a jamais entendu parler de l’état de guerres perpétuelles des USA?

    Le NY Times n’a jamais entendu parler des transferts de richesse de la classe moyenne vers les riches, des réductions d’impôts des riches, des ultra-riches?

    Le gros point de bascule s’est produit dans les années soixante alors que ceux qui ont voulu changer le système, je ne parle pas de changements cosmétiques ici, je parle de vrais changements, de virages à 180o, de « bonds quantiques », JFK, RFK, Malcolm X, MLK ont été assassinés.

    Honnêtement, Trump n’a rien inventé. Trump est le produit, la conséquence, de ceux qui l’ont précédé. J’aime bien que l’on tape sur Trump. J’aurais aimé que l’on (j’inclus ce blogue dans le « on ») soit aussi critique envers ses prédécesseurs.

    Trump est un bouffon, un personnage grotesque doublé d’un satyre. Mais, il n’a inventé ni l’état de guerres perpétuelles, ni le transfert de richesse vers les ultra-riches. Ses prédécesseurs ont géré les USA comme s’il s’agissait d’un dépanneur du coin, souvent en mettant les deux mains dans la jarre à bonbons, en faisant payer le client honnête (la classe moyenne) le plein prix, et en versant un « pizzo » toujours très généreux aux mafieux du complexe militaro-industriel et de Wall Street.

    Elisabeth Warren n’est pas celle que les lecteurs de ce blogue s’imaginent. Elle est la plus grande alliée (je voulais écrire défendeur, mais je ne trouvais pas le féminin) de l’industrie de l’assurance. Pour elle, c’est Medicare pour tous en autant que les compagnies d’assurance fassent de très bonnes $$ affaires $$. Elle a voté en faveur d’une hausse du budget de la défense (budget de la guerre perpétuelle) (son état, le Massachusetts, profite énormément $$$ de ces budgets; ce serait « dommage » de mettre de bons travailleurs au chômage).

    De toute façon, c’est une question de quelques années, une décennie tout au plus, avant que le parti démocrate ne devienne « the natural governing party » en raison des changements démographiques, de l’ouverture des frontières, de l’immigration illégale… (le PLC et le PLQ l’ont bien compris eux aussi) et ce sera « business as usual », toujours plus de guerres, encore plus de transferts de richesse vers les ultra-riches, mais avec le sourire factice d’un Bill Clinton, d’un Barack Obama, ou d’un émule, mais surtout pas la gueule d’un Donald Trump.

    Honnêtement, droite ou gauche, (républicain ou démocrate), ça demeure les deux parties d’un même corps, et pour paraphraser Ralph Nader, ça demeure « la dictature des deux partis ». Bref, l’électeur n’a pas vraiment de choix.De toute façon, si la démocratie fonctionnait, ça se saurait, et elle serait hors-la-loi.

    Les USA ont eu leur chance avec JFK. Les USA ont eu une seconde chance avec Ralph Nader. Les USA ont échoué les deux fois.

    Les États-Unis sont parasités. Le parasite se nourrit du sang de son hôte, le vide de ses forces vives. L’État de guerres perpétuelles, l’enrichissement des ultra-riches, ont précédé la chute de l’Empire romain pendant un siècle il y a 1500-1600 ans, comme ils précèdent aujourd’hui celui de l’Empire américain. Ne vous inquiétez pas pour le parasite. Il trouvera bien un nouvel hôte.

    1. Maïs1988 dit :

      « Ça m’apparaît un peu loufoque de la part du NY Times d’associer Trump, mais que lui, à « brazen corruption, escalating culture wars, etc. ».

      Le NY Times a déjà oublié qu’Hillary Clinton était leur candidate il y a quelques années?

    2. gl000001 dit :

      « Trump est le produit, la conséquence, de ceux qui l’ont précédé.  »
      Leur système politique récompense l’immobilisme. Les gens votent peut-être pour du changement, il n’est pas implantable ce changement !

    3. constella1 dit :

      Maïs1968

      Les USA ont eu leur chance avec JFK. Les USA ont eu une seconde chance avec Ralph Nader. Les USA ont échoué les deux fois.

      Vous venez de résumer en ces quelques mots toute la situation des usa d’aujourd’hui si sclérosée
      Tout cet immobilisme néfaste à ce pays
      Cette peur presque maladive du changement ( non cosmétique )
      Tout cela les tire vers le bas
      Ce qui m’inquiète c’est surtout la pauvreté intellectuelle de la masse
      Ce pays qui devrait normalement avoir un système d’éducation à la hauteur de ses ambitions est parmi le pire des pays industrialisés
      Gardons nos gens dans l’ignorance , fournissons une nourriture inadéquate ds les écoles (primaires )because le cerveau se nourrira moins bien donc moins d’intégration de matière enseignée et tout ça bien sûr pour mieux les manipuler …le jour ou eux aussi auront le droit de vote
      Bien d’autres aspects seraient à énumérer des conséquences de leurs mauvais choix ds le passé tel la pauvreté et la peur des gens dans états du sud qu’a si bien décrit Onbo hier je pense
      Il a fort bien expliqué la conséquence de cette peur au ventre qui entraîne la violence entre autre…
      Un cercle vicieux et infernal qu’il faudra impérativement briser un jour si ce pays veut s’en sortir

      1. Haïku dit :

        @constella1
        Fort bien dit ! 👌

    4. Benton Fraser dit :

      La différence est que Trump est d’une grande incompétance et assurément le plus corrompu des présidents depuis des lustres. (On exclu Cheney, étant vice-président)

      Les prédécesseurs avaient leurs défauts certes, mais Trump les a tous… et décuplés!

      Habituellement, la raison du « check and balance » est de contrecarrer l’abus de pouvoir de l’un comme de l’autre mais elle ne faire pas son travail, du moins, le GOP a renoncé, s’étant radicalisé. Et maintenant que la chambre des représentants le fait, le président passe outre.

      Et on ne parle pas d’utilisé les moyens gouvernementaux pour contre-carrer un adversaire politique!

      L’argument de « ils sont tous pareils » relève de la frustation et non du pragmatisme!!!

  15. gl000001 dit :

    Mettre quelqu’un de compétent comme VP, c’est bien. Ca déplanteverteriserait la fonction !
    Mais pour du changement durable, il faut placer Warren et Sanders à des postes clés. Par exemple, Warren, prof de droit, pourrait être l’Attorney General. On voit tout l’immobilisme que Barr génère. Warren pourrait faire exactement le contraire 😉

  16. Apocalypse dit :

    @Maïs1988 – 09:53

    +1000 … Excellent!

    ‘… soit aussi critique envers ses prédécesseurs.’

    Je pense que la majorité des participants ne sont pas tendre envers George W. Bush et même Ronald Reagan. Pour ce qui est de Barack Obama, il a été très bon, mais je suppose que si on voulait lui trouver des puces, on réussirait.

    Effectivement, gouvernance républicaine ou démocrate, regarder où ce pays se retrouve aujourd’hui. C’est un problème créé et perpétué par les deux grands partis.

    Les remèdes pour changer et améliorer la situation sont connus: sortir l’argent du système et réformer le scrutin! Toutefois, ça n’arrivera pas. Le statu quo va persister jusqu’à la fin des Etats-Unis eux-mêmes et par son remplacement par quelque chose d’autre, ce qui pourrait prendre quelques décennies.

    Le changement est la seule constante de l’univers; si vous êtes incapable de changer, de vous adapter, mauvaise nouvelle, la porte de sortie vous attend et c’est ce qui va arriver aux Etats-Unis à moins d’un miracle tout à fait improbable.

    1. gl000001 dit :

      « si vous êtes incapable de changer, de vous adapter,  »
      Ils réussissent à se maintenir car ils sont un gros moteur de changement technologique. Ca leur donne beaucoup d’argent pour influencer le Monde.
      Mais je suis d’accord avec vous, la tendance logique est au déclin.

  17. Apocalypse dit :

    ‘… soutenir deux candidates dans la course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle.’

    Soutenir deux(2) candidates qui n’ont aucune chance de gagner: Bravo 😢.

    Le but immédiat est de trouver la meilleure personne pour sortir Donald Trump de la Maison-Blanche. Cette décision du NY Times aide comment pour atteindre ce but?

  18. xnicden dit :

    Je trouve que le NYT propose une approche intéressante et leurs choix font beaucoup de sens. Je me demande toutefois si le résultat aurait été le même si M. Booker et madame Harris avaient été encore dans la course.

  19. treblig dit :

    Abolir le collège électoral et faire élire le président par le vote populaire, éliminer le gerrymandering en instituant des commissions indépendantes pour redessiner les districts électoraux, réajuster le nombre de sénateurs (2) par états pour éviter que la Californie (40 millions d’ habitants) ait le même nombre d’élus que le Wyoming ( 570 000 habitants)…

    Une mise-à-jour de la constitution qui ne se fera pas. Pour modifier la constitution, il faut un vote des 2\3 des deux chambres au Congrès, la signature du président et l’approbation du 3\4 des états. Les états rouges vont s’opposer. Ce n’est pas dans leur intérêt d’amender la constitution

    1. kintouai dit :

      Vous avez tout dit. Il n’y a donc plus rien à ajouter sur ce blogue.

      Les Amères Loques vont donc rester dans leur merde ad vitam aeternam.

      Le Gros Taré sera réélu en novembre et un autre Ripouxblicain lui succédera en 2024, puisque ce parti de pourris aura eu les mains libres pendant quatre ans de plus pour se préparer à voler sa réélection.

      La récession finira bien par arriver et, si elle est à la mesure de l’incroyablement longue période de croissance que nous venons de vivre, « l’hiver », comme on dit dans Trône de fer, sera très pénible pour tout le monde.

      Si on ajoute à toute cette chienlit l’accélération des dérèglements climatiques (niés par le gouvernement de salopards de dretteux australiens, que les connards d’Ausraliens ont pourtant élu — et ils en paient maintenant le prix), on pourra dire que, d’ici une dizaine d’années, les vivants envieront le sort des morts (dont je ferai probablement partie).

      Depuis le temps qu’homo sapiens (qui devrait être rebaptisé « homo cretinus ») crée le bordel sur cette planète, il est à peu près temps qu’il disparaisse.

      Le pessimiste regarde au sol et ne voit pas l’arbre sur lequel il se pète la tête. L’optimiste regarde en l’air et se pète la gueule en trébuchant sur une pierre. Le réaliste regarde droit devant lui et ne voit pas à ses pieds la précipice dans lequel il tombe.

      1. Haïku dit :

        Ouch ! Je seconde. 👌

  20. Richard Lavoie dit :

    Je suis assez pessimiste pour l’avenir quelque soit le prochain président ou présidente! La fracture sociale et économique est trop importante pour qu’une élection change les choses! Lorsque toutes les personnalités politiques, économiques, institutionnelles sont perçues comme corrompues, traîtres ou criminelles par l’une ou l’autre des franges d’électeurs, la révolution n’est pas très loin! Quand chacun voit dans la constitution les droits mais, pas les responsabilités, la violence risque d’éclater à chaque coin de rue! Et n’oublions pas que Trump va verouiller pour longtemps le courant conservateur à la Cour Suprême, ce qui va court-circuiter les progrès pour des décennies!

  21. Gilles Morissette dit :

    Klobuchar et Warren ont peut-être de belles qualités mais elles n’ont pas l’étoffe ni la carapace qu’il faut pour battre Tiny Brain. Il va les bouffer tout crû. Ce sera un « walk in the park » avec en prime la majorité dans les Deux Chambres.

    Le meilleur candidat pour le faire demeure encore Biden. Le NYT a beau faire toutes les analyses qu’il voudra, il n’a plus l »influence qu’il a déjà eu auprès de l’électorat. Énoncer de belles théories est une bonne chose. Ça fait plaisir aux intellectuels et à une grande partie de son lectorat démocrate.

    Mais en politique, la victoire est tout ce qui compte même si parfois, on ne doit pas hésiter à prendre certains moyens « discutables » pour y arriver. Tiny Brain l’a compris et les Démocrates devront se le rentrer dans le « coco ».C’est de cette façon que les choses se passent maintenant en 2020 aux USA.

    Faire la promotion d’un programme réaliste et centré sur les préoccupations des gens, être à l’écoute, faire ressortir les mensonges et les contradictions de son opposant, répliquer coup pour coup et si besoin est, « donner des coups bas », se rouler dans la fange, ne pas faire de quartier à ton ennemi, lui faire « mal » un peu comme le joueur de ligne défensif qui frappe à chaque jeu le quart-arrière adverse au football.

    On dit que « la politique est un sport de contact où tous les coups sont permis. » Ce sera le temps pour les Démocrates de le démontrer.

    Si les Démocrates ne sont pas prêts à faire ce qu’il faut pour nous débarasser de La Fripouille-En-Chef, ils méritent une cuisante défaite.

  22. Gilles Morissette dit :

    Klobuchar et Warren ont peut-être de belles qualités mais elles n’ont ni l’étoffe et encore moins la carapace pour battre Tiny Brain. il n »en fera qu’une bouchée. Ce sera « a walk in the park » avec en prime, la majorité dans les Deux Chambres.

    Le seul candidat qui a mon avis est capable de le faire est Biden. Il a non seulement l’expérience qu’il faut mais toute la controverse entourant son fils Hunter semble l’avoir endurci.

    Il représente une image rassurante et apaisante, le genre de président dont les USA auraient besoin après les années tumultueuses de la Fripouille-En-Chef. Son programme est réaliste et centré sur les réels besoins des gens (santé, éducation, environnement, etc)

    De tendance centriste, il est capable de rallier les électeurs modérés qui ont déserté le Parti Démocrate en 2016.

    S’il est choisi candidat, Il aura une femme comme co-listière, soyez en assuré. C’est là que Klobuchar ou Harris pourraient avoir leur chance.

    1. Guy Pelletier dit :

      @Gilles Morissette

      Si Biden se sort de toute cette affaire Ukrainienne de ce complot planifiée par Trump sa garde rapprochée et les agenouillés Républicains pour le démolir un ticket Biden un centriste et une progressiste comme Klobuchar ou Harris ferait l’affaire. S’il ne s’en sort pas qu’ils le détruisent politiquement comme ils s’apprêtent à le faire il faudrait aux Démocrates se boucher le nez et y aller avec Bloomberg un Républicain socialement de gauche pouvant rallier les modérés des deux partis tout en se donnant une vice présidence forte
      et progressiste préparant son départ et sa relève pour l’élection de 2024 en commençant a apporter des changements sociaux et économiques aux USA.

  23. Gilles Morissette dit :

    Klobuchar et Warren ont peut-être de belles qualités mais elles n’ont pas l’étoffe ni la carapace qu’il faut pour battre Tiny Brain. Il va les bouffer tout crû. Ce sera un « walk in the park » avec en prime la majorité dans les Deux Chambres.

    Le meilleur candidat pour le faire demeure encore Biden. Le NYT a beau faire toutes les analyses qu’il voudra, il n’a plus l »influence qu’il a déjà eu auprès de l’électorat. Énoncer de belles théories est une bonne chose. Ça fait plaisir aux intellectuels et à une grande partie de son lectorat démocrate.

    Mais en politique, la victoire est tout ce qui compte même si parfois, on ne doit pas hésiter à prendre certains moyens « discutables » pour y arriver. Tiny Brain l’a compris et les Démocrates devront se le rentrer dans le « coco ».C’est de cette façon que les choses se passent maintenant en 2020 aux USA.

    Faire la promotion d’un programme réaliste et centré sur les préoccupations des gens, être à l’écoute, faire ressortir les mensonges et les contradictions de son opposant, répliquer coup pour coup et si besoin est, « donner des coups bas », se rouler dans la fange, ne pas faire de quartier à ton ennemi, lui faire « mal » un peu comme le joueur de ligne défensif qui frappe à chaque jeu le quart-arrière adverse au football.

    On dit que « la politique est un sport de contact où tous les coups sont permis. » Ce sera le temps pour les Démocrates de le démontrer.

    Si les Démocrates ne sont pas prêts à faire ce qu’il faut pour nous débarasser de La Fripouille-En-Chef, ils méritent une cuisante défaite.

  24. citoyen dit :

    cela aurait été bien que toute la campagne à la chefferie porte sur ce débat essentiel.

  25. Gilles Morissette dit :

    La clip mis en ligne par M.Hétu et montrant Biden parler à une employée du NYT aura probablement plus d’impact sur l’électorat que l’éditorial de ce quotidien.

    Voilà ce dont les gens vont se souvenir. Un clip de 30 secondes montrant un Biden chaleureux, empathique et respectueux. Ça vaut plus que les savantes analyses que peu de gens vont,de toute façon, lire.

    Voilà ce qui attire l’attention de l’électeur en 2020 à l’ère des réseaux sociaux

    Merci à M. Hétu pour ce lien.

  26. Apocalypse dit :

    @treblig – 10:42

    ‘Pour modifier la constitution, il faut un vote des 2\3 des deux chambres au Congrès, la signature du président et l’approbation du 3\4 des états. Les états rouges vont s’opposer. Ce n’est pas dans leur intérêt d’amender la constitution’

    Ouf 😢 … Effectivement, toutes mes sympathies pour essayer de modifier ce document.

    On s’entend qu’on ne veut pas qu’on puisse le modifier (trop) facilement, mais là, on tombe dans le ridicule. Le temps passe et les choses changent constamment, il faut pouvoir changer, s’adapter, ce qui semble pratiquement impossible dans le cas dont on parle.

  27. Ziggy9361 dit :

    Messieurs Tréblig,Maïs et Lavoie …suggérez vous un suicide collectif comme solution?Oui il y a toujours eu des PROBLÈMES AUX USA mais baissé les bras n’est pas la solution,si elle vient d’un président républicain qui a une tête sur les épaules et est capable de s’en servir tant mieux le problême si on exclue la présidence actuel n’est pas exclusivement républicain je vous l’accordent alors la solution qui doit étre structurel sera issus d’un consensus pour changer ce qui est pour la majorité évident pour des personnes objectives,dans le moment immédiat sortir l’andouille est une priorité.

  28. Apocalypse dit :

    @kintouai – 11:51

    ‘… on pourra dire que, d’ici une dizaine d’années, les vivants envieront le sort des morts…’

    Selon toute vraisemblance, il nous reste dix(10) ans pour faire un virage MAJEUR afin d’éviter le pire des changements climatiques. Disons qu’à regarder ce qui passe depuis plusieurs années, le pessimiste est de mise et on se demande ce qui pourrait bien réveiller cette planète…

    1. Robert Giroux dit :

      « Il est impossible de réveiller
      quelqu’un qui fait semblant de dormir. »
      (proberbe navajo)

      1. Haïku dit :

        Robert Giroux
        Pertinent le proverbe. 👌👌

  29. Apocalypse dit :

    @Richard Lavoie – 11:24

    ‘La fracture sociale et économique est trop importante pour qu’une élection change les choses!’

    Je suis malheureusement d’accord!

    Les partisans des deux(2) grands partis sont tout simplement trop loin l’un de l’autre pour espérer un quelconque rapprochement positif pour le pays. Même Barack Obama n’a pas réussi et le fossé ce sera clairement élargi sous la présidence de Donald Trump.

  30. Apocalypse dit :

    @Guy Pelletier – 12:16

    ‘Si Biden se sort de toute cette affaire Ukrainienne…’

    SI Biden remporte l’investiture démocrate, il va se retrouver les pieds dans cette histoire durant tout le processus électoral. Donald Trump ne va parler que de cela et pourrait fort bien couler Joe Biden avec cette histoire qui n’en a jamais été une.

  31. «….ceux qui pensent que le président Trump a été le produit de systèmes politique et économique si corrompus qu’ils doivent être remplacés.»

    Pourquoi pas une «solution» à la Janet dans le film Dirty Rotten Scoundrels de Frank Oz avec Steve Martin, Michael Caine et Glenne Headly. (1988)? D’accor, ça serait une sorte de «More of the same» mais en beaucoup plus drôle que ce que les Productions Donald Trump nous font vivre depuis plus de 3 ans. Voyez plutôt.

    1. Haïku dit :

      Merci pour le clip. En effet, très pertinent ! 😉👌

  32. citoyen dit :

    au lieu que la politique soit un one man show, la politique devrait se connecter à toutes les sources d’informations et de compétences.

  33. InfoPhile dit :

    Le NYT aurait voulu booster la campagne de la retardataire et donc inoffensive Mme Klobuchar et procéder à l’inverse avec celle de M. Sanders qu’il aurait difficilement pu faire mieux. Le NYT qui n’a, rappelons-le, jamais publié un seul article de Noam Chomsky, lequel est pourtant aux yeux de plusieurs le « Sakarov » américain.

  34. citoyen dit :

    la politique a besoin d’un vrai programme politique d’excellence qui met en valeur le dialogue, l’écoute, la réalisation des objectifs, temps disponible et le développement des compétences.

Répondre à Martin cote Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :