Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Peut-on croire à autant de coïncidences? Dimanche, Elizabeth Warren fait une sortie en règle pour dénoncer l’existence d’un script encourageant les volontaires de Bernie Sanders de la «salir» auprès de ses électeurs. Le script fait dire aux volontaires que la sénatrice du Massachusetts est la candidate d’une élite hautement éduquée et plus prospère, et qu’elle serait incapable d’élargir ses appuis à l’occasion de l’élection générale. «J’espère que Bernie y repensera et changera la direction de sa campagne. Nous avons tous vu l’impact du sectarisme en 2016, et nous ne pouvons pas répéter cela», a-t-elle dit.

Le lendemain, Warren confirme une histoire ébruitée par deux médias et démentie par Sanders : ce dernier lui aurait bel et bien dit en décembre 2018 qu’une femme ne pourrait pas battre Donald Trump en 2020.

Tout cela s’est produit à la veille du dernier débat des caucus d’Iowa, premier test électoral de la course à l’investiture démocrate, qui sera tenu le 3 février. Et tout cela aura servi de préambule au moment le plus marquant de ce débat au cours duquel Warren a tenté de s’attaquer à cette idée qu’un vote pour elle est risqué en raison de son sexe.

«Bernie est mon ami et je ne suis pas ici pour me battre avec Bernie, a-t-elle d’abord dit. «Mais cette question de savoir si une femme peut être présidente a été soulevée et il est temps de l’attaquer de front. Donc, est-ce qu’une femme sur ce plateau peut battre Donald Trump. Regardez les hommes sur cette scène. Collectivement, ils ont perdu dix élections. Les seules personnes sur cette scène qui ont remporté chacune des élections auxquelles elles ont participé sont des femmes : Amy et moi. Et la seule personne qui a battu un républicain sortant au cours des 30 dernières années est moi.»

Après avoir entendu Warren, il est difficile de douter que ses sorties des derniers jours n’avaient pas pour but de lui permettre de faire cette intervention. Une intervention qu’elle a complétée en affirmant qu’elle était la candidate la plus susceptible de mobiliser toutes les factions démocrates.

Reste à voir si cela l’aidera. D’une part, Bernie Sanders s’est défendu de façon crédible en rappelant qu’il avait aurait volontiers laisser toute la place à Warren en 2016 si celle-ci avait décidé de briguer l’investiture démocrate. D’autre part, de nombreux partisans de Sanders ont exprimé leur indignation face à l’approche de la sénatrice du Massachusetts.

Quoi qu’il en soit, la gestuelle de Warren et de Sanders après le débat donnaient à entendre qu’il y avait un froid. Les images sont souvent trompeuses, mais celles-ci semblent quand même dire quelque chose. Warren n’a pas saisi la main que lui a tendue Sanders, et celui-ci a fini par lui tourner le dos de façon plutôt abrupte.

De façon générale, le débat de mardi soir n’a pas donné lieu à beaucoup d’attaques marquantes. Bernie Sanders a repris ses critiques habituelles à l’endroit de Joe Biden, notamment sur ses votes pour la guerre en Irak et les accords de libre-échange. Mais l’ancien vice-président a été largement épargné et n’a pas trop mal paru lors d’un affrontement dont la première demi-heure a été consacrée à la politique étrangère, de l’Iran à l’Irak en passant par la Corée du Nord.

(Photo Getty Images)

 

25 réflexions sur “Le stratagème d’Elizabeth Warren

  1. chicpourtout dit :

    On comprend qu’ils sont en campagne mais bon… Au lieu d’essayer de se couper l’herbe sous le pied (pour ne pas dire «se couper le cou»…) entre-eux, les démocrates devraient tout faire pour faire front commun. Diviser pour mieux régner n’est pas une bonne stratégie.

  2. quinlope dit :

    Ceux qui ont le mieux fait, à mon avis,
    Warren, Klobuchar et Steyer.

  3. gl000001 dit :

    « Il ne doit en rester qu’un ».
    Elle montre qu’elle peut user de stratégie pour tasser les mononcles. Ca prouve qu’elle peut affronter trump !

  4. jcvirgil dit :

    Elle est visiblement brillante Elizabeth Warren. De la classe de l’intelligence bref tout le contraire de Trump . Elle a réussi de belle façon à poser l’attention médiatique sur l’affirmation :Les États-Unis sont prêts à avoir une femme à la présidente.

    Les sondages diront maintenant si c’est assez pour rallier le vote des femmes pendant que Trump laboure les terres lobotomisées du vote évangéliste qui se regroupent toujours derrière lui.

    1. Richard Desrochers dit :

      « terres lobotomisées »
      Métaphore hyperbolique s’il en est, mais qui a du mordant et que je lis avec plaisir.

  5. Yolande C. dit :

    UN DÉBAT DE TROP ?

    Peut-être pas s’il a permis de faire un dernier partage avant l’Iowa et le New Hampshire.

    Quand je suis rendue à trouver que le meilleur fut Tom Steyer, il y a un problème ou une lacune quelque part.

    D’accord que Biden, Sanders et Klobuchar ont été égaux à eux-mêmes, mais est-ce que ce sera suffisant ?

    Warren a joué son va-tout; ça passe où ça casse.

    Buttigieg a eu la perle de la soirée pendant le débat sur la politique étrangère et particulièrement celle en Irak. Il semble bien être en mode faze out.

    Alors que Biden s’excusait d’avoir voté pour l’invasion de l’Irak et d’avoir cru Cheney et Rumsfeld et que Sanders répétait avoir voté contre cette invasion et cru ni l’un ni l’autre, Buttigieg a ajouté:

    There are enlisted people that I served with, barely old enough to remember those votes on the authorization after 9/11 on the war in Iraq,

    Buttigieg croit-il que le monde a commencé à exister avec sa naissance ou celle de ses compagnes et compagnons d’armes ?

    Enseigne-t-on encore l’histoire dans les académies militaires, une des disciplines fondamentales dans cette discipline ?

    https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/jan/15/who-won-the-democratic-debate-our-panelists-verdict

  6. lechatderuelle dit :

    Pour confronter trump il faut lui opposer son contraire absolu …

    la différence doit être tranchante chaque fois que les 2 adversaires politiques se retrouveront sur une même scène…

    la différence doit être tranchante chaque fois que les 2 commenteront un événement…

    mais ….

    trump a un immense avantage sur tous les démocrates… il a les réseaux sociaux et la prochaine élection se passera là quasi en totalité….
    l,expérience des téléréalités donne une longueur d’avance à trump …. son « casting » est bien rodé….

    les démocrates doivent travailler sur les réseaux sociaux afin de ne pas donner le champ libre à trump….
    la télé et les journaux, c’est la vieille époque….

    1. Alexander dit :

      @ lechatderuelle

      « L’expérience des téléréalités donne une longueur d’avance à trump …. son « casting » est bien rodé….

      les démocrates doivent travailler sur les réseaux sociaux afin de ne pas donner le champ libre à trump….
      la télé et les journaux, c’est la vieille époque…. »

      J’adore votre intervention.

      On assiste à une guerre de médias entre réseaux sociaux et médias traditionnels.

      La désinformation, la manipulation, les fake news etc. Tout est interrelié. Avec le pouvoir exécutif à la clé.

      Trump et son équipe maîtrisent mieux les réseaux sociaux et la désinformation. Les démocrates doivent s’ajuster, pis vite.

  7. Danielle Vallée dit :

    Il reste que le débat était minable parce que les hôtes étaient minables, agressifs, rudes et qu’ils posaient des questions biaisées pour provoquer de la discorde au lieu de dialogue.
    Contente que ça soit fini pour un bout de temps.

    1. Yolande C. dit :

      @Danielle Vallée

      Excellent point que vous soulevez.

      L’une des pires animations de débat de j’ai vues.

      CNN est en train de reprendre sa première appellation que lui avait conférée les grands réseau d’alors: Chicken Noodle Network.

  8. jcvirgil dit :

    On sait tous que Trump est le politicien le plus sale à avoir vu le jour aux États-Unis, un escroc doublé d’un assassin comme POTUS ce n’est quand même pas rien !

    Ces jours ci il se sert de l’assassinat du dirigeant d’un pays étranger et bat les tambours de guerre contre l’iran pour créer une grande diversion et se sortir du procès en destitution au Sénat en se vautrant dans le drapeau américain et dans le rôle de *commander in chief* face à une crise qu’il a lui-même créé en reniant la parole des États-Unis et en se retirant unilatéralement de l’accord sur le nucléaire iranien.

    Il me semble que c’est un clou sur lequel les démocrates devraient sans cesse frapper pour ouvrir les yeux des électeurs américains. Trump s’est fait élire en promettant le retrait des troupes américaines du Moyen-Orient et la fin des guerres étrangères . Au contraire il provoque une nouvelle guerre et envoie des milliers de soldats sur le théâtre d’une guerre qu’il a lui-même provoqué.

    1. spritzer dit :

      Effectivement ça devrait être une grosse tache sur la réputation de Trump ce reniement de l’accord sur le nucléaire avec toute sa suite. Mais je me demande si les démocrates sont intéressés à prendre en quelque sorte la défense de l’Iran.

  9. Pierre S. dit :

    ————————-

    Bernie se fait servir sa propre médecine.

  10. spritzer dit :

    C’est sûr qu’une femme peut être présidente des États-Unis. Si Hillary avait fait une meilleure campagne on en parlerait pas.

    Et une femme peut battre Trump également, mais je ne pense pas que Warren y arriverait, cela dit sans trop la connaitre. Mais Trump à l’air de l’attendre avec une brique et un fanale.

  11. Pierre S. dit :

    ————————-

    Tristement …

    N’importe quel imbécile peut être président des USA .
    Suffit de pouvoir compter sur un enlignement parfait des planètes.

    à preuve, présentement jamais les USA n’ont eu de président
    aussi médiocre. Et malgré tout, ils ne sont même pas capable de le destituer
    ni même de le contenir. Avec les dégâts que l’on constatent ….

    Ce pays risque de ne jamais s’en remettre complètement.

  12. Pierre dit :

    les Américains sont des bullies, qu’ils soient démocrates où républicains… se sera toujours les USA avant la planète… même aux olympiques ils sont purs, mais pourtant aussi sales que les russes… l’argent mène encore à tout ou presque, mais l’impérialisme Chinois va les confronter face aux choix fait par l’appât du gain des grandes entreprises depuis que Nixon est allé en Chine. Et ce n’est pas un Bernie, sleepie Joe ou Liz qui vont changer la donne… du sang neuf svp 🙏…

  13. Pierre S. dit :

    ——————-

    Ils en ont du sang neuf présentement …..
    Et c’est en train de tourner en eau de boudin.

    Cette démocratie est gravement malade.

  14. Yolande C. dit :

    Sur les animateurs d’hier qui ont agi comme des surrogates:

    https://theintercept.com/2020/01/15/bernie-sanders-cnn-iowa-debate/

  15. Pierre S. dit :

    =——————–

    effectivement …..

    Hier CNN l’ont échappé solide
    Pas comme ca qu’ils vont se débarrasser de Trump entéka.

  16. Ziggy9361 dit :

    Le gagnant de la soirée fut CNN qui ont réussit à dévié le débat grâce aux animateurs et à leurs questions qui ne visaient qu’à
    exacerbé une supposée animosité entre deux intervenant parcequ’il souhaitait monté en épingle un « qui pro quo »sans réel impact
    sur le débat.
    Pendant ce temps à Milwauke Wisconsin un humoriste fou furieux et sans filtre vomissait ses mensonges sur tous les sujets du jour
    n’en manquant pas une pour dénigrer ses adversaires ,vanter sa dureté devant les terroristes et les supposés ennemi de l’état et toutes
    ses réalisations économiques, commerciales et à combattre ceux qui veulent lui volé sa présidence.La foule conquise d’avance se sont bien bidonné de ses mimiques d’innocent et ont bien profité du seul spectacle àl’horaire du mois à Milwauke.

    Un autre réussite pour FOX NEWS.

  17. Gilles Morissette dit :

    Ce débat a permis à Warren de se positionner comme alternative à Tiny Brain mais ne sera pas suffisant pour renverser les tendances observées depuis quelques semaines.

    Biden jouit d’une cetaine longueur d’avance sur ses adversaires. Voilà la réalité et ce n’est pas ce débat qui va renverser quoique que ce soit.

    Sanders a démontré, encore une fois, qu’il n’était pas un joueur d’équipe, qu’il était rancunier et qu’il referait le même coup qu’en 2016 après sa défaite aux Primaires.

    Les débats sont enfin terminés. Passons maintenant aux choses sérieuses: Les Primaires.

  18. Loïc Duplantis dit :

    Voici mon analyse du débat :

    C’était le dernier débat avant l’Iowa, donc un des plus importants débats. Trois candidats devaient avoir un excellent débat : Buttigieg, Klobuchar et Steyer, aucun d’eux n’ont réussi. Pour savoir qui sont les gagnants et les perdants du débat, le contexte est la clé.

    Klobuchar est une perdante dans ce débat. Après avoir fait un excellent débat en décembre, elle devait en avoir un aussi bon. Elle était très effacée et elle n’a jamais eu de bon moment et quelques fois des mauvais. Le problème c’est que Klobuchar est un « attack dog » et quand elle n’a pas de candidat à attaquer, comme hier, elle est extrêmement inefficace.

    Steyer est l’autre perdants de ce débat. Pour la première, on le prenait au sérieux, ce qui signifiait qu’il devait faire face aux mêmes questions difficiles que les autres candidats et il n’était pas à la hauteur. Je ne vois pas comment quelqu’un qui écoute un débat démocrate pour la première fois avant de voter en Iowa peux décider de voter pour Steyer. Quelqu’un qui a investi dans les énergies fossiles et qui a comme priorité l’environnement et qui ne fait que parler de son expérience d’affaires quand on lui demande s’il est plus que son argent est un candidat assez faible.

    Buttigieg peut considérer ce débat comme un match nul. Il doit absolument gagner en Iowa et il devait avoir un excellent débat, il était bon pas plus. Quand il parlait il était très bon, mais il ne parlait pas assez. Toutefois il est facile d’être plus sévère envers un candidat quand c’est le septième débat et qu’on a vu ce candidat exceller. Cependant celui qui n’a jamais vu de débat et qu’il va voté en Iowa pourrait avoir été convaincu par Buttigieg. Buttigieg en a suffisamment fait pour stopper l’hémorragie et peut-être même rebondir. Cela pourrait être une victoire dans 19 jours, mais pour l’instant c’est un match nul.

    En parlant d’hémorragie, celle de Warren est fini et elle est clairement une gagnante du débat. Elle était la meilleure sur le « stage ». Cela pourrait lui donner un petit boost avant l’Iowa, un État qu’elle peut difficilement se permettre de perdre. C’était une excellente soirée pour Warren.

    Celui qui pourrait perdre le plus d’une montée de Warren, c’est Sanders, c’était un match nul pour lui. Sanders sait très bien qu’il ne mènera pas dans les sondages nationalement la veille de la première primaire. Mais en étant deuxième, il se présente comme la deuxième option après Biden et s’il gagne en Iowa, il pourrait être la première option. Il doit donc s’assurer de conserver sa deuxième place nationalement jusqu’en Iowa. Comme il y a personne qui sort de ce débat avec un bond de 10 pourcent dans les sondages, il peut espérer demeurer deuxième. Toutefois si la hausse de Warren est suffisamment grande, elle pourrait déloger Sanders et dans ce cas, Sanders pourrait sortir perdant de ce débat.

    Biden est l’autre gagnant de ce débat. Ce n’est pas compliqué, si Biden l’emporte en Iowa, c’est essentiellement fini. En excellant dans ce débat, Biden aurait probablement frappé un coup circuit et remporter assurément l’Iowa. Il avait donc l’occasion de remporter la primaire hier soir et il ne l’a pas fait. Mais il n’était pas mauvais non plus, il était même très solide, surtout lors de son mot de la fin. Et quand tu mènes par 10-12 pourcent nationalement et légèrement en Iowa ne pas perdre c’est gagné. Celui qui voulait voter pour Biden avant le débat n’a aucune raison de le déserter après le débat. Ainsi c’est une victoire pour Biden, mais si Buttigieg monte dans les sondages, cela serait surtout aux détriment de Biden et ce débat pourrait devenir un match nul pour Biden.

  19. @Loïc Duplantis, 11:07: «…..qui ne fait que parler de son expérience d’affaires quand on lui demande s’il est plus que son argent est un candidat assez faible.»

    À première vue, c’est plutôt vrai. Puis je repense à Donald Trump. Qu’avait-il d’autre à proposer quand il a été élu? Un peu la même chose: «Je suis riche donc «indépendant» ce qui me donnera toute latitude pour faire le ménage. (Drain the swamp)». On connait le résultat.
    Au moins Steyer n’a pas l’air de traîner autant de casseroles que l’autre. Pas d’affaires louches, pas de faillites en série, pas de fondation qui n’est pas une fondation, pas d’université qui n’est pas une université, pas de déclarations plus que douteuses sur les femmes, pas de dénigrement de personnes handicapées et j’en oublie certainement beaucoup.
    Bien entendu, si mon choix se résumait à choisir entre lui et Donald Trump, je n’ai pas besoin de dire pour qui je voterais. Mais présentement, je dois constater qu’à part ses réussites professionnelles, sa contribution au débat n’est pas à la hauteur du poste qu’il convoite alors que Mme Warren, Joe Biden et Bernie Sanders ont ce qu’on appelle des «références». Reste à voir qui peut «planter» Donald Trump.

  20. kelvinator dit :

    Warren porte son populisme au niveau supérieur. Après avoir dénigrer les riches, elle dénigre les hommes pour se placer candidate par défaut…

    Lorsque ta stratégie est de rabaisser les autres basé sur leur argent, leur sexe ou leur idéologie centriste, c’est une preuve supplémentaire qu’elle ne peut être rassembleuse et s’elever, préférant le negativisme pessimiste à l’optimisme.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :