Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«C’est effrayant. Nous vivons à une époque effrayante. La direction de la nation est – elle a été cédée à quelqu’un qui n’a aucune idée de ce que cela signifie. Et malheureusement, on a quelqu’un qui ne comprend pas le sens profond de ce que signifie être un Américain.»

— Bruce Springsteen, chanteur et compositeur légendaire, exprimant son opinion sur Donald Trump lors d’une entrevue diffusée ce matin à l’émission CBS This Morning.

(Photo CBS)

53 réflexions sur “La citation du jour

  1. ghislain1957 dit :

    « …on a quelqu’un qui ne comprend pas le sens profond de ce que signifie être un Américain.»

    On a affaire à quelqu’un qui comprend plus ce que signifie être un Russe.

    1. Gina dit :

      Il a raison Bruce. Springsteen ce président à part défendre les accords commerciaux ( à son intérêt bien sûr ) qu’ a-t-il apporté au peuple américain. ? Que retiendront les Américains de ce président ,à part que lui et sa famille se sont enrichis à leurs détriments et que les russes vont être dans le paysage politique américain pour longtemps.

    2. Pierre dit :

      @Ghislain

      Je me pose la question suivante:

      Pourrions nous partir un Twitter# et demander le certificat de naissance de Trump, peut-être qu’il n’est pas né aux USA???

      1. Bogart dit :

        Et voir son vrai diplôme universitaire …, pas le faux !!

  2. Réal Tremblay dit :

     » Un chanteur de second ordre!  » -Donald J. Trump

    1. gigido66 dit :

      Et en réponse: « Un président de 45 e ordre! »

  3. Gaétan Julien dit :

    On a affaire àa quelqu’un qui ne comprend pas comment fonctionne l’équilibre mental d’un être humain!

    1. Pierre dit :

      @Gaetan
      Il ne connaît même pas la géographie de son propre pays, et pour le mental, bien c’est pas Marc Messier, il n’a pas la dureté du mental…il a même pas de dureté sur son champignon 🍄…

  4. Daniel A. dit :

    Le « boss » est souvent considéré comme la conscience des américains.

  5. Claude Dallaire dit :

    Trump va peut-etre dire qu’il préfère les Beatles…

    Je cite un passage d’une de leur chanson.

    « Back in the USSR
    Well the Ukraine girls really knock me out
    They leave the west behind
    And Moscow girls make me sing and shout »

    Bizarre non ?

    1. Richard Desrochers dit :

      Peut-être pas… ceux qui ont voté pour Trump sont ceux-là sans doute qui ont brûlé les disques des Beatles dans le temps. Et je doute que Pence aimerait qu’on les mentionne… Ou il craindrait que Trump dise qu’il est plus populaire que le Christ…

      1. Haïku dit :

        Richard Desrochers
        Est bonne !😉👌

  6. Salvador E. Rodriguez dit :

    On a confié les destinées de la nation à quelqu’un qui ne comprend rien et dont le seul intérêt est ses vendettas personnelles et s’en mettre plein les poches au moindre coût. Mais encore plus inquiétant de voir que des millions d’américains continue à le supporter dans sa démarche.

    1. Igreck dit :

      @Salvador
      Dites vous bien que ces millions d’électrumps feraient exactement la même chose que le Moron s’ils étaient à sa place. On est loin du « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous mais ce que vous pouvez faire pour votre pays » de JFK ! Pauvres USA !!!

  7. JeDu dit :

    Est-ce que le BOSS se permet souvent de critiquer le président? Ça me semble quand même assez gros…

    1. Bartien dit :

      Assez gros???

      Vous avez le »assez gros » facile vous

  8. Pirou dit :

    Pauvre Donald, il est seulement la 2e génération de Trump né aux États-Unis. Faut lui donner du temps.

    1. gigido66 dit :

      Pas très assimilable!

  9. Louise dit :

    Une époque dominée par la désinformation, la manipulation et les menaces venant du plus haut dirigeant du pays peut être effrayante pour les américains qui sont soucieux de préserver l’intégrité de la justice et de la démocratie dans leur pays.

    Mais ma question est toujours la même. Pourquoi ne réagissent-ils pas massivement et publiquement pour défendre leurs valeurs ?
    Le temps des belles paroles est terminé. Il faut descendre dans la rue et protester s’ils veulent que les choses changent, c’est une responsabilité collective .
    L’histoire se souviendra de ceux qui ont créé ce cahot mais se souviendra aussi de ceux qui ont laissé faire.

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      @Louise:«L’histoire se souviendra de ceux qui ont créé ce cahot….» Vu la proximité des deux touches concernées, je me suis demandé si ce ne serait pas plutôt «cabot» que vous vouliez écrire?? Ou encore «clébard»?? 🙂 🙂

    2. onbo dit :

      @louise

      Je partage tout à fait votre impatience. Il y a de quoi de trouble depuis 3 ans.

      Pourquoi les États-uniens ne prennent pas la rue? Avec Trump qui réagit avant de réfléchir, la rue n’est jamais sûre. Il l’a d’ailleurs exprimé, en blague qu’il dit, mais ses suiveurs eux l’applaudissent.

      Mais vous avez raison sur le fonds. Cela n’a pas empêché des dizaines de milliers de Britanniques d’encercler le Parlement pour exiger un nouveau vote sur le Brexit. Johnson, pour sauver la face, appelle des élections en décembre. Suite à quoi il pourrait glisser en douce sous le tapis… Tant pis.

      Les liens récents sur le twitter de notre hôte portent sur la sortie du vote des jeunes aux USA.

      La vraie bataille de campagne serait dans la protection du vote, la promotion des inscriptions, la conservation des bureaux de scrutin, le maintien et l’élargissement du vote sur les campus étudiants et maisons de personnes âgées ou handicapées, la promotion du vote étudiant par le « Same day registration », la lutte aux efforts républicains pour ne pas reconnaître le permis de conduire ou la carte étudiante, leurs tactiques pour procéder à l’annulation des votes des étudiants qui par malheur ont fait une nouvelle demande de vote dans l’État où ils étudient sans avoir pris la précaution d’annuler leur inscription dans leur lieu d’origine.

      C’est le succès ou l’échec de ces mesures qui pourrait déterminer le futur président. Les Républicains actuels semblent ne faire que cela entre deux élections, rayer les noms des opposants et se faire aller gaiment le ciseau dans la chair de la carte électorale. Je dis « chair », parce que ce sont des êtres humains et de leur conscience dont on dispose à leur insu en hachurant et morcelant le pourtour des quartiers et blocs de logements où vivent leurs proies, des humains électeurs.

      Ces gestes insensés expliquent en bonne partie la recrudescence du nombre « d’indépendants », ces derniers ne voulant pas être ciblés sur les listes électorales comme des ennemis à rayer de la carte.

      Cela explique en partie aussi pourquoi les étudiants ne veulent s’inscrire que le jour du scrutin, afin de ne pas être pris en défaut pour une double inscription qui leur vaudrait d’être radié de la liste. J’ai lu par ailleurs que des États républicains dénient le droit de voter le jour du scrutin si vous n’avez pas voté aux deux dernières élections. C’est assez pour dissuader un jeune de ne plus voter le reste de ses jours tant l’affront est blessant.

      Le ‘same day registration’ est aussi appelé à prendre de l’ampleur, car il correspondrait au style de vie des nouvelles générations branchées. Ils ne comprennent pas que ce soit si sorcier de valider leur droit de voter, tant il est facile de procéder à l’identification de l’électeur à l’heure de Facebook, de Messengers et de Google Dieu le père tout puissant. C’t’une joke quoi, les élections? Pour les jeunes surtout, c’est perçu comme un déni d’identité, l’insulte civique certainement la plus sérieuse et lourde de conséquence chez des personnes précisément en quête de leur identité, en définition de qui ils sont, entre 18 et 25 ans particulièrement. Les Universités donc dans la mire des observateurs, puisque aux premières loges de la solution.

      Il faut ajouter, pour être fairplay, que certains bonzes démocrates dans des circonscriptions imprenables craignent que « les jeunes » aient des idées ‘trop AOC’ et que ça troublerait le confort de leurs habitudes, voire mettre en péril leur assurance d’un nième mandat à la Chambre ou au Sénat. L’hypocrisie ne faisant pas de différence entre les couleurs du carrelage. Il vaut mieux laver tout le plancher.

      excellente journée à vous Louise.

      https://www.nytimes.com/2019/10/24/us/voting-college-suppression.html

      1. Haïku dit :

        onbo
        Très bonne analyse !👌

  10. Lecteur-curieux dit :

    Born In The U.S.A. , sa chanson récupérée par beaucoup d’Américains en changeant complètement le sens.

    Pas tous et pas obligé d’avoir la même vision que Springsteen pour en faire une lecture acceptable. Et que Bruce respecterait mais ils l’ont tronquée.

    Pour être Américain cela est la même chose. Il n’y a pas une seule vision commune de l’être Bruce.

    Mais Trump est dans la vision nommée unitaire selon le livre de management que l’on dirait plus autoritaire et conservatrice.

    Trois visions: unitaire, pluraliste et radicale. Springsteen est plus dans celle de gauche mais sa critique sociale reste respectueuse. Il aime son peuple malgré les défauts.

    C’est comme sa chanson encore ce n’est pas un patriotisme exacerbé sans réflexion c’est un pays qui doit se questionner sur le sort réservé aux vétérans de la Guerre au Vietnam. Et était-ce bon ou mauvais ?

    C’est tout le contraire d’une chanson à la lutte WWF et faire crier la foule USA, USA. C’est pourtant très efficace et c’est ce que Trump reproduit dans ses rassemblements et tout cela est très américain.

    Dans l’action et le spectacle mais peu dans la réflexion. Springsteen lui oui il l’est.

    Pas obligé de pencher à gauche comme lui mais avoir une discussion intelligente. C’est pas souvent le cas aux États-Unis ou ce n’est pas mis de l’avant.

    Plusieurs fans de Springsteen sont de droite. Au moins certains le comprennent un peu mais la majorité d’entre eux le font ? Pas sûr.

  11. el_kabong dit :

    Le minable orangé va dire que Springsteen est over-rated…

  12. louise tanguay dit :

    merci Louise je pense exactement comme toi-
    triste a pleurer –

  13. danielm dit :

    Donald Trump pourrait résumer sa philosophie en cette simple phrase, cette simple intention et ce même credo: « Jamais, je n’accepterais de suivre les règles du jeu! ». Ce qui en fait un être profondément anti-social et il est devenu le président d’une nation …

    1. gigido66 dit :

      Il a pourtant prêté serment…avait-il les doigts croisés, ou les orteils ou les jambes?

  14. monsieur8 dit :

    Springsteen est un de ceux qui m’empêchent de devenir un irréductible américanophobe. Toujours pertinent le boss.

  15. Ziggy9361 dit :

    Oui il est encore une fois désabusée cette fois ci par une grosse andouille ,ignare qui représente tous les américains face au monde entier une vrai honte.Il faut retourner au début des années quatre vingt peu de temps après la guerre du Vietnam pour retrouver les jeunes àméricains qui se réveille dans la réalité,fini le temps des hipis qui conteste contre la guerre peace and love,les vétérans du Vietnam s.d.f. mutilé mendie dans les rues ,les radio hurle le hit de l’heure Born in the USA,BORN IN THÉ USA cette époque à été le prélude,le début de la décadence de l’empire américain,et ça s’accélère avec le gros enfouarée c’est ça que Spingsteen constate à nouveau.
    Le futur est obscurci par le nouveau Jim Jones qui veux allé jusqu’au bout ,américain ne buvez pas de Kool aid.

  16. Lecteur-curieux dit :

    Même dans ses bonnes années le Donald outre être brash et controversé était associé au bling-bling, au toc et à la superficialité.

    Il peut y avoir une vérité là-dedans mais chez ceux ayant du recul et sachant rire d’eux-mêmes.

    Superficiels ou profonds ? Yin et Yang ? Pas chez les Américains c’est plus un dualisme, un affrontement entre les deux.

    La véritable identité des Américains se trouve dans leurs contrastes, contradictions et paradoxes.

  17. leonard1625 dit :

    Ca fait peur, en effet. Mais, ce n’est pas seulement Trump, c’est aussi la pourriture, comme les représentants républicains d’hier, prête à tout pour s’accrocher au pouvoir.

    Cela a été dit souvent, les USA flirtent présentement avec la dictature. Trump est peut-être trop malhabile pour l’établir, mais peut-être qu’un jour, un autre plus futé saura faire en constatant comment il est facile pour un président de contourner les lois et de s’en tirer sans conséquence immédiate.

    1. jaylowblow dit :

      C’est exactement ce qui me fait peur. C’est comme si on disait à Trump qu’il ne peut pas traverser une clôture en câbles d’acier parce qu’elle est électrifiée. Le gros idiot s’essait quand-même et tout le monde constate que le courant est très faible et ne lui fait pratiquement rien. Mais con comme il est il n’arrive pas à traverser car il s’emmêle continuellement dans les câbles. La clotûre, bien qu’inefficace, est tout de même suffisante pour l’empêcher de passer mais après avoir vu ce triste spectacle le suivant qui voudra la franchir n’aura aucune difficulté à le faire.

    2. Richard Desrochers dit :

      « Trump est peut-être trop malhabile pour l’établir, mais peut-être qu’un jour, un autre plus futé saura faire … »
      Mon point Goodwin…
      Hitler sert d’exemple ici. Trump compte sur sa base et ses appuis dans le parti. Hitler n’a pas eu à compter avec une partie importante de la population (les nazis ne se sont jamais approchés d’une majorité), mais une fois au poste de chancelier (poste plutôt négocié) il a manipulé toutes les ressources légales pour placer ses pions (et ayant créé des milices) et manipuler Hindenburg jusqu’à ce qu’il soit en mesure d’éliminer toute opposition et de définir lui-même la loi. Ce que Trump ne réussira pas à faire parce qu’il n’a rien d’un stratège, qu’il ne connaît pas les ressources légales, la constitution, parce qu’il est ignare dans tout ce qui pourrait l’asseoir confortablement.

  18. Le Champ dit :

    Ce que Springsteen defend est un idéal américain qui est menacé par une société américaine qui n y crois plus . Trump est l un des facteurs mais c est le mouvement derrière Trump qui refuse d aller vers le multiculturalisme , la redéfinition de la famille et l idée qu un gouvernement peut s impliquer d avantage dans la société pour tenter d aplanir les inégalités , ce sont avant tout ces gens et non Trump qui sont en train de changer le visage de l Amerique.

    Trump c est un show de boucan derrière lequel beaucoup d américain se cache tout en étant d accord avec les politiques mise de l avant par son administration. Sa réélection est plus que probable si il se rend jusqu’à en 2020….

  19. Lecteur-curieux dit :

    http://www.mintzberg.org/blog/donald-trump-is-not-the-problem-part-ii

    « America is the land of action more than reflection  » nous dit Mintzberg. Qui lui-même n’est pas assez écouté au Québec et au Canada. Imaginez les États-Unis.

    Cela empêche pas d’y avoir des intellectuels et artistes mais ils sont écoutés jusqu’à quel point ?

  20. jcvirgil dit :

    On s’entend Trump est un escroc et un cinglé qui pousse sa folie au-delà de toute mesure, c’est peut-être aussi ça le côté sombre d’être américain. Ça fait des années que leurs gouvernements dictent leurs lois et renversent les gouvernement d’autres nations qui ne se plient pas à leurs diktats économiques de prédateurs.

    Comme le souligne cependant l’économiste et ancien ministre Rodrigue Tremblay c’est le monde entier qui risque d’écoper pour cette élection qui est le fruit d’un système politique défaillant et corrompu et du manque de jugement d’une partie de la population américaine

    https://www.mondialisation.ca/donald-trump-une-tragedie-americaine-qui-ne-concerne-pas-seulement-les-etats-unis-mais-le-monde-entier/5638113

  21. Bruce Springsteen et la doctrine gauchiste, si vous ne pensez pas comme moi, vous ne comprenez pas le sens profond d’être amércain.

    1. Bartien dit :

      Merci pour ton partage, tu es trop généreux

    2. Slyderv dit :

      Et, comme dans TOUTES vos interventions, on peut appliquer votre commentaire à vous-même en inversant gauche pour droite, signe retentissant de l’absence de pensée critique.
      Merci néanmoins de participer à ce blogue, vous aidez plusieurs personnes à développer des argumentaires qui compensent votre mode de pensée binaire et le vide sidéral d’opinions-poubelles.
      Vous nous rappelez aussi régulièrement ce que représente le conservatisme aveugle d’une bonne proportion d’Américains, chose qui peut être difficile de saisir ici au Québec.

    3. papitibi dit :

      Il va-tu falloir te ploguer les deux tétons su’l 220 pour activer tes trois neurones, bout d’ciarge?

      Le grand-papa teuton (ah bin!) du porc à groin jaune orange, il avait compris, lui, que l’Amérique est une terre d’accueil.

      Mrs Trump The Third, qui e quitté sa Slovénie natale pour America the Beautiful, elle aussi, elle avait compris que ce pays repose sur son ouverture au monde.

      Et à moins que nous soyons nous-même Innus, Anishinabeg ou Sioux, nos ancêtres sont arrivés ici – au plus tôt – il y a 400 ans. THIS is America, heul’ têteux.

      Share the Land. C’est ça, le sens profond de l’Amérique.
      Repli. Repli. Repli. Ça, c’est le sens profond de la doctrine ‘Au plus fort la poche’ On va toutte se rentrer dedans! On va toutte se tapocher. Si c’est toé qui a la chance d’avoir le plusse de muniions dans ton chargeur, alors bravo, t’as gagné.

    4. Richard Desrochers dit :

      Puisque tout ce qui vous déplaît est à gauche, et que tout ce qui est à gauche vous déplaît, coupez-vous le bras gauche et la jambe gauche. Ça vous fera du bien. Mais je dois vous prévenir que vous risquez alors de pencher vers la gauche.

      1. Haïku dit :

        Richard Desrochers
        MDR !👌

    5. Lecteur-curieux dit :

      Il y a un peu de cela mais la question venait après une vidéo montrant Trump l’attaquant disant que les Américains n’avaient pas besoin de son opinion à Springsteen.

      Qui attaque qui en premier ?

      Qui prétend que toute dose de socialisme va ruiner les États-Unis ?

      Qui donc ne veut absolument pas discuter? Est-ce la droite ou la gauche ? Ou les deux en général ?

    6. jean-yves Handfield dit :

      @ Grosse Bottine… Votre registre de platitudes est à sec. Prenez une retraite fermée, afin de réfléchir comme un adulte responsable.

  22. Pierre S. dit :

    —————-

    ah tien donc … tu dit la vérité sur l’andouille et tu deviens un radical left.
    Belle tentative les trolls …

    Mais une andouille demeure une andouille … plus de 13 000 mensonges à l’appuis , believe me …lollll

    1. Lecteur-curieux dit :

      Être de gauche radicale n’a rien de mal et Springsteen peut l’être bien que de manière soft ou respectueuse.

      Cela n’est pas une affaire de vérité ou de mensonge mais de vision du monde.

      La gauche radicale dénonce et veut changer le système et assez fortement.

      Le pluralisme lui voit les conflits et les règles et on reste assez dans le même système disons ou on l’adapte pour le faire fonctionner.

      Dans la vision unitaire il y a peut-être des conflits mais les dirigeants les règle et ceux qui se plaignent sont surtout vus comme des fauteurs de trouble.

      Gauche radicale versus extrême. Et si on emploie le mot marxiste des gens imaginent des militants très enragés alors que c’est simplement remettre le système en question pour être dans cette dialectique. Le terme ne fait pas consensus.

      Pour unitaire, pluraliste et radical ces trois termes si on fait une recherche Google des sites parlant de relations industrielles les reprennent.

    2. Lecteur-curieux dit :

      La gauche radicale en relations industrielles.

      https://www.employment.org.nz/R&L,%20chp%201%20%28notes%29.pdf

      La population ne connaît pas les définitions et s’il fallait mettre Marx en plus.

      Et si on parle gestion et dans une organisation, il peut y avoir un mélange des trois. Je suis plus dans la vision pluraliste. Trump est dans celle dite unitaire.

      Ceux qui arrêtent pas de répéter mais qu’attendent les Américains pour descendre dans la rue sont dans la pensée de la gauche radicale ou autrement nommée la métaphore du système de domination. Cela ne veut pas dire vouloir une société communiste ou digne de l’URSS.

      C’est sûr aussi que juste donner trois courant. C’est comme dire conservateur-autoritaire, centriste et socialiste. Il y a bien plus de variations.

      Mais prétendre détenir LA vérité cela est du dogmatisme.

  23. titejasette dit :

    @Grros Toton

    Un ti vendredi juste pour toi.

    « Troller ou aller aux chiottes il faut choisir. Choisir d’aller aux chiottes sans mettre les deux pieds dans le même trou c’est bien se conduire. »- Confucius

    Oups ! Confucius, pardonnez-moi de ma confusion. Je cherche et je ne trouve pas l’auteur de cette shitation…

  24. Maïs1988 dit :

    J’aime Bruce Springsteen.

    … Mais je trouve quand même un peu courtes ses affirmations ici :

    « Nous vivons à une époque effrayante ».

    Springsteen devrait peut-être lire « Une histoire populaire des États-Unis » d’Howard Zinn.

    Monroe était-il « plus américain » que Trump quand il déclarait que les Amériques étaient la chasse gardée des USA? Gare aux nations Européennes qui voudraient s’y risquer?… Réflexion faite, oui, peut-être, j’en conviens. C’était effectivement typiquement « américain » comme déclaration!

    Voyons voir :

    Lincoln était-il « plus américain » quand il faisait ravager le Sud, brûler Atlanta par Sherman, et lors de la Marche de Sherman vers la mer?

    Quand Truman faisait exploser deux bombes atomiques sur des civils?

    D’accord, Springsteen n’était pas né.

    Où était Springsteen quand Clinton abrogeait la loi Glass-Steagall ou bombardait les Balkans?

    Où était-il quand Bush détruisait l’Iraq?

    Quand Obama faisait écrit Obamacare par les pharmas, détruisait la Libye, faisait pleuvoir les $ milliards sur Wall Street, quand Hillary se gorgeait : « we came, we saw, he died… hi hi hi… », quand McCain chantait « Bomb, bomb, bomb Iran » ?

    Que Trump soit un personnage grotesque, doublé d’un satyre, j’endosse… à 100%

    Qu’il soit « moins américain » que ses prédécesseurs… Humm… j’en doute… Différent? Bien sûr. Grotesque? Certes. Moins américain?

    Humm… « Moins formaté « politiquement correct », moins « le produit d’une campagne de marketing » seraient plus justes.

    Quand Springsteen dit : Dividing the Country Is a ‘Crime Against Humanity’, j’espère que Justin Trudeau prend des notes.

    Honnêtement, les USA ont toujours été divisés: extermination des premières nations, esclavagisme érigé en système économique, le Nord industriel (les banques de Wall Street) contre le Sud agraire (les banques de Londres (The City)), les tycoons (the men who made America) contre les travailleurs, les banques contre les travailleurs, les côtes Est et Ouest contre le Centre, le Mid-West, Hillary avec sa cuillère d’argent dans sa tour d’ivoire contre les « déplorables » (ceux qui ont perdu un fils, un frère, un père dans les guerres perpétuelles, ceux qui ont tout perdu dans les crises économiques concoctées à Wall Street)… Pays divisé sous Trump? Oui, c’est vrai. Mais, bien honnêtement, le pays n’a pas attendu Trump pour ce faire…

    J’avais confiance en JFK. On (que je ne nommerai pas) lui a servi un « Dallas ».

    J’avais confiance en Obama. Ça m’a pris une année complète, même 18 mois (l’amour rend aveugle), à réaliser que ce n’était qu’un pur produit de marketing.

    De retour à Trump. L’Amérique (les USA) est en train de changer, pas seulement à l’interne (à l’intérieur de ses frontières), mais son influence sur la scène internationale se désagrège à la vitesse grand V. On passe vraiment d’un Monde unipolaire dominé depuis la chute du mur de Berlin par la seule hyper-puissance, les USA, à un Monde de plus en plus multi-polaire : USA certes, mais aussi beaucoup Chine, Russie, Inde, et également France, G.B., même Allemagne, qui ressuscitent des velléités néo-coloniales que l’on pensaient pourtant disparues, encore impensables il y a quelques 3-4 ans à peine.

    Le Canada lui? Un pays sans leader, qui, comme les vaches, regardent le train passer…

    1. Pierre S. dit :

      ————————-

      J’aime bien Donald trump

      mais avec ses 13 000 mensonges, son incurie légentaire sa vie de fraudeur et son incompétence crasse
      il aurait du demeurer animateur de télé réalité.

    2. papitibi dit :

      Meuh!

    3. Lecteur-curieux dit :

      Bien. Avant les cours de politique internationale je ne donnais pas le bon Dieu sans confession aux États-Unis mais je ne leur voyais pas autant de défauts. Mais cette vision politique dénonciatrice je trouvais qu’elle avait sa place et cela c’est il y a plus de 30 ans et outre le passé il y avait dénonciation de Reagan et de Bush père que plusieurs disent bien mieux que Trump alors qu’un texte d’une gauche plus forte disaient qu’ils ont plus en commun que de différences.

      Sinon c’est culturel et du bon et moins bon quand ils étaient trop dominateurs, impérialistes ou venant avec leurs gros sabots bien ils n’étaient pas les bons.

      On savait cela dès les films de série B dans les années ’70.

      L’Armée américaine se comportant en bullies.

      Dans d’autres films américains eux, ils sont les héros.

      Ils peuvent parfois être un parfois être l’autre.

      Des icônes aussi devenir des agresseurs. Il s’est passé quoi ?

      D’autres dont la réputation reste impeccable.

      Mais les politiciens ? La méfiance envers eux est élevée depuis très longtemps même s’il y a des variations.

      Faut maintenant subir ceux américains en plus des nôtres. Sinon Trump avant ? Arrangez-vous avec et si vous vous y associez ou investissez avec lui c’est à vos risques et périls. Ce que les gens devraient savoir depuis minimum 1991.

    4. Le Champ dit :

      Quel commentaire pertinent . Bravo

Répondre à leonard1625 Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :