Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Mardi, un rapport accablant était publié par l’inspecteur général du département de la Justice. Selon le document, la Drug Enforcement Agency (DEA) a permis entre 2002 et 2013 une augmentation de 400% de la production d’oxycodone et n’a tenté qu’en 2017 de circonscrire la production de cet opioïde commercialisé sous le nom, entre autres, d’OxyContin.

Ce rapport met en relief un des arguments des compagnies pharmaceutiques qui tentent de se déresponsabiliser du décès de quelque 400 000 personnes : elles ne faisaient que suivre les directives de la DEA.

Ce qu’elles ne disent pas, c’est qu’elles ont tout fait pour museler la DEA et influencer ses décisions, notamment en tenant une campagne de lobbying pour que le Congrès limite les pouvoirs de la DEA en la présentant comme une agence «trop zélée». Le récit du Washington Post est édifiant de par le cynisme du lobby pharmaceutique. Des campagnes similaires ont été entreprises au niveau des États, pour s’assurer de réglementations favorables, comme celle menée au Massachussetts. Les mêmes lobbyistes ont a tenté de répliquer ce combat en Europe, avec moins de succès.

Les fabricants n’ont pas fini de sévir.

La compagnie pharmaceutique Purdue Pharma, fabricante de l’OxyContin, devait faire face à des poursuites au civil dans plus de 44 États. En tout, ce serait près de 2 500 plaintes liées aux problèmes de dépendance.  En août dernier, la famille Sackler, propriétaire de la compagnie, a présenté une entente qui donnerait entre 10 et 12 milliards de dollars aux victimes. Puis, Purdue Pharma s’est mise en faillite début septembre.

Lundi, on apprenait que ce n’était qu’un début : cinq compagnies pharmaceutiques désirent se joindre au mécanisme de dédommagement des victimes créé par Purdue Pharma. Si elles devront verser des millions de dollars aux victimes, elles pourront aussi éviter la mauvaise situation de leur concurrent en banqueroute. Et se sauver aussi de poursuites éventuelles. Elles pourront ainsi reproduire la culbute des Sackler qui, malgré les accusations, a trouvé le moyen de sauver son immense fortune.

Ce n’est pas tout.

Les compagnies ont aussi essayé d’influencer la justice en contribuant financièrement aux campagnes électorales des procureurs généraux, tant républicains que démocrates. Ces procureurs déterminent quels cas déboucheront devant un juge : ils ont la possibilité de faire pencher la justice d’un côté ou de l’autre. En gros, les firmes tentent de s’assurer que les tribunaux dans les régions les plus sensibles prennent des décisions en leur faveur.

Et il reste toujours les élections à venir.

Les big pharmas donnent à tous les partis; on estime à 2,5 milliards les frais de lobbying et les contributions politiques des compagnies pharmaceutiques aux membres du Congrès pour la dernière décennie. Ça n’inclut pas les «dons personnels». La candidate aux primaires démocrates, Elizabeth Warren, a annoncé au début du mois qu’elle retournerait les dons de la famille Sackler à un organisme de charité. Mais elle semble être la seule.

La crise des opioïdes est en bonne partie politique. Et, pour le moment, les fabricants poursuivent leur combat sur ce front.

(Photo Reuters)

36 réflexions sur “Comment fonctionne le lobby des opioïdes

  1. Marilyne dit :

    J’ai besoin d’une pillule pour avaler tout ca..

  2. Henriette Latour dit :

    Est-ce qu’il y a quelque chose qui fonctionne aux EU sans charognards qui s’enrichissent?

    1. mario Dupuis dit :

      NON!

  3. lisois dit :

    money, always money . Les armes, ça rapporte, les pilules, ça rapporte.

  4. Jacques dit :

    Dis-moi quelles poches tu remplis et je te dirai qui tu es…

  5. Luc dit :

    Au States, la meilleure explication à tout, c’est: « Follow the money! »

  6. RICK42 dit :

    Le mal est enraciné profondément dans la politique, autant chez les démocrates que les républicains… tous ces lobbies multi-milliardaires dirigent en fait de grands pans de la vie de tous les jours; lobby des armes à feu, des médicaments et pesticides, etc etc… Le système est pourri de l’intérieur et ça empire avec Trump qui allège les obligations environnementales… quel foutu pays!

  7. louise tanguay dit :

    et que dire de tous ces bons docteurs qui prescrivent a la tonne cette cochonnerie – et en retour recoivent des primes très élevées-
    les cies pharmaceutiques et les docteurs travaillent la main dans la main- qq docteurs font de la prison mais pas assez –

  8. Benton Fraser dit :

    Et Trump qui dérèglemente a qui mieux mieux!

    Comme Trump a ouvert la voie qu’un magouilleur puisse être président, les membres de la famille Sackler ont ce qu’il faut pour la présidence!!!

  9. titejasette dit :

    HS

    Quelqu’un peut me dire si le gouvernement canadien va légiférer sur le vapage ?

    Combien d’États américains a interdit son usage ? Qu’est-ce qu’on attend ?

    1. RICK42 dit :

      La plupart des décès sont dus à la présence de THC ajouté à la préparation par l’utilisateur…en tout environ 12 décès sur une population de 350 millions… Rien à voir avec l’hécatombe provoqué par les opioïdes.

  10. ghislain1957 dit :

    En politique américaine, c’est comme chez Jean Coutu: on trouve de tout, même un ami! Et l’ami est facile à acheter, parole de politicien!

    1. Haïku dit :

      ghislain1957
      😉👏👌

  11. Anne-Marie Allaire dit :

    « la crise des opiodes est politique » et vous faites quoi des gens qui souffrent et qui ont besoin de ces médicaments????

    1. Achalante dit :

      Le problème est dans la sur-prescription sans avertissement préalables qui se faisait (et se fait probablement encore). Bref: « t’as mal? Tiens, un opioïde. Non, non, ça n’entraîne pas de dépendance, pas de problème! »

      Alors les gens en prenaient sans faire attention, et se retrouvaient avec une dépendance couplée à une diminution de l’efficacité. Donc, il leur en fallait toujours plus.

      Maintenant, si c’est prescrit seulement pour ceux qui en ont vraiment besoin avec les bons avertissements (pas plus de X pilules par jour), c’est encore le plus efficace pour les douleurs chroniques aiguës.

      1. slyderv dit :

        Efficace en douleur aigue, mais dans la grande majorité des cas contre-indiqué en douleur chronique

    2. slyderv dit :

      Les gens qui souffrent, on leur en donne, la crise des opioïdes désigne l’immense problème de gens qui l`utilisent dans le cadre d`une addiction.

  12. jeanfrancoiscouture dit :

    Aux USA, tout, absolument tout est «bizness». Il y a, bien entendu, l’ensemble des entreprises à but lucratif, quelles qu’elles soient. Dans ce volet, il arrive trop souvent que la satisfaction des consommateurs et le bonheur des travailleurs ne soient que des conséquences purement accidentelles de la poursuite du profit.
    Et tout le reste de l’activité humaine, charité, philanthropie, santé, éducation, religion, loisirs, etc. même si c’est sous le généreux couvert du «sans but lucratif», nombre de ces activités sombrent aussi dans le «bizness». Où que vous regardiez, vous trouverez des gens qui, partout et toujours, ne voient que l’occasion de tirer profit de n’importe quelle activité humaine. Et trop souvent, on a même le culot de faire passer cela pour de la grandeur d’âme, Et il y en a qui le croient.
    Donald Trump a même réussi le tour de force de passer, aux yeux de certains, pour ce que certains se sont plu à appeler «A Blue Collar Billionnaire». C’est vous dire le degré de crédulité ou d’aveuglement que la poursuite d’un certain rêve peut entraîner.

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      Et n’oublions pas le «bizness» de la politique, probablement le plus lucratif des «sans but lucratif». Je me demande comment j’ai pu le laisser hors de ma liste. L’âge, sans doute, entraîne ce genre de ramollissement. 🙂 .

      1. Haïku dit :

        @jeanfrancoiscouture
        « Et n’oublions pas le «bizness» de la politique, probablement le plus lucratif des «sans but lucratif». Je me demande comment j’ai pu le laisser hors de ma liste ».

        -Bizness as usual ?😉

  13. gérard séguin dit :

    Ahhhh! les dépendances pour les humains, ceux-ci rapportent $$$$, jeux, alcools, drogues, sexes et all. Tout pour satisfaire les effets du plaisir instantané. Bête un jour, comme toujours. Et il y a ceux qui voient, ce que nous sommes. Des êtres fragiles et dépendantes à toutes sortes d’effet. Voir et ne pas voir ce que nous sommes. FRAGILE! L’humain en deux mots est plaisir et espoir.

  14. Réal Tremblay dit :

    Il y a deux éléments qui me frappent dans toutes ces histoires:

    1- Qu’il existe des campagnes de financement électorale pour des procureurs. Un non-sens.

    2- Que malgré tous ces morts, personne n’ira en prison. Une justice déterminée par la profondeur de votre compte en banque.

    Je sais que je ne vous apprend rien mais peut-on appeler ça une démocratie?

    1. Mario Dupuis dit :

      J’appelerai cela une « moneycratie »/ Qu’en pensez-vous?

      1. Henriette Latour dit :

        Mario Dupuis

        👍😂

      2. Réal Tremblay dit :

        Très bonne expression. J’en cherchais une. Merci.

  15. treblig dit :

    Dans certains villages des Appalaches, plus de la moitié des adultes sont dépendants à ces opiacés si bon marché et si accessibles à la pharmacie du coin.

    Chômage, pauvreté, analphabétisme, grossesse à l’adolescence, consanguinité, problèmes avec la justice… tous les indicateurs sociaux sont au rouge . Ceux qui veulent s’en sortir quittent au plus sacrant ces milieux qu’ils jugent dégénérés et sans espoirs. Ceux qui restent échangent leurs « foods stamps » contre des oxycontins.

  16. Rustik dit :

    Les imbécilités qui nous touchent qui découlent du lobbying ne courent pas seulement aux USA. Scandale de commandites, ça sonne une cloche à certains lecteurs? Au BC, le prix des loyers est exorbitant et le prix de maisons x3 celui de Montréal… et qui finance la majorité des politiciens du BC (municipaux, provinciaux et fédéraux)? Serait-ce par « hasard » des cies qui œuvrent dans l’immobilier?

    La vénalité ne cesse de me surprendre, et nous (dont moi naïvement) de se surprendre que cela existe…

    Mais disons que les USA, comparativement à l’Europe et au Canada, ont plusieurs longueurs d’avances dans ce créneau!

  17. Gilbert Duquette dit :

    Voici quelques précisions sur le deal de Purdue :

    De un le deal n’est pas de 10-12 Milliards de $ mais d’un montant 7-8 Milliards $ provenant de la vente de 4 milliards de dollars en médicaments qui seraient fournis aux villes, aux comtés et aux États.

    Ainsi, les médicaments en nature, combinés aux profits tirés de la vente des médicaments, représenteraient un règlement total de Purdue de 7 à 8 milliards de dollars. le 3 Millirads restant proviendrait de la vente de Mundipharma et si la vente est supérieure à 3 Milliards un montant additionnel de 1,5 Milliards pourrait être versé.

    Bref, 7-8 Milliards en médicaments et dans la vente de ceux-ci. 3 Milliards de la vente de Mundipharma et un montant possible additionnel de 1,5 Milliards. Ce qui fait au total entre 10 (7+3) et 125 (8+4,5) Milliards de $$$.

    Mais bon, est-ce que Purdue va donner aux comté et villes des médicaments sur le point d’être périmés et est-ce que la vente de Mondipharma va aller chercher 3 Milliards nul ne le sait.

    P.S. Ah oui, j’oubliais un point important :

    La famille milliardaire qui possède Purdue Pharma LP, fabricant d’Oxycontin, a effectué des transferts d’environ 1 milliard de dollars entre eux et avec leurs sociétés écrans pendant qu’ils  » drainaient Purdue de ses produits opioïdes « , a déclaré Letitia James, procureur général de New York, à un juge dans une lettre.

    Ils pourront ainsi ne plus s’en faire avec les fins de mois eux qui n’avaient comme fortune familliale qu’un maigre 13 milliards de dollars partagés par une vingtaine de membres de la famille.

  18. Layla dit :

    En 2016 à 63 ans j’ai fait un autre infarctus connu, seul solution devant moi un triple pontage, mon coeur avait subi de multiple infarctus auparavant mais silencieux, conséquences énormément de cicatrices au coeur, ceci étant dit après l’opération je dois prendre de l’ OxyContin deux ou trois jours plus tard à ma demande on me nomme le médicament OxyContin, je connais peu les médicaments mais j’entends danger, drogue et merdique, je refuse, sauf qu’on ne peut pas me soulager avec des Tylenol’s il y a une limite par jour que je ne me souviens pas. J’ai du mal pour en perdre conscience, l’argument qui m’a fait céder c’est «  la douleur empêche la guérison » moi je veux guérir, la douleur était tellement intense…, on m’explique que je suis arrivée sur la table d’opération épuisée donc plus vulnérable à la douleur, à ma connaissance on ne m’a jamais demandé si j’avais des dépendances, peut-être à ma fille, mais rassurez-vous je n’ai pas ce problème…

    les lobbys au gouvernement c’est une chose mais le lavage de cerveau du personnel médical pour prescrire ce médicament n’est pas à négliger, après 28 jours d’hospitalisation en 2016, il n’y a pas si longtemps je suis sortie avec en main une ordonnance d’ OxyContin et de Tylenol RENOUVELABLE 12 FOIS.
    12 fois pensez y. C’est normal ? Non…et non. comment penser qu’une personne dépendante n’en meure pas. Le médecin se fait complice de tout ça et le pharmacien.

    Si j’avais été dans un milieu de consommation j’aurais pu monnayer ma prescription, c’est fou tout ça et j’espère que le corps médical a pris un virage. Oui il faut soulager la douleur mais 12 mois??? NON

  19. Louise dit :

    Aujourd’hui vous attirez notre attention avec raison sur le lobby des opioïdes parce que c’est un problème majeur dans cette société.

    Mais je dirais que de plus en plus ce pays est dysfonctionnel. On dirait que tout est une question d’argent et que plus rien ne peut fonctionner normalement.

    1. Le système d’éducation: ce n’est pas normal que l’éducation supérieure coûte aussi cher et que seulement les privilégiés y ont accès. Pour les courageux qui n’ont pas beaucoup d’argent, ils passent une partie de leur vie à rembourser leurs dettes d’études.

    2. Le système de santé: ce n’est pas normal que les pauvres et même la classe moyenne ne puisse pas se faire soigner faute d’argent.

    3. Le système électoral: ce n’est pas normal que les campagnes soient si longues et coûtent si cher et que les candidats soient dépendants de riches donateurs à qui ils doivent renvoyer l’ascenseur une fois élus.

    4. Le système judiciaire: ce n’est pas normal qu’au moindre conflit ou mésentente on fasse appel aux avocats grassement payés et surtout que ce soient ceux qui ont le plus d’argent qui gagnent leurs procès.

    5. Le système économique: ce n’est pas normal qu’une élite s’accapare toute la richesse souvent par toutes sortes de magouilles et que le travail des employés subalternes ne soit pas reconnu à sa juste valeur.

    5. Le Lobby des armes à feu: ce n’est pas normal que n’importe qui puisse s’acheter une arme de guerre et tirer sur ses concitoyens parce qu’il se sent frustré ou pour imposer son idéologie.

    6. Enfin ce n’est pas normal d’avoir élu un président incompétent,corrompu, à moitié fou et qu’il puisse rester au pouvoir aussi longtemps.

    Ça fait longtemps que le mal couve, c’est l’argent qui a corrompu cette société.
    C’est un pays dominé par les riches et organisé par et pour les riches. Ceux qui ont de l’argent s’en sortent très bien dans tous les domaines. Mais parmi ces riches, ceux qui ont un peu de conscience ne doivent pas aimer ce qu’ils voient.

    Le grand mystère pour beaucoup d’entre nous: Pourquoi la majorité de la population se laisse abuser de la sorte et ne réagit pas ?
    La pays est malade. Quels sont les remèdes et surtout qui aura le courage d’apporter les réformes nécessaires ?

    Ce sera aux Américains d’apporter leurs réponses.

  20. chrstianb dit :

    Petite anecdote en passant entre un des monstres du marais trump et le mode des opioïdes du Purdue :
    Rudy Giuliani a conclu une entente pour le fabricant d’OxyContin afin de poursuivre les ventes de médicaments derrière les décès dus aux opiacés.
    En chapo:

    Le gouvernement américain a obtenu une condamnation pénale contre Purdue Pharma au milieu des années 2000, mais n’a pas réussi à freiner les ventes du médicament après que Giuliani a conclu un accord pour éviter d’interdire à Purdue de faire des affaires.

    L’intro :

    Le gouvernement américain a raté l’occasion de freiner les ventes du médicament qui a déclenché l’épidémie d’opiacés lorsqu’il a obtenu la seule condamnation criminelle contre le fabricant de l’OxyContin il y a dix ans.
    Purdue Pharma a engagé Rudolph Giuliani, l’ancien maire de New York et maintenant avocat de Donald Trump, pour faire échec à une enquête fédérale au milieu des années 2000 sur la commercialisation par la société du puissant calmant sur ordonnance, au cœur de cette épidémie qui aurait causé au moins 300 000 décès.

    Si vous n’avez pas peur de vomir, vous pouvez poursuivre la lecture:
    https://www.theguardian.com/us-news/2018/may/22/rudy-giuliani-opioid-epidemic-oxycontin-purdue-pharma

  21. J.C.Virgil dit :

    Voyons donc si les entreprises multi-milliardaires Big Pharma s’achètent des politiciens et les organismes de régulation en leur fournissant même les études qui déterminent l’acceptation des poisons qu’ils mettent ensuite sur le marché.

    Ça serait de la corruption …😎

  22. Alexander dit :

    Les EU carburent au cash bien plus qu’à l’humain. Et ça devient pire que pire ces temps-ci.

    Tuer du monde et des enfants, les droguer, les violer, créer des guerres de toutes pièces, emplir les poches de financiers véreux, polluer, n’importe quoi.

    Si tu peux te payer des bons avocats et des bons lobbystes, tu passes au travers les mailles du filet, surtout qu’on achète les élections comme une pinte de lait.

    Si t’as les moyens financiers, tu survis, sinon tu pars avec deux prises et demie contre toi.

    Et quiconque veut montrer un peu d’humanité se fait traiter de maudit socialisse.

    Aucune conscience sociale. Trump finalement est un grand symbole de la face sombre des EU. Pas pour rien qu’il a encore ses supporters à 35-40%.

    Le Rêve américain est en train de devenir un Cauchemar pour eux.

    Faillite morale.

  23. Henriette Latour dit :

    Alexander

    👏👏

  24. citoyen dit :

    et dire que quand on demande aux médecins un traitement sans médicament, on se fait jeter dehors de l’hôpital.

  25. kintouai dit :

    Quand je pense que les Sackler ont associé leur nom à de nombreuses collections de musées (Harvard, Met Museum, Smithsonian à Washington, etc.), je suis dégoûté à l’idée d’avoir éprouvé du plaisir à voir ces chefs-d’oeuvre, notamment d’art asiatique.

    Les riches savent si bien se déculpabiliser de leur exploitation éhontée des petites gens en créant des chapelles grandioses dans les cathédrales européennes, en parrainant des artistes à toutes les époques et en faisant don aux musées de leurs collections d’oeuvres d’art, acquises grâce à la sueur de celles et ceux qui ont travaillé pour eux. On comprend un peu le mépris que beaucoup de gens éprouvent pour l’art, quand on sait que beaucoup d’oeuvres ont en fait été payées au prix fort par des travailleurs exploités.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :