Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Je ne m’en cache pas : pour moi, les trottinettes électriques en libre-service sont une plaie. Je vous l’ai déjà dit.

Tous ces petits engins vont connaître un automne difficile: plusieurs villes, dont Washington, étudient des législations drastiques pour les limiter, si ce n’est pas carrément les interdire. Aux États-Unis, la guerre contre les trottinettes est bien entamée.

À mon grand dam, les trottinettes continuent pourtant de se multiplier, entravant les rues et les trottoirs de la capitale fédérale. À un point tel qu’il y a désormais des inscriptions en braille sur les trottinettes pour que les non-voyants qui s’y accrochent puissent contacter la compagnie responsable.

Face à un marché déjà saturé et où la profitabilité reste à atteindre, les compagnies doivent s’adapter. Ce matin, en me rendant à mon bureau, j’ai pu apercevoir une nouveauté : des trottinettes bien rangées dans un dock.

La compagnie Spin vient de lancer ce service, déclarant vouloir mettre fin à l’anarchie et obliger les usagers à laisser les engins à des endroits précis, répondant ainsi à la principale critique des législateurs. Pour ce faire, Spin loue des espaces sur des terrains privés. Subtilement, la compagnie se débarrasse d’un autre problème que ses concurrents ont de la difficulté à gérer : la recharge des trottinettes. Même si certains auto-entrepreneurs en ont fait un emploi (peu lucratif), beaucoup de compagnies ont des soucis à trouver des individus pour prendre soin de leur flotte.

Cette nouvelle expérience n’est que le dernier soubresaut d’un modèle d’affaire qui avance en dents de scie. Face au vandalisme et aux problèmes liés à la gestion de la recharge, d’autres compagnies lancent peu à peu de nouveaux modèles, dont Bird, une des pionnières dans le secteur. Côté vélo en libre-service, Jump, la flotte de vélos électriques d’Uber, fonctionne plutôt bien à DC, même si la maison-mère cherche toujours la profitabilité. Dans le même secteur, Capital Bikeshare, l’équivalent local du Bixi, a dû retirer sa flotte de vélos électrique en avril dernier à la suite de problèmes de frein, comme cela a été le cas à New York pour le CitiBike. Leur réintroduction n’est toujours pas prévue.

On risque donc de voir plusieurs autres bouleversements dans le secteur au cours des prochains mois.

28 réflexions sur “Trottinettes électriques 2.0

  1. Denis Bergeron dit :

    Ici aussi c’est une plaie, on en trouve même dans les quais des stations de métro !

    1. karma278 dit :

      Vous avez un métro?

      On aimerait ça, un métro, en région…😊

  2. Pierre s. dit :

    ————-

     »Est ce qu’on peut bombarder les uines qui produisent des trotinettes électriques ???  »

    Donald J Trump.

    heuuuuu …. Non !

  3. À 9$ la demi-heure, le port du casque obligatoire et la prise de photo de la trottinette stationnée après usage, je doute qu’à Montréal la trottinette électrique devienne populaire.

    Je ne m’en plaindrai pas, c’est assez compliqué comme ça avec les cônes oranges, cyclistes, piétons, joggeurs et automobiles!

  4. gl000001 dit :

    A Montréal, je n’ai pas encore vu une trottinette libre-service en mouvement encore. Plusieurs sur des coins de rue dans des endroits désignés.
    Des planches à roulette électrique privé, oui ! Des « engins » à une roue gyroscopique privé, oui.
    Et surtout trop de scooter électrique sur les pistes cyclables. C’est interdit à Montréal et à Laval. Seuls les vélos à assistance électrique sont permis. Et parmi ceux-ci, trop qui ne les utilisent pas de façon sécuritaire. Beaucoup dépassent dangereusement.

  5. Apocalypse dit :

    Effectivement, ici aussi à Montréal, c’est une plaie! On regrette encore que le ridicule ne tue pas.

    Je pense que nous ne sommes pas loin du jour où va recevoir une contravention pour avoir osé marcher sur un trottoir :-(.

    1. Haïku dit :

      Apocalypse
      « …recevoir une contravention pour avoir osé marcher sur un trottoir. »

      LOL !👌

  6. Apocalypse dit :

    ‘Est ce qu’on peut bombarder les uines qui produisent des trotinettes électriques ???’

    Désolé, mais MA réponse est OUI! Si vous avez besoin de quelqu’un pour peser sur le piton, lâchez-moi un call … lol

  7. gérard séguin dit :

    Un bidule inutile pour un centre urbain. Déjà, la difficulté de contrôler les sans allure sur bicyclette, en auto, les piétons et j’en passe. Toujours pour le plaisir de faire différent. Bientôt, l’arrivée de la planche volante. Se sera beau à voir avec nos sans allure.

    1. Richard Desrochers dit :

      Même les gens en chaise roulante électrique ont des manœuvres parfois douteuses. Mais au moins c’est rare qu’ils laissent leur chaise traîner partout.

      1. Haïku dit :

        Richard Desrochers
        👏👏👏

  8. treblig dit :

    Je ne comprends pas trop le modèle d’affaires. Pour 3.00$, j’ai accès au transport en commun et je n’ai pas à me soucier de la conduite du véhicule, de la circulation, du casque, du stationnement, de la photo et autres emmerdes liées à la facturation. Et je n’ai pas envie, à mon âge, de jouer à l’ado attardé en jouant au cascadeur sur les bords des trottoirs. Donc, je ne suis pas la clientèle visée.

    Et combien d’ados peuvent se payer une trottinette à 18.00$ de l’heure ?

    1. gl000001 dit :

      18 ans et plus seulement.

    2. karma278 dit :

      @treblig

      Vous avez déjà pris les transports en commun?

      En hiver, les vitres embuées d’un autobus qui passe 1 fois par heure, les rhumes et les grippes dans l’air, vous connaissez?

      Économiquement, les transp en commun font du sens. EN PRINCIPE.
      La réalité est très différente, dès qu’on sort des grands centres urbains.

      Dans une ville comme Sherbrooke, les autobus sont aux heures les weekends.

      À Thetford Mines, le transport adapté est sur demande les weekends, sauf qu’il n’y a pas de chauffeurs intéressés.

      1. Gilbert Duquette dit :

        @ Karma

        J’aimerais encore mieux le transport en commun l’hiver que d’avoir à me déplacer avec une trottinette électrique l’hiver. -;)

  9. titejasette dit :

    Ne criez pas miséricorde contre ces machins-choses. Elles vont faire leur temps.

    Le Bon Dieu nous enverra un autre Élu (en remplacement de la chose qui trottine) et qui nous éclairera de sa lumière divine.

    En attendant,

    Trotti, trotti, trottinette
    S’en va trotti, trottinant
    Ma trottinette fait la fête
    Elle trottine en sifflotant …

  10. Lecteur-curieux dit :

    La grande ville c’est déjà bordélique mais on peut s’y retrouver ou s’adapter.

    Pour des trottinettes électrique on préfère celles acquises par la ville de Candiac pour leurs employés municipaux :

    https://candiac.ca/fr/107/Mobilite_electrique

    Dans Montréal j’imagine que selon des trajets on peut faire skier le minimum de personnes possible.

  11. jeanfrancoiscouture dit :

    «….même si la maison-mère cherche toujours la profitabilité.»

    Vrai. , Malgré un gros chiffre d’affaire, la «maison mère» est toujours dans le rouge. Par contre, je ne crois pas que la rémunération des dirigeants et surtout du fondateur suive la même courbe.

    Quant à la valeur ajoutée pour une ville d’avoir tous ces damnés machins dans les pattes, je suis d’accord avec vous: C’est une autre plaie urbaine qui s’ajoute au reste.
    Ce qui me met en rogne, c’est qu’ici, en ce Québec du «consensus mou», non seulement on laisse faire mais on déroule pratiquement le tapis rouge devant tous les énergumènes, bien à l’abri à l’étranger qui ont des sbires un peu partout pour squatter le concept de l’économie dite du «partage».

  12. karma278 dit :

    Si vous tassiez vos gros chars de dedans l’chemin, y’en aurait pas d’problèmes.
    Une auto pour 4 qui en transporte 1? Pis tu t’plains?
    Franchement! So XXe siècle, genre.

    Tassez vous le mononkes 🪑🪑🪑
    et laissez les singles passer.
    Y sont pressés… 🏎️🏎️🏎️

    Fa que… faut évoluer tsé

    1. Rustik dit :

      @Karma, j’ai habité 22 ans à Montréal… j’ai eu trois fois des accidents routiers, deux fois avec des vélos qui sont passé à vive allure sur la rouge (une fois j’étais à pied au coin Mont-Royal/Bordeaux et l’autre en vélo au coin Jarry/LaJeunesse) et la troisième un moron qui faisait de la vitesse sur une piste cyclable, qui a doublé dans un virage et est arrivé face à moi (j’étais en vélo à Lasalle).

      Ce que j’ai vu de Montréal, bien qu’il y a beaucoup de mauvais chauffeurs de voitures, globalement les conducteurs de vélo sont pires que les conducteurs d’auto. Alors avant de blâmer les automobilistes, il y a un travail à faire sur soi-même pour plusieurs rouleurs. Et si ceux voyageant à trottinettes ont cette même attitude, ça doit faire dur!

  13. kelvinator dit :

    On peut désormais vous lire avec plaisir M. Boisvert, surement la fin des vacances. Bon retour! (contrairement aux trottinettes)

    1. Haïku dit :

      Je seconde.
      Merci M.Boisvert.

  14. chrstianb dit :

    À Washington c’est pas les trump tinettes qui sont une vraie plaie ?

  15. Serge dit :

    La trottinette a le dos large pas rien qu’un peu. Si on l’examine objectivement, le véhicule ne pollue pas, prend peu de place sur la route, émet un son à peine audible et présente beaucoup moins de danger qu’un gros 4×4 en cas d’accident. Il serait beaucoup plus avisé de s’attarder au comportement de ceux qui discréditent son usage par leur conduite téméraire et irresponsable.

    1. kelvinator dit :

      C’est l’usage qui est critiquer, pas la trotinette…
      L’usage mis en place par les compagnies, au détriment de l’ordre et la sécurité publique, sachant les accidents causés par le manque d’expérience et autres. C’est quand meme 1500 blessé à date aux USA, ce n’est pas rien quand même.

      1. Serge dit :

        Sauf qu’à lire la majorité des commentaires, la seule solution pour régler le problème semble passer par la disparition de la trottinette. Mon commentaire se veut un rappel sur ce qu’elle est, ou pourrait être si l’on en faisait un usage responsable.

  16. papitibi dit :

    Billet:
    Ce matin, en me rendant à mon bureau, j’ai pu apercevoir une nouveauté : des trottinettes bien rangées dans un dock.

    C’est sans doute l’effet DONALD.
    Le Donald DOCK. Avec sa touche ORANGE (voir photo!)
    😁😁😁

  17. vanessa boisset dit :

    Bonjour, je suis journaliste-recherchiste à l’émission MISE À JOUR Montreal diffusée sur MAtv et je suis toujours à la recherche d’un citoyen DÉFAVORABLE face à l implantation des trottinettes électriques en libre-service à Mtl qui sera à l’aise devant la camera et aurait des arguments pour nous exposer son point de vue lors de l’émission Mise à jour enregistrée le 18 septembre à 14h30. (un peu comme Pascal Robichaud qui répertorie les infractions mais qui n’est pas disponible pour l’émission). Merci de votre aide !
    Contacter Vanessa au 514 928 5475

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :