Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

À l’amorce de l’audition de Robert Mueller devant la commission du Renseignement de la Chambre des représentants dont il est le président, Adam Schiff a dressé en moins de cinq minutes, avec l’aide de l’ancien procureur spécial, un réquisitoire accablant contre Donald Trump. Réquisitoire qui suffirait aux républicains, s’ils étaient majoritaires à la chambre basse, pour justifier le lancement d’une procédure de destitution contre un président démocrate accusé de pareille corruption.

Comment les démocrates peuvent-ils se permettre de ne pas donner suite à un tel réquisitoire?

39 réflexions sur “Les cinq minutes d’Adam Schiff

  1. Boozadvisor dit :

    Ça, c’est un gars qui a fait ses devoirs.

    Merci pour ce savoureux extrait.

  2. Pietrovitch dit :

    C’est un morceau de témoignage qu’il faut partager autant que faire se peut sur les réseaux sociaux pour contrebalancer les mensonges de Trump et sa clique

  3. Michèle dit :

    Beau travail, Adam Schiff !
    De son côté, Mueller a l’air amaigri, et très fatigué… Il a dû trouver la journée longue et pénible.

    1. franlabrecque dit :

      Mueller ne tenait pas à être là du tout, à son âge il aurait pu s’en passer bien sûr. Était très fatigué et a peut être un problème d’ouïe aussi. Très difficile pour lui et trop long.

    2. Mouski dit :

      Pas seulement “la journée “.mais l’année entière.

  4. A.Talon dit :

    «Comment les démocrates peuvent-ils se permettre de ne pas donner suite à un tel réquisitoire?»

    Et s’ils ne font rien d’autre que de chialer au Congrès pour la forme, comment les Démocrates pourront-ils préserver leur crédibilité intacte pour les élections de 2020? Et comment pourront-ils éviter d’être accusés à leur tour de lâcheté, voire de collaboration avec l’ennemi? Qui ne destitue pas consent.

    Vient un moment où les petits calculs politiciens n’ont plus leur place quand la démocratie elle même est menacée. Peu importe les chances réelles de succès de l’opération, il faut agir immédiatement pendant qu’il en est encore temps. La procédure de destitution est un acte de courage, c’est aussi un acte nécessaire à poser pour protéger la population d’un dictateur en puissance. Qui ne destitue pas consent.

  5. xnicden dit :

    « Comment les démocrates peuvent-ils se permettre de ne pas donner suite à un tel réquisitoire? »

    Effectivement.

    Je n’ai pas pu suivre en direct mais de ce que je peux voir, les éléments qui supportent la procédure de destitution sont nombreux.

    Il y a notamment Demings qui a demandé:

    « N’est-il pas juste de dire que les réponses écrites de[Trump] étaient non seulement inadéquates et incomplètes parce qu’il n’a pas répondu à beaucoup de vos questions, mais que là où il a répondu, ses réponses montrent qu’il n’a pas toujours été honnête ? »

    Mueller: « Généralement »

    (Rep. Demings: « Isn’t it fair to say [Trump’s] written answers were not only inadequate and incomplete because he didn’t answer many of your questions, but where he did, his answers show that he wasn’t always being truthful? » Mueller: « Generally. »)

    Via ABC News https://t.co/kqJoU1QweC

    Et juste avant, Mueller a confirmé que les réponses écrites de Trump étaient sous serment.

    1. oups, un autre « misdemeanor » qui s’ajoute à la liste…

  6. Yolande C. dit :

    Très bel effet de toge de la part d’Adam Schiff; on croirait entendre Marie Henein plaider.

    J’apprécie toujours entendre les bons plaideurs et Schiff en est un de classe.

    Maintenant, Richard Hétu pose la question suivante:

    «Comment les démocrates peuvent-ils se permettre de ne pas donner suite à un tel réquisitoire?»

    Simplement parce qu’Adam Schiff n’est pas seul sur la glace et qu’il y a aussi des « question ans comments » comme ceux de John Ratcliffe qui suit:

    https://www.yahoo.com/news/mueller-grilled-on-conclusions-about-exoneration-142131441.html

    Mueller était au tapis pour le compte de 8½.

    Maintenant, la campagne électorale peut continuer et vivement les deux débats démocrates de la semaine prochaine.

    La comparution de Mueller était simplement « A Bridge Too Far ».

    Je retiens de cette journée cette phrase de Ratcliffe en toute fin: «Donald Trump is not above the law but he shouldn’t be below the law; il doit bénéficier de l’equal protection établie par le 14ième amendement:

    Amendment XIV

    Section 1.

    All persons born or naturalized in the United States, and subject to the jurisdiction thereof, are citizens of the United States and of the state wherein they reside. No state shall make or enforce any law which shall abridge the privileges or immunities of citizens of the United States; nor shall any state deprive any person of life, liberty, or property, without due process of law; nor deny to any person within its jurisdiction the equal protection of the laws.

    1. as000ll dit :

      @Yolande C. J’ai surtout retenu de M.Ratcliffe qu’il n’était pas vraiment intéressé à avoir des réponses à ses questions. Il interrompait M.Mueller régulièrement et ne lui laissait pas le temps de formuler ses réponses ou de prendre connaissance des éléments du rapport auxquels il faisait référence. En fait, il a posé peu de question. Il s’est surtout concentré à rouler sa cassette. Je trouve que cette attitude a contribué à diluer la pertinence de ses préoccupations, qui, soit dit en passant, semblaient avoir un certain fondement.

      1. Yolande C. dit :

        @as000ll

        Je suis pleinement d’accord avec avec vous: il y a eu surtout du roulage de cassette et Schiff a mieux roulé que Ratcliffe en faisant de très courtes poses, ce qui permettait presque à chaque coup à Mueller de dire «CORRECT».

        Ratcliffe n’a pu se payer le luxe de faire valider ses assertions, prenant ses 5 minutes pour exposer qu’un procureur doit décider de poursuivre ou non, pas de dire «je ne poursuis pas, mais je n’exonère pas».

        La culpabilité, c’est comme la virginité: on ne peut pas être à demi coupable ou à demi vierge; on l’est ou on ne l’est pas.

        C’était l’un des rares points vraiment faibles de son rapport et il était à prévoir qu’il serait attaqué là-dessus; il a même dû convenir que c’était sans précédent aux USA qu’un procureur qui refuse d’accuser en profite en même temps pour dire qu’il n’exonère pas.

        Cette comparution inédite d’un enquêteur pour être interrogé sur son rapport était seulement du prime time pour les partis politiques, un dernier réchauffement avant les grands affrontements de la campagne.

        Le tribunal qui compte maintenant, c’est celui de l’opinion publique car ce qui ne peut être pénalement condamné peut l’être politiquement, au niveau du jugement des électrices et électeurs.

        La majorité démocrate à la chambre pourrait bien décider de tenir d’autres audiences de «pré-impeachment», mais elle va vite perdre l’attention du grand public.

        Il faut savoir choisir ses combats.

        Warren et Buttigieg sont mes préférés, mais si je fais abstraction de mes préférences, et tout peut changer, le seul qui pourrait rétablir en partie le blue wall du Wisconsin à la Pennsylvanie me semble à l’heure actuelle être Joe Biden.

        Mais attention: il a un autre rendez-vous avec Kamala Harris la semaine prochaine et les deux devront la jouer finement.

    2. Carl Poulin dit :

      @ YolandeC.
      …Schiff à mieux roulé que Ratcliffe…
      Schiff à hypnotisé tous ceux qui ont assisté à sa performance stupéfiante et c’est malheureux qu’il ne soit pas à la tête du parti démocrate pour affronter le POGO-MOUTARDE lors des prochaines élections. Sous ses airs hypocrites de faux gagnant, lorsqu’il a rencontré les journalistes, le PORCTUS devait sûrement avoir en tête la très adroite adresse de Schiff et surtout la solide image présidentielle que ce dernier affichait devant les membres de la commission du renseignement et de la population Américaine. Lui, le faux-président, avait l’air d’un bum devant les journalistes.

  7. Anne-Marie dit :

    Si les Démocrates ne font rien, je suis certaine que Trump gagnera ses élections 2020. La démocratie est vraiment en péril aux États-Unis. Il faut vraiment mettre toute l’ardeur possible pour la défendre. L’aplat-ventrisme n’est plus de mise. Il faut passer à l’action.

  8. Haïku dit :

    Les quinze minutes d’Adam Schiff.👌

  9. NStrider dit :

    Aujourd’hui un de mes amis du sud de notre frontière a affiché un texte de Tim WISE (qui est en fait une série de Tweet) illustrant les dangers de se préoccuper du “show de boucane” ( mon interprétation et je l’assume et la partage) qui ne fait que normaliser les autres traits du président soit que c’est un «  Bully » raciste, misogyne,autocratique.
    Il faut et ce faisant je partage l’avis de l’auteur et incidemment celle du « Squad » sur la nécessité de s’attaquer de front à ces éléments, pas pour convaincre ses supporters qui ne changeront pas d’idée mais pour faire bouger les indécis et les démocrates qui n’ont pas tendances à aller voter autant que les républicains. SVP prenez la peine de lire avant de commenter, ça en vaut la peine
    https://threadreaderapp.com/thread/1152930670093787141.html

    1. NStrider dit :

      Et il y avait une suite plus courte que je n’avais pas vu et qui en « remet une couche sur son argumentaire. Tout aussi intéressant et direct sur la cible.
      https://threadreaderapp.com/thread/1154158572407808002.html

      1. Guy Pelletier dit :

        @ NStrider

        En résumé:

        Si, en 2020, les démocrates veulent simplement battre Trump il pourrait y avoir quelques voies pour y parvenir…. Et bien sûr, peut-être que parler de leur plan pour la santé, l’éducation…….ou parler de ses impôts, ou de la Russie, ou de son tempérament peut aider.

        Mais la seule stratégie qui peut vaincre le Trumpisme est de faire de cette élection un référendum moral dire que ce n’est pas seulement lui que les Américains renient, c’est ce que son idéologie représente sa politique des préjugés elle-même, de son immoralité, ce qu’il a fait de la présidence des USA, de la constitution et des lois de ce pays qu’il contourne et bafoue constamment………..

        En Québécois ils devront faire la promotion de leur programme électoral mais surtout descendre dans la soue à cochon se battre à son niveau, montrer ce qu’est réellement Donald Trump. Insister fortement sur son amoralité, ses mensonges propagés et ce ne sera pas bien difficile a faire avec toutes les déclarations contradictoires dans les médias et sur Tweeter qu’il a fait au fil du temps. Leur montrer que leur pays vaut bien plus que cela.

    2. Haïku dit :

      Merci pour le lien. Ouch !😨

    3. Carl Poulin dit :

      @ NStrider
      Les traits du président sont malheureusement les mêmes chez ses supporteurs.

    4. Lecteur_curieux dit :

      Le cas Donald Trump versus le mythe du personnage qu’il était et plus véhiculé me fait penser à une femme que j’ai connu. Qui pouvait à la fois être horrible et aussi un bon exemple de confiance en soi.

      Elle avait déjà été directrice d’école et gouvernante et pouvant être autoritaire et avec des préjugés à la tonne.

      Il reste que travaillant pour un homme riche et s’occupant de ses garcons de 12 à 14 ans. Je la voyais bonne pour cela. La routine, l’encadrement. Ils font leur devoir et tout. Par contre, avec une petite fille de 4 ans, elke avait été horrible.

      On a même connu pire qu’elle on imagine comne directeur d’école mais cet homme colérique est mort chez lui du moins pas à l’école d’une crise cardiaque. Je repense à un homme criant dans le gymnase et des éleves ne lui obéissant pas assez à son goût n’étant pas assez silencieux. Cet homme ne devait pas être heureux et ne pas ou plus aimer les enfants et son travail. Je ne le craignais pas lorsqu’il avait ces comportements il me faisait plus pitié. Perso j’etais aussi relativement en silence mais naturellement. Et pour un personbage autoritaire la télé avec Bobino, le général Garde-à-vous nous avait appris à gérer cela. Le général est retraité il est juste un pensionnaire exigeant et plutôt exécrable comme caractère mais on entend rien de ce qu’il dit. Cela sonne comme de l’allemand nazi. Mais ce n’est pas vraiment une langue. Bobino ou Bobinette nous répètent ses exigences de freak control. Alors dès la petite enfance, les autocrates, les malins ou les prétendus génies du mal nous impressionnent pas.

      Plus tard lisant Tintin vol 714 our Sydney il y avait le sérum de vérité du docteur Krollspell. Carreidad et aussi par accident Rastapopoulos se font piquer. Et plutôt que révéler son numéro de compte en banque,Carreidas raconte sa vie. Un coup Rastapopoulos piqué lui aussi. Et ils se disputent le titre de génie du mal avec tous leurs crimes. Carreidas aussi est une fripouille même si pas dans le crime organisé. Songeons seulent à son réseau de. petites télés dans son avion pour gagner au combat naval. Il triche tout le temps et gagner pour lui est primordial. Jusqu’à un certain point cela peut encore être normal mais lui c’est ridicule.

      Avoir des défauts cela donne du relief, du caractère aux personnalités. Par contre, rendu à puissance 1000 ou dans le mauvais rôle cela est insupportable ou un danger public.

      Gouvernante avec des garçons et les disciplinant elle fait l’affaire mais pour faire de.l’éducation nécessitant douceur et patience plus qu’autorité, elle était nulle.

      Une femme mais roulant en Camaro il y a environ 40 ans. Jacques Duval disait la Camaro des promeneurs du dimanche dans son livre et donc très fake. Pour ceux aimant son look sportif mais pas intéressés à la conduite sportive. Exactement ce que voulait cette macha conservatrice et autoritaire. Par ailleurs très bonne conductrice,elle a confiance en elle et suit les règles.

      Une personne peut à la fois être un bon exemple et un très mauvais exemple. Il faut donc savoir retenir les bonnes leçons.

      Mon père lui s’achetait exactement les mêmes voitures que Duval avait beaucoup aimé mais en les transformant les modifiant tout en les trouvant bonnes à la base sans être de la classe des GT européennes. Cela mon père ne le faisait pas voulant juste une bonne voiture, à bon prix et agréable à conduire pour de vrai.

  10. Yolande C. dit :

    «Phil Mudd: Democrats need to shut up and move on»

    Je partage entièrement l’opinion de l’analyste de CNN, Phil Mudd, qui ne prend que 30 secondes pour tirer ses conclusions:

    https://www.cnn.com/videos/politics/2019/07/25/mueller-hearings-democrats-shut-up-mudd-cpt-bts-vpx.cnn/video/playlists/this-week-in-politics/

    Les démocrates voulaient retirer Donald Trump au marbre et ils lui ont donné un but sur balles; c’est dans le champ que la partie se joue maintenant.

    1. Carl Poulin dit :

      @ YolandeC
      Les démocrates voulaient surtout démontrer aux électeurs à quel genre de président ils avaient affaire. Les républicains se sont surtout acharnés à discréditer Robert Mueller, son équipe d’enquêteurs et le contenu de son rapport. Des deux partis, je donne la victoire aux démocrates qui eux s’en sont tenus aux faits.
      Petit détail qui n’est pas à négliger, avez-vous remarqué qu’en préambule de pratiquement chacune des interventions des démocrates ceux-ci remerciaient M. Mueller pour son glorieux passé militaire ainsi que pour toutes ses années passées au service de la nation Américaine? Je crois qu’en s’adressant ainsi, les démocrates voulaient envoyer un message assez clair au PORCTUS : lui c’est un héros qui a servi dans l’armée de notre pays et un grand serviteur de l’état…même si c’est un Républicai, tout le contraire de vous.

  11. Lecteur_curieux dit :

    Adam Schiff ne m’impressionne pas vraiment… Il reste que son plaidoyer est vrai en caractérisant non seulement the Donald mais toute l’administration Trump. Je ne vote pas pour eux je ne suis pas républicain et bien avant le retour de Trump parmi eux.

    Pour ce qui est de la fausse équivalence plus haut cela ne peut pas fonctionner. Un tricheur démocrate et républicain n’ont pas la même personnalité et Trump disons en 1988 avait beau être là aussi devenu républicain c’est comme démocrate qu’on le voyait et fittant le mieux mais… Au max maire de Springfield comme personnage ? Trump et son ambition, sa mégalomanie veut beaucoup plus.

    Alors que pour survivre le corrompu du type démocrate cartoonisé ne doit pas faire l’objet d’une couverture nationale cela étant trop mauvais pour l’image du parti.

    Donc un Trump POTUS démocrate est une impossibilité. Mais les républicains peuvent trouver des défauts réels et/ou faux à un homme comme dans le cas de Bill Clinton où ils démontraient leur suprême hypocrisie et même Donald Trump les avaient dénoncer. La question est plus si Bill Clinton serait destitué de nos jours ? Bien oui et même par un vote démocrate très fort.

    Même consentante la relation avec Monica était entre un supérieur et une stagiaire. Dans le #metoo il serait condamné. Pas forcément au criminel mais à démissionner. Clinton aurait même démissionné avant d’être destitué.

    Par contre, sans commettre aucun geste déplacé si le POTUS démocrate devait ou pas se séparer de son épouse en sortant du placard et avouant à tous son homosexualité ce qui n’était vraiment pas Bill Clinton ou encore être trans et changeant de sexe pour devenir une femme cela marquerait un grand coup en 2019.

    Même chose pour Hillary si elle avait dit être lesbienne en 2016 alors que du côté républicain c’est soi-disant pour salir. Être lesbienne ou bi ou plutôt queer en 2016 ou en 2019 ce serait très tendance.

    Alors qu’au temps de Bill l’image première était celle d’un hétéro et playboy presqu’assumé mais ayant manqué de jugement. Cela passait mieux que Linda Tripp carrément une obsédé. Les républicains passent alors pour des jaloux frustrés sexuels ou des infidèles hypocrites ou des homosexuels dans le placard absolument pas assumés. Les démocrates étaient déjà le parti des homosexuels s’acceptant relativement bien.

    Les gros machos votant Trump ne font pas la différence et voient cela comme être ou devenir homo que de voter démocrate. Ou perdant sa masculinité, sa virilité. Elle est là la vraie question identitaire. Une brute républicaine ou un homme paraissant trop politically correct et perdant ses attributs masculins à leur sens.

    C’est comme dans le film ou plutôt la série sur la vie de Michel Chartrand où le fils voyant les hommes manger des langues de porc se demande s’il doit en manger pour devenir un homme. Et la leçon est qu’il y a plusieurs manières de devenir un homme. Pas obligé d’aimer cela du tout. Mais ceux le faisant ont le droit tout autant. La diversité c’est cela aussi. Des hommes un peu rustres. Pas POTUS eux. Différents types avec différents chapeaux.

    C’est comme nos enseignants du temps il y en avait toutes les sortes. Peut être que l’homosexualité était discrète mais comme un secret de polichinelle au Cégep. Au secondaire l’inverse l’homme est hétéro tout en correspondant aux clichés véhiculés par l’homosexualité. Incluant le port de pantalons en cuir, les chemises roses assez ouvertes, le petit parler, le poignet qui casse. Et des milléniaux croient qu’ils réinventent la roue.

    1. Lecteur_curieux dit :

      L’homophobie reste tout en étant liée à une crise de l’identité masculine.

      Et chez des Noirs américains cela se vit aussi et la vidéo de Benjen où la personnalité y parlant en illustre une forme. Et les hommes noirs s’en prenant aux joueuses de la WNBA et en leur disant de retourner dans leurs cuisines ou de leur faire un sandwich illustrent cela aussi. Des hommes noirs ou blancs. Certains parmi eux votent pareil démocrate ou ne votent pas du tout. Mais c’est relié. Ou même des femmes démocrates elles très militantes autrement détestent les deux partis politiques et racistes tous les deux et remplis de colonizers. Les démocrates sont juste plus gentils en apparence pour acheter leur silence.

      Bien c’est qu’ils/elles sont trop radicaux/radicales ou trop presséEs. Ce n’est pas nous qui vivont cela.

      Il faut être à l’écoute de toutes les sphères de la société tout en guidant le navire pour aller dans la bonne direction. On les écoute sans les laisser faire dériver le bateau. On peut en amener à accepter les compromis encore… Pas le choix.

  12. Martin cote dit :

    Mis à part le 5 minutes d’Adam Schiff, il n’y avait rien pour écrire à sa mère. Tout çe qui a été dit pendant la comparution decMueller n’avait rien de nouveau en soi…..Quant à Mueller lui-même, il n’a pas été impressionnant, il avait l’air mal à l’aise, ne voulait pas répondre à certaines questions et j’ai l’impression qu’il a déçu plein de monde…..l’impeachment de Trump sera dure à passer et j’ai l’impression que les démocrates devront se concentrer sur d’autres choses pour vaincre Trump en 2020…

    1. Carl Poulin dit :

      @ Martin cote
      Attendons de voir les résultats des prochains sondages avant de penser à un impeachment ou à la victoire du PORCTUS en 2020.
      Mueller s’en est tenu à sa ligne directrice en ne répondant pas à toutes les questions et en référant ses réponses à son rapport, il laisse le soin à la chambre des représentants pour la suite des choses. Il n’était pas là pour faire un show style POGO-MOUTARDE, c’est pas un animateur de télé-réalité mais un juriste sérieux et un enquêteur-chef compétant. Desolé pour les amateurs d’Anne-France Goldwater.

      1. edgar772 dit :

        @Carl Po
        On n’a pas regardé le même témoignage, j’ai vu un Mueller, confus, , mal à l’aise,, n’ayant qu’une vague idée de ce qui se trouvait dans le rapport. Pas du tout le personnage que je m’attendais de trouver.

  13. Lecteur_curieux dit :

    https://www.ledevoir.com/lire/549399/les-nouveaux-anarchistes-pour-un-anarchisme-carnavalesque

    Les Québécois sont plus intéressants quoique les Américains le sont aussi ce sont les politiciens qui le sont pas ou peu.

    Pourtant le titre d’un des livres de cet universitaire semble contredire mon discours.

    Mais oui c’est normal il est de gauche libertaire et anarchiste. Ce qui est séduisant mais peu réaliste. Rationel ? Il faut entrer dans la rationalité limitée et prétendre à la rationalité peut souvent être du rationalisme.

    Au surplus ces groupes dits anticonformistes je les trouve au contraire très conformistes disons parfois.

    Pas grave je veux qu’ils existent.

    La gauche radicale et libertaire essentielle dans la critique de la société mais pas comme modèle social sauf dans des petits groupes ou communes là oui. Ou encore certaines de leurs idées peuvent venir à plus grande échelle mais pas toutes.

    Le féminisme aussi on en a besoin.

    Alors que le masculinisme doit être à faible dose pour avoir une certaine pertinence pour des cas plus spécifiques ou aider des hommes. La crise de masculinité que j’ai dit cela dépend des définitions. C’est comme parler de la crise de l’adolescence. Cela ne peut être qu’un passage normal de vivre certaines crises.

    Cela dépend toujours de la portée des mots et de leur interprétation.

    Un conservatisme modéré a aussi sa place, le centre-droite ou même la droite. Mais rendu dans l’extrême-droite ou dans l’autoritarisme et fort là on a une société vraiment malade.

    Avoir plutôt juste un certain respect pour des autorités cela n’est pas maladif. Je suis quoi plus proche de la gauche ou au centre. Policier ou miltaire je ne le respecte pas pour son autorité et par conformisme extrême ou soumission mais juste par nécessité d’avoir certaines lois et de les respecter. Le policier a notre respect par son professionalisme et jamais par abus de son autorité. On respecte son travail, sa responsabilité mais on en fait pas un héros juste par le port de son uniforme. Pas de soumission aveugle.

    Et pareil à toutes les idéologies. Le droit d’association reste… On perd son identité dans le groupe ou pas ? Ses particularités ou sa dissidence individuelle ? Oui et non. Cela dépend de la taille du groupe et comment il est dirigé.

  14. kyrahplatane dit :

    Il faut maintenant attendre le témoignage de Dan McGann quand la cour
    lui ordonnera de comparaitre suite a son refus du subpoena.

    1. Carl Poulin dit :

      @ kyrahplatane
      Moi aussi j’attend impatiemment la comparution de McGann mais dans son cas on risque d’être très déçu car je crois qu’il va invoquer le 5ieme amendement pour se soustraire à la justice.

  15. noirod dit :

    Bien curieux de savoir qui tire les ficelles meme si ils sont sans doute aussi nombreux que les suspects si un jour le gros épais se fait poignarder. En temps normal c’ eut été de mauvais gout mais avec le gros imbécile tout est vraisemblablement permis hein ?

    Ca n’ a juste pas d’ allure que ce gros dégueulasse soit encore en poste pour toutes les raisons qu’ on a eu a subir au fil des mois. Et puis, quand tu t’ y arrête ,tu te questionne sur la crédibilité du clergé dans tout cela. En retrait, ils gardent le silence sur les agissements du gros pas de classe et on sait que qui ne dit mot… Pire ! Ils vont se montrer en tête de proue dans un camp de concentration !

    Alors ca magouille, ca grenouille et Mueller me semble être un autre mec contre qui le pouvoir obscur détient des informations compromettantes…

    L’américain de plus en plus moyen paye le prix de son inertie silencieuse. On assiste a un bien triste spectacle annoncé par Denys Arcand et concrétisé par le gros führer.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Le clergé? L’Église catholique n’a pas la même influence chez les Américains et est assez différente et il faut voir les époques.

      On se souvient du gros archi détestable de la ligue Catholique. Au Québec le Cardinal Léger n’incarnait plus du tout la même chose qu’à une autre époque alors pour ceux nés après telle année ce n’était plus la même chose.

      Pour ce qui est des Évangélistes ou une droite religieuse extrême on les voyait déjà à la télévision dans des films ou séries. Je ne les voyais pas comme des religieux mais des fous dérangés. Pas des simples lunatiques. Une asti de f.olle comme la mère à Carrie qui panique quand elle a ses menstruations elle ne sait pas ce que cela est et pense que c’est une manifestation du démon. Ce n’est pas une religion bien maîtrisée cela c’est de la maladie et de l’ignorance extrêmes.

      Trump n’est pas un catholique. Au surplus un prêtre ou curé se mêlant de politique ne doit parler que pour lui-même. Comme citoyen point. Well aux États-Unis, ils ne sont pas rendus là. L’Église catholique m’y semble aussi souvent peu crédible.

      Vouloir être croyant on ferait quoi ? C’est une autre société et ici on est peu pratiquant et pas vraiment nostalgique. On défend juste contre des attaques relevant de fausses conceptions du moins concernant certains vécus ou époques. Contre les généralisations à tout condamner.

      Faire la morale à Trump c’est inefficace. Les curés de gauche ne semblent pas le comprendre s’il fallait qu’en plus les vrais curés embarquent. Qui sait au Québec pendant les Sermons peut-être certains le font. Il y avait des touches politiques il y a 20 ou 25 ans et même critiquant le Vatican/Rome mais trop mollement pour une gauche véritable. Le prêtre va perdre son poste s’il y va trop fort.

      Sont-ils dans le conservatisme maintenant ? Je ne le sais pas. Je ne les fréquente pas ou trop rarement. Et cela dépend où. À Marie-Reine-du-Monde disons il y a 7 ans ils m’avaient parus austères et donc plutôt conservateurs. Argh… C’est cela qui arrive aussi. Plutôt que de garder les vrais croyants on garde aussi si ce n’est pas surtout les plus conservateurs. Alors l’Église ne peut pas progresser. Et c’est aussi mondial.

  16. Lecteur_curieux dit :

    Ah les Américains versus Donald Trump.

    1988 est une année clée. Si Donald Trump avait fait une prise de conscience et avait changé pour le mieux à partir de là plutôt que de continuer dans sa folie et il était alors au véritable sommet de sa popularité bien des choses auraient pu être évitées. Pas forcément la première faillite mais au moins l’effet domino et s’il revient plus fort après cela doit être vraiment amélioré.

    Pour le peuple politiquement ? S’il avait une vraie conscience il aurait compris que les années Reagan étaient surtout une erreur sur plusieurs plans et qu’ils se dirigeaient trop vers la droite et n’auraient donc pas élu papa Bush.

    Imaginez aussi que Dukakis se faisait traiter d’elitist liberal. J’imagine que j’aurais été avec Jesse Jackson plutôt tout en voyant Dukakis comme le compromis mais non Bush père n’était pas vraiment mieux que Trump c’est juste que le système était rendu moins loin dans certaines montées réactionnaires et que cela appuyait papa Bush même si ce conservatisme était tout autant exécrable.

    Plutôt que jouer les curés arrangez-vous pour les gagner les élections quand c’est le temps. En 1988 le peuple était trop endormi et croyait à des faux mythes. Un mythe n’est pas toujours faux ? La fausseté dans ses valeurs et non dans la légende là pour nourrir l’imaginaire.

    L’imagination est ce qu’il y a de plus important pour progresser.

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/1988_United_States_presidential_election

  17. Alexander dit :

    La Peur a envahi les EU, propagée par Trump.

    Les républicains ont peur de lui.

    Pire que la mafia, car les lois et la Constitution n’en viennent pas à bout. Il est carrément au dessus des lois et tout le monde le laisse aller. Les sénateurs républicains en tête de liste.

    Il n’y a à peu près que les juges fédéraux qui se tiennent encore debout et qui ramènent le POTUS à l’ordre quand il va trop loin. Les grands protecteurs du pays à date, ce sont eux. Et Trump le sait car il a déjà nommé deux juges à la Cour Suprême pour espérer renverser cette tendance.

    Les grands protecteurs du pays, le DOP, le FBI, la CIA, la NRA, l’armée, ils sont tous soient humiliés, soient noyautés s’ils ne suivent pas les directives de la MB, même si elles n’ont aucun sens pour le pays.

    Ses ennemis ont peur de lui. Il riposte coup sur coup à coups de tweets rageurs. Un Mike Tyson de la politique. Une brute dangereuse.

    Mme Pelosi a peur des conséquences d’une tentative avortée de destitution.

    Il s’en prend aux filles de la Squad pour mieux attaquer les démocrates sur leur chaînon plus faible.

    Il s’attaque aux plus faibles. Un authentique lâche, supporté par des lâches.

    Je le répète, régime de terreur. Diviser pour mieux régner.

    Et les démocrates sont lâches, eux aussi à leur façon, de ne pas mieux défendre leur Constitution et leur pays.

    Make America Great Again.

    Ben voyons. Une risée mondiale, ça oui.

    Et je ne vois personne chez les démocrates qui soit assez fort pour affronter Tyson dans le ring. Pas à date en tout cas.

    Faudrait qu’ils revoient les films de Rocky, authentiques films sur les vraies valeurs américaines. Rocky, lui, affrontait les brutes.

    Que le nouveau Rocky se lève. Et ça presse.

  18. edgar772 dit :

    Après avoir visionné la comparution de Bob Mueller hier, ou bien Mueller souffre d’amnésie ou autre ou bien il n’a pas écrit ce rapport et encore pire il ne fut qu’in pion dans cette enquête.

  19. edgar772 dit :

    Les réponses apprises par coeur par Mueller étaient: «  it’s in the rapport » Correct, «  Not in my perview » , ´ »generally correct »I won’t answer that » Could you repeat the question » C’était pathétique, Nancy Pelosi a eu raison de dire à Nadler et Schiff que l’Impeachment est hors de question après ce « flop »

    1. fallaitquejteuldise dit :

      Qu’est ce que vous pensez d’un hypothétique témoignage de Trump? Alambiqué?

  20. fallaitquejteuldise dit :

    la Procédure de destitution doit amener Trump à témoigner devant eux. Il est le seul capable de se fabriquer un noeud coulant assez serré pour mettre fin à sa présidence. À moins qu’il décide le hara-kiri avant de témoigner et quitte. Benjen à vous…

  21. FlorentNaldeau dit :

    Très belle démonstration, bien structurée, mais plutôt longuette pour une bonne partie du public. L’électeur moyen a une durée d’attention qui équivaut à celle d’un puceron.

    N’empêche qu’on y trouve des éléments pour la production de clips électoraux et pré-électoraux qui pourraient être efficaces sur la durée par effet d’accumulation et de répétition. Les PAC et super-PAC pro-Démocrates commenceront probablement bientôt à en intégrer certains extraits dans leurs publicités; je ne suis pas certain que l’été soit le meilleur moment pour ce faire ou s’il serait plutôt préférable d’attendre la rentrée. Il faut savoir doser et faire porter le message sans que le public-cible en arrive à ne plus pouvoir digérer la même pub répétée cent fois.

    « Comment les démocrates peuvent-ils se permettre de ne pas donner suite à un tel réquisitoire? »

    Tout dépend de la définition que l’on donne à « donner suite ». La réponse simpliste est bien sûr de lancer une procédure de destitution, mais ce n’est pas la seule option qui s’offre aux Démocrates, ni même la plus profitable. Si l’objectif est de contrer DT, la destitution serait même le pire choix car le parti s’aliénerait ainsi la majorité de l’électorat qui (selon les sondages) ne favorise pas cette avenue et qui y verrait probablement un opportunisme de bas étage. Sans compter que le Sénat ne donnerait pas suite.

    La politique est affaire de résultats. Pourquoi choisir une tactique vouée à l’échec comme le serait la destitution? Les Démocrates disposent d’une arme qui leur manquait jusqu’à présent: de brefs extraits vidéo montrant Mueller qui confirme le caractère douteux, voire illégal, de certains comportements de la part de DT, ce qui frappera bien plus les esprits qu’un gros rapport très technique, somnifère pour la plupart des gens. Les Démocrates n’ont bien sûr par obtenu de grandes déclarations choc – Mueller a été trop habile et prudent – mais ils ont quand même assez de matière nouvelle pour alimenter une campagne anti-DT jusqu’à l’élection et pour faire cheminer, lentement mais sûrement, l’idée qu’il ne mérite pas d’être réélu. C’est moins spectaculaire qu’une procédure de destitution, mais je crois que efficacité potentielle de cette approche serait bien supérieure.

Répondre à FlorentNaldeau Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :