Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«J’étais prêt à ce qu’ils m’attaquent, mais je n’étais pas prêt à ce que la personne m’attaque de la façon dont elle m’a attaqué – elle connaissait Beau, elle me connaissait, je ne – de toute façon, je – mais voici la situation. Ce que je sais – et c’est la bonne et la mauvaise nouvelle, le peuple américain pense qu’il me connaît et il me connaît. Depuis que c’est arrivé, j’ai obtenu l’appui très convoité de la mairesse d’Atlanta, une femme noire qui est une excellente dirigeante. Plusieurs membres du groupe noir (de la Chambre des représentants) m’ont appuyé.»

Joe Biden, ancien vice-président et candidat démocrate à la présidence, revenant lors d’une entrevue accordée à CNN ce matin sur son échange sur la question raciale avec Kamala Harris lors du débat de jeudi dernier. Depuis ce débat, Biden dégringole dans les sondages.

(Photo Getty Images)

64 réflexions sur “La citation du jour

  1. Emalion dit :

    Biden me semble le plus fragile des candidats Démocrates, pour descendre de presque 10% après un débat il s’agit d’un géant au pied d’argile. Vivement la sortie de la course de Biden pour avoir une vraie course de candidat solide.

    1. simonolivier dit :

      Celui qui doit sortir au plus vite c’est le vieux du Vermont pour que ce soit une course entre démocrates et atténuer l’effet négatif des Berniacs

      1. Henriette Latour dit :

        simonolivier

        👏👏

      2. gigido66 dit :

        👍👍👍

      3. Henriette Latour dit :

        simonolivier

        Bernie Sanders me rappelle le coucou qui pratique le parasitisme de couvée. Ce comportement qu’ont certaines espèces d’oiseaux de pondre leurs oeufs dans le nid d’autres oiseaux a pour résultat que leurs petits bénéficient de la nourriture destinée a l’ensemble de la couvée.

        Plutôt que de créer un parti à son image, il squatte le parti démocrate allant ainsi chercher les plus progressistes de ce parti et n’apportant rien en retour si ce n’est que la discorde qui a mené à l’élection de Trump.

      4. Ziggy dit :

        C’est tu une sorte d’oiseaux migrateurs de la famille des bernaches ou encore des tabe…n’a qu’es.

    2. JACQUES PAQUET dit :

      Biden n’a qu’un pied?

  2. Claude Rosiere dit :

    Son commentaire est décousu comme un enfant pris en flagrant délit de voler un biscuit

    1. gl000001 dit :

      Il parlait de son fils décédé. C’était émotif. Il n’est pas un robot !!

  3. nickoleterrible dit :

    C’est mauvais comme réponse. Voyez: j’ai des noirs de mon bord, la prochaine fois que je passe à TV je vais les amener. Pis je les placerai à gauche pis à droite.

    1. kelvinator dit :

      Les démocrates ne se réclament-ils pas tous comme ayant des appuis auprès de la communauté noire? C’est tenter de faire dire ce qu’il n’a pas dit, ce que pas mal tout le monde essaie de faire malheureusement plutôt que parler de vrais enjeux…

      1. nickoleterrible dit :

        Je pense que vous avez raison. Néanmoins c’est ma réaction lorsque je lis l’extrait écrit par RH. J’ai une connaissance superficielle du processus électoral, des gens qui se présentent et de ceux qui gravitent autour, des enjeux et des jeux de coulisses qui s’y passent. Je commente mais je n’ai pas vu ou lu ce débat. Mais ça doit faire une douzaine d’années que je lis le blogue de Hétu et d’après moi il y a une bonne partie des américains qui ont aussi cette connaissance superficielle. Même si vous avez raison à la fin ce sont les impressions et les réactions suscitées qui seront importantes.

  4. treblig dit :

    Ma citation du jour est plutôt celle de Trump hier durant son discours du 4 juillet :

     » Our army … took over the airport »

    Il n’y avait pas d’aéroports en 1775 et les frères Wright ont fait voler le premier avion en 1903.

    1. constella1 dit :

      Treblig
      Quel ignorant !!quel connard fini !!
      Quel salopard de s’emparer de la fête nationale ainsi!!!quel cr….de gros minable 😡##😤💩
      😞😔oups désolé😳 fallait que ça sorte 🙁

    2. spritzer dit :

      @treblig

      Je viens de lire le discours de Trump rapidement et si on lit à partir du 13e avant-dernier paragraphe, on comprend que sa phrase sur les aéroport fait référence à ce qu’il racontait précédemment au sujet des exploits de l’ère moderne. Mais ce bout du discours est mal construit.
      https://factba.se/transcript/donald-trump-speech-july-fourth-lincoln-memorial-july-4-2019

    3. @ Treblig

      Je croyais que c’était une blague. Eh non c’est effectivement vrai.

      Voici la citation tiré du discours de Trump : “In June of 1775, the Continental Congress created a unified army out of the revolutionary forces encamped around Boston and New York … The Continental Army suffered a bitter winter of Valley Forge, found glory across the waters of the Delaware, and seized victory from Cornwallis of Yorktown.

      “Our army manned the air, it rammed the ramparts, it took over the airports, it did everything it had to do, and at Fort McHenry, under the rockets’ red glare, it had nothing but victory.”

      Transcription :

      « En juin 1775, le Congrès continental créa une armée unifiée à partir des forces révolutionnaires qui campaient autour de Boston et de New York… L’armée continentale subit un hiver rigoureux à Valley Forge, connut la gloire à travers les eaux du Delaware, et remporta la victoire de Cornwallis de Yorktown.

      « Notre armée pilonnait l’air, pilonnait les remparts, s’emparait des aéroports, faisait tout ce qu’elle pouvait faire, et à Fort McHenry, sous le feu rouge des roquettes, elle ne pouvait que gagner. »

      J’en arrive à croire qu’il fait cela délibérément.

      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

      1. constella1 dit :

        Gilbert Duquette

        S’emparait des aéroports

        Et tout ca en 1775!!!😳😂😂😂😂

      2. treblig dit :

        Faut être honnête, en 1775 on pouvait encore amener son mousquet dans l’avion. Par contre les réservation par télégraphe prenaient une éternité.

      3. papitibi dit :

        @ Constella 11h13

        Ouin,,, mais Benjamen Franklin faisait quand même voler des cerf-volants!

      4. Toile dit :

        L’écriveux du texte est nul. 1775 avec des avions, bien oui toi, d’autant que l’armée américaine était encore à la cavalerie au début de la deuxième guerre mondiale !
        Pis l’autre nullité répète. C’est Obama qui aurait commis cet impair.

      5. jeanfrancoiscouture dit :

        «The Continental Army suffered a bitter winter of Valley Forge, found glory across the waters of the Delaware, and seized victory from Cornwallis of Yorktown.» (Donald Trump)

        Cher Donald. Très opportunément pour lui, il omet de mentionner que cette victoire est essentiellement due à la présence d’une flotte française de 28 vaisseaux de guerre menée par le Marquis de Lafayette et le Comte de Grasse ainsi qu’à la présence sur terre des 6000 hommes de troupe commandés par le Comte de Rochambeau. Comment une milice de terre, sans navires de combat en haute mer, aurait-elle pu vaincre une des meilleures marines de l’époque?

        Mais cela contredirait ses prétentions à une victoire due aux seuls «wonderful people» qu’il passe son temps à flatter dans le sens du poil, comme il le fit avec les «Border Patrols» il y a une couple de jours, lors de l’épisode des «Facebook haineux» de la part de «certains membres», tel que définis et minimisés par leur chef.,

      6. gigido66 dit :

        Je crois que Trump essaie d’expliquer à sa base, les mots du poème qui constitue le lyric de l’hymne national américain, du moins ce qu’il en a compris, retenu et assimilé.

      7. kintouai dit :

        @JFCouture Merci pour cette petite leçon d’histoire.

        On sait de toute manière que les salopards d’Anglo-Saxons aiment bien déformer l’Histoire à leur avantage. On l’a vu récemment, ici même, quand des saligauds d’Anglo-Québécois ont voulu qu’on minimise dans les livres d’histoire du secondaire les exactions commises par les Britanniques dans la vallée du Saint-Laurent et transformer le quasi génocide de la déportation des Acadiens en simple « déplacement de personnes ».

      8. Lecteur_curieux dit :

        Il faut plus regarder l’ensemble du discours que de chercher les citations.

        Alors je vois quoi ? Un vrai fourre-tout, un mélange de patriotisme, de chauvinisme, d’hommages mérités, de militarisme, de name dropping et avec des paragraphes qui concernent telle époque et on passe à une autre. Alors on peut s’y perdre.

        Flashback dans un passé lointain et on passe à un temps présent sans trop nous avertir.

        Un fourre-tout.

      9. Benton Fraser dit :

        Erreur de lecture de sa part.

        Cela démontre que Trump n’est pas capable de lire, réciter et comprendre un texte en même temps.

        Il n’a sans doute jamais pratiqué l’art oratoire…. par paresse, il a tendance a toujours improviser.

      10. Lecteur_curieux dit :

        On est plus en 1775 à ce moment là.

        Le texte qu’il me faudrait relire aussi me fait penser à un rapport soumis à des clients dans des travaux pratiques à l’université.

        Il devrait alors y avoir plus de tirets, de gros titres et tout cela.

        Pour répondre à un examen le style est obligatoirement un peu télégraphique par manque de temps mais il ne faut pas en abuser.

        Eux c’est en anglais mais c’est le même principe. Une écriture qui semble plus convenir à un rapport ou un cours mais dont la forme n’est pas adaptée.

        Vos notes de cours ou ce que le prof écrit au tableau.

        Des checkpoint. Ou comme dans l’examen chaque bonne idée vaut un point.

        Réussir à les présenter de manière ordonnée. Puisque Trump aime le chaos, un peu de flou pour nous perdre il fallait s’y attendre…

  5. Apocalypse dit :

    M. Biden, arrêter de revenir sur cet épisode, ça fait pleurnicheux et perdant; la prochaine fois, soyez combatif et préparé!

  6. nickoleterrible dit :

    Je trouve quand même la manière canadienne supérieure pour ce bout là. Une petite convention un weekend et c’est réglé, voilà notre champion.

    1. gl000001 dit :

      Bien d’accord. Ici, on a des presque-vrais partis politique. Là-bas, ça ressemble plus à un banc de requins qui regarde l’autre banc de requins en face mais qui reste en éveil sur ce qui se passe de son coté. Au cas ou un de ses « amis » requin le prendrait comme cible ou comme lunch !

      1. nickoleterrible dit :

        J’adore le « presque vrais »…

      2. Haïku dit :

        gl000001
        😉👌 !

    2. constella1 dit :

      Effectivement

  7. Danielle Vallée dit :

    Permettez-moi de copier mon intervention précédente :

    Lors de son entrevue à CNN, Biden a dit: ‘she knows me, she knows Beau….’ en parlant de son fils décédé.Je vous cite un passage du lien entre Harris et Biden fils: ‘Harris, who began serving as California attorney general while Beau was serving as Delaware attorney general, called the elder Biden son a friend, adding that “you couldn’t find a person who cared more deeply for his family, the nation he served, and the state of Delaware.”

    La raison pour laquelle Biden a été tellement blessé le soir du débat, c’est qu’il a constaté que même quand Harris exposait son grand chagrin dans tous les journaux et sur toutes les plateformes après la mort de Beau Biden, elle ne faisait qu’exploiter la grande popularité des Biden et l’élan de solidarité à leur égard pour mousser sa propre publicité, une fois de plus.

    Le bris de confiance entre ces deux là est profond et très personnel.

    Je ne serais pas surprise du tout que Biden nous sorte Stacey Abrams de son chapeau. En tout cas ce matin il a été très clair. Il n’a que des belles choses à dire des candidates féminines, mais qu’il y a plein d’autres personnes extrêmement capables ailleurs que dans les candidats.

    1. darrylfzanuck dit :

      Danielle Vallée ‘Je ne serais pas surprise du tout que Biden nous sorte Stacey Abrams de son chapeau’

      il a été question en mars-je crois- que Biden se présente avec Abrams comme colistiere ce qui aurait créé un précedent cette stratégie a été abandonnée-heureusement- mais Abrams est dans sa manche-elle est tres bonne socialement mais en politique étrangere on verra bien

  8. Absalon dit :

    J’espère au contraire que Biden tiendra encore un certain temps. Au moins pendant l’hiver. Toutes les sensibilités doivent être convenablement représentées pendant la première partie de la campagne. Biden mobilise une partie de l’électorat, essentielle pour regagner la Pennsylvanie, le Wisconsin, le Michigan… et qu’il ne faut pas perdre en route.
    Il ne faut pas non plus favoriser le retour d’un Howard Schultz comme candidat indépendant pour combler un vide au centre droit du parti démocrate.

  9. monsieur8 dit :

    Biden est un type remarquable, tout le monde le veut pour ami. Sincère, intègre, honnête, loyal… name them !!

    Mais… il a le même défaut qu’Hillary il y a 2 ans: il incarne l’establishment, il est l’archétype du politicien professionnel dont les gens commencent à se méfier (voir les vague de dégagisme dans le monde). Son expérience est son meilleur atout, et son pire défaut en même temps.

    Pour sortir Trump, ça prend des couilles en béton et une vision politique en fer forgé. Quelqu’un qui va connecter avec le peuple parce qu’il va le comprendre. Bernie et Warren ont ces qualités, Biden non.

    1. Henriette Latour dit :

      monsieur8

      Avez-vous remarqué où un politicien non professionnel a amené les EU?
      Pensez-vous vraiment que Warren et Sanders, parce qu’ils sont plus près de votre vision, ne sont pas des politiciens professionnels?

      1. monsieur8 dit :

        @Henriette Latour: Je constate le « travail » de Trump à tous les jours. Je ne veux pas dire qu’un politicien qui est vu comme un « professionnel de la politique » n’est pas bon, je dis que les gens n’en veulent plus. Ce n’est pas pareil.

        Warren et Bernie ont, bien entendu, aussi une longue carrière politique derrière eux, mais ils n’incarnent pas l’establishment (bien au contraire, dans le cas de Bernie). Leurs idéaux et programmes connectent avec la population; c’est normal parce que c’est elle qu’ils veulent servir.

        Trump a gagné en 2016 parce que son adversaire ne proposait rien d’autre que « business as usual ». Faut pas recommencer la même erreur.

    2. gl000001 dit :

      Bernie connecte avec au plus 20% de la population qui comprennent que la social-démocratie peut marcher. Le reste voit en lui, un anarcho-socialiste. Il ne le comprennent pas.

    3. edgar772 dit :

      @monsueur 8
      Il incarne L’Establishment et est supporté et poussé grandement par l’Establishment.

  10. Jean Fredette dit :

    Je doute que Trump perde, ayant le bénéfice de la machine présidentielle , alors sacrifions lui Biden et gardons les jeunes et brillants candidat(e)s, pour 2024.

    1. Absalon dit :

      J’espère que vous êtes plus optimiste et combatif en dehors de l’analyse politique.

    2. Benton Fraser dit :

      Le problème, c’est que les dommages seront irréversibles….

  11. Louise Tanguay dit :

    il faut arrêter de vous chicaner les démocrates- l homme a battre c est Donald Trump- svp – si vous continuez il va continuer son délire pour encore 4 ans-

  12. Louise dit :

    Biden n’est pas mon candidat préféré mais il a sa place dans cette course et il ne faut pas l’éliminer trop vite.
    Je l’ai écouté ce matin sur CNN et il était plus solide que lors du débat où il a peut-être cédé à un excès de confiance vu qu’il était premier dans les sondages. Son expérience ne doit pas le dispenser de bien se préparer.
    C’est comme ça qu’on pourra juger s’il prend cette course au sérieux et s’il a les qualifications pour le poste.

    Ça reste que Kamala Harris n’a pas été « fair » avec lui.

    1. Steve3110 dit :

      Vous avez raison concernant Biden.

      Cependant, peu importe le candidat qui représentera les Démocrates, il faut s’attendre à ce que Trump ne soit pas « fair » avec ce candidat.

      Vous savez que Trump ne sera pas « politically correct » avec son adversaire. Cela est réalité de la politique américaine…

  13. FlorentNaldeau dit :

    @Danielle Vallée, 10h16
    « Le bris de confiance entre ces deux là est profond et très personnel. »

    Très judicieux commentaire. JB s’attendait certainement à ce que certaines de ses positions ou gestes passés soient remis en question ou fassent l’objet de critiques. Mais pas de cette manière-là, et surtout pas de la part de quelqu’un qu’il considérait (erronément?) comme une proche ou une amie de la famille.

    Peut-être croyait-il que le ton serait similaire à celui des débats Démocrates de 2015. mais à l’époque, il n’y avait que 3 à 5 candidats sur la scène, dont 2 seulement qu’on pouvait dire sérieux (HRC et BS). Il n’y avait donc pas nécessité d’un grand coup d’éclat pour se démarquer, comme c’est le cas avec cette horde en 2019.

    JB a peut-être aussi supposé que ses collègues ne tenteraient pas de reproduire l’approche des candidats Républicains qui avaient tenté de rivaliser en muflerie mais qui ont vite constaté que la recette ne réussit guère qu’à DT et qui l’a pratiquement brevetée.

    JB devra tirer les leçons de cet incident et mieux se préparer; ses adversaires devront aussi évaluer si un tel coup est aussi porteur que plusieurs ont cru au départ, compte tenu du rétropédalage que KH a effectué cette semaine.

  14. Toile dit :

    C’est généralement une force que d’être connecté à ses émotions. Le lien avec son défunt fils transpire la fragilité. Bien que le coup de madame Harris a frappé en dessous de la ceinture, Biden semble avoir encaissé ce coup comme une trahison qui l’a mis KO, comme si l’éthique aurait voulu qu’elle s’efface. Un peu bébélala son affaire. Avoir été au dessus de la mêlée aurait grandi cette homme plutôt que son actuelle réponse.

  15. Lecteur_curieux dit :

    Au lien donné, Biden fait dans la nostalgie encore plus lointaine… Enfant il aurait mis son poing sur la gueule à un intimidateur. Et alors donc Donald Trump vu aussi comme un bully ne lui fera pas peur.

    Ce n’est pas Back to the Future où George McFly fait enfin un homme de lui aidé par Marty et change tout le cours de l’histoire. C’est George qui devient l’auteur à succès et Biff le gros loser à son service. Tous l’ont vu l’étendre.

    Ce sont les autres qui doivent parler de vous. Pour madame Harris et les premières années de politicien de Biden elle n’était pas là. Elle était une enfant mais c’est pas assez pour connaître à fond les vieux dossiers politiques du temps.

    S’ils se mettent à fouiller dans le passé de chacun cela risque d’être laid inutilement et de se nuire mutuellement entre démocrates.

    La politique c’est une question d’image de marque, de positionnement. Il faudrait voir avec des focus group et faire des cartes perceptuelles.

  16. jeanfrancoiscouture dit :

    Joe Biden est en l’espèce une victime de l’adage créé par Marshall McLuhan: «The medium is the message»

    En l’occurrence, le médium c’est Kamala Harris. Elle est noire, elle est vingt ans plus jeune que Joe Biden, elle a vécu le «busing»: En conséquence elle jouit de la présomption de compétence en la matière. Joe Biden est blanc, plus âgé, il y a longtemps il a pris des positions qu’il ne prendrait probablement voire certainement pas aujourd’hui.Il n’est pas «crédible».

    Le message de Kamala Harris n’aurait pas pu être véhiculé aussi efficacement par une personnalité de son âge et à la peau blanche.

    Le «médium» (Mme Harris) EST le message. Le contenu que, maladroitement à mon avis, M. Biden tente d’expliquer et de justifier constitue une mission quasi impossible compte tenu de la «crédibilité» accordée au médium. Il aurait mieux valu qu’il se dissocie de ses anciennes positions qui remontent au temps où le «médium» (Harris) était âgée d’une douzaine d’années et, quitte à faire comme tant d’autres soit endosser le «sanglot de l’homme blanc» de Pascal Bruckner. (Seuil, 1983) et présenter certaines excuses de circonstance. Plus il,va persister dans les explications auto-justificatrices, plus il va creuser une tranchée d’où il ne pourra sortir.

    1. Toile dit :

      Comme il est pertinent de connaître son histoire. Ca remet les choses en perspective. Cette version du discours occulte les faits tout en mettant qu’en avant plan la « grandeur » , l’omnipotence de l’armée américaine qui malheureusement lit pas toujours bien correctement les forces en présences. Merci

    2. Haïku dit :

      @jeanfrancoiscouture 11:44
      Observation judicieuse.

  17. gl000001 dit :

    Ouf !! Beaucoup de décorticage d’émotion ici. Une émotion, c’est une émotion. C’est personnel. Personne ne réagit pareil. Arrêtez de vouloir mettre tout le monde dans la même petite boite. C’est un peu ça qui a mis trump en place.
    Et pour le suite … il reste un an. Comme pour la météo, ça va changer !!

  18. Apocalypse dit :

    @Toile – 11:25

    ‘L’écriveux du texte est nul.’

    C’est d’ailleurs ce qu’on disait dans une vidéo de MSNBC

  19. Apocalypse dit :

    @Toile – 11:25

    ‘L’écriveux du texte est nul.’

    C’est d’ailleurs ce qu’on disait dans une vidéo de MSNBC que j’écoutais plus tôt ce matin. Un des commentateurs disais que les ‘écriveux’ de textes de Donald Trump n’étaient pas très bon contrairement à ce qu’on a vu de d’autres présidents avant lui.

  20. Lecteur_curieux dit :

    https://www.google.ca/amp/s/globalnews.ca/news/5458702/kamala-harris-donald-trump-predator/amp/

    Un peu de madame Harris. Il manque des choses pour me convaincre. Si vous dîtes cela enclechez la procédure de destitution et gagnez là.

    Elle compare à la prédation financière de compagnies. Elles ont payé combien en dommages ? Ont-elles eu leur leçon pour un bout au moins ?

    C’est ce que vous pouvez faire qu’on veut savoir et non nous alarmer.

    Il y a un requin proche de la plage, on fait quoi pour protéger la population ?

    Si le type est un prédateur il ne faut pas devenir sa proie. Il faut un piège à ours ou autre pour l’attraper et l’empêcher de nuire.

    Il faut être plus fort ou plus rusé que lui.

    Sinon on revient comme dans des films de superhéros avec des policiers incapables de faire face au vilain. Il faut batman ou superman.

    Bon pas besoin de se déguiser en wonderwoman ou en femme bionique, elle doit pareil incarner une femme forte qui n’a pas peur.

    Il faut être là pour gagner. Porter le coup de la cigogne du Karaté Kid.

  21. Absalon dit :

    D’après Rasmussen pour l’élection générale Biden serait à 48% contre Trump 44%.
    Je répète : d’après RASMUSSEN. Autant dire que le vieux pulvérise Trump. Je ne veux pas qu’il parte avant qu’un(e) jeune candidat(e) démocrate fasse aussi bien.

    1. Carl Poulin dit :

      C’est à se demander si les boites de sondage ne sont pas aussi malsaines que les pays qui tentent de s’ingérer dans les campagnes électorales des USA. Rasmussen fait-elle le jeu du POGO-MOUTARDE en affirmant que Biden est en avance sur lui? Aujourd’hui tout le monde sait que Jo Bidon va se faire remplir facilement par l’aspirateur à merde assise sur la rocking chair bureau ovale.

  22. Superlulu dit :

    je ne – de toute façon, je –
    D’une éloquence…
    Plus de vocabulaire que l’idiot en chef, mais…

  23. xnicden dit :

    « la personne »

    Je peux comprendre qu’il veuille éviter de dire la sénatrice Harris comme le voudrait l’usage – pourquoi lui faire la faveur de rappeller à tous qu’elle a une expérience de législatrice comme lui – mais la « personne »? Ça évoque trop à mon goût le « cette femme » de quelqu’un d’autre.

    Disons que s’il considère que madame Harris lui a manqué de respect, il lui a rendu la monnaie de sa pièce…

  24. FlorentNaldeau dit :

    @kelvinator, 10h18
    « Les démocrates ne se réclament-ils pas tous comme ayant des appuis auprès de la communauté noire? C’est tenter de faire dire ce qu’il n’a pas dit, ce que pas mal tout le monde essaie de faire malheureusement plutôt que parler de vrais enjeux… »

    C’est en effet pratique courante en politique que de faire étalage des appuis que l’on a reçus soit de personnes influentes ou connues dans certaines communautés (Noirs ou LGBTQ par exemple), soit de la part d’organisations comme des syndicats, les corps de police ou des regroupements d’affaire. JB ne faisait qu’appliquer une tactique utilisée par tous les partis.

    Ce qui n’est pas clair c’est l’efficacité réelle de tels appuis sur le processus décisionnel des électeurs.

  25. Benjen Stark dit :

    Lol Biden vient de goûter à la médecine que les démocrates réservent normalement au candidat républicain : l’accusation de racisme « par proxy ». C’est pour cette raison qu’ il mentionne ses appuis de la mairesse noire et cie.

    J’ai vu Jesse Jackon en entrevue à CNN et il ne semblait pas être prêt à creuser la tombe de Biden pour l’instant.

    Mais Biden est dans la schnoutte pas à peu près, il est évident que des haut placés dans le parti ne veulent pas de lui et c’est « open season » sur lui et sa famille. Est-ce Kamala va ramener les histoires de son fils en Ukraine lors du prochain débat? Si oui, misère, Biden pourrait se retirer de la course le jour même.

    1. Benton Fraser dit :

      Euh… parce que les démocrates ne traite pas les républicains racistes et raciste « par proxy » mais de raciste tout court!

  26. Pierre S. dit :

    —————————

    Pourtant Biden n,a pas à son répertoire le dixieme des commentaires raciste
    sexiste et xénophobes de POTUS 45 …….

    Une tempête dans un verre d’eau.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :