Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Il fait chaud et humide à Washington. Et les gens étaient dehors pour le débat entre les candidats démocrates à la présidence. Les deux soirs. Les habitants de la capitale voulaient être en terrasse. Pas de problème. On a sorti les téléviseurs dehors. C’est ainsi que le temps de deux soirées, DC avait comme trame sonore les réparties de 20 candidats démocrates.

Hier, je me suis ramassé sur un trottoir, dans le quartier historiquement afro-américain de Shaw, à deux pas de la boutique qui a lancé les manifestations #dontmuteDC. Le mélange était incongru : des jeunes trentenaires aisés qui démontrent une retenue dans leur soutien. Et le voisinage afro-américain qui commente haut et fort.

Le débat de mercredi soir n’a pas réussi à soulever l’enthousiasme de la foule à DC. Celui d’hier a été plus mouvementé. Deux sujets ont attiré l’attention des spectateurs.

Lorsque Kamala Harris a souligné le bilan mitigé de Joe Biden pour défendre les droits civiques, les décibels ont monté. L’ancienne procureure californienne a bien choisi son mot : «busing». Elle faisait référence ici à l’organisation du transport pour mettre fin à la ségrégation dans les écoles. Et juste ce mot a électrisé la foule. «Bien fait de lui mettre les bus dans sa face», a hurlé un piéton. Plus tôt, lorsque les caméras se sont tournés sur Pete Buttigieg et que le maire de South Bend a dû avouer son échec vis-à-vis des tensions raciales dans sa ville, les locaux l’ont hué. Dans Shaw, la question est sensible et galvanisante. Et un simple constat d’échec n’a pas convaincu la foule.

Deuxième mot-clé qui a soulevé les passions de la terrasse, dont les limites avec la rue devenait de plus en plus floues à ce moment : le droit à la contraception. Même si la question a moins été débattue que lors du débat de la veille, les auditeurs se sont tous redressés sur leur chaise. Tous les candidats étaient plus ou moins d’accord. Mais on sentait toute la tension des auditeurs.

Donc, qui a gagné? Dans le quartier, c’est décidément Kamala Harris qui a remporté le deuxième débat, alors qu’aucun candidat ne semblait soulever les foules la veille. Et pour comprendre, il fallait regarder les images du bain de foule après le débat : la sénatrice était la seule à s’entourer de femmes afro-américaines. C’était unanime. Comme le disait une voisine de trottoir, Harris «parle comme nous». Même s’il reste un an avant la consécration d’un candidat, on avait l’impression jeudi soir que la rue avait fait son choix.

(Photo AP)

 

66 réflexions sur “Le débat démocrate, vu de la rue

  1. Dekessey dit :

    J’ai aucun doute qu’elle a conquis les afro-américains mais serait-elle capable d’aller chercher les 77000 cols blancs de Pennsylvanie, Wisconsin et Michigan?

    1. Lecteur_curieux dit :

      Des cols blancs ? Je croyais des cols bleus mais je ne sais pas le nombre…

  2. kintouai dit :

    Kamala Harris aura beau faire un carton chez les Noirs et en Californie, où il ne reste plus que 8 représentants du GOP sur 53, il est encore loin le chemin qui mène à la présidence. Les USA sont encore plus polarisés racialement que sous Obama et il est loin d’être certain qu’un Noir (une femme, en plus) puisse rééditer l’exploit d’Obama avant plusieurs, plusieurs années. Comme vice-présidente, peut-être, mais je crois toujours fermement qu’il faut un Blanc comme candidat à la présidence.

    1. Pierre dit :

      @kintouai
      C’est triste mais j’abonde dans le même sens c’est presqu’impossible qu’une femme réussisse à gagner la Maison Blanche

  3. Dekessey dit :

    Cols bleus! Exact! Erreur de distraction.
    Le 77000 vient du nombre de votes qui a fait la différence en 2016, et qui a donné ces 3 états aux républicains.

  4. Lecteur_curieux dit :

    Pour plusieurs afro-américains elle gagne même sans aller sur ces sujets là bon mais elle va faire sortir leur vote aux primaires.

    Sauf qu’elle va monter vraiment dans les sondages chez les démocrates? Peut-être. Mais suite à ce débat? La hausse immédiate n’est pas assez grande.

    Elle est dans la course mais elle tire de la patte.

    Aussi c’est leur colère à ces gens leur profond sentiment de vivre des injustices et depuis toujours et qui demeurent malgré des progrès.

    S’indigner être en colère c’est légitime mais les vrais progrès sensibles et durables dont ils ont encore besoin vont se faire quand ? Obama n’a même pas été capable pire un ressac a été vécu. Il faut recommencer et revenir plus fort ? Oui absolument.

    Et il faut plus de blancs qui donnent le soutien quand vous avez un Obama et y compris les républicains si vous voulez un pays qui avance.

    Mais non l’Amérique ( E-U ) a décidé d’être réactionnaire du moins dans un pourcentage trop élevé. Donald Trump le vendeur à commissions a vu ce marché et il lui a donné ce qu’il voulait malgré tout ce que cela comporte de laideur affreuse.

    En colère et indignés? Vous voulez protester ? Allez-y mais c’est le temps de gagner. Cela débute par cela ? Par les mouvements sociaux et tout ? Sauf qu’il faut un closer, un top finisher mais il faut prendre l’avance aussi cela vous prend un producteur de points frappant les gros coups sûrs. C’est le temps d’être clutch et non de choker.

    1. NStrider dit :

      @ Lecteur curieux
      “Sauf qu’il faut un closer, un top finisher mais il faut prendre l’avance aussi cela vous prend un producteur de points frappant les gros coups sûrs. C’est le temps d’être clutch et non de choker.”
      Pas certain que je suive au delà de la métaphore votre raisonnement. Vous avez un nom à mettre de l’avant comme prochain Babe Ruth? Pensez vous à Biden qui a pratiquement dit métaphoriquement hier à Mme Harris “ nos bras meurtris vous tendent le flambeau. À vous de le porter bien haut.”

      1. Lecteur_curieux dit :

        Biden peut toujours gagner mais je crains un bide soit contre Trump soit à la présidence mais il pourrait toujours réussir.

        Toujours la métamorphose sportive mais c’est elle Kamala Harris l’athlète d’excellence et Obama lui avait pratiquement passé le témoin en s’enthousiasmant devant sa beauté. Petit excès d’enthousiasme mais dans la vraie nature afro-américaine de fierté et de se trouver beaux.

        On passe le témoin à Bruny Surin il courait vite en maudit… Mais pour un Américain Carl Lewis. Il faut pas de demi-mesure et dépasser r tous les compétiteurs. Voyons Biden et Sanders devrait être dans la brume loin derrière et la langue à terre.

        Peut-être madame Warren dans la course mais Harris mieux consciente de sa force devrait la battre.

        Faut-il évoquer Ophrah Winfrey ? Et Michael Jackson avant qu’il perde les pédales. Premier à vraiment faire sa place à MTV et voulait le meilleur album de tous les temps du moins le plus vendu…

        Eddie Murphy dans les années’80.

        Des joueuses de la WNBA présentes aussi mais dans leur manière d’être sportives plutôt que leurs négociations salariales qui tombent dans le même piège de la victimisation plutôt que de l’affirmation de soi comme des championnes.

        Ahmad Jamal dans le jazz qui exige d’être payé à sa juste valeur. Si certaines années le FIJM n’était pas capable de se le payer just too bad pour Mtl.

        Une mentalité de gagnants c’est pas compliqué mais les démocrates semblent avoir de la difficulté.

        Trump c’est la mentalité de tricheur et d’intimidateur voir Karate Kid.

        On va porter le coup final dans un prochain message… 😄😉

      2. Lecteur_curieux dit :

        Madame Harris si jamais elle est l’élue des démocrates a pour mission de donner une leçon de politique à Donald Trump comme Trevor Berbick à la boxe en avait donné une à Shane Sutclife.

        Le punch final?

        Un film avec Bud Spencer. Trump est l’équivalent de Rosco Dunn dans Bomber. Il avait déjà gagné contre la bombe mais parce qu’il s’était fait briser les deux mains par la mafia.

        Là le club de boxes de gentils mais faiblards s’est associé au gros Malabar et lui leur a trouvé un gars avec un vrai talent.

        Le talentueux va affronter Rosco Dunn mais la mafia lui a cassé une main alors comment gagner le combat ?

        La bombe le découvre embarque sur le ring, balance l’arbitre et massacre Dunn.

        Le coup de la cigogne ou avant le gros Bud dans ton camp ou ton Guy Lafleur ou Carl Lewis ou sinon Britney Griner, Maya Moore, Skylar Diggins-Smith, Courtney Williams.

        Trump joue les gros bras les fierce women de la WNBA. Liz Cambage pourrait y être aussi même si c’est une australienne. Les Démocrates eux tentent de vaincre Gargamel avec le schtroumpf à lunettes ou les Romains avec le barde Assurancetourix.

        Allez la vidéo de Malabar massacrant Dunn. Madame Harris doit plus jouer aux échecs ou être la Terence Hill ou encore Astérix plus d’Obélix sauf qu’amenons-le lui aussi. Johnny Rougeau était garde du corps de René Lévesque à une époque.

        https://youtu.be/5QoBNakaWCs

  5. Danielle Vallée dit :

    Kamela Harris aurait pu devenir vice-présidente ou chef de la justice.
    Elle vient de rétrécir son avenir politique.

    1. gl000001 dit :

      C’est vendredi, on fait l’humour ? Pas sur de comprendre.

    2. Richard Hétu dit :

      Qu’est-ce qui vous faire dire cela? JFK a choisi LBJ qu’il détestait comme colistier et Ronald Reagan a choisi George Bush père qui avait carrément ridiculisé ses politiques économiques.

      1. gl000001 dit :

        Que dire de McCain et « n’importe-qui-mais-Palin » ?

    3. loup2 dit :

      Madame Vallée je regarde vos interventions au sujet de Madame Kamela Harris et je suis tenté de vous répéter ce que ma mère , féministe avant l’heure (elle aurait eue 101 ans le 5 juillet prochain ), disait «Le pire ennemie pour une femme est une autre femme»
      Vous la trouvez arrogante alors que chez un homme vous diriez qu’il est déterminé ?

      Remarquez que j’apprécie habituellement vos commentaires mais sur ce point aucunement.

      1. nemiscau dit :

        @ loup2

        Qu’est qui vous fait dire que Madame Vallée critique ainsi Mme Kamala Harris du fait qu’elle est une femme et qu’elle en ferait autrement si elle était un homme?

        Ces jérémiades à la Pauline Marois sont insultantes pour la plupart des femmes qui ne veulent pas être victimisées et encore moins être choisies à un poste parce qu’elles sont des femmes, mais bien parce qu’elles sont les meilleures candidates pour le poste.

        Trump est particulièrement arrogant et j’entends pas souvent des gens qui voient dans cette arrogance légendaire autre chose que du narcissisme pathologique…Quelqu’un ici le trouve « déterminé » plus que Mme Kamala Harris ?

        Bref, je trouve très inapproprié de critiquer les femmes qui ne votent pas pour des femmes, simplement parce qu’elles sont des femmes. Au Canada et même aux États-Unis, je crois qu’on est rendu dans des sociétés suffisamment égalitaires entre les sexes pour voter pour un candidat selon le programme politique de notre choix et une femme qui appuie un homme candidat ne devrait pas recevoir des commentaires comme les vôtres.

    4. papitibi dit :

      Les sondages donnent Biden gagnant face à Trump. Mais ça, c’était AVANT les débats présidentiels opposant Joe le Timoré (if ever!) à Don le pitbull.

      Si Joe le Timoré remporte l’investiture, AUCUN Démocrate ne va travailler à la Maison Blanche. Ni Kamala, ni Beto, ni Booker, ni Klobuchar, ni surtout Joe le Timoré lui-même en personne.

      Alors l’avenir sera reporté à janvier 2025!

    5. Lecteur_curieux dit :

      Perso je crois l’inverse qu’elle est et de loin la meilleure candidate chez les démocrates mais j’ai des réserves sur son narrative.

      POTUS elle doit faire un All in et le viser pour de vrai.

      Jeune je lisais sur Andre Dawson et des partisans des Expos et des journalistes le traitaient de choker car il ne produisait pas assez pendant les courses aux championnat.

      Bien c’est cela madame Harris doit avoir les légendes du sport avec elle. Trump en a quelques vieux. Qui ont des côtés conservateurs. Les anciens et avec les nouveaux contre Trump.

      Trump est plus visuel qu’auditif alors une femme de disons 6 pieds 8 qui entrent… Est-ce suffisant pour l’impressionner ?

      Populiste ? Non avoir le soutien populaire et de nombreuses générations. Pas les gens trop bobos ou pas une indigestion d’eux ils vont te faire perdre encore une fois.

  6. Pierre dit :

    On semble oublier le trop blanc Mike Pence

    1. Boozadvisor dit :

      C’est parce que c’est aux oubliettes qu’il terminera!

  7. Gilles Morissette dit :

    Harris a gagné le débat d’hier soir. Elle a probablement conquis plusieurs militants démocrates avec sa performance. Elle a marqué de précieux points

    Est ce que ce sera suffisant pour lui permettre de remporter l’investiture démocrate? Rien n’est certain.Il y aura d’autres débats et les autres candidats auront l’occasion de se reprendre.

    Ne comptez pas Biden comme battu. Le vieux routier a peut-être plusieurs défauts mais, pour l’instant, c’est encore lui qui représente la meilleure chance de battre le TDC-En-Chef.

    Les choses changent rapidement en politique. Rappelez-vous ce qui disait l’ex-PM Robert Bourassa: « Six mois représente une éternité en politique ».

    Pour l’instant, Harris a le momentum. Son défi sera de le conserver. Les attentes à son égard seront élevés à partir de maintenant. Elle devra bien performer lors du prochain débat si elle veut conserver son élan.

  8. Pierre S. dit :

    ————————–

    K Harris a démontré hier qu’elle avait l’étoffe présidentielle

    Ce qu’aucun républicains n’a pu faire depuis au moins 25 ans

  9. Danielle Vallee dit :

    @Gilles Morissette :  » Harris a gagné le débat d’hier soir »
    Ça dépend: c’était quoi le but du débat ? Canibaliser le parti? Alors Salwell et Harris ont gagné le débat.
    Belle bande de cons…

    1. Danielle Vallee dit :

      Seallwell, désolée

    2. papitibi dit :

      Attention, Danielle.
      Vous qualifiez (indirectement) de cons ceux qui ne partagent pas votre avis. Dont Je, Me et Moi. 😉

    3. Lecteur_curieux dit :

      Je ne trouve pas dans ce que j’ai regardé qu’elle a gagné le débat mais la gauche victimaire et bobo oui.

      Il faut pareil jouer cette carte ou métaphore du côté répugnant ( dominants vs modérés) avec modération. En conjugant avec d’autres visions et elle est capable de le faire.

      Sinon c’est comme la Ligue des Noirs du Québec et Normand Brathwaite qui se disputent sur la place publique. C’est un non sens. La ligue tombe dans le victimaire, Brathwaite dans le côté réactionnaire facile alors que les deux camps ont raison mais attention aux paroles publiques maladroites.

      Madame Harris doit avoir les mouvements Noirs avec elle mais aussi la presque totalité des winners blacks mais qui redonnent.

      Il y a une partie du discours républicain qui est vrai, la communauté qui doit se prendre en main par elle-même. Oui mais enlever la discrimination et les obstacles vraiment plus nombreux sur leur parcours pour leur donner une vraie chance.

      Un pays plus diversifié et plus égalitaire mais sans que l’égalitarisme devienne un dogme. Si on est différent on ne peut jamais être vraiment égal. Bon mais une égalité signifiant une équité, une justice. Cela doit aller vers plus d’égalité. Les républicains vont vers moins. Ne parlons pas que de croissance économique maximaliste. Sans pour autant aller dans la gauchr autant que Sanders, Warren ou AOC. Madame Harris la cause du peuple noir lui tiens à coeur.

      Biden n’est pas raciste il est dépassé par contre Harris approche le politically correct de gauche. L’autre extrême chez des Noirs c’est Ben Carson et Kanye West où tout repose sur la volonté individuelle plus celle de Dieu pour Carson. C’est pas mieux que la théorie de l’offre ou le ruissellement cela bien qu’une dose pour l’émulation plutôt que la compétition.

      On veut bâtir avec plus de coopération avec de l’émulation et aussi de la compétition mais pas dans tous les aspects de la vie en tout temps cela détruit le potentiel collectif. Il faut plus de social, de communautaire.

      J’admire plus PK Subban pour ses actions avec les jeunes que les joueurs de football mettant le genou à terre. Par contre si en manifestant ils avaient obtenu des résultats et que la violence policière envers les Noirs aurait été mis dans un mode de résolution et de diminution rapide et dans une approche systémique là on parle. Subban lui a permis des rapprochements entre jeunes Noirs et policiers. Cela on appelle cela travailler de façon positive pour faire avancer la société plutôt que dénoncer et dénoncer.

  10. loup2 dit :

    HS La France tire de l’arrière 1-0 contre les États-unienne après 45 minutes de jeu.
    Allez les bleuettes sortez les SVP.

  11. Haïku dit :

    M.Boisvert,
    Observations très intéressantes.

  12. Layla3553 dit :

    C’est vendredi

    Mémé étendue sur son lit, agonisante dit à Pépé
    – Vas dans le grenier, au fond à gauche, tu trouveras une boîte.
    Pépé monte au grenier et y découvre, au fond à gauche, sous la paille, une petite boîte dans laquelle il y a 3 œufs et 5 000$

    Bizarre se dit-il.

    Il retourne auprès de sa vieille et lui demande :
    – C’est quoi ces 3 œufs ?
    Elle lui répond :
    – Chaque fois que je n’avais pas d’orgasme avec toi, pendant ces 50 ans d’amour, je mettais un œuf dans cette boîte.

    Papi était vraiment très fier de n’y trouver que 3 œufs en 50 ans d’amour, il lui demande donc
    -oui mais les 5000$?

    Mamie lui répond :
    Chaque fois que j’en avais une douzaine , j’allais les vendre au marché.

    1. papitibi dit :

      😀😀😀😀😀 (mon ex n’agonise pas encore! 😉 )

      1. papitibi dit :

        … et elle est partie avec les oeufs de la ferme avant que j,aie pu les compter!

      2. Haïku dit :

        Avec oeuf cuit dure ou cocu?😉

    2. Haïku dit :

      Layla
      Superbe !!!

    3. Dekessey dit :

      HAHA
      Très bon!

  13. Apocalypse dit :

    @Danielle Vallee – 15:55

    ‘Belle bande de cons…’

    SVP, n’exagérons pas!

    Ce qui est important est de faire le meilleur choix pour le (la) candidat(e) qui va affronter Donald Trump et de sa ranger à 100% derrière cette personne en vue de novembre 2020. Entretemps, on a pas d’afffaire à y aller avec des gants blancs avec l’un ou l’autre candidat ou candidate que ce soit Joe Biden, Bernie Sanders ou Elizabeth Warren.

    Joe Biden méritait amplement de se faire ramasser par Madame Harris hier et elle a fait ce qu’elle devait faire. Le but est de gagner, pas faire de la figuration pour M. Biden. Ce dernier est un grand garçon, on verra s’il a l’étoffe pour affronter Donald Trump, ce dont je doute fortement.

  14. Apocalypse dit :

    @Layla3553 – 16:08

    LMAO

    Crampant! Merci!

  15. Danielle Vallee dit :

    Merci Layla

  16. Apocalypse dit :

    @Danielle Vallée – 13:55

    ‘Kamela Harris aurait pu devenir vice-présidente ou chef de la justice.
    Elle vient de rétrécir son avenir politique.’

    Bon, n’allons pas trop vite en affaire; la course ne fait que commencer et Madame Harris pourrait la gagner. Toutefois, si un autre candidat ou candidate gagne et ensuite remporte l’élection, il faudrait vraiment être vindicatif pour se priver d’une personne de la qualité de Madame Harris dans son administration. C’est ce que Donald Trump ferait, mais Joe Biden ou un autre, sûrement pas.

    1. papitibi dit :

      Donald Trump était à 1% quand la course a débuté entre les Ripoux. il tirait de l’arrière contre Hillart. Mais le 20 janvier 2016, c’est lui qui entrait triomphalement à la Maison Blanche, acclamé par THE GREATEST CROWD EVER.

      Comment est-il passé de 1% du vote Répu à la potusterie?
      En laissant des tits tas de brun tout partout su’l tapis.

      Joe, il va ramasser les tits tas un par un, avant de les ensacher en la manière prescrite par règlement. Mais la puanteur aura eu le temps d’envahir la pièce. Kamala va ramasser le cabot cabotin par le chignon du coup et le botter drette entre les poteaux des buts. Field Goal. Dems lead by three!

  17. Danielle Vallee dit :

    @Apocalypse:
    Biden a promis de ne pas attaquer les autres démocrates et à date il tient parole.
    En fait tous les démocrates ont respecté cette entente sauf Castro et De Blasio qui ont décidé d’en empiler sur O’Rourke la veille.
    Même chose hier, tout le monde essayait d’expliquer son programme en 60 secondes. Sauf Sallwell et Harris.

    Personne ne mentionne le fait que Harris a levé la main pour dire qu’elle appuyait la destruction des compagnies d’assurance santé, et que son équipe essaie de nous faire croire depuis ce matin qu’elle avait mal compris la question.
    Et pourtant ça c’est le meilleur argument pour perdre l’élection. Et Trump s’est dépêché de tweeter que lui il a remarqué.
    Alors on repassera pour le merveilleux débat.

  18. papitibi dit :

    C’est pas JFK qui disait;
    Ne vous demandez pas ce que l’Amérique peut faire pour Kamala Harris, cette petite fille qui n’est pas encore née, mais demandez-vous ce que cette future femme d’État peut faire pour l’Amérique!

    Je sais, je l’ai un peu modifiée!

    Les griffes qu’elle a plantées dans le dos à Joe, peut-être qu’elle est capable de les planter dans la face à claques numéro 45?

    Je m’adresse ici à Danielle Vallée, qu’une vilaine mouche semble avoir piquée: si vous deviez engager un avocat pour défendre vos droits, à qui souhaiteriez-vous confier votre sort? À Sleepy Joe, qui terminera sa plaidoirie avec cet élégant ‘I’m Sorry, My Time is Up’? Ou aux griffes acérées de Kamala l’arrogante (your own words, Danielle!).

    Si ça peut vous aider dans vos réflexions, mettons que c’est un procès civil devant jurés (ça se fait encore aux USA), et mettons que l’avocat de votre adversaire s’appelle Donald Trump et qu’il est prêt à toutes les pitreries pour séduire les élect… le jury, j’veux dire?

    1. Lecteur_curieux dit :

      J’engagerais My cousin Vinny. Et surtout pas l’avocat de l’aide juridique dans le film.

      Par contre, une élection n’est pas un procès si on veut cela qu’ils entament la procédure de destitution contre Trump.

      Les primaires sont plus disons le camp de sélection. Ok avec des débats il y a des attaques… N’empêche que je préfère un narrative positif.

      Ou encore donner une leçon de judo comme dans les 12 travaux d’Astérix et cela face à Trump.

      Le camp de sélection pour former l’équipe olympique. Montrez-nous être une championne.

      C’est de gagner le vote des électeurs et être une véritable incarnation du rêve américain ou redonner espoir à des milliers ou plutôt millions de black d’avoir et de vivre sa part de rêve . Et aux blancs aussi, aux latinos à tous.

      Créer de l’espoir mais sans désillusion par la suite.

      1. papitibi dit :

        @ Curieux : une élection n’est pas un procès si on veut cela qu’ils entament la procédure de destitution contre Trump.

        Monsieur est un fin observateur!
        Mais il aura loupé le point central: procès PAR JURY.
        Et dans un procès devant jury, le plaideux convainc les jurés un à la fois. il va chercher leurs doutes, il lit leurs questions dans leurs yeux et il s’efforce d’y répondre.

        Une course à l’investiture (Dem ou Répu), suivie d’une campagne ONE on ONE contre Trump, c’est la même mécanique (grosso modo) qu’un procès devant des dizaines de millions de jurés qu’on va appeler des ÉLECTEURS. Pas besoin de les convaincre TOUS, par contre.

        Ti-Zoune Trump attire les votes pcq c’est avant tout un entertainer. Il donne un bon show. C’est sa manière de convaincre les jurés de voter pour lui – si on me permet l’allégorie. Que doivent donc faire les Dems pour les lui arracher (on parle surtout des électeurs non alignés, les swing voters). Désigner Krusty le Clown pour affronter Trump? Mettre un vieux toutou édenté qui ne mord pas et qui s’appelle Joe? Ou désigner un/e candidat/e capable de rendre coup pour coup et de battre la baudruche sur son propre terrain?

        Je favorise la troisième solution. Et Kamala a du mordant.

  19. Apocalypse dit :

    @Danielle Vallee – 16:27

    ‘Biden a promis de ne pas attaquer les autres démocrates et à date il tient parole.’

    Si M. Biden a dit cela, je ne suis pas d’accord avec lui! Comme je disais ci-dessus, on n’a d’affaire à y aller avec des gants blancs dans ces débats. Si M. Biden n’est pas ‘man enough to take the heat’, alors il n’a pas sa place parmi les candidat(e)s.

  20. Absalon dit :

    HS
    FR-USA 1-2, je soutenais les françaises mais félicitations aux américaines et je suis tout particulièrement ravi pour Megan Rapinoe qui a marqué les 2 buts. La politique n’est jamais loin.

    1. xnicden dit :

      X2! En espérant que ça donne de l’urticaire au pussy grabber.

  21. Danielle Vallee dit :

    @papitibi:
    Je n’essaie pas de défendre Jos, je constate que Kamela n’avait aucun intérêt à ramener une histoire qui date de 1974 alors que le pays est en train de se décomposer, sinon pour faire de la petite politique.

    Je ne sais pas si vous avez remarqué mais Kamela a réussi ainsi à ne pas nous dire en quoi elle croyait, quel était son programme, sauf une fois et depuis ce matin toute son équipe nous dit qu’elle avait mal compris la question quand elle a donné la réponse.

    @loup2: je remarque moi aussi que deux nuits de sommeil perdues pour écouter ces débats infructueux a un peu ruiné mon humeur.
    Mais ce n’est pas parce que Harris est une femme. C’est parce que je considère qu’elle est un faux jeton.
    J’adore Klobuchar depuis le début, Gillibrand m’a vraiment impressionné pendant ce débat et je n’avais jamais fait attention à elle, et bien sûr Warren a été pleine d’énergie et très intéressante la veille.

    Tout ce qui compte c’est de ne pas avoir Trump pour un autre 4 ans. On va tous crever de faim ou être « atomisés »

    1. papitibi dit :

      Sans doute parce que j’en ai vu grandir (et affronté) quelques-uns, je m’estime capable d’évaluer les compétences d’un plaideur. Kamala, elle l’a l’affaire. Plus que Biden. Plus que Obama (qui fait davantage PROF que plaideur efficace). Plus que Klobuchar. À mon humble avis, et indépendamment de son sexe e de ses origines ethniques, elle PEUT – bien mieux que Biden – résister à l’ouragan que va déchaîner 45.

      Aucun intérêt à attaquer Biden? Pas sûr. Biden est un adversaire taillé sur mesure pour Trump. Un gentil toutou, que le pitbull va s’acharner à déchiqueter.

      Et ça, il ne pourra PAS le faire avec Harris.
      Bref, l’intérêt qu’a aujourd’hui Harris, c’est de faire en sorte que Biden ne ramasse pas le flambeau par défaut. Parce que les squelettes de Joe, Trump ne se gênera pas pour les exploiter et il n’a pas le tempérament pour riposter efficacement.

      Elle, elle l’a!

      1. loup2 dit :

        Vendredi c’est la musique aussi car Ella, elle la

      2. Haïku dit :

        @loup2
        Merci pour le clip.👌
        @papitibi 18:13
        En plein dans le mille !👌

      3. Lecteur_curieux dit :

        Chérubin d’Amos un ancien enseignant les dépassait tous les deux.

        Bon mais gagner une petite ville c’est différent.

        Mon oncle politicien ? Un avocat lui aussi mais pas plaideur en avait battu des pas pires en politique provinciale mais je garde son identité secrète et sa circonscription aussi.

  22. Lecteur_curieux dit :

    Un ticket Harris-Biden.

    Biden veut rester ? Allez l’éternel second.

    Il a déjà fait ses preuves comme numéro 2 d’Obama et a une vaste expérience.

    Un mandat de second et donnant ses conseils mais sans faire les manchettes.

    Là il retrouverait sa pertinence on adapte ses conseils à aujourd’hui et sans choquer personne ou peu de monde. Au-delà de la maladresse il y a des vérités.

    C’est le temps où jamais pour Harris je ne vois pas de momentum juste un petit gain pour une candidate derrière et qui si elle était plus en arrière serait déjà sortie de la course.

    Beto cela lui prendrait un miracle pour revenir dans la course. Booker aussi. Rien n’est impossible mais ils ont très peu de chance de devenir POTUS.

  23. Harris ne gagnera pas seule. Ni Biden ni personne. Vaincre Trump le Monstre, ce sera un travail d’équipe, une guerre de tranchées. Biden n’a pas un bon début de campagne, ni Sanders d’ailleurs. Depuis le début que je répète qu’il faut une one two punch pour affronter le Monstre orangé. Je favorisais un combo Biden président et Harris comme VP pour un mandat, mais Biden faiblit rapidement. Un peu une déception pour moi.

    Mon combo idéal est un homme et une femme, deux nationalités si possible, deux sexes, deux âges. De là l’intérêt d’une alliance Biden Harris jusqu’en 2024. Et Harris présidente en 2024 avec un changement de garde.

    Ce qui nuit à ce raisonnement, ce sont les mauvaises prestations de Biden.

    Je ne vois pas Harris et Buttigieg par exemple faire alliance, même si ce sont mes deux préférés. Ils risquent de s’entremanger plutôt que faire alliance.

    Si on suit ce type de raisonnement, on peut imaginer un combo Warren Buttigieg ou Warren Castro, histoire de ratisser large.

    Mais Castro est encore jeune. Buttigieg serait mieux comme VP ou avec des responsabilités importantes dans un éventuel gouvernement démocrate.

    Je cherche la bonne combinaison.

    Et des Klobuchar et Gillibrand peuvent devenir extrêmement utiles en arrière ban. Elles ont la bonne attitude.

    1. J’ai le même problème. Mon préféré est sans hésitation Buttigieg mais je ne lui trouve aucune « chimie » avec les autres candidats, même pas Warren…

  24. FlorentNaldeau dit :

    L’intervention de KH m’a parue soigneusement calculée; pas aussi mesquine que le discours du pauvre petit Swalwell sur la nécessité de passer le flambeau, mais parfaitement démagogique et opportuniste. On peut résumer le propos de KH de la manière suivante: « I know you are not a racist vice-president Biden, but here’s why you really are one ». Une performance bien dosée, avec la juste portion de trémolo dans la voix; je crois qu’elle aurait bien aimé y ajouter des violons lancinants en musique de fond, mais le format ne le permettait pas. Elle a quand même rejoint un certain public comme le confirme ce billet, probablement celui qu’elle recherchait.

    KH n’a pas hésité à déformer les propos, certes bien maladroits, de JB en laissant entendre qu’il avait fait l’apologie du ségrégationnisme de certains sénateurs des générations précédentes. Il n’avait pourtant fait que souligner une fait historique incontournable: à une certaine époque il était socialement acceptable pour nombre d’électeurs de choisir des élus ouvertement ségrégationnistes et ceux-ci se retrouvaient donc au Congrès, avec un rôle législatif à jouer. JB a rappelé qu’il était possible de nouer des alliances avec de tels gens, sans nécessairement endosser leurs opinions racistes, une approche qui devrait être transposée à notre époque de polarisation systématique. On ne choisit pas souvent ses collègues de travail, plusieurs ici en savent certainement quelque chose; quand le responsable des embauches est l’électorat, pas toujours connu pour ses choix rationnels, il faut composer avec les autres élus. KH a aussi appliqué l’équivalence fréquente entre le principe de l’autonomie des États et le racisme. Il est vrai que les « States’ Rights » ont été avancés à une certaine époque pour adopter et justifier des politiques racistes, mais la notion de « States’ Rights » dépasse largement ce contexte et a été appliquée à bien d’autres aspects de la réalité socio-politique des ÉU; c’est l’équivalent des questions de juridictions partagées entre le fédéral et les provinces dans notre pays. Le raccourci intellectuel auquel elle s’est livrée en concluant que la position passé de JB en matière de « busing » est raciste simplement parce que la notion de States’ Rights a été importante dans son analyse est déplorable, mais a de toute évidence fait mouche chez plusieurs.

    Il faut dire que KH doit travailler pour se refaire une crédibilité auprès de la communauté noire, après les reproches qui ont été formulés à son endroit pour la manière très énergique dont les contrevenants issus de minorités visibles étaient poursuivis et emprisonnés pendant ses mandats de District Attorney et de Procureur-général de la Californie (mais elle ne faisait évidemment qu’appliquer les lois et… les States’ Rights de cet État).

    Lorsqu’il a dit que son temps était écoulé, JB ne baissait pas nécessairement pavillon comme plusieurs ont ironisé. Je crois qu’il pouvait très bien vouloir faire la démonstration que dans un débat on peut se comporter en toute civilité et suivre les règles, contrairement à d’autres qui ont pratiqué l’interruption systématique et ont accaparé le micro sans vergogne. Il l’a toutefois fait trop mollement. De plus, il reste très réticent à s’excuser, probablement car il sait que ses adversaires vont s’emparer de toute excuse pour l’attaquer davantage et ne seront jamais satisfaits.

    Une réalité que PB risque de découvrir de nouveau après avoir reconnu qu’il n’a pas atteint son objectif en matière d’intégration du service de police de sa ville. On sait qu’il a été accusé de racisme pour avoir rétrogradé le chef de police, un Noir, au motif d’inconduite professionnelle. Une accusation bien bête, un peu comme si un premier ministre canadien qui limoge deux femmes ministres incapables de se conformer à la solidarité ministérielle devenait soudainement anti-féministe (un exemple tout à fait imaginaire, il va sans dire). Notons que PB a été accusé par des citoyens la semaine dernière de complicité implicite avec un policier qui a tué un jeune Noir de South Bend. Absurde, mais cela nous rappelle que les questions raciales suscitent tous les excès dans le discours public aux ÉU, et ce sur l’ensemble du spectre politique.

    1. papitibi dit :

      Une analyse qui en vaut une autre.
      Mais…
      Lorsqu’il a dit que son temps était écoulé, JB ne baissait pas nécessairement pavillon comme plusieurs ont ironisé.

      Heu… c’est une joute politique, et la politique a ses règles que la bienséance ne connaît pas nécessairement.

      Oui, plusieurs ici ont fait un parallèle (aussi facile que de faire de la peinture à numéros!0 entre l’âge de Biden et son ‘Sorry, my time is up’.. Mais d’autres – des vrais politiciens et des spécialistes en communications et en réseaux sociaux, vont le lui remettre entre les dents. Et souligner, encore une fois, avec quelle facilité Joe le Gaffeur parvient à offrir à ses adversaires plus de matériel qu’ils n’en auraient pu souhaiter.

      Cette phrase là va devenir le cauchemar du candidat Biden. Pour ma part, c’est ça que je retiens. Et j’en conclus qu’à moins d’un miracle, cette candidature va s’effriter et s’étioler jusqu’à ce qu’il se retire, penaud.

  25. FlorentNaldeau dit :

    S’étioler et s’effriter, dans cet ordre-là ou un autre? N’exagérons pas; il est trop tôt pour tirer audacieusement une telle conclusion si précipitée. Par contre, il est fort probable que JB est un peu rouillé à ce type d’exercice. Et rappelons que d’autres ont survécu à des sous-performances de cet ordre. (Un certain Obama, ça vous rappelle peut-être quelque chose? Allez revoir le consternant premier débat avec Romney.)

    Quant à la joute politique et la bienséance, il est tout à fait possible de débattre de manière civilisée et ordonnée dans un cadre électoral; je l’ai fait à plusieurs reprises dans un contexte syndical et cela m’a toujours réussi. Et les tensions idéologiques ou personnelles dans un syndicat sont au moins aussi intenses qu’au parti Démocrate actuellement. Il faut toutefois reconnaître que nous n’étions pas 20 (ou même 10) à se disputer l’adhésion de l’auditoire. Dans le cas des Démocrates, au moins les 2/3 des candidats étaient des quantités négligeables avant les affrontements de cette semaine et la plupart vont le rester si on se fonde uniquement sur leur performance de mercredi ou jeudi, sauf quelques exceptions comme Castro. Pour ceux qui composent ce troupeau encore indistinct, tous les moyens sont bons pour se faire remarquer, que ce soit s’égarer en de fumeuses considérations quasi-mystiques comme le fait Williamson, ou faire dans l’interruption systématique et l’abus du temps de parole, l’école de pensée deBlasio quoi.

    1. papitibi dit :

      Ah mais mon cher Naldeau, point ne vous laisserai-je accaparer le monopole de la bienséance!
      Encore que… chaque émotion à sa place et une place pour chaque émotion!

      Mes envolées oratoires pouvaient dégager des odeurs de lavande. Mon savant confrère, je l’affirme en toute déférence, erre ici en droit, et son interprétation des faits m’a paru particulièrement étrangère aux faits mis en preuve Autre manière d’affirmer qu’il s’est fourré un doigt sans l’oeil. À l’opposé du spectre, j’en suis presque venu aux coups avec un ancien ministre que mon client – un maire identifié à une autre famille politique, avait qualifié de TATA et de GROS ZÉRO devant les caméras de la télé. C’était dans le cadre d’un interrogatoire hors cour, au cours duquel le Nonorable Ministre se disait victime de mes questions incisives. Vos questions baveuses ajoutent l’insulte aux propos injurieux de votre client!Séance interrompue, sténographe mis en ‘stand-by’ et échange de propos vigoureusement virils.

      By the way, c’est cet échange de crastillon finement dégorgé, à micro fermé, qui m’a permis de régler pour une poignée de croustilles une réclamation de plusieurs centaines de milliers de douleurs. J’ai attendu mon heure, je lui ai fait peur, il s’est dégonflé.

      Un temps pour chaque chose, disai-je plus haut…

      À votre avis, c’était QUAND, le moment propice pour arracher à Joe La Gaffe le flambeau qu’il estime devoir lui appartenir de droit divin? Peut-être eut-il fallu, à vos yeux, que Kamala le prie humblement de lui céder le passage?

      En toute déférence et dans un nuage de lavande, je vous prie d’agréer, Messire Florent, l’expression de mon profond désaccord. Recevez, par ailleurs, mes salutations distinguées…

      Ça vous va-t-y?

  26. FlorentNaldeau dit :

    Je ne crois pas que JB soit « obligé » de passer le flambeau à KH, même si celle-ci le lui demandait avec force révérences, accompagnées de fleurs et de petits fours emballés dans du papier de soie rose. La décision de continuer ou non revient à JB, à la lumière de ses résultats au cours des prochains mois. Parviendra-t-il à retrouver des réflexes politiques un peu émoussés depuis son départ de la MB et son demi-retrait de l’arène politique à la mort de son fils ou en viendra-t-il à la conclusion qu’il n’a plus le cœur à la chose politique et à une campagne présidentielle? La décision n’appartient pas uniquement à son humeur; elle dépendra en partie des réactions publiques à ses discours et participations aux divers débats, en particulier lorsque le nombre de discutailleurs en présence sera ramené à un niveau plus raisonnable. Les sondages et, en temps et lieu, le résultat des primaires et caucus, pourront aussi lui imposer une décision, dans un sens ou dans l’autre.

    Quant à KH, même si elle a fait preuve d’un peu d’incivilité en faisant quelques interruptions et en adoptant comme d’autres l’attitude « je parle même si ce n’est pas mon tour, alors taisez vous tous », je ne le lui ai pas reproché nommément. C’est contre sa malhonnêteté intellectuelle que j’en avais. Elle s’est adonnée à une relecture des votes et des décisions datant de plusieurs décennies à la lumière des conditions politiques et parlementaires d’aujourd’hui. Les gestes qu’elle reprochait à JB ont été posés à une époque où le sentiment social était différent et où la composition des chambres du Congrès était différente. Renverser aussi prestement l’échelle du temps et imputer à JB une obligation d’avoir su prévoir il y a 30 ans comment ses votes pourraient être revus en 2019 et un devoir de prescience pour se conformer prospectivement à ces vues est absurde et malhonnête. En plus, elle a donné une version sursimplifiée de la question du busing, qui est plus complexe que la vision binaire qu’elle avançait. Michael Smerconish a d’ailleurs fait un topo intéressant ce matin à son émission sur CNN, rappelant que la question du busing n’était pas à l’époque divisée en deux camps monolitiques et diamétralement opposés, le Bien d’un côté et le Mal de l’autre; même dans certaines communautés Noires l’impact du busing était considéré comme négatif par plusieurs. Mais bon, on sait que la nuance et les faits ont peu d’importance dans les débats politiques du genre et on comprend que KH en ait fait l’économie pour marquer facilement quelques points; on serait toutefois en droit de s’attendre à mieux de sa part. Elle n’a pas à « arracher » le flambeau des mains de JB pour reprendre votre terminologie; elle doit le lui disputer et peut-être même le mériter, mais à l’issue d’un affrontement honorable. Exigence qui s’applique à tous les candidats en lice.

    En parlant de Smerconish (www.smerconish.com), c’est une émission toujours fort intéressante; il n’est ni Dem ni Répu et juge les uns et les autres à la même aune. Ce qui lui vaut chaque semaine une variété de gazouillis et autres commentaires, les uns le traitant de laquais soumis à l’autocrate DT, les autres le voyant comme faisant la promotion de l’agenda extrémiste de AOC et ses comparses. Je suppose que lorsqu’on mécontente également les deux pôles politiques, on se situe au bon endroit. Son sondage hebdomadaire posait aujourd’hui la question « Biden devrait-il s’excuser pour ses positions passées contre le busing ». 84 % des 11 400 répondants ont dit « non ». Bien sûr, il faut prendre un tel sondage avec des pincettes puisque la constitution de l’échantillonnage est laissée à l’entière discrétion des gens qui choisissent d’y répondre et qu’il ne satisfait donc pas aux critères méthodologiques d’un sondage scientifique. Mais je ne serais pas étonné qu’il reflète d’assez près l’opinion de la population générale des ÉU.

    1. papitibi dit :

      @ Florent Naldeau
      Parviendra-t-il à retrouver des réflexes politiques un peu émoussés depuis son départ de la MB et son demi-retrait de l’arène politique à la mort de son fils ou en viendra-t-il à la conclusion qu’il n’a plus le cœur à la chose politique et à une campagne présidentielle?

      On ne parle pas ici de réflexes émoussés depuis son départ de la MB. ni des effets collatéraux d’un drame familial auquel je compatis d’autant plus que ma fille, son conjoint et leurs deux enfants ont perdu la vie dans un face-à-face il y a quelques années… Par ailleurs, quand j’ai été contraint à la retraite en raison d’une série d’infarctus, mes réflexes de juriste sont demeurés intacts.

      Le mal, chez Biden, est beaucoup plus profond; il a TOUJOURS été gaffeur.

      De quels intérêts doit-il être question ici? des intérêts de Joe La Gaffe? Des intérêts du Parti? Des intérêts supérieurs de la Nation?

      Vous avez souvenance de cette campagne menée pour le compte de Hillary contre Obama, en 2008? It is 3AM… Bon bin c’est drette ça! Il est 3h, le Pentagone appelle POTUS La Gaffe, dont la présidence se sera
      ouverte à 78 ans (l’âge ne va PAS le rendre plus sharp!). Outch!

      Now is the right time to challenge Biden’s capacity to stand the heat. Quand il aura été désigné pour affronter le candidat Répu, il sera trop tard. Much too late.

      Si Harris a pu le désarçonner, vous croyez vraiment que le toujours si raffiné candidat Républicain pressenti va lui faire la partie belle? Si Biden se ressaisit, alors merci, Kamala, pour ton aide. Si Biden ne se ressaisit pas et glisse dans les sondages, alors merci, Kamala, pour cette catastrophe évitée par tes bons soins.

      Je suis essentiellement pragmatique. De gauche, mais pragmatique.

      ‘Biden devrait-il s’excuser pour ses positions passées contre le busing ‘?

      La question n’est pas là. Tout Québécois de souche compte parmi ses ancêtres des jeunes mamans mariées et engrossées âgées à 12 ans avec un ‘vieux veuf’ de 25 ans. Or, combien de nos contemporains sont d’accord avec ça? Surtout que le Code criminel l’interdit! Bref, la société a évolué, les standards de la Vertu ont évolué, et perso, je ne serais pas porté exiger de Biden qu’il s’excuse. Pas plus que je vais aujourd’hui blâmer mes parents de m’avoir enfumé les poumons dans les années ’50, ’60 et ’70. Ils pouvaient pas savoir…

  27. FlorentNaldeau dit :

    « La question n’est pas là. »
    C’est pourtant ce que KH lui a demandé de faire.

    Vous avez classé JB comme un gaffeur systématique, y compris dans les situations critiques auxquelles un président peut devoir faire face. Je ne crois pas que la démonstration a été faite que ce soit le cas. Mais il lui reste encore du temps pour vous donner raison.

    Chacun gère un deuil de la manière qui lui appartient. JB a choisi une période de relative inactivité. De plus, il n’a pas participé à un vrai débat contradictoire depuis un bon moment, i.e. la dernière présidentielle d’Obama, et les candidats VP ne s’affrontent en général qu’une ou deux fois. Il y a des muscles oratoires et des réflexes à développer ou à retrouver. Si ça ne lui revient pas, il devra se poser de sérieuses questions. Mais je ne crois pas qu’entre-temps le verdict doit être aussi négatif que celui quasi-définitif que vous rendez, ni que KH a rendu un véritable service à l’électorat pas la tactique d’attaque qu’elle a choisie.

    1. papitibi dit :

      Je ne crois pas que la démonstration a été faite que ce soit le cas.

      Ooooh… moi, j’étais un civiliste à temps plein, et un criminaliste à temps plu-que-partiel. Alors à quel degré de preuve faites-vous allusion? En droit criminel, Biden ne saurait être qualifié de gaffeur à moins qu’une preuve en soit faite au delà de tout doute doute raisonnable, Au civil, suffit par contre qu’une preuve prépondérante en soit apportée, ou alors, dit-on enfranglais de cour selon la balance des probabilités.

      Time will tell. Mais selon ce dernier ‘standard’ de preuve, il me semble PLUSSE PROBABLE que MOINS probable que Biden soit un maître-gaffeur, ce qui ne veut évidemment pas dire qu’il doit transformer au moins 98% des occasions en gaffes de catégorie Canada Choice!

      Chacun gère un deuil de la manière qui lui appartient. . Non. Personne n’en choisit ni le comment ni l’intensité ni la durée. Fait juste attendre que ça passe.

      De plus, il n’a pas participé à un vrai débat contradictoire depuis un bon moment, i.e. la dernière présidentielle d’Obama

      Ça, c’est SON problème! Il SAvAIT qu’il devrait faire face ;a la tornade, un jour ou l’autre. Il devait savoir que ses adversaires démocrates ET Répus vont le tester, et il n’a pas cru bon de s’entourer d’un bon coach?

      NY Times (sur mon cell), ce PM: Trump Consultant is trolling Democrats with a Biden Site that isn’t Biden’s,

      Biden a plaidé. J’ai plaidé. Et avant d’offrir mes clients à une sangsue sanguinaire déguisée en corporate defense lawyer, je les préparais aux questions les plus baveuses qu’il se puisse imaginer! Avant de te lancer dans une course présidentielle, mon Joe, alluuuuume! Prépare-toé à te faire brasser! Le simple fait qu’il ait été désarçonné par Harris cette semaine, c’est d’ailleurs la preuve d’une gaffe impardonnable, mais si vous dite que preuve des gaffes reste à faire, alors là…

      Si moi j’avais pas préparé mes clients à se faire brasser, ils auraient eu contre moi un recours pour faute professionnelle. Pourquoi Biden n’a-t-il pas trempé son gros orteil à l’eau AVANT de se faire ébouillanter? on erreur à lui, ou celle de son équipe de campagne? Ça revient au même: c’est lui qui doit savoir s’entourer. Peut-être qu’un chef pâtissier n’aurait pas pensé à ça mais de la part d’un candidat qui a porté la toge, on s’attend à des standards plus élevés.

      D’où mon analyse.

      1. Haïku dit :

        OUCH !!!

  28. FlorentNaldeau dit :

    « Au civil, suffit par contre qu’une preuve prépondérante en soit apportée, »
    C’est plutôt à ce critère auquel je pensais, et je n’arrive pas à la même conclusion que vous sur la gaffophilie systématique alléguée de JB.

    « Non. Personne n’en choisit ni le comment ni l’intensité ni la durée. »
    Décréter ainsi urbi et orbi comment les gens doivent gérer leur deuil en fonction de critères définis par d’autres n’est pas sans rappeler l’ultra-orthodoxie pratiquée par la frange soi-disant « progressiste » des Démocrates.

    « Ça, c’est SON problème! Il SAvAIT qu’il devrait faire face ;a la tornade, un jour ou l’autre. Il devait savoir que ses adversaires démocrates ET Répus vont le tester, et il n’a pas cru bon de s’entourer d’un bon coach?  »
    Là-dessus vous avez tout à fait raison. Je signalais un symptôme apparent et je spéculais sur les causes possibles; il lui revient de le régler, sinon il continuera de susciter des doutes récurrents quant à son adéquation en tant que candidat à la nomination Démocrate. Comme je l’ai indiqué plus tôt, d’autres candidats ont réussi à se dépêtrer de situations ou de performances désastreuses: Obama contre Romney est un exemple récent, mais mentionnons aussi le discours « Checkers » de Nixon pour remonter un peu plus loin dans l’Histoire. JB arrivera-t-il à retrouver une constance capable d’inspirer la confiance chez les électeurs?

    Sinon, qui prendra alors le titre de meneur de la course? Warren, Sanders? De quoi assurer la réélection de DT et alimenter les cauchemars jusqu’à l’élection. Castro ou Booker? J’aimerais bien, mais ils ont encore bien du chemin à parcourir pour ce faire.

  29. papitibi dit :

    @ F N
    « Non. Personne n’en choisit ni le comment ni l’intensité ni la durée. »
    Décréter ainsi urbi et orbi comment les gens doivent gérer leur deuil en fonction de critères définis par d’autres n’est pas sans rappeler l’ultra-orthodoxie pratiquée par la frange soi-disant « progressiste » des Démocrates.

    Êtes-vous tu bin sérieux, là, là?

    En quoi ai-je pu décréter urbi et orbi comment les gens doivent gérer leur deuil en fonction de critères élaborés par un Gourou de la Gestion de la Douleur Intérieure?

    Je croyais pourtant avoir écrit, dans une langue parfaitement vernaculaire, que le deuil, tu le vis pas comme tu veux, ni comme l’a ordonné le Gourou susdit, mais comme tu peux. Si ça vous paraît constituer un diktat, alors je vous laisse à vos errances sémantiques!

    Dois-je me sentir visé par cette ultra-orthodoxie pratiquée par la frange soit-disant progressiste des Démocrates? Moi très à babord mais avant tout pragmatique. Moi dire que candidature de Bernie et d’Alexandria Ocasio-Cortez être suicidaire pour Démocrates. Moi clair? Moi dire même chose en 2016 et moi pincé nez et ‘milité’ pour Hillary.

    = = =

    Combien vous faut-il de gaffes au pouce carré pour accepter le terme GAFFEUR? Combien de carreaux un enfant doit-il briser avant qu’on lui interdise de lancer sa balle en leur direction? Pour ma part, quand bien même mon chez-nous avait comporté autant de carreaux que Buckingham Palace, après le bris de deux ou trois vitraux la ba-balle du petit angelot, ça serait fini. Effe I Fi, Enne I Ni. Fini.

    Si vous voulez me dénoncer à la DPJ pour cruauté envers les enfants, j’ajoute ici à tout hasard que mon bébé a 38 ans et qu’il est lui-même six fois papa.

  30. FlorentNaldeau dit :

    Vous aviez répondu par un « non » catégorique quand j’ai dit que chacun gère son deuil de la manière qui lui appartient. On n’est pas maître de comment cela arrive, mais malgré votre péremptoire rejet je continue d’être d’avis qu’on peut très bien le vivre différemment d’une personne à l’autre; JB ne l’a pas fait comme moi ou vous l’aurions fait, et c’est tout à fait acceptable.

    Comment évaluer objectivement la gaffophilie alléguée de JB? Oh sweeetie dââââârling, vous proposez là tout un programme de recherche scientifique. Il faudrait formuler une hypothèse, s’assurer qu’elle est falsifiable, élaborer un protocole de collecte de données en éliminant les biais et les variables parasites, analyser les résultats et voir les correspondances (ou écarts) avec la prémisse théorique, et s’assurer que le tout est reproductible par d’autres chercheurs. Reste à voir si on pourrait isoler l’objet de la recherche dans un lieu où tous les paramètres seront contrôlés et d’une manière qui permettra les mesures en double aveugle. Merci de cette évocation nostalgique du travail en laboratoire…

  31. papitibi dit :

    Vous aviez répondu par un « non » catégorique quand j’ai dit que chacun gère son deuil de la manière qui lui appartient. On n’est pas maître de comment cela arrive, mais malgré votre péremptoire rejet je continue d’être d’avis qu’on peut très bien le vivre différemment d’une personne à l’autre;

    Dur de comprenure, le laborantin!

    Je continue à répondre par un NON catégorique; dommage que vous n’ayez pas encore compris le pourquoi du comment. La manière de vivre un deuil, je n’ai jamais dit qu’elle relève d’un quelconque diktat. Ce que j’ai écrit, et je vois que ça vous prend un petit dessin, c’est ceci:

    a) à 5 ans, j’ai perdu mon grand-père. Premier contact avec la mort. Je l’adorais. Personne ne m’a dicté MA réaction… sauf que j’avais 5 ans et je comprenais les choses comme on les comprend à cet âge là.

    b) Au décès de mes père et mère, à quelques années d’intervalle, j’étais adulte. En couple et avec un enfant, au décès de ma mère. Ça fesse d’autant plus dans le dash que j’étais fils unique; ils sont partis avec les souvenirs que nous avions en commun. Nref, la douleur était ici teintée par cette circonstance particulière. Pas par un DIKTAT. Par les CIR-CONS-TAN-CES. Capice?
    Papa est dcd d’un cancer après une longue agonie; il avait perdu la moitié de son poids. Maman est décédée des suites d’un AVC qui l’a laissée hémiplégique et incapable de parler.

    Et ces circonstances là, moi, je n »y pouvais pouvais rien. Aucun contrôle là-dessus. Douleur entremêlée de soulagement; êtes-vous tu bin capable de comprendre ça? Êtes-vous-tu bin capable de comprendre que les circonstances d’un décès peuvent avoir influencé la gestion de MON deuil?

    Et êtes-vous tu bin capable de comprendre que le décès fortuit de ma grande fille de 30 ans et de deux petites dont j’étais le Papy,, c’est pas tout à fait comme la perte d’un grand-père de 85 ans ou d’un père et d’une mère qu’une maladie terminale avait affaiblis et diminués? Peux-tu comprendre ça, toé, que le deuil de TON ENFANT et des enfants de ton enfant, ça fasse plus mal et pour plus longtemps que le décès quasi providentiel d’un père qui aura agonisé pendant de longs mois tout en implorant le p’tit Jésus de venir le chercher? C’est jusse ça que je dis. Que j’ai dit depuis le début. Mais tu voulais tellement avoir raison…

    Tu veux savoir? Ça me fait ch!er de devoir ramener ça sur le tapis en raison de ta seule mauvaise foi et de l’interprétation tordue que donne à ces propos que j’ai publiés plus haut (29 juin, 17h34)

    Chacun gère un deuil de la manière qui lui appartient?. Non. Personne n’en choisit ni le comment ni l’intensité ni la durée. Fait juste attendre que ça passe.

    Tu sais quoi, le coq de basse cour? Les émotions (le D.E.U.I.L) que je ressens encore (et que je ressentirai jusque sur mon lit de mort) après le décès de mes tites poulettes et de leur maman – ma fille, non, cé pô pareil, pis non, je controle pas ça et NON, je ne gère pas ça comme je l’entends.

    Une semaine après les quadruples funérailles, je subissais d’ailleurs un infarctus dont même toi, dans ton infini aveuglement, tu comprendras que je m’en serais bien passé. Ça aussi, ça fait partie des éléments d’un deuil sur lesquels je n’ai pas le moindre contrôle.

    Florent, va apprendre à lire. À quelques exceptions près, ici, c’est pour les adultes.

Répondre à Pierre Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :