Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

mayor-view1-abc-ps-190322_hpMain_16x9_992.jpg

«Je pense qu’il est difficile de conjecturer là-dessus. Je pense aussi que notre parti doit focaliser sur les conditions qui ont rendu possible cette présidence en premier lieu. Je pense qu’une figure comme celle-ci ne devrait jamais s’approcher à une tricherie du Bureau ovale. Alors, si nous fondons nos espoirs sur des questions de procédure, et détournons notre attention des raisons pour lesquelles plusieurs personnes ont voté pour quelqu’un qui leur déplaît, je pense que nous faisons fausse route. Il se peut qu’une procédure de destitution finisse par devenir la seule réponse appropriée, mais à mon avis la façon la plus décisive de vaincre le Trumpisme est de lui infliger une défaite massive aux urnes.»

Pete Buttigieg, maire de South Bend et candidat démocrate à l’élection présidentielle de 2020, répondant à un journaliste qui lui demandait si le rapport Mueller pourrait mettre fin à la présidence de Donald Trump.

(Photo ABC News)

66 réflexions sur “La citation du jour

  1. Pierre dit :

    BRAVO 👏 JEUNE HOMME

  2. V-12 dit :

    Ce candidat est beaucoup trop intelligent pour être Président du plusse meilleur pays du monde. 😂😂😂

    Ça prend un gars que l’Amérique profonde va comprendre, pas un gars avec des mots de plus de 2-3 syllabes!

    Larry the cable guy serait parfait. Get’er done!

    1. Dekessey dit :

      haha, très bon!

    2. kintouai dit :

      Larry the cable guy est-il parent avec Joe the plumber à qui la fofolle Sarah Palin faisait sans cesse allusion dans ses discours ?

  3. Charles Eya'a dit :

    La justice fait et doit faire son travail. Mais politiser l’enquete de Mueller comme les democrates le font est une mauvaise strategie depuis le debut. Et quand on voit les chaines de nouvelles comme CNN qui couvrent cette affaire 24h/24 depuis 2 ans sans nouveaux developpement est devenu ridicule. Ils rendent un « petit » president bien sympatique aux yeux des gens. Chapeau a Buttiegieg et O’rourke de se concentrer sur l’objectif principal: le message pour gagner en 2020.

    1. Dekessey dit :

      Charles Eya’a dit :
      23/03/2019 à 17:01
      « … politiser l’enquete de Mueller comme les democrates le font est une mauvaise strategie depuis le debut. »

      Se concentrer sur le message pour gagner en 2020, bien sûr, mais Trump est un phénomène singulier. Il a accédé à la maison blanche en insultant ses opposants et en lançant des propos racistes à droite et à gauche. Même « Hollywood tape » aurait dû le disqualifier dès le début.

      Ce n’est pas seulement en jouant aux gentils que les démocrates vont gagner, ils doivent se servir de tous les outils disponibles, incluant les rapports d’enquête présents et futurs. Ils auront besoin des électeurs modérés qu’ils ont perdu dans certains États du mid west (Winsconsin, Michigan, Pennsylvanie etc).

      1. treblig dit :

        @Dekessez

        Et la Floride avec ses 29 grands électeurs fait que les démocrates n’auraient besoins que de gagner un seul état sur les 4 de la « rust belt « ( Ohio, Pensylvanie, Michigan, Wisconsin) qui ont voté Trump.

      2. Charles Eya'a dit :

        Les democrates doivent surtout jouer leur role d’opposition. Pendant 2 ans, c’est CNN qui a joue ce role avec tous les risques. Avec Pelosi qui a pris le controle, ca va un peu mieux. D’ailleurs elle a recadre son groupes contre la rhetorique de l' »impeachment » qui donne surtout du credit a Trump qui est a son meilleur quand il joue la victime d’une chasse aux sorcieres.

  4. A.Talon dit :

    «mais à mon avis la façon la plus décisive de vaincre le Trumpisme est de lui infliger une défaite massive aux urnes.» (P.Buttigieg)

    Mais pour cela, ne faut-il pas présumer que l’adversaire à vaincre puisse être lui-même respectueux des institutions démocratiques? Alors que faire quand ce n’est carrément pas le cas? Comment utiliser les règles du jeu démocratique avec quelqu’un qui les méprise ouvertement? Avec quelqu’un qui n’hésiterait pas le moment venu à gueuler «RIGGED ELECTIONS!» et à appeler à son secours tout les détraqués armés jusqu’aux dents du pays? Comme le dit l’adage populaire inspiré de Confucius, il faut espérer le meilleur mais se préparer au pire.

    1. Haïku dit :

      @A.Talon 17:07
      -Trės bien dit. 😉.

  5. Certains sont tombés en amour avec AOC
    Moi c’est avec mayor Pete, il est parfait!
    j’ai bien hâte qu’il soit connu des électeurs pour voir sa progression dans les sondages.

    1. Madalton dit :

      AOC ne peut être candidate de toute façon. Elle n’a pas 35 ans.

  6. mrchose dit :

    Ben oui… Il est toujours préférable d’envisager les choses de façon raisonnable… C’est sûr. Encore faudra-t-il que les démocrates trouvent quelqu’un capable de le battre.

  7. treblig dit :

    C’est la voie que je privilégie depuis le début : une défaite massive du président aux prochaines élections en 2020. Cette défaite doit tellement être énorme que même Trump ne pourra parler d’une élection douteuse ou truquée.

    En supposant que la base électorale de Trump continue de se situer aux environs de 40%, cela implique que les démocrates auraient à peu près 60 % du vote et ça c’est un  » landslide ». Obama a balayé l’élection en 2008 avec 53% du vote.

    Il est inutile et contreproductif de viser une destitution . Une victoire massive fera beaucoup mieux le travail. Et cela obligera, en prime, les républicains à se redéfinir

    1. treblig dit :

      J’ajouterais que Obama a gagné deux fois en Floride mais avec de faibles majorité ( 0.86% en 2012).

    2. Jay112 dit :

      Attention, 40% des électeurs ont une opinion positive de Trump — ce n’est pas la même chose que l’intention de vote, qui est significativement plus élevée. Le vote stratégique est hégémonique aux USA.

  8. marcandreki dit :

    Il y a tant de dossiers sur lesquels l’administration Trump peut être attaquée. Le traitement inhumain des enfants à la frontière, les réformes fiscales qui n’ont profité qu’aux donateurs, Trickle down, mon oeil! Les promesses rompues sur l’accès aux soins de santé , le mur qui serait payé par le Mexique, le cirque hallucinant de la politique extérieure. Les filiations douteuses ( Stormy and all.) avec des inculpés ( Stone, Manafort, Cohen) avec les despotes (sauf Maduro). La destruction des politiques environnementales les plus élémentaires. Le statu quo en éducation. J’en passe assurément.

    Le gros moron a couché avec les Russes, fricote avec eux depuis longtemps, bien avant les élections, c’est une évidence . Les enquêtes protégées par Muller continueront. Il finira bien où il mérite. Les démocrates devraient attaquer le bilan,attaquer les mensonges, les démonter uns à uns. Dire et permettre aux Américains d’aller voter.

    1. igreck dit :

      OMG… tout cela est vrai ! Misère…

  9. Louise Tanguay dit :

    j espère -la défaite de Trump doit être sans équivoque-

  10. Christiane dit :

    OTTAWA – Pour le premier ministre ontarien Doug Ford, les journalistes œuvrant dans les médias traditionnels sont devenus inutiles, car les médias sociaux lui permettent de parler directement aux électeurs.

    J’ai eu une perte de pression en lisant cela.

    1. Guy LB dit :

      @Christiane :
      Pas exactement dans le coeur du sujet… mais élément d’intérêt quand même, surtout pour ce que ça dévoile de l’idée que se font les politiciens bornés comme Ford et Trump du rôle de la presse.

      Pour ces gens, les médias ne doivent être qu’un porte-voix servant à crier haut et fort leurs « idées », leurs préjugés, leurs solutions simples et populistes. Ils n’ont que faire du rôle d’observation, de surveillance et d’analyse qu’exercent les journalistes au bénéfice de la population.

      1. igreck dit :

        Comme tous les dictateurs !

    2. P Lacerte dit :

      Le journalisme c’est de publier ce que certains ne veulent pas voir publié… tout le reste n’est que propagande….

    3. lanaudoise dit :

      Un autre Twit qui twitte

  11. Louise dit :

     » l’objectif principal: le message pour gagner en 2020  »

    Parfaitement d’accord avec cet énoncé. À partir de maintenant je vais porter attention à ce candidat parce qu’il semble très intéressant.
    Pete Buttigieg, nom à ne pas oublier.

  12. xnicden dit :

    « …et détournons notre attention des raisons pour lesquelles plusieurs personnes ont voté pour quelqu’un qui leur déplaît, »

    Cette catégorie se résume pas mal à deux sous-groupes: 1) ceux pour qui madame Clinton était le diable. 2) ceux pour qui l’agenda démocrate est l’oeuvre du diable (avortement, armes, etc). Les premiers sont récupérables mais les seconds, ce n’est pas certain.

    1. Guy LB dit :

      @xnicden à 17h33 :
      N’encombrez pas votre esprit de ce petit doute raisonnable que vous impose votre sens de l’équité : il est certain que les gens de votre catégorie #2 sont irrécupérables !

      Ce sont eux qui viennent acclamer Trump dans ces merveilleux rallyes qui rappellent les beaux jours de la montée du nazisme dans les années 1930. Il n’y a rien à récupérer là-dedans.

  13. Apocalypse dit :

    ‘Pete Buttigieg’, mes excuses, mais arrêter de vous faire croire que vous êtes arrivé à une conclusion suprêmement intelligente après une longue réflexion, la vérité est qu’à moins que le rapport de M. Mueller ne contienne une nouvelle qui soit une bombe atomique, le sénat n’ira jamais de l’avant pour destituer Donald Trump, alors aussi bien se concentrer sur les chose que vous pouvez contrôler, soit travailler pour trouver les conditions gagnantes pour 2020!

    1. Alexander dit :

      @Apocalypse
      Le problème c’est qu’il y a une partie des démocrates, probablement inexpérimentée, qui rêve trop ouvertement de destitution et en parle sans trop réaliser le chemin ardu pour y parvenir.

      Il faut calmer les troupes.

  14. Réal Tremblay dit :

    Morale de l’histoire: Ce Président est un des symptômes d’une démocratie en grande difficulté.

    1. fallaitquejteuldise dit :

      Les dictatures du monde se délectent de l’échec actuel de la plus « grande » démocratie du monde. Un bel exemple pour les peuples qui veulent sortir de l’emprise des dictateurs que la démarche est futile: Trump fait le même travail en bafouant les minorités qui aspirent à venir aux États Unis.

      1. igreck dit :

        La baudruche orangée est tout un modèle de leader, même pour les « peupes » affamés de gouvernement autoritaire !

  15. Gilles Morissette dit :

    Je suis en accord avec cette déclaration. La seule façon de se débarrasser du Gros Taré ne passe pas par la destitution. Ceux qui le croient se bercent, à mon avis, d’illusions.

    La solution passe par la voie électorale. Mettre tout en oeuvre et concentrer nos énergies sur les prochaines présidentielles.

    Au mieux,le rapport Muëller donnera aux Démocrates, les munitions nécessaires pour miner la crédibilité du Gros Enfoiré.

    1. igreck dit :

      OMG il faut tenter de miner ce qui n’existe même pas (la crédibilité) ! Ce pays est vraiment dans la m**** !

  16. Guy LB dit :

    *************************
    Il est bien possible, comme le suggère @Apocalypse (17h59) que Pete Buttigieg ne soit qu’en train de se gargariser avec une évidence qui va vite devenir incontournable, mais j’avoue que c’est rafraîchissant à entendre de la bouche d’un politicien américain.

    C’est le genre d’évidences que j’espère entendre répétées sans relâche jusqu’en novembre 2020. Car, me semble-t-il, les américains n’ont pas saisi certaines évidences en 2016. Et ils ont grand besoin qu’on leur assène un message simple : il ne faut plus jamais qu’une figure comme Trump puisse s’approcher de la Maison-Blanche. L’honneur de leur pays a suffisamment été bafoué depuis 2016.

  17. Apocalypse dit :

    @Guy LB – 18:26

    Ne pas oublier que Madame Clinton a tout de même eu plus de trois(3) millions de voix de plus que Donald Trump et pour ceux qui ont pris la peine de prendre de jeter un coup d’oeil sur son programme, plein de bonnes idées pour les américains et une continuité de la présidence de Barack Obama qui n’était pas mauvaise du tout (LOL), encore plus si on compare avec la catastrophe actuelle.

    Madame Clinton a été victime du vol du ‘millénaire’, alors la situation des démocrates n’est pas si désespérée. En fait, le plus grand danger en 2020 vient de Donald Trump et du fanatisme de ses partisans. On met un autre candidat à la place de Donald Trump et disons que les choses regarderaient pas mal COOL :-(.

    Pour finir, pas certain, mais pas certain du tout qu’il faut donner un grand coup à gauche pour 2020, se ramener au centre serait déjà pas mal bien et après, on se tasse tranquillement plus à gauche.

    1. Guy LB dit :

      @Apocalypse :
      C’est bien de nous rappeler ces « détails », parce que dans le chaos assourdissant de l’actualité, ils se perdent; en plus, j’aime bien comme vous attirez l’attention sur l’espoir discret — une promesse non remplie — qui se tapit dans ces faits oubliés : Trump l’a déjà perdue, son élection !

      Passer à un poil de perdre sa maison dans un incendie, c’est catastrophique et traumatisant. Mais quelque chose de bon en ressort invariablement : on saute sur l’occasion de repartir à neuf et l’on apprend à se méfier de ceux qui voudraient jouer avec les allumettes. Les Américains devraient en faire l’expérience en 2020.

    2. papitibi dit :

      Clinton s’est fait souffler l’élection par des règles devenues imbuvables. Ça, je le concède.

      Mais si la potusterie lui a échappé en novembre 2016, faut SURTOUT PAS oublier deux facteurs que les Dems peuvent renverser.

      Le Collège Électoral est là pour rester; il sera là en 2020. Par contre, c’est peut-être pas nécessaire de choisir un/e candidat/e qui polarise autant que Clinton. Pas nécessaire de choisir un/e candidat/e qui ne rallie PAS l’ensemble des sympathisants Démocrates. Sanders qui invitait ses partisans à ne PAS appuyer Clinton? Beurk!

      Enfin, l’arrogance, c’est Beurk et RE-Beurk! Pourqioi faire campagne en Ohio, en Pennsylvanie, au Michigan? C’est gagné d’avance !!!!!!!

      Bin oui. Sauf que ces États gagnés d’avance, Clinton les a échappés. Quelques dizaines de milliers de vote de plus, et elle les aurait remportés. Les trois. Et le Collège Électoral.

      Moi pas croyant, mais…

      Mon dieu donnez-moi la SÉRÉNITÉ
      d’accepter les choses que je ne peux changer,
      le COURAGE de changer les choses
      que je peux changer
      et la SAGESSE d’en connaître la différence.

      Amen. Tout est là.

    3. igreck dit :

      Oui, il faudrait qu’ils la jouent « piano » pour ne par effaroucher les indécis !

  18. treblig dit :

    Si jamais Mueller ne réponds pas à mes (nos) attentes , je suggère de porter une attention toute particulière aux 2 enquêtes (LA et NY) qui portent sur le comité d’assermentation entre novembre 2016 et janvier 2017.

    Ce comité a reçu 102 millions en contribution. Et seulement 60 sont retraçables. Plus des coûts exorbitants demandés par la Trump tower de Washington pour tenir les cérémonies d’investitures. Rien pour le destituer ( du moins pour l,’instant) mais le caractère  » crosseur » de Trump y apparaît en grosse lettres. Bref, son avidité lui nuirait encore une fois.

  19. Mariette Beaudoin dit :

    Le fait qu’il y ait eu 3 millions de votes de plus pour Clinton et que Trump ait été élu malgré ce fait est assez problématique, merci. Y a-t-il eu de la magouille du côté du Collège Électoral ? Trois millions de personnes, c’est environ 40% de la population du Québec. Ça ne peut passer inaperçu aux yeux des Grands Électeurs, il me semble !!! Mueller a t-il enquêté de ce côté ?

    1. treblig dit :

      La composition du collège électoral est connue à l’avance et n’a pas été changée en 2016. C’est la surreprésentation au congrès des états ruraux peu peuplés, du midwest entre autres, qui en est la cause. Et c’est le parti républicain qui en sort grand gagnant.

      Ce n’est pas possible de corriger cette distorsion du vote sans passer par un amendement. Et un amendement demande un vote du 2/3 dans les deux chambres du congrès et un vote du 3/4 des états. Bien évidemment, les républicainsne changeront pas un système qui leur est favorable.

      Cette distorsion va s’amplifier dans le futur est va devenir intenable. Les démographes ont identifié 24 grandes villes ( ou centres urbains) qui vont accueillir 70% de la population d’ici 20 ans. Et les grandes villes votent démocrate sans aucunes exceptions ( y compris les villes des états rouges comme Houston, Dallas et Atlanta qui votent bleues)

      1. Alexander dit :

        Modifier le Collège électoral est utopique tant qu’à moi.

        Les deux partis semblent se polariser dans leurs extrêmes. La solution la plus viable serait de développer un programme vers le centre qui rallierait une majorité solide. Plus facile à dire qu’à faire sans une troisième voie, surtout dans un pays divisé en deux depuis le tout début.

      2. rdnsls dit :

        « …les républicains ne changeront pas un système qui leur est favorable. »

        Et pourtant, à Helsinki en 2018: “The Democrats lost an election, which, frankly, they should have been able to win, because the Electoral College is much more advantageous for Democrats, as you know, than it is to Republicans,” Trump said in the press conference with Putin.

        Qui croire? (sarcasme)

      3. igreck dit :

        Voilà un pays dirigé par des « rustres » !?!

    2. cotenord07 dit :

      @ Mariette Beaudoin (23/03/2019 à 19:36) :

      Dans le système fédéral américain, le Collège électoral a pour but de représenter la volonté des états et de leur population.

      Ce sont donc les états qui édictent quelles sont les règles de fonctionnement de leurs grands électeurs, et par conséquent, les règles de sélection des grands électeurs et les règles suivies par les grands électeurs dans l’attribution de leur vote ne sont pas les mêmes d’un état à l’autre.

      C’est ce qui donne lieu à cette situation qui paraît anachronique à un citoyen non-américain qui observe le système électoral présidentiel de l’extérieur des États-Unis.

  20. Alexander dit :

    Je ne connais pas ce candidat mais ce qu’il dit fait beaucoup de sens. Trop se fier sur l’enquête de Mueller est une mauvaise stratégie car s’il permet de recoller beaucoup de morceaux du puzzle, on est encore loin d’une procédure de destitution qui serait vouée à être bloquée par un Sénat qui a fait la preuve de sa partialité dans le dossier Kavanagh. Ils mangent dans la main de Trump.

    Il faut viser 2020, s’unir derrière les leaders et proposer un meilleur programme que les républicains pour espérer gagner nettement, incluant le Collège électoral.

    Et ce dans le contexte où l’économie américaine est encore vigoureuse. Les économistes voient peut-être certains signes avant-coureurs de problèmes à venir, mais pas la population qui vote.

    Les stratèges démocrates devront s’activer. Ils ont gagné assez nettement le Congrès mais ils doivent maintenant s’attaquer à la présidence et évaluer s’il peuvent ou non reconquérir le Sénat.

    Pas sûr que ça marchera à 100% car les américains ont le don d’encourager les contre-pouvoirs.

    1. kintouai dit :

      Bien dit,mais dans le dernier mot de votre commentaire, je supprimerais «tre-pouvoirs»…

  21. karma278 dit :

    Mayor Pete serait mon choix si j’avions droit de vote aux USA. He’s my man for the future.

    Malgré cela, je prédis une victoire de Tiny aux présidentielles. Sa base est fanatique et lui est d’une fidélité effrayante.

    Je souhaite une victoire de Tiny pour qu’il doive assumer les conséquences de ses idiotes décisions fiscales. Déjà que les indicateurs de récession sont au rouge, s’Il fallait que les dems l’emportent, on en aura pas fini d’entendre Tiny crier à tue-tête que dans son temps c’Était tellement mieux.
    Qu’il soit réélu et que les conséquences frappent fort me semble la seule façon de mettre fin au trumpisme.

    1. Guy LB dit :

      @karma278 :
      Bonne idée de souhaitez une catastrophe à Trump, pour lui faire la leçon… sauf que le nombre de gens qui en pâtiront dépasse largement le cercle familial de Trump et ses disciples républicains. Dans ce que vous espérez, le mal serait vraiment beaucoup plus fort que le remède.

      Ne pas aimer Trump, ça se comprend. Mais il ne faut pas devenir maso pour autant.

      1. karma278 dit :

        @GuyLB

        Rassurez-vous, je ne masoche pas. Au fond, je ne souhaite pas de mal à Tiny, il souffre amplement comme c’est là. À preuve il braille et whine à coeur de journée sur Twitter. Dur dur d’être narcissique!

        Je ne connais pas vraiment de remède suffisamment fort pour soigner le mal que Tiny répand déjà, malgré mes étés d’étudiants à travailler à la pharmacie de mon père. Tounu est toxique, cancérigène, atomique. « Everything Trump touches dies » écrivait un sage récemment.

        Comme il se vante des performances de l’économie depuis son arrivée en poste, je lui souhaite d’y demeurer pour en assumer personnellement les conséquences. Que ce soit lui ou un démocrate au pouvoir, la récession, le krash et l’inflation galopante sont à l’horizon. Je préférerais qu’il soit en poste et doive assumer personnellement les conséquences de ses actes, conséquences qui se feront sentir mondialement, qu’il soit réélu ou non. Changements climatiques, environnement et pollution, DETTE gargantuesque au grand délice de la Chine, etc. Le mur s’en vient. J’eussions préféré qu’Il fut « les 2 mains su’l volant » pendant le crash.
        Je préférerais aussi le voir se débattre dans sa diarrhée que de voir les dems torcher le plancher pour lui.

        Le mur s’en vient, la collusion est inévitable.
        Sans ceinture ni coussin gonflable, de préférence, mais je ne lui souhaite pas de mal… 😉

      2. karma278 dit :

        *
        Tiny et non Tounu, quoi que…
        Collision et non collusion, quoi que…

        LOL Quoi que…

    2. papitibi dit :

      Ouin… mais si Trumpland entre en récession, Trudoland et sa composante LegoLand (ha!) va attraper une grosse grippe sale.

      Sans compter que le Golfeur de Mar a Lago sera sûrement tenté de blâmer ses voisins du Nord et du Sud pour les résultats de ses pitreries. Donc, encore une fois, des surtaxes, des augmentations de tarifs et plein de moues bin molles.

      Et Bâtard, Gérard D. Laflaque sera plus là pour s’essuyer les pieds sur le paillasson jaune. Bou hou hou…

  22. Pierre S. dit :

    —————————

    Le problème demeure entier ….
    Présentement le POTUS 45 n’est pas capable d’occuper ce poste et
    nous sommes toujours à deux doigts qu’il foute volontairement ou pas le bordel
    non seulement au pays mais partout sur la planète.

    Soit par incompétense, malveillance et simplement pour s’amuser ….
    N’allez pas plus loin que ca, il a le niveau de réflexion et la maturité d’un enfant de 12 ans.

  23. karma278 dit :

    *HS mais en lien avec le Twitter de RH

    Bien content que la citation du jour ne soit pas celle de madame Streisand, qui
    aurait dû, bin dû, dont dû se la fermer.

    Pour ceux qui l’aurait manqué, elle a dit:

    « Barbra Streisand says Michael Jackson’s accusers were ‘thrilled to be there’ and his ‘sexual needs were his sexual needs’

    “You can say ‘molested,’ but those children…both married and they both have children, so it didn’t kill them, » she said.
    https://twitter.com/NYDailyNews/status/1109269351927111680

    NEXT please!

    1. Haïku dit :

      @karma278- Incroyable!(sarcasme).

    2. papitibi dit :

      Se faire arracher les deux jambes, ça non plus, ça tue pas.

      Cré Barbie Streisand, va!
      Une catin en (chirurgie) plastique…
      Coudonc, je l’ai-tu baptisée CATIN pis Barbie, là, moé, là? Cé pô grave, à cause que anyway elle en mourra pas.

      Cé donc d’valeur, une si belle voix avec une peau d’vache aussi bien assumée. Meeeuuuuh!

      1. cotenord07 dit :

        @ papitibi (24/03/2019 à 02:12) :

        Pour relativiser les niaiseries dites par Barbra Streisand à propos des victimes de Michael Jackson, j’ai déjà entendu un animateur d’émissions culturelles bien connu de Radio-Canada tenter de défendre ou justifier en ondes le comportement éphébophile d’un personnage renommé du milieu artistique, en affirmant posément que les jeunes qui faisaient l’objet de ses attentions étaient de «vieilles âmes».

        Cet animateur a continué à travailler à Radio-Canada, et il anime encore une émission aujourd’hui.

      2. papitibi dit :

        @ cotenord 8h14

        Les errances de l’animateur n’excusent pas les errances de la diva Streisand. dont je possède moi-même quelques opus.

        Si elle chantait avec sa jugeote plutôt qu’avec ses cordes vocales, elle aurait été lapidée dès la deuxième note de son premier tour de chant. Et moi, j’aurais économisé quelques dizaines de dollars…

        On a la carrière qu’on a. La mienne m’a confrontés, sur le plan professionnel, à des enfants (de 3 à 18 ans) abusés. Souillés. Flétris. Et elle m’aura mis en contact avec des travailleurs sociaux, des psys, des policiers…

        Sans doute suis-je plus sensibilisé que la Streisand. Mais avec cette attitude là, elle fait malheureusement partie du problème. Elle devient le buisson qui soustrait l’agresseur au regard de la société.

        Shameful.

  24. Apocalypse dit :

    @treblig – 20:15

    Merci pour l’explication!

    On a déjà parlé de cette distortion du vote qui fait que le poids du vote des électeurs est (sensiblement) diffférent dépendant d’où vous vivez et bien entendu, au détriment des démocrates.

    Les Pères Fondateurs ont introduit un élément arbitraire dans le système pensant égaliser les choses pour des citoyen(ne)s vivant dans certains états et cela a créé un autre problème qui s’est amplifié avec le temps (i.e. ‘buttlefly effect’).

    Comme vous dites, les républicains ne voudront jamais changer ce système qui les avantagent, autrement ils perdraient les élections une après l’autre et devraient se rapprocher des positions des démocrates pour espérer pouvoir à nouveau gagner.

    1. cotenord07 dit :

      @ Apocalypse (24/03/2019 à 07:00) :

      Ce ne sont pas les Pères fondateurs (« Founding Fathers ») qui ont mis en place le système du Collège électoral, mais bien plutôt les «Framers», soit les 55 délégués des états à la Convention constitutionnelle de 1787, et dont 39 ont signé la Constitution.

      Au début de la Convention constitutionnelle de 1787, le système envisagé par les délégués pour élire le président était le Plan de la Virginie (Virginia Plan), qui prévoyait l’élection du président par les membres du Congrès.

      La Convention constitutionnelle a duré de mai à septembre 1787, et c’est au cours des délibérations et par l’entremise de la publication d’un certain nombre de « Federalist Papers », que le système du Collège électoral a été proposé et adopté, afin de donner aux états le pouvoir de choisir le président, dans un système politique dont le caractère était résolument celui d’une fédération d’états.

      Quant aux Pères fondateurs (« Founding Fathers »), ce sont les philosophes, politiciens et écrivains qui ont dirigé la Révolution américaine, qui a eu lieu de 1776 à 1783.

      1. papitibi dit :

        Qui sommes-nous pour juger de l’opportunité de créer un système électoral conçu pour tenir compte des données démographiques et politiques du 19e siècle?

        Les 13 colonies se sentaient menacées par la mère-patrie. Personne n’avait alors pu prévoir que d’immenses étendues seraient reprises au Mexique et que l’État le plus peuplé de l’Union longerait les côtes du Pacifique. Personne n’avait prévu l’émergence de mégapoles et l’urbanisation accélérée, sinon même sauvage.

        Les outils conçus à l’époque pour protéger la Nation naissante et ses idéaux démocratiques de l’envahisseur britannique, ils sont devenus.un obstacle à la démocratie.

        Too bad. Et il est trop tard pour corriger le tir. Encore plusse pire.

  25. Apocalypse dit :

    @papitibi – 22:32

    Madame Clinton a sans doute commis des erreurs durant sa campagne, mais elles ne sont rien comparativement aux ‘vacheries des ligues majeures’ dont elle a été victime: Bernie Sanders et ses partisans, la sortie de James Comey quelques jours avant le vote, Wikileaks, l’ingérence des Russes dans la campagne, les magouilles sur le financement des campagnes (i.e. les fameux chèques), les médias qui ont joué le jeu de Donald Trump et j’en passe…

    Certes, Madame Clinton n’était pas parfaite, mais c’était néanmoins une excellente candidate qui s’est fait volé l’élection.

    Vous avez bien raison, il reste qu’elle était, jusqu’à un certain point, polarisante et espérons qu’on fasse le bon choix chez les démocrates, car quatre(4) ans de plus avec Donald Turmp et on peut se demander si les Etats-Unis pourront survivre :-(.

  26. Apocalypse dit :

    @cotenord07 – 08:03

    Merci beaucoup pour la mise au point!

    On s’entend que le système actuel ‘is outdated’ et qu’il aurait besoin d’une sérieuse mise à jour pour rendre justice au peuple américain.

  27. FlorentNaldeau dit :

    Il y a quelques jours, j’ai mentionné l’excellente impression que me faisait ce candidat (même si je l’ai malencontreusement identifié comme maire de Tampa): réfléchi, posé et pratiquant une pensée stratégique à long terme, ce dont plusieurs des nouvelles jeunes vedettes Démocrates au Congrès semblent physiologiquement incapables. Il est probablement encore trop jeune et pas assez connu pour décrocher la nomination à titre de président, sans compter un léger déficit de charisme flamboyant, mais il pourrait certainement être un candidat sérieux à la vice-présidence. Et il apporterait une certaine diversité au « ticket »; un VP homosexuel constituerait un intéressant contraste avec Mike Pence.

    @cotenord07
    Il est à noter que certains des Pères Fondateurs ont aussi participé à la Convention de Philadelphie qui a mené à l’adoption de la Constitution, par exemple Franklin, Hamilton, Washington, Dickinson et Madison. D’autres étaient absents pour diverses raisons, y compris dans le cas de Jefferson et Adams leurs missions comme ambassadeurs en Europe et en Angleterre. Ce qui n’a pas empêchè les idées d’Adams dans « Thoughts on Government », notamment la répartition des pouvoirs entre trois branches, les divers contrepoids et un Congrès bicaméral, d’être adoptées dans le système en existence depuis.

    Comme vous le soulignez, une bonne partie des choix des auteurs de la Constitution résultent d’un souhait de protéger les États individuels contre le pouvoir hégémonique du gouvernement central. La pertinence de certains mécanismes s’est émoussée avec le temps, mais ils sont coulés dans le béton de l’Histoire et de la tradition.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :