Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

01_Beto_Final_Campaign_Rally_IPA_TT_1552232634576_76670234_ver1.0_640_360

Un message axé sur l’unité nationale. Un visage jeune reflétant un changement générationnel. Un don pour créer des moments viraux sur les réseaux sociaux et attirer l’attention des médias traditionnels. Un réseau de petits donateurs à l’échelle nationale. Beto O’Rourke, qui vient d’annoncer sa candidature à l’élection présidentielle de 2020, ne manque pas d’atouts. Et son entrée dans la course à l’investiture démocrate risque de la transformer. Mais l’ancien représentant démocrate du Texas a aussi des faiblesses qui pourraient compliquer ses ambitions présidentielles.

Le politicien de 46 ans a perdu sa dernière élection en novembre dernier face au sénateur du Texas Ted Cruz. Il ne compte pas sur une solide organisation nationale comme un Barack Obama en 2008. Il n’est associé à aucune idée maîtresse susceptible de justifier sa quête, sauf celle d’être un rassembleur. Il n’a aucune réalisation majeure à son palmarès. Il est un homme blanc dans un parti qui fait la fête aux femmes et aux minorités, et qui pourrait accueillir bientôt parmi ses candidats présidentiels une autre figure charismatique ayant perdu sa dernière élection, Stacey Abrams.

Reste à voir si les atouts de Beto O’Rourke lui permettront de triompher de ses faiblesses. En attendant, voici la vidéo dans laquelle il annonce sa candidature et lance ce message :

«C’est un moment déterminant de vérité pour ce pays et pour chacun d’entre nous. Le défi auquel nous faisons face aujourd’hui – les crises interconnectées de notre économie, de notre démocratie et de notre climat – n’a jamais été plus grand. [Ces crises] nous consumeront tous, ou elles nous offriront notre plus grande opportunité de libérer le génie des États-Unis d’Amérique.»

(Photo Getty Images)

67 réflexions sur “Les atouts et les faiblesses de Beto O’Rourke

  1. Emalion dit :

    J’ai l’impression que c’est trop tot dans sa carrier, je le verrais plus comme vice-president d’un joe biden ou tout autre candidat plus ages de valeurs.

  2. spritzer dit :

    Sa candidature m’irrite plus qu’autre chose. Les démocrates et le pays ont besoin de quelqu’un de solide et je n’ai pas l’impression que O’Rourke l’est, mais il insiste pour avoir le poste alors qu’il doit bien savoir au fond de lui qu’il n’a pas ce qu’il faut.

    1. Emalion dit :

      Anyway avec la quantité de candidat le risqué qu’il se rende au bout du processus reste minime. Par contre, il va se faire connaitre et peut-être dans 10 ans il sera un bon candidat a la présidence.

    2. Benjen Stark dit :

      Je pense que sa campagne va tourner en dérision assez rapidement. Le mec est trop « phony », tout est tellement sur-travaillé, surproduit dans son cas qu’on se tanne de le voir assez rapidement.

      Son « feature » dans Vanity Fair est un bel exemple.

      https://pbs.twimg.com/media/D1ljUNcX0AETfEI?format=jpg&name=900×900
      https://pbs.twimg.com/media/D1kxMJAUcAAaFmE?format=png&name=900×900

      Non mais, regardez-moi ce pauvre Labrador, il semble lui-même avoir honte d’être pris dans ce cirque.

      1. Gilles Morissette dit :

        @Benjen Stark

        C’est lorsqu’on lit un commentaire aussi insipide que le vôtre que l’expression « phoney » prend tout son sens..

        Se servir d’un « Labrador » pour dénigrer la candidature d’O’Rourke? Peut-on être plus minable que ça? Il semble que dans votre cas, la réponse soit « OUI ».

        Continuez à vous prosterner pour vénérer votre gourou. C’est là où se trouve « le cirque ».

    3. Bartien dit :

       » Les démocrates et le pays ont besoin de quelqu’un de solide…. »

      Bizarrement vous me donnez souvent l’impression de défendre trump alors que là vous écrivez que le pays a besoin de quelqu’un de solide, est-ce moi qui ne comprends pas?

      1. spritzer dit :

        @Bartien

        J’ai approuvé Trump dans son désir d’améliorer les relations avec la Russie, même si c’était pour des raisons personnelles, et son idée de négocier une entente avec Kim. Mais comme il n’est pas quelqu’un de solide, qu’il est désorganisé, qu’il ne sait pas s’entourer, il n’a pas su mener à bien ces deux projets.

        Si je donne l’impression de défendre Trump c’est que je vois le russiagate comme une arnaque pour le couler et empêcher une amélioration des relations avec la Russie, et je pense aussi que son entourage, Bolton, Pompeo et surement d’autres, sabotent les négociations avec la CdN.

        Je donne un peu de mérite à Trump pour avoir envisager ces deux avenues avec la Russie et la CdN, mais il est trop épais pour rien faire de bon.

      2. kelvinator dit :

        « je vois le russiagate comme une arnaque pour le couler et empêcher une amélioration des relations avec la Russie »

        Vous supportez les visées impérialistes des autres pays si l’invasion de la Crimée ne vous empèche pas de vouloir des bonnes relations avec la Russie? Vous devez aussi être pour une intervention militaire américaine au Venezuela si vous voulez rester logiqwue avec vos positions, mais j’ai comme l’impression que ce qui s’applique aux russes ne s’applique pas du tout aux USA, je me trompe??

      3. spritzer dit :

        @kelvinator

        Le jour où les Vénézuéliens voteront à 95% pour un rattachement aux États-Unis, je n’aurai pas d’objections à voir l’armée US débarquer à Caracas.

    4. Anne-Marie dit :

      Qu’est qui vous dit qu’il n’a pas ce qu’il faut ? Le gros zouf n’a définitivement pas ce qu’il faut et a obtenu la job. Il avait zéro expérience et selon ce que je lis sur ce blog son seul avantage était d’etre âgé. Je pense qu’au contraire ses chances sont excellentes.

      1. spritzer dit :

        @Anne-Marie

        Si tous les zoufs peuvent devenir président, on est pas sorti du bois… 😉

      2. Bartien dit :

        « Si tous les zoufs peuvent devenir président, on est pas sorti du bois… 😉 »

        Vous pouvez enlever le « Si » de votre réponse…il est évident que trump a ouvert la porte à tous les zoufs du pays, étant lui-même un zouf Olympique.

        Alors on est pas sorti du bois en effet

      3. Rustik dit :

        @Kelvinator,
        L’annexion de la Crimée est très compliquée. Dans nos journaux ont entend seulement la version « invasion », dans la réalité, il y a un paquet de citoyens de là-bas qui sont réellement pro-russe et qui ont vu l’annexion comme une libération. Combien? Là c’est une intéressante question, mais c’est certainement une portion importante.

  3. Alexander dit :

    Peu importe le ou la candidate, ça prend un leader, un rassembleur, dont le mandat premier sera d’essayer de recoller la fracture grande ouverte de l’ère Trump.

    Une idée maîtresse derrière laquelle les américains pourront s’aligner.

    Respect America.

    Car avec Trump, le respect a foutu le camp. Au pays et sur le plan international.

    Faut remplacer la division et les guerres d’intérêts par la recherche de compromis et d’aller chercher le meilleur des idées des deux camps.

    On appelle ça du leadership pour remplacer la dictature.

  4. Martin Cote dit :

    Ça commence à faire du monde à la messe….en autant que tout ce beau monde se regroupe derrière la gagnant après les primaires……Quant a Ô’Rourke, je le verrais plutôt colistier avec Biden…ceci lui permettrait d’aller chercher l’expérience qui lui manque pour un ticket en 2024….

  5. RICK42 dit :

    Beto n’est pas un jeunot sans expérience politique…quel était le bagage politique de John F. Kennedy avant de devenir président? Si les Répus l’ont cible dans une publicité malveillante, c’est qu’il est dangereux pour Trump…

    1. leonard1625 dit :

      Sérieux Rick42?

  6. leonard1625 dit :

    Tant que le rapport Mueller ne sortira pas, on ne saura pas quel sorte de chef les démocrates ont besoin. Tant qu’au Southern District of New York, ils sont trop en retard.

  7. Apocalypse dit :

    ‘Le politicien de 46 ans a perdu sa dernière élection en novembre dernier face au sénateur du Texas Ted Cruz.’

    ‘… a perdu…’ J’ai eu la même pensée!

    En regardant le groupe de candidat(e)s, on est forcé de penser en terme du moins mauvais choix, plutôt que du meilleur, ce qui n’est pas un bon signe.

    Bien hâte aux débats pour voir si le ou la perle rare se manifestera!

    Personnellement, j’aime bien Madame Harris, mais bien peur qu’elle parte avec une couple de prises contre elle: une femme et la couleur de sa peau! Well, on verra bien…

    1. @Apocalypse « Personnellement, j’aime bien Madame Harris, mais bien peur qu’elle parte avec une couple de prises contre elle: une femme et la couleur de sa peau! »

      Vous ne connaissez pas très bien le parti démocrate actuel apparament. Ses « deux prises contre elle » sont en fait deux points d’intersectionnalité au départ, c’est très avantageux pour elle. Si elle était musulmane ou portait un voile, elle serait invicible.

      1. el_kabong dit :

        @andoni machin
        « Si elle était musulmane ou portait un voile, elle serait invicible. »

        C’est certain, avec ce genre d’images que vos ti-namis ripoux-libans ne manqueraient pas de diffuser constamment…
        https://pbs.twimg.com/media/D0vHrlkX4AEgGDH.jpg:large

      2. gl000001 dit :

        « Si elle était musulmane ou portait un voile, elle serait invicible. »
        Déconnecté. Comme d’habitude.

      3. Gilles Morissette dit :

        @Andoni Goikoeetxea

        On voit qu’avec ce genre de commentaire dont vous seul avez le secret, que vous êtes toujours bien connecté sur la vrai réalité et non pas celle issu de votre monde imaginaire.

  8. monsieur8 dit :

    « un parti qui fait la fête aux femmes et aux minorités ».

    C’est très bien ça. Mais ce parti ne doit pas oublier que sa base traditionnelle, ce sont les travailleurs de la classe moyenne, tous sexes et couleurs confondus. Les partis de gauche d’un peu partout dans le monde font la même erreur : ils embarquent à fond dans le train du droit des minorités, mais laissent sur le quai leur électorat historique : les pauvres et les travailleurs. Ça laisse un trou béant, que les populistes s’empressent de combler.

    1. kelvinator dit :

      Comment croyez-vous que les partis de gauche dans le monde laisse de coté les travailleurs? Ça semble un peu gros comme affirmation puisque l’on parle de dizaines et dizaines de partis de gauche.

      1. gl000001 dit :

        Les partis de gauche n’ont pas « laisse de coté les travaillleurs ».
        Ce sont beaucoup de travailleurs qui ont lâché les partis de gauche à cause des changements trop vite. Même si ces gens votent à gauche, ça ne veut pas dire qu’ils adhèrent à tous ce que ces partis proposent. Si ils vont trop vite, ça peut en faire débarquer plusieurs.

      2. kelvinator dit :

        Trop vite dans le sens de proposer des objectifs trop à gauche, ou vouloir aller trop rapidement dans la résolution de problème sans vraiment regarder le problème en détail et arriver en fin de compte avec des solutions qui cadre mal avec la réalité? Qui cadre mal parce que le noeud du problème ne fut pas reglé. Par exemple, la taxe sur l’avoir de Warren ne regle en rien les inégalités, c’est une fausse solution à un vrai problème complexe. Un peu comme ramener Glass Steigel pour Sanders en 2016, ça fait du sens au premier coup d’oeil, mais sa ne tient pas la route si on regarde les détails. Puisque la large majorité des américains n’est pas bien informé politiquement (la moitié manque le test de citoyenneté amnéricaine), ces objetifs récolte beaucoup d’appui, malheureusement…

      3. gl000001 dit :

        Une savante combinaison des deux. Et on peut rajouter la démonisation « socialiste » qui vient par la droite 🙂

  9. Louise dit :

    Si on regarde la liste des candidats présidentiels, ils ont tous et toutes des atouts et des faiblesses.
    Qu’est-ce qui va faire la différence au bout du compte ? Un programme pas trop radical et une grosse dose de charisme.
    Pour le charisme O’Rourque est très bien pourvu et pour son programme, ça reste à voir.
    J’aime bien l’idée que Biden soit un président de transition pendant que les jeunes autour de lui prendront de l’expérience.

  10. Gilbert Duquette dit :

    Je crois que la plupart des jeunes candidats se positionnent pour la campagne 2024. Sachant que 2020 sera le chant du cygne pour certains candidats plus expérimentés.

    Voici une liste des candidats de moins de 60ans en date d’aujourd’hui :
    Cory Booker 49 ans, Julian Castro (44), John Denlay (55), Amy Klobuchar (58), Tulsi Gabbard (37), Kamala Harris (54), Andrew Yang (44), Beto O’Rouke (46), Pete Buttigieg* (37), Kristen Gillibrand* (52), Wayne Messam* (44),

    Et ceux de de plus de 60 ans :
    John Hickenlooper (67), Jay Inslee (68), Bernie Sanders (77), Elizabeth Warren (69), Marianne Williamson (66).

    *Pete Buttigieg (37), Kristen Gillibrand (52), Wayne Messam (44), Ne sont pas candidats officiels mais ont un pied à l’intérieur.

    Et maintenant ceux qui considèrent se présenter :

    Former Georgia House Minority Leader Stacey Abrams
    Sen. Michael Bennet
    Former Vice President Joe Biden
    Montana Gov. Steve Bullock
    New York Mayor Bill de Blasio
    Former Secretary of State John Kerry
    Former Virginia Gov. Terry McAuliffe
    Rep. Seth Moulton
    Rep. Tim Ryan
    Rep. Eric Swalwell

    Question : Dans tout les candidats de moins de 60 ans, y a-t-il une personne qui ressort de ce lot et qui aurait une chance contre les 60 ans et plus ou un Bill de Balsio??? O’rouke, Buttigieg, Klobuchar, Yang, Gillibrand.

    Ces jeunes ont justement la jeunesse, le verbe, la réplique sarcastique et rapide (ex.: Buttigie) un côté social-démocrate qui ferait l’envie des Libéraux du Canada, mais ils leurs manquent une chose, se différencier l’un de l’autre (du moins jusqu’à maintenant) et ma crainte est qu’ils ne s’entredéchirent pour rien.

    P.S. Un frisson vient de me passer dans le dos car je réalise que Trump a des chances de l’emporter en 202 si les démocrates continuent dans cette voie.

    1. Gilbert Duquette dit :

      EN lisant le commentaire de Louise, j’ai réalisé que j’avais oublié le point le plus important : Tout ces jeunes ont en commun ne grosse dose de charisme comme l’écrit si bien Louise.

  11. Loufaf dit :

    Regardez le zouf qui trône présentement à la MB, c’était quoi son expérience en politique? Et ses réalisations ? A part ses faillites et ses magouilles en tout genre. Ce qui ne l’a pas empêché d’être élu et président par surcroît! Alors, le manque d’ expérience de Beto…. que ce ne soit pas pour cette raison, que sa candidature soit rejetée. Par contre, je ne crois pas qu’ il rapportera l’ investiture, surtout si Biden se présente. Par contre, je rejoins d ‘ autres blogueurs qui le voit colistier d’un ou d’ une présidente.

    1. Gilbert Duquette dit :

      @ Loulaf

      Trump avait pour lui en 2014-16 le charisme, le verbe assassin, et le seul sans véritable expérience politique donc, il pouvait attaquer sur ce point (drain the swamp) et sortir du lot des candidats. Les jeunes démocrates partagent tous ces trois points et il est donc très difficile de ressortir du lot quand les autres partagent vos forces.

      Bref en 2014-16 Trump était seul de son groupe. Ce qui n’est pas le cas pour les démocrates de 2020.

      1. jcvirgil dit :

        Vous oubliez un point essentiel qui explique la victoire de Trump ,il est milliardaire et au pays du capitalisme extrême c’est sûrement une qualité en plus de traîner un aura de réussite sociale. Pour plusieurs électeurs , quand on gratte pas trop sur la manière de faire qui a apportée un tel succès, un homme qui a réussi à amasser une fortune sait surement quoi faire pour apporter la prospérité à un État.

        À plus petite échelle Legault s’est aussi servi de cet argument pour convaincre les Québécois et ça fonctionné !.

      2. Loufaf dit :

        @ Gilbert Duquette 09:05 Vous permettez que je change le mot charisme en ce qui concerne le zouf par: grande gueule et notoriété de télé-réalité!

  12. kelvinator dit :

    « Il n’est associé à aucune idée maîtresse susceptible de justifier sa quête, sauf celle d’être un rassembleur. »

    N’est-ce pas un peu comme le YES WE CAN d’Obama en 2008?
    Il n’avait pas vraiment fait grand chose pour se faire connaitre avant, mais avait un bon message rassembleur? L’organisation nationale va surement se faire s’il domine les sondages, les gens vont le suivre.

  13. gl000001 dit :

    Le président n’est pas seul à décider (il n’y a que trump qui fait ça).
    Un rassembleur va bien s’entourer et ça, ça attire les gens. Comme le PQ à l’époque de René. Il y avait de très grosses pointures là-dedans !!
    trump à juste « réussi » à attirer des suiveux. (Ou « russie » à attirer …)

  14. papitibi dit :

    Il manque de coffre.
    Dans la course à l’investiture, il ne sera pas l’une des têtes d’affiche.
    Mais bon, il lui faut de l’exposure, et la course lui en fournira.

    Perso, je crois que c’est cette exposition RÉ-GU-LI-ÈRE aux médias nationaux qu’il recherche; ça vaut de l’or. De mémoire, il me semble par ailleurs qu’il peut galvaniser une foule; voilà qui pourrait être payant… même à court terme.

    Qui sait, il vise peut-être le homerun en 2020 mais j’ai vraiment l’impression qu’il veut obtenir un but sur balle et être poussé au marbre par plus gros (plus vieux) cogneur que lui… VP en 2020, un POTUS qui ne se re-présente pas en 2024 pcq déjà trop âgé en 2020 ?

    Who knows?

    1. kelvinator dit :

      Il a quand même failli battre le 2e aspirant républicain après Trump dans son État texan… C’est pas rien non plus. Surtout que la gauche de la gauche s’évertue à accuser de corruption quiconque accepte de très loin l’argent qui vient des corporation. C’est un avantage qu’il n’est pas de coffre!!!

  15. Alexander dit :

    On vit dans un monde d’image. Et de cash, on est aux EU. Le branding du candidat deviendra hyper important.

    O Rourke semble avoir un discours rassembleur qui me rejoint. Mais il est très jeune.

    Biden, s’il finit par se présenter, a l’image du sage et est très connu.

    Harris est une femme, noire, brillante et il faudra voir où se situent ses positions. Elle est dans le même groupe d’âge qu’Obama. Moins de gériatrie avec elle. Elle peut rejoindre tout un pan de l’électorat.

    Sanders a aussi de la notoriété et semble beaucoup plus à gauche et pourrait trop vouloir brasser la cage.

    Et j’oublie les autres qui pourraient se faufiler comme Booker.

    L’âge et le niveau d’énergie seront aussi un facteur.

    Bref, les faiseurs d’image démocrates, et le cash qui va avec, devront choisir la meilleure figure de proue et le meilleur message et le marteler.

    Le MAGA de Trump a quand même été très efficace, même si c’est de la pure bouillie pour les chats.

    Image claire, message simple et clair.

    Et SVP, pas trop de squelettes dans le placard, ça fait les délices de tous les brasseurs de merde de chaque parti.

    1. Richard Hétu dit :

      Ça me fait sourire quand on dit qu’un homme de 46 ans est «très jeune». Dans le cas de Beto, le mot inexpérimenté serait peut-être plus juste, non?

      1. Gilbert Duquette dit :

        @ M. Hétu.

        Oui inexpérimenté est le mot juste pour O’rouke et certains autres  »jeunes » candidats

      2. Alexander dit :

        Bonjour Monsieur Hétu,

        Moi aussi ça m’amuse, mais quand on y pense, Trump, Biden,,Sanders et autres septuagénaires pourraient tous être leur père. Méchant gap de génération.

        Il y a une espèce de gériocratie qui s’est installée aux EU. Les vieux mènent le show et s’accrochent.

        M. Obama est dans la cinquantaine et symbolisait le changement générationnel. Même Mme Harris à 54 ans passe pour une jeunesse à comparer des 3 premiers. C’est dire.

        L’expérience, j’y crois mais tout est relatif. Les capacités et le leadership feront foi de tout.

        Peu importe l’âge.

      3. kelvinator dit :

        « Il y a une espèce de gériocratie »
        Ça tient surtout au fait que ça prend du temps se faire connaitre et développer son branding de personnalité politique. Si on passe 20-30 ans à se faire connaitre, c’est normal qu’on veuille profiter de tout ce travail et rester en politique un peu plus longtemps. La génération X est aussi moins importante démographiquement que les Baby-Boomers, ce qui laisse proportionnellement un peu moins de relève pour les 40-50 ans.

  16. Apocalypse dit :

    HS – On parlait il y a quelques jours comment le père de Jared Kushner lui avait acheté une place à Havard, pour ceux qui pensent que c’est un cas isolé, vous allez avaler votre café de travers en écoutant cette vidéo:

    https://www.youtube.com/watch?v=vD1_wc_cI2I

    DOJ Prosecuting Its Largest College Admissions Cheating Scheme Ever | Velshi & Ruhle | MSNBC

    On parle de centaines d’enfants talentueux et doués qui se font tasser des meilleures institutions au profit de qui, d’enfants dont les parents ont les moyens et les ressources pour littéralement leur acheter une place dans ces institutions; tous les coups sont permis, même les pires magouilles.

    On s’entend que parmi ces enfants de riches, un certain nombre sont sans doute talentueux, mais tous, oh que nous ne sommes pas certain.

    1. kelvinator dit :

      Est-ce que quelqu’un en 2019 croyait vraiment que Harvard était la meilleure université? La plus cher et prestigieuse, peut-être, mais la meilleure?!

  17. Toile dit :

    Premiere réaction: l’abobimnale vidéo d’hier trouve son explication dans la candidature de O’Rourke qui, aux yeux des ripoux, a une certaine valeur dont il est préféable de décapitée immédiatement l’ascension.

    Trop vieux, trop à gauche, trop jeune, pas assez d’expérience. On est en début de cette course dont plusieurs s’auto élimineront. Laissons les se démarquer. On verra bien assez tôt.

  18. Apocalypse dit :

    @Richard Hétu – 09:01

    Dans le monde de la politique, 46 ans, c’est effectivement l’impression que cela donne. Je suppose que la présence de politicien(ne)s beaucoup plus âgés aux Etats-Unis aide dans cette perception.

    Au Québec à la CAQ, on a des ministres qui sont bien plus jeunes que 46 ans et personne n’en fait un plat. Entre, Simon Jolin-Barette, 32 ans et Geneviève Guilbault, 36 ans, qui ont tous les deux des postes extrêmement importants.

    Effectivement, inexpérimenté dans le cas de M. Beto est le bon mot.

  19. jcvirgil dit :

    Une réflexion tirée du dernier essai de JF Lisée apporte selon moi un éclairage intéressant sur la joute politique telle qu’on la connait aujourd’hui: *Entre le tiers et la moitié de la population, explique Lisée, n’a « aucun contact régulier avec la vie politique telle que relatée par les médias ». Imaginez la difficulté pour les rejoindre.

    C’est sûrement la même chose aux États-Unis et ça explique pourquoi les clips assassins sont si populaires chez les partis politiques. Un fort pourcentage de citoyens votent sur des impressions plutôt que sur les programmes des partis qu’ils ne prennent pas le temps de lire et vont rechercher ce qui confirme le choix inconscient qu’ils ont déjà fait.

    Cela devient d’autant plus difficile de faire changer d’idée un Républicain ou un Démocrate convaincu et les partis politiques travaillent dans le fond sur les marges, ces fameux *indécis*

    1. quinlope dit :

      C’est ce qui faisait dire à Churchill, je crois, que pour constater la fragilité de la démocratie, il suffit de parler politique pendant quelques minutes à l’homme de la rue.

      «The best argument against democracy is a five-minute conversation with the average voter» W. Churchill

    2. kelvinator dit :

      Cette marge d’indécis augmente à chaque année en plus.
      Et c’est aussi connu que les électeurs votent plus contre un parti que pour, réflexe accentué chez les indépendants qui n’ont pas d’attachement particulier envers un ou l’autres. Ce vote contre est bien souvent motivé par une vision subjective du parti.

      Cette article de Pew parle un peu de la situation des indépendant aux USA :

      5 facts about America’s political independents
      – Independents outnumber either Democrats or Republicans.

      – The most frequently cited factor for leaning toward a party is the harm caused by the opposing party’s policies.

      – Independents who lean toward a party do not feel very warmly toward its members.
      http://www.pewresearch.org/fact-tank/2016/07/05/5-facts-about-americas-political-independents/

      1. jcvirgil dit :

        @kelvinator

        Intéressante analyse que vous avez mis en ligne. Mais dans les faits ces *independants* sont des independants à tendance democrate ou republicaine,n’ayant pas d’autres options pour qui ils pourront finalement voter.

        Ce qui prouve une fois de plus que le système démocratique américain manque sur l’offre politique mise à la disposition de ses citoyens.

  20. quinlope dit :

    Perso, c’est une question de «feeling», mais j’aime bien Elizabeth Warren pour son expérience professorale et de Sénatrice ayant toujours défendu les droits des consommateurs et Kamala Harris pour ses origines et le chemin parcouru comme procureur et A.G. de Californie.

    Mais, ça, ce sont mes «feelings».

    Chaque américain aura les siens et le malheur c’est que l’argent et les magouilles pourront brouiller les cartes.

    Le grand espoir qui demeure c’est que parmi les très nombreux candidats déclarés ou à venir chez les démocrates, aucun n’a une feuille de route aussi pauvre que celle du 45e.

  21. Absalon dit :

    Je cultive le rêve fou que le Texas vire au bleu. Donc Vive Beto ! Il peut le faire.

  22. papitibi dit :

    J’ai essayé de répondre à Richard Hétu (09h01).
    Deux fois.
    Deux fois, mon commentaire a été perdu dans la stratosphère. Et du moins pour le deuxième essai, oui, oui, oui, la page avait été dûment rafraîchie avant.

    Terminé pour aujourd’hui, donc.

  23. jaylowblow dit :

    « …elles nous offriront notre plus grande opportunité de libérer le génie des États-Unis d’Amérique. »

    Est-ce que Beto O’Rourke est en train de dire que s’il devient président il va gracier Trump?

  24. Gilles Morissette dit :

    J’aime bien O’Rourke. Il représente le renouveau, la fraîcheur, la possibilité d’un pays axé sur des valeurs humaines. Nul doute qu’il saura attirer une clientèle qui ne s’est pas toujours intéressé à la politique.

    Son entrée dans la course à l’investiture démocrate va amener un brassage d’idées qui pourrait être bénéfique au Parti Démocrate.

    Cependant, je ne crois pas qu’il ait encore ce qu’il faut pour être président. Son manque d’expérience constitue sa principale faiblesse et son organisation manque cruellement de moyens. Or, pour ce genre de course, il faut du fric, beaucoup de fric et une organisation solide, comme celle que le président Obama avait à l’époque.

    Les USA auront besoin d’un figure rassurante qui apportera un peu de calme et de sérénité après la période tumultueuse qu’elle vit présentement. Je ne crois pas, malgré ses belles qualités, que O’Rourke corresponde à ce profil. Biden, Warren et même Harris y correspondent parfaitement.

    Q’il se fasse élire au Congrès en 2020 et qu’il aille prendre un peu d’expérience dans la jungle politique de Washington. Ce serait un bon début.

    N’est ce pas ce que le président Obama avait fait en 2004 en se faisant d’abord élire sénateur de l’Illinois avant de devenir président 4 ans plus tard?

  25. P.L. dit :

    Ce que je retiens de ce billet :  » Il est un homme blanc dans un parti qui fait la fête aux femmes et aux minorités, et qui pourrait accueillir bientôt parmi ses candidats présidentiels une autre figure charismatique ayant perdu sa dernière élection, Stacey Abrams. »

    Mme Abrams songe à faire le saut ! Mais c’est génial, je l’adore ! J’ai hâte de suivre tout ça.

  26. el_kabong dit :

    Le clown orange à propos de O’Rourke : « Trump says Beto had a lot of hand movement, wonders if he is crazy »…

    Il en rate pas une…

  27. Syl20_65 dit :

     »Il en rate pas une… » Elkabong

    Et ses propagandistes de faux news ont changé de cible. AOC aura un peu de répit alors que O’Rourke est leur nouveau nonosse à gruger.
    L’andouille se moque de ses mains et les innocents de fox se moquent du fait qu’il lit.
    On voit la capacité de la crapule et sa swamp arrivent à relever le débat. Misère!

    https://www.rawstory.com/2019/03/fox-friends-try-knock-beto-orourke-big-plus-reads-books/

  28. J’ai lu quelques articles sur Beto pendant mon heure de lunch; il est essentiellement un Justin Trudeau américain, un petit fils à papa blanc, né dans le richesse qui sent le « White Priviledge » à plein nez.

    1. Gilbert Duquette dit :

      @ Andoni Goikoetxea

      C’est plus qu’encourageant ce que vous venez d’écrire. N’oubliez pas que M. Justin Trudeau est actuellement Premier Ministre du Canada avec une majorité parlementaire.

      Avec la nomination de Monsieur Trudeau comme chef du parti Libéral, les libéraux ont vu le vote libéral passer de 2 783 175 en 2011 à 6 833 090 en 2015. En terme de députés il sont passé de 34 à 184 en terme de % des voix ce fut un gain de 19 à 40%.

      Merci de nous faire réaliser à quel point un jeune ayant du charisme, et une tête sur les épaule, peut amener les gens à sortir à coup de pied au cul un dinosaure corrompu (Harper dans le cas du Canada et Trump aux USA)

    2. 430a dit :

      N’êtes vous pas aussi un privilégié blanc?

    3. el_kabong dit :

      @andoni machin
      « … un petit fils à papa blanc, né dans le richesse qui sent le « White Priviledge » à plein nez. »

      Je parie que vous n’avez aucune idée du comique de votre commentaire…

  29. RICK42 dit :

    Quel comique vous faites, Andono… continuez à nous amuser…

  30. Pierre S. dit :

    ————————————

    parlez nous donc du fils à papa qui sévit présentement à la maison blanche.
    Nul besoin de gâcher votre heure de lunch pour celui là.

  31. Mariette Beaudoin dit :

    Il est à espérer que les pays du monde entier gardent un oeil sur l’administration Trump afin que les élections ne soient pas truquées. Sinon, même les candidats les plus méritants seront varlopés.

Répondre à el_kabong Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :