Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

joebiden2020update

«Les pièces d’une campagne présidentielle de Joseph R. Biden Jr. sont en place : ses principaux conseillers ont commencé à offrir des postes de campagne à des stratèges démocrates aguerris. Ils songent à un quartier général au Delaware ou à Philadelphie et à une date de lancement au début d’avril. La famille de M. Biden est à bord – sa femme, Jill, l’est de façon enthousiaste.»

Mais il y a encore un doute, rapporte le New York Times après avoir commencé un article sur l’ancien vice-président par le paragraphe qui précède.

Et ce doute, c’est Joe Biden lui-même qui l’éprouve. Même s’il devance dans la plupart des sondages Bernie Sanders et les autres candidats démocrates à l’élection présidentielle de 2020, même s’il incarne une approche susceptible d’attirer les démocrates modérés, il hésite. Il craint pour son fils Hunter, pour des raisons que j’ai expliqués dans ce billet. Et il ne veut pas se lancer dans la course sans être convaincu qu’il peut gagner l’investiture démocrate.

Le Times cite plusieurs supporteurs influents de Joe Biden, dont le président de l’Association internationale des pompiers, un important syndicat. «Nous avons besoin d’un candidat qui peut parler à l’ensemble du pays, qui peut parler à l’électorat que le parti a perdu, et cela inclut certains de mes membres qui étaient des démocrates fiables», dit Harold Schaitberger.

Le Times cite aussi le représentant démocrate de Louisiane Cedric Richmond, ex-président du Congressionnal Black Caucus, qui est non seulement convaincu que Biden se lancera dans la course mais également qu’il est «le meilleur candidat pour battre Trump».

Mais le Parti démocrate voudra-t-il vraiment être représenté en 2020 par un politicien blanc de 77 ans dont les positions dans les années 1990 suscitent encore aujourd’hui la controverse? Joe Biden doit lui-même se poser la question.

(Photo Getty Images)

36 réflexions sur “Tout est prêt pour la campagne de Biden, sauf…

  1. Emalion dit :

    C’est un peu aberrant que le prochain candidat doit être plus blanc que blanc (je ne parle pas de couleur de la peau bien sure). On parle d’histoire de famille meme pas du candidat. Trump baigne dans les scandales et ca passe comme une lettre a la poste.

    1. Guy LB dit :

      @Emalion à 7h19 :
      Vous avez parfaitement raison. Il est aberrant de gaspiller autant d’énergie à se demander qui serait un candidat acceptable. En remplacement de Trump, à peu près n’importe qui fera l’affaire.
      The KISS principle : « Anybody but Trump ! »

  2. treblig dit :

    Je ne veux pas faire de l’âgisme mais … ( suivi ici d’une réflexion généralement âgiste).

    1. Emalion dit :

      oui, mais malheureusement des jeunes candidats de qualité et qui provoque un soupsçon d’enthousiasme pour le moment du côté démocrate c’est pas ce qui pleut. Vaut mieux échanger un genie instable de 77ans contre un vieux démocrate plate.

      1. treblig dit :

        La seule préférence que j’ai est un candidat démocrate susceptible de battre décisivement Trump.

        Par décisivement, j’entends un score de plus ou moins 55% ( légèrement au dessus d’Obama à 53% en 2008). De façon à éliminer toutes contestations de Trump sur la validité du vote

  3. quinlope dit :

    Que celui qui est sans défaut lui lance la première pierre.

  4. Michèle dit :

    Tout(e) candidat(e) démocrate qui se présentera à l’investiture présidentielle sait qu’il(elle) subira les affres de iQ45 à la puissance 1000.
    À 77 ans, Binden doit se demander s’il a encore l’énergie à faire face à tous ces assauts, sans oublier les petites ‘histoires’ que l’équipe trumpienne aura réussi à déterrer…
    Si j’étais Binden, je passerais mon tour. Il est temps de passer à autre chose, de profiter de la vie (qui ne lui a pas toujours souri).

  5. Martin cote dit :

    Entre Biden et Sanders….je choisi Biden …mais il faudra s’assurer que Sanders et ses partisans se rallient si Biden gagne l’investiture démocrate….çe qui n’est pas certain…..quant à son fils Hunter…il est assuré que le gros tare va l’utiliser pour essayer de lui nuire….

    1. Henriette Latour dit :

      Martin cote

      D’accord avec vous. Il pourrait choisir un plus jeune, Beto ou Harris, comme co-listier et ainsi on aurait quelqu’un de rassurant, capable de tenir tête à Trump et un progressiste qui ne serait pas un faire-valoir comme Pence et qui pourrait faire avancer les choses pour le plus grand bien des EU.

  6. Apocalypse dit :

    ‘Mais il y a encore un doute,…’

    Seulement ‘UN’ ? Il devrait en avoir plusieurs, mes excuses encore pour l’argument de l’âge, mais 77 ans pour un poste extrêmement exigeant, ça devrait faire réfléchir. Il y a des postes pour lesquels cet âge est sans doute moins problématique, mais président des Etats-Unis ne fait pas parti de cette liste.

    Donald Trump est quelques années plus jeune et nous connaissons son emploi du temps, nous sommes loin des 10, 12, 15 heures que pouvaient mettre Barack Obama et qui sont nécessaires pour ce poste.

    M. Biden devrait profiter tranquillement des prochaines années, garder les pieds sur le ‘pouf’ et regarder le spectacle en prenant un ou deux bons verres de vin.

    Il devrait surveiller la course et éventuellement appuyer le ou la meilleure candidate pour battre Donald Trump.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Désolé vous êtes tombé dans le piège des médias pro-bureaucrates et ignares en management sur l’emploi du temps de Donald Trump qui ressemble à celui décrit dans son livre The Art of The Deal et aussi à ce qu’une étude d’Henry Mintzberg révélait.

      Rien à voir avec la paresse.

      Cependant Trump qui serait supposé ne pas être un constipé avec une telle méthode a un agenda très réactionnaire et est avec des républicains dont la philosophie est anale-obsessionelle et donc freak control mais incapables de contrôler Trump.

      Le désordre apparent, le chaos, l’improvisation devraient être des signes d’un bon entrepreneur et aussi d’un bon dirigeant politique et non d’un bureaucrate.

      Sauf qu’il faut une personne de vision et celle de Trump est apocalyptique et non pas en hommage à votre pseudo. C’est sa paranoïa. Il mise sur les peurs. C’est pas gagnant et positives pourquoi un pays et il ramène tout à l’argent ce qui est très à l’analité aussi alors qu’on associait Trump aux dépenses folles pouvant mener à la faillite.

      C’est pas en volant les petits qu’il est devenu milliardaire la première fois. C’est en faisant cracher le cash à des riches en leur offrant une exclusivité de parvenus. Que ce soit pour un appartement dans la Trump Tower ou bien pour avoir des billets pour le combat de boxe Spinks-Tyson.

      Faire cracher le cash aux plus riches et faire de femmes et d’athlètes noirs des stars des affaires ou du sport encaissant les plus grosses sommes jamais vues.

      Que fait-il avec des frustrés redneck ?

  7. Autrement dit :

    L’appui du syndicat des pompiers… ça, ça fesse. Votez Biden, on vous sauvera des flammes! Il faut d’autres appuis de ces métiers de sauveurs: les ambulanciers, les infirmières, les urgentologues, les assureurs même ! Le message sera clair: votre vote sauvera vos biens, les vôtres et vous. J’aurais du être stratège de campagne!

  8. Autrement dit :

    Plus sérieusement, quand on constate l’emploi de temps du 45, je ne vois pas l’inconvénient d’un candidat de 77 automnes! Biden ferais davantage et mieux avec la même disponibilité. Mais le colistier devra être un soutien fort et un partenaire crédible.

  9. Lecteur_curieux dit :

    Ah je ne suis pas enthousiaste face à Biden mais certains de vos commentateurs me convainquent presque que ce serait la voie de la sagesse et de la raison pour le bien des États-Unis.

    Sauf que le peuple a besoin de folie au moins un éclair de folie.

    Trump était-ce une folie? Oui mais pour être une belle folie il aurait fallu un Donald président démocrate ou encore indépendant et minoritaire et fortement entouré de démocrates. Le promoteur aurait donc été obligé de se mettre au service d’une tout autre clientèle. Deux scénarios encore plus improbables mais les folies et fantasmes ne sont pas tous faits pour être concrétisés.

    Pour madame Harris je suis plus pour ses supporteurs que elle en bout de piste mais elle aborde des sujets importants sur lesquels les républicains sont très fermés. Le danger d’avoir de trop grands espoirs est là sauf que je suis d’accord avec Trump dans sa philosophie qui dit de voir grand dans une bonne adaptation du think big sauf qu’avec lui comme avec Elvis Gratton c’est plus voir GROS. Arriver avec ses gros sabots. L’éléphant dans un magasin de porcelaine.

    Je veux madame non pas parce qu’elle est belle bien que plein de beautés noires l’appuient. Des hommes cool noirs aussi. On imagine une gouvernance pas trop constipée et disons centre-gauche bien que parfois certains choix seraient trop à gauche à mon goût. On même pas à gauche forcément mais augmentant les lourdeurs bureaucratiques. Sauf qu’avec des gens easy going cela se supporte mieux. Du monde parlable et non des idéologues à tous crins comme pourrait l’être madame Warren, Sanders ou AOC.

    Donc les deux noirs ont une longueur d’avance dans mon top perso pour le moment ? Madame Amy K. je croyais aussi mais j’ai encore rien vu qui m’allume.

    Sanders lui n’est pas à sa place.

    Biden c’est un choix archi-prudent, archi-conservateur motivé par la crainte que Trump soit réélu. Cela ressemble à la peur de perdre au hockey et jouer pour la nulle dans la dernière minute ou se mettre à jouer ultra-défensif. Je déteste cela et je peux aimer mieux perdre que jouer selon une identité qui ne me correspond.

    M. Starbucks lui ? Encore un tour à Montréal le week-end passé et ses nombreux cafés me font penser à une espèce envahissante. Ils sont beaucoup trop nombreux. Comme capitaliste vous nous gâchez encore plus la vie que Trump pouvait le faire car on était pas son client direct ni de compétiteurs.

    On déteste les envahisseurs qui détruisent la spécificité locale ou ne s’adaptent pas. Comme Target était venu faire au Canada et au Québec.

    Et pantoute que j’ai peur pour un Noir ou pour une femme candidate. Cela prend juste le bon ou la bonne au bon moment. Obama en 2008 ? Cela n’a pas duré même si réélu et au surplus je le vois comme un mulâtre trop politically correct. Les Noirs qui ne le sont pas font de la politique comme militants et non comme élus?

    Un peu moins propret qu’Obama mais pas un goon comme Trump. Le profil recherché mais qui peut pogner et qui n’a pas de bibittes dans la tête. Quand des idoles deviennent des parias ou des monstres il y a un échec collectif à quelque part.

    1. jcvirgil dit :

      @lecteur curieux

      Je crois aussi que les démocrates ont besoin d’un leader qui les enthousiasmera et fera rêver les Américains avec de nouvelles propositions audacieuse pour casser le carcan politique dans lequel ils évoluent depuis des années.En tout vas , autre chose qu’un intendant à la petite semaine.qui perpétuera un système qu’ils veulent changer en majorité.

  10. lechatderuelle dit :

    ahurissant que 4 ans après le départ de Hillary Clinton, ce Parti en soit à présenter des vieillards de 70 ans et plus comme potentiel Président des USA….

    C’est presque drôle….

    On dirait l’Église Catholique!!
    Les vieux d’abord!

    Parlons du futur… regardons en avant…. il faut agir pour les générations futures…. ça va faire tellement crédible dans la bouche d’un mec de 77 ans….

    Les vieux ont l’expérience diront certains…. je veux bien…
    La planète suffoque mais personne ne bouge…..
    et il serait très très étonnant qu’une personne de 75 ans soit le précurseur d’un changement de vision…. on verra plutôt une continuité en teintes différentes, mais qui va dans le même sens….

    Comme vice-Président, ça pourrait aller ..

    mais bon, quelque part, ils feront bien ce qu’ils veulent les USA….

    pendant qu’ils s’accrochent à tout ce qui les relie, encore, avec ce passé auréolé de nostalgie, ailleurs sur la planète, des gens finiront par prendre le leadership mondial…. du moins espérons-le….

    Alors Go Biden, Sanders, Warren..
    que les Républicains s’y mettent aussi … ils doivent bien avoir 2 ou 3 candidats possibles de près de 80 ans dans leur rang ???

    ce serait drôle de les entendre débattre en y allant de souvenirs qu’à peu près personne dans l’auditoire ne connait, car trop jeunes…..

    1. jcvirgil dit :

      On attache beaucoup d’importance à l’âge des candidats et j’en suis, Cependant mieux vaut un aîné bien entouré par une jeune équipe avec des propositions politiques innovatrice ,qu’un jeune qui n’a rien d’autre à offrir que sa jeunesse.

      Et puis comme le chantait Brassens il y a un certain temps de cela * Le temps ne fait rien à l’affaire quand on est con on est con * . Pour l’exemple enlevez vingt ans à Trump et ça me surprendrais que vous ayez un meilleur président..

      1. lechatderuelle dit :

        jcvirgil: Bien évidemment, on espère un plus jeune …. avec un peu de contenu….. il va s’en dire….

        Suffit de se regarder au Canada…..

      2. Guy LB dit :

        @jcvirgil à 9h11 :
        Excellente observation. 👍 Comme vous le soulignez, Trump illustre à la perfection combien, en effet, « le temps ne fait rien à l’affaire. » 🙄

    2. Guy LB dit :

      @lechatderuelle à 8h49 :
      « C’est presque drôle…. On dirait l’Église Catholique!! » 👌
      En fait, c’est plutôt drôle. C’en est même loufoque !

  11. Absalon dit :

    Le fait même qu’il doute est humainement tout à son honneur mais constitue son principal handicap. Comment convaincre les autres si l’on ne croit pas soi-même à son destin présidentiel (pour ne pas dire providentiel). On ne devient pas POTUS par hasard, il faut vouloir ce job à la folie.

    1. ducalme dit :

      @Absalon

      Très bien dit.

      C’est que je ressens: du doute chez Biden.

      C’est vrai qu’il a déjà été échaudé, mais pour lui, c’est le dernier train.

      Je suis un partisan de Bernie Sanders, mais s’il y en a un qui peut rallier les divers courants du parti démocrate, c’est à mon avis Joe Biden.

      Il est très dommage que l’on fasse de l’âgisme; les poussées médicales entre autres, et aussi dans le domaine de la nutrition et de l’activité physique ont considérablement augmenté l’espérance de vie.

      J’espère que ce n’est pas seulement pour tricoter au Phentex ou jouer aux grosses quilles.

      LE CAS DE CNN

      Justement appelée le Clinton News Network en 2016, CNN est encore mal partie cette année en bitchant Bernie Sanders.

      Lire:

      https://www.foxnews.com/entertainment/cnn-accused-of-failing-to-disclose-that-bernie-sanders-town-hall-was-loaded-with-democratic-operatives

      CNN a présenté de bien piètres excuses.

    2. Lecteur_curieux dit :

      C’est là qu’est tout le problème… Les plus arrivistes comme Trump risquent alors de gagner alors que disons dans le modèle de la sociocratie pas encore adapté ce sont les autres qui vous choisissent.

      Au moins certains politiciens par ici ont été sollicités sinon ils n’auraient jamais pensé à faire de l’a politique mais quand ils se font rencontrer et l’e parti veut d’eux ils se mettent à y réfléchir.

      Cela devrait être encore plus le cas pour un POTUS qu’un député. Ce ne sont pas les républicains qui sont allés voir Trump, c’est Trump qui a dit qu’il se présentait chez les Républicains. Une vision individualiste mais pour diriger le pays ce n’est pas comme s’acheter un condo sur plan.

      Trump était parfaitement capable autrefois de livrer pour des parvenus un projet de condos. Pas trop de conséquences sociales.

  12. bloganon dit :

    Dans son cas, le choix du colistier devient très important.

  13. el_kabong dit :

    Une des questions principales pour Biden : s’il remporte l’investiture démocrate, est-ce que les bernie-bros vont également le laisser tomber…

  14. ducalme dit :

    @el_kabong

    Cette année, parmi les grosses pointures démocrates, il n’y en a pas de carrément inacceptables comme c’était le cas en 2016.

    Biden et Sanders sont aussi de vieux complices, ce qui peut aider le ralliement de l’un envers l’autre, mais cela doit jouer dans les deux sens.

    1. el_kabong dit :

      @ducalme
      « Cette année, parmi les grosses pointures démocrates, il n’y en a pas de carrément inacceptables comme c’était le cas en 2016. »

      Ouais, opinion typique d’un bernie-bro…
      Et même si cela était, devant 2 candidats inacceptables, il faut savoir ravaler sa rancoeur et être capable de voir qu’un candidat était de toute évidence plus inacceptable que l’autre… mais il semble que pour les bernie-bros ce n’est pas celui qu’on aurait pu penser et qu’ils préféraient voir le clown orange gagner…

      1. InfoPhile dit :

        « mais il semble que pour les bernie-bros ce n’est pas celui qu’on aurait pu penser et qu’ils préféraient voir le clown orange gagner »

        Il vous semble peut-être. Un question de perception. Mais dans les faits je me demande jusqu’à quel point la déception de la défaite est réellement devenue rancoeur au point de voter contre ce pourquoi ils appuyaient M. Sanders.

        Les désastreuses diminutions d’impôts qui privent l’état d’un gros revenu et qui risquent de torpiller les programmes sociaux, Trump les avait annoncés lors de sa campagne. À moins d’être cinglé, pourquoi un progressiste aurait voté pour ça?

  15. Pierre S. dit :

    —————————————

    Les démocrates vont ils risquer de se diviser pour offrir 4 ans d’immunité judiciaire
    supplémentaire à Trump pour qu’il évite la prison ?????

    la est la question.

  16. Gilles Morissette dit :

    Il va falloir que les Démocrates comprennent que « le candidat idéal » n’existe tout simplement pas.

    En politique, on ne peut « laver plus blanc que blanc » et il faut savoir faire des compromis si on veut espérer avoir un consensus. Il faudrait peut-être que quelqu’un explique ça à AOC dont les coups de butoir commencent à indisposer plusieurs de ses collègues plus modérés.

    Biden représente le candidat idéal capable d’attirer l’électorat qui a échappé à Clinton en 2016. Il est la capacité de faire le pont entre l’aile plus progressiste du parti et celle plus modéré.

    Le choix de son ou de sa colistière sera très important car il enverra un signal fort sur l’orientation que prendra sa campagne. À cet égard, Kamala Harris pourrait être un choix judicieux.

    Foutez nous la paix avec son âge. à 77 ans, il est probablement plus lucide que celui qui occupe présentement le Bureau Ovale. Son défi sera de garder le parti uni et d’éviter qu’il ne sombre dans les luttes fratricides qu’il a connu après l’investiture de 2016.

    Le Gros Taré va lui rentrer dedans? So what. Avec toutes les enquêtes en cours et le matériel qui en sortira, les Démocrates auront tout ce qu’il faut pour lui en mettre plein la gueule.

    1. Guy LB dit :

      @Gilles Morissette à 10h17 :
      Votre argumentaire est intelligent et raisonnable, mais je n’arrive pas à être entièrement d’accord avec vous. Biden me rappelle trop Gerald Ford ! Reste que Biden serait effectivement une vraie bénédiction après Trump.

  17. xnicden dit :

    « …Et il ne veut pas se lancer dans la course sans être convaincu qu’il peut gagner l’investiture démocrate. » Je soupçonne que sa capacité à convaincre les femmes démocrates pour l’investiture ne s’est pas améliorée depuis deux ans. Il doit avoir accès à quelques sondages qui lui montrent qu’il a du chemin à faire. Plusieurs ne lui pardonnent pas encore ses propos suite à la défaite de madame Clinton.

    Sans compter que chanter les louanges du VP Mike Pence comme il l’a fait récemment a très mal passé auprès des femmes. Et si Clarence Thomas continue de se faire remarquer en émettant des opinions à la SCOTUS, ça ne s’améliorera pas.

  18. Guy LB dit :

    @xnicden à 10h37 :
    « Chanter les louanges du VP Mike Pence » était non seulement incongru, mais un indicateur de la gaucherie politique de cet homme qui veut trop plaire. À force de vouloir du bien à tout le monde, il finit par avoir des allures de Gaston LaGaffe

    1. xnicden dit :

      Gaston LaGaffe, excellente comparison!

  19. onbo dit :

    Je crois que la stratégie est de faire mariner Donald Trump dans les grosses huiles du parti. Lesquels s’impatientent de n’avoir pas encore de cibles à détruire, ni savoir où mettre leurs sous et leurs pions.

  20. jeanfrancoiscouture dit :

    Si je comprends bien, «tout est prêt»………..sauf Joe Biden lui-même. 🙂

Répondre à Michèle Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :