Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

471130910.jpg.1551472216.jpg

Tout indique que Donald Trump devra utiliser son droit de veto pour la première fois de sa présidence afin d’assurer le maintien de l’urgence nationale qu’il a décrétée pour financer son mur à la frontière avec le Mexique. C’est du moins ce que laisse croire une décision de Rand Paul, qui est devenu le quatrième sénateur républicain à annoncer son intention de voter en faveur d’une résolution du Congrès bloquant cette urgence nationale.

«Je ne peux pas voter pour donner au président des pouvoirs extra-constitutionnels», a déclaré le sénateur républicain du Kentucky hier soir devant des donateurs de son parti. «Je ne peux pas voter pour donner au président le pouvoir de dépenser de l’argent qui n’a pas été autorisé par le Congrès. Nous pouvons vouloir plus d’argent pour la sécurité à la frontière, mais le Congrès ne l’a pas autorisé. Si nous enlevons ces freins et contrepoids, c’est une chose dangereuse.»

La Chambre des représentants à majorité démocrate a adopté la semaine dernière une résolution pour bloquer l’urgence nationale. Il suffirait de quatre défections républicaines pour que la même résolution soit adoptée par le Sénat. Avant Rand Paul, Susan Collins (Maine), Thom Tillis (Caroline du Nord) et Lisa Murkowski (Alaska) avaient annoncé qu’ils voteraient en faveur du texte. D’autres républicains pourraient leur emboîter le pas, dont Lamar Alexander (Tennessee) et Mike Lee (Utah).

Après un veto de Donald Trump, les deux tiers des deux chambres du Congrès devraient voter d’un même accord pour renverser la décision du président, un scénario presque impossible.

N’empêche, l’adoption de la résolution par la Chambre et le Sénat représenterait une défaite politique pour Donald Trump. Revers dont ses adversaires pourraient notamment se servir dans leur lutte devant les tribunaux contre l’urgence nationale.

(Photo Getty Images)

51 réflexions sur “Urgence nationale : vers un veto présidentiel

  1. Alexander dit :

    Reste que si Trump use de son droit de veto pour une affaire aussi futile, il vient d’ouvrir une boîte de Pandore. Un prochain président pourrait s’en servir pour bien des fins de « sécurité nationale » de façon très élargie, peu importe l’allégeance. Ce serait un dangereux précédent dans la mesure où ce n’est vraiment pas une urgence nationale, mais bien le maintien d’une vulgaire promesse électorale pour sa base.

    Les Pères fondateurs pensaient à des vraies urgences, pas à des niaiseries. Encore une fois, l’esprit de la Constitution m’apparait détourné.

    Imaginez le contrôle des armes à feu après une série de tragédies, par exemple. La NRA n’aimerait pas qu’un président démocrate use d’un véto pour limiter les armes à feu.

    Une belle situation pour aller en Cour Suprême.

    Je ne suis pas juriste, mais c’est le genre de décision qui peut se retourner contre son auteur, et ses alliés. Me semble.

    1. Richard Hétu dit :

      La loi permettant au président de décréter l’urgence nationale a été adoptée dans les années 1970. Pas sûr que les Pères fondateurs ont pensé à la chose…

      1. Alexander dit :

        Bonjour monsieur Hétu,

        Merci de la précision. Avec ce blogue ça parfait notre éducation de la politique américaine. Pas sûr que John Adams apprécierait ce qu’on voit! Malgré tout!

      2. igreck dit :

        En tout cas, les Pépères étaient pas mal allumés car cette vieille Constitution tien le coup face aux coup de butoir successifs du Méchant-moron.

    2. simonolivier dit :

      En fait, vous avez mis le doigt sur le bobo. Pour plusieurs Républicains, Tiny vient d’ouvrir une brèche importante, Si les plogues qu’il a placé à la SCOTUS confirment le droit de décréter une urgence nationale pour un tel cas, le prochain Président Démocrate va pouvoir déclarer une urgence nationale pour interdire certaines armes à feu et mieux contrôler la plupart des armes. Surtout qu’il s’agit d’une véritable urgence. Plus de 30,000 morts par an reliées aux armes à feu et plus de 12,000 homicides. Il suffira d’une autre tuerie de masse dans une école pour qu’un Président déclare une urgence. Tiny s’est mis le doigt dans l’oeil jusqu’au coude et plusieurs sénateurs s’en sont rendus compte.

      1. treblig dit :

        @simonolivier

        Trump pourrait pervertir la constitution et contourner le congrès en invoquant les pouvoirs d’urgence pour tout et pour rien. Ça lui permettrait de gouverner par décret. Son rêve

      2. Léo Miquis dit :

        En effet et je pense que la SCOTUS le sait : si suite a des procěs ils acceptent l’urgence nationale de Trump, ils devront accepter celle des prochains présidents démocrates.

    3. gl000001 dit :

       » il vient d’ouvrir une boîte de Pandore »
      « qui peut se retourner contre son auteur, et ses alliés.  »
      Il s’en fout de ses alliés. Il est le meilleur. Il est le seul au top. Il peut tout faire. Et s’il est le premier à le faire … tant mieux pour LUI.
      C’est une maladie !

      1. theophileraulet dit :

        treblig//03/03/2019 à18:00: Si la SCOTUS jugeait que Mr. Trump a le droit de décréter une urgence nationale pour avoir les fonds pour bâtir le Mur promis dans sa campagne électorale, cela entraînerait-il probablement que lui et les autres présidents par la suite puissent gouverner par décret quant le Congrès pose des obstacles? Quelqu’un peut-il confirmer cela ou non?

  2. treblig dit :

    47 sénateurs démocrates auxquels il faudrait ajouter 20 sénateurs républicains pour renverser le veto présidentiel ? Non oubliez ça.

    Ce qui est quand même une victoire puisque le front commun des républicains s’effrite quelque peu.

    Mais surtout, il va y avoir 22 sénateurs en élection d’ici deux ans ( et 11 démocrates). Ce sont eux qui sont susceptibles de voter contre Trump dans l’avenir s’ils sentent le vent tourner.

    1. treblig dit :

      22 sénateurs républicains bien sûr

    2. Madalton dit :

      On ne sait jamais. Une fois la résolution battue, il y a peut-être d’autres sénateurs qui vont voter contre le véto. Il y a des chickens qui n’osent pas être responsables de la défaite de la résolution mais oseront voter contre le véto par la suite. On peut toujours rêver.

  3. Mario Dupuis dit :

    @ Alexender: Completement d’accord avec vous. Tres profonde reflexion…

  4. Loufaf dit :

    Le gros despote l’ a dit lui-même qu’il n’y avait pas d’ urgence nationale:  » j’aurais pu ne pas la décréter, mais je l’ ai fait » . Elle est où l’ urgence, s’ il pouvait ne pas la décréter! Et sachant cela, les lavettes du sénat vont continer à l’ appuyer dans cette idée complètement ridicule!

  5. A.Talon dit :

    «Tout indique que Donald Trump devra utiliser son droit de veto pour la première fois de sa présidence afin d’assurer le maintien de l’urgence nationale»

    En somme, cette caricature de POTUS, totalement illégitime, ayant perdu au vote populaire par 3 millions de voix et s’étant introduit dans le Bureau Ovale avec l’assistance d’une puissance étrangère adverse, trouvera moyen de s’opposer à la volonté clairement exprimée des véritables représentants du peuple, dûment et légalement élus il n’y a même pas 4 mois, par le biais d’un simple tour de passe-passe constitutionnel. Vive la démocratie américaine!

  6. @Alexander Barack Obama a déclaré l’urgence nationale dû à la situation politique au Burundi! Pour la boîte de Pandore, on repassera.

    1. Richard Hétu dit :

      Est-ce que le Congrès avait signalé son opposition de diverses façons à cette décision? Non? Alors votre intervention est vide de sens.

      1. simonolivier dit :

        @M. Hétu Son intervention est vide de sens… comme toutes ses interventions sous tous ses pseudos.

      2. igreck dit :

        Nous avons un seul représentant de la mouvance trumpiste dans ce blogue et il n’est même pas capable d’émettre un commentaire plausible. Aussi vide (de sens) que l’objet de son admiration. Cela m’amène à conclure qu’ils sont tous ainsi : des sous-doués manipulés par de la désinformation !

    2. gl000001 dit :

      Et trump l’a prolongé l’état d’urgence.
      Et cet état d’urgence n’engage pas 5+ milliards de dollars.
      Choisissez mieux vos batailles 😉

    3. P.L. dit :

      Je cherche toujours le rapport de ce commentaire !

      Obama a déclaré 12 urgences nationales, Bush avant lui en avait déclaré 13. Trump en est à 4. Les urgences nationales sont monnaie courant aux USA. Ce qui ne l’est pas, c’est de l’utiliser à des fins partisanes pour vouloir régler un potentiel problème qui ne relève clairement pas de l’urgence nationale.

      Pour ce qui est du Burundi, comme par la majorité des urgences nationales passées, il s’agissait d’une mesure prise avec l’aval complet du congrès pour permettre de prendre des mesures rapidement pour geler les avoirs de ressortissants de ce pays ayant commis des crimes contre son peuple. On a fait la même chose au Venezuela, en République centrafricaine, en Russie, en Ukraine, etc.

      Te servir de cet exemple bidon pour justifier Trump, c’est d’une petitesse intellectuelle et morale sans nom ! J’ai un peu pitié de toi quand même…

      1. Je ne me souviens pas que 45 ait déclaré 4 urgences nationales. Rafraîchissez ma mémoire svp.

      2. P.L. dit :

        La liste des urgences depuis 1976.

        https://www.nytimes.com/interactive/2019/02/15/us/list-of-national-emergencies.html

        Pour Trump, on a donc:

        FEB. 15, 2019 MILITARY ACTION

        Taken to build a border wall »

        NOV. 27, 2018 SANCTIONS

        Imposed on individuals contributing to unrest in Nicaragua »

        SEPT. 12, 2018 SANCTIONS

        Imposed for foreign interference in a United States election »

        DEC. 20, 2017 SANCTIONS

        Imposed on individuals involved in human rights abuses or corruption » (En lien avec les Rohingyas)

      3. Finalement ma mémoire n’est pas coupable, je n’étais tout simplement pas au courant de ces 3 urgences. Merci pour ces infos.

    4. treblig dit :

      Depuis 1976, les différents présidents ont eu recours 58 fois à l’état d’urgence. La plupart du temps ce sont des mesures concernant des catastrophes naturelles mais aussi la politique internationale des Etats-Unis : Iran, armes de destructions massives, processus de paix au Moyen-Orient, trafic de drogue avec la Colombie, Cuba, le Soudan, les Balkans, le 11-Septembre, l’Irak, la Corée du Nord, la Libye, le Yémen, l’Ukraine…

    5. Alexander dit :

      Faut pas mêler urgence nationale et veto; c’est pas la même chose

    6. Benton Fraser dit :

      La différence, c’est que Trump utilise l’urgence nationale comme la petite fille qui crie au loup… non pas parce qu’il y a un loup, mais pour attirer l’attention!

      Mais je crois que même cela dépasse votre pensée, démagogie oblige….

    7. Gilles Morissette dit :

      @Andoni Goikoetxea

      Commentaire insignifiant comme à votre habitude. En plus, vouas prenez, toujours comme à l’habitude, ds raccourcis intellectuels.

      Dans le cas du Burundi, le président Obama avait l’accord du Congrès tant chez les élus républicains que démocrates.

      Est ce que ça vous arrive de faire, ne serait ce que d’un fois de temps à autre, d’honnêteté intellectuelle?

      Monsieur Hétu a raison. Votre intervention est « vide de sens ».. Personne ne devrait en être surpris car c’est votre « branding ».

    8. Alexander dit :

      @Andoni
      C’est pas tant de décréter l’urgence nationale que d’utiliser ton veto pour la maintenir à l’encontre de l’avis des deux chambres. Ça s’appelle faire à sa tête sans égard à l’opinion des représentants et du Sénat. C’est ça la nuance.

  7. A.Talon dit :

    HORS SUJET

    Le Mexique se tient debout devant les États-Unis: pas question de ratifier le «nouveau» traité commercial trumpeux tant que les tarifs douaniers insensés sur l’acier et l’aluminium importés seront maintenus. Espérons que le Canada en fera autant, d’autant plus que le Congrès américain ne semble pas pressé lui non plus de ratifier ce traité à la noix.

    «Les tarifs, obstacle à la ratification du nouvel ALENA par Mexico»
    https://www.lapresse.ca/affaires/economie/international/201903/03/01-5216817-les-tarifs-obstacle-a-la-ratification-du-nouvel-alena-par-mexico.php

    1. jcvirgil dit :

      Vous en demandez beaucoup à Trudeau qui depuis qu’il s’est fait rabrouer par Trump comme un enfant insolent au retour du party pour Robocop du G20 ,s’aligne sagement sur les politiques de son maître américain, entre autre dans l’affaire Huawei et sur le Vénézuéla .

      1. gl000001 dit :

        N’importe quoi. Trudeau s’est insurgé contre les tarifs du bois, du métal. Il en a parlé à trump il y a deux jours.

  8. Advenant une égalité, est-ce que Pence peut trancher? Parce que moi, les votes de Collins et Murkowski, je le croirai quand je le verrai.

    1. P.L. dit :

      C’est la règle en effet. Pour Collins aussi j’ai des doutes. Par contre, Murkowski me semble être une femme de principe et elle est la républicaine avec le moins d’attaches au parti (parti qui a essayé de la tasser lors d’une précédente élection). Elle va aller dans le sens de ses électeurs et dans le sens des populations autochtones d’Alaska, dans le soutien électoral est important pour elle.

      Collins en revanche est une chiffe molle de première qui n’a pas assez de couilles pour assumer son positionnement à gauche des républicains (à moi qu’elle ne s’invente une conscience lors de certains votes que pour survivre dans son état assez progressiste, ça ne m’étonnerait pas) et qui s’écrase comme une lopette si on lui dit que c’est la meilleure chose à faire pour grappiller des votes. Vous aurez compris que je n’ai aucun respect pour elle.

      1. Que Murkowski ait voté oui pour Kavanaugh alors qu’elle avait dit qu’elle voterait non m’a fait perdre confiance en ses principes, son jugement et son intégrité.

      2. P.L. dit :

        Vous faitez erreur, Mme Murkowski a bien voté contre Kavanaugh contrairement à tous ses collègues.

        https://www.nytimes.com/2018/10/05/us/politics/lisa-murkowski-brett-kavanaugh-vote.html

      3. xnicden dit :

        « .. (à moi qu’elle ne s’invente une conscience lors de certains votes que pour survivre dans son état assez progressiste, … » J’ai de plus en plus l’impression que c’est le cas.

      4. Senator Lisa Murkowski of Alaska announced that she would have voted no, but withdrew her vote as a courtesy to Senator Steve Daines of Montana. Mr. Daines, who would have voted yes, was attending his daughter’s wedding.

  9. marcandreki dit :

    Il faudra commencer à numéroter les camouflets qu’a reçu ou recevra Trump et son administration pour le reste de son mandat. Surtout depuis les mid terms, a pas gagné grand chose, la créature du marais. Le mur, les enquêtes, la CDN et maintenant l’ALENA. Pas supposé être tanné de gagner ?

  10. Danielle Vallée dit :

    Ces 4 républicains indociles donnent un beau spectacle pour leurs propres électeurs.
    Dans le fonds ils savent que Trump va quand même gagner son point puisqu’ils n’auront jamais les 2/3 du Congrès et du Sénat pour bloquer ce projet loufoque.
    L’hypocrisie habituelle…

  11. Apocalypse dit :

    ‘…qui est devenu le quatrième sénateur républicain à annoncer son intention de voter en faveur d’une résolution du Congrès bloquant cette urgence nationale.’

    Quatre(4) … comme dans le cas du Congrès, on aurait pu penser que plus de républicains seraient passés ‘on the dark side of the force’ était donné les écueils dans la déclaration d’urgence de Donald Trump. Comme plusieurs l’ont souligné, les armes à feu et les changements climatiques sont de vrais urgences et lorsque les démocrates reprendront le pouvoir, si les républicains s’entêtent, ils auront beau jeu d’invoquer une urgence pour agir.

    En tout cas, c’est tout de même une bonne nouvelle, car ça va forcer Donald Trump a utilisé son veto et cela le fait très mal paraître, ce qui est une pensée pour le moins agréable pour nous … LOL

  12. Gilles Morissette dit :

    Même si on sait que le Congrès ne réussira pas à avoir suffisamment de votes pour renverser le veto présidentiel, il n’en demeure pas moins que la résolution démocrate, si elle est approuvé par le Sénat, va constituer une gifle pour le Gros Taré et et ses prétentions quant à la nécessité de déclarer l’urgence national pour le MUR.

    Bien fait pour lui. Le grosse Enflure-En-Chef récolte ce qu’il a semé.

  13. fallaitquejteuldise dit :

    Je ne serais pas surpris que le caucus républicain au sénat a établi un seuil de défection acceptable pour passer un message de désapprobation vis-à-vis l’urgence nationale de Trump tout en conservant une cohésion qui répond à la ligne de parti. Les sénateurs les plus susceptibles de protéger les intérêts de la doctrine républicaine vont ainsi voter contre. Nul besoin de montrer que le bateau coule. Éviter la mutinerie. Le parti avant le président.

  14. 430a dit :

    L’urgence nationale de Trump, c’est comme le bonhomme 7 heures pour ses partisans. Ils y croient!

  15. Cubbies dit :

    La bêtise et l’incompétence au max. Le Bully est totalement disjoncté dans cette histoire. Quelle position pathétique de la bande à Mitch face aux folies débiles du tarla qui se prend pour un président.

  16. ghislain1957 dit :

    Ah ben, y’a quelques ripoux-blicains qui ont une colonne vertébrale!

  17. Pierre S dit :

    —————————

    il faut donc en revenir aux conclusions de Michael Cohen ….
    Peu importe le moment, quand viendra le moment de sortir Trump de la
    maison blanche, que ce soit par empeachement, par défaite électorale
    ou par la force …. il va foutre tout un bordel.

    Cet imbécile n,a de considération pour absolument rien et ne carbure que
    par auto préservation. Son seul objectif, sauver sa peau. Regardez ses réaction a chaque
    fois qu’un de ses proches se fait agripper par la justice … il commence par entraver la justice
    et promettre l’absolution présidentielle de peur que la personne parle. Ensuite il retourne
    sa veste et le calomnie de façon grossière publiquement.

    Mais toujours au milieux de ca … un président corrompu, mafieux malhonnête qui est
    mort de trouille et qui se cache derrière les immenses privilèges de protection que procure
    le statut de président.

    et comme il est complètement abrutit et parano … impossible de l’approcher.

  18. Mariette Beaudoin dit :

    Monsieur Hétu, éclairez-moi. Trump demandait d’abord 5 milliards pour son mur lorsqu’il a fait appel à une  »urgence nationale ». Quelques jours plus tard, j’ai lu qu’il avait ajouté 3 milliards de plus à ce montant. Est-ce une fausse nouvelle ou non ? Et si ce n’en est pas une, pourquoi la facture augmente-t-elle autant ? J’en viens à me demander sérieusement si ce n’est pas de la corruption déguisée.

    1. Bartien dit :

       » J’en viens à me demander sérieusement si ce n’est pas de la corruption déguisée. »

      La corruption n’a plus besoin de déguisements à trumpland, elle est montrée au grand jour et ne semble pas trop émouvoir son peuple.

    2. Probablement que ce 3 milliards pourra en construire quelques km de plus. La facture totale de ce mur serait autour de 30 milliards.

  19. igreck dit :

    Tiens, quelques Repus ont enfin découvert le pantalon !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :