Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

2000.jpg

«Les yeux de monde entier sont braqués sur vous aujourd’hui. Vous pouvez choisir d’accepter l’offre généreuse d’amnistie du président Guaidó et vivre en paix auprès des vôtres […]. Sinon vous pouvez choisir la seconde voie : continuer à soutenir Maduro. Dans ce cas vous n’aurez aucun endroit où vous réfugier, pas de sortie possible. Vous perdrez tout.»

Donald Trump, président des États-Unis, exhortant les chefs militaires du Venezuela à laisser entrer l’aide humanitaire dans leur pays lors d’un discours prononcé hier à Miami devant la communauté vénézuélienne de Floride et n’écartant aucune option si les officiers refusent de répondre à son appel dans les cinq jours.

(Photo AP)

66 réflexions sur “La citation du jour

  1. Bartien dit :

    Encore des menaces…ptit crisse

  2. pierre toussai dit :

    Il va bientot s occuper de justin.

  3. Claude Rosiere dit :

    Bouhhhhh…ils ont peur du pissous roux

    1. RICK42 dit :

      Ne pas oublier que le pissoux roux est à la tête de la plus puissante armée du monde…et l’armée d’opérette du Venezuela le comprend très bien!

  4. gl000001 dit :

    Il n’était pas obligé de menacer et de parler de politique. Il avait juste à parler de l’aide humanitaire. Il aurait pu s’excuser d’avoir arrêté l’aide humanitaire à ce pays l’an dernier (?).

    1. jcvirgil dit :

      Le gouvernement vénézuélien se méfie avec raison d’une *aide humanitaire* qui peut en fait fort bien se traduire en fait par des cargaisons d’armes et l’entrée de milices des paramilitaires colombiens dans leur pays.

      Ce n’est pas à un idiot comme Trump élu par une minorité des suffrages de faire des leçons de démocratie à ce pays. La résolution de la crise doit passer par les Vénézuéliens pas par un autre coup d’État américain en Amérique latine.

    2. igreck dit :

      Le gars.. il est tellement mal placé pour donner la leçon à qui que ce soit, même aux pires salopards de dirigeants de cette pauvre planète. Aucune crédibilité !!!

  5. xnicden dit :

    Le même jour Maduro annonçait pour mercredi l’arrivé de 300 tonnes d’aide humanitaire en provenance de Russie. 👀

  6. Apocalypse dit :

    Pour une fois que Donald Trump penche du bon côté, je vais le souligner: ‘Two Thumbs Up’ pour cet appui à M. Guaidó qui, lui, est au moins un humain comparativement à cette ordure de Maduro.

    Il y a eu un général qui a appuyé M. Guaidó et j’aurais espéré que d’autres, plusieurs en fait, fassent la même chose, mais on semble aller du côté ‘bad guy’ (i.e. Maduro). Espérons qu’il y ait une sortie pacifique de cette crise et que ça se fasse ASAP. Les Vénézuéliens ont plus qu’assez souffert sous Maduro, un gros lard qui s’empiffre pendant que son peuple est affamé.

    Je dois admettre que bloquer l’aide humaine pour le peuple, ça fait révoltant à la puissance 1000 et Maduro se retrouverait en prison que justice serait rendue.

    1. Math dit :

      Sans vouloir soutenir Maduro, ce sont les USA qui ont arrêté l’aide humanitaire en 1er. Et ce sont à cause des sanctions des USA – du moins, en parti – que le peuple Vénézuélien souffre autant. Je comprendrais plusieurs vénézuliens de ne pas vouloir leur voir la face dans leur pays.
      Pour le cas Maduro, avec tous les débordements autoritaire qu’il a fait, il mériterait plus une cellule sombre que la présidence.

      1. Apocalypse dit :

        Merci pour les précisions!

      2. Samati dit :

        Vous avez tort. Les sanctions mises en place par les États Unis et d’autres pays depuis 2014, visaient initialement à geler les avoirs américains des dirigeants corrompus du régime (plus de $11 milliards ont disparu des coffres de la PDVSA). Les sanctions subséquentes visaient des activités de financement où on interdisait aux sociétés américaines d’acheter des produits financiers du gouvernement vénézuélien et de certaines sociétés d’état. En aucun temps les sanctions visaient la vente de produits ou services à la société civile dans le pays. Les dernières sanctions gelaient le transfert des fonds provenant de la CITGO pour éventuellement les verser au représentant de l’assemblée nationale dûment élue, M. Guaidó.

        Je vous invite à prendre connaissance des documents relatifs à ces sanctions, ce qui vous éviterait de tomber dans les « fake news ».

        voici le lien :

        https://www.state.gov/e/eb/tfs/spi/venezuela/

        Les « fake news » provenant d’une certaine gauche ne sont pas plus respectables que celles provenant d’une certaine droite.

      3. Math dit :

        @Samati
        Merci pour le lien, je vais y jeter un oeil

    2. Sage 2010 dit :

      Je n’oublierai jamais cette nouvelle de Maduro en train d’aller dans un restaurant de luxe.

  7. Apocalypse dit :

    @pierre toussai – 11:32

    ‘Il va bientot s occuper de justin.’

    Justin Trudeau est tellement mal pris qu’il accepterait sans doute l’aide de Donald Trump … LOL

  8. Henriette Latour dit :

    Se prend-t’il pour le phare de la démocratie? Il n’a rien fait depuis deux ans aider les Américains et il se permet de donner des leçons aux autres pays. Il me semble qu’il y a suffisamment de problèmes aux EU sans en chercher à l’extérieur.

  9. Gascar dit :

    American Elvis Trump Gratton ride again(pauvre America)j’ai une pensée pour vous autres d’être obligé d’avoir un cave comme chef.

  10. Serge Mtl dit :

    Petit message pour Donald ; 1 000 000 de réfugiés vénézuéliens qui ont, depuis quelques temps, émigré en Colombie et demandé l’asile, çà c’est ce qui peut être assimiler à une «invasion» par une frontière…pas tes quelques immigrants qui attendent à Tijuana que leurs dossiers de demande d’asile soient traités

  11. ducalme dit :

    Tour chef d’État du monde libre aurait tenu le même discours.

    1. Benton Fraser dit :

      Sauf que Trump parle, parle, parle mais la Russie agit!

      P.S.: Habituellement, les chefs d’État évitent l’ingérence et s’il y a des messages a passer où pour agir, l’ONU serait mieux approprié.

  12. J.C.Virgil dit :

    Franchement qui est encore impressionné par ce gros cave, qui veut d’un coup d’État au Vénézuéla pour mettre la main sur leurs richesses pétrolières. C’est vrai qu’avec les dettes astronomiques des pétrolières américaines dans la bulle du pétrole de schiste , elles en ont bien besoin …

    C’est quand les politiciens américains disent vouloir sauver un peuple que ce dernier doit se méfier . Ils n’ont qu’à regarder le sort des Chiliens, Guatémaltèques , Panaméens , Salvadoriens , Nicaraguéens, Vietnamiens, Indonésiens, Irakiens, Syriens , Palestiniens et j’en passe pour se convaincre que leur amour risque fort de les étouffer, pendant que leurs entreprises se poussent avec leurs richesses naturelles !

    1. el_kabong dit :

      @j.c.virgil

      Je vous corrige : les USA n’ont jamais eu l’intention de « sauver » le peuple palestinien; ils trouvent qu’Israël s’en occupe trrrrès bien…

    2. Samati dit :

      Vos connaissances du marché pétrolier auraient besoin d’être rafraîchi. Les américains produisent un pétrole de haute qualité contrairement au pétrole lourd (très lourd) qui est plutôt de bas de gamme (des livraisons à la Chine ont récemment été vendues à $5 le baril). Les réserves de pétrole en Amérique du Nord (Mexique, USA, Canada) sont suffisantes pour satisfaire la demande pour les 100 prochaines années.

      Je suis cependant d’accord qu’il serait une erreur pour les américains d’intervenir militairement dans ce pays. Maduro et son régime militaire devrait finir par s’écrouler de lui-même après avoir siphonner l’essentiel des ressources du pays. Le régime Maduro c’est du banditisme à grande échelle.

  13. LeChamp dit :

    Maduro et les autres régimes autoritaires et dictateurs de ce monde ont compris les lecons de la Syrie , Trump malgré ces discours pro- démocraties veut limiter les interventions a l international au minimum car c est america first!!! Donc laisse Trump jacasser et on appelle POUtine qui lui est toujours pret a soutenir un de ses semblables.

    Et pendant ce temps le peuple…..

  14. toile dit :

    « «Les yeux de monde entier sont braqués sur vous aujourd’hui. Vous pouvez choisir d’accepter l’offre généreuse d’amnistie du président Guaidó et vivre en paix auprès des vôtres […]. Sinon vous pouvez choisir la seconde voie : continuer à soutenir Maduro. Dans ce cas vous n’aurez aucun endroit où vous réfugier, pas de sortie possible. Vous perdrez tout.»

    Aucun endroit pour vous réfugier, pas de sortie possible. Entéka, mon mur y sera pas prêt mais mes patrouilleurs veilleront au grain. No caravano. Coudons, sait il que la Colombie les accueille, pratiquement au point d’implosion?

    Entre l’aide humanitaire américaine et russe, le Vénézuela a fait son choix. Toi tu parles, déparles, reparles mais Vlad il agit.

    Déjà pas fameux comme commander in chief des troupes américaines, voilà qu’il s’auto proclame commender in chief des officiers militaires vénézuéliens à qui il impose des ultimatums.

  15. ddescarreaux dit :

    Avez-vous pris connaissance de cet article?

    https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2019/02/ilhan-omar-elliott-abrams-and-el-mozote-massacre/582889/

    qui conclut avec:

    «Inadvertently, Omar revealed that Trump may have picked the right man to implement his policy in Venezuela. As his record in El Salvador suggests, Abrams will say whatever is necessary to accomplish the administration’s will.»

  16. Math dit :

    « Dans ce cas vous n’aurez aucun endroit où vous réfugier, pas de sortie possible. Vous perdrez tout.»
    Je suis persuadé que Maduro et ses chefs d’armée un déjà une échapatoire au cas ou ils perdent le pouvoir. Des discussions ont sans doute déjà été mené avec la Russie et/ou Cuba pour avoir l’exil.

  17. March dit :

    Jamais Trump ne vas envahir le vénézuéla.

    Maduro est backé par son mentor Poutine, Trump va faire du Trump, il va s’écraser contre plus fort que lui. Très bon pour menacer les plus petit.
    Mais sinon, il est peureux

  18. Math dit :

    J’aimerais bien voir Maduro sortir du pouvoir, encore mieux menottes aux poignets, mais je n’ai aucune confiance en Guaidò. Il s’est trop compromis avec les Américains et semble faire partie de leur plan. Il ne peut simplement pas prendre le pouvoir sans que la population et le monde entier s’imagine qu’il est à la botte des USA, que ce soit vrai ou pas. Le Vénézuela doit retourner à la démocratie mais aussi, doit rester souverain, en réalité autant qu’en apparence.

  19. jeani dit :

    Providentiels problèmes pas trop loin des USA!

    Le semblant de POTUS pourrait se permettre une petite intervention militaire au Venezuela dans le but de faire oublier ses gros problèmes intérieurs et surtout … personnels!

  20. Gilles Morissette dit :

    Le Gros Taré qui donne des leçons de démocratie au Venezuela alors qu’il vient d’outrepasser les prérogatives du Congrès et bafouer les principes de la séparation des pouvoirs, pierre angulaire de la Constitution américaine.

    Pendant ce temps, son grand ami Poutine soutient en sous-main Maduro. Soyez certain que Tiny Brain n’enverra pas un seul soldat américain dans cette poudrière afin de ne pas froisser son « copain ».

    Il aurait donc intérêt à la fermer avant de dire d’autres conneries.

  21. jcvirgil dit :

    C’est bien beau l’aide humanitaire , mais encore faut-il avoir confiance que ce n’est pas un cadeau de grec .

    Depuis la guerre de Troie et son fameux cheval , les peuples sont portés à se méfier des cadeaux que laissent leurs ennemis à leur porte 🙂

    1. Math dit :

      Le monde entier sait que le convoi n’est là pour des raisons humanitaires mais politique. Il a pour but de donner le bénifice de l’aide à Guaidò ET aux USA, dans l’objectif de mieux faire accepter au peuple la transition du pouvoir , quand elle aura lieu.
      Maduro n’est pas si con, il est concsient de la game qui se joue

  22. Jean Saisrien dit :

    Le régime Venezuelien: les pires montres de la terre.
    Le régime d’A.S.: tellement du bon monde!

    1. Gilbert Duquette dit :

      @ Jean Saisrien

      …Le régime Venezuelien: les pires montres de la terre.
      Le régime d’A.S.: tellement du bon monde!…

      Selon moi le régime DASH est le meilleur et c’est pas seulement moi qui le dit : https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=regime-dash-meilleur-regime

  23. Louise dit :

    Depuis quand Trump s’est-il découvert une fibre humanitaire ? Pourquoi a-t’il appuyé le président Guaidò ?
    Il y a anguille sous roche.
    Son but n’est certainement pas de venir en aide au peuple vénézuélien qui souffre mais plutôt de mettre en avant ses propres objectifs:
    soit de faire une distraction, soit de faire des profits avec le pétrole, soit de préparer une guerre parce qu’on sait que cela rend un président très populaire.
    Les soldats vénézuéliens doivent être très méfiants parce tout le monde sait qu’on ne peut pas faire confiance à ce traître.

    1. Samati dit :

      Le pétrole vénézuélien est un pétrole lourd qui n’a pas de grande valeur stratégique. J.opterais plutôt pour votre seconde hypothèse.

      1. Math dit :

        Il y a une autre hypothèse qui vaudrait la peine de regarder. Le côté idéologique.
        Chavez a fondé un gouvernement socialiste, et par le fait même, anti-Américain. Ca fait longtemps que le gouvernement US souhaite voir son régime tombé seulement pour prouver qu’ils ont raison.
        Avec la débandade des dernières années au Vénézuela et un petit coup de pouce pour accélérer le procésus, Et voilà!

      2. Gilbert Duquette dit :

        @ Samati,

        Pourtant le pétrole Vénézuélien est très important pour l’industrie pétrolière des USA. C’est comment dire fort simple et complexe. Mais présentement seul le brut lourd du Canada et de certains Pays d’Asie peuvent prendre la relève du brut Vénézuélien. Toutefois, avec la politique du Canada de faire parvenir le brut vers les marchés d’Asie (raffineries plus compatible avec notre brut) les USA se doivent de sécuriser leur approvisonnement en Brut de Maduro.

        En juillet 2017, l’Association des Fabricants de Combustibles et de Pétrochimie (AFPM), représentative de 95% du secteur du raffinage étasunien, a envoyé une lettre au président Donald Trump pour l’alerter sur les effets négatifs qu’aurait sur ses opérations un embargo sur le pétrole contre le Venezuela.

        Qualifiant le pays d’important fournisseur de brut lourd, l’AFPM assurait que cette mesure les obligerait à chercher de moins bonnes fournitures, ce qui aurait un impact négatif sur la production de différents dérivés et augmenterait les coûts. Sans parler de la technologie spéciale d’au moins 20 raffineries sur la Côte du Golfe des Etats-Unis qui traitent cette sorte de pétrole en particulier…

        Ils soulignent que les difficultés du transport avec le Canada et les caractéristiques du brut du Mexique et de la Colombie les empêcheraient de remplacer facilement le pétrole vénézuélien et amènerait une augmentation des coûts qui serait répercutée sur le consommateur. Les principales entreprises de raffinage affectées seraient Phillips 66, Valero Energy et Chevron.

        https://www.investigaction.net/fr/venezuela-implications-eventuelles-dun-embargo-sur-le-petrole/

      3. Gilbert Duquette dit :

        @ Aamati

        J’ai oublié une phrase : Mais ça c’est trop complexe pour que Trump comprenne quoi que ce soit.

      4. Samati dit :

        @Gilbert Duquette

        Vous avez raison sur l’importance du pétrole lourd vénézuélien pour le raffineries américaines. Le pétrole lourd sert entre autres à produire du bunker C du diesel et de l’asphalte. Cependant le marché pétrolier n’est pas statique. Le pétrole vénézuélien (autrefois 700 000 barils par jour et moins de 500 000 aujourd’hui sur une demande totale d’environ 18 millions de barils par jour) peut-être substitué en partie par du pétrole canadien et mexicain. Le transport du pétrole canadien est un problème que pourrait corrigé la finalisation du pipeline Keystone XL. Le pétrole canadien pourrait alors combler l’essentiel des besoins raffineries américaines pour du pétrole lourd.

  24. Pierre S. dit :

    ——————————–

    Réponse à donner à ce président fantoche …

     » M Trump, vous etes depuis deux ans la risée de la population mondiale
    autant par votre amateurisme votre grossièreté que votre manque de jugement
    et d’intelligence. Alors, ceci ditcomme si vous n aviez pas assez de problème
    il est bien imprudent de vous prononcer sur une situation dont vous n’avez pas
    le début du commencement de la compréhension requise. En toute amitié si il
    y a un cehf d’état que l’on souhaite voir perdre sa job présentement sur la planète c’est bien vous »

    1. Henriette Latour dit :

      Pierre S.

      👏👏🤣

  25. Pierre S. dit :

    ——————-

    Message de Trump au Vénézuela …. sortez moi ce dictateur incompétent.
    Message du monde entier au américains … IDEM.

    1. Sueurs dit :

      Ben d’accord.

    2. Michèle dit :

      👏👏👍👍

  26. InfoPhile dit :

    Soyons sérieux. Cette prétendue aide humanitaire ne représente au total que des grenailles dont la date de péremption est proche sinon atteinte. Le régime Maduro aide et alimente des millions de vénézuéliens. Et la vérité est qu’une forte majorité de ce pays s’oppose aux sanctions économiques que leur infligent les Américains, ceux-là toujours disposés à renverser des régimes qui osent se tenir debout et les tutoyer.

    Quel pays ne connaîtrait pas d’immenses difficultés si ses revenus baissaient de 70% ? Même à l’époque où Chavez remettait ce pays sur les rails, la CIA travaillait âprement à le renverser illégalement. Alors qu’on ne me parle pas d’une mauvaise gouvernance.

    Si la CIA avait réussi, des millions de Vénézuéliens n’auraient pas profité de la rente pétrolière et habiteraient encore dans des bidonvilles sans eau courante ni électricité et ne sauraient pas lire, comme dans le bon vieux temps où leurs « dirigeants » se sacraient de leur sort.

    J’aimerais que l’on fasse la lumière sur les milliards de dollars gelés par Washington supposés appartenir à quelques dirigeants (1). J’ai peine à y voir autre chose que du terrorisme économique. Celui par lequel le plus grand nombre d’individus souffrent. Capable de geler – prétendument des avoirs illégaux – mais totalement impuissant à contrer l’évasion fiscale!

    1 – Les avoirs gelés sont-ils constitués de l’argent provenant du 18% de pétrole vénézuélien constituant l’assiette pétrolière américaine?

    1. Samati dit :

      Plus de $11 milliards ont disparu des coffres de la PDVSA entre 2004 et 2014 (probablement plus sous le régime Maduro). Les sanctions américaines n’ont rien à voir avec la mauvaise gestion économique du pays. Les militaires qui dirigent le pays depuis 1999 n’ont pas les connaissances pour bien gérer une économie avancée comme celle du Venezuela. La faillite de l’économie vient de leur mauvaise gestion. Un ancien ministre chaviste est par ailleurs poursuivi en Espagne pour vol et corruption.

      Je suis surpris de vous voir au coté de ces militaires corrompus.

  27. Danielle Vallée dit :

    @Rick42: ‘Ne pas oublier que le pissoux roux est à la tête de la plus puissante armée du monde…et l’armée d’opérette du Venezuela le comprend très bien!’
    L’armée cubaine est déjà sur place au Venezuela, et les mercenaires russes aussi.
    Les États-Unis vont encore avoir une vilaine surprise s’ils essaient de mettre un pied au Venezuela.
    Et bombarder des innocents, ils le font sans vergogne au Moyen Orient, mais ça ne passera pas en Amérique du sud.

    1. Math dit :

      @Danielle Vallée
      « mais ça ne passera pas en Amérique du sud. »
      j’espère que vous avez raison…

      1. Gilbert Duquette dit :

        @ Math

        Pas certain avec le Président du Brésil qui est un clone de Trump et du virage vers la droite et l’extrême droite comme Mauricio Macri en Argentine, Sebastián Piñera au Chili en 2017, Ivan Duque en Colombie, Mario Abdo au Paraguay et de Jair Bolsonaro au Brésil en 2018.

        JE vous suggère cet article : https://www.liberation.fr/debats/2018/11/04/le-virage-tres-a-droite-de-l-amerique-latine_1689865

    2. Superlulu dit :

      Vous avez entièrement raison.
      Si les É.U. tentent d’y mettre le pied, ils vont rencontrer leur Waterloo, et mieux, leur Viêt Nam.
      Mon épouse est Cubaine, ses oncles tantes, cousines et oncles sont constamment en  »mission »’ de docteurs, infirmières et autres. L’oncle Kiwi (son surnom) médecin, en reviens et a dit qu’il préfèrerait la prison qu’une autre mission au Vénézuela.
      Les Cubains ne portent pas Maduro, dans leur coeur, loin de là.
      Ils étaient pour Chavez.
      De plus, avec l’effondrement de l’économie du Vénézuela et de l’émigration vers la Colombie, ça viens de couper la majorité du marché clandestin et même légal à Cuba.
      Des centaines de mules parcouraient la région pour acheter des biens dans ces pays et se faire un petit  »négocio » C’est terminé. Ils doivent aller dans un des pays sans visa, La Guadeloupe et autres mais ce n’est plus rentable.
      Dial Canez, Poutine et autres se feront un plaisir d’aller affronter les soldats de la Moumoute.

  28. Apocalypse dit :

    @Samati – 14:03

    Si les militaires sont du côté de Maduro, ça devrait allumer des voyants rouges sur les écrans radars de ceux qui s’intéressent à ce qui se passe au Vénézuela. Le peuple Vénézuélien, Maduro n’en a rien à cirer, il n’est intéressé que par son nombril.

  29. P-o Tremblay dit :

    Les militaires doivent être mort de rire…il fait peur a personne sauf au gens de son propre pays le crétin orange

  30. Pierre S. dit :

    ——————————–

    Réponse de maduro à Trump

     » hey Donald quand t en aura fini avec Mueller, ton mur, les paiements des escotes
    et ton love story avec Kim yong UN … tu prendra le temps qu’il te reste pour aller voir
    tes chums en prison au lieu de me dire quoi faire ou quoi pas faire »

  31. InfoPhile dit :

    @Samati

    « Je suis surpris de vous voir au coté de ces militaires corrompus. »

    Oh, voilà des propos acerbes.

    Sachez que je ne suis pas du côté des militaires ni de celui de l’aspirant président. Je me limite à ce qui est factuel. Le chavisme a extirpé d’une misère extrême des millions de gens. Cela, il faut en tenir compte, tout autant des difficultés économiques et des manigances étasuniennes qui ne sont plus à démontrer et sur lesquelles vous ne vous attardez pas. N’importe qui passerait aussi mal l’examen que Maduro. Vous savez, « on » prétendait que Castro valait 25 milliards de dollars…

    Je ne pousserai pas l’insolence jusqu’à vous prêter une indifférence face à l’exploit de Chavez. Cependant, je doute que vous mesuriez bien à quel point une population très souffrante a pu en profiter. Et combien elle est reconnaissante en retour.

    Je ne veux pas minimiser l’ampleur de la corruption qui a miné ce pays depuis bien avant la venue de Chavez. Je ne lui souhaite aucun mal, tout simplement. Or, le mieux étant souvent l’ennemi du bien, l’ingérence des Américains a tout d’un coup d’état perpétré dans des circonstances pour lesquelles la sympathie et la collaboration seraient plutôt de mise; cela dans une perspective humaniste, celle qui exclut toute violence ou toute incitation à la violence ou tout ce qui risque d’envenimer la situation. On est loin, loin de la façon de faire des Yankees.

    Subsidiairement: Comment se fait-il qu’un pays immensément riche en pétrole et qui l’exploitait depuis longtemps, présentât d’aussi flagrantes d’inégalités économiques comme c’était le cas avec le Venezuela d’avant Chavez? On y trouvait le plus grand nombre de millionnaires – au pro rata – de tous les pays du monde.

    Peut-on dire que le capitalisme a alors échoué lamentablement à nourrir, loger, soigner, éduquer l’ensemble du peuple vénézuélien? Pourtant, ce n’est pas la richesse qui manquait. Le ruissellement n’y a pas fonctionné. Comme c’est curieux.

    Pourquoi le pétrole doit-il être payé en dollars américains? S’il y en a un ici qui a la compétence pour répondre à ces questions, c’est bien vous.

    1. jcvirgil dit :

      Il y a un petit détail, Maduro a été élu par le peuple vénézuélien.

      Mais l’histoire prouve amplement que lorsque les peuples ne votent pas dans le sens de leurs intérêts, les gouvernement américains n’ont aucun scrupule à inventer des raisons pour les renverser.

      S’ils tiennent tant à être les gendarmes du monde qu’ils s’occupent donc de la dictature de leur allié saoudien et de l’Égypte gouverné par une junte militaire qui a renversé un gouvernement élu.

      1. Samati dit :

        L’Assemblée nationale a également été élue lors d’élections valables. Maduro a été élu après qu’il ait mis en prison ses opposants.

  32. gérard séguin dit :

    Tous les pays en perdition, sont tous gouverner par des criminels ou des je, me moi. VIVE les pays nordiques, l’hiver nous protègent des virus politique. Car la dureté du climat, nous amène à être plus conscient… Un jour peut-être la vrai âme russe prendra le dessus sur les criminels.

    1. jcvirgil dit :

      @Samati

      Vous vous mêlez avec le Brésil ou le Trump brésilien Bolsonaro à été élu après une magouille de l’oligarchie et d’un système de justice corrompu qui a mis en prison juste avant l’élection l’ex président Lulla en avance dans tous les sondages.

      Le taux de participation fort bas à permis d’élire ce néo-fasciste grand ami du pouvoir américain.

      1. Samati dit :

        @jcvirgil

        Bolsonaro est aussi répugnant que peuvent l’être Maduro ou Trump.

  33. Jean dit :

    Trump ne disait pas que les États-Unis allaient cesser d’être les gendarmes du monde ou un truc semblable d’où le repli américain sur bien des dossiers internationaux.
    Et là, Trump veut sauver la veuve et l’orphelin.
    Manduro ne l’a sans doute pas assez flatté sur le sens du poil.

  34. Samati dit :

    J’ai eu la chance de pouvoir voyager dans ce pays au début du règne de Chavez. J’étais, comme je vous l’ai déjà dit il y a longtemps sur le blogue de LaPresse , relativement en faveur des réformes de Chavez. Malheureusement, Chavez était un populiste (comme Trump mais de gauche) qui avait le défaut de ses qualités. Il n’écoutait pas les conseils de ses experts et a mené le pays vers le désastre économique où il se trouve actuellement.

    Sa réforme agraire qui était nécessaire a échoué en raison de décisions douteuses et à courte vue. Les terres auraient dû être données aux paysans qui y travaillaient plutôt qu’à des coopératives constituées de personnes n’ayant jamais travaillé la terre. La production agricole a chuté drastiquement, et le pays s’est mis à importer l’essentiel de ses aliments de l’étranger.

    Il a redistribué le cash flow de la PDVSA dans des programmes sociaux, en ignorant qu’une société pétrolière doit constamment réinvestir dans de nouveaux puits pour contrer le déclin normal de la production. La production pétrolière est passée de 3 millions de barils par jour à moins de 1 million aujourd’hui. Ce déclin de la production était prévisible et Chavez a mis à pied toutes les personnes qui ont tenté de le dissuader.

    Tant que les prix du pétrole et les revenus de l’état étaient élevés, Chavez a pu mettre en place ses réformes. La crise de 2008 et la baisse du prix du pétrole à partir de 2013 a montré que la stratégie économique de Chavez ne reposait que sur la rente pétrolière. Cette mentalité de rentier a amené le déclin des autres secteurs industriels du pays.

    En plaçant des militaires dans les sociétés d’état et les agences gouvernementales, Chavez a permis à des incompétents de prendre des décisions pour lesquels ils n’avaient pas aucune compétence. Les militaires ont tôt fait de corrompre tout le système gouvernemental. Une amie ingénieure dans une société métallurgique appartenant à l’état, me confiait que ses nouveaux patrons vendaient aux employés de l’usine tous les biens de première nécessité dont les magasins ne vendaient plus faute d’accès aux importations. Elle a quitté avec sa famille élargie pour le Mexique où elle travaille maintenant.

    Les sanctions américaines ne sont pas responsables de la mauvaise gestion économique du pays. Les premières sanctions, mises en place sous Obama visaient à contrer la fuite de capitaux vers les États Unis organisée par les individus les moins honnêtes du gouvernement chaviste. Il aurait été immoral pour les États Unis de ne pas réagir devant ce vol qualifié dont la population vénézuélienne était victime.

    Aujourd’hui la majorité de la population vit dans une grande pauvreté en raison de l’échec de ce mouvement populiste qui a mal tourné.

    Je vous invite à prendre connaissance de la liste des sanctions imposées par les États Unis.

    https://www.state.gov/e/eb/tfs/spi/venezuela/

    Sur ce dossier il faut éviter de tomber dans la pensée binaire. On peut décrier autant le populisme de droite que celui de gauche.

    1. Samati dit :

      Mon message de 16:27 s’adressait à InfoPhile

  35. InfoPhile dit :

    @samati

    D’abord merci pour votre très valable réponse.

    Il y a néanmoins quelques points que je voudrais contester quelque peu. Par exemple à propos des coopératives. J’en ai entendu un autre son de cloche.

    Sur la répression aussi. Il est aisé de reprocher au régime Maduro d’avoir tassé des opposants. Il y a un contexte à cela. Une partie de l’opposition n’était tout simplement pas parlable et a tenté à des multiples reprises de s’arroger des pouvoirs qu’elle n’avait pas. On peut l’accuser, elle aussi, d’une grande incompétence démocratique.

    1 – Au printemps 2016 une des oppositions a prétendu avoir amassé 2 millions de signature au bas d’une pétition dont elle avait rédigé les termes. Or, il s’est avéré que 600,000 de ces signatures ne valaient pas d’être comptabilisées. Il faut savoir que le processus électoral au Venezuela à maintes fois passé le test au cours des derniers 20 ans. Un détail qui en dit pas mal: les votants doivent fournir, en plus des pièces d’identités, leurs empreintes digitales.

    La réputé organisation de Jimmy Carter qui a couvert plusieurs élections là-bas a dit qu’elles étaient les plus honnêtes de la planète!

    2 – Toujours en 2016 l’opposition, qui contrôlait le parlement, a outrepassé ses droits dévolus par la constitution. Son vote en faveur de la destitution du président Maduro n’avait pas de valeur légale et elle le savait.

    3 – Cette même opposition s’est retiré en décembre 2016 du dialogue instauré par l’entremise de l’Unasur (L’Union des nations sud-américaines) et du Vatican pour trouver un accord de résolution de la crise politique. Voilà qui en dit long sur son « amour » du pays.

    4 – Un petit mois plus tard, début 2017, Julio Borges, alors président de l’Assemblée nationale, a appelé l’armée à se rebeller. Rien que ça!

    C’est dans ce contexte que des opposants, pas tous, loin de là, se sont vus exclus des élections présidentielles de 2018. Et puisque les absents ont toujours torts, pourquoi une bonne partie de l’opposition a décidé de boycotter les élections présidentielles par lesquelles Maduro a été reconduit? Ou comment jouer à la victime pour se faire l’agresseur. À tort ou à raison, les appuis envers Maduro restent substantiels.

    Autre point à propos des sanctions américaines.

    «Les dernières sanctions gelaient le transfert des fonds provenant de la CITGO pour éventuellement les verser au représentant de l’assemblée nationale dûment élue, M. Guaidó.»

    Une telle ingérence est proprement scandaleuse! Imaginez, détourner des fonds qui appartiennent à l’état vénézuélien au profit d’un opposant « dûment élu », certes, mais usurpant sa fonction. Et quoiqu’on en dise, Maduro a également été dûment élu, quoiqu’il a manoeuvré en devançant la tenue des élections, je le reconnais.

    Et comment Guaido a-t-il utilisé cet argent sinon pour, on s’en doute, au moins en partie, alimenter l’actuelle rébellion ?

    Les Vénézuéliens doivent revenir au dialogue, ça me semble la seule issue. l’Unasur et le Vatican peuvent et doivent assumer le leadership nécessaire.

    En terminant, le lourd vénézuélien constitue 18% de la consommation pétrolière américaine. Sa valeur stratégique est donc réelle. Au fil du temps des milliards ont été investis dans des raffineries américaines pour raffiner ce pétrole qui présente des particularités. On ne retourne pas pareil navire sur un dix cennes!

    1. Samati dit :

      Merci de votre réponse détaillée.

      J’aurais deux commentaires. Dans votre réponse vous faites abstractions de la corruption et de la violence qui a touché autant le régime Chavez (à partir de 2004-05) que celui de Maduro. Cela explique probablement la montée de l’opposition et de ses élections gagnées qu’a répudié Maduro en mettant en place illégalement son assemblée constituante. L’opposition aujourd’hui n’a aucun rapport avec celle d’il y a vingt ans, dont une partie des supporteurs sont soit morts ou ont quitté pour toujours le pays.

      Concernant votre statistique, j’ignore d’où elle provient. Les États Unis consomment près de 19 millions de barils de pétrole et de gaz liquides par jour (BPJ) dont près de 6 millions de BPJ sont importés. Le Venezuela exportait aux USA ces dernières mois/années autour de 400 – 500 mille BPJ (il en exportait autour de 700-800 mille par jour auparavant). Si on exclu les gaz liquides, la demande des raffineries américaines totalise autour de 16 millions de BPJ. Un calcul rapide nous donne un pourcentage entre 2 et 2,5% des besoins américains en pétrole vénézuélien.

      https://www.eia.gov/petroleum/supply/weekly/pdf/table1.pdf
      https://www.eia.gov/petroleum/supply/weekly/pdf/table8.pdf

      Le pétrole vénézuélien contient plusieurs contaminants dont le pentoxyde de vanadium, produit hautement toxique, utilisé en autres dans la production de certains types d’acier (sous forme de ferro-vanadium). La production de ce type d’acier étant en baisse aux États Unis, les raffineries, en raison des réglementations environnementales pour le transport et la disposition de ce produit se retrouvent avec des stocks de pentoxyde de vanadium coûteux à gérer. Les raffineries américaines ont investi depuis 20 ans pour remplacer le pétrole lourd vénézuélien par du pétrole lourd canadien (le principal fournisseur de ce type de pétrole aux États Unis), mexicain, colombien et d’ailleurs.

      La Chine est devenu un marché principal pour le pétrole vénézuélien qui y est vendu pour payer une partie de la dette envers la Chine.

Répondre à Apocalypse Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :