Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

1128057909.jpg.1549564600

L’aile progressiste du Parti démocrate, menée par Alexandria Ocasio-Cortez et appuyée par plusieurs candidats présidentiels, a dévoilé aujourd’hui son fameux Green New Deal dont on entend parler depuis plusieurs mois. L’appellation fait référence au New Deal de Franklin Delano Roosevelt qui a transformé les États-Unis dans les années 1930 et 1940 ainsi qu’au plan endossé par l’ONU pour encourager les pays de la planète à s’engager dans la transition énergétique. Il ne s’agit pas d’un projet de loi mais d’une résolution non contraignante qui devrait néanmoins guider les États-Unis vers un objectif extrêmement ambitieux voire utopique : créer une société neutre en carbone d’ici dix ans tout en assurant un partage équitable de la prospérité. Faut-il en rire ou en rêver?

La représentante démocrate de New York, qui co-parraine la résolution avec le sénateur démocrate du Massachusetts Ed Markey, résume ainsi la façon dont cet objectif sera réalisé :

«Le Green New Deal accomplit cela grâce à une mobilisation comparable à la Seconde Guerre mondiale qui met à profit la créativité et la vigueur du moteur économique des États-Unis pour inverser le changement climatique en reconstruisant complètement nos infrastructures vieillissantes, en restaurant nos écosystèmes naturels, en transformant nos systèmes de transport en entier, en rénovant tous nos immeubles, en encourageant la production industrielle propre aux États-Unis et en mettant les gens de notre nation au travail pour faire ce qu’ils font le mieux : rendre l’impossible possible.»

Le Comité national du Parti républicain n’a pas mis de temps pour dénoncer ce qu’il a qualifié de «liste de souhaits socialiste». Il a estimé à 2 000 milliards de dollars le coût de la décarbonisation de l’économie et 1 million le nombre d’emplois perdus à la suite de l’élimination des énergies fossiles, tout en prédisant une perturbation probable du commerce international.

Le Green New Deal a cependant été appuyé par les sénateurs Cory Booker, Kamala Harris et Elizabeth Warren, entre autres candidats démocrates à la présidence.

Quant à AOC, voici ce qu’elle a répondu ce matin sur NPR aux républicains et autres critiques concernant le coût du Green New Deal et le rôle que le gouvernement fédéral devra jouer pour le mettre en oeuvre :

«Nous avons essayé leur approche pendant 40 ans. Pendant 40 ans, nous avons laissé le secteur privé s’en charger. Ils ont dit : ‟Nous nous en occupons, nous pouvons faire cela. Les forces du marché vont nous forcer à innover”. Sauf qu’il y a une réalité économique qui s’appelle externalités. Cela signifie que des entreprises peuvent déverser des produits polluants dans les rivières et elles n’ont pas à en payer le prix, et que les contribuables doivent casquer pour dépolluer l’air, l’eau et sauver la planète. Et donc nous assumons déjà les coûts, sauf que nous n’en avons retiré aucun profit. Nous sommes donc ici pour dire que le gouvernement n’est pas là seulement pour nettoyer les gâchis des autres mais également pour trouver les solutions aux endroits où le secteur privé ne le fera pas.»

Le site Vox propose cette analyse du Green New Deal alors que le site conservateur The Federalist énumère la liste des dix «conditions les plus folles» du plan, incluant l’élimination de «99% des voitures» et de l’ensemble du «transport aérien». Cette liste continent une bonne dose de mauvaise foi mais elle illustre comment le Green New Deal est accueilli par la droite.

(Photo Getty Images)

64 réflexions sur “Green New Deal : faut-il en rire ou en rêver?

  1. Mouski dit :

    Viens tout juste d’écouter une entrevue de OAC avec Chuck Todd sur MSNBC, très impressionnant.

  2. Paul Roux dit :

    Si c’est une utopie, c’est une très belle utopie!

  3. P-o Tremblay dit :

    Tiens la droite est contre l’écologie… incroyable qui aurait crue ça.

  4. spritzer dit :

    « Il a estimé à 2 000 milliards de dollars le coût de la décarbonisation de l’économie »

    Pas tellement plus cher que la guerre en Irak. Cela dit je n’ai pas confiance du tout dans la bonne volonté des US et des autres.

  5. lechatderuelle dit :

    les dinosaures aussi refusaient de regarder une autre façon de vivre….

    prendre le virage ne fait pas perdre des emplois mais plutôt en crée…

    1. Surlacloture dit :

      « prendre le virage ne fait pas perdre des emplois mais plutôt en crée… »

      On n’en parle jamais, et c’est pourtant un formidable moteur de motivation!

      Je peine à croire que les États-Uniens vont accepter un changement aussi radical, même s’il est absolument nécessaire, mais je reste convaincue que l’industrie n’a pas encore réalisé les profits faramineux qui attendent d’être cueillis par les audacieux qui oseront changer le monde. Quand ils en prendront conscience, il sera probablement trop tard.

  6. RICK42 dit :

    Comme le chantait si bien le regretté Jacques Brel:Rêver un impossible rëêêêêê^veeeee….

  7. Moi j’en ris! Tout ça en 10 ans!
    Faudra d’abord changer la mentalité des Américains avec leur gros pickup et leur Hummer limousine avant d’espérer une société neutre en carbone.

  8. Benjen Stark dit :

    Donc d’ici 10 ans, on va mettre tous les immeubles à terre pour les rebâtir EN PLUS d’éliminer l’industrie aéronautique?

    1. jeani dit :

      Vous écrivez en majuscule pour imiter l’autre tarla qui fait la même chose sur Twitter?

      En attendant, envoyez donc un message aux représentants du Gouvernement du Québec pour les forcer à accepter le deal de M. Dominique Champagne. Vous auriez l’air plus allumé, plutôt que de dire une sottise aussi grosse, qui sera répétée ad nauseam, par la drette Etats-Unienne et Canadienne … « Éliminer l’industrie aéronautique ».

    2. A.Talon dit :

      @ Benjamin Psycotté 18h01

      Dites, vous êtes pas tanné de répéter sans cesse les débilités les plus déjantées de l’extrême-droitw? Ça se soigne votre affaire…

  9. bloganon dit :

    Peut-être un rêve, mais un rêve en grande partie réalisable et abordable pour la plus grande économie de la planète qui gaspille énormement de ressources à des fins bien moins utiles.

    1. Benjen Stark dit :

      @bloganon En éliminant l’aéronautique, vous tuez l’économie. Point barre.

      1. spritzer dit :

        Qu’est-ce que l’aéronautique vient faire là-dedans? Pourquoi l’éliminer?

      2. A.Talon dit :

        Vraiment n’importe quoi, cette andouille picottée.
        Peut bien répéter constamment les âneries trumpeuses.

  10. NT dit :

    C’est exactement ces propositions socialistes qui vont entraîner la défaite des démocrates en 2020. Comme Trump l’a évoqué dans son discours, ce sera une élection Capitalisme et Liberté VS Socialisme et Interventionnisme. Que cela ne vous plaise, le capitalisme va l’emporter 100% du temps aux États-Unis.

    1. A.Talon dit :

      Faussetés et simplifications à outrance. Comme votre gourou orangé. FYI, le socialisme n’a rien à voir là-dedans. Vous n’avez jamais entendu parler du capitalisme vert?
      https://en.wikipedia.org/wiki/Eco-capitalism

      La réalité, c’est qu’il y a déjà du «gros cash» à faire dans le domaines des énergies vertes et qu’il y en aura encore plus à faire dans l’avenir. Du très «gros cash». Ce sera même au cours des prochaines décennies l’un des pôles de croissance les plus vigoureux des économies avancées. Et mêmes des pays en voie de développement. La Chine l’a déjà compris, elle qui est devenue depuis peu le principal producteur de panneaux photo-voltaïques au monde.

  11. Superlulu dit :

    Ils sont jaloux de notre parti du Québec Solidaire?
    Eux aussi militent pour la même chose. GND
    Et ils ont déjà leur Gabiel Nadeau Dubois.

  12. Martin cote dit :

    Peut-être rêver l’impossible…mais c’est un beau rêve et beaucoup mieux que le cauchemar de Trump qui veut redémarrer les centrales au charbon et par le fait même les mines de charbon …..

    1. Henriette Latour dit :

      Martin cote

      👏👏

  13. A.Talon dit :

    «Il ne s’agit pas d’un projet de loi mais d’une résolution non contraignante»

    Il n’y a donc pas lieu de déchirer sa chemise, hein les Répus? Le Green New Deal ne fait que suggérer un objectif vers lequel toute société industrielle avancée devrait se diriger.

  14. A.Talon dit :

    «un objectif extrêmement ambitieux voire utopique : créer une société neutre en carbone d’ici dix ans tout en assurant un partage équitable de la prospérité.»

    Ce qui est utopique, ce sont les très court délais imposés par ce programme, pas l’objectif en soi auquel toute société civilisée devrait aspirer. Pour tout dire, c’est en fait la planète entière qui devrait devenir au plus tôt cette société neutre en carbone si on veut éviter la catastrophe.

  15. Marc dit :

    Il faut en rêver bien sûr, mais tant que le gros colon irritant (ou un autre Républicain) sera au pouvoir, cela restera un rêve, voire une utopie.

  16. A.Talon dit :

    Concernant l’urgence d’agir, voici ce qu’il en est exactement selon la NASA et le NOAA:

    «2018 Fourth Warmest Year in Continued Warming Trend, According to NASA, NOAA»
    https://www.nasa.gov/press-release/2018-fourth-warmest-year-in-continued-warming-trend-according-to-nasa-noaa

    INTRO: «Earth’s global surface temperatures in 2018 were the fourth warmest since 1880, according to independent analyses by NASA and the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).»

  17. A.Talon dit :

    «Le Green New Deal accomplit cela grâce à une mobilisation comparable à la Seconde Guerre mondiale…» (E.Markey)

    Sans aucun sentiment d’urgence ou consensus dans la société, cela sera malheureusement impossible. D’autant plus qu’on parle des très individualistes États-Unis et non d’une social-démocratie avancée comme la Scandinavie. La proposition est néanmoins aussi intéressante qu’ambitieuse et pourrait possiblement s’appliquer à plus petite échelle ici et là à travers le pays, au Vermont et en Californie notamment.

  18. Apocalypse dit :

    ‘L’aile progressiste du Parti démocrate, menée par Alexandria Ocasio-Cortez et appuyée par plusieurs candidats présidentiels…’

    Two Thumbs Up!

    Très ambitieux, mais il est grand temps de se donner des objectifs très précis et un court échéancier pour les réaliser, sinon dans quelques décennies, les coquerelles se diront, c’est bien vrai que la patience est une vertu; il suffisant d’être patient, toute cette bande idiots a trouvé le moyen de s’auto-détruire et voilà qu’on hérite de la Terre sans s’être donné beaucoup de troubles … LOL

    La seule chose qu’on voit de la vieille garde est de toujours remettre à plus tard en espérant que les problèmes vont se régler par magie ou qu’on pourra vivre nos vies sans devoir faire de sacrifices, pas pour rien qu’on veut voir une nouvelle génération de politicien(ne)s.

  19. A.Talon dit :

    «Le Comité national du Parti républicain (…) a estimé à 2 000 milliards de dollars le coût de la décarbonisation de l’économie et 1 million le nombre d’emplois perdus à la suite de l’élimination des énergies fossiles»

    Mais 2000 milliards de dollars pour la décarbonisation, n’est-ce pas comparable aux 1500 milliards de dollars d’inutiles cadeaux fiscaux de l’année dernière? Quoiqu’il en soit, ces chiffres sont sûrement douteux compte tenu de leur provenance.

    Quant au million de pertes d’emploi dont nous menacent les Répus, il relève de la fabulation pure et simple. Non seulement n’y aura-t-il pas autant de pertes d’emploi dans le secteur des énergies fossiles mais il est reconnu que celui des énergies vertes génère beaucoup plus d’emplois que l’autre. Et des emplois de meilleur qualité, mieux payés, par dessus le marché.

    1. Surlacloture dit :

      Ces 2000 milliards ne seront pas envoyés dans l’espace et perdus à jamais, ce sont les entreprises prêtes à passer à l’action qui les empocheront, ainsi que leurs employés.

      Perdre des millions d’emplois? Il faudra plutôt embaucher à tour de bras pour assurer la réalisation d’un pareil tour de force. Personne ne chômera!

  20. A.Talon dit :

    «Le Green New Deal a cependant été appuyé par les sénateurs Cory Booker, Kamala Harris et Elizabeth Warren, entre autres candidats démocrates à la présidence.»

    Voilà un bon signal. Il est à souhaiter que le Parti Démocrate puisse intégrer plusieurs éléments du Green New Deal dans sa plate-forme électorale pour 2020. Le parti aura besoin de proposer de l’espoir pour l’avenir et des projets stimulants pour s’opposer efficacement à la noirceur et à la peur véhiculée par les trumpeux. Mais surtout pour stimuler les moins de 40 ans à aller voter.

  21. igreck dit :

    « Le Comité national du Parti républicain n’a pas mis de temps pour dénoncer ce qu’il a qualifié de «liste de souhaits socialiste». Il a estimé à 2 000 milliards de dollars le coût de la décarbonisation de l’économie et 1 million le nombre d’emplois perdus à la suite de l’élimination des énergies fossiles, tout en prédisant une perturbation probable du commerce international. »

    Ah Ah Ah !
    Manque pas d’air le CNPR ! La plus grande perturbation que leur pays a connu à l’ère moderne est le bouffon ignare qu’ils ont installé derrière le « Résolute desk » et qu’ils continuent de soutenir malgré toutes les insanités qu’il éructe et les imbécilités qu’il commet.

    1. ghislain1957 dit :

      @ igreck

      Sans compter que le Moron In Chief a donné 1,600 milliards de baisses d’impôts aux corporations et aux riches amis du parti. 1,600 milliards, c’est presque le coût estimé par le GOP de ces mesures, soit 2,000 milliards.

    2. Henriette Latour dit :

      Igreck et ghislain 1957

      👏👏

  22. ghislain1957 dit :

    Tant que les corporations vont gérer la politique et en particulier les politiciens du GOP, comme Trump avec son « clean coal », rien ne bougera. Il vaut mieux avoir des projets utopiques que pas de projets du tout.

  23. A.Talon dit :

    «Green New Deal : faut-il en rire ou en rêver?»

    Toute grande réussite commence toujours par un rêve, M. Hétu. Des idées folles relevant du rêve, ce pays en a connu plusieurs depuis sa conception. Parmi les plus remarquables: la formation d’une république, la séparation des pouvoirs, l’abolition de l’esclavage, le droit de vote universel, le chemin de fer transcontinental, le New Deal, la déségrégation, la conquête de la Lune, etc.

  24. xnicden dit :

    @marie4poches 18:00

    « Faudra d’abord changer la mentalité des Américains avec leur gros pickup et leur Hummer limousine avant d’espérer une société neutre en carbone »

    En gros c’est très juste je crois…Mais ce qui me donne espoir c’est que l’on est peut être pas si loin du Saint Graal de l’énergie verte pour les plus gros consommateurs de pickup soit les campagnes et travailleurs de la construction: un véhicule versatile avec une grande autonomie qui permettra de tirer des charges importantes. Qui aurait dit il y a 5 ans qu’on aurait accès à des véhicules personnels dépassant le 400 km d’automieo aujourd’hui?

    Je pense au milieu de l’agriculture que je connais plus particulièrement. Si on leur donne le choix entre un pickup qui fait du 6 litres aux 100 km et un autre qui tire autant avec une autonomie d’une journée et qui leur coûte le tiers du coût en électricité, ils se convertiront les doigts dans le nez. Je crois que ce sera la même chose aux USA.

  25. kintouai dit :

    Les enfants et les petits-enfants de nos dretteux seront dans la merde jusqu’au cou, mais nos dretteux s’en foutent comme de l’an quarante. Me, myself and I, pourvu que je puisse continuer le plus longtemps possible à polluer la planète. Bande de salopards !

  26. loup2 dit :

    HS
    Regarde ça mon p’tit justintin. Même les États-Unis réagissent.

    – « Au Sénat, un groupe d’élus des deux bords politiques a présenté jeudi une proposition de loi pour interdire notamment certaines ventes d’armes à l’Arabie saoudite, en raison du meurtre du journaliste mais aussi du rôle controversé de Riyad dans «le conflit dévastateur au Yémen».

    Une carpette le fils à PET.
    Je donne pas le lien, mon message va être dans les limbes pendant une couple d’heures.

    Le titre de l’article sur le site de La Presse : Trump doit dire vendredi qui est responsable du meurtre de Khashoggi

  27. @ Apocalypse

    Lorsque je parle de la mentalité aux USA, je ne parle pas nécessairement de ceux qui ont besoin de pickup pour leur travail quoique pour certains mâles alpha, un pickup électrique fait un peu « tapette »(à leurs yeux, pas aux miens)
    Imaginez vous Brian Kemp avec sa carabine au volant d’un pickup électrique??

    1. Pas Apocalypse, à xnicden!

    2. xnicden dit :

      Poser la question est y répondre! Je ne connais pas la proportion de ceux qui ont besoin d’un pickup pour leur travail vs les consommateurs qui voient leur véhicule comme une affirmation publique de leur pseudo virilité. Ces derniers seront difficiles à convertir, d’autant plus que l’industrie fait son brainwashing depuis des décennies. Il faudra attendre leur extinction comme les dinosaures j’imagine.

      1. jeani dit :

        Genre, comme ceux qui pensent affirmer leur pseudo-virilité en faisant le plus de bruit possible sur leur Harley … les jambes bien écartées!

      2. Lecteur_curieux dit :

        Et en prenant l’autobus… Quelle virilité on exprime ? Et en marchant ?

    3. kelvinator dit :

      Il y a le roll coal, des gens (hommes) modifie leur moteur diesel pour faire plus de boucane sous le prétexte d’avoir plus de torque.

      Il y a aussi les manifestation spontanés de gros truck qui bloque les borne électriques.

      Les mentalités semble être assez opposé. Il y a du chemin à faire…

  28. Samati dit :

    Dix ans me semble un peu court compte tenu que la majorité des voitures à essence vendues aujourd’hui ont une durée de vie de 10 ans ou plus. Les voitures électriques remplaceront peu à peu les voitures à essence mais possiblement dans 20 ou 30 ans.

    Il faut se rappeler que l’électricité produite aux États Unis provient principalement de la consommation de charbon (le plus polluant mais en décroissance) et du gaz naturel (moins polluant et a permis aux USA de réduire de façon importante leur production de CO2 au cours des dix dernières années).

    Les énergies alternatives (solaire et éolien) sont appelées à croître rapidement mais ne pourront répondre à l’ensemble des besoins électriques des américains avant 15 à 20 ans.

    Pour réduire la consommation de pétrole pour fin de transport, le gouvernement américain devrait imposer des taxes élevées sur l’essence et sur les billets d’avion. On a vu en France les difficultés d’une telle approche.

    Le Green Deal peut servir à amorcer cette transition de façon harmonieuse si il se donne des échéanciers plus réalistes.

    1. Dekessey dit :

      Bien dit.
      Je suis en faveur de ce green new deal, mais l’échéance est irréaliste.
      L’industrie et l’économie sont en train de se convertir, mais 10 ans c’est trop court.
      On ne peut pas tout détruire les bâtiments, les usines et la machinerie qui polluent et tout refaire en si peu de temps.
      Il faudrait d’ailleurs les détruire avec de la machinerie… fonctionnant au diesel!
      De plus, les avions électriques ce n’est pas pour demain, loin de là! Et les voyages en avion laissent une très grosse empreinte écologique.

    2. kelvinator dit :

      Sans oublier la production de batterie. Les techniques évolue, mais en dix ans, on peinera à produire assez de batteries électriques pour fournir tout ces véhicules, surtout si on fait des poids lourds. L’efficacité actuelle des batteries comparé à leur poids laisse à penser que ces poids lourds ne feront que du local.

  29. gl000001 dit :

    Je l’aime !!

  30. gl000001 dit :

    Si la guerre peut être un moteur économique, la paix, la dépollution, la transformation verte peut en être une plus grande. Les Répus manquant d’imagination. A cause de la peur bien sur !!

  31. Lecteur_curieux dit :

    Les idéalistes utopistes révolutionnaires versus les dinosaures réactionnaires.

    On ne peut pas confier la gestion environnementale ni à un ni à l’autre.

    Pour les Républicains, un groupe d’économistes avait des bonnes idées pouvant donner des résultats mais si le parti ne les écoute pas on ne peut pas avancer et le vétéran démocrate pourrait probablement s’entendre avec eux. Oui l’environnement en économie libérale néo-classique fait partie des échecs du marché. Le marché seul ne peut pas régler le problème. L’air pur par exemple est un bien public. La pollution est une externalité négative. Et on emploie le mot libéral en économie alors qu’en politique cela peut être les conservateurs qui sont les libéraux économiques. Un marché libéralisé c’est sans intervention de l’État mais il y a les échecs du marché. C’est une des écoles de pensée. D’autres veulent plus d’interventions d’autres encore moins.

  32. Lecteur_curieux dit :

    Greg Mankiw est pourtant républicain mais économiste sérieux:

    http://gregmankiw.blogspot.com/2019/01/how-you-can-support-putting-price-on.html?m=1

    Lui ce sont des bons conseils mais à mettre en pratique pour les démocrates ce sont des rêves et voeux pieux.

    Le hic même ce qui est parfaitement réalisable économiquement et administrativement est bloqué politiquement par ceux qui ont intérêt à ce que les choses ne changent pas.

    1. igreck dit :

      @Lecteur_Curieux
      Le hic même ce qui est parfaitement réalisable économiquement et administrativement est bloqué politiquement par ceux qui ont intérêt à ce que les choses ne changent pas.

      Tout à fait juste !

  33. 430a dit :

    Et si on commençait par cesser de chier dans l’eau potable…

  34. Alexander dit :

    Intéressant que Booker, Harris et Warren appuient cette initiative des méchants « socialistes ». Est- ce que ça va nuire à leurs chances? Est- ce que ça va prendre un démocrate plus centriste pour récupérer les votes républicains de centre-droite?

    Peut-être pas. Faut avoir le courage de ses convictions. Un discours positif et innovateur, peut-être que c’est ça l’électrochoc qui peut ramener les EU dans le giron d’une certaine normalité.

    Mais ils ne pourront pas tout changer dans un premier mandat, au nombre de freins et de contre-pouvoirs qui existent.

  35. Gilles Morissette dit :

    Excellent plan. Idéaliste, rêveur? Peut-être mais drôlement porteur d’espoir pour ceux qui croient que notre sort est lié à celui e notre planète.

    La réaction démagogique des Répugnants ne devraient surprendre personne. Ces dinosaures ont laissé les gros pollueurs accomplir leur sale besogne en toute impunité et ils se sont empressés de nous refiler la facture.

    La réponse de AOC aux élucubrations des Dretteux parle par elle-même.

  36. InfoPhile dit :

    Ce Green New Deal tient la route pour ceux qui ont suivi le développement des énergies renouvelables et celui des technologies sous-jacentes depuis quelques années. Et la relative indépendance énergétique des États-Unis qui en découlera sera un facteur de stabilité mondiale.

    À lui seul, le développement du secteur éolien à des fins de production de pétrole synthétique (hydrogène combiné à du Co2) destiné à l’alimentation des moteurs à réaction du secteur aéronautique, sera un formidable créateur d’emplois stables.

    Évidemment, un tel plan est de nature à fortement mécontenter les frères Koch et autres qui ont fait main-basse sur les énergies fossiles.

    Imaginez, chauffer et climatiser notre maison en combinant une production d’électricité, nécessaire à l’alimentation d’une pompe thermique, avec le potentiel de la géothermie basse température! De grosse économies d’énergie et des prix stables. On est rendu là. Dix ans? Bof, je dirais 15 ans. Et puis?

    Tenez, une percée parmi tant d’autres:

    https://www.geo.fr/environnement/le-jour-se-leve-pour-des-panneaux-solaires-revolutionnaires-194433

  37. Dekessey dit :

    Et pendant ce temps, en Asie…
    Oops

    1. jcvirgil dit :

      Si vous parlez de la Chine ils ont déjà fait le virage vers les énergies renouvelables. D’ailleurs ce n’est pas comme s’ils avaient le choix . Il faut voir leurs citoyens porter des filtres au visage dans certaines de leurs grandes villes où ils ne voient jamais le soleil à cause du smog de pollution.

      http://www.ieim.uqam.ca/spip.php?page=activites-cirdis&id_article=9159

  38. jcvirgil dit :

    Au Québec les 260,000 signataires du pacte environnemental envoient un message clair au gouvernement Legault pour qu’il s’engage sur des cibles contraignantes.

    https://act.greenpeace.org/page/38005/action/3

  39. nickoleterrible dit :

    La première étape c’est de se faire élire , je crois pas que ça puisse arriver en proposant des changements aussi radicaux.

    1. jcvirgil dit :

      C’est à eux de faire de l,éducation populaire et d’expliquer en quoi ces changements ne sont pas radicaux mais s’inscrivent dans une logique pour sauver le climat de la planète. Les énergies vertes c’est l’économie du XXl e siècle qui engendre déjà une activité économique considérable.

      Si les Américains y avaient investis seulement une partie des trillions de dollars qu’ils ont mis dans les guerres au Moyen-Orient pour le contrôle du pétrole , ils seraient les leaders mondiaux de cette économie et de ses technologies afférentes.

      1. igreck dit :

        En effet, ce sont les leaders mondiaux de la destruction car ils imposent leurs volontés plutôt qu’aider dans le respect.

  40. P.L. dit :

    On dit que la population américaine n’est pas prête, que les mentalités sont très conservatrices. C’est prendre le problème à l’envers. La seule façon de rallier tout le monde, c’est de ne pas l’attendre, tout le monde. Les septiques ne pourront jamais se rallier si on ne leur montre pas que ça peut donner des résultats.

    Dès qu’on a 50% + 1 des gens qui sont d’accord, on fonce, il n’y a rien d’autre à faire. Et, malgré l’image que Trump donne, il y a au moins 50% des américains qui sont progressistes, à des degrés différents bien sûr.

    Si une candidate aussi faible (ou du moins affaiblie) que Clinton a pu gagner le suffrage populaire alors que Trump n’avait encore rien fait pour détruire le pays, ça nous montre bien que la population américaine est prête. Le redécoupage partisan des circonscriptions, la suppression des minorités des listes électorales, la déficience de représentativité du collège électoral, ça c’est un autre débat. Mais la population, elle, elle est prête. J’en suis convaincu.

  41. kelvinator dit :

    Personnellement, je suis sceptique.

    Les USA d’aujourd’hui ne sont pas reconnu pour leur changements important, pour leur refonte en profondeur de leurs institutions. Les USA sont très conservateurs, probablement un des pays occidentaux les plus conservateurs. Par exemple Obamacare, qui voulait à peine un peu plus d’ingérence gouvernementale dans les services de santé, a été le résultat d’une lutte ardue. Les choses ont plutôt tendance à avancer à très petit pas, surtout à cause du radicalisme grandissant.

    C’est pourquoi j’ai toujours vu comme utopique les changements important que veulent la frange la plus à gauche. Les USA ne sont pas le Canada malgré plusieurs similarités. Vouloir imposer un programme aussi grand en à peine 10 ans, alors même que la Maison Blanche est dominé par le plus radicalement conservateurs des président, je doute que cela soit possible. L’Amérique n’est pas New-York ou la Californie, c’est en majorité des États ruraux qui ont un poids politique disproportionné.

    Nous sommes à peu près tous pour ces mesures, le problème est dans l’ampleur de leur ambition, et le très cour laps de temps pour les faire. Cela rend le programme irréaliste pour plusieurs, dépeignant les démocrates comme des rêveurs sans aucun pragmatisme, ce qui fait un nouvel angle d’attaque subjectif très juteux pour les républicains. L’absence de détails concret sur la manière d’atteindre ces objectifs participe à montrer leur partisan comme des amateurs, des rêveurs sans trop de pragmatisme. Les rêves, c’est bien, mais les faire, c’est mieux. J’ai plutôt l’impression que les démocrates ont servi sur un plateau d’argent un nouveaux point sur lequel Trump pourra combattre pour se faire réélire. Les américains veulent amélioré l’environnement, mais sont peu enclin à faire des coupures drastiques dans leur confort personnel. Ce n’est pas seulement la faute du privé, loin de là. C’est le problème lorsque l’on fait une fixation sur les riches et à quel point ils sont mauvais, on les accusent de tout les maux, même ceux auxquels participe la classe moyenne et plus pauvre.

  42. Aube2005 dit :

    La proposition de AOC est très valable, même si la période de 10 ans semble très courte mais elle a l’avantage de vouloir nettoyer la planète pour améliorer la vie sur terre.
    De plus, ce n’est pas la première fois qu’un ou une politicienne se promet ou suggère une période qui est trop courte. Si elle avait parlé d’une réalisation sur 30 ans, les ripous lui diraient qu’elle fantasme.
    Aujourd’hui, les gens veulent que tout soit presque fait instantanément, alors, elle propose 10 ans.
    Quant au 2,000 $ milliards, c’est très peu comparativement au crédit d’impôts accordé au 1% annuellement et échelonné sur 10 ans; comme on dit,ce sont des pinottes.
    Quant a la Chine, elle est déja très en avance sur les américains relativement aux énergies vertes.

Répondre à Marc Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :