Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

6f8a555f-c711-4289-9a5f-54077e82e736.jpg

En 2016, MoveOn.org a fait partie des groupes progressistes américains qui ont appuyé Bernie Sanders dans la course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle. Deux ans plus tard, MoveOn n’a évidemment pas encore arrêté son choix, mais il a tâté le pouls de ses membres pour connaître leurs opinions sur les candidats potentiels pour la présidentielle de 2016. Les résultats du sondage publiés hier soir comportent certaines surprises:

candidate_plot2.png

Évidemment, l’avance d’O’Rourke est mince, voire négligeable. Mais ce qui saute surtout aux yeux, c’est la deuxième position de Joe Biden devant deux des figures les plus populaires des progressistes américains en 2016, Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Celle-ci a peut-être commis une gaffe fatale en publiant les résultats d’un test ADN destinés à prouver qu’elle a des ancêtres américains et à clouer ainsi le bec à Donald Trump (la démarche a été jugée ridicule par la droite et présomptueuse par des progressistes et des amérindiens).

La baisse de popularité de Bernie Sanders tient à des facteurs sur lesquels on aura sans doute l’occasion de revenir.

Entendons: Biden n’est progressiste que par rapport aux républicains. Au sein du Parti démocrate, il incarne un centrisme qui n’a pas la cote. Pour autant, il devance Sanders et Warren! De quoi faire réfléchir ces candidats potentiels et leurs partisans.

La première position d’O’Rourke n’est pas sans étonner. Après tout, le représentant du Texas n’a à son crédit qu’une campagne perdante contre Ted Cruz au cours de laquelle il a séduit quantité de progressistes avec son énergie et ses discours.

Mais il possède à l’évidence ce que les Biden, Sanders et Warren n’ont pas : la jeunesse, la fraîcheur, la nouveauté.

(Photo Getty Images)

56 réflexions sur “Présidentielle 2020 : Beto O’Rourke, le favori des progressistes?

  1. Pietrovitch dit :

    Que ca ferait du bien un Beto comme potus !!!

    1. Pierre dit :

      Ça va être la guerre des couches, le jeune qui sort à peine de la garderie contre l’establishment ou les CHSLD

      1. Sueurs dit :

        Pas sure qu’un jeune président pour 2020 pourra redresser le pays, Biden et Sanders ont la couenne dure en politique et l’apres Trump va nécessiter un homme qui a de la droiture pour redonner « sa grandeur à l’Amerique »

      2. Fran labrecque dit :

        Je suis tordue de rire Pierre, c’est un peu çà….

    2. Dekessey dit :

      Pietrovitch dit :
      12/12/2018 à 10:35
      Que ca ferait du bien un Beto comme potus !!!

      Ouais, mais il aura une tâche ingrate après le désastre laissé par l’abruti-en-chef.
      J’ai l’impression que ce sera encore plus grave que ce qu’avait laissé G.W.Bush.
      Un pays en déclin sur-endetté, profondément divisé et isolé sur la scène internationale.
      En plus il risque fort d’y avoir une récession d’ici 2020, et celle-là promet d’être très dure.
      Je n’envie pas le prochain POTUS.

      1. Guy LB dit :

        J’aime bien l’appréciation que fait Dekessey (10h55)
        de la situation. Comme Dekessey le souligne, le prochain POTUS aura pour tâche principale de ramasser et recoller les pots cassés et les ponts coupés laissés derRière lui par le PM (Président Mauvais) Trump.
        Pas sûr qu’un candidat comme O’Rourke, aussi nouvelles et rafraîchissantes que soient ses idées, aura l’espace et le temps qu’il lui faut pour les faire valoir. Il risque même de se retrouver avec un oeil au beurre noir non mérité, que ne manqueront pas de lui infliger des républicains en mal de panser leur orgueil meurtri par le désastre Trump.

  2. Emalion dit :

    il a surtout moins de 75 ans, je pense que les progressistes se cherche un Obama. Tous ce qui ressemble a ça va avoir la cote, mais ca risque d’être peu solide.

  3. Andy dit :

    J’ai beaucoup de respect pour M. Biden et Mme Warren, mais il me semble que changer de génération serait une bonne chose!
    Je connais assez peu O’Rourke, mais à première vue, cette candidature pourrait être intéressante!
    (D’accord, la jeunesse ne fait pas tout, il n’y a qu’à regarder Andrew Sheer ou Justin Trudeau de ce côté de la frontière pour s’en convaincre!)

  4. Satiricone dit :

    Si j’étais Américain, j’irais pour Béto (Héraclès). Il faut beaucoup d’énergie pour nettoyer les écuries d’Augias (Trump).

  5. Satiricone dit :

    Où l’avez entendu ?

  6. gl000001 dit :

    Beto / Kamala 2020 !!

    1. Beau duo mais pas assez d’expérience pour se relever d’un tel gâchis.

      1. gl000001 dit :

        Ils ne sont pas seuls. Ils ont tout le parti pour les aider. La présidence est un travail d’équipe. Pas un one-man-reality show !! Il faut faire oublier ça à la vase républicaine !!

      2. kelvinator dit :

        Reste à espérer que Kamala ne retiennent pas trop des Berniebros, qui ont beaucoup de difficulté à travailler avec le parti démocrate.

      3. gl000001 dit :

        Qu’ils fondent leur propre parti !!

      4. ProMap dit :

        marie4poches – D’accord avec vous. Il faudra du Biden ou du Warren ou quelque chose du genre dans le duo. Par contre j’aime bien le duo proposé par gl000001, Ce serait aux antipodes de l’administration actuelle et exigerait un bloc de conseillers chevronnés pour les soutenir.

  7. kelvinator dit :

    C’était facile pour Sanders face à une seule candidate. Tout ceux qui n’aimait pas Clinton votait pour lui, il était le choix par défaut. Par contre, lorsque plusieurs autres choix s’offre, l’attrait Sanders se réduit. Surtout sachant qu’il n’a pas vraiment fait grand chose en 2 ans pour unir les démocrates, ou pour s’identifier ou s’unir à eux. Il a même éviter tout rapprochement, surement pour plaire à une part importante de son électorat avec un penchant conspirationnistes qui croient dur comme fer que les démocrates on volé l’élection à Sanders, sur la base de courriels piratés par les russes… Bien sur, cette même base Bernienne accuse O’Rourke d’être à la solde des corporation, sans réelle preuve, mais il ne cherche pas des preuves pour savoir la vérité, ils cherchent des preuves pour l’attaquer.

    O’Rourke a ammassé plus d’argent que quiconque, ce qui était un des argument principal pour soutenir Sanders : « il attire des nouvelles personnes en politique avec des petits dons. » Le role de Biden dans la cavalcade du juge SCOTUS Thomas est aussi revenu sur la table, que plusieurs utilise pour lui reprocher d’être mou. C’est vrai que ce n’est pas son meilleur coup.

  8. Danielle Vallée dit :

    Ça va prendre quelqu’un qui a les reins solides en finances. Et beaucoup d’expérience.
    L’expérience de Biden au Sénat et à la Maison Blanche le desservirait bien.
    Biden ne se représentera pas comme vice-président. Ce serait ridicule. Il va aller pour président.

    Pour un mandat de quatre ans seulement, pendant lequel le vice-président va se préparer à la présidence.
    Biden-Beto, ça pourrait aller. Beto l’Irlandais rassemblerait le vote des Hispaniques que les démocrates ne peuvent pas aller chercher.
    J’ai hâte aux élections, quel aberration.

    1. ProMap dit :

      Danielle Vallée – « Biden ne se représentera pas comme vice-président. Ce serait ridicule. Il va aller pour président. » Aucun doute.

  9. onbo dit :

    Ou Kamala/Beto 2020!

    Obama était un junior aussi en 2008. La réalité nous montre que les Institutions US sont fortes pour avoir jusqu’à maintenant résisté à une Présidence échevelée et à un Congrès républicain carrément hostile à tout progrès social. Imaginez ce que deux jeunes pleins d’énergie, de cran et d’affection pour le peuple américain pourraient réaliser.

  10. ProMap dit :

    MoveOn serait un groupe dit progressiste et de voir Biden presque à égalité avec O’Rourke est en effet surprenant et de plus de le voir déclasser Sanders, je ne saisis pas trop. Le jeu un peu trop indépendant de Sanders l’explique peut-être (cf Kelninator plus haut). Si l’on élargissait le spectre de l’échantillon sondé en incluant les personnes moins progressistes, Biden passerait-il en tête de liste? On peut le supposer. Chose certaine, O’Rourke a marqué beaucoup de points dans les mi-mandats.

  11. Gilles Morissette dit :

    Je partage l’enthousiasme de plusieurs intervenants envers O’Rourke. Jeunesse, fraîcheur, dynamisme et des idées progressistes.

    Cependant, il faut être réaliste. La prochaine présidentielle sera un combat de ruelle où tous les coups seront permis. Le Gros Taré et sa bande de sales Répugnants ne reculeront devant rien pour conserver le pouvoir. Ils feront et diront des choses qui vont dépasser l’entendement.

    Les Démocrates devront choisir un candidat ayant une bonne expérience, et qui sera capable de ramener un peu de stabilité dans un pays devenu dysfonctionnel. Les Américains auront besoin d’avoir un président capable de les rassurer après les années tumultueuses du Gros Abruti.

    Biden ou Bloombreg pourrait être ce type de président, un président de transition qui pavera la route pour l’arrivée d’un O’Rourke en 2024. Ce président pourrait confier à celui-ci un certain nombre de responsabilités au sein de son administration, histoire qu’il prenne un peu d’expérience et qu’il apprenne à connaître la faune politique de Washington.

    L’important est de foutre le Demeuré-En-Chef et sa clique de fripouilles à la porte et de redonner à la fonction de président le prestige auquel elle a droit.

    1. Michèle dit :

      Bon commentaire, Gilles Morrissette. Je partage votre opinion.

      Ce qui m’étonne cependant (ou que je ne comprends peut-être pas), c’est le 28,8% de ‘someone else, don’t know’ affiché en résultat de sondage. Ça démontre que les américains sont toujours indécis. Ça va prendre un(e) leader qui sera solide en titi, car cette prochaine campagne sera bel et bien ‘un combat de ruelle’ comme vous dites. Bref, rien de nouveau au programme électoral états-uniens…

    2. onbo dit :

      Le choix de bons candidats peut être caractérisé comme important.

      Cependant, la validité, l’indépendance, l’anonymat, la précision, la non ingérence, la non discrimination et la traçabilité dans le processus électoral américain doit être affirmée urgence nationale par toute personne ou institution soucieuse du bien commun, de progrès social et de redressement politique et économique.

      Tant qu’il est possible de se jouer de la volonté de l’électeur en le maltraitant comme citoyen, le résultat de l’élection ne peut donner comme résultat que ce que nous observons présentement, un ignorant insipide qui trouve tout le monde plus ignorant et plus insipide que lui-même.

  12. Micheline dit :

    Gilles Morrissette, vos commentaires toujours pertinents et merci pour le résumer si bien.

  13. monsieur8 dit :

    Je crains que le candidat démocrate choisi pour 2020 ne perde face à Trump. Dans ce cas, sa carrière politique risque d’être pas mal finie…

    Alors, on choisi qui? La super vedette prometteuse et pleine d’avenir (Beto, Harris…), ou un candidat « de transition » qui n’a pas grand chose à perdre (Sanders, Biden, Bloomberg…) ?

    Affronter Trump est un jeu politiquement risqué, il ne faut pas y bruler nos espoirs. D’un autre côté, on veut gagner. Pas facile…

    1. kelvinator dit :

      Si Trump est encore là en 2020…
      Ce sera bien plus facile contre Pence, ou après une lutte intestine interne au GOP comme en 2016.

      Je crois que vous surestimer largement les compétence de Trump. Il a gagner en 2016 à cause des publicités négatives, et à ce titre O’Rourke a très bien joué à ce niveau. Il ne s’abaissait pas à leur niveau, il ne répondait pas à leur accusation comme Warren l’a fait. Il essayait toujours d’avoir un discours rassembleur, d’unir, de chercher des qualités qui unie les américains.

      O’Rourke a perdu contre Cruz, mais cela n’a nuie en rien à sa carrière. Ça démontrait qu’il n’avait pas peur de faire campagne dans un chateau fort républicain, le Texas.

      Un candidat mou, de transition, serait surement une cible plus facile pour le GOP, comme par exemple Sanders et le socialisme. Sanders n’a pas vraiment été attaqué par le GOP, qui voulait divisé le vote, alors on ne sait pas vraiment comment il réagirait faces aux attaques négatives qui ont ciblé Clinton.

  14. Madalton dit :

    O’Rourke ou Gillium serait parfait.

    Selon un sondage, 56 % n’approuve pas le travail de Trump.

    https://www.politicususa.com/2018/12/10/beto-gillum-plotting-2020-plans.html

  15. Mouski dit :

    Je doute que 2020 soit la bonne pour O’Rourke. Le candidat démocrate de 2020 va devoir réparer tous les dommages causé par l’abrutit et ce ne sera pas joli. Je crois qu’un candidat comme Jos Biden (même si je ne suis pas un fan) serait l’homme idéal pour faire la job pour quatre ans. Et ensuite je verrai Beto mais comme on ne vit pas dans un monde idéal…………..

  16. Lecteur-curieux dit :

    J’aime bien Someone Else/Don’t Know/Other

    Pour moi, c’est un signe que le candidat désiré/voulu n’est pas trouvé. Bon mais tout le monde veut l’idéal au départ… s’il y a pas «mieux» ou perçu comme «mieux», il faudra faire avec ce qui reste.

    Perso, j’étais du type à die Kamala Harris mais c’est Obama avec ses commentaires vus comme déplacés et on peut convenir que ce n’était la façon idéale et un débordement d’enthousiasme incluant la beauté physique.

    Beto, des femmes doivent l’appuyer aussi car elles le trouvent beau.

    Amy Klobuchar ?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Amy_Klobuchar

    Son profil semble intéressant mais pour gagner une élection présidentielle ? Pas sûr.

    Dans le passé, d’après mon contact :

    « Many have long thought Mark Warner could be an appealing candidate, but I am not sure he has the passion for running for president. He seems to like the Senate. He was a very successful businessman before running for office. He was governor of Virginia before. »

    Et aussi :

    « Sanders generated a lot of enthusiasm, but not broadly enough. I do not think he would have beaten trump. I would have liked Biden, but he’s toos old for another run. We need some fresh blood. I don’t know who right now. »

    Messages d’il y a un an et quelques mois.

  17. Pierre s. dit :

    ———————————–

    Deux trucs à ne pas négliger dans la possible candidature de M O’Rourke.

    1- Le mandat qui suivra celui de Trump sera un véritable chemin de croix
    Quatres années uniquement consacrés à tenter de réparrer les pots cassés
    revamper non seulement l’image de l’Amérique mais aussi tenter de regagner
    un minimum de crédibilité et d’influence au niveau international. P-e plus prudent
    de laisser ce sale boulot à un vétéran comme Joe Biden.

    2- Dans la foulé d’une élection tout aussi chaotique que celle de 2016, serait il
    pertinent de bruler un candidat aussi intéressant que O’Rourke en 2020 ?
    Le passage de Trump à la maison blanche aura contaminé le climat social et
    politique de tel manière que Beto O’Rourke devra être prêt a tout.

    Sortir Trump est une chose mais rétablir la situation apres son affreux passage
    en est une autre.

    1. Absalon dit :

      L’essentiel est que le nouveau POTUS puisse s’appuyer sur un sénat démocrate. L’élection sénatoriale sera au moins aussi importante que le choix du président.

  18. Alysanne dit :

    Un bon candidat de nos jours, c’est bâti par les médias (Obama et Macron sont des bons exemples). On vous met sur la page couverture de tous les grands magazines (avec épouse et enfants si enfants il y a), quelques visites sur les plateaux d’Oprah et d’Ellen Degenres et boom, vous avez un candidat « Presidentiel » en moins de deux.

    1. gl000001 dit :

      Erreur encore une fois. trump est un exemple de « bâti par les médias » étant donné le vide intersidéral entre ses deux oreilles. Les deux autres avaient du contenu.
      trump a également été bâti par Bannon et les russes au cas ou vous auriez oublié pour qui vous semblez travailler !!

      1. Alysanne dit :

        @gl000001 Donc selon vous, si Obama et Macron auraient reçus le même traitement médiatique que Trump (c-à-d une couverture médiatique négative à 93%) ça aurait facilité leur élection? LOL

      2. gl000001 dit :

        Les médias n’ont fait que rapporter les conneries qu’il a dit. Si 93% de ce qu’il dit est négatif, ça donne 93% négatif comme vous le dites. Si malgré tout, les déplorables (dont vous) décident de se laisser tenter par le diable, ce n’est pas de la faute des médias. Les gens ont leur libre-arbitre.

    2. Henriette Latour dit :

      Ou le mari envoie des photos de sa femme nue au New York Post, de quoi faire saliver sa bande de crétins!

  19. J.C.Virgil dit :

    Beto O Rourke , je ne connais pas. J’ai bien hâte de voir la viande qu’il va mettre autour de l’os, pour voir s’il représente vraiment un *change we can believe in*. Surtout que d’autres ont déjà fait ce coup …

    1. Absalon dit :

      Je ne le sens pas très poutinien. Il ne vous plaira pas.

  20. Absalon dit :

    Si Trump a l’âge mental d’un ado de 13 ans, O’Rourke est bien assez mature pour le battre et pour faire le job.

  21. ddescarreaux dit :

    Bloomberg Beto serait inspirant.

  22. kelvinator dit :

    C’est vrai que les enjeux sont plus élevé, mais la récompense en cas de réussite le sera tout autant. Un O’Rourke qui réussi à « redonner à l’Amérique sa grandeur » partira avec une longueur d’avance en 2024!!

    En fait le slogan MAGA de Trump n’était pas destiné à lui, mais à son successeur!

  23. RICK42 dit :

    HS COHEN CONDAMNÉ: 3 ans de prison!!!

  24. ducalme dit :

    Beto O’Rourke, c’est la saveur du jour comme le fut naguère Jean-François-Lisée.

    Je suis un partisan de Bernie Sanders, mais je me rallierais volontiers à Joe Biden, sachant que Sanders, indépendant du Vermont, ne peut remporter une nomination démocrate.

    S’il est statistiquement en tête chez les progressiste, j’imagine qu’il doit avoir une bonne longueur d’avance dans l’ensemble de l’électorat.

    Avec Harris ou O’Rourke comme colistier.

    Les premières primaires et caucus seront décisifs et en 2019-2020, il ne devrait pas y avoir un genre d’ABC (Anybody but Clinton).

  25. Lecteur-curieux dit :

    Il faudrait connaître plus de militants démocrates pour prendre leur pouls. Je ne suis pas un démocrate et encore moins un républicain. J’imagine pareil qu’ils me classeraient lean democrat si j’étais américain et aile droite sur des sujets, aile gauche sur d’autres. Républicain modéré peut-être sur certains dossiers.

    Le hic avec les sondages, les primaires et les partis politiques c’est qu’ils choisissent leur favori à eux mais est-ce celui des Américains? Oui, les militants tiennent aussi compte des chances de gagner, tel homme, telle femme sont de bons politiciens, pourraient être d’excellents POTUS mais ne gagneront pas les primaires ou le feront par la peau des fesses et ont encore moins le tempérament pour gagner la présidentielle et affronter Trump directement ce serait un cauchemar pour la personne. Dans un cirque moins grand, moins fou, peut-être.

    Faire fuire les bons candidats ?

    1. gl000001 dit :

      « Il faudrait connaître plus de militants démocrates pour prendre leur pouls. »
      Il faudrait également le faire avec des républicains car d’après moi, pour supporter l’insupportable trump, ils doivent être morts à l’intérieur !!!

  26. Henriette Latour dit :

    Cohen condamné à trois ans de prison.

    1. igreck dit :

      Les portes du pénitentier vont bientôt se refermer… sur qui vous pensez !
      – remake d’une chanson de feu J. Halliday

  27. xnicden dit :

    Beto semble être en voie de démonisation par les Bernie bros (avec David Sirota qui mêne la parade). Je crois même qu’ils sont à deux doigts d’appeler à voter Vert si leur Grand Leader n’est pas choisi par le parti. À suivre.

  28. Syl20_65 dit :

    Je suis d’avis que ça prendrait quelqu’un de solide et qui connait bien les rouages du pouvoir présidentiel pour nettoyer la m.rde et les odeurs pestilentielles de la racaille cult45 et sa  »swamp ».
    Il faudra tout désintoxiquer, ‘ »déreligioniser », renverser les mauvaises décisions et remettre en place des politiques que ramèneront les états-désunis sur le chemin de la démocratie et des droits humains fondamentaux. Un travail intense attend celui ou celle qui sera élu.

  29. titejasette dit :

    Je voterais pour Bernie Sanders car il a réussi à pointer du doigt les vrais problèmes auxquels sont confrontés tous les pays industrialisés de la planète : a massive income and wealth inequality entre les riches et les pauvres.

    Savoir reconnaitre le vrai problème et l’admettre publiquement est une des qualités que j’admire en cet homme politique. Si vous trouvez le vrai problème et vous avez déjà trouvé la solution.

    D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle les « gilets jaunes » français ont persisté et ont en quelque sorte
    « gagné » en France. (Le problème ce n’est pas l’Accord de Paris, pôvre CON)

    Si vous lisez l’Anglais, je vous recommande fortement de lire l’entrevue que Bernie Sanders a donné.

    https://www.cnbc.com/2018/12/12/bernie-sanders-america-is-controlled-by-a-few-multi-billionaires.html

  30. igreck dit :

    @RichardHétu
    « …Après tout, le représentant du Texas n’a à son crédit qu’une campagne perdante contre Ted Cruz… »

    Certaines défaites ont des parfums de victoire !

    1. ducalme dit :

      @igreck

      «Certaines défaites ont des parfums de victoire ! », écrivez-vous, comme la belle «victoire morale» du 30 octobre 1995 au Québec ?

  31. Alexander dit :

    Biden comme centriste respecté comme président avec Beto comme vice-président pour un mandat. Si tout va bien, Beto pourrait viser 2024 avec le retrait de M. Biden.

    Il faut récupérer les swing votes républicains et Biden est mieux placé pour récupérer les votes de centre-droite.

    De plus, il y aura un méga nettoyage de la soue à faire en 2020 et l’expérience de Biden pourrait être précieuse.

    Biden et O’Rourke peuvent-t-ils faire une alliance solide entre l’expérience et la jeunesse pour affronter Trump et un quelconque poteau comme VP?

    L’important est de ne pas diviser le vote comme entre Sanders et Mme Clinton en 2016.

  32. Satiricone dit :

    Points de vue intéressants. En fait les échanges sont très constructifs sur ce blogue quand il s’agit de projections politiques, de stratégies militaires internationale, d’économie et de religion et société. Quand il s’agit des conneries de Trump par contre, la colère se ressent jusque dans la syntaxe et le nombre de coquilles.

    Toutes mes félicitations à tous. Je vous envie d’être si cultivés.

  33. Achalante dit :

    Pour ce qui est d3 la « gaffe » de Mme Warren, les gens ont la mémoire courte. C’est déjà une ancienne nouvelle, ça sera complètement oubliée quand les primaires commenceront.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :