Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

BBULMOXEOAI6RN2ZHWEKLTU6DE.jpg

Les élections de mi-mandat ont laissé un goût de cendres dans la bouche de plusieurs démocrates. Mardi soir, le scrutin semblait avoir permis à leur parti de remporter la Chambre des représentants avec un gain net d’environ 25 sièges (avec plusieurs circonscriptions à déterminer). C’était un résultat important mais pas satisfaisant, car le parti de Donald Trump semblait en position d’ajouter quatre sièges à sa majorité au Sénat, ce qui était très loin du coup de semonce que rêvaient d’infliger les démocrates au président par le biais du scrutin. Quatre jours plus tard, il faut quand même reconnaître qu’une vague bleue a déferlé sur les États-Unis.

Au moment d’écrire ces lignes, les démocrates avaient réalisé un gain net de 33 sièges, selon les données du Cook Political Report, et pouvaient croire en leurs chances d’en ajouter sept autres. En attendant, ils ont déjà éclipsé leurs gains de 2006 (31 sièges) lorsqu’ils ont reconquis la majorité à la Chambre sous George W. Bush et ceux de 1982 (26 sièges) lorsque le taux de chômage s’élevait à 10%, comme le rappellent Dan Balz et Michael Scherer dans cet article du Washington Post.

En fait, les démocrates ont réalisé leur meilleure performance dans les élections de mi-mandat pour la Chambre des représentants depuis 1974. Après le scandale du Watergate et la démission de Richard Nixon, ils avaient gagné 49 sièges. Quarante-quatre ans plus tard, ils ont réalisé leurs gains face à un parti qui pouvait se vanter d’un taux de chômage de 3,7% et jouir d’un «gerrymandering» avantageux.

Sur le plan du vote national, la sanction démocrate imposée à Donald Trump et à son parti se traduit aujourd’hui par une victoire remportée avec 52,3% des suffrages contre 45.9% pour les républicains, un écart de 6,4% qui pourrait atteindre ou dépasser 7% d’ici la fin du dépouillement des voix en Californie et ailleurs.

Les démocrates semblent par ailleurs bien placés pour remporter le siège au Sénat laissé vacant par le républicain Jeff Flake en Arizona, où l’avance de la démocrate Kyrsten Sinema dépasse aujourd’hui 20 000 suffrages. Et l’incertitude continue à planer sur le gagnant de la course sénatoriale de Floride, où un recomptage devra avoir lieu après un dépouillement qui a permis au démocrate Bill Nelson de réduire son déficit sur le républicain Rick Scott.

Ainsi, malgré l’avantage territorial dont jouissaient les républicains dans les courses sénatoriales, ceux-ci pourraient se retrouver avec un gain d’un seul siège à la chambre haute.

Bref, les résultats finaux des élections de mi-mandat n’effaceront probablement pas ce goût de cendres dans la bouche de plusieurs démocrates, dont certains regrettent en particulier les insuccès confirmés ou apparents des Beto O’Rourke au Texas, Andrew Gillum en Floride et Stacey Abrams en Georgie. Mais ces résultats ne correspondent plus du tout à la «vaguelette» dont certains analystes ont parlé mardi soir. Surtout si l’on tient compte en plus des sept postes de gouverneur et des centaines de sièges parlementaires locaux ravis par les démocrates aux républicains.

(Photo AP)

56 réflexions sur “Une vague bleue quand même

  1. Emalion dit :

    Enfin quelque chose de positif sort des États-Unis, ça donne un peu d’espoir.

  2. RICK42 dit :

    Voilà une mise à jour réconfortante pour la suite des choses…pas pour rien que Trump est d’humeur massacrante! 😀 Mais les deux prochaines années vont nous sembler longues…vivement 2020 !

    1. lanaudoise dit :

      👍👍👍

  3. Richard Desrochers dit :

    Trumpy ne peut en même temps parler d’une victoire et blâmer la Russie ou la Chine. Mais comme ça ressemble de plus en plus à une victoire à la Pyrrhus, ça explique sa très mauvaise humeur. Un seul siège de plus au Sénat (si ça s’avére) plus de grandes pertes au Congrès, la steam va sortir par Twitter,

  4. Mabuse dit :

    46% pour les républicains! Trump a été élu en 2016 avec 46,1% du suffrage populaire. Pour avoir une meilleure idée, les 46% des républicains se traduiraient en combien de sièges au collège électoral?

    Entre-temps, sans vouloir diminuer les victoires démocrates, Trump et le Sénat républicain vont continuer de nommer un grand nombre de juges « originalistes » ultra-conservateurs.

    En conclusion, ni le Sénat ni la présidence ne semblent des objectifs facilement atteignables pour les Dems en 2020. Trump pourrait être réélu! Back to the future!

    1. A.Talon dit :

      «ni le Sénat ni la présidence ne semblent des objectifs facilement atteignables pour les Dems en 2020.»

      Vous oubliez que la majorité des sièges sénatoriaux en jeu dans deux ans seront républicains, contrairement aux élections de mardi dernier.

      Vous oubliez aussi l’effet de fatigue accumulée chez le citoyen/électeur par deux années supplémentaires de cirque trumpeux, ponctué d’incompétence, de malhonnêteté, de népotisme, de mépris des lois, du peuple et de la Constitution, de scandales à répétition, de coups de gueule insensés, de menaces et de violences, de dégradation du climat économique, d’envenimement du climat social, de sabotage d’institutions démocratiques, etc… Le niveau d’écoeurement du citoyen lambda devant tout ce bordel risquera alors d’être passablement élevé.

      1. Henriette Latour dit :

        A. Talon

        Vous décrivez très bien ce cirque.

      2. gigido66 dit :

        Vous avez tout à fait raison.Nous ne sommes pas Américains démocrates et ayant attrapé le nouveau virus “l’intoxitrump” qui court depuis 2 ans, regardez comment on en a ras le bol de tout ce cirque et ces élucubrations malhonnêtes qui influencent quotidiennement nos humeurs.
        Maintenant, imaginez un démocrate américain qui n’a pas eu sa chance de voter pour un candidat au sénat.

      3. Nycole L. dit :

        @A.Talon
        Vous me donnez un espoir, j’espère de tout coeur que vous ayez raison. Cet abruti est dangereux pour la paix dans le monde.

    2. lanaudoise dit :

      Que dire du découpage de fantaisie au Texas.

    3. simonolivier dit :

      @mabuse En 2020, il y aura 33 sièges au Sénat qui seront en jeu. 22 républicains et 11 démocrates. De ce nombre, un seul démocrate est vraiment à risque soit Jones en Alabama (surtout si Sessions se présente). Toutefois, il y a 4 et même 5 républicains à risque dont Gardner au Colorado. Les démocrates fondent beaucoup plus d’espoir en 2020 pour le Sénat que lors de l’élection de mardi dernier. De plus, l’ajout de 7 gouverneurs démocrates va faire stopper le gerrymandering dans ces états.

  5. Martin coté dit :

    Mene si trump a parle de victoire…il sait qu’il a subi une defaite…regardrr la hargne, la rage qu »il affiche depuis les mid-terms….il ne l »a tout simplement pas digéré..

  6. noirod dit :

    Bien sur qu’il est permis de se réjouir de ces faits et de ces chiffres car ils sont les seuls indices qu’ il y a de l’ espoir.
    Mais la réalité du quotidien c’ est ce qui nous anime et pour l’ instant nous ne voyons qu’ un gros épais qui relance son intimidation et continue de répandre la haine et l’ intolérance. Tres bien ne jouons pas le jeu nous aussi mais au delà du tableau presque final des mid-terms, il faudra que cette tendance agisse et ferme la voie a ce gros imbécile et a ses édentés.

  7. ProMap dit :

    Comme plusieurs l’ont souligné ici, les Démocrates n’ont pas intérêt à pavoiser outre mesure afin de se garder d’un relâchement durant les deux prochaines années. Les gains sont réconfortants comme le démontrent les chiffres du billet. Si ma mémoire ne me fait pas trop défaut, l’avance de Mme Clinton (suffrage universel) était d’environ 3% à la veille de l’élection, bien qu’elle ait atteint des niveaux supérieurs auparavant. Dans cet esprit, le 6-7% est encourageant et les gains en terre républicaine sont de bon augure.

    Le détricotage du gerrymandering et le redressement du processus électoral demeurent des objectifs que les Démocrates ne peuvent mettre de côté d’ici 2020 sous prétexte d’une vague bleue mardi. Ces deux problèmes favorisent indument les Républicains et ces derniers ne se gêneront pas pour accroître ce débalancement volontaire de leur part et illégal au sens de la vraie démocratie.

    1. igreck dit :

      Vous m’enlevez les « maux » de la bouche !

  8. P-o Tremblay dit :

    J’aimerais vraiment que vous réactualisé votre articles sur le découpage électoral et si la situation actuel des démocrates permettra dy mettre fin

  9. eau-vive dit :

    « …………..les deux prochaines années vont nous sembler longues… »

    Elles vont surtout sembler longues pour Trump parce que ce sont deux années où il va ressentir les retombées de sa gestion incohérente. Il n’a pas fini d’être en colère parce que les démocrates vont lui mettre des bâtons dans les roues et il n’est pas habitué
    à se faire dire non. Sans compter les suites de l’enquête Mueller. Il va se débattre comme un lion en cage pour contourner les lois mais là encore il va frapper un mur. Il y a des limites à vouloir saper l’état de droit.
    Non les nouvelles ne sont pas bonnes du tout pour lui.
    Et nous on peut se réjouir de voir que les résultats des élections sont meilleurs que ce qu’on avait estimé. Encore une fois je lève mon chapeau aux démocrates qui ont dû travailler très fort dans des circonstances défavorables.
    Plusieurs batailles ont été gagnées et ce n’est qu’une étape pour la victoire de 2020.
    Optimiste un jour, optimiste toujours !

    1. igreck dit :

      Ce que je crains le plus c’est que ce narcissique pathologique accentue davantage les fractures sociales qui lui ont permis de gagner l’investiture repus-blicaine, puis l’élection présidentielle et qui se laisse maintenant porter sur une vague (économique) pour laquelle il n’y est pour rien, bien au contraire. À force d’exacerber les tensions il pousse son pays vers la guerre civile. Il risque de réanimer les vieux démons de la Guerre de sécession qui n’attendaient qu’un leader aussi malsain pour détruire 150 années d’évolution et de relative paix sociale. Trump est une sorte d’Antéchrist, un anti-Lincoln ! Pauvres DSA !

  10. A.Talon dit :

    «En fait, les démocrates ont réalisé leur meilleure performance dans les élections de mi-mandat pour la Chambre des représentants depuis 1974.»

    Ces élections de mi-mandat sont donc les pires connues depuis deux générations par les Répulibans malgré tout les avantages stratégiques dont ils bénéficiaient. Un autre échec à mettre au compte du Roi-des-Faillites. Bravo, champion!

    «Ainsi, malgré l’avantage territorial dont jouissaient les républicains dans les courses sénatoriales, ceux-ci pourraient se retrouver avec un gain d’un seul siège à la chambre haute.»

    Bref, retour à la situation qui prévalait avant les «mid-terms». Il n’y a donc plus AUCUNE victoire dont pourrait se prévaloir l’Enflure Orangée. Aucun progrès, que des reculs.

    «Mais ces résultats ne correspondent plus du tout à la «vaguelette» dont certains analystes ont parlé mardi soir.»

    Voilà donc du solide pour présenter une opposition efficace au petit despote enragé et maintenir la motivation des troupes. La victoire aux présidentielles de 2020 est donc plus à la portée des Démocrates que la semaine dernière.

  11. Benoit Forget dit :

    Il est là le problème; ça prend une crise économique pour débarquer les républicains. On l’a vu avec l’élection de Barack Obama en 2008 et lors du 6 novembre dernier avec un taux de participation de 50%. L’économie va bien, pourquoi aller voter?

    1. A.Talon dit :

      «Il est là le problème; ça prend une crise économique pour débarquer les républicains.»

      C’est le résultat des excès de «gerrymandering» répulibans et des mesures de suppression du vote. C’est aussi le résultat de la désaffection de l’électeur américain moyen dont à peine 50% se sont donné la peine de se lever pour aller voter ces dernières élections. La conscience sociale a fait place à la paresse intellectuelle et au cynisme… et ce sont les démagogues et les extrémistes qui en profitent.

  12. xnicden dit :

    Effectivement, avec le recul les démocrates ont fait une performance remarquable. D’autant plus qu’ils faisaient face à des mesures de suppression des voteurs dont seraient fiers les sudistes des années 50. Et si je ne m’abuse ces mesures étaient moins pires il y a 30 ans.

    La seule déception en ce qui me concerne sont les gains démocrates plus modestes pour les gouverneurs. La lutte au gerrymandering sera plus difficile.

    Par ailleurs, il y a quand même quelque chose d’hallucinant que de voir Rubio faire un fou de lui en accusant les démocrates de vouloir voler les élections parce qu’ils insistent pour que tous les votes soient comptés. Le GOP a vraiment adopté le trumpisme.

    1. ProMap dit :

      xnicden – « Le GOP a vraiment adopté le trumpisme. ». Oh que oui, mais ils avaient quelques gènes favorables dans leur ADN.

      « La seule déception en ce qui me concerne sont les gains démocrates plus modestes pour les gouverneurs. La lutte au gerrymandering sera plus difficile. »

      Vous avez raison, la Floride et la Georgie en sont de beaux exemples. Il y avait plus d’espoir que les résultats ne le montrent. Surtout quand on sait comment Bush a gagné in extremis. Les Démocrates n’ont pas le Sénat, donc tout ce qui s’appelle loi devient problématique. Il n’en demeure pas moins que lutter contre le gerrymandering et autre chinoiseries électorales républicaines ne se résume pas au pouvoir des gouverneurs. Les élections sont gérées par plus de 3 000 comtés où la partisanerie doit jouer un rôle comme au poste de gouverneur. Un système totalement archaïque pour la supposément plusse meilleure démocratie de la planète.

      Les Démocrates ont le devoir d’amener à la Chambre des projets pour légiférer et modifier un processus électoral pourri et ce globalement pour le pays. Une gestion neutre des élections est l’objectif visé et si une victoire sera difficile (Sénat et la sempiternelle indépendance des États), il faut promouvoir cette gestion neutre auprès de la population. Ce genre de changement est long à se produire et qui sait dans 4 ans avec un Sénat et un président(e) démocrate, des changements seraient peut-être envisageables.

  13. Il Principe dit :

    Cette victoire « aux allures de défaite » est définitivement reliée au fait que le parti ( avec l’aide des médias) a tout misé sur Beto, Gillum et Abrams. La campagne de Beto en particulier a reçu une couverture médiatique digne d’une campagne présidentielle, tout ça pour un siège qu’il n’avait jamais vraiment de chance de remporter. Comme les trois ont fait chou blanc, ça a cassé l’enthousiasme de la soirée.

    1. Lecteur-curieux dit :

      Le Texas et la Géorgie c’est trop demander. La Floride cela peut aller d’un côté comme l’autre.

      Géorgie, le clivage racial est tellement grand. Les Noirs ne sont pas racistes mais n’ont pas confiance aux Blancs sauf leurs amis. Le rassemblement avec Obama était archi-cool mais où sont les Blancs ?

      Perso cela ne me dérange pas du tout de n’être qu’une poignée de Blancs dans une foule et je ne suis pas plus avec eux.

      https://www.instagram.com/p/Bpusa0KBNkH/

      Il y a des Blancs mais est-ce que des Noirs sentent qu’on leur a donné de faux espoirs ? Cela dépend d’eux. Gérer son enthousiasme, relativiser tout en vivant ses émotions. Ne pas faire comme ceux qui se prétendent très rationnels alors qu’ils sont militants. Avouer ses couleurs, biais tout en restant raisonnable en vivant dans la rationalité limitée et en trouvant sa cohérence réelle à long terme.

  14. treblig dit :

    En 2020, il y aura 34 sièges en jeu au sénat: 12 démocrates, 22 républicains. À peu près l’envers de la situation de 2018.

    Et le manque de triomphalisme des démocrates en 2018 m’apparaît une bonne chose finalement. La cible est toujours Trump en 2020.

    1. A.Talon dit :

      «Et le manque de triomphalisme des démocrates en 2018 m’apparaît une bonne chose finalement.»

      En effet. Non seulement le moral des troupes sera-t-il maintenu par les résultats de mardi dernier mais leur motivation pourrait augmenter encore plus d’ici deux ans.

  15. jcvirgil dit :

    On comprend facilement la mauvaise humeur de Trump devant ces résultats électoraux. Déjà qu’il ne fait pas l’unanimité au sein de son propre parti où certains le décrivent comme un abruti inculte, en perdant le Congrès il se retrouve dans la position du *connard boiteux* mis sous surveillance qui devra se soumettre à son analyse pour chaque décision importante qu’il osera prendre.

    L’heure n’est donc pas à la joie pour Trump comme le diraient si bien les Français.

  16. Gilbert Duquette dit :

    @ P-o Tremblay

    Voici une carte des districts électoraux aux USA elle vous permettra de réaliser le découpage.

    https://www.cnn.com/election/2018/results/house

    Exemple : En Floride le district 05 qui recouvre une bande étroite sur presque la moitié de la frontière Nord de la Floride.ce pour regrouper Thallahassee et JacksonVille.

    Ou encore en Ohio les districts 09 et 11.

    Amusez vous bien

  17. Lecteur-curieux dit :

    Well les militants démocrates s’encouragent comme ils peuvent.

    Je regarde les pourcentages pour la chambre des représentants. 55,2% pour les démocrates en 1982.

    Enfin un nombre significatif mais dans les années Reagan. Tout ce que voulaient les Américains c’était de balancer les pouvoirs ? Et ce n’est pas forcément une mauvaise idée.

    https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_House_of_Representatives_elections,_1982

    En 1976, 55,9% là ils étaient bien en selle.

    En 1974, mieux, 57,5% contre 40,7% républicains.

    1964, pas pire, pas pire. 57,1%.

  18. Dekessey dit :

    Beaucoup s’accordaient pour dire que cette élection était un référendum sur Trump. Lui-même l’a répété pendant ses « rally’s ». Et pourtant, avec tout ce qu’on sait sur le génie très stable, il n’y a eu que 50% de participation et la moitié seulement ont voté contre.
    Comme je le disais précédemment, Trump et ses zombies ne semblent pas trop déranger.

  19. Coach Bilyaletdinov dit :

    On peut déjà dire sur quels états l’élection 2020 va se jouer; Floride, Michigan, Pennsylvanie, Wisconsin et l’Ohio.

  20. Lecteur-curieux dit :

    Bien sûr que les sièges comptent mais prenons 1976. Les démocrates ajoutent un siège à la chambre mais leur pourcentage diminue.

    https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_House_of_Representatives_elections,_1976

    Stabilisation?

    En 1978, ils chutent et en 1980 encore plus tout en restant majoritaires.

    Pour 1980 c’est la présidentielle et au collège électoral surtout qui est un tsunami républicain. En 1984 encore plus fort .

  21. igreck dit :

    Il ne faut pas écouter ce que dit l’Abruti mais regarder ce qu’il fait… et surtout la manière dont il agit face à ses détracteurs. Si on se fie à sa dernière con-férence de presse, eh ben, ça va mal à chop !

  22. Lecteur-curieux dit :

    https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_House_of_Representatives_elections,_2016 La carte des gains et maintiens est intéressante à regarder. Pour 2018 quand tout sera finalisé, j’imagine qu’ils vont la mettre.

    Les couleurs sur une carte.

    Autrement comment on distingue une vague, d’une montée et d’une poussée.

    La vague orange du NPD a touché le Québec et commençait en Ontario mais n’allait pas à l »Ouest.

    « La «vague orange» balaie le Québec »

  23. quinlope dit :

    Trump a toutes les raisons d’être de mauvaise humeur.

    Ses tweeteries n’arrêtent pas:
    Whithaker, je ne le connais pas. Acosta, c’est un assaillant des fake news media. Les journalistes noires me posent des questions embarassantes. L’invasion des migrants approche et menace. Macron, ce n’est plus mon ami. Cohen révèle des choses sur mes paiements compromettants aux pornos stars. Le p’tit Kim ne veut plus me rencontrer. Nancy Pelosi veut lancer des enquêtes sur moi. Mueller met la touche finale à son rapport. On parle même d’accuser mon beau Don jr.

    Coudonc, ils ne comprennent pas que je suis le plusse meilleur président des U.S.A.

  24. A.Talon dit :

    HORS SUJET

    «On n’ose pas imaginer le tollé des médias conservateurs si Obama avait annulé une visite du cimetière américain de Bois Belleau à cause de la pluie, comme vient de le faire POTUS à l’occasion d’un voyage pour commémorer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.» (tweet de R.Hétu)

    Il n’en faut pas plus qu’une petite pluie bien tranquille pour décourager le Paresseux-en-Chef et l’empêcher de rendre hommage aux dizaines de milliers de soldats américains morts pour la patrie il y a cent ans. «Cadet Bone Spurs» dans toute sa splendeur. Toujours à se trouver des défaites pour refuser de faire son devoir militaire…

    1. quinlope dit :

      N’oubliez pas que la pluie aurait endommagé son «toupet» orangé.

      1. simonolivier dit :

        Ou fait couler son spray tan

    2. lanaudoise dit :

      Pourtant, lors de son inauguration, n’avait-t-il pas fait cesser la pluie? En tout cas, c’est ce qu’il a prétendu.

      1. ProMap dit :

        lanaudoise – 🤣 Compte tenu de son grand respect pour la présidence, étant en terre étrangère, il laisse ce pouvoir à Macron.

    3. ProMap dit :

      A.Talon – Comme je le disais hier, il a laissé son parapluie au haut de l’escalier avant d’entrer dans son Air Force. Alors, il ne peut pas visiter ce cimetière, sachant ce qui advient de sa moumoute lorsque la pluie (commandée et payée par Soros) lui tombera dessus. Pas grave, ses trumpeux reconnaîtront le courage et l’esprit de décision et d’action de leur grand pepsodent (encore une fois merci papitibi!)

      Cet amoureux des vétérans et des militaires qui s’indigne de la génuflexion de footballeurs noirs!

  25. Mabuse dit :

    A. Talon – 8:50 – « Vous oubliez que la majorité des sièges sénatoriaux en jeu dans deux ans seront républicains, contrairement aux élections de mardi dernier. »

    Vous devriez quand même lire Paul Waldman sur les chances des Dems de possiblement faire égalité au Sénat en 2020 et sur le retour probable d’une majorité républicaine par la suite.

    https://www.washingtonpost.com/blogs/plum-line/wp/2018/11/07/a-democratic-senate-is-a-long-way-off-thats-a-big-problem/?noredirect=on&utm_term=.0c9c81496b75

    A Democratic Senate won’t happen anytime soon. That’s a big problem.- Paul Waldman

    « Il y a beaucoup d’incertitude lorsque nous regardons aussi loin en avant. Ce que nous pouvons dire, c’est qu’il est presque impossible de prévoir un moment dans un avenir proche où les démocrates auront même le moindre espoir d’avoir la présidence et une autre majorité de 60 sièges au Sénat, ce qui serait nécessaire pour adopter une législation ambitieuse. Ce qui est beaucoup plus probable, c’est qu’un président démocrate soit confronté à un Sénat républicain » (qui lui fera obstruction).

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

  26. Aube2005 dit :

    Il ne faut pas pavoiser trop vite. Nous savons que les républicains sont capables de ramener le patriotisme au coeur des américains. Ils n’ont qu’à peser sur le bouton rouge comme l’a fait Bush Jr. et le tour est joué.
    Le Gros Sale ne s’en privera pas. Malheureusement.

  27. Captmichel dit :

    La chambre il vont tu ytavailler stopper le demon orande mueller as tu Ssez pour le faire tomber

  28. treblig dit :

    Quelques chiffres qui ont de quoi inquiéter les républicains.

    Les femmes (58%), les jeunes de moins de 29 ans (67%), les Latinos ( 69%), les Noirs (93%), les personnes éduqués (60%), les non-religieux (73%) ont tous votés majoritairement démocrate.

    Seuls les hommes blancs (58%) et les blancs non éduquées ( 61%) ont voté majoritairement républicains. Le vote républicain est essentiellement un homme blanc religieux peu éduqués de plus de 45 ans.

    1. onbo dit :

      Les démocrates ont donc un programme clair droit devant:

      En employant la patience et la douceur de langage, expliquer, avec humilité et enthousiasme à cette clientèle électoral effarouchée par les slogans républicains, les avantages concrets d’une couverture de santé universelle qui les protège contre les mauvais coups du sort et qui ne fait aucune discrimination qui se fonderait sur des « pre-existing conditions ».

      En empruntant chaque fois de multiples exemples concrets qui leur parlent à cette clientèle et qui les stimulent à demander des explications et à obtenir des promesses formelles de couverture, afin qu’ils et elles n’aient plus à vivre la honte de devoir cacher leurs conditions de santé préalables dès qu’ils ont de nouveau besoin de services de santé et qu’ils et elles cessent de vivre la peur de perdre leur emploi et même lleur auto et maison pour obtenir des soins coûteux.

  29. Gilles Morissette dit :

    Bravo. Voilà une excellente nouvelle. Ça prouve qu’il y a encore de l’espoir dans ce pays.

    Il est fort probable que le Gros Taré connaissait les chiffres que monsieur Hétu nous a donné, ce qui expliquerait ses humeurs massacrantes des derniers jours.

    Il n’a pas fini d’être de mauvaise humeur avec tout ce qui lui pend au-dessus de la tête pour les deux prochaines années. Voilà qu’on apprend que le FBI a ouvert une enquête de nature criminelle contre la Compagnie « World Patent Marketing avec laquelle le nouveau AG Matthews Whitaker avait des liens très étroit.

    Deux constats:

    1. Le FBI va enquêter sur son « grand boss »;

    2. le DOJ est dirigé par une personne faisant l’objet d’une enquête criminelle.

    Ça ne semble pas déranger outre mesure Tiny Brain, lui qui est déjà empêtré dans l’histoire des paiements illégaux à des femmes avec qui il a eu des relations extra-conjugales, et ce, dans le but d’acheter leur silence.

    Imaginez si en plus, il perd les sièges de l’Arizona et de la Floride au Sénat. Sa mauvaise humeur va s’amplifier !!.

  30. InfoPhile dit :

    @A.Talon à 09:21 @Dekessey à 09:18

    Vous savez, ce 50% des électeurs inscrits qui ont voté lors de ces midterms, c’est 12% de plus que les taux enregistrés lors des midterms précédents. Soit une augmentation de 32% !

    « un taux de participation de 49%, en nette hausse par rapport aux dernières élections de mi-mandat d’il y a quatre ans. A l’époque, 83 millions de citoyens s’étaient rendus aux urnes, soit 37% de la population électorale. »

    https://www.lesoir.be/188700/article/2018-11-07/midterms-nette-augmentation-de-la-participation

  31. Mabuse dit :

    Trump ne doit pas être le seul à craindre la pluie, puisque mon dernier commentaire citant l’opinion de Paul Waldman sur la faible capacité des démocrates de reprendre le sénat n’a pas été retenu.

     » I am sorry I rained on everybody’s parade, mais mon but était de faire en sorte que les commentateurs enlèvent leurs lunettes roses et regardent la réalité en face, froidement.

    Je concluais qu’avec 46% du vote populaire, Trump pouvait être réélu et le Sénat demeurer sous contrôle républicain.

    Il semblerait que les tendances historiques favorisent effectivement le GOP et Trump en 2020, selon Musa al-Gharbi : « If the midterms were a referendum, Trump won »

    « Cette réalité devrait rendre les démocrates profondément inquiets car, comme je l’ai démontré ailleurs, si l’élection présidentielle de 2020 se conforme également aux tendances historiques, il y a environ 8 chances contre 1 pour que Trump gagne une nouvelle élection.  »

    https://www.washingtonpost.com/opinions/if-the-midterms-were-a-referendum-trump-won/2018/11/09/a39cc5fe-e44f-11e8-ab2c-b31dcd53ca6b_story.html?utm_term=.0973ba3d84a0

    1. Benton Fraser dit :

      Il y a avant tout un problème profond avec le système démocratique américain qui avantage un type avec 3 millions de votes en moins et avec un taux d’approbation de 40-42% depuis le début de son mandat, du jamais vue!

      Pourtant, les démocrates travaillent forts et les médias travaillent encore plus fort et malgré les aberrations et mensonges de Trump, il risque encore d’être élu!

      Pour que les démocrates travaillent encore plus forts, ils faudraient qu’ils fassent comme les républicains, un discours populiste, change le système électoral à leur avantage, empêche les gens de voter et mentent effrontément, c’est-à-dire qu’ils pratiquement un nivellement vers le bas ?!?!?

  32. igreck dit :

    Chaque vote compte ! En 2018 comme en 2000 ! Qu’aurait été notre réalité d’aujourd’hui si Al Gore avait été « désigné » président par la SCOTUS au lieu de cet imbécile de W !?!

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201811/10/01-5203725-elections-de-mi-mandat-la-floride-ordonne-un-nouveau-depouillement.php

  33. jeanfrancoiscouture dit :

    Pas un tsunami malgré deux années de «Trumpitudes» mais quand même une assez belle vague. On comprend mieux pourquoi Donald Trump est en bocal vert. Vivement 2020 qu’on en finisse…..j’espère.

  34. igreck dit :

    « Bocal vert »… à prononcer tout haut… beau calvaire ! Ah Ah Ah !!!

  35. Pierre s. dit :

    ————————

    H.S.

    Petite question à suggérer aux journalistes de CNN qui couvrent la
    Maison Blanche … à poser à Monsieur Trump préférablement.

     » Allez vous lire le livre de Michelle Obama ???  »

    1. Benton Fraser dit :

      Mélania va sûrement le lire et faire sienne des citations!

Répondre à Emalion Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :