Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

LIV57FGZLMI6RIIPWUKUNMIHKY.jpg

«Claire n’est pas une de ces démocrates timbrées. Elle travaille et trouve des compromis au centre», dit le narrateur d’une pub récente de Claire McCaskill diffusée à la radio. McCaskill, faut-il préciser, est elle-même démocrate. Mais la sénatrice sortante du Missouri sent le besoin de se distancier de son propre parti pour tenter de défendre avec succès son siège dans un un État de plus en plus conservateur. Questionnée sur Fox News à savoir s’il y avait des démocrates timbrés parmi ses collègues du Sénat, elle a offert une réponse qui lui a permis de marteler derechef son message de fin de campagne.

«Je ne qualifierais pas mes collègues de timbrés, mais Elizabeth Warren m’a certainement attaquée lorsque j’ai défendu l’idée d’alléger la réglementation pour les petites banques et les coopératives de crédit, a-t-elle répondu. Je ne suis certainement pas d’accord avec Bernie Sanders sur plusieurs questions.»

La sénatrice McCaskill fait face au procureur général du Missouri, Josh Hawley, qui détient une avance de 2 points de pourcentage sur elle selon la moyenne des sondages de Real Clear Politics. Elle mise sur la question de la santé pour l’emporter. Hawley fait partie des 20 procureurs généraux d’État qui ont engagé une action en justice pour soustraire les assureurs privés de l’obligation de couvrir les personnes souffrant de conditions médicales dites préexistantes.

Hawley, comme plusieurs autres républicains, dont Donald Trump, dit aujourd’hui être en faveur de cette disposition inscrite dans la loi sur la santé de Barack Obama. Mais cette position est le sommet de l’hypocrisie, comme s’évertue à le répéter McCaskill, qui rappelle les efforts multiples des républicains pour abroger l’Obamacare.

La sénatrice du Missouri n’est pas seule dans le camp démocrate à tenir ces jours-ci des propos qui font tiquer les progressistes du parti. Mardi soir, lors d’un débat, le sénateur sortant d’Indiana Joe Donnelly, qui défend un siège dans un autre État conservateur, a choisi une drôle de façon d’exprimer son admiration pour les membres de son personnel issus des minorités.

«Notre directeur pour l’État est un Américain d’origine indienne, mais il fait un excellent travail. Notre directrice pour les services des commettants est une Afro-Américaine, mais elle abat un boulot encore plus fantastique que vous pouvez l’imaginer», a-t-il dit.

Mais? Invité par le Washington Post à expliquer la présence de ces «mais» dans ses louanges, le sénateur Donnelly a déclaré qu’il s’était trompé de conjonction. Il voulait dire «et».

Ils sont fous ces démocrates…

(Photo AP)

45 réflexions sur “Avec des démocrates comme ça…

  1. Daniel A. dit :

    De toute manière, les politiciens (démocrates ou républicains) disent toujours n’importe quoi en campagne électorale.

    1. Pierre dit :

      @ Daniel

      Pas juste en campagne tout le temps tout le temps

  2. Vercheres dit :

    Comme quoi les élus sont le reflet de ceux qui votent. La haine, la folie, la pauvreté (financière et intellectuelle) ont toujours été aussi présents chez les Américains. Et ça ne va pas en s’améliorant…

  3. Pierre S. dit :

    ——————————–

    le premier réflexe de tout politiciens demeure l’auto préservation.
    Ca passe avant tout le reste et bien avant les intérêts de la population.

  4. gl000001 dit :

    On déblatère beaucoup sur les républicains mais les démocrates sont aussi des politiciens. Donc un joyeux ramassis d’arrivistes et d’ex-idéalistes.
    Eliminez les partis en politique. On ne s’en portera que mieux !

  5. kelvinator dit :

    Il est « mais-et » ce démocrate…

    C’est vrai que certain état ruraux sont tellement conservateur qu’un centriste est vu comme gauchiste…

  6. kintouai dit :

    Quelle est la différence entre un démocrate conservateur et un républicain modéré ? L’un est rouge et l’autre est bleu, «mais» (comme dirait Joe Donnelly), on ne sait pas trop lequel est lequel.

    1. Daniel A. dit :

      C’est comme cette vieille blague. Quelle est la différence entre le capitalisme et le communisme? Le capitalisme est l’exploitation de l’Home par l’Home. Le socialiste est exactement le contraire.

  7. Martin cote dit :

    Tout pour sauver sa peau….meme renier ses collègues qui ont accumulé beaucoup de sous pour l’aider dans sa campagne électorale…..vraiment triste mais c’est le propre de la politique……pas certain que çela va être payant….

  8. Madalton dit :

    Avec des démocrates comme lui, on peut aller loin…

    https://www.politicususa.com/2018/10/31/carl-reiner-trump-midterm.html

    1. Layla3553 dit :

      96 ans

    2. jean-yves Handfield dit :

      Merci ! Rafraîchissant d’entendre ce vénérable & sensé personnage. Le jobard de la MB, n’y arrivera jamais à cet hauteur de conscience…

  9. monsieur8 dit :

    Je n’ai jamais considéré le parti démocrate comme un parti progressiste. Un peu moins réactionnaire que les répus, un peu plus proche des préoccupations du peuple que potus 45, mais certainement pas progressiste.

    1. jcvirgil dit :

      Très juste.Dailleurs Howard Zinn dans son célèbre essai *Une histoire populaire des Etats-Unis *, soulignait que dans les faits les Démocrates sont une version un peu plus *soft* des Republicains, soumis aux memes lobbys, ils servent en gros les mêmes intérêts et poursuivent les guerres deja engagées quand ils prennent le pouvoir.

    2. xnicden dit :

      C’est drôle mais j’ai l’impression que depuis quelques années la différence entre les démocrates et les républicains n’a jamais été aussi grande. Un Congrès ou une présidence démocrate n’aurait jamais donné les politiques catastrophiques actuelle en matière de budget, justice, nominations de juges, santé, environnement, etc.

      1. monsieur8 dit :

        @Xnicden : C’est parce que Trump est dans une ligue à part. Une présidence Répu « normale » n’aurait jamais donné ces politiques catastrophiques non-plus.

        Je pense que le degré de progressisme ou de conservatisme des dems et des répus varie en fonction de leur chef. Les 2 partis oscillent à la droite du centre. Avec Obama, on était proche du centre, avec Trump, on en est loin. Romney, Clinton, Mc Cain… assez peu de différence idéologique finalement : centre-droit-droit.

      2. Benton Fraser dit :

        @monsieur8

        Trump n’est que le fruit (ou le mauvais herbe) du GOP.

        Depuis Reagan, les républicains ne cessent de se radicaliser…..

        Mais à la base, les deux sont à la merci des lobbys.

      3. Lecteur-curieux dit :

        @monsieur8 Cela dépend beaucoup de votre mapping, de votre carte perceptuelle mais appliquée à la politique.

        Il peut y avoir plusieurs axes alors que les graphiques pour simplifier n’en mettent que deux et si c’est comme la boussole électorale ils posent des questions avec les positions des partis sur divers enjeux.

        Je n’aime pas tellement le terme progressiste que la gauche s’approprie alors que parfois elle freine le progrès et surtout celui économique.

        Faîtes des graphiques avec des quadrants, aucun ne sera parfait. Mais démocrates et républicains ne sont pas dans le même quadrant sur l’échiquier politique des États-Unis.

        Suis-je à gauche, au centre ou à droite ? Posez vos questions . Je suis plutôt «libéral» mais au sens francophone mais modéré. Alors assez au centre.Dans un pays scandinave je serais social-démocrate. Aux États-Unis je voterais démocrate par dépit. Sur le plan de la politique économique ce sont les républicains qui sont libéraux économiques et pas surtout. Le hic c’est qu’ils sont ultra-libéraux plutôt que modérés. Ils sont dans l’utopie libertarienne.

        Pire que pire pour plusieurs républicains , ils sont dans le conservatisme social et religieux. C’est dément être aussi rétrograde et avoir peur de la différence. Pour la gauche radicale c’est le politically correct ou le victimaire exagéré qui énerve.

        Gauche ou droite ? «Libéral» les libertés personnelles avant celles collectives qui sont définies par des cliques.En même temps on vit en société.

        L’individualisme sain et intelligent est en harmonie avec le TOUT. C’est le SOI et non le MOI/EGO qui importe.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Soi_(psychologie)#L'arch%C3%A9type_du_Soi_selon_Carl_Gustav_Jung

        Individuation , individualité. Tout est complémentaire plutôt que dans la dichotomie. Cerveau droit et gauche. Pensée linéaire et en arabesque. Masculin et féminin. Tradition et renouvellement. Coopération et compétition. Etc.

      4. ProMap dit :

        xnicden – D’accord avec vous.
        Monsieur – Moins d’accord. Il y a une nette différence entre Reps et Dems excluant les chefs. Le trickle down est une politique républicaine qui date de Reagan et a été reprise par les Républicains, pourtant grand défenseur de la dette publique. Personne chez eux n’a levé le moindre petit doigt quand Tiny l’a remis au goût du jour. Si le Reps étaient si proches des Démocrates, ils auraient remis en doute cette mesure plus qu’exagérée de Tiny en période de santé économique. Est-ce que les Démocrates l’auraient fait? Permettez-moi d’en douter fortement. On se rappellera pourquoi la dette a augmenté sous M. Obama. On se rappellera aussi pourquoi ces grands défenseurs de la dette ont crié aux loups lors de cette épisode de l’administration Obama. Autre exemle : ol n’y a pas de chef clairement déterminé chez les Dems présentement et pourtant, le parti défend DACA.

        Ceci dit, l’influence d’un chef sur ses troupes existent, sinon j’oserais dire en quoi est-il utile?

        Quant au sens du mot progressiste, il faut l’interpréter en contexte USA où tout le monde est à droite. Il y a quand même droite et très à droite sans parler de l’extrême droite des libertariens qui eux n’acceptent aucune mesure sociale. Les Républicains traditionnels les acceptent du bout des lèvres et peuvent même être un tantinet pognés avec : DACA est évidemment l’exemple. En passant voilà un exemple où le chef n’a pas autant d’influence qu’on le prétend. Ils sont majoritaires et après deux ans, ils jonglent encore avec la patate chaude. Si les Reps jonglent, ce n’est pas parce qu’ils sont près du centre, à côté des Dems, c’est parce que les sondages les font hésiter.

    3. kelvinator dit :

      Il ne faut pas oublier que les baby-boomers dominent la politique, autant par les politiciens, que par les électeurs. C’est certain que vu d’une personne une ou deux génération plus jeune, les idées sont décalés.
      La raison qui fait que les aspiration des jeunes prend moins de place, c’est qu’ils votent moins, donc un groupe moins intéressant pour les stratèges électoraux.

      Il y a des jeunes politiciens aux aspirations progressistes, qui sont membre du parti et militent activement. Le parti ne se résume pas aux baby-boomers. On aurait tort de généraliser à l’ensemble du parti. Ce serait comme dire que tout les républicains sont suprémaciste parce que les plus modérés sont effacés.

  10. treblig dit :

    Arghhhh…. le Missouri est un territoire du midwest fondamentalement un état rouge républicain. Et McCaskill fait ce qu’elle peut pour se faire réélire.

    Les candidats républicains de la côte Nord Est et de la côte Ouest sont plus proche du parti démocrate que du parti républicains dans son ensemble.

  11. spritzer dit :

    Dans cet article sur la réaction virulente d’une élue visée par McCaskill, on peut lire dans le dernier paragraphe:

    « Claire distancing herself from the party is gonna help her win more votes,” one staffer told Project Veritas, lamenting the fact that it would hurt her campaign if former President Barack Obama campaigned for her in Missouri. “People just can’t know” that she and Obama share the same views, the staffer said. »
    https://www.rt.com/usa/442784-mccaskill-missouri-democrat-drama/

    S’il faut qu’elle mente et qu’elle piétine ses convictions pour se faire élire, elle n’est pas dans le bon État.

  12. xnicden dit :

    Daniel A. 21:09

    « De toute manière, les politiciens (démocrates ou républicains) disent toujours n’importe quoi en campagne électorale. »

    Vous me pardonnerez ma franchise, mais je considère que vous tombez dans le piège des fausses équivalences. Même en campagne électorale, il y a un monde de différence entre les propos des candidats démocrates et ceux des républicains, dans l’ensemble.

    Mais ceci n’empêche pas que l’aile conservatrice des démocrates sort son lot d’énormités régulièrement.

    1. P.L. dit :

      Merci !! C’est si juste !

      Les démocrates ne sont pas parfaits, loin s’en faut. Que quelques’uns préfèrent signaler qu’ils se trouvent plutôt au centre de l’échiquier politique pour se faire élire dans des comtés conservateurs me semble simplement une preuve de lucidité. Je trouve qu’il est dommage que Mme McCaskill s’en soit pris nommément à Elisabeth Warren, mais, pour le reste, elle n’a rien fait ou dit de franchement condamnable.

      Évitons donc les fausses équivalences comme le mentionne xnicden.

      Personne n’est parfait, il est donc utopique d’espérer que les politiciens le soient. Par contre, les démocrates se battent pour un contrôle accru des armes à feu, pour des soins de santé accessibles, pour une plus grande tolérance des minorités, etc. Pendant ce temps, les républicains se battent pour défendre l’Amérique blanche des envahisseurs de couleur, pour protéger la famille contre les perversions de l’homosexualité, pour promouvoir un néolibéralisme applicable uniquement, ça va de soi, aux entreprises américaines, etc. Choisissez votre programme.

      1. Michèle dit :

        Très bien dit, P.L. !

    2. Daniel A. dit :

      @ xnicden – Parfois je m’emporte. Merci de me rappeler à l’ordre.

  13. RICK42 dit :

    En bref, c’est « Chacun pour soi et par ici l’assiette au beurre! »

    1. Lecteur-curieux dit :

      Chacun pour soi dans le tourbillon de la vie. C’est une partie de la réalité que certains tentent de nier.

      D’autres glorifient la compétition dans tous les aspects de la vie comme seul moteur.Alors que trop à gauche cela peut être vu comme une force destructrice. Perso je préfère l’émulation sinon pour la compétition dans un cadre fairplay et pas en voulant détruire l’autre.

  14. CBT dit :

    La solution est d’élire les moins pires, mais j’ai toujours pensé que les moins pires nous volent un peu moins, dans le sens que nos impôts vont un peu plus à la bonne place, mais au final, nous n’avons aucun contrôle sur rien, sur l’argent et les décisions politiques ! Aux EU, bonne chance, ça dépend de l’engouement pour un seul politicien, il est God ou il ne l’est pas !

  15. Gilles Morissette dit :

    Certains démocrates sentent que leur réélection est incertaine. Ils prennent des positions plus populistes afin de ne pas être en reste avec les Répugnants quitte à renier certains principes défendues par leurs collègues.C’est loin d’être honorables mais ce n’est pas si inhabituel que ça.

    Le parti Démocrate a son aile conservatrice qu’on appelle les « Blues Dogs ». Ces élus sont progressistes au plan social mais conservateurs au plan fiscal. Ce sont eux qui ont forcé le président Obama à reculer sur son idée originale de faire de l’Obamacare, un système de santé publique financé entièrement par l’État.

    Il a été obligé de modifier son programme pour celui que l’on connaît présentement. Ce n’était pas l’idée du siècle mais c’était le compromis à faire afin de faire adopter cette réforme.

    Voilà maintenant que les Répugnants essaient de faire croire aux Américains qu’ils appuient le maintien la clause contenue dans l’Obamacare et qui oblige les assureurs privés à couvrir les personnes ayant des conditions pré-existantes alors que les faits démontrent le contraire.

    Bullshitter un jour, Bullshitter toujours.

  16. lanaudoise dit :

    Parlant des conditions préexistantes, disons que leur liste partielle est très très longue. Je l’ai vue, une fille de mon cousin l’ayant publiée sur Facebook. Elle en déduisait que tout le monde avait l’une ou l’autre de ces conditions préexistantes.

    La vraie question qui doit se poser est: que faire pour mettre fin à l’augmentation des inégalités sociales?
    La question a beaucoup de facettes, qui nécessiterait un vaste chantier, beaucoup de discussions et des actions concertées. Madame la candidate est, disons, bornée. Elle n’a plus sa place.

    1. Benton Fraser dit :

      Le noeud du problème c’est que tout est une question d’inéquité.

      L’immigration, la peur de l’autre, les problèmes de santé et d’éducation n’en sont que les conséquences….

      1. Lecteur-curieux dit :

        Qu’est-ce qui est équitable ou juste ? C’est une question politique et éthique complexe.

        Mais il faut avoir ce souci, il faut en débattre. N’empêche que la vie est foncièrement injuste. On peut pas tout changer. Essayer de l’être quand même.

        Et le fameux compromis entre l’efficacité économique et la justice sociale. Cela ne s’oppose pas tout le temps mais assez souvent pour forcer la société à choisir. Choisit-on vraiment? Les lobbies et groupes de pression sont plus représentés que le peuple.

      2. Benton Fraser dit :

        @Lecteur-curieux

        La société n’a jamais été aussi riche et les écarts ne cesse de grandir!

        Quelque part, certains tirent la couverte plus de leurs bords!

  17. La population états-unienne est tellement polarisée que je crois qu’elle ne se comprend plus elle même, les messages envoyés par les politiciens surtout de droite envoient sont tout simplement ahurissants. Je ne connais pas bien la politique de ce pays, je veux dire son fonctionnement, mais ce que je vois est très inquiétant, ce qui n’a pas march. en 1861 peut peut être arriver en 2018, la division et la séparation de ce pays, y aura pas de Lincoln pour rabibocher tout le monde, bien que je crois que ils n’ont jamais été réunis vraiment, juste rabibochés, ça a tenu jusqu’ici mais là ça peut péter si Le perroquet orange ne gagne pas la semaine prochaine.

  18. 430a dit :

    Le ver est dans le fruit.

  19. karma278 dit :

    Confondre but et and? Come on!!!
    Je me sens comme le butt-end de la joke, comme disent les chinois.

    C’est pourtant très révélateur des préjugés communs envers les minorités, même venant de ceux qui sont accueillants, imho.

    Je m’y attend des répus, c’est plus fort qu’eux. La peur rend fou…

    Mais d’un prétendument démocrate, je suis confus. OU covfefe, je ne sais plus.

    Ça va comment déjà?

    Open mouth.
    Insert foot.
    See it coming out of your butt, you a-whole.?????

    Dans mes mots.

    1. papitibi dit :

      Bin… on a déjà vu pire!
      Popa Trudeau n’avait-il pas mis sa propre tête sur le billot en proclâmant – sans même avoir l’air de pouffer de rire – que Voter NON au référendum, c’est dire OUI aux changements constitutionnels
      UN OUI c’est un NON pis un NON, c’est un OUI. ?
      Come on!

  20. Alexander dit :

    Les EU sont un pays bien ancré dans la droite alors que le Canada est centre-gauche et centre-droit elon l’allégeance. Donc, on a bien de la misère à comprendre un cerveau d’américain.

    Et démos et répus ne devraient pas être des blocs monolithiques. Ils ont droit de raisonner et d’avoir quelques convictions personnelles. Ce que je n’aime pas des républicains depuis deux ans, c’est de jouer à la putain pour plaire à Trump et d’éviter ses tweets ravageurs. S’ils avaient plus de couilles, ils l’auraient remis à sa place, un peu comme McCain avant sa mort. Des lâches et des opportunistes.

    La Vérité n’existe pas, ce sont des échelles de valeurs qui s’affrontent.

    1. Michèle dit :

      👏👏

  21. noirod dit :

    Si il est permis d’ acheter …financer la campagne d’ un politicien alors je ne vois rien d’ anormal a ce qu’ un ou une candidate adopte des position tièdes voir opposées a celles de son parti. Ici au Canada tu peux juste pas aller a l’ encontre de la ligne de parti sous peine d’ en être exclu. Tu es condamné a la langue de bois ce qui est pire en réalité. C’ est de l’ hypocrisie institutionnalisée.

    Dans le cas présent ce n’ est rien d’ autre qu’ une saine planification financière qui sera généreusement récompensée par le contenu d’ une enveloppe brune.

    Pourquoi pensez vous qu’ avec quelques jours seulement a faire avant une date cruciale pour la suite des choses , il n’ y ait pas de mouvement spectaculaire de la classe politique ? Parce qu’ ils n’ en ont ni la colonne ni les couilles et que comme le titrait l’ autre, c’ est le confort de l’ indifférence !

    1. gl000001 dit :

      Les partis politiques américains sont comme deux groupes de requins vaguement organisés. Si un est blessé, ils vont tous le dévorer qu’il soit dans leur groupe ou pas.
      Au Canada, ça ressemble plus à des loups avec une vraie hiérarchie.

  22. Toile dit :

    «Notre directeur pour l’État est un Américain d’origine indienne, MAIS il fait un excellent travail ».
    « Notre directrice pour les services des commettants est une Afro-Américaine, MAIS elle abat un boulot encore plus fantastique que vous pouvez l’imaginer», a-t-il dit.

    Pourquoi des mais dans l’ethnie? Ca donne l’effet d’une excuse, d’une distanciation vu que non blanc, à la limite pas « américain »

  23. leonard1625 dit :

    Je donne le bénéfice du doute à Donnelly, même s’il a été maladroit. Claire McCaskill est en mode panique. Cette ligne de stratégie ne changera probablement rien au résultat.

  24. leonard1625 dit :

    Je suis estomaqué lorsque des commentateurs laissent entendre de démocrates ou républicains sont plus ou moins équivalents.

    — Les juges de la Cour Suprême sont-ils plus ou moins équivalents?
    — Le support à la NRA est-il plus ou moins équivalent?
    — L.opposition à toutes formes d’assurance maladie étatique est-il plus ou moins équivalent?
    — L’opposition au libre choix des femmes est-il plus ou moins équivalent?
    — Le nombre de guerres déclarées ou fortement menacées de le faire est-il plus ou moins équivalent?

    etc …

Répondre à Pierre S. Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :