Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Autochtones Reuters

À une semaine du scrutin de mi-mandat, les projecteurs sont braqués sur le Dakota-du-Nord où une récente décision de la Cour Suprême pourrait nuire aux chances de la sénatrice démocrate Heidi Heitkamp de se faire réélire. Les électeurs de ce petit État situé sous les prairies canadiennes doivent, depuis à peine trois semaines, posséder une adresse résidentielle pour avoir le droit de voter. Or, les autochtones qui vivent en milieu rural ou sur des réserves utilisent en grande majorité une case postale. Les conseils de bande se démènent donc pour octroyer à leurs frais des adresses au plus grand nombre de résidents, dont la mobilisation électorale semble croître plutôt que de diminuer face à l’adversité.

« Je suis au-delà du seuil de frustration », a expliqué Lonna Jackson-Street, membre du conseil de bande du Spirit Lake Tribe au New York Times. « Je suis davantage excitée par le résultat, parce que je crois que le taux de participation sera sans précédent. »

C’est grâce à l’appui des communautés autochtones que Heidi Heitkamp s’est fait élire par la peau des fesses en 2012, avec moins de 3 000 voix d’avance. Son adversaire, le représentant républicain Kevin Cramer dispose désormais d’une avance confortable.

Cet article souligne que les élus républicains locaux ont commencé à débattre de cette modification à la loi électorale quelques mois après l’élection de Heidi Heitkamp. L’affaire a été contestée devant les tribunaux puis est montée jusqu’à la Cour suprême, qui a validé une seconde mouture du règlement dans une décision rendue le 9 octobre.

Les autochtones représentent environ 5% des 750 000 habitants du Dakota-du-Nord, un État conservateur qui a voté majoritairement pour Donald Trump à la présidence. Un coup d’œil à la carte électorale montre que les territoires autochtones sont des îles bleues dans une mer rouge.

Les instigateurs de la loi affirment qu’ils souhaitaient contrer la fraude électorale, alors que ses détracteurs estiment qu’il s’agit d’un autre stratagème visant à faire de la suppression d’électeurs.

Sur le terrain, les conseils de bande, les groupes communautaires et le Parti démocrate sont très actifs pour permettre au plus grand nombre d’électeurs de se rendre aux urnes comme le montre ce reportage du New York Times:

En terminant, cette lettre ouverte écrite par Tristan Ahtone, le président de la Native American Journalists Association offre un point de vue intéressant dans ce débat. Ce dernier reproche aux démocrates leur hypocrisie dans le dossier. « Les démocrates fulminent sur la privation du droit de vote des électeurs autochtones maintenant qu’un de leurs sièges au Sénat est menacé », écrit-il. « Ils ont gardé leur colère seulement pour quand ça convenait à leurs besoins. »

(Photo Reuters)

32 réflexions sur “Dakota-du-Nord : les autochtones se mobilisent pour conserver leur droit de vote

  1. Gilbert Duquette dit :

    Je serai sarcastique.

    Comment ce fait-il qu’ils peuvent voter, après tout ils ne sont en vie que parce que les blancs l’on voulu ainsi. (ou ont manqués de munitions, pis de couvertures contaminées)

    1. fallaitquejteuldise dit :

      Amherst sort de ce corps!

  2. gl000001 dit :

    C’est inconcevable qu’un aussi grand pays (enfin qui se pense « grand ») ait des lois électorales aussi farfelues sans aucune constance d’un état à l’autre.
    Quand on entend de telles choses, ça fait juste démontrer qu’ils sont aussi « tiny » que leur pseudo-substitut-edulcoré-imitation de président !!

    1. ____________
      J’apprécie votre commentaire et le seconde. 🙂

    2. Guy LB dit :

      @gl000001 (à 15:42) :
      Très juste, votre commentaire.
      L’administration civile et judiciaire par parcelles de cet immense pays étonnent et ouvrent la porte toute grande à nombre d’aberrations et de manipulations difficiles à prévenir et contrer.
      Le plus étonnant dans le cas spécifique que nous présente ce billet est l’apparente incapacité de la Cour Suprême à percevoir l’injustice inhérente — et, à mes yeux, évidente — au redécoupage électoral basé sur des intérêts étroits et très particuliers, sans aucun égard pour la justice collective.

      On est justifié de se demander à quoi peut bien servir une Cour Suprême aussi aveugle.

  3. ghislain1957 dit :

    « Ils ont gardé leur colère seulement pour quand ça convenait à leurs besoins. »

    Malheureusement, ce n’est pas le lot que des démocrates, de nombreux politiciens ou partis politiques sont semblables…

  4. kelvinator dit :

    Le problème avec l’accusation de Tristan Ahtone, c’est un homme de paille.

    Ce n’est pas parce que les démocrates n’ont pas parlé spécifiquement du cas des amérindiens pendant des années qu’ils n’ont rien fait. Le cas des autochtones s’inscrit dans un débat plus large sur la suppression du vote chez toute les communautés, pas seulement chez les amérindiens.

    S’il reproche aux démocrates de l’État et non pas national, comme M. Hétu l’a spécifié, c’est une mare rouge pro-Trump, donc très majoritairement conservateur. On peut facilement douter que l’influence du parti démocrate du Dakota-du-Nord soit importante. C’est souvent le même problème : on se base aveuglément sur notre perception, notre mémoire du problème, pour ensuite en déduire que notre intuition est un fait, et non pas seulement notre opinion largement subjective. Le problème se répète souvent au Canada.

    1. Richard Hétu dit :

      Le billet est signé par Daphné Cameron. 🙂

  5. J. Nobert dit :

    La plus grande démocratie de la planète. De surcroît, ils se permettent de donner des leçons de démocratie au monde entier. Ouf!

    1. Aurélienne Morin dit :

      Ils ont perdu ce titre depuis aux moins deux ans.

  6. Henriette Latour dit :

    J.Nobert

    Faites ce que je dis, pas ce que je fais!

  7. jcvirgil dit :

    Un système électoral complètement corrompu et une Cour Suprême aux juges nommés par la vermine , à quoi s’attendre de plus ?
    C’est triste de voir cette nation jadis si fière se complaire maintenant dans la bananisation .

  8. Steve3110 dit :

    On se croirait au Far-West…

    1. quinlope dit :

      C’est le Far North!

  9. spritzer dit :

    Ce n’est pas que sur le droit de vote des indiens que les démocrates ont failli. L’auteur du texte donne des exemples dans d’autres domaines.

  10. Syl20_65 dit :

     »En terminant, cette lettre ouverte écrite par Tristan Ahtone, le président de la Native American Journalists Association offre un point de vue intéressant dans ce débat. Ce dernier reproche aux démocrates leur hypocrisie dans le dossier. » DC

    Comment se tirer une balle dans le pied. Je trouve la sortie de Ahtone pas mal insignifiante. Les démocrates travaillent pour leur donner une voix et lui joue le jeu des répulibans. Méchante dissonance cognitive.

    Mes salutations à Mme Cameron

    1. kintouai dit :

      Pas mieux que certains de nos autochtones — qu’on se rappelle le célèbre Elijah Harper — qui ont craché sur le Québec lors de la ratification de l’Accord du Lac Meech, pour la plus grande joie des salopards d’Anglo-Canadiens. Dans le cas d’Elijah Harper, pas étonnant qu’il fasse partie de la Première Nation de Red Sucker Lake (c’est pas une joke !)

  11. treblig dit :

    Ceci illustre un problème propre aux États-Unis, pas de carte d’identité généralisée , avec photo, comme la carte d’assurance maladie au Québec. Et pas de liste permanente des électeurs. Dans ce contexte, les républicains ont beau jeu de faire de la suppression des votes à chaque élection. Chaque état institue sa propre procédure.

    Par exemple, le Texas ne reconnaît que le permis de conduire, une carte de port d’armes et le passeport comme moyen d’identification. Or, pour les gens des ghettos, les pauvres, les noirs et les latinos ces documents sont parfaitement inutiles ( et dispendieux, long, complexe à obtenir ) dans la vie courante. Les pauvres n’ont jamais eu de voitures , ne voyagent pas à l’étranger et ne possèdent pas d’armes ( du moins légalement ).

    1. treblig dit :

      On notera que même au Québec, ou le directeur général des élections fait des pieds et des mains pour augmenter la participation, le taux d’abstention est quand de 33% aux dernières élections. Alors, imaginez quand on multiplient les obstacles. Le taux de participation aux midterms américaines est en-deçà de 50% depuis 1914. Pas surprenant.

  12. Gilles Morissette dit :

    Rien de surprenant là dedans. les Répugnants sont incapables de gagner selon les règles en vigueur. Que font-ils? Ils les modifient de façon à ce qu’elles les avantagent comme ils l’ont fait avec le « Gerrymandering » ou la suppression massive du droit de vote en Georgie qui, comme par les plus grands des hasards, touche les électeurs Afro-Américains qui sont favorables aux Démocrates.

    Crosseur un jour, crosseur toujours. Bienvenue à Trumpland.

  13. Martin coté dit :

    Les Etats-Unis etaient la plus grande démocratie au monde avant l’arrivée de trump…maintenant, tout ce que l’on voit, ce sont les répus qui essaient d’empecher par tous les moyens certaines catégories de gens d’exercer leur droit de vote et ce avec la complicité de la cour supreme de justice dominée par les répus…vraiment..les américains n’ont plus aucune lecon a donner en fait de démocratie…

  14. danielm2757 dit :

    « … une carte d’assurance maladie… » est bien la dernière pièce d’identité qui serait admise par l’administration Trump! Au Québec les trois cartes admises sont la carte d’assurance=maladie, le permis de conduire et le passeport. Cependant une personne qui vous accompagne peut se porter garante de vous au bureau de scrutin lors du vote en autant qu’elle une de ces pièces d’identification. L’inscription à la liste électorale peut se faire suivant un partage de données fiscales ou gouvernementales si vous y consentez.

    1. ozakatomoe dit :

      Aux élections québécoise et canadiennes, on peut aussi utiliser la carte d’identité des forces armées, même si il y a pas mal moins de détenteurs que de chacun des trois autres documents.

  15. Apocalypse dit :

    @J. Nobert – 15h54

    ‘La plus grande démocratie de la planète.’

    Les Etats-Unis ne sont pas une démocratie, mais une ‘ploutocratie’ où ce sont les riches qui sont position de pouvoir. Ne pas oublier que ces riches peuvent donner autant d’argent qu’ils ne veulent aux politiciens et ne s’en gênent d’ailleurs pas. Que pensez-vous qu’il arrive ensuite, ces politiciens font ce que les riches veulent, ce qui explique la baisse de taxes de Donald Trump, l’archarnement à ne rien faire pour contrôler les armes à feu (i.e. la NRA a donné 30 millions de dollars à la campagne de Donald Trump), etc.

    Le Canada est une démocratie, pas les Etats-Unis.

    Il faudrait sortir l’argent de l’équation et se débarasser de ce dinosaure qu’est le Collège Electoral qui permet aux républicains de tout contrôler alors qu’ils en minoritaire.

    1. vercheres dit :

      Démocratie au Québec ou au Canada? Aux dernières élections provinciales, la CAQ obtient presque 60% (74/125) des députés avec moins de 25% d’appuis (37,52% des votes de 66,45% de participation). Aux fédérales de 2015, Just-in a eu 55% des sièges avec un taux d’appui très similaire (39,47% de 67,54%). La différence avec Trump? Ici, ça gouverne au centre.

      1. Daniel Legault dit :

        C’est quand même un système qui fonctionne. Il empêche les petits partis d’avoir trop d’influence. Il les oblige à durer dans le temps pour graduellement avoir plus d’électeurs. Si un petit parti n’a pas de bonnes idées, il va être éliminé avec le temps.

  16. fallaitquejteuldise dit :

    Et dire que des québécois ont voté Parti 51 aux dernières élections… Mis à part le style et le niveau de vie, nous avons rien en commun avec les américains. Pourtant, dans les années 80 y’en a un qui aimait bien dire “ il l’on tu l’affaire les américains” , “ think big!”…🙄

    1. kintouai dit :

      « Pourtant, dans les années 80 y’en a un qui aimait bien dire “ il l’on tu l’affaire les américains” , “ think big!”»

      Ça se dit encore. Suffit d’écouter les radios poubelles !

  17. kintouai dit :

    Chacun sait maintenant que le Dakota du Nord fait partie des United Shitholes of America !

  18. lanaudoise dit :

    Triste histoire que celle-ci. En ai entendu parler la première fois par la fille de mon cousin germain. Sous la nouvelle, une mention que je n’avais jamais vue de la part de Facebook: un lien vers snopes, lequel en confirmait la véracité. J’ai eu l’audace de relayer à mon ami républicain du Michigan, lequel regarde Fox News, er même parfois Infowars, mais pas seulement… il est sensible à la cause des Natives.

  19. papitibi dit :

    Tiens… un oncle à moi, métis, était né au North Dakota avant de migrer au nord; il a épousé une soeur de mon père à St-Boniface et exploité une ferme avec ma tante en Saskatchwan. Lui, je ne l’ai pas connu. D’elle je ne me souviens pas mais J’ai une une photo de moi, à 4 ou 5 ans, alors qu’elle était derrière moi en compagnie de mon père…

    Je sais que mon père leur envoyait de l’argent en 1929 – j’ai conservé les lettres de ma tante, écrites au crayon de plomb sur du papier d’emballage. Beau témoignage des effets de la Grande Dépression de 1929, mais batinsse que j’ai eu du mal à en lire le contenu après en avoir fait des copies et avoir utilisé des logiciels dans le but d’accentuer les contrastes…

    Je devine que la famille du mononc’ métis avait traversé la frontière au gré des guerres menées par l’homme blanc contre les sauvages. Mes grands-parents vivaient au Connecticut avec leurs aines quand a eu lieu le massacre de Wounded Knee en 1890. Le massacre se poursuit en 2018, sauf qu’ils ont adopté des méthodes plus civilisées (les exclure des listes électorales.

    Raciste, ce pays? Bin wèyons donc!

Répondre à Apocalypse Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :