Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

16warrendna-jumbo.jpg

«Mais le test d’ADN pourrait se retourner contre elle», écrivais-je hier à la fin d’un billet consacré à l’analyse à laquelle Elizabeth Warren s’est prêtée pour fermer le clapet de Donald Trump qui l’a affublée du surnom «Pocahontas». Je pense que je sous-estimais le ressac que cette démarche allait produire. Même si elle s’est défendue de revendiquer une appartenance à une nation particulière, la sénatrice du Massachusetts et candidate potentielle à la présidence en 2020 a froissé des représentants amérindiens, irrité des stratèges démocrates, médusé des analystes politiques et réjoui ses adversaires républicains, dont le président, qui ont continué à se moquer d’elle de plus belle.

Le test d’ADN, révélé dans un article du Boston Globe et une vidéo, fait état de «fortes preuves de l’existence d’ancêtres amérindiens» remontant à une période comprise entre six et dix générations, selon une analyse effectuée par un professeur de l’université de Stanford. Il vise à démontrer une fois pour toutes qu’Elizabeth Warren ne mentait pas lorsqu’elle disait qu’elle avait des ancêtres Cherokee et Delaware.

Quelques heures après la diffusion  de la vidéo, la nation Cherokee a émis un communiqué dénonçant le recours aux tests d’ADN «pour revendiquer un quelconque lien avec la nation Cherokee ou toute autre tribu. Cela tourne en ridicule le recours aux tests d’ADN et à leur utilisation légitime, tout en déshonorant les gouvernements tribaux légitimes et leurs citoyens, dont l’ascendance est bien documentée et dont l’héritage a été prouvé.»

Au cours de la même journée, deux anciens stratèges de Barack Obama ont critiqué sur Twitter la démarche d’Elizabeth Warren, lui reprochant d’attirer l’attention des électeurs et des médias sur un sujet personnel et secondaire en pleine campagne pour les élections de mi-mandat et de donner à ce sujet encore plus d’importance qu’il en avait la veille.

Dans une analyse publiée par le Washington Post, le journaliste Matt Viser a estimé de son côté que la démarche de la sénatrice du Massachusetts démontrait que Donald Trump «tire les ficelles» de la course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020. Qu’on soit d’accord ou pas avec cette analyse, le président a certainement continué à se moquer de la démocrate ce matin sur Twitter.

Quant à Elizabeth Warren, elle a publié sur Twitter la une du Boston Globe faisant état du résultat de son test d’ADN et rappelé la promesse de Trump de verser 1 million de dollars à l’organisme caritatif de son choix si une analyse démontrait qu’elle avait des ancêtres amérindiens. La question est de savoir si cette démarche en valait la peine.

(Photo Getty Images)

40 réflexions sur “Elizabeth Warren a-t-elle échoué son test?

  1. RICK42 dit :

    Elle lui a fermé le clapet au Trumpy et cet homme à la langue fourchue ne tiendra pas sa promesse de verser un million à des oeuvres…quel gros nul!
    Elle a bien fait d’agir ainsi. De toute façon, impossible de plaire à tout le monde.

  2. Henriette Latour dit :

    Je suis totalement en accord avec les deux ex-stratèges du Président Obama. C’est futile en cette période d’élection et ça détourne des vrais enjeux. Qu’elle attende son tour en 2020!

  3. danielm2757 dit :

    Vrai qu’elle a joué le jeu de Donald Trump ce à quoi le président Obama s’est longtemps refusé, Aujourd’hui on comprend la sagesse de sa réaction d’alors.

    1. Richard Hétu dit :

      Obama avait quand même décidé de publier son extrait de naissance pour répondre à Trump et aux «birthers».

      1. RICK42 dit :

        D’accord avec cette approche: ne pas en laisser passer une!

      2. jeanfrancoiscouture dit :

        C’est vrai mais admettons quand même qu’il y a toute une différence entre prouver à de «faux sceptiques» une naissance sur le territoire national et remonter aussi loin qu’entre six et dix générations pour prouver une très ténue ascendance qu’elle soit amérindienne, africaine, asiatique ou indo-européenne.
        Tout cela n’est pas sans rappeler le «coupage de cheveux en quatre» auquel se livrait une certaine «idéologie brune» du siècle dernier pour classer des personnes dans le camp des bons ou des mauvais.
        Si je m’appliquais à moi-même semblables critères, cela ferait de moi un excellent candidat à une carte de membre de l’IRA car moi aussi, comme le dit le texte de la Nation Cherokee, je suis quelqu’un « dont l’ascendance (irlandaise) est bien documentée et dont l’héritage a été prouvé.» Et pourtant, malgré ma proximité de cette culture et mon antipathie pour les régimes qui ont dépossédé de ses biens et de sa langue la patrie de ma grand-mère, je n’ai jamais éprouvé l’envie de me transformer en «IRA man». Les problèmes d’ici m’ont suffi et continuent à me suffire amplement.

      3. Mouski dit :

        Tu ne peux contredire un extrait de naissance. Mais un test ADN tu peux faire toute la démagogie au monde sur les résultats surtout que Trump à ce dons de mélanger les nouvelles. Warren a pris une mauvaise décision et elle en paiera le prix.

  4. gl000001 dit :

    Au jeu de la désinformation, tout le monde perd. trump en est le spécialiste.

  5. mrchose dit :

    Quelle étrange époque nous vivons, quand même.

  6. bloganon dit :

    Ce que je remarque, c’est que Donald se permet de se moquer publiquement d’une femme pour la deuxième fois en deux semaines.

    1. gigido66 dit :

      …et s’aplaventrir devant les puissants démoniaques de ce monde!

  7. @ gl000001

    …Au jeu de la désinformation, tout le monde perd. trump en est le spécialiste….

    Trump a déjà affirmé que c’est grâce à lui si la controverse sur le certificat de naissance de Monsieur Obama a été résolue.

    Trump est effectivement un spécialiste en mensonges car pour moi le mot désinformation est trop doux pour cet être ignoble.

    1. gl000001 dit :

      J’aime bien l’adage « Assez intelligent pour allumer le feu mais pas assez pour l’éteindre »
      Dans son cas, il allume le feu, l’attise, laisse aux autres le soin de l’éteindre et finalement, il nie qu’il y a eu un feu !

      1. Bartien dit :

        @gl000001

        Voyons, jamais il n’allumerait un feu, ce n’est pas bon pour l’environnement !!
        https://www.lapresse.ca/environnement/dossiers/changements-climatiques/201810/15/01-5200368-trump-je-suis-un-veritable-defenseur-de-lenvironnement.php

      2. surlaclôture dit :

        Ma grand-mère le disait autrement : Assez fou pour mettre le feu, pas assez fin pour l’éteindre.

        Ça me fait drôle de le voir formulé à votre manière!

      3. gl000001 dit :

        Techniquement, ça peut être dur d’allumer un feu. J’ai déjà vu dans un refuge un gars qui avait bourré le poêle de bois et qui mettait une allumette sous une bûche pour partir le feu. Pendant qu’il se brûlait les doigts avec de multiples allumettes, je suis allé couper du petit bois. J’ai pris de l’écorce de bouleau sur le tas de bois et je suis revenu lui donner un petit cours. Cinq minutes et une allumette après, ça flambait.

  8. Alysanne dit :

    Une situation comme celle-là démontre une des grandes faiblesses du système politique américain. Dans un système parlementaire, les partis d’opposition ont un chef qui en assume le leadership. Le système américain laisse libre-cours à des dérives comme on peut voir présentement chez les démocrates; Elizabeth Warren qui vient stupidement se placer à la une du cycle des nouvelles et qui a relégué l’histoire de l’Arabie Saoudite en arrière-plan.

  9. Dekessey dit :

    Henriette Latour dit :
    16/10/2018 à 09:36
    Je suis totalement en accord avec les deux ex-stratèges du Président Obama. C’est futile en cette période d’élection et ça détourne des vrais enjeux.

    Je pense aussi. Le timing était pas idéal.
    En même temps je comprends qu’elle veuille fermer le clapet du gros bouffon, mais comment s’y prendre sans faire son jeu?
    Faut-il le traiter comme le gros tarla qu’il est? Comme un estie d’épais insignifiant, comme un débile qui dit n’importe quoi?
    On dirait que rien ne fonctionne. Il s’enfonce lui-même tous les jours plus creux dans l’idiotie et sa popularité se maintient.

    Peut-être la meilleure manière est de faire comme Bernie Sanders et Beto O’Rourke, l’ignorer et s’adresser aux américains intelligents. Ils forment encore la majorité.

    1. @ Dekessey

      Oui il faudrait que plus de politiciens l’ignorent mais il faut aussi qu’il y ait des Michael Aventis pour répliquer avec les mêmes armes que lui. Le dénigrement, la ridiculisation, les mensonges, le tordage des faits. Ce pour attirer son attention ailleurs et tenter de le déstabiliser sans que les O’Rouke, Sanders, De Blasio, Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar, Rashida Tlaib, Ayanna Pressley, Stacey Abrams, et Stacey Evans et une multitude d’autres hommes et femmes qui ont remportés leurs primaires démocrates, n’aient à dépenser leurs énergies à répondre aux mensonges de Trump.

      Pour chaque vérité, il existe un nombre infini de mensonges alors à quoi bon tenter de les combattre. Laissons le soin de cela aux autres.

  10. Danielle Vallée dit :

    Ce qui me fait vraiment plaisir c’est d’entendre des républicains dire (et il y en a plusieurs) qu’ils changent d’affiliation, regrettent infiniment d’avoir voté pour Trump, et en veulent au Congrès de le protéger.
    Trump va avoir épuisé tout le monde mais à la fin il va s’autodétruire.
    Les gens sont ‘pus capables’.

    @bloganon: il se moque des femmes parce qu’il a peur des femmes. Et il a particulièrement peur de Warren. Sur 10 tweets ce matin il y en avait 3 sur Warren. Et ça pendant les suites de l’ouragan en Floride, pendant que Pompeo est en Arabie Saoudite, etc.…
    Ses fidèles voient bien cette stupidité aussi.

    1. Dekessey dit :

      « Ses fidèles voient bien cette stupidité aussi. »

      Pas tous. Le pire c’est que ceux qui la voient la défendent!!!!!
      C’est surréaliste.

    2. danielm2757 dit :

      En ce qui concerne ses relations avec la gent féminine, vous avez vu juste car Donald Trump souffre d’un sérieux complexe d’infériorité et peut-être même qu’il est un « Sissy » de placard (je ne pouvais la laisser passer, désolé…)

  11. onbo dit :

    Petit Trump a montré sa grande vulnérabilité dimanche soir, lorsqu’il n’a su que répondre à la question: « Madame Blaisey Ford dit que la pire chose dont elle se souvienne de l’agression de Kavanaugh, c’est son rire indécent de moquerie après l’agression en présence de Judge. N’est-ce pas ce que vous avez fait dans votre discours en Louisiane monsieur le Président, vous moquer d’elle en public? »

    et Trump de répondre…  » Euh! Aah! …. anyway Nous avons gagné, nous avons gagné!

    Si j’ai bien vu et saisi, c’est une des premières fois où on voit Donald Trump se rendre compte publiquement qu’il a fauté et qu’il devrait normalement avouer et s’excuser. Ce qu’il ne fera pas.

    Au contraire, il détourne la conversation en répondant: « De toute façon c’est passé et nous avons gagné. (Le parfait aveu, le parfait révélateur de sa conscience morale éteinte, le parfait Freudian slippery slope vers sa vraie nature intérieure: le plaisir sadique de gagner, quel qu’en soit le prix pour l’intégrité de l’autre. Pour ce qui est de sa propre intégrité, le seul fait d’être  » le vainqueur  » satisfait la haute image de sa Gloire, le délestant de tout sentiment de faute (aucune culpabilité en lui-même) et de tout sentiment de honte (aucune culpabilité envers les autres).

    Ce n’est pas pour rien que Trump souhaite affronter Biden. Ce dernier est si réfléchi, mesuré, bon joueur, qu’il lui sera facile de le surcharger à répétition de mille insultes contre lesquelles il s’obligera à sourire. Est-ce un bon show? Parce que on en est rendu là…

    Ce que Donld Trump ne pourrait pas faire avec Elisabeth Warren qui sait comment lui « rentrer sous la peau ».

    C’est ce qu’on a pu voir dimanche soir lorsque l’animatrice a annoncé à Trump: « It’s the fourth time I have asked that question (B. Ford). There will be no other.  » Visiblement ennuyé et déçu qu’une « femme » mène son entrevue, il a tenté vainement de revenir sur le sujet. She said: NO!

    Et à la toute fin, C’est un Donald irrité qui dit: « C’est moi qui suis le Président » …. Où l’on voit que Donald est un looser contre les femmes le moindrement aguerries….

    1. gl000001 dit :

      On voit tout le mépris pour les institutions et la justice lorsqu’il dit « nous avons gagné ». De la sale partisanerie digne du fond de la swamp d’ou il sort !

      1. Layla3553 dit :

        gl000001 dit :
        16/10/2018 à 11:37

        Lorsque DT dit « nous avons gagné ». Oui mais quel prix? Le prix moral ?
        Le prix monétaire? On parle de millions en publicité pour BK, dans des états sensibles où la population pourrait faire des pressions sur des démocrates, oui il a gagné, et hier quand je lisais le billet de l’état des enfants sans -abri a NY je n’étais pas sans penser à ces millions de sale partisannerie.

      2. gl000001 dit :

        Moi, je voterais une loi qui forcerait les partis requins (mon synonyme pour « politique ») à mettre autant d’argent dans une cause qu’ils en mettent dans leur publicités. Je me demande si ils dépenseraient autant !!

      3. Layla3553 dit :

        @gl000001
        Ces requins comme vous dites trouveraient le moyen de dépenser le double légalement, la publicité pourrait devenir de l’information, du genre
        Savez-vous que…? Ce sont des requins…qui terrorisent sans tuer.Layla

    2. Fran labrecque dit :

      Comme vous avez si bien dit,👍

  12. sorel49 dit :

    Il y a des sujets qui blessent l’Andouille comme sa fausse fortune, son manque de leadership ou son caractère instable i.e. tout ce qui touche à son égo. Pour le reste, il s’en moque , même il se réjouit quand ses menteries fâchent ses opposants. Une preuve : ses déclarations répétées sur le déficit « énorme  » avec le Canada.

  13. Martin cote dit :

    Trump devrait plutôt gouverner et s’occuper des affaires du pays, gérer les crises internationales comme l’histoire du journaliste tue par l’Arabie et également s’occuper de son petit ami Kim qui prend de nouveau au USA au lieu de s’occuper de telle futilTe….quant à Mme Warren, s’il a fait une erreur..elle en paiera le prix….

    1. sorel49 dit :

      Trump a une conception très particulière des affaires de son pays. Cela passe par avantager ses affaires personnelles, repayer ses supporteurs milliardaires et flatter sa base électorale. Le reste est le moindre de ses soucis.

  14. jcvirgil dit :

    Pourquoi certains démocrates embarquent-ils en commentant une affirmation aussi anecdotique de E.Warren ?

    Ce qui est important dans le cas d’Élisabeth Warren c’est son discours sur le fossé des inégalités sociales qui ne cessent de grandir aux États-Unis avec la présidence de l’escroc en chef et les mesures qu’elle préconise pour combler ces inégalités et atteindre une meilleure justice sociale.
    Trump le président du vide a tout intérêt à transformer les élections de mi-mandats en show de télé-réalité et les médias embarquent dans ses niaiseries.

    Pas fort , comme on dit chez-nous.

    1. kintouai dit :

      @ JC Virgil Bravo ! J’approuve à 200 %.

      Bizarre quand même ! Entendons-nous jamais sur Fox News ou lisons-nous dans les médias de droite des journalistes relever les erreurs, les mensonges, les demi-vérités et les mauvais coups (et pourtant, ils sont quotidiens) du Gros Esti de Salopard (GES) ? Non !

      Pourquoi alors des journaux anti-Trump, des journalistes anti-Trump ou de «supposés» experts s’empressent-ils d’occuper l’espace médiatique en critiquant Warren d’avoir publié son test ADN ? N’ont-ils pas mieux à faire que d’analyser à la une les contrecoups possibles de la déclaration de la sénatrice du Massachusetts ?

      Les journalistes ont encore ce déplorable réflexe de vouloir « équilibrer » les choses. Avec les salopards du GOP et l’ordure qui les dirige, l’heure n’est plus à la recherche d’«équilibre». L’heure est au martèlement permanent, incessant et tonitruant de tout ce qui fait mal à ce pourri : revenir de façon incessante sur ses faillites, ses déclarations d’impôt non publiées, son népotisme, ses contradictions, ses agressions sexuelles, etc. Ce ne sont pourtant pas les sujets qui manquent, tab…Et la décision de la sénatrice Warren fait justement partie de cette stratégie visant à remettre sans cesse sur le nez du GES ses déclarations racistes, mensongères, misogynes, etc. Je l’appuie totalement dans sa démarche.

      1. Benton Fraser dit :

        Krugman reprochait les même choses lors de la campagne de 2016, cette manie des journaliste de vouloir équilibrer les choses par soucis d’impartialité!

        Mais finalement, les journalistes ne devraient que s’en tenir à la vérité….

      2. jcvirgil dit :

        Tout à fait et que penser des représentants de la nation Cherokee qui s’offusquent qu’Elizabeth Warren soit fière d’avoir des gênes amérindiens dans son patrimoine génétique , donnant ainsi de l’eau au moulin à Trump ?

        Ça me fait penser à toute la polémique de l’été dernier sur les oeuvres de Robert Lepage et les accusations d’appropriation culturelle , alors que ces spectacles soulignaient des pans d’histoire de ces nations et de celle du peuple noir américain et en célébraient la culture.

        Encore une fois… Pas fort !!!

  15. Mabuse dit :

    Elizabeth Warren a-t-elle échoué son test?

    Rien n’est moins sûr et je ne crois pas que les critiques des stratèges démocrates soient fondées, pas plus que je ne crois que c’est dt qui tire les ficelles des primaires démocrates. Enfin, il se peut que l’intervention de madame Warren soit précisément un ingrédient essentiel pour les mid-terms ou, à tout le moins, la réaction de l’andouille orange qui ne devrait pas manquer de motiver les femmes américaines. C’est peut-être dt qui est tombé dans le panneau!

    Ce qui me porte à penser de la sorte, c’est la très forte présence de candidates aux mid-terms et la force féministe déchaînée par dt, bk et l’ensemble du GOP.

    Lire l’opinion de Jennifer Rubin dans le WAPO permet encore d’espérer des jours meilleurs pour les É-U.
    https://www.washingtonpost.com/news/opinions/wp/2018/10/16/the-pink-resistance-is-growing/?utm_term=.f7b736aa9b3a

  16. Gilles Morissette dit :

    Il faut vraiment que la potentiel candidature de Warren dérange pour que les Répugnants s’agitent pour une chose qui somme toute est on ne peut plus banale. Le Gros Salopard est conscient qu’il aurait devant lui, quelqu’un qui serait capable de lui fermer sa grande gueule et de le mettre en contradiction avec ses mensonges à répétition.

    Le voir consacrer du temps à livrer un « twitfight » avec une élue démocrate alors qu’en tant que président, il a des problèmes pas mal plus urgents à régler comme par exemple, essayer d’aider les résidents de la Floride à se relever du désastre qui vient de leur tomber sur la tête, démontre que le Gros Enfoiré ne sait pas mettre ses priorités à la bonne place.

    De voir certains Démocrates embarquer dans ce jeu ridicule est encore plus désolant. Ils devraient se rappeler l’épisode du certificat de naissance du président Obama pour savoir que ce genre d’histoire, même banale, peut te coller à la peau si tu ne t’en débarrasse pas et faire en sorte que ton message ne passe pas.

    Waren a réglé un dossier qui aurait pu empoisonner une possible candidature à la présidence. La réponse qu’elle a faite au Gros Abruti démontre qu’elle ne s’en laissera pas imposer par ce « petit bully de fond de cour d’école ». Elle est déjà entré dans sa tête et on n’est même pas encore dans la campagne présidentielle.

    Bravo à madame Warren et merde aux critiqueux !!

  17. Syl20_65 dit :

     »…peut-être même qu’il est un « Sissy » de placard.. Danielm 2757

    Qu’entendez-vous par  »sissy » de placard?

  18. kelvinator dit :

    Ça démontre surtout son incompétence sur le plan des relation publiques, choses encore plus importante que la compétence politique, le charisme ou l’appui des groupes.

    Si tu es incapable de contrer l’omniprésence de Trump en connaissant minimalement comment fonctionne les médias, ce n’est certainement pas la bonne personne pour mener le parti démocrate à la victoire.

  19. Achalante dit :

    Et moi qui avait trouvé intelligent de sa part de dire que pour être Amérindien(ne), il fallait appartenir à une tribu, et comme elle n’appartient à aucune, elle ne peut se proclamer comme telle. Et de pointer du doigt que les insultes qu’elle reçoit dû à son héritage génétique (et non culturel) est aussi une insulte à tous les Amérindiens inscrits. Elle dit clairement dans son message que les Amérindiens subissent encore aujourd’hui du racisme, et que cela doit être combattu. Alors je suis intriguée de certaines réactions. Mais n’étant pas moi-même amérindienne (bien que la même rumeur court dans ma famille, sans être prouvée; je crois que la moitié au moins des Québécois ont ce genre de légende familiale) il est très possible que quelque chose m’échappe.

    Je suis d’accord pour dire que le message a été publié à un mauvais moment, par contre. Ça aurait dû attendre après les élections.

Répondre à RICK42 Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :