Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

160113063630-hillary-clinton-eric-holder-2011-super-tease.jpg

Les républicains ont tous le même mot à la bouche ces jours-ci pour décrire les démocrates : mob. Ils l’utilisent pour dénigrer à la fois les manifestants qui ont protesté bruyamment à Washington contre la confirmation de Brett Kavanaugh à la Cour suprême et les démocrates qui briguent des sièges au Congrès ou qui les appuient. «Les démocrates sont devenus trop RADICAUX et DANGEREUX pour gouverner. Les républicains croient à l’État de droit, pas à la loi de la foule (mob)», a déclaré et tweeté Donald Trump le weekend dernier. De là à dire que les démocrates appellent à la violence, il n’y a qu’un pas. Et plusieurs républicains l’ont franchi au cours des derniers jours.

L’un d’eux est le numéro trois des républicains à la Chambre des représentants. Il s’agit de Steve Scalise, qui a lui-même été victime de violence politique lorsqu’un partisan enragé de Bernie Sanders a ouvert le feu sur un groupe de parlementaires républicains qui se préparait à disputer un match de baseball il y a un an et quelques jours. Dans une tribune publié sur le site de Fox News, le représentant de Louisiane s’en prend notamment à Maxine Waters, Hillary Clinton et à Eric Holder. Je cite un extrait de son texte :

«Cet été, la représentante démocrate de Californie a exhorté ses partisans à harceler les membres du cabinet. L’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton a déclaré mardi qu’on «ne peut être civil» avec les membres du Parti républicain. Et mercredi, dans une vidéo largement diffusée, l’ancien procureur général Eric Holder dit aux membres d’un auditoire démocrate lors d’un rassemblement électoral tenu en Georgie dimanche qu’ils devraient ‟donner des coups de pied” aux républicains quand ils considèrent qu’ils ‟s’abaissent”.»

On trouve ici l’entrevue de Clinton sur CNN dans laquelle elle déclare : «Vous ne pouvez pas être civil avec un parti qui veut détruire ce que vous représentez.»

Eric Holder est revenu de son côté dans un tweet sur la phrase que les républicains lui ont reprochée («When they go low, we kick them»), se défendant d’avoir appelé à la violence.

À vous de juger si les critiques des républicains sont fondées ou non. Mais leurs critiques seraient sans doute mieux reçues si leur chef, Donald Trump, n’avait pas déjà exprimé son envie de mettre son poing dans le visage d’un manifestant, offert de couvrir les frais juridiques d’un partisan qui avait tabassé un protestataire et ricané en entendant les foules républicaines scander «Lock her up!».

(Photo AP)

57 réflexions sur “Les démocrates accusés d’appeler à la violence

  1. gl000001 dit :

    Et les poches de thé ne manifestaient pas eux ? trump n’a pas participé à des protestations lors de l’affreux épisode des Birthers ?
    Deux poids, deux mesures.
    Bon pour minou, bon pour pitou.
    La paille et la poutre …
    Cliché …

  2. kelvinator dit :

    La politique américaine en est une de division, de partisanerie et de tribalisme.

    Les américains sont devenus une disgrâce internationale. Putin doit être assez fier de son coup, mais il n’a fait que donner un coup de main à ce qui existait déjà, il n’a rien créé. Les américains sont tellement drama queen maintenant, ça en est ridicule!

    1. jcvirgil dit :

      @kelvinator

      En effet Putin doit trouver ça assez drôle de regarder la société américaine se déchirer en deux. C’est la chose que*M. consensus* Obama voulait éviter en visant toujours le rapprochement avant de mettre en oeuvre ses grandes politiques.

      Trump n’a pas ce souci . Il y va comme un éléphant en écrasant tout sur son passage au risque de provoquer une telle fracture dans la société américaine qu’elle pourrait bien finir dans le sang et dans la rue si la haine continue d’augmenter.

  3. Fred Cadet dit :

    Je suis toujours et toujours ébahi par la façon dont réagit ce peuple. Dans le quotidien, sont-ils tous aux antipodes? En comparant les grandes villes est-ouest et les villes des états centraux.

  4. dynopax dit :

    Parions que leur « Goebbels-wannabe » Miller a suggéré cette nouvelle diversion, à utiliser à toutes les sauces en attendant le prochain mantra de la propagande néoconne…

    1. lanaudoise dit :

      A ne pas oublier, celui-là.

  5. ghislain1957 dit :

    « À vous de juger si les critiques des républicains sont fondées ou non. »

    Poser la question c’est y répondre. Les ripoux-blicains sont des fanatiques religieux au même titre que les talibans et DAESH. Sans compter que les adeptes des diverses théories du complot sont pour la plupart des républicains.

    Seulement le fait qu’aucun d’entre eux ne veuille amender les lois sur les armes à feu fait de ceux-ci des partisans de la violence achetés par le lobby de la NRA.

  6. jcvirgil dit :

    C’est toujours tentant pour des politiciens de recourir à la peur de l’autre pour faire sortir son vote. Une vieille technique fort connue des Libéraux au Québec , Aura t-elle autant de succès aux prochaines élections américaines ? À suivre…

  7. Mistigrinet dit :

    trump a assez souvent l’habitude de faire des PROJECTIONS, et ensuite de les ATTRIBUER AU CAMP ADVERSE en vue de bien les embêter.

    Alors si on INVERSE ce que trump a dit et écrit (phrase qui est citée plus haut) et que l’on remplace ses TU par des JE, la phrase de monsieur trump pourrait ressembler à quelque chose comme ceci :

    « (MOI trump, et ) NOUS les républicains sommes devenus trop RADICAUX et DANGEREUX pour gouverner. Les démocrates croient à l’État de droit, mais nous nous croyons à la loi de la foule »

    D’ailleurs, trump aurait bien besoin (au maximum possible) de cette fameuse la loi de la foule pour ne pas trop perdre de ses appuis actuels, car avec la débâcle boursière qui a lieu ces jours-ci… et si peu de temps avant les élections de novembre …

    Je crois qu’il s’inquiète, le monsieur trump …

    1. bloganon dit :

      Je pense comme vous.

    2. ProMap dit :

      Je pense même qu’il n’est pas loin le jour où, dans ses tweets, il qualifiera d’illégales ces manifestations de protestation contre ses décrets et les lois adoptés par le GOP. trump l’a fait pour d’autres sujets tel l’enquête Mueller. Son twitter est très pratique : selon le GOP, le président y exprime des opinions à ne pas prendre aux pieds de la lettre, mais du même souffle le GOP affirme que ses tweets ont force légale. Comme trump, ils ne s’enfargent pas dans les contradictions. Sa vase n’y voit que du feu et cultive ce discours de division et de culpabilisation de l’autre..

    3. igreck dit :

      @Mistigrinet 08:21
      Projection : ce symptôme d’ « effet miroir » est bien connu et affecte les grands malades comme ce sympathique DéJanTé ! Le problème est que des millions de ses con-patriotes suivent son raisonnement tordu.

  8. Pile-Poil dit :

    De grands manipulateurs secondés par un chef qui contrôle les foules avec brio.

    Les critiques moins bien reçues? Leur électorat en redemande et les écarts du chef ne les intimident pas.

    Les autres… one ne saura qu’en novembre.

  9. Achalante. dit :

    Crier n’est pas donner un coup de poing, comme dans ce rassemblement pour Ce tTpe où un manifestant s’est fait agresser. Demander des réponses avec insistance n’est pas la même chose que de foncer dans la foule avec une voiture et tuer une contre-manifestante.

    Quand les politiciens ignorent une bonne partie de l’électorat et les condamne à vivre pauvre et malade, il est normal de monter la voix. Mais il n’est pas normal qu’un parti au pouvoir incite à la haine comme les républicains le font.

    (Je serais curieuse de savoir si les tueries de groupes on déjà été répertoriés selon l’allégeance politique de ceux qui les commettent…)

  10. eau-vive dit :

    Quand des politiciens sont rendus à utiliser l’arme de la peur pour gagner des électeurs, ils ont perdu toute crédibilité à mes yeux.
    Malheureusement c’est une tactique qui fonctionne mais seulement pour les peureux.
    Aux États-Unis il y a une très forte polarisation parce qu’il n’y a que deux partis principaux qui s’affrontent, il n’y a pas de place pour une ou des alternatives plus nuancées. Les démocrates vont voter démocrate et les républicains vont voter républicain quoiqu’on dise ou
    quoiqu’on fasse.
    Et il y a les indécis. Toute cette publicité négative s’adresserait-elle à cette partie de la population la plus influençable ?
    D’après moi, s’ils sont indécis c’est qu’ils réfléchissent. Pourquoi ne pas s’adresser à leur intelligence et leur proposer des valeurs, des idées et une vision emballantes pour leur pays ?
    Je suis sans doute trop idéaliste mais quand on n’a pas d’idéal on tourne en rond ou on régresse et c’est ce qui est en train de se produire aux États-Unis. Malheureusement !

    1. @ eau-vive

      De tout temps, les politiciens populistes et démagogues ont utilisé la peur comme  »arme » principale pour gagner des électeurs.

      Trump lui à transformé cette arme principale en arme unique ou presque. Peur, peur peur qui peut se traduire en nous conter tout les autres.

      P.S. Cette dernière tactique (démocrate radicaux dangereux) démontre que sous ses airs brouillons et complètement désordonnés Trump et le parti républicain coordonne leurs actions et messages. Trump lance des ballons lors de ses rassemblements populaires et si le ballon touche la cible, les républicains vont l’utiliser.

      Il y a une logistique, un plan de match derrières les propos jugés (à raison) stupides et erratiques de Trump. Lui et lui seul (avec peut-être Rudy et Lindsay Graham) peut dire tout et son contraire, prêter des propos et intentions aux autres, propos et intentions que lui-même endosse car tout mais absolument tout lui coule sur le dos.

      Il est le testeur ultime de propos erratiques et même si 1 accusation mensongère envers les démocrates sur 100 passe le test cela importe peu car les 99 autres accusations et mensonges seront vites pardonnées par sa base. Mais l’unique accusation mensongère qui prendra racine sera exploitée par les républicains qui ainsi ne pourront accusés de saturés les médias de fausses accusations envers leurs adversaires.

      Enfin vous comprenez j’espère ce que j’essaye tant bien que mal d’exprimer.

      1. xnicden dit :

        « Mais l’unique accusation mensongère qui prendra racine sera exploitée par les républicains qui ainsi ne pourront accusés de saturés les médias de fausses accusations envers leurs adversaires. »

        Intéressant, ça fait pas mal de sens.

    2. ProMap dit :

      Gilbert Duquette, eau-vive – La division n’est pas un phénomène qui date d’hier aux USA, Tous ici l’ont souligné. Cependant, trump a transformé cette division en fracture. Trump est un opportuniste simple d’esprit doté d’une capacité médiatique hors du commun qu’il faut reconnaître. Il utilise la peur, certes, mais pour insuffler dans une partie de la population la colère. La peur est une vieille stratégie du GOP, la colère est typiquement trumpienne et fracturante. Le GOP a embarqué : Graham à l’audition de Kavanaugh ne s’est pas gêné.

      Je ne crois pas que le GOP et même DT ait établi un plan stratégique autre que rendre une partie des Américains colériques par la peur. Dans les tactiques, ils sont réactifs : ils contrent les gestes et dires des Dems au fur et à mesure. Encore une fois, l’audition de K le démontre.

      1. @ Promap

        …Cependant, trump a transformé cette division en fracture. Trump est un opportuniste simple d’esprit doté d’une capacité médiatique hors du commun qu’il faut reconnaître. …

        Que c’est vrai, et j’ajouterais, Trump est tellement dans son environnement lorsque le chaos règne.

    3. Pile-Poil dit :

      Eau-vive
      …pourquoi me pas s’adresser à leur intelligence….

      C’est qu’il faudrait qu’ils le soient eux-mêmes!

      1. eau-vive dit :

        Pile-Poil

        Oui vous avez raison.
        Que j’aimerais vivre dans un monde avec de plus hauts standards d’éthique !
        Malheureusement ce n’est pas ce qui arrive la plupart du temps. Mais je n’arrêterai pas de m’indigner pour autant.

    4. Layla3553 dit :

      @eau-vive 8:38
      👌

  11. Gilles Morissette dit :

    Les Répugnants sont manifestement en mode panique et ils essaient par tous les moyens de discréditer leurs adversaires en leurs attribuant des intentions qu’ils n’ont pas.

    Ils se présentent comme des modèles de vertus, des défenseurs de la loi et l’ordre alors qu’ils ont bafoué tous les principes les plus élémentaires de justice en confirmant la nomination de Kavanaugh.

    Je ne crois pas, non plus que ce soit les Démocrates qui s’en prennent aux immigrants et qui vont jusqu’à jeter en prison les enfants de ces derniers pour ensuite perdre leur trace.

    Je ne crois pas non plus que ce soit les Démocrates qui ont agressé des parlementaires sur les marches du Capitole lors du débat sur l’adoption de l’Obamacare (2009) et qui disaient à qui voulait l’entendre qu’il fallait « flinguer le président »

    Ça fait des mois que le Gros Enfoiré chauffe à blanc sa bande de consanguins lobotomisés en utilisant des propos haineux et parfois violents contre tous ceux et celles qui osent contester son autorité. Que les Démocrates aient décidé de mettre un peu plus de mordant dans leurs attaques contre ce régime de despote est une bonne chose. Ceux qui comme les Répugnants y voient de l’incitation à la violence sont soit malhonnêtes ou ont tout simplement le cerveau dérangé.

    Le Gros Salopard essaie de dévier l’attention en faisant de la projection. Vieille tactique puérile qui ne fonctionne pas sauf probablement auprès des tarés de la « vase électorale » répugnante trop heureuse d’avaler de telles mensonges.

    1. eau-vive dit :

      Très bon commentaire Gilles. J’ai toujours du plaisir à vous lire.

  12. Layla3553 dit :

    « Les démocrates sont devenus trop RADICAUX et DANGEREUX pour gouverner.»Nous dit DT

    Pour moi, Ça c’est insidieusement un appel à la violence,

    DT nous dit encore «Les républicains croient à l’État de droit, pas à la loi de la foule (mob)»

    S’il n’y avait pas eu la foule, les enfants migrants seraient encore séparés de leurs parents, il a lui même utilisé cette foule ( ces jeunes otages) pour faire des exemples du sort qu’il réserve aux migrants qui tentent d’entrer au pays pour sauver leur vie et celle de leurs enfants.

    Sa campagne personnelle contre Harley Davidson, il les a même fait venir à son club de golf.

    Il brandit la sécurité nationale comme spectre, pour arriver à ses fins, par-dessus le Congrès, qui ralentirait ses improvisations.L’Etat de droit dans sa bouche, c’est synonyme d’abus de pouvoir.

  13. jaypee dit :

    Ce genre de propagande -inventer des crimes et des intentions à son adversaire- me rappelle furieusement la tactique d’un certain parti dans les années 30 en Allemagne.
    Au sujet des parallèles entre ce parti et le parti des déplorables, cet article est très intéressant: https://www.nybooks.com/articles/2018/10/25/suffocation-of-democracy/

  14. quinlope dit :

    La bourse dégringole. Les Chinois en ont assez des tarifs et montrent qu’ils peuvent riposter. L’ouragan Michael a balayé la pan handle de la Floride. Les sondages pour les élections sont favorables aux démocrates. Les gens manifestent contre la nomination de B.K. Les ti-namis Saoudiens font assassiner un journaliste en Turquie. Trump doit répondre aux questions par écrit à Mueller. La pôvre Melania est la plus intimidée des femmes. Et voilà que les Démocrates montrent les dents.

    Tout cela c »est assez pour rendre le gros Orangé très nerveux d’autant plus que Kanye West lui a affirmé qu’il était Superman alors qu’il a toujours cru que c’était lui!

  15. sorel49 dit :

    Rien n’empêche aux Démocrates de répliquer que la violence
    vient plutôt des Républicains en protégeant les supramacists, les amoureux des fusils d’assaut et les membres du NRA, etc… et surtout en supportant une Andouille comme président.

  16. fredmiquis dit :

    Voici ce qu’il va se passer :

    une semaine avant les élections de mi-mandat, des extrémistes de droite, poussés par Donald Trump, vont créer des milices pour terroriser les électeurs démocrates. Une bonne partie de ces derniers auront peur et n’oseront pas aller voter.
    Le sénat et la chambre resteront donc au mains des républicains.
    Mueller ne sortira pas les conclusions de son enquête (malgré les enregistrements accusateurs obtenus de l’interprète qui était présent lors de la rencontre privée entre Trump et Poutine), sachant qu’il ne pourra pas y avoir d’impeachment.

    En 2019, les 2 juges suprêmes Ruth Bader Ginsburg (85 ans) et Stephen Breyer (80 ans) annonceront prendre leur retraite pour des « raisons personnelles » (Breyer expliquera plus tard que l’achat d’une île privée dans les Caraïbes a été faite grâce à un héritage reçu d’un oncle inconnu).
    Trump placera 2 nouveaux juges ultra-conservateur, et continuera ainsi à détruire les derniers lambeaux de lois progressistes subsistant aux USA.

    En 2020, le candidat démocrate, un homme vieux, riche et blanc, aura de l’avance face à Trump dans les sondages pour l’élection présidentielle.
    Mais quelques semaines avant les élections, une histoire sordide secouera les USA : Carlos T., 12 ans, migrant mexicain qui avait été séparé de ses parents par Trump en 2018, qui n’avait jamais pu les retrouver, et qui avait sombré dans la drogue à 10 ans, sera accusé dans une affaire de viol et de meurtre d’enfants.
    Au cours de ses derniers rallyes, Trump rendra les démocrates responsables de ces meurtres, expliquant que c’est parce qu’ils ont toujours refusé son mur. Des manifestations d’électeurs républicains en colère se dérouleront dans de nombreuses villes.
    Trump sera réélu pour un 2e mandat avec 52% des voix (et 5 millions de voix en moins au vote populaire), et la promesse des parlementaires d’un budget de 60 milliards pour construire un mur.

    1. jaypee dit :

      Un déplorable va mettre le feu au Congrès et on va accuser les démocrates. On pourra ainsi suspendre les droits, déclarer l’état d’urgence, annuler les élections et donner tous les droits à donald le crétin et à sa bande de tarés…
      Je blague, là… mais qui sait, hein?!? Ca c’est déjà vu…

      1. Richard Desrochers dit :

        Ça rappelle l’incendie du Reichstag. N’oublions qui est un des maîtres à « penser » de DT.

    2. gigido66 dit :

      Il y a un autre scénario possible que vous avez sûrement mis de côté étant donné le pessimisme de votre vision future. …
      Voyons voir ce qui arriverait si entretemps, DT devenait impotent et incapable de gouverner à la suite d’un ACV, par exemple, ou encore mourait d’une attaque cardiaque? À lui aussi, ça peut arriver!
      Du coup, les troupes zombies sont moins galvanisées, privées de leur gourou…
      La vision future serait-elle meilleure?

    3. kyrahplatane dit :

      @fredmiquis Vous êtes épeurant !

  17. Jean Saisrien dit :

    @RH
    Il vous manque un petit mot:
    « …général Eric dit aux membres « 

  18. leonard1625 dit :

    On pourrait ajouter le discours de Trump le lendemain de celui de Bloomberg à la convention démocrate. Il a dit qu’il avait fortement envie de frapper plusieurs fois à la tête le « petit » qui avait parlé la veille. on a tous compris qu’il parlait de Bloomberg,

  19. Layla3553 dit :

    Ces rally’s ce ne sont pas MOB ? Il n’utilise pas la foule ? Il les applaudi quand ils disent “ Lock her up” c’est ça qu’il appelle l’état de droit.

    Je n’ai pas compris en lisant le propos de Mme Clinton qu’elle valorise la violence, le harcèlement, elle dit que l’intimidation doit cesser, et les mouvements de foule de ce que je comprends qui mettront un terme à ça c’est aux élections, le vote du 6 novembre, c’est un vote contre l’intimidation et les abus de pouvoir.

    Le droit de s’affirmer en toute justice et non gratuitement, fait partie de l’état de droit.

    1. ProMap dit :

      Layla3553 – Vous décrivez une réalité alternative. Giuliani vous dirait que ce ne sont que des vérités fausses et DT vous dira que le 6 novembre est un vote pour l’Amérique. Le bon southerner sortira son drapeau (sudiste?) et criera de nouveau « Lock her up ». Aux USA, ils vivent une téléréalité « Occupation simple du Congrès ».

      Voilà comment combattre vos idéaux (qui sont nôtres ici) qui, je crois, sont partagés, encore au moins, par 65% des Américains. Et si ce combat de paroles n’est pas suffisant, si la magouille électorale (élimination d’électeurs démocrates) ne semble pas réussir, et bien on passera à la technique suivante : le gun fait la loi.

  20. Une contre-attaque simple et punché serait de mettre quelques unes des déclarations de Trump incitant à la violence et de terminer en demandant : Pourtant les républicains n’ont pas dénoncés ces propos incitant à la violence.

  21. Lecteur-curieux dit :

    Votre paragraphe de conclusion est bon dans le sens que s’il y a un certain fondement à leurs critiques qu’ils commencent par donner le bon exemple.

    Le manque de civilité et la violence est un défaut 10 fois pire chez les Républicains. Les Démocrates, au contraire, ne sont pas assez combatifs et font dans le politically correct. Comme dit Kanye West cela manque de masculinité alors que côté Trump on verse dans le machisme et la goujaterie. M. West, choisissez-mieux vos modèles de masculinité.

    Mais OUI, il peut y avoir quelques éléments violents chez les Démocrates. Si on veut RÉDUIRE , il faut que les deux partis ENSEMBLE s’entendent et respectent un code d’éthique, des règles de fairplay…

    Mais prenons des extraits :

    -« Les républicains croient à l’État de droit, pas à la loi de la foule (mob)» Associer la foule de manifestants à la MAFIA , aux criminels. Ils sont complètement réactionnaires. Évidemment des nuances sont à apporter comme sur la présomption d’innocence . Ils défendent plutôt leurs privilèges et mettent la justice et la police à leur service.

    – Pour Steve Scalise cela me fait penser encore au cliché du gay dans le placard. Avec les stéréotypes comme quoi un homme homosexuel serait peureux et peu viril. L’homme peu importe son orientation sexuelle parle comme un timoré, un victimaire. Bon un homme peut être victime d’une femme aussi. Mais le gars s’en va dans le parti des gros machos, autoritaires, pro guns… Mais il y a aussi des conservateurs dits religieux.

    Avoir peur de féministes ou encore avoir peur d’une gang de granolas manifestant pour l’environnement et disons que cela implique de taxer plus l’essence et votre riche a un gros VUS et un immense motorisé. Cela va lui coûter plus cher. Ohhhh que les «enverdeurs» sont violents.

    Les Républicains ont des goujats mais ont aussi des faux religieux conservateurs.

    C’est le PROGRÈS SOCIAL qui est violent à leurs yeux.

    1. gl000001 dit :

      « C’est le PROGRÈS SOCIAL qui est violent à leurs yeux. »
      Excellente remarque ! C’est la peur qui les dirige. En fait, qui les paralyse !!

  22. jeanfrancoiscouture dit :

    Donald Trump fait comme font toujours les «bullies»: Imputer aux autres des défauts et des attitudes qu’il prend plaisir à présenter comme des qualités quand c’est lui qui en fait usage. Et comme il l’a si bien dit avec l’anecdote du « shooting someone on 5th Avenue», il ne perdra personne de sa base avec ça. Et s’il fallait qu’il aille en chercher dans le groupe qu’on appelle les «indépendants» et qu’une partie des Démocrates reste à la maison lors des élections de mi-mandat, les résultats pourraient être décevants. Et lui, il pourrait pavoiser, et nuire, pour un autre deux ans.

  23. Lecteur-curieux dit :

    La gauche radicale n’est pas violente règle générale. Elle peut avoir recours à la dialectique marxiste mais ce vocabulaire est moins utilisé de nos jours et pourtant ils en sont héritiers.

    https://uk.sagepub.com/en-gb/eur/images-of-organization/book229704#tabview=toc

    Ils sont tout simplement trop fortement dans la métaphore numéro 8,section 9.

    « 9. The Ugly Face: Organizations as Instruments of Domination»

    Si on conjugue avec la 7, là on a plus de chance de changer le système.

    «8. Unfolding Logics of Change: Organization as Flux and Transformation »

    Pour les Républicains conservateurs dont des soumis, toute critique de l’autorité est violente en soi. Où est leur esprit critique?

    Ceux gouvernant ne voient qu’une machine et Trump se met à répéter cela, une machine bien huilée. Une grosse machine ? Cela prend juste un grain de sable dans le moteur pour la mettre en panne. C’est pire que d’accepter le chaos et si on est moindrement formé, on connaît la théorie du chaos vue dans la métaphore 7.

    La machine ? C’est la 1.

    «2. Mechanization Takes Command: Organizations as Machines »

  24. kyrahplatane dit :

    Espérons que la campagne de peur que font les républicains
    ne fonctionne pas.

  25. chrstianb dit :

    On n’a pas vu de dénonciation de la part des républicains pour les t-shirt faisant appel à la pendaison de journalistes («Rope. Tree. Journalist. Some Assembly Required») lors des assemblées de Trump.
    https://adage.com/article/cmo-strategy/buy-rope-tree-journalist-shirt-walmart-yesterday/311461/

    1. ProMap dit :

      chrstianb – « Le 1er amendement, je suis trumpiste, j’ai le droit de m’exprimer. » Dans l’article que vous mettez en lien, Walmart a retiré ce produit de ses étagères. Mais, comment Walmart a-t-il pu le mettre sur ses étagères? Pas d’explication.

      Exemple patent de l’irresponsabilité de ces carnassiers du cash. que ce soit pour le mettre ou l’enlever des étagères. Misère.

      1. ProMap dit :

        Ajout : Pas d’explication = chandails mis en vente par un tiers partenaire à l’encontre de leurs règles d’éthique = un p’tit check avant d’accepter un produit allant contre leur politique.!?

    2. Benton Fraser dit :

      Lorsque c’est républicain, c’est pour une bonne cause…. démagogie oblige!

  26. igreck dit :

    Toute la pensée du grand philosophe Spinoza repose sur l’idée qu’un individu s’accordera bien avec les autres que s’il s’accorde d’abord bien avec lui-même. Nos démocraties sont d’autant plus solides que les citoyens sont capables de dominer leurs passions « tristes » : la peur, la colère, l’envie, etc. et qu’ils mènent leur existence selon la raison. Ainsi, on comprend que des citoyens davantage mus par leurs émotions que par leur raison pourront élire des dictateurs ou des démagogues. Hitler n’a-t-il pas été élu – démocratiquement – à cause du ressentiment du peuple allemand après l’humiliation du Traité de Versailles? Donald Trump n’est-il pas entré à la Maison Blanche en raison de la colère et de la peur d’une majorité d’électeurs? C’est pourquoi Spinoza rappelle constamment l’importance cruciale de l’éducation des citoyens pour une saine vie démocratique. – Tiré de « Le miracle Spinoza » – F. Lenoir

    1. Lecteur-curieux dit :

      Intéressant, par contre, nous (ceux ayant étudié en même temps que moi) sommes plus freudiens et post-freudiens.

      La raison ne doit pas dominer mais être plus disons un catalyseur.

      Trump et les émotions ? Il ne serait pas avec les conservateurs, cette bande de refoulés.

      Des passions et émotions, il y en a toujours, le ça est votre inconscient. Si les pulsions sont bien dirigées c’est la raison qui domine ?

      C’est avoir la pleine conscience de soi. Exprimer tout croche des émotions refoulées ou non , on a pas la pleine conscience de soi.

      Leur religion est dans le surmoi que leurs raisonnements soient faux, ils sont dans la rationalisation pareil.

      Pour Spinoza, plus récemment que nos études passées, on croit nous aussi plus au dieu de Spinoza.

      https://www.lepoint.fr/je-crois-au-dieu-de-spinoza-et-d-einstein-22-12-2011-1429905_19.php

    2. Lecteur-curieux dit :

      https://www.fredericlenoir.com/actualites/parution-de-le-miracle-spinoza/

      Ohhh , il faudrait lire le livre au complet pour me faire une meilleure idée.

      « Et surtout, l’inventeur d’une philosophie fondée sur le désir et la joie, qui bouleverse notre conception de Dieu, de la morale et du bonheur ?»

      http://www.psychologies.com/Dico-Psycho/Soi

  27. Pierre S. dit :

    —————————

    Charlotteville ….

    Le sang sur les mains du président et de ses very good peoples

  28. Lecteur-curieux dit :

    Je suis allé lire Steve Scalise dans le texte et au complet. Et la vidéo.

    Il est en partie crédible surtout quand il dit parler avec des Démocrates mais aller accuser les leaders adverses au réseau Fox News c’est facile.

    Pour les actions dont il se plaint, il a raison mais les leaders démocrates ne sont pas responsables de tous les fêlés, Trump non plus mais pourrait cesser de mettre autant d’huile sur le feu.

    Par ailleurs cela sonne un peu, beaucoup vierge offensée. Ok mes références de profs de politique ou de relations de travail peuvent remonter aux années ’70 ou encore pour un politicien aux années ’80. En politique, il y a du brasse-camarade, il y a aussi des groupes extrêmistes pouvant venir mettre le feu à la voiture du député.

    Je trouve plusieurs gens très innocents de nos jours. Des menaces sur Twitter ? Faîtes tenir le compte par quelqu’un d’autre s’il faut. C’est plus facile pour un troll sur les réseaux sociaux qu’un appelant vulgaire dans les tribunes téléphoniques. On peut toujours dénoncer, décourager et même sanctionner mais il y en aura toujours.

    Faîtes preuve de fairplay avec vos adversaires et entendez-vous mais les extrêmistes vont continuer à exister. Arrêter de les courtiser.

    Mais Madame Clinton ou Maxine Waters ou Eric Holder qui me fait bonne impression , il n’y a pas de violents là.

    Madame Waters très militante pour la cause , pas une femme du centre mais avoir peur d’elle ? C’est ridicule sauf la peur de perdre des privilèges abusifs. Elle demande la justice sociale simplement. On applique pas telle quelle ce qu’elle demande. Peur des mouvements sociaux et faire un lien exagéré avec les groupuscules extrêmistes.

  29. InfoPhile dit :

    Tiens, l’intimidateur, qui se double d’un provocateur, se pose en victime! On reconnaît bien là les viles tactiques de l’ordure qui usurpe la présidence américaine et celles de ses trop nombreux complices.

    Il faut évidemment garder la tête froide et se dire que la vengeance est un délice, d’autant plus qu’on le déguste froid. M’est avis qu’il faut faire de leurs méprisables tactiques du bois pour mieux chauffer notre détermination à combattre ces ennemis de la démocratie et de l’égalité des chances.

    Aux insultes et calomnies de ceux-ci, j’oppose ma conviction, mon émotion, ma détermination, mon ardeur, mon travail et ma foi. Car voilà ce dont tout défenseur de la démocratie et de sa justice doit se dire fièrement animé.

    Quant aux diffamateurs qui gisent dans la fange la plus écoeurante en sévissant comme ils le font, ils portent les germes de leur échec pour peu que nous nous tenions debout et les talonnions sans relâche, notamment sans donner suite à leurs infâmes tentatives de diversion.

    Une population qui est solidaire dans ses intérêts, et donc généreuse et dédiée à les faire triompher, triomphera. En bout de ligne, il en résulte un grand peuple et une réelle civilisation.

    Que chacun noircisse sa page blanche en conséquence avec toute la vaillance exigée.

  30. Mariette Beaudoin dit :

    Et vendre pour des milliard$ d’armes à l’Arabie saoudite, ce n’est pas encourager la violence à grande échelle ?

  31. AB road AB road dit :

    Il’n’y a qu’une seule certitude concernant cette soi-disant ”présidence”.

    Il est maintenant assuré que ça ne se terminera pas bien du tout.

    L’avenir des US n’augure rien de bon.

    Ça risque fort bien de ne pas être joli.

    Très inquiétant…

  32. Alexander dit :

    La meilleure défensive c’est l’attaque. Vieille stratégie mise de l’avant par les républicains. Et ça détourne l’attention à coup sûr.

    Il y a quand même des génies en communications derrière Trump pour qu’autant d’âneries soient avalées quotidiennement par une population crédule et hypnotisée.

    Y a t il du Jarred derrière ça?

  33. stemplar dit :

    Eric Holder a sûrement été à la Trump University. #Imwithstupid

Répondre à sorel49 Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :